C’est quoi ?Léducation du chien parmodelage progressif de soncomportement, modelagebienveillant, réfléchi et distillé surla...
SOMMAIREPage 1 : La bonne méthodePage 2 : Présentation du livretPage 3 : Pour qui ? Pourquoi ?Page 4 : L’esprit de la méth...
A dog is the onlything on earth thatloves you morethan he loveshimself.Josh Bilings• • •Mon modèle-calque propose descitat...
L’esprit de laméthodeToutes les personnes quivivent avec des chiens lesconditionnent tous les jours.On ouvre le placard po...
10 ERREURS FRÉQUENTES AVEC UN CHIOT5- Erreur n°1 : Récompenser des comportements non souhaitables, encourager l’excitation...
10 ERREURS FRÉQUENTES AVEC UN CHIOT6- Erreur n°7 : Attendre que le chiot soit «assez âgé» pour l’éduquer. Votre chiot EST ...
FICHE CONSEIL - L’ARRIVÉE DU CHIOT7A son arrivée- Ne commencez pasimmédiatement les sessionsactives. Ne touchez pas auclic...
UN PEU DE THÉORIE... 1/8ComportementalismeCest létude du comportement, en l’occurrence du chien. Par définition, toute méth...
UN PEU DE THÉORIE... 2/8Si Pavlovm’était conté...... ce serait vite fait ! Le pauvre, onn’a retenu de lui qu’une seule cho...
UN PEU DE THÉORIE... 3/8Conditionnement (sensibilisation) (renforcement)vs. Déconditionnement (habituation) (inhibition)Ex...
UN PEU DE THÉORIE... 4/8Conditionnement opérantvs. Conditionnement répondantLe conditionnement opérant est celui que le ch...
UN PEU DE THÉORIE... 5/8Les mythes de la dominanceUn paquet de mythes ont été démontés sur le thème de la fameuse «dominan...
UN PEU DE THÉORIE... 6/8La réalitéLa hiérarchie de dominance entre l’homme et le chien, qui justifie les méthodes de dressa...
UN PEU DE THÉORIE... 7/8La psychologie du chienOn a amplement parlé de sa capacité à être conditionnépar l’homme, mais ça ...
UN PEU DE THÉORIE... 8/815SOURCE http://www.lisaleicht.ch/fr/textes/Les signaux d’apaisementLe chien est un animal excepti...
Votre chien est un carnivore.Ca veut dire que son régimenaturel, c’est la viande crue.• • •Des experts aux nomsimprononçab...
FICHE CONSEIL - LE MATÉRIEL17Des friandises(Drops, en anglais)Le drop doit être assez petit pourêtre avalé en une seule bo...
FICHE CONSEIL - PRINCIPES GÉNÉRAUX18Interactionnaturelle, auquotidienVous êtes en interaction avecvotre chien en permanenc...
FICHE CONSEIL - LE CLICKER 1/219Nous y voilà !Allez, avouez que vous attendiezça. Le moment est venu, parlonsdu fameux cli...
FICHE CONSEIL - LE CLICKER 2/220Par petitesétapes, enaugmentant lademandeQuelle que soit la leçon enseignéeau chien, il fa...
FICHE CONSEIL - PRÉJUGÉS SUR LERENFORCEMENT POSITIF21Les friandisessont nocives«Friandise» ne signifie pas qu’onutilise des...
Et maintenant...Au travail !C’est passionnant, les histoiresde conditionnement, mais vientaussi un moment où on a besoinde...
NOM, CONTACT VISUEL ET ATTENTIONLeçon urgente !ObjectifsLorsqu’on appelle le chien par son nom,il doit cesser immédiatemen...
JOUER À TIRER... ET APPRENDRE À LÂCHERObjectifs- Lâcher un objet et le rendre au maître- Jouer de manière calme et contrôl...
CONDITIONNER UN CHIEN AU CALMELeçon urgente !Objectifs- Aider votre chien à être globalementdétendu et résistant au stress...
CONTRÔLER LA MORSURE DU CHIOTLeçon urgente !Objectifs- Apprendre au chiot à ne pas mordreles gens, en lui montrant ce qu’i...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La bonne methode

864 vues

Publié le

Livret en français sur l'éducation des chiens par renforcement positif avec une partie théorique et une partie pratique.

Publié dans : Mode de vie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
864
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
8
Actions
Partages
0
Téléchargements
20
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La bonne methode

  1. 1. C’est quoi ?Léducation du chien parmodelage progressif de soncomportement, modelagebienveillant, réfléchi et distillé surla durée, modelage fondé sur leconditionnement répondantcomme sur le conditionnementopérant du chien, modelageexercé dans la vie quotidienne, enapprenant simplement à observercorrectement et à interagirefficacement avec son chien,modelage exercé plus directementà loccasion de courtes séances dedressage spécifiques, souventmais pas systématiquement àlaide dun clicker, de tonnes defriandises, et dune bonne enviede samuser un peu aveclanimal. :) Laccent est mis sur lerenforcement positif descomportements souhaités duchien, sans punitionsautoritaires ou déplaisantes.Clicker Training ?Voici le clicker. C’est unreward marker : on «clic» lescomportements du chienqu’on veut encourager, puison donne une récompense. Ilexiste depuis longtemps,mais il est récemmentdevenu très (trop ?) célèbre.Le clicker n’est qu’un outil.Très efficace, impressionnantà regarder en action, leclicker reste un simple outil.On l’emploie de façonponctuelle, et limitée dans letemps. Une leçon bien apprisen’a plus besoin du clicker. Ilfaut l’utiliser avec mesure,bon sens, et de façoninformée. Aussi le "clickertraining" est-il un nomincorrect pour désigner labonne méthode. Un nom pluscorrect, largement employé,est : éducation du chien parrenforcement positif. Onparlera aussi de méthodedouce, naturelle, amicale,positive... Et moi je l’appelle :la bonne méthode.Peu importe le nom qu’on luidonne ou les nuances qu’on ymet, le coeur de la méthodetient toujours en trois mots(c’est la méthode des troiscons :p) :ComportementalismeConditionnementConfianceLe chien est un animal naturellementsoumis à l’homme. Il est toujoursinutile d’en rajouter. Il ne demandequ’à vous obéir, et il aime ça !Ne soyez pas plus con que votrechien. Ne vous défoulez pas sur lui.Apprenez-lui ce qu’il doit faire,plutôt que le punir pour ce qu’il fait.Les histoires d’instinct du loup oude dominance... ont une influencedérisoire par rapport à la vôtre, surson comportement.LA BONNEMETHODEPOUR DRESSER... PARDON, POUR ÉDUQUER SON CHIEN1SI CE LIVRET VOUS A ÉTÉ UTILE, VOS DONS SONT BIENVENUS ;) -> PAYPAL : O.TIRMARCHE@GMAIL.COM
  2. 2. SOMMAIREPage 1 : La bonne méthodePage 2 : Présentation du livretPage 3 : Pour qui ? Pourquoi ?Page 4 : L’esprit de la méthodePages 5-6 : Erreurs fréquentes à ne pascommettre avec un chiotPage 7 : Fiche conseil - L’arrivée du chiotPages 8-15 : Un peu de théoriePage 16 : Encart pub pour le régime cruPage 17 : Fiche conseil - Le matérielPage 18 : Fiche conseil - Principes générauxPage 19 : Fiche conseil - Le clickerPage 20 : Fiche conseil - Préjugés sur lerenforcement positifPages 21 : Le dressage concret ! ChaîneYoutube de tab289Page 22-XX : Vidéos -- Nom, contact visuel et attention (p. 22)- Apprendre à tirer, apprendre à lâcher (p. XX)- Conditionner un chien au calme (p. XX)- blabla- blabla- blablaPage 23 : Récapitulatif commandes verbalesPage 32 : Vidéo -2CE LIVRET CONTIENT :1) Une présentation de la bonne méthode2) Un peu de théorie sur le comportementalisme canin,l’importance des mécanismes de conditionnement, et lapsychologie du chien3) Des fiches conseil sur les aspects pratiques4) Une partie dressage concret, avec tab289 sur Youtube.POUR TIRER LE MEILLEUR PARTI DE CE LIVRET :Ne zappez pas le blabla théoriqueHuit pages, c’est pas le bout du monde ! En comprenantPOURQUOI ça marche, vous vous donnez toutes les chances decomprendre COMMENT ça marche. Au prix d’une lecturecourte, vous aurez une meilleure idée à vie de la logique devotre chien et de ce que vous pouvez attendre de lui. Ledressage concret, quotidien, sera facilité.Regardez attentivement les vidéosC’est indispensable ! Pour les non-anglophones : aidez-vous dulivret, qui vous aidera à comprendre la vidéo. Il est impératifde voir l’éducateur à l’oeuvre, concrètement, dans de vraiesconditions. Soyez attentif aux gestes, aux intonations, auxréactions du dresseur, prenez des notes sur ses «trucs».tab289 est un excellent tacticien, il utilise un milliard depetites ruses, plus ou moins connues, qu’il faut copier etutiliser :p (c’est fou, ce qu’on peut faire avec du scotch !!)A PROPOS DE L’AUTEUR DU LIVRET :Bonjour, je suis madame tout le monde :)Je ne suis pas une professionnelle, je ne me revendiqued’aucune école spécifique de renforcement positif. Le contenude fond du document n’est pas le mien, je n’ai rien inventé, j’ailu, testé, trié, écarté ou retenu les sources, compilé lesinformations selon mon estimation personnelle et 100%subjective. Je n’ai pas d’autres conseils à donner que ceux dulivret, je ne connais que le cas de ma propre expérience...J’espère que ce livret pourra aider les non-anglophones, carles sources en français sont plus rares et disparates,notamment pour les vidéos de dressage.PRÉSENTATION DU LIVRETA propos des images du livretJ’ai renoncé à contacter les sources et tout, c’était franchementpas humainement réalisable. J’ai fini par tout piquer à googleimages sans me poser de question ni vérifiez d’où ça venait.Aucune image du livret n’est à moi. Si votre image est là, bravo !Vous participez à une démarche libre et utile d’informationpublique. Mais si vraiment ça vous pose problème, contactez-moi nanabee@free.fr avant de m’envoyer la police, je ferai leménage où il faudra (et je serai bien punie car il faudra toutrebidouiller puis remettre en ligne et c’est méga relou à faire).Merci d’avance :)
  3. 3. A dog is the onlything on earth thatloves you morethan he loveshimself.Josh Bilings• • •Mon modèle-calque propose descitations, alors je suis allée chercher unecitation. Ceci est un conditionnementsocial humain.POUR QUI, LA MÉTHODE ?A CHACUN SA CHAPELLEDes noms célèbres reviennent souvent. Onparle de Pavlov, de Watson, de Skinner, deFreud, de dissonance cognitive, et vla quilfaut dun coup se taper du Festinger dans letexte, en VO. Violent. On sécharpe, on secontredit, on dit que lautre raconte vraimentnimporte quoi, et que le renforcement positif,cest pas ça du tout. Mais bon, au final, tout cebeau monde est tout de même daccord surdeux trois bases, toute la difficulté consistantà opérer un tri efficace au milieu de locéande... toutes sortes de choses.N’importe qui, vraiment ! Etn’importe quel chien peutapprendre, à n’importe quel âge, etquel que soit son parcours. Ce seramoins facile qu’avec un chiot,évidemment. Mais plus efficace quetoutes les brimades du monde.Passons auxchoses sérieusesVoici ce que nous savonsaujourd’hui : nous (humains)avons accordé beaucoup tropdimportance aux histoires dedominance, de hiérarchie,dinstinct du loup, de place duchien «dans sa meute familiale»...Elles ne sont pas infondées, ceshistoires, mais elles ne méritentpas quon leur accorde un telintérêt dans le cadre du dressageconcret. Bien des experts ontnégligé une réalité simple, que lascience vétérinaire considèrecomme allant de soi.Cette réalité grosse commeun éléphant dans uneboutique Zara, c’est quel’influence de loin la pluspuissante et la pluspersistante dans lecomportement du chiendomestique est l’interactionavec les humains. Nousconditionnons leurs actions,leurs mécanismes de pensée,tous les jours, de façonvolontaire ou involontaire.Prenons un exemple bienconnu et souvent cité : enpoussant des cris surexcitésà la vue du chiot, en se ruantsur lui pour l’inviter à jouer,en le laissant nous sauterdessus, ou nous «mordillergentiment»... Nous sommes entrain de le récompenser, et del’encourager à reproduire cecomportement. C’est duconditionnement pur.OBJECTIFUn chien vraiment obéissantn’est pas un chien qui a étésoumis. C’est un chien qui aappris tous les jours que lameilleure idée qu’il pouvaitavoir au monde était de vousaccorder toute son attention,et de répondre dans laseconde à n’importe laquellede vos demandes. C’est uncomportement qu’on peutinduire chez TOUS les chiens,à peu de frais : un peu delecture et de la patience.Ceci est unchien attentif.3
  4. 4. L’esprit de laméthodeToutes les personnes quivivent avec des chiens lesconditionnent tous les jours.On ouvre le placard poursortir le paquet decroquettes, le chien nousfixe, salive, remue laqueue, et attend sagamelle. On sort la laisseet le chien devient foud’excitation, fait desallers-retours, aboie,youpi, on va sortir !Le conditionnement n’est ni unebonne, ni une mauvaise chose.C’est un phénomène inévitablequi se produit en permanence,dans la moindre de vosinteractions avec le chien. Plusvous êtes renseigné, plus vousêtes conscient des mécanismes,mieux vous les maîtrisez, etmieux vous pouvez intervenirpour modeler le conditionnementà votre guise, dans votre intérêtet dans celui du chien.Punitions ?Hurler sur un chien est*toujours* une mauvaise idée.Taper sur le chien, même «pasméchamment», est *toujours*une mauvaise idée.Taper sur le sol avec un journalroulé pour faire un gros bruit endisant «NON !» au chien d’unevoix très ferme est *toujours*une mauvaise idée.Choper un chien par la peau ducou et le secouer est *toujours*une mauvaise idée.Le chien n’en mourra pas, «c’estpas la fin du monde de se faireengueuler», bien sûr... Mais c’estau mieux inutile, au pire néfaste.Un «non» simple, et unecorrection par privation (de jeu,d’attention...), c’est en gros lesystème punitif de la bonneméthode. Votre chien doit biensûr apprendre le «non», maisune attitude autoritaire etagressive n’est ni efficace, niplaisante (sauf pour vous ??).J’ai desdoutes...C’est votre droit le plusstrict, mais la science estde notre côté. Renseignez-vous donc. Il paraîtraitmême qu’elle dit la mêmechose au sujet des gosses,ou encore des salariés ;)Et puis... nous vivons dansun monde où la bienveillanceet la compassion ne devraientpas être des mots risibles. Maison s’écarte de la science.On sait depuis longtemps que lesconditionnements les plusefficaces sont ceux qui s’exercentde manière :- neutre- persistante- cohérenteAjoutez à cela l’incroyablerelation de confiance qui peutexister entre l’homme et le chien,et vous obtenez une bombe debon sens et d’efficacité.AUCUNE PUNITION AU MONDENE SERA PLUS EFFICACEQU’UNE EDUCATION DOUCE,PAR RENFORCEMENT POSITIF,INTELLIGEMMENT MENEE.Poser un collier étrangleur à unchien qui tire en laisse sembleplus facile que de se taper de lalecture et des vidéos avant dechanger son proprecomportement en promenade etde faire quelques sessionsd’éducation active... mais votrechoix aura des conséquences. Lestress ne fonctionne pas mieuxsur le chien que sur l’homme :est-ce vraiment étonnant ?OUI MAIS MON CHIEN ESTVRAIMENT DIFFICILE !Evidemment, parfois, c’est très durd’aider le chien à perdre sesmauvaises habitudes. Certainsconditionnements sont lourds,puissants, et persistants. Dans cecas, n’hésitez pas à vous faire aiderpar un éducateur qui maîtrise labonne méthode. Mais n’en concluezjamais que l’autoritarisme a parfoisdu bon. C’est une illusion. Infligez dustress supplémentaire à votre chienet vous renforcerez les problèmes ouen créerez de nouveaux.4
  5. 5. 10 ERREURS FRÉQUENTES AVEC UN CHIOT5- Erreur n°1 : Récompenser des comportements non souhaitables, encourager l’excitation.On ne joue pas avec un chiot comme si on était soi-même un chiot. Si vous récompensez sonexcitation par la vôtre, que vous le caressez et l’encouragez quand il saute ou joue à vousarracher la main, c’est un conditionnement. Jouer avec votre chiot ? Bien sûr que oui ! Maisattention au contrôle émotionnel de tout le monde :)On peut jouer sans surexcitation permanente.-Erreur n°2 : Interdire ou punir la morsure. Lamorsure du chiot est naturelle. Il fait ses dents, ilrépond à son instinct carnivore, et c’est comme çaqu’il découvre et explore le monde. La morsure doitêtre contrôlée et pas inhibée ! Le contrôle consiste1) à lui apprendre à ne pas mordre l’homme maisaussi 2) à contrôler les jeux de morsures.-Erreur n°3 : Se laisser aller au débordementcolérique pour les grosses bêtises. «AAAAAH MES CHAUSSURES A 400€, BORDEL !»Et voilà notre gentil maître qui se met à hurler sur le chien, furieux, lui allonge deux ou troisclaques sur le museau, le tire par la peau du cou jusqu’à ses chaussures, lui met le nez dessus,s’époumonne, gesticule. Le chiot ne comprendqu’une chose : son maître peut être menaçant.- Erreur n°4 : Lui laisser immédiatement champlibre total dans votre maison. A son arrivée chezvous, le chiot doit être confiné, par différentsmoyens. Vous pouvez le garder fréquemment enlaisse à l’intérieur, lui aménager un espace limitépar des barrières quand vous partez faire lescourses... Il gagnera sa liberté progressivement, enapprenant à respecter les règles (de propreté, etc.).- Erreur n°5 : Lui apprendre l’autorité. Le chiot n’aaucune leçon d’autorité à recevoir, il vous respecte naturellement. Vous lui apprendrez le «non»,vous le «punirez» (en ne lui donnant pas ce qu’il désire), c’est indispensable, mais aller plus loinest inutile et néfaste. A chaque fois que aurez en tête une idée comme : «je vais lui montrer quiest le maître», c’est un excellent signe que vous vousapprêtez à faire des bêtises.-Erreur n°6 : lui mettre le nez dans son pipi enl’engueulant. Oh, il comprendra vite que son urineet ses excréments vous posent de gros problèmes.En conséquence de quoi il aura tendance à se cacherpour faire ses besoins, se retenir en votreprésence... ou même faire disparaître l’objet du déliten l’avalant tout rond. Êtes-vous bien sûr que c’estle comportement que vous recherchez ?
  6. 6. 10 ERREURS FRÉQUENTES AVEC UN CHIOT6- Erreur n°7 : Attendre que le chiot soit «assez âgé» pour l’éduquer. Votre chiot EST assez âgépour être éduqué : il est sevré, c’est bon, vous pouvez yaller. (Et encore, beaucoup d’éducation peut et doit avoirlieu avant le sevrage, mais ça, c’est l’affaire deséleveurs...). A deux mois, votre chiot est prêt àapprendre. Il ne demande que ça.- Erreur n°8 : Trop lui en demander. Emballé par lafacilité d’apprentissage du chiot au clicker, voilà que vousvoulez tout lui enseigner en même temps : assis-couché-fais-le-beau-va-me-chercher-une-bière. Du calme. Prenezvotre temps, ne lancez pas 15 nouvelles leçons en mêmetemps, assurez-vous que ce qui a déjà été appris estassimilé, ne devenez pas «obsédé du clicker».- Erreur n°9 : Lui laisser l’initiative. Pour desraisons qui m’échappent, certains professionnelsrecommandent de laisser l’initiative du jeu au chiot.C’est une aberration. C’est VOUS qui devez initier lejeu, les sorties, les repas. Vous n’êtes pas obligé de luirefuser une invitation au jeu, mais commenceztoujours par lui demander de s’asseoir et de secalmer, et lancez le jeu ensuite, selon vos règles.- Erreur n°10 : Prendre les choses trop au sérieux.Votre chiot a besoin d’un maître détendu et rassurant. L’avenir du monde ne repose pas sur vosépaules ni celles de votre chien. En mettant trop d’emphase, en dramatisant les situations, enexagérant les jeux, en lui manifestant un amour bruyant et éperdu, ou en prenant trop ausérieux ses échecs, vous n’allez pas faire de bien à votre chien. Sortez, méditez, respirez, faitesce que vous voulez, mais l’éducation au calme, primordiale pour le chien, est impossible àréaliser correctement avec un maître lui-même incapable de calme.QUE FAIRE AVEC UN CHIOT TRÈS PEUREUX ?Un chiot est rarement peureux s’il a connu un début de vie tranquille, une maman disponible, unebonne sociabilisation humaine. Néanmoins le chiot peut avoir connu des traumatismes, ou enrencontrer chez vous. Supposons par exemple un orage : voilà le loulou terrifié, tremblant,manifestant de gros signes de stress. Première chose à garder en tête : ne récompensez pas la peur, nevous précipitez pas sur lui pour le caresser, le chouchouter, le bourrer de friandises. Rejoignez-le,agissez normalement, intéressez-vous à lui mais sans excès de démonstrations affectives. Tenez-vousprêt à récompenser LE CALME. Donnez une friandise à votre chiot dès qu’il s’apaise, prévoyez demettre la leçon vidéo «apprendre le calme à son chien» en tête de liste de vos prochains apprentissages(pas tout de suite ! pas pendant l’orage...). Si malgré vos efforts et l’application de tous les conseilsclassiques du renforcement positif, le chien reste extraordinairement stressé dans une situation X ouY, vous pouvez tenter le gilet de contention, qui a un effet très rassurant sur les chiens stressés :http://www.retriever-village.com/mag/en/product-4745620.htm
  7. 7. FICHE CONSEIL - L’ARRIVÉE DU CHIOT7A son arrivée- Ne commencez pasimmédiatement les sessionsactives. Ne touchez pas auclicker avant 1-2 semaines.- Gardez le chien aussi souventque possible en laisse, àl’intérieur, eh oui ! D’une partpour l’habituer et ne pasconditionner la laisse à une tropgrande excitation. D’autre partpour le contrôler et l’aider àcomprendre vos règles.- Vous pouvez lui donner accès àvos chambres (mais pas auxlits) et y mettre son propre litpour la nuit. Vous l’habituerezen quelques semaines à dormirailleurs si vous préférez, çan’est pas un souci, il l’accepterafacilement dès qu’il serarassuré et confiant. Voyez çacomme pour un enfant, enaccéléré !- Trimballez son lit un peupartout dans la maison, utilisezle mot «ta place» pour ledésigner. «C’est ta place, ici» «Tues a ta place, c’est bien !» «Tuvas dormir à ta place ?».Habituez-le progressivement àêtre à sa place pendant quevous êtes ailleurs. Donnez-luides récompenses lorsqu’il estdans son lit, au calme.La propretéVaste sujet ! D’un chien à l’autreça pourra être très facile, ou trèscompliqué. Pas de recette miracleici, le clicker n’aidera pas ;)- Sortez régulièrement le chiot,toutes les 3 heures dans l’idéal,toujours après les repas.- Ne lui laissez pas d’eau àdisposition la nuit, il boira aprèsla dernière sortie, et au réveil.- Si vous ne pouvez pas le sortiraprès son dernier repas de lajournée, donnez un repas léger.- Utilisez une barrière deprotection pour laisser le chiotdans un espace facile à nettoyer(typiquement : la cuisine) envotre absence. Laissez-lui biensûr son lit et ses jouets.- Ne l’engueulez pas endécouvrant ses méfaits, c’estparfaitement inutile.- Nettoyez en dehors de saprésence, n’utilisez pas deproduits ammoniaqués ou d’eaude javel, dont l’odeur incite leschiens à recommencer.- Félicitez chaleureusement lechiot à chaque fois qu’il fait sesbesoins au bon endroit, maissans friandises et clicker : vousne voulez pas conditionner lechiot à faire ses besoins justepour vous faire plaisir, mais justel’aider à repérer les bons lieux.- Si le chiot n’est pas propre àcinq mois, prenez conseil.La gamelleOn vous aura sûrement dit qu’ilfaut habituer le chien à ne pass’offusquer de ce qu’on touche sagamelle, c’est vrai, mais ça doitse faire de façon agréable etrassurante pour le chien. Celasignifie qu’une fois la gamelledonnée, elle est à lui, au moinsdans les premiers temps : luiretirer, lui rendre, lui retirer, luirendre, va le stresser et l’inciterà manger au plus vite et àespérer que personne nes’approchera de lui quand ilmange. La bonne méthodeconsiste à tripoter le chiot et lagamelle pendant qu’il mange. Nelui mettez pas toute sa portiontout de suite, et rajoutez-lui à lamain, pendant qu’il est en trainde manger. Papouillez-le, fouillezdans sa gamelle, caressez-le,manipulez-le, sans exagérationet sans l’empêcher de manger.Apprenez-lui à apprécier votreprésence et celle des autreshumains pendant qu’il mange.Dès qu’il est habitué et confiant,montrez-vous un peu plusimprévisible : préparez lagamelle, mais ne la donnez pastout de suite. Prenez-lui sagamelle en cours de repas, poury ajouter un peu de croquettes etlui rendre immédiatement. Etc.
  8. 8. UN PEU DE THÉORIE... 1/8ComportementalismeCest létude du comportement, en l’occurrence du chien. Par définition, toute méthode de dressage,classique, par renforcement positif, ou la méthode de Dédé, est comportementaliste : on observe lescomportements du chien afin de comprendre ce que pourra être un dressage efficace, puis on encourageou décourage certains comportements, par des méthodes X ou Y.Stimulus -> ComportementCest une équation mathématique de base, une associationlogique. Si stimulus A, alors le chien réagit par un comportement B.On peut aussi écrire : A->B. Exemple 1 : le chien voit de la nourriture (stimulus A) -> il salive(comportement B)Mais le stimulus peut aussi venir du chien lui-même, et lecomportement ne pas être le sien : ce sera une situation tout aussiintéressante pour le dressage !Exemple 2 : le chien me pousse le bras du museau (stimulus A) ->je le caresse (comportement B).En réalité, les interactions entre le chien et son maître sont le plus souvent faites d’une succession destimulus et de comportements, de la part de l’homme comme de l’animal.Exemple 3 : Le chien prend une posture de jeu, je l’appelle, il vient, je lui dis «assis», il s’assied, je lui dis«c’est bien», je le caresse, je sors la balle... Il y a des tonnes de stimuli et de réponses comportementales,en permanence, dans l’interaction. Plus ils se répètent de manière cohérente, plus ils conditionnentl’animal (et vous aussi, mais chut ! nous n’aimons pas trop l’idée que nous sommes également desanimaux parfaitement conditionnables :p).Comportement naturel <-> Comportement induitComportement naturel = inconditionnel = primaire = Réflexes innés.Comportement induit = conditionnel = secondaire = Réflexes acquis.Ces équivalences ne sont pas franchement exactes, mais ça suffira pour ce que nous avons à en faire.Les comportements et renforcements primaires sont en général plus puissants que les secondaires,autrement dit : manger, boire, forniquer et se sentir en sécurité sont des préoccupations plusimpérieuses chez l’animal que les interactions sociales du type caresses, jeux, encouragements. Sachezjuste qu’au final, dans le seul cadre du dressage canin, lesfriandises et le plaisir au travail sont les deux motivationsles plus puissantes du chien, la première à court terme, laseconde à long terme. Et ça, y’avait pas forcément besoinde livres pour s’en apercevoir. Ce qui compte vraiment,dans la bonne méthode, cest quà un instant donné, unchien donné présente un ensemble de comportementsdonnés. Savoir s’ils sont sont innés ou acquis n’est pasd’une importance vitale, et votre chien se chargera mieuxque n’importe quel livre de vous faire savoir ce qui marchebien ou pas avec lui.8
  9. 9. UN PEU DE THÉORIE... 2/8Si Pavlovm’était conté...... ce serait vite fait ! Le pauvre, onn’a retenu de lui qu’une seule chose,avant que la relève psycho-socio-comportementaliste ne vienne lancertout le monde sur de nouvelles pistes.Soyons reconnaissants à Pavlovd’avoir aussi bien inscrit dans tousles esprits le principe deconditionnement par équivalence !Soit A1 : de la nourriture (stimulus).Soit A2 : une clochette (stimulus).Soit B : la salivation (comportement)Si A1, alors B.On conditionne A1 = A2.Et paf ! Si A2, alors B.Ah, d’accord ! C’est le principedu clicker !... Pas du tout ! Le raccourci est tentant, parce qu’il y a association dansles deux cas (nourriture = clochette / click = récompense) mais leprincipe du clicker, c’est de marquer l’instant exact du conditionnementqui nous intéresse, ce n’est pas lui qui crée le conditionnement.Ah, d’accord ! Le conditionnementvient de la récompense elle-même !Tout à fait ! Mais ça n’est plus «du Pavlov».Il y aura des effets Pavlov ici et là, bien sûr. Par exemple, le rituel de lapromenade est constitué d’un ensemble de stimuli (sortir la laisse et lalui mettre ; enfiler vos chaussures à l’heure programmée ; appeler«viens ! on va se promener !» ; se diriger vers la porte...) qui ont tous étéassociés les uns aux autres. Le conditionnement par équivalence aopéré : un seul de ces stimulus peut désormais suffire à votre chien pourexprimer son comportement d’excitation de promenade.Mais en règle générale, les principes de conditionnement du chienexcèdent largement le seul «réflexe de Pavlov», tout célèbre fût-il ;)Le fameux Pavlovet ses chiens9
  10. 10. UN PEU DE THÉORIE... 3/8Conditionnement (sensibilisation) (renforcement)vs. Déconditionnement (habituation) (inhibition)Exemple. Un chien arrive dans votre maison. Considérons deux bruits courants dans votre maison : 1) lasonnette de la porte 2) la sonnerie de votre téléphone. Au fil des jours, puis des semaines, via la répétitiondu même événement, le chien va apprendre que la sonnette de la porte est un stimulus du plus hautintérêt, puisqu’il annonce larrivée dun visiteur dans la maison. La sonnerie de votre téléphone enrevanche le laissera de plus en plus indifférent, rien d’intéressant n’y étant associé pour lui.Petit à petit, le chien va être conditionné à la sonnette de la porte (il yréagit de plus en plus : cest une sensibilisation), et déconditionné àla sonnerie du téléphone (il y réagit de moins en moins : cest unehabituation ou désensibilisation). A lorigine il réagissait de la mêmemanière aux deux bruits : il manifestait un intérêt et allait voir lasource du bruit. Il a réagi de plus en plus au premier, soncomportement sest renforcé. Il a réagi de moins en moins au second,son comportement sest inhibé.Renforcement vs. InhibitionRécompense+- vs. Correction+- (positive/négative)Exemple. Votre chien se précipite sur vos chaussons, dans l’intentionévidente d’en faire son jeu du goûter.1)Vous poussez un cri joyeux, tirez sur le chausson et le défiez au jeu.-> C’est du renforcement (vous encouragez le comportement)-> C’est du renforcement positif (vous avez ajouté quelque chose, unerécompense : le jeu).2)Au moment où le chien a voulu se précipiter, il était encore en laisse. Vousle détachez pour lui donner toute liberté de mettre les chaussons en pièces.-> C’est du renforcement (vous encouragez le comportement)-> C’est du renforcement négatif (vous avez enlevé quelque chose, unecorrection sous forme d’emprise physique : la laisse)3)Vous lui retirez les chaussons sans mot dire et vous vous mettez à l’ignorer.-> C’est de l’inhibition (vous découragez le comportement)-> C’est de l’inhibition négative (vous avez enlevé deux récompenses : le jeu et votre attention)4) Vous dites non, ou bien vous lui collez une beigne.-> C’est de l’inhibition (vous découragez le comportement)-> C’est de l’inhibition positive (vous avez ajouté une correction active)- Notez que positif signifie «ajouter» (et pas «bien») et négatif signifie «retirer» (et pas «mal»).- Notez que le «non» est une inhibition positive, une correction active. C’est la seule que nous utiliserons !- Notez aussi que le renforcement positif n’est pas une bonne chose en soi : tout dépend ce que vous décidez,plus ou moins volontairement, d’en faire (après les chaussons... adieu vos chaussures !).- Notez enfin qu’on peut renforcer le conditionnement de manière négative, tout comme on peutaffaiblir = inhiber le conditionnement de manière positive.10L’éducation du chien parrenforcement positif concentremajoritairement ses efforts sur lescas n°1 (renforcement positif) etn°3 (inhibition négative), car cesont les situations les plusmotivantes pour l’animal : cellesqui impliquent pour lui dechercher à recevoir, et nonà éviter !Cette vidéo vous expliquerapourquoi en une minute :http://www.youtube.com/watch?v=NLMzn9HQVKk
  11. 11. UN PEU DE THÉORIE... 4/8Conditionnement opérantvs. Conditionnement répondantLe conditionnement opérant est celui que le chien opère lui-même : il est à l’origine du comportement,il prend linitiative. Le conditionnement répondant est celui que le chien reçoit, subit (ça ne veut pasdire que c’est mauvais pour lui, c’est neutre, normal) : il répond à unstimulus en provenance de lenvironnement ou de son maître.Dans la logique du dressage classique, on s’intéresse surtout auconditionnement répondant. On pourra tirer parti desconditionnements opérants lorsqu’ils se présentent, en félicitantl’animal lorsqu’il propose de lui-même un comportement qui nousplaît, ou en le corrigeant dans le cas contraire, mais on n’essaiera pasde provoquer sciemment, ou pas souvent, le conditionnement opérant.Le dressage par renforcement positif, sans négliger bien sûr le conditionnement répondant, vas’intéresser de près au conditionnement opérant, notamment dans le cas de la séance clicker-trainingtypique : on va laisser linitiative au chien, lencourager à deviner quel comportement on attend de lui.Deux avantages à cela : 1) lanimal retient mieux et plus vite lexercice, et 2) le chien sait qu’en trouvantla solution, il pourra déclencher la récompense, ce qui est extraordinairement motivant pour lui. C’estaussi bête que le rat héroïnomane qui appuie sur la pédale. Ce que vous lui proposez est irrésistible pourson esprit de chien, il va chercher, répéter, essayer se casser les méninges pour trouver. Et adorer ça.Classique vs. Clicker : prenons la leçon «assis».1) Dressage classique : j’exerce une contrainte physique sur le chien pour l’amener à s’asseoir. Je dis :«assis !» plusieurs fois. J’y ajoute un geste en levant l’index. Je le fais se relever, je recommence. Aubout d’un certain temps, je dis juste «assis !» sans l’obliger à s’asseoir. S’il ne le fait pas, je répète :assis ! assis ! assis ! en levant le doigt. S’il ne le fait toujours pas, je le force à nouveau à s’asseoir, etainsi de suite, jusqu’à ce qu’il ait compris. Dès qu’il a compris et qu’il s’assied à mon ordre, je le félicitechaudement et je le récompense.2) Dressage par renforcement positif : je m’arrange pour que l’animaladopte de lui-même la position assise (c’est très facile, tab289 vousmontrera des trucs). Je clique dès que les fesses touchent le sol et jerécompense à chaque fois. Je ne donne aucun ordre. Je pousse l’animaldans la situation, c’est tout (c’est toujours le même principe, il y a 1001façons, avec la position du corps, avec les objets du décor, grâce à unleurre...). Petit à petit je diminue les indices, j’enlève le leurre, jeraccourcis le geste de la main, j’ajoute une commande verbale, je laprononce une et une seule fois à chaque essai... Si le chien hésite, jerabaisse immédiatement la difficulté. Je le laisse chercher un peu, maisà condition d’être sûr à 95% qu’il va trouver. Une commande, un essai,une réussite, un click, une récompense. J’augmente doucement la difficulté : le chien n’obtient plus leclick si facilement ! Il faut faire mieux, se creuser un peu, y mettre du chien, pardon, du sien, pouraller chercher sa récompense... mais il sait que ça va finir par marcher, que ça marche toujours,qu’il va le décrocher, ce click ! -> vous obtenez chien TRES motivé.11
  12. 12. UN PEU DE THÉORIE... 5/8Les mythes de la dominanceUn paquet de mythes ont été démontés sur le thème de la fameuse «dominance». La question estcomplexe, intéressante et mériterait un livret à part, mais une chose reste sûre, c’est que l’emballementqui s’est produit autour de l’idée de hiérarchie du chien ou d’instinct du loup, a mené même des gensd’apparence saine et logique à propager des idées, des méthodes, des pratiques d’éducation canine...sorties d’absolument nulle part, aberrantes, et souvent assez drôles. Florilège des trucs hallucinants :- il serait bon de manger avant lui (classique) parce que chez les loups, dans la pampa, le mâle alphamange le premier, mais aussi DANS SA GAMELLE pour bien lui montrer qui est le vrai boss. Jen’invente rien. De vrais gens avec une étiquette «expert» vous disentque vous devez vous mettre à quatre pattes et mimer l’acte demanger sa gamelle, en interdisant à Médor d’approcher.- il serait bon de copuler joyeusement en présence du chien (avantou après la gamelle ??), pour lui montrer que nous, on a le droitd’avoir du sexe, parce qu’on est les patrons, alors que lui, carotte.Les bras m’en tombent tant, qu’ils touchent le plancher. C’est plusgênant au final pour l’humain que le chien, mais bon... :p- il serait bon de frustrer régulièrement le chien, et refrain, pour lui montrer qui est le patron : lui retirersa gamelle régulièrement (il va apprendre à manger vite !), lui retirer les jouets qu’il a en gueule defaçon arbitraire, lui donner des ordres délibérément désagréables, l’ignorer pendant des heures, etc.Ma foi, si vous voulez vraiment avoir un chien frustré, vous pouvez bien sûr obtenir un chien frustré.Poussez le concept un peu plus loin et avec un peu de chance, on finira par parler de vous dans lesjournaux régionaux. IL EST INUTILE DE MONTRER AU CHIEN QUI EST LE BOSS.Puisqu’on vous dit qu’il le sait déjà... :) Sauf si vous lui avezenseigné le contraire, et encore, ça se corrige souvent.- tout comportement agressif est interprété via l’ascendancelupine. Le chien mord, hurle, aboie, agresse : c’est l’instinct duloup ! Aaaahlala. N’importe quelle personne un peu renseignéevous expliquera que c’est souvent pour les mêmes raisons (cf ci-dessous) que le chien mord, hurle, aboie ou agresse. L’instinct duloup ne fait jamais partie des réponses dans la vraie réalité, maisuniquement dans le fantasme de l’emballement collectif ;)Attention ! Ceci ne revient pas à dire que «l’instinct duloup» (autrement dit, la question de la proximité génétique oucomportementale entre les deux espèces) n’ait aucune incidence dansla vie des chiens. Le problème de l’instinct du loup, c’est surtout qu’ona raconté un bon paquet de conneries dessus :pDans VOTRE cas, avec Médor, il y a fort à parier que «l’instinct du loup»soit pour environ 0% de vos éventuels problèmes relationnels avec lui.L’instinct tout court, c’est autre chose.12Il y a vint ans, par pure bonne foi etaprès m’être renseignée du mieux queje pouvais, internet n’étant pas alorsce qu’il est aujourd’hui... J’interdisaisles friandises au chien à table (uneexcellente idée) pour ne pas luidonner de mauvaises habitudes (uneexcellente raison) mais surtout, pourlui rappeler qui était le patron, façon«on dérange pas le boss pendant sonrepas». Et je lui donnais à mangertoujours après nous, évidemment.Je croyais que ce petit rituel pesaitdans l’obéissance du chien. Je ne lui aiprobablement pas fait grand tort, étantdonné que tout ce qui l’intéressait,c’était d’adopter le comportement quilui attirerait notre approbation :pEntre chien et loup : http://francoisemartin.over-blog.com/article-22704332.html
  13. 13. UN PEU DE THÉORIE... 6/8La réalitéLa hiérarchie de dominance entre l’homme et le chien, qui justifie les méthodes de dressage autoritaire,n’existe pas. S’il y a une chose notable dans les relations du chien à l’homme, c’est plutôt son incroyableplasticité comportementale face aux demandes humaines et sa bonne volonté à se laisser conditionnerpar l’homme. Le chien est le champion mondial, incontestable, toutes catégories animales incluses, del’obéissance. Il a été taillé, forgé, élevé, façonné pour ça, il manifeste un bien-être à l’obéissance et unebonne volonté au travail qui est, au regard de l’histoire biologique globale de la terre, complètementunique, à la limite du surréalisme. Ce qu’on leur demande ! Ce qu’ils nous donnent !Votre chien se contrefiche de manger avant ou après vous, tant que l’atmosphère est paisible, la gamellepleine, ses humains favoris doux et cohérents, son environnement pas tropstressant. Les comportements gênants qu’il peut manifester s’expliquentpar plusieurs facteurs, ses instincts animaux, son intellect et sa palette deréponses, ses relations sociales et avant tout celles qu’il tisse avec sesmaîtres, mais aussi son histoire unique faite d’une somme d’expériencesuniques, etc. Un tas et un tas de facteurs. Zéro instinct du loup à l’horizon.Il ne faut pas pourautant commettrel’erreur de le traiter comme un homme. Il vit dans lemonde des hommes, un monde beaucoup tropcomplexe pour lui. Comme un enfant, il a besoin devous (... à vie !) pour lui simplifier les choses et luioffrir un petit bout de monde confiné, organisé,sécurisé. Le monde de vos règles, à vous, le maître dela relation, son dieu ou pas loin. Donnez-lui deslibertés étonnantes, qui le font l’égal d’un homme,comme le laisser manger dans votre assiette, à votretable, le laisser décider quand on mange, quand onsort, quand on joue, où il dort, cédez à tous sescaprices de chiot, négligez de lui enseigner lefondamental «ta place», etc. Il comprendra très vite que vous obéir est beaucoup moins fun, confortableet pratique, que de vous faire obéir, vous. Il a beau être génétiquement, psychologiquement etcirconstanciellement programmé pour vous obéir, il n’est pas complètement con non plus :pSi vous êtes responsable de lui, c’est parce que vous êtes incroyablement plus puissant et plus intelligentque lui. Il vous fait 100% confiance. Il n’a pas le choix, d’ailleurs ! Dites-lui une chose un jour, il vouscroit. Dites-lui le contraire le lendemain, il vous croit. Con comme lalune, par rapport à vous. Mais bien assez intelligent pour avoir desémotions, souffrir, être en colère, désirer, aimer. Il souffre plussimplement, il aime plus simplement, c’est tout.Si vous savez ce que vous faites, vous pouvez en faire absolument toutce que vous voulez, de ce chien. Tout ce que vous voulez. S’il peut lefaire, il le fera, rien que pour vos beaux yeux, par amour pourvous. Vous réalisez l’énormité du truc ? Assumez-le, ce chien :)13
  14. 14. UN PEU DE THÉORIE... 7/8La psychologie du chienOn a amplement parlé de sa capacité à être conditionnépar l’homme, mais ça ne fait pas toute la personnalitéd’un chien non plus. On a évoqué une somme complexed’héritages génétiques ou de conditionsenvironnementales, mais ça ne suffit toujours pas àexpliquer la personnalité d’un chien.Il reste à voir ce qui constitue au juste la façon de penserdu chien domestique, comment il voit le monde, commentil gère ses émotions, bref, sa psychologie.Quoique simple par rapport à celle d’un humain, lapsychologie du chien reste un sujet assez complexe pour qu’on soit loin d’y avoir tout compris. Ici, nousn’aurons que 2 pages à lui accorder. Que choisir ? A mon sens, le plus important est de savoir à quelpoint le chien a besoin de vous et en quoi les comportements qui nous paraissent dominants, agressifs,déplacés, ou nuisibles, sont presque toujours liés au stress, ou au conditionnement au stress.Le stressCeci est très important. Le chien n’a aucune protection contreles sources de stress complexes du monde humain. C’est notremonde, nos lois. Si nous sommes frappés par une source de stress,nous disposons d’une chose tout à fait unique dans l’universconnu : un cerveau humain, qui nous décortique en quelquessecondes le pourquoi et le comment de l’affaire, nous proposetoute une palette d’explications, et de comportements possibles.Le chien confronté au stress, lui, ne pourra pas se rassurer avecune explication intellectuelle, ne disposera pas de votre palette possible de réactions, et seraprobablement coincé par une laisse ou un ordre qui lui interdit de réagir comme il le voudrait, par lafuite ou l’agression. Si vous voulez qu’il change, il peut changer, mais c’est à vous de l’aider à gérer !Beaucoup de personnes, surtout parmi les amoureux des animaux, manifestent de la gêne, voire de lacolère à l’idée du conditionnement animal. «Mon chien n’est pas un robot !» C’est parfaitement vrai, votrechien n’est pas un robot, et aucun conditionnement intelligent, amical et mesuré ne pourra en faire unrobot. C’est au contraire ce mécanisme qui permettra à votre animal de s’adapter au monde deshommes ! La violence et le stress répété en revanche, le transformeront en bête inhibée et instable.Le chien est comme nous, il gère son stress comme il peut. Nous avonsquasi les plein-pouvoirs sur son environnement, nous pouvons l’aiderfacilement, en l’observant avec bon sens et bienveillance, en prenant letemps de lui enseigner les leçons d’obéissance primordiales pour sasécurité et la nôtre, en lui enseignant le calme, le rappel, en lesociabilisant en douceur, en l’éduquant de manière à la fois intelligente,bienveillante et calculatrice. Nous n’imaginons pas combien soncomportement est plastique et malléable !14
  15. 15. UN PEU DE THÉORIE... 8/815SOURCE http://www.lisaleicht.ch/fr/textes/Les signaux d’apaisementLe chien est un animal exceptionnellement communicant. Il ne parle pas, mais il vous envoie des tonnesde signaux, parfois discrets (baîller, détourner la tête, battre de la queue, gratter...) ou franchementlisibles (reculer, gronder, aplatir les oreilles) qui sont autant d’avertissements, de tentativesd’apaisement de la situation, et de démonstrations de contrôle émotionnel canin : on appelle ça «auto-contrôle». Champion du monde d’obéissance, oui. Nerfs d’acier, non. C’est un grand sensible. Le plusgentil chien du monde peut mordre en situation de stress intense. Dans une vidéo qui circule beaucoupsur les sites de renforcement positif, on voit un chien de travail (donc éduqué et entraîné à l’obéissance),assigné à sa place et tenu en laisse, manifester des signaux de stressde plus en plus pressants devant la présence trop proche d’unjournaliste, se gratter, se lècher furieusement le nez... Le journalistecommet alors l’erreur de renforcer son stress en se rapprochant duchien, qui recule, baisse les oreilles, cherche l’issue, ne la trouvepas... Le journaliste se penche alors sur lui ! Le chien ne peut pasfuir, maintenu par la laisse et les ordres. Acculé, il mord. Il estinvraisemblable que son maître, un professionnel, n’ait rien vu venir.Sans doute était-il lui aussi stressé par la caméra, car les signaux duchien sont limpides, même pour le non-expert !Vous faut-il un manuel pour voir quece chien est mal à l’aise ?
  16. 16. Votre chien est un carnivore.Ca veut dire que son régimenaturel, c’est la viande crue.• • •Des experts aux nomsimprononçables se sont penchéssur la question et ont mené destas de recherches compliquéespubliées dans des revues qui nel’étaient pas moins, pour nousoffrir une conclusion incroyable :le meilleur régime possible pourvotre chien carnivore, c’est unrégime carnivore ! Truc de fou.OUI MAIS...On n’aime pas bien l’idée. Ellenous met vaguement mal à l’aise.Encore un fantasme de l’instinctdu loup... On s’accroche à l’idéeque les chiens peuvent mangerd’autres trucs, genre légumes,céréales, qu’ils aiment le sucre,ne crachent pas sur les fruits, onse dit qu’ils sont un peuomnivores... Sauf que non. Ilssont carnivore à tendanceomnivore, si besoin ; ils*peuvent* manger un peud’autres trucs, c’est tout. Et ilsn’ont aucun moyen de savoir cequi est mauvais pour eux dans lefrigo de leur humain favori.QUEL EST LE PLUS ADAPTÉ ?Un régime de viande crue, à peuprès comme pour une proienaturelle, c’est-à-dire incluant lesos et les abats. Un petit peu depoisson ou d’oeuf par ci, un petitcoup d’huile et de fromage par-là,de temps en temps les restes durepas de famille, pourquoi pas...Mais le régime de base, c’est car-ni-vore, ça veut dire viande. Crue.JE NEVEUX PAS, PARCE QUE...Vous ne consommez pas deviande et refusez, pour raisonéthique, d’en acheter. Ou alorsc’est trop compliqué à organiser.Ou alors vous appréciezmoyennement l’idée duchien qui mâchouille destrucs sanguinolentspendant des heures. Oualors ceci ou cela. Pas deproblème, votre chien nemourra probablement pas(en tout cas pas tout desuite) d’être nourri auxcroquettes, mais sachez tout demême que, tout comme pourl’homme, l’alimentation est unfacteur-clef de la santé animale,pour ses dents, pour son poil, sadigestion, sa santé globale. Pas lapeine de chercher : aucun autrerégime au monde ne sera aussibénéfique pour lui.AU MINIMUM, RENSEIGNEZ-VOUSSur l’alimentation du chien, lesaliments dangereux pour lui, etc.Dans votre cuisine, il y a de quoile rendre très malade, à plus oumoins long terme. Voire le tuer, sivous y mettez vraiment du vôtre.Tout le monde connaît le coup desoignons crus ou du chocolat, maisil y en a bien d’autres :renseignez-vous !Encart publicitaire pour leREGIME CRUUne proie entière, à la louche c’est :- 80-85% de viande (muscle)- 10-15% d’os comestibles = CRUS- 5-10% d’abatsSource : http://www.barf.ch/barf/index.php/alimentation-naturelle/12QUELQUES TRUCS...Allez voir votre boucher et faitesconnaissance avec lui. Il en jette, deschoses intéressantes ! Guettez lespromos de supermarché. La viandeque vous ne regarderiez même paspour votre famille, même non bio,est meilleure que les croquettespour la santé du chien. La date depéremption approche ? Pas grave !QUELQUES TRUCS...Vous pouvez aussi miser sur un groscongélateur, et là, les plans semultiplient, morgue, hôpitaux... Nonje déconne. Mais les abats, les os, laviande sont jetés par milliers, tousles jours, partout. Le meilleur plandépend uniquement de l’endroit oùvous habitez ! Soyez un peu malin...16A lire : http://nourrirsonchien.wifeo.com/elements-de-biologie-canine.php et http://www.coeurcanin.com/nutrition.htmUn chiot doit manger environ10-15% de son poids par jour,contre 2-3% pour un chien adulte.
  17. 17. FICHE CONSEIL - LE MATÉRIEL17Des friandises(Drops, en anglais)Le drop doit être assez petit pourêtre avalé en une seule bouchée.Le drop doit être extrêmementappétent pour votre chien.Chaque chien a ses préférences.Le drop doit être varié. N’utilisezpas toujours la même friandise,et mélangez plusieurs friandisesafin de maintenir le suspense.Le drop doit être pratique àutiliser. Des miettes de thon àl’huile dans le sac à drops, c’estmoyennement pratique...Quelques exemples :- petits bouts de fromage- petits bouts de viande- croquettes pour chats- croquettes pour chien- friandises commerciales- mini-saucisses...Il faut bien évidemment retirerles drops utilisés de la ration denourriture quotidienne del’animal, et ne pas abuser desaliments un peu nocifs !Un «drops bag»Un sac pour les friandises...Pratique en intérieur,indispensable en extérieur. Ilfaut pouvoir accéder rapidementet facilement aux friandises.Un clickerCa coûte 5-10€ et ça se trouve unpeu partout, dans les magasinsspécialisés, sur internet...Collier-LaisseUn collier classique, plat, feraparfaitement l’affaire, prévoyezaussi deux laisses, une normaleet une longue, ou alors une laissemulti-positions. Certains adeptesde la méthode douce aimenttravailler à la longe (une corded’une dizaine mètres ou plus),mais nous ne parlerons pas decette méthode ici, notammentparce que je n’y connais rien.Un harnais éducatif (attachedevant) peut être utile mais n’estpas indispensable.Quant aux colliers étrangleurs, àpointes, électriques, à spray ouautres -> poubelle.Des jouets- 3-4 jouets que vous laissez enpermanence au chien, desjouets qu’il aime bien mais quine le rendent pas dingue nonplus (pas de «pouick» parmi cesjouets-là !).- 1 doudou à donner à votre chienquand il est calme, qu’il vadormir... et à protéger du jeu.- 1-2 jouets pour les exercices de«tug» (tirerla corde)réservés,hors deportée duchien.- 1 jouet pouick, ou autre jouettrès apprécié par votre chien, àréserver comme récompensesuprême de travail.- De bons jouets à mâcher sontindispensables pour le chiot.Jetez un oeil aux fameuxKongs, qui ont fait preuve deleur efficacité depuis longtemps.- 1-2 jouets à rapporter, surtoutsi vous avez un chien au fortinstinct rapporteur (chien dechasse, retriever...). Ces jouetssont réservés, le chien n’y a pasaccès en permanence. L’objet àrapporter typique s’appelle«apportable» ou «boudin».
  18. 18. FICHE CONSEIL - PRINCIPES GÉNÉRAUX18Interactionnaturelle, auquotidienVous êtes en interaction avecvotre chien en permanence, ettoutes ces interactions modèlentson comportement.L’éducation par renforcementpositif ne consiste pas seulementà donner des leçons au clicker. Ilest encore plus importantd’utiliser les situationsquotidiennes qui se présententnaturellement à vous.Par exemple, on va récompenserde façon aléatoire un chien dansses attitudes de calme.Par exemple, on va demander auchien de s’asseoir et de se calmeravant de lui accorder les chosesqu’il préfère : la gamelle, lasortie, le jeu, renifler uncongénère...Par exemple, on va encourageret récompenser toutes lesoccasions où le chien nousmanifeste toute son attention,nous regarde dans les yeux,répond à notre appel. Si vousvoulez un chien attentif, soyezattentif à lui.Par exemple, on va découragerles interactions proposées parle chien et qui nous déplaisent(nous sauter dessus ou nousmordre) en l’ignorant, voire enlui retirant une minute sonhumain favori : vous voirquitter la pièce en plein jeu estune frustration plus efficaceque la punition pour le chien !Séances dedressagespécifiques2-3 fois par semaine, ou tous lesjours si on le souhaite, on vaproposer au chien des séancesd’éducation par renforcementpositif, de 10-15mn, pour luienseigner de nouveauxcomportements (assis-couché-va-chercher), travailler à unproblème X ou Y (le chien refusede se laisser couper les ongles,aboie sur les visiteurs, ou estterrifié par vos chats), ou encoreprofiter d’une séance de jeu pourrenforcer l’apprentissage ducalme. La frontière entrel’interaction naturelle et laséance de dressage spécifique estparfois très poreuse ! ;)Les sorties... sont un moment crucial ! Ellesont lieu tous les jours, sauf sivous êtes un maître indigne, etc’est un excellent moment pourtravailler les leçons et lesrenforcer. D’une part parce quel’extérieur permet de faire desexercices impossibles enintérieur (travailler le rappel àdistance par exemple) maissurtout parce qu’elles sontl’occasion de renforcer une leçonapprise dans des conditions dedistraction ! C’est un pointénorme, vital, crucial.Les trois DDistance / Durée / Distraction !C’est en travaillant les 3D quevous allez obtenir descomportements parfaits del’animal. Vous allez augmenterprogressivement la distance àlaquelle vous donnez des ordres,la durée pendant laquelle vousdemandez au chien d’êtreattentif et de vous obéir, et lenombre de sources dedistractions susceptibles dedétourner de vous l’attention duchien. L’une des clefs durenforcement positif consiste àaugmenter progressivement lademande, à toujours mettre labarre un peu plus haut, de façonprogressive et calculée.
  19. 19. FICHE CONSEIL - LE CLICKER 1/219Nous y voilà !Allez, avouez que vous attendiezça. Le moment est venu, parlonsdu fameux clicker !Comme on l’a dit, c’est unreward marker, un «marqueurde récompense». Il sert àcapturer l’instant exact, précis,du comportement souhaité. C’estdifficile de marquer exactementle moment où le chien produit lecomportement souhaité. Leclicker sert à ça. On va clicker àl’instant exact où le chien réussità produire le comportementdemandé, ce qui l’aide à cernervotre demande et y répondre.On pourrait justedire «oui !»C’est parfaitement exact. Un bongros «OUI !!!» peut servir dereward marker. D’ailleurs,beaucoup d’adeptes del’éducation par renforcementpositif s’en contentent. Mais leclicker a plusieurs avantages :- il produit toujours le mêmeson- c’est un son bref et trèscaractéristique.- il est réservé aux leçons, lechien ne l’entend pas endehors.- il est universel, ce qui esttrès utile si plusieurs personneséduquent le même chien.Charger le chienau clickerCela signifie tout simplementfaire comprendre au chien queclick = récompense. C’est trèssimple à faire. On prend unclicker. On prend des friandises.On click puis on donne unefriandise, 10 ou 15 fois de suite,plusieurs jours de suite. C’est uneleçon que les animaux retiennenttrès facilement :DConditionnementopérantRappelons que : conditionnementrépondant = stimulus extérieur.Conditionnement opérant = initiépar l’animal. Le clicker se prêteparticulièrement bien au travailsur le conditionnement opérant,comme on le verra grâce auxvidéos. En attendant, partez duprincipe suivant : vous n’aurezjamais à toucher votre chienpour le forcer à faire quelquechose, vous allez utiliser desleurres, des attitudescorporelles, ou des objets dudécor, pour l’amener par la ruseà exercer de lui-même tel ou telcomportement (s’asseoir,reculer, porter un objet...).Imposer lesuccèsL’un des grands principes del’éducation par renforcementpositif consiste à créer desconditions dans lesquelles l’échecn’est pas une option. Le chien vaforcément réussir, et forcémentavoir sa récompense. Lafrustration sera utilisée (le chiendoit réussir à obtenir le click etpourra mettre du temps à lefaire) mais chaque essai setermine obligatoirement par unepetite victoire du chien. Celaparaît compliqué à réaliser, onverra grâce aux vidéos que c’esten réalité très simple !Attention auxexcèsLe clicker est redoutablementefficace, mais gardez en tête quele but est de s’en passer.Diminuez progressivement sonusage, utilisez d’autresrécompenses, réservez-le pourl’apprentissage des nouvellesleçons, ne le trimballez pas toutle temps avec vous. Un recoursabusif au clicker incitera votrechien à s’intéresser davantage àla récompense qu’à vous-même,ou à refuser de travailler sans.
  20. 20. FICHE CONSEIL - LE CLICKER 2/220Par petitesétapes, enaugmentant lademandeQuelle que soit la leçon enseignéeau chien, il faut toujoursprocéder petit pas par petit pas.Au début, vous allez cliquer pourune simple esquisse du geste,puis vous allez augmenterprogressivement la demande, ilfaut que le chien aille un peuplus loin, propose un geste deplus en plus abouti, avantd’obtenir le clic, mais sans queça soit trop difficile non plus, enrespectant son rythme propre.S’il ne réussit pas, c’est que vousêtes allé trop vite et qu’il fautrevenir une étape ou deux enarrière.Les 3DVous vous souvenez des 3D ?Durée, Distance, Distraction ?C’est presque toujours sur les 3Dque l’augmentation de lademande va porter. Vous allezdemander au chien de faire tellechose tout à côté de vous, puis unpeu plus loin, puis depuis l’autrebout du jardin. Vous allezdemander au chien de ne «pasbouger » pendant une seconde,puis deux, trois, dix, puis uneminute, puis cinq minutes. Vousallez lui demander de fairel’exercice au calme chez vous,puis en présence d’autrespersonnes, puis en extérieurcalme, puis en extérieur avec unpeu de distractions, puisbeaucoup de distractions(passants, odeurs, chiens,enfants qui jouent...).Limiter les dropsAvec certains animaux moinsmalins, comme les oiseaux, ouplus indépendants, comme lesfélins, l’éducation positive sansnourriture est quasi-impossible,ce qui peut être problématique,ou limiter l’intérêt. Votre chien,lui, est un championincontestable de l’intelligenceanimale et de l’obéissance,notamment les races à gros QItype border collie, bergers ouretrievers. Tous les chienstravailleront pour le plaisir, sansfriandises. Encore faut-il s’yprendre de la bonne façon, defaçon mesurée, sans excès. Lesfriandises sont particulièrementintéressantes pour les nouvellesleçons, et encore, on peutsouvent s’en passer. Puis dès quevotre chien maîtrise l’exercice,cessez les drops et remplacez pard’autres récompenses.Inventif auquotidienLes 3/4 du travail seront faits endehors des moments de dressagespécifique, dans les situationsquotidiennes. Si vous savez ceque votre chien aime, vous savezcomment monnayer avec lui !Tout ou presque peut êtrerécompense : la gamelle, le jeu,l’autorisation d’aller dire bonjourà un invité, d’aller renifler unautre chien, la promenade, lecâlin, la voix... Et certainesleçons s’associent mieux àcertains types de récompenses.Ne vous inquiétez pas, nousallons voir tout ça concrètement,avec les vidéos. Une fois letrousseau de clefs en main, Skyis the limit, comme diraitl’autre :) Soyez inventif,n’hésitez pas, avec cette méthodeon peut donner la même leçon de300 façons différentes, imaginer300 autres leçons ou situations.Si vous le sentez moyen commeci et avez envie de le tenterplutôt comme ça, faites-le !PREFEREZ TOUJOURS LEFUN A L’EFFICACITE.TOUTES LES LECONSDOIVENT TOUJOURS ÊTREAMUSANTES, POUR VOUSDEUX. Les scientifiques se tuentà nous le dire, on apprend mieuxet plus vite de cette façon !
  21. 21. FICHE CONSEIL - PRÉJUGÉS SUR LERENFORCEMENT POSITIF21Les friandisessont nocives«Friandise» ne signifie pas qu’onutilise des aliments nocifs. Vousn’allez pas donner des bonbonsau chien, mais des aliments quitrouveraient tout aussi bien saplace dans sa gamelle. C’est pourça que je préfère utiliser leterme «drop» : friandise nesignifie pas gourmandise !Il faut manger àheures fixesPas du tout. Un chien peuts’adapter à tout, lui donner 3, 4,7 ou 18 repas par jour n’a aucuneconséquence. Seules comptent laquantité globale de nourriture, etla façon de l’équilibrer sur ladurée. Les repas fragmentéspermettent aussi de prévenir lerisque de torsion d’estomac, quiest courante et dangereuse.Le clicker va enfaire un robotIl faut vraiment que vous lisiezde toute urgence la partiethéorique de ce livret...Les friandisesvont le rendrecapricieuxIl faut vraiment que vous lisiezde toute urgence l’intégralité dece livret...Il ne travailleraplus que pour larécompense !Si vous vous y prenez n’importecomment, c’est vrai. On voit desmaîtres obsédés du clicker,l’ayant toujours en poche, oubien qui récompensent le chienpour n’importe quoi, à longueurde journée, avec ou sans clicker.D’autres n’ont tout simplementpas compris, ou pas voulucomprendre, la bonne façond’utiliser le clicker : ilsn’augmentent jamais lademande, ils n’incitent pas lechien à chercher, ils n’utilisentque la nourriture en récompenseau lieu de diminuer le recoursaux drops et varier lesrécompenses. Tout comme leclicker, la récompense n’estqu’un outil, elle ne doit pasdevenir le coeur de la méthode.Le renforcement positif bienappliqué forgera chez le chien unamour du travail qui excèdelargement la gourmandise.Il existe d’autresméthodes toutaussi efficacesC’est très probable. Je ne les aipas testées, mais il existe denombreuses méthodes, plus oumoins spécifiques. On n’éduquepas un chien policier comme unchien d’avalanche, on n’éduquepas un chien-guide d’aveuglecomme un chien-guide de maîtreen fauteuil, et même en dehorsdes institutions canines, chaquepersonne peut avoir sa proprevision de l’éducation. Vouspouvez parfaitement en choisirune autre, vous pouvezparfaitement ne pas apprécier leclicker, tant que vous comprenezet respectez les mécanismesfondamentaux du comportementdu chien.
  22. 22. Et maintenant...Au travail !C’est passionnant, les histoiresde conditionnement, mais vientaussi un moment où on a besoinde savoir comment on s’y prend,concrètement, avec notre chien,là, maintenant, tout de suite, sipossible avec des indicationsclaires, des exemples précis etillustrés, ce genre de trucs.Des vidéos de séances dedressage paraissent donc toutindiquées. Encore faut-il trouverun vrai guide, une personnesérieuse, compétente, organisée,à la pointe des dernièresavancées de la sciencevétérinaire. Un vrai maîtredresseur, quoi.J’ai donc pris mon bâton depélerine internet et j’ailongtemps marché dans ledésert, subissant sans meplaindre des tonnes de vidéos dedresseurs du dimanche ou dechiens trop mignons.En France, je n’ai rientrouvé de trèsconvaincant. Il y ad’excellentes vidéos, maisrien de suffisammentconsistant. Il fallait dusolide. Il fallait unprogramme. Il fallait de lacontinuité, et de la matière.Dès qu’on cherche en anglais,les dresseurs avec chaînerégulière et vidéos organiséespullulent. Je suis loin de les avoirtous testés, il y en a trop. Et puispourquoi chercher plus loin,alors que j’avais trouvétab289, qui est parfait,très bon tacticien, et quiparle un anglais plusfacile à comprendre quela plupart des autres ?Mais si vous êtesanglophone, n’hésitezpas à fouiller les canaux,Youtube, Dailymotion,Vimeo, etc. Chaquedresseur a son style, sesparticularités, et ses poke... seschiens. Voyez laquelle, voyezlequel vous parle le plus.Ici, nous nous concentrerons surla méthode telle que je vous l’aiécrite et telle que tab289 va vousla montrer dans une longue suitede vidéos, dont ce livret exposeraun résumé des points-clefs.Meet tab289 &SoleaPour chaque grande leçonenseignée au chien, nous allonsnous appuyer sur une vidéo detab289 et sa chienne bergerallemand, Solea. Tout le domainequi nous intéresse est couvert...et bien au-delà.Aussi est-il essentiel à partir demaintenant que vous puissiezregarder ces vidéos au fur et àmesure qu’elles se présenterontdans ce livret : la lecture seulen’est pas suffisante.ATTENTION A UNE CHOSE.Soyez tout de suite attentif auxdétails : voyez comment tab289utilise le clicker, comment ilalterne les mains qui donnentles récompenses, ou les façonsde les donner, notez les gestesqui accompagnent lescommandes verbales... Vousdevez toujours comprendrece qu’il fait, la raison dechaque geste. Cela vousaidera à assimiler trèsrapidement.Tout le monde a besoindamour, dinteractionspositives, de plaisir au travail,votre chien comme vous ! Avecla méthode tab289, votre chiensera incroyablement bienélevé, fou d’amour etd’attention pour vous, parceque vous aurez mérité saconfiance, et votre linge seralavé plus blanc que blanc.Quattendez-vous ?http://www.youtube.com/user/tab28922ENFIN PLACE AU DRESSAGE CONCRET :CHAÎNE VIDÉO YOUTUBE DE TAB289
  23. 23. NOM, CONTACT VISUEL ET ATTENTIONLeçon urgente !ObjectifsLorsqu’on appelle le chien par son nom,il doit cesser immédiatement ce qu’il esten train de faire et vous accorder sonentière attention. Cet exercice feratravailler l’attention du chien et établirale conditionnement à l’appel du nom.CommandesverbalesLe nom du chien... ou un surnom.A retenir !- N’utilisez le nom du chien que dans uncontexte positif. Ne l’appelez jamaispar son nom d’attention pourl’engueuler ou lui demander de fairedes choses désagréables.- En grandissant, le chien feraparfaitement la différence entre unappel et l’utilisation neutre de son nom(par exemple dans une conversation).Mais au début, avec le chiot ou lenouveau chien, essayez d’utiliser lemoins possible son nom, même ensituation neutre. Ou utilisez unsurnom (ou l’inverse ! utilisez unsurnom comme «nom d’attention»).Lorsque vous appelez le chien par sonnom d’attention, il doit tout lâcherpour y répondre en vous regardant.- Soyez patient, persistant, régulier aveccet exercice. C’est une commandefondamentale qui facilitera les chosespour *toutes* les autres leçons : si unchien est attentif à l’appel, il répondrainfiniment mieux à tous les ordressuivants.Lien : http://www.youtube.com/watch?v=9oo6tcSxWWg1:10 - Avec un chiot,utilisez un vocabulaire :- simple- cohérent- structuré1:25 - Utilisez un leurre(un drop dans la main) etrécompensez le chien poursuivre la main, avec leleurre ou avec un autredrop (faites varier)1:35 - Bougez rapidementla main vers votre nezpour inviter le chiot à vousregarder. Clickez dès qu’ilvous regarde.1:53 - Retirez le leurre,montrez au chien qu’iln’est plus là. Poursuivezl’exercice.2:18 - Ajoutez lacommande verbale= le nom du chien2:44 - Diminuezprogressivement le gestede la main. Continuez àutiliser le nom du chien.Ne cliquez QUE pour lecontact visuel. Augmentezle temps de contact visuelavant de cliquer.3:28 - Une fois l’exerciceassimilé, pratiquez-lerégulièrement en situationréelle avec distractions (auparc, en société, enprésence de chiens...)ABONNEZ-VOUS ! -> YOUTUBE.COM/TAB289
  24. 24. JOUER À TIRER... ET APPRENDRE À LÂCHERObjectifs- Lâcher un objet et le rendre au maître- Jouer de manière calme et contrôlée- Pas de clicker ni de drop : le jouetutilisé (la corde) EST la récompense ;)Commandesverbales- Lâche ! (Let go)A retenir !- Les récompenses de l’entraînementdoivent être aussi variées que possible.Dès qu’on a l’occasion de ne PASutiliser de drops, il faut la saisir ! Ici, lamotivation du chien est de pouvoirtirer à nouveau sur la corde.- C’est toujours le maître qui initie le jeu.- Le jouet utilisé (typiquement, unecorde à mordre) doit être réservé àcette activité (le jeu du «tug» = tirer) etne doit pas être laissée à disposition duchien, afin de maintenir tout sonintérêt pour le jeu.- Manifestez toujours une attitudepositive et enthousiaste (ce qui nesignifie pas surexcitée !).- Soyez patient, surtout avec un chiot.Lancez l’exercice sans aucunedistraction autour, n’abandonnez pasune fois que vous avez commencé.- Notez que la seule commande del’exercice est «Donne» (ou ce que vousvoudrez). Inutile de lui apprendre«Tire», vous pourrez le faire plus tard,et surtout, vous ne voulez pas luiembrouiller le crâne avec duvocabulaire inutile pour la leçon.Lien : http://www.youtube.com/watch?v=SdsuEZ4lcD0O:50 - C’est la partie facile,agitez le jouet (corde àtirer) devant le chien etattendez qu’il le saisisse.Jouez avec lui, incitez-le àtirer la corde.1:13 - Arrêtez de jouer.Gardez la corde en main,mais ne bougez plus,arrêtez toute stimulationdu chien, et attendez qu’illâche le jouet, ce qui peutprendre un certain temps !1:25 - Félicitez-le quand illâche, et donnez-lui sarécompense en relançantle jeu !1:55 - Ajoutez lacommande verbale«Lâche !», une seule fois, nebougez plus la corde, etattendez que le chienlâche. Il finira parcomprendre que s’il veutcontinuer à jouer, il n’a pasle choix !2:18 - Utilisez unecommande de find’exercice, par exemple«Okay !» pour signalerqu’on peut recommencer àjouer.2:22 - Dès que l’exerciceest fini, rangez le jouet, ildoit être réservé à ce jeupour maintenir à hautniveau l’intérêt du chienpour le jeu du tug.ABONNEZ-VOUS ! -> YOUTUBE.COM/TAB289
  25. 25. CONDITIONNER UN CHIEN AU CALMELeçon urgente !Objectifs- Aider votre chien à être globalementdétendu et résistant au stress- Pouvoir lui imposer le calme, en luienseignant la posture associée : positioncouchée (voir vidéo «Assis CouchéDebout») et tête posée sur le sol.Commandesverbales- La tête ! («Head» en anglais)A retenir !- L’essentiel est de conditionner l’animalau calme, un peu tous les jours. C’est lesujet de la 1ere vidéo. 1-3 fois par jour,pas plus, donnez un drop, une caresse,un câlin tendre, à votre chien, lorsquevous le trouvez dans la posture decalme (= couché + tête posée).- Multipliez les câlins et papouilleslorsque le chien est calme. Ne lerécompensez pas lorsqu’il est excité,qu’il manifeste de la peur, ou du stress.Rassurez-le, bien sûr, mais sansdébordement affectif. Votre chien n’estPAS un humain, il n’en a PAS besoin.- L’exercice actif (la posture)servira àcontrer un état d’excitation.- Un chien régulièrement sorti etéduqué de manière douce a de grandeschances de devenir calme assez vite.Cette leçon est avant tout importantepour les chiots, qui ont plus dedifficulté à rester calmes et concentrésque leurs aînés.- Un chien apprend par associations,entre un objet, une personne... et sonétat émotionnel. Le conditionnementau calme permet de contrer lasurexcitation mais surtout le stress !1) http://www.youtube.com/watch?v=UxMHwrSqD8Y2) http://www.youtube.com/watch?v=OCk5VxHZ398PREMIERE VIDEOTrès théorique ; pouranglophones seulement. Lecontenu essentiel estrésumé sur cette page.DEUXIEME VIDEOLa posture de calme.0:40 - L’exercice se fait enposition «couché». A l’aided’un leurre (drop dans lamain), encouragez-le àsuivre la main. Clickez (oudites oui), récompensez.1:15 - Dirigez la tête duchien vers le sol,récompensez. Puisattendez que la tête resteplus longtemps au solavant de récompenser.1:55 - Commencez àretirer la main qui tient leleurre, récompensez lemaintien de la tête au sol.Donnez un jackpot dedrops dès que le chien abien compris et attend.1:50 - Ajoutez lacommande verbale : «latête !» (ou ce que vousvoulez). Enlevez le leurre,diminuez progressivementles indices gestuels,jusqu’à ce qu’il ne resteque la commande verbale.Puis éloignez-vous etdonnez la commande àdistance.2:40 - Ca marche dansn’importe quelle position...(Le reste de la vidéo sera vuedans un autre exercice.)ABONNEZ-VOUS ! -> YOUTUBE.COM/TAB289
  26. 26. CONTRÔLER LA MORSURE DU CHIOTLeçon urgente !Objectifs- Apprendre au chiot à ne pas mordreles gens, en lui montrant ce qu’il DOITfaire, et non ce qu’il ne doit PAS faire.Contrôler et encadrer les jeux demorsure, sans frustrer le chien.Commandesverbales- Stop ! («Off» en anglais)- Lâche ! («Let go» en anglais)A retenir !- La morsure de jeu du chiot estnaturelle, bien intentionnée etnécessaire à son développement. Il nes’agit donc certainement pas de lepunir ou lui interdire de mordre.- Les méthodes classiques sontcorrectives et montrent ce que le chiotne doit PAS faire. Elles ont tendance àne pas calmer le chiot, voire à l’exciterdavantage ; et ça ne marche que pourles gens qui ont corrigé le chiot... quipourra parfaitement se défouler surd’autres personnes ensuite !- Ici, nous nous concentrons donc surl’objectif : montrer au chiot ce qu’ilDOIT faire.- Procurez-lui déjà de bons jouets àmâcher : des Kongs, des os à mordre debonne qualité, vérifiez la solidité et lanon-dangerosité des jouets.- On va utiliser ici une méthode trèsconnue et très employée, le «Pastouche !» (cf vidéo «Pas touche !» pourun focus sur cette technique).- Apprenez-lui le plus de chosespossibles : un chiot qui travaille biens’intéresse moins à vous mordre.Lien : http://www.youtube.com/watch?v=ZKjk84OkzcILe début de la vidéoest théorique, pouranglophones seulement.Vers la 3e minute on passeà la pratique du «Stop !» (=Lâche ! = Arrête !)3:00 - Présentez au chiotvotre main refermée surun leurre. Patientez tout letemps qu’il faudra pourqu’il se lasse de lécher,pousser, pour essayer dechoper la friandise. Dites«Stop !» une seule fois etattendez qu’il arrête.Récompensez-le, vouspouvez vous passer duclicker facilement : il suffitd’attendre que le chien selasse.3:35 - Apprenez-lui à tirerpuis lâcher un jouet : cf.vidéo «jouer à tirer etapprendre à lâcher».4:00 - Sur la base de cesdeux exercices, le chiot estdéjà bien parti. Mais nousallons ajouter unecorrection par privation, sile chiot n’écoute pas bien.Evitez de l’envoyer dans sacage ou au panier, pour nepas associer «sa place» àune punition.4:59 - Si le chiot a un parcde jeux, vous pouvez l’ylaisser. Sinon, partez uneminute de la pièce, letemps de le laisser réaliserque s’il vous mord, il vousperd de vue.ABONNEZ-VOUS ! -> YOUTUBE.COM/TAB289

×