Gafsa

1 426 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 426
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
9
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Gafsa

  1. 1. République TunisienneMinistère du Développement Régional et de la PlanificationValorisation des ressourcesGafsa
  2. 2. 1Valorisation des ressources« Gafsa »Substances utilesLes substances utiles sont des roches ou minéraux utilisés en raison des propriétésphysiques quils présentent (couleur, transparence, dureté, fusibilité,…).La promotion du secteur de substances utiles dont les matériaux de constructioncontribue au développement du potentiel économique national. En effet, la bonneexploitation de ces richesses et le développement de leur production contribuelargement à lamélioration de linfrastructure du pays.En Tunisie, l’étude des substances utiles est devenue de plus en plus importante. Eneffet, elle est considérée d’une part comme guide sur les potentialités régionales enmatériaux utiles et d’autre part comme une documentation de base pour lelancement des nouveaux projets, elle constitue un facteur déterminant audéveloppement durable.En s’intéressant de la région de Gafsa, on peut distinguer : Les Argiles. Les Gypses. Les carbonates. Les sables.
  3. 3. 2Briques Biscuits de faïences.ARGILE SMECTITIQUE BROYEE ARGILE SMECTITIQUELes Principaux minéraux à exploiter dans les délégations de Gafsa et dont l’accès estfacile :Minéraux Délégations Sites parrapport àGafsaRéserves(millionsde tonnes)Principales utilisationsGypse Métlaoui Jebel OmElkhecheb30 km auSud-ouest30 - Ciment Portland;- Ciment ultimax;- Produits de chargeSable àquartzEl Guettar Jebel Attafà 15km à l’est100 -Verrerie;- Fonderie: fabrication de moules ;- Matériaux de construction àhaute résistance mécanique:Briques isolantes, béton armé aéré.SablesfeldspathiquesSidi Aïch Jebel SidiAïch à54 km aunord-est30 - Grès;- Céramique;- Verrerie
  4. 4. 3DolomieblancheMoularès etM’ZindaMoularèsetM’Zinda à75 km et 25kmImportantes- Céramiques ;- Produits de charge: Papeterie-VerrerieArgiles pourbriquesSidi Aïch M’Dhilla à15 kmau Sud-est100 - Briqueterie;- TuilerieArgile defaïencerieSidi Aïch Jebel SidiAïch 54 kmau nord-est12 - Faïencerie;- Porcelaine.PierremarbrièreEl-Guetar Jebel Séhibà 15km au Sud-est10 millionsde m3- Pierres marbrières;- Granulats pour voiries, génie civilet ballast.Carbonate decalciumM’Dhilla Jebel Séhibà 15km au Sud-est100 - Matériaux de construction;- Matière de charge (produitdétergent, PVC, peinture,papeterie);- Verrerie;- Céramique;- Nutrition animale.Cherts(Farinesiliceuse)Redeyef Redeyef90 km àl’ouest15 - Filtration du soufre;- Filtration des huiles végétales;- Filtration de la bière;- Filtration du vin.ArgilesbentoniquesEl-Guettar JebelHammadi45 km àl’est100 - Bonne de forage;- Décoloration des huiles;- Adjuvant.PhosphatesLe secteur phosphatier occupe une place importante dans léconomie tunisienne, tant auniveau de lemploi quau niveau de la balance commerciale. A léchelle mondiale,lindustrie tunisienne des phosphates occupe la 5ème place parmi les plus grandsopérateurs internationaux dans cette activité. En effet, le phosphate naturel ainsi que sesdérivés (acide phosphorique, DAP, TSP, DCP, etc.) sont exportés actuellement sur unecinquantaine de pays répartis dans les cinq continents.
  5. 5. 4Le GCT (Groupe Chimique Tunisien) est réputé pour la qualité de ses produits. Le TSP etle DAP sont connus pour leur très haute solubilité et leur granulométrie régulière.Propriétés chimiques de dérivés des phosphates naturels de GAFSA:ACIDE PHOSPHORIQUE MARCHAND 54% P2O5ANALYSES CHIMIQUESPhosphore Pentoxide P2O5 52-56%Oxyde de Calcium CaO 0,5% maxAcide Sulfurique H2SO4 2,5% maxOxyde de Fer Fe2O3 0,5% maxOxyde dAluminium AI2O3 1% maxOxyde de Magnésium MgO 0,9-1,4%Fluor F 0,25-0,4%Carbone C 0,04% maxDensité à 15° C 1 700ACIDE SUPERPHOSPHORIQUEANALYSES CHIMIQUESAnhydrique Phosphorique P2O5 71-73%Taux de Conversion 20-25%Oxyde de Calcium CaO 0,1% maxOxyde de Magnésium MgO 0,6% maxAnhydrique Sulfurique SO3 1,6% maxOxyde de fer Fe2O3 0,9% max
  6. 6. 5Oxyde dAluminium Al2O3 1,5% maxFluor F 0,1% maxChlore Cl 0,01% maxMatières Solides 1,0% maxDensité à 15°C 2 000Viscosité à 80°C 150 cpTRIPLE SUPERPHOSPHATE (TSP)DIAMMONIUM PHOSPHATE (DAP)ANALYSES CHIMIQUESAzote Total 18% minTotal P2O5 46% minSoluble Eau-citrate P2O5 46% minSoluble Eau P2O5 43% minHumidité 1,7% maxGRANULOMETRIEPoids de la fraction 1 - 4 mm 95% minANALYSES CHIMIQUES (méthode AOAC)Total P2O5 47% minSoluble Eau-citrate P2O5 46% minSoluble Eau P2O5 43% minHumidité 4% maxAcide Libre (P2O5) 4% maxGRANULOMETRIEPoids de la fraction 1 - 5 mm 94% min
  7. 7. 6NITRATE D’AMMONIUM (AN)ANALYSES CHIMIQUESAzote Total 33,5% minAzote Ammoniacal 16,75% minAzote Nitrique 16,75% minHumidité 0,3% maxGRANULOMETRIEPoids de la fraction 1 - 4 mm 95% minPHOSPHATE BICALCIQUE (DCP)ANALYSES CHIMIQUESPhosphore P 17,5% minCalcium Ca 22% minFluor F 0,2% maxPlomb Pb 10 ppm maxArsenic As TracesCadmium Cd 10 ppm maxMercure Hg 0,1ppm maxHCl 0,8% maxSolubilité dans le Citrate 98,0% minHumidité 3% maxGRANULOMETRIEPoids de la fraction < 1 mm 90%
  8. 8. 7L’usine de triple super phosphate d’El Mdhilla a obtenule certificat ISO 9001 : 2008Lusine de MDhilla :Lusine est implantée à proximité du centre minier de MDhilla. Pour la première fois enTunisie, un projet de cette envergure est réalisé de façon directe, sappuyantessentiellement sur les compétences tunisiennes dans le domaine des études, du suivi etde la mise en service. Lusine de MDhilla qui a démarré en 1985 assure une productionannuelle de 465000 tonnes de TSP granulé.Elle comporte :1 unité dacide sulfuriquedune capacité de 1500 tonnes H2SO4 / jour1 unité dacide phosphoriquedune capacité de 500 tonnes P2O5 / jour2 lignes de TSPdune capacité de 700 tonnes / jour / unité.Le transfert du produit fini au port dexportation de Sfax est assuré par voie ferrée. Lesexpéditions de TSP sont effectuées par le port de Sfax où le GCT dispose de moyens destockage, densachage et de chargement.L’usine de triple super phosphate d’El Mdhilla a obtenu la certification aux normesinternationales de qualité ‘‘Iso 9001 : 2008’’.
  9. 9. 8Cette certification intervient après l’adaptation de l’usine, appartenant du Groupechimique tunisien (GCT), aux critères et standards internationaux dans le domaine de laqualité, de l’organisation du travail et des conditions de production, et obtenu lasatisfaction des clients pour les services et les produits fournis.L’usine, dont les activités ont commencé depuis mars 1985, a pu augmenter sa capacitéde production du triphosphate de haute qualité de 500.000 à 750.000 tonnes par an.Dans le domaine de la sécurité professionnelle, l’usine a réalisé des indicateurs dépassantle niveau international, notamment, le succès dans la réduction du taux des accidents detravail à 16 contre 20 à l’échelle internationale, et celui des risques à 0,9 contre 1, auniveau mondial.La production annuelle de la Tunisie en phosphate marchand est actuellement de 8millions de tonnes par an.Deux acteurs se trouvent au premier plan: la Compagnie des phosphates de Gafsa (CPG)qui s’occupe de lextraction du phosphate et le Groupe chimique tunisien (GCT) qui levalorise en divers engrais minéraux.Lexploitation minière des phosphates est plus que centenaire en Tunisie pour lextraction
  10. 10. 9du phosphate par la Compagnie des Phosphates de Gafsa (CPG) et plus quecinquantenaire dans le domaine de sa valorisation en divers engrais minéraux par leGroupe Chimique Tunisien (GCT). La Tunisie est ainsi pionnière à léchelle internationaledans le domaine du phosphate naturel et des engrais minéraux.A présent, les opérations dexploitation se déroulent en surface dans les gisements dubassin minier de Gafsa, au Nord de Chott el Jérid dans la région sud du pays. La CPGexploite une dizaine de carrières réparties sur 5 centres miniers.Engrais, acide phosphorique et autres usages :Les phosphates marchands tunisiens se rangent dans deux catégories principales baséessur le titre de P2O5 : la qualité 65-68% BPL destinée principalement à la productiond’acide phosphorique et d’engrais minéraux et la qualité 60-62% BPL, utilisée enapplication directe. Autour de 80% de la production nationale de phosphate est livrée auxunités locales de transformation du GCT. Le reste est acheminé au port de Sfax pourlexportation.Après une longue expérience dexportation du phosphate brut, la Tunisie sest orientéevers la transformation et la valorisation de ce minerai par limplantation dune industrie
  11. 11. 10locale de production dacide phosphorique et dengrais minéraux et ce au sein du GroupeChimique Tunisien.La Tunisie est le deuxième pays au monde à valoriser un grand pourcentage de saproduction de phosphate (près de 80%). Le GCT compte quatre pôles industriels situés àSfax et Mdhilla (usines de TSP), Gabès (usines dacide phosphorique, DAP, DCP etammonitrate) et Skhira (usine dacide phosphorique).Exportations vers une cinquantaine de paysLe secteur phosphatier occupe une place importante dans léconomie tunisienne, tant auniveau de lemploi quau niveau de la balance commerciale.Les installations industrielles contribuent dune manière significative à la promotion et audéveloppement des diverses régions du sud Tunisien. Parallèlement au développementde lindustrie phosphatière en Tunisie et afin de satisfaire aux normes nationales etinternationales les plus strictes en matière de protection de l’environnement, le GCT amis au point un vaste programme de lutte contre la pollution dans tous les centres deproduction visant à contenir les rejets atmosphériques et solides.A léchelle mondiale, lindustrie tunisienne des phosphates occupe la 5ème place parmiles plus grands opérateurs internationaux dans cette activité. En effet, le phosphatenaturel ainsi que ses dérivés (acide phosphorique, DAP, TSP, DCP...) sont exportésactuellement sur une cinquantaine de pays répartis dans les cinq continents.En 1994, le gouvernement tunisien a décidé lunification de la direction générale de laCPG et du GCT par la nomination dun même Président Directeur Général, elle a été suivie
  12. 12. 11en 1996 par la fusion des deux directions commerciales. Ces décisions ont conféré ausecteur plus de cohésion et defficacité.Production mondiale par pays de phosphate naturel en 2005ANALYSE COMPARATIVE AVEC DAUTRES REGIONS EN TUNISIE :Le sous développement actuel de Gafsa en comparaison avec d’autres régionssimilaires accentue ses faiblesses. Il faudra nécessairement que les conditionsd’investissement y soient plus favorables en comparaison avec d’autres régions similaires,pour attirer les investisseurs tant nationaux qu’internationaux.ANALYSE "SWOT"L’analyse SWOT permet de clarifier la situation particulière de Gafsa. Cette analysemontre qu’il n’y a pas de relation entre des régions européennes (ou toute autre régionqui aurait pu être choisie) et Gafsa.La région de Gafsa a connu en 2008 une explosion sociale qui reflète la gravité de la criseéconomique. Celle-ci résulte de l’accumulation de trois types de difficultés : Lorsque lesprix des phosphates ont augmenté sur le marché international et qu’une négociationsyndicale mineure à échoué, l’explosion sociale a eu lieu. Les jeunes diplômés sans travails’y sont joints, étant conscients des bénéfices exceptionnels de la CPG et de l’absence deretour d’investissements dans la région.
  13. 13. 12LES FORCES ET FAIBLESSESLes forces :Des réserves de phosphates importantes : estimées à plus de 50 ansd’exploitation, permettant d’entrevoir encore un avenir intéressant pour le pôlePhosphate bien développé et jouissant actuellement de prix particulièrementfavorables et rémunérateurs.Présence de deux grandes sociétés nationales : la CPG et le GCT, offrant unemasse importante demplois (directs et en sous-traitance) et disposant de moyensfinanciers importants pour soutenir le développement régional (FRDCM, Fondsdessaimage);La présence récente d’un pôle universitaire susceptible d’enrichir le gouvernoratde Gafsa en ressources humaines de différentes qualifications : plus de 3 000diplômés par an pour les spécialités scientifiques;Un Pôle de compétitivité en cours de réalisation qui mettra à disposition desterrains et des bâtiments pour les entreprises susceptibles de venir s’installer. Cesentreprises bénéficient de la prise en charge partielle de coûts de formation et descoûts salariaux relatifs, pendant la période de démarrage de l’entreprise, si celle–ci apporte un volume d’emploi important;Existence de stocks fonciers pour des nouvelles zones industrielles;Bonne infrastructure des télécommunications ;Expérience réussie du démarrage du Cyber parc dans les activités de centresd’appel et, en gestation, de télé archivage;Chemins de fer reliant Gafsa à plusieurs villes : Tronçon Gafsa – Tozeur, TronçonGafsa- Gabes, Tronçon Gafsa – Sfax;Existence dun aéroport et proximité de laéroport international de Tozeur (à 90km);Existence d’un début dinfrastructure touristique à Gafsa (2 hôtels de 5 étoiles).
  14. 14. 13Les faiblesses :Manque cruel de coordination entre les administrations concernées par ledéveloppement et l’investissement à l’intérieur même du gouvernorat. En outre,il n’y a pas de représentation à Gafsa de plusieurs administrations et organismessignificatifs pour le développement et l’investissement, comme le CEPEX, le FIPA,la COTUNACE, etc.Faiblesse du tissu industriel avec des volumes d’investissements nationaux etinternationaux bien en dessous des moyennes nationales et même de celles desautres régions défavorisées avoisinantes. En dehors de la CPG et de la GCT, il n’ya pas de pôles d’excellence susceptibles d’améliorer le tissu industriel de la régionet de soutenir un développement plus marqué.Des ressources en eau déjà limitées pour l’irrigation qui plus est, ne sont pasoptimisées. Les deux petits barrages souffrent de cette pluviométrie décroissanteet d’une évaporation excessive. Dans l’agriculture morcelée, les contrôles deconsommation ne sont pas rigoureux et les techniques d’économie de l’eaud’irrigation sont très insuffisamment enseignées.Un taux de chômage particulièrement élevé ; il se situe à près de 20% (sanscompter le chômage caché, d’emplois partiels de survie : 10 à 20%). Certes unvivier important de main d’oeuvre serait disponible mais une main d’oeuvre quin’a pas d‘expérience industrielle.Inadaptation de la formation professionnelle des CAP et des techniciens.

×