La Comptabilité générale

2 190 vues

Publié le

Initiation à la comptabilité général - pour débutants -

Publié dans : Formation
0 commentaire
6 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 190
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
29
Actions
Partages
0
Téléchargements
326
Commentaires
0
J’aime
6
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Il s'agit d'un événement qui sert de catalyseur au déclenchement de l'action d'entreprendre. Cela peut consister en un élément positif baptisé "PULL" par Shapero (opportunité liée au marché, rencontre d'un partenaire ou d'un investisseur, etc...) ou en un élément négatif appelé "PUSH" (licenciement, chômage ou nécessité d'immigrer, etc...).
  • Il s'agit d'un événement qui sert de catalyseur au déclenchement de l'action d'entreprendre. Cela peut consister en un élément positif baptisé "PULL" par Shapero (opportunité liée au marché, rencontre d'un partenaire ou d'un investisseur, etc...) ou en un élément négatif appelé "PUSH" (licenciement, chômage ou nécessité d'immigrer, etc...).
  • Il s'agit d'un événement qui sert de catalyseur au déclenchement de l'action d'entreprendre. Cela peut consister en un élément positif baptisé "PULL" par Shapero (opportunité liée au marché, rencontre d'un partenaire ou d'un investisseur, etc...) ou en un élément négatif appelé "PUSH" (licenciement, chômage ou nécessité d'immigrer, etc...).
  • Il s'agit d'un événement qui sert de catalyseur au déclenchement de l'action d'entreprendre. Cela peut consister en un élément positif baptisé "PULL" par Shapero (opportunité liée au marché, rencontre d'un partenaire ou d'un investisseur, etc...) ou en un élément négatif appelé "PUSH" (licenciement, chômage ou nécessité d'immigrer, etc...).
  • La Comptabilité générale

    1. 1. 1 Comptabilité Générale De l’entreprise Université Abdelmalak Essadi Faculté Polydiciplianire Tétouan
    2. 2. Les entreprises : 29/03/2015 2 effectuent un certain nombre d’opérations économiques, financières et / ou commerciales Pour déterminer leurs situations patrimoniales, elles ont besoin d’enregistrer l’ensemble des informations relatives à ces opérations Cette technique d’enregistrement, c’est la Comptabilité générale,
    3. 3. Les entreprises : 29/03/2015 3 effectuent un certain nombre d’opérations économiques, financières et / ou commerciales Pour déterminer leurs situations patrimoniales, elles ont besoin d’enregistrer l’ensemble des informations relatives à ces opérations Cette technique d’enregistrement, c’est la Comptabilité générale,
    4. 4. 29/03/2015 4 A la fin de chaque exercice comptable, chaque entreprise est obligée de faire un état de synthèse en rassemblant les opérations effectuées par elle dans des documents comptables :
    5. 5. 29/03/20155 • Le bilan, • Les Comptes des Produits et Charges, …Ce sont des comptes annuels qui permettront à l’entreprise de déterminer son résultat global (bénéfice ou perte) après une année d’activité (industrielle, commerciale ou de service). La comptabilité générale sert de base d’information et de gestion de l’entreprise, son objectif essentiel est fournir une image fidèle à la situation de l’entreprise à partir des documents et des comptes annuels.
    6. 6. 29/03/2015 6 • Les entreprises industrielles • Les entreprises commerciales • Les entreprises de fourniture des services Selon la nature de l’activité Selon la nature juridique : Privées ou Publiques Selon la taille ( la dimension)
    7. 7. 29/03/20157 Le calcul économique de l’entreprise. L’entreprise pratique un calcul économique par la comparaison entre les dépenses et les recettes. Deux cas sont possibles : 1. Si les recettes sont supérieures aux dépenses : on dit que l’entreprise a réalisé un bénéfice, c.à.d., l’activité de l’entreprise est rentable. 2. Si les recettes sont inférieures aux dépenses : on dit que l’entreprise a réalisé une perte
    8. 8. 29/03/20158 La recherche de la rentabilité (bénéfice) a pour but : • La rémunération des capitaux investis ; • La récompensation des efforts des dirigeants Le bénéfice réalisé est en partie : - Destiné aux associés ; - Epargner pour autofinancer en partie le développement de l’entreprise.
    9. 9. 29/03/20159 En outre les pertes, que l’entreprise pourrait subir, vont affecter les capitaux propres ( d i m i n u e n t l e s c a p i t a u x ) . Prévision et réalisation : Avant le lancement de l’opération d’exploitation, on procède à un calcul prévisionnel : on prévoit les dépenses à engager et les recettes attendues pour en déduire un résultat prévisionnel.
    10. 10. 29/03/201510 Au cours de période, les opérations sont enregistrées le jour le jour pour obtenir en fin de période les données réelles Une comparaison entre le prévisionnel et le réel va permettre de dégager des écarts qui vont servir la bonne gestion de l’entreprise.
    11. 11. 29/03/201511 Rôles de la comptabilité. • La comptabilité est un instrument d’information économique ; • La comptabilité est un outil de gestion de l’entreprise ; • La comptabilité est un moyen de preuve. 1. La tenue de la comptabilité est une obligation légale. Elle résulte des dispositions du droit comptable et du droit fiscal. Obligation de la tenue de la comptabilité.
    12. 12. 29/03/201512 2. Toute personne physique ou morale ayant la qualité de commerçant est tenue de tenir une comptabilité. D’après la Loi n° 9 – 88 (Loi comptable) : tout commerçant marocain doit tenir une comptabilité qui respecte les dispositions dans le plan comptable marocain. 3. De même, Les Lois (relatives à la TVA, à l’IGR et à l’IS) imposent aux contribuables des o b l i g a t i o n s d ’ o r d r e c o m p t a b l e .
    13. 13. 29/03/201513 Le Patrimoine et le Bilan de l’Entreprise • Le patrimoine est l’ensemble des biens, créances et dettes d’une personne physique ou morale. Ce sont les éléments sur lesquels une personne a un droit de propriété. Ces biens sont de deux sortes : 1. Les biens matériels (corporels) : ex : terrains, matériels de bureau, constructions, matériel et outillage, … 2. Les biens immatériels (incorporels) : ce sont des droits possédés et qui peuvent être cédés (ex : droit au bail, marques, fonds commercial, brevets d’inventions,…).
    14. 14. Biens + Créances = Actif du Patrimoine 29/03/2015 14 qui naissent sur les clients lorsque la vente est à crédit. Ce qu’on doit à des personnes extérieurs à l’entreprise appelées tiers (ex : établissements de crédits, Etat, fournisseurs,…). Dettes = Passif du Patrimoine
    15. 15. 29/03/2015 15 Biens ……………………………… Créances ………………………… Dettes Patrimoine Deux cas possibles : • Si l’Actif est supérieur au Passif : le patrimoine est positif, d’où la personne est solvable (peut payer) ; • Si l’Actif est inférieur au Passif : le patrimoine est négatif, d’où la personne est insolvable (impossibilité de payer).
    16. 16. 29/03/2015 16 Remarques : 1- Pour une société (personne morale), le patrimoine propre est distinct de celui des associés. 2- Dans le cas d’une entreprise individuelle, le droit ne reconnaît pas l’existence de deux personnes au sein d’une entreprise. L’entreprise et exploitant sont une seule personne physique. Ainsi, le créancier de l’exploitant dans son activité personnelle peut le poursuivre dans sa fortune privée ou familiale s’il n’est pas payé.
    17. 17. Le Bilan. 29/03/2015 17 Capitaux propres = (Biens + Créances) – Dettes Le bilan renseigne sur la situation patrimoniale d’une entreprise à une date déterminée. C’est un tableau qui fait apparaître, de plus que le p a t r i m o i n e , l e s c a p i t a u x p r o p r e s .
    18. 18. 29/03/201518 Les opérations comptables se divisent globalement en deux : Les opérations de situation ou opérations de bilan : sont des opérations à caractère provisoire. Il s’agit de l’ensemble des comptes du bilan. Le solde de ces comptes peut être reporté dans l’exercice suivant. Les opérations de gestion : sont des opérations à caractère définitif (c.à.d, que les sommes engagées sont non récupérables). Il s’agit alors des comptes du C.P.C (compte des produits et charges). Le solde de ces comptes devient caduc à la fin de l’exercice.
    19. 19. L’actif du bilan se décompose en Trois masses : - Actif immobilisé - Actif circulant (hors trésorerie) - Trésorerie 29/03/2015 19 Le passif du bilan se décompose en Trois masses : - Financement permanent - Passif circulant (hors trésorerie) - Trésorerie
    20. 20. 29/03/2015 20 Actif immobilisé est subdivisé en 5 rubriques: - Immobilisations en non-valeurs - Immobilisations incorporelles - Immobilisations corporelles - Immobilisations financières - Ecarts de convention actif L’actif circulant est subdivisé en 4 rubriques: - Stocks - Créances de l’actifs circulant - Titres et valeurs de placement - Ecarts de convention actif ( éléments circulants) La trésorerie comprend une seule rubrique : - Trésorerie-actif Actif du Bilan
    21. 21. 29/03/2015 21 Le financement permanent est subdivisé en 5 rubriques: - Capitaux propres - Capitaux propres assimilés - Dettes de financement - Provisions durables pour risques et charges - Ecarts de convention- passif Le passif circulant (hors trésorerie) est subdivisé en 3 rubriques - Dettes du passif circulant - Autres provisions pour risques et charges. - Ecarts de conventions – passif (éléments circulant) La trésorerie comprend une seule rubrique - Trésorerie passif Passif du Bilan
    22. 22. Exemple bilan : Actif (emplois) Passif (ressources) Biens 650 DH Créances 350 DH …………………………….. Total 1000 DH Capitaux propres 750 DH Dettes 250 DH ………………………… Total 1000 DH 29/03/2015 22 Capitaux propres = (650 + 350) – 250 = 750 DH.
    23. 23. Actif (ou emplois de valeurs) Passif (ou ressources) Biens …………………………….. Créances Capitaux propres : (capital apporté + Résultat) …………………………… Dettes Total Actif Total Passif 29/03/2015 23 L’égalité Actif = Passif devra être toujours vérifiée du fait que le Passif représente le reflet en ressources des emplois de valeurs à l’Actif du bilan.
    24. 24. Les principaux postes du bilan. 29/03/2015 24 Exemple : Bilan de l’entreprise « AB » au 31-12N (en DH) Actif Passif Actif immobilisé Constructions Matériels Mobiliers Actif circulant Matières premières Produits finis Clients Trésorerie Actif Banque caisse 200 000 310 000 90 000 175 000 3 000 291 000 17 000 13 000 Capitaux propres - Capital - Résultat (bénéfice) Dettes financières - Emprunt Passif circulant - Fournisseurs - Etat-créditeurs Trésorerie Passif …………. …………. 592 000 + 92 000 210 000 312 000 75 000 ----- ----- Total 1 189 000 Total 1 189 000
    25. 25. 29/03/2015 25 Discuter le plan comptable PCGM
    26. 26. 29/03/2015 26 Exercices : - Série 1 - Série 2
    27. 27. Le Compte. Le principe de la partie double 29/03/2015 27 Le compte se présente sous for me d’un tableau, divisé en deux parties : une gauche (appelée Débit) et une autre droite (appelée Crédit), qui permet le suivi et la description des variations de chaque poste du bilan. En comptabilité, dans le cadre du compte, au lieu des termes emplois, ressources et flux, on utilise les termes débit, crédit et mouvement.
    28. 28. 29/03/2015 28 ¨ En effet : • Le côté gauche (emplois) est appelé débit : débiter un compte c’est enregistrer une somme à son débit ; • Le côté droit (ressources) est appelé crédit : créditer un compte c’est créditer une somme à son crédit.
    29. 29. Débit Crédit 29/03/2015 29 Débit nom et n° du compte Crédit Ou bien :
    30. 30. 29/03/2015 30 Il existe plusieurs modèles de présentation d’un compte. Ces présentations doivent mentionner les informations suivantes : ¨ les dates des opérations ; ¨ le libellé des opérations ; ¨ les montants imputés. Modèles de présentation d’un compte. Ces présentations sont de trois types : compte à colonnes séparées, compte à colonnes regroupées (mariées ou jumelées) et compte schématique en T.
    31. 31. 29/03/2015 31 Compte à colonnes séparées. Débit Nom et n° du compte Crédit Dates Libellés Sommes Dates Libellés Sommes Total débit Total crédit
    32. 32. 29/03/2015 32 Compte à colonnes mariées ou regroupées Débit Nom et n° du compte Crédit Dates Libellés Débit Sommes Crédit Sommes
    33. 33. 29/03/2015 33 Le solde du compte. Le solde d’un compte est la différence entre le total débit et le total crédit. Solde = Σ Débit – Σ Crédit Trois cas sont possibles : -Si Σ Débit > Σ Crédit : on dit que le solde est débiteur ; - Si Σ Débit < Σ Crédit : on dit que le solde est créditeur - Si Σ Débit = Σ Crédit : on dit que le compte set soldé.
    34. 34. Le solde débiteur doit être porté au crédit du compte. 29/03/2015 34 D 5141- Caisse C 1 500 200 500 1 000 2 000 1 200 SD 800 ………………………………… 2 000 2 000 Exemple :
    35. 35. 29/03/2015 35 • Le solde créditeur doit être inscrit au débit du compte. D 4411- Fournisseurs C 5 000 7 500 200 300 5 200 7 800 SC 2 600 ………………………………………………………………… 7 800 7 800 Exemple :
    36. 36. 29/03/2015 36 • Le compte soldé Exemple D 3421 – Clients C 6 000 5 000 200 1 200 6 200 = 6 200
    37. 37. 29/03/2015 37 Fonctionnement du compte. Les comptes d’Actif. Exemple : Achat d’un stock de marchandises en espèces pour 2000 DH.
    38. 38. 29/03/2015 38 Exercice : Présentez le schéma des flux le jeu des comptes correspondant à l’enregistrement des opérations suivantes : 1- Achat de marchandises à crédit au fournisseur A pour 2000 DH. 2- Achat d’un mobilier de bureau pour 1500 DH, payable par chèque bancaire ; 3- Achat d’un camion à 210 000 DH : dont 80 000 DH payés par chèque bancaire et le reste faisant l’objet d’un crédit de 3 ans ; 4- Vente de marchandises à 3 200 DH ; payable moitié en espèces et l’autre moitié à crédit ; 5- Règlement d’une dette fournisseur, de 800 DH, par caisse.
    39. 39. Le Livre Journal, le Grand Livre et la Balance 29/03/2015 39 Selon le P.C.G.M : « tout commerçant tient obligatoirement un livre journal, un grand livre et un livre d’inventaire ». Ce qui est recherché par ce minimum d’organisation imposé par le droit comptable, est la sécurité juridique que doit procurer toute comptabilité régulièrement tenue.
    40. 40. 29/03/2015 40 Le livre journal et le livre d’inventaire doivent être cotés et paraphés par le greffier du tribunal : - La cotation : est le numérotage des feuillets constituant le livre, ce qui permet de vérifier qu’ultérieurement un feuillet n’a pas été arraché ou n ’ a p a s é t é r e m p l a c é p a r u n a u t r e ; - Le paraphe : est la signature – en abrégé – que le greffier appose auprès de chaque cotation.
    41. 41. 29/03/2015 41 Le livre journal C’est un registre dans lequel les opérations effectuées par l’entreprise sont enregistrées chronologiquement, jour par jour (d’où son nom). Elle constitue la mémoire comptable de l’entreprise. Pour chaque opération, on doit porter les indications suivantes : - La date (dans certains cas le numéro) de l’opération ; - Le numéro et le nom du compte débité ; - Le numéro et le nom du compte crédité ; - La nature et la référence aux pièces justificatives (libellé) - Le montant de l’opération - Les sommes des montants débités et des montants crédités doivent être égaux. Ainsi, à la fin de chaque page, les totaux obtenus devront être reportés en haut de la page suivante.
    42. 42. 29/03/2015 42 Exemple : - Le 02-03-N, une entreprise a acheté une machine de production par chèque bancaire pour 15 000 DH (facture n° D10). - Le 06-03-N, elle a vendu des marchandises à crédit pour 5 000 DH. Passer au journal de l’entreprise les deux opérations précédentes ?
    43. 43. 29/03/2015 43 Le grand livre Chaque opération est enregistrée sur deux livres distincts : une première fois par ordre chronologique sur le livre journal, et une deuxième fois par ordre logique sur le grand livre. Ce dernier regroupe l’ensemble des comptes de l’entreprise. Lorsqu’une opération est inscrite au livre journal, elle doit ensuite être reportée sur le grand livre selon le plan des comptes.
    44. 44. 29/03/2015 44 Exemple : Durant le mois de janvier 2005, l’entreprise « Sami » a réalisé les opérations suivantes : 1-Achat de marchandises payé par chèque bancaire : 20 000 DH ; 2- Achat à crédit de marchandises au fournisseur Alami : 33 000 DH ; 3-Ventes de marchandises : 50 000 DH. 30 000 DH réglés par chèque bancaire, 20 000 DH en espèces.
    45. 45. 29/03/2015 45 La balance des comptes. La balance est un prolongement du grand livre : les soldes des comptes du grand livre devront être reportés dans la balance selon l’ordre des comptes du plan comptable. En d’autres termes, la balance assure la présentation ordonnée de tous les comptes qui figurent au grand livre de l’entreprise en fonction de la numérotation du plan comptable générale. Et pour chaque compte, on indique le total des débits et des crédits ainsi que les soldes débiteurs ou créditeurs.
    46. 46. 29/03/2015 46 Présentation de la balance des comptes : La présentation habituelle de la balance est la suivante : Pour chaque compte sont repris : - Le solde de début de la période (de l’exercice) ; - Les mouvements de la période ; - Et le solde de la fin de la période
    47. 47. Soldes de fin de la période Soldes de début de la période 29/03/2015 47 N° des comptes Nom des compt es Mouvements de la période Débite urs Débite urs Crédite urs Débit Crédit Crédite urs
    48. 48. 29/03/2015 48 L’enregistrement des comptes du grand livre dans la balance doit obligatoirement respecter le principe de la partie double. De ce principe, les égalités suivantes devront être vérifiées : Le total des sommes débiteurs de début la période = le total des sommes créditeurs de début de la période : ∑ débiteurs = ∑ créditeurs ; Le total des mouvements débits de la période = le total des mouvements crédits de la période : ∑ débits = ∑ crédits ; Le total des soldes débiteurs de fin de la période = le total des soldes créditeurs de fin de la période : ∑ des soldes débiteurs = ∑ des soldes créditeurs ;
    49. 49. 29/03/2015 49 Exercice : Le bilan de l’entreprise « AB » se présente, au 10-06-N, comme suit (en DH) : Actif Montant Passif Montant Mobilier de bureau Matériel de bureau Stocks de m / ses Clients Caisses 24 000 210 000 236 000 70 000 50 000 Capital personnel fournisseurs 500 000 90 000 Total Actif 590 000 Total Passif 590 000
    50. 50. 29/03/2015 50Au cours de la deuxième moitié du mois de juin N, l’entreprise a réalisé les opérations suivantes : 1- Achat à crédit de 20 000 DH de marchandises ; 2- Vente au comptant par caisse 15 000 DH de marchandises et 22 000 DH de marchandises à crédit ; 3- Reçu d’un client le montant de sa créance pour 30 000 DH en espèces. 4 Payé des frais de téléphone par chèque bancaire : 12 000 5-Vente au comptant par chèque bancaire 10 000 DH de marchandises. T.A.F : 1) Passer les écritures comptables nécessaires au journal de l’entreprise ? 2) Présenter le grand livre ? 3) Etablir la balance ?
    51. 51. 29/03/2015 51 Exercice : Le bilan de la société « Chack », au 01-01-N, se présente comme suit : Actif Montant Passif Montant Fonds commercial Matériel de bureau Matériel de transport Marchandises Matières premières Clients banques caisses 120 000 25 000 60 000 12 000 17 000 2 500 15 000 8 000 Capital social Emprunts aup.E.c. Fournisseurs 150 000 100 000 9 500 Total Actif 259 500 Total Passif 259 500
    52. 52. 29/03/2015 52 Au cours du mois de janvier N, la société a réalisé les opérations suivantes : 03-01-N, versement à la banque de la société de 50 000 DH ; 04-01-N, retrait d’argent de la banque pour alimenter la caisse de la société : 3 000 DH ; 05-01-N, achat de marchandises à crédit : 10 000 DH ; 08-01-N, ventes au comptant en espèces : 8 200 DH ; 11-01-N, acquisition d’un camion par chèque bancaire : 13 000 DH ; 11-01-N, achat des marchandises au comptant par chèque bancaire : 6 400 DH ; 15-01-N, règlement des frais postaux par caisse : 550 DH ; 22-01-N, règlement d’une dette fournisseur par chèque bancaire : 5 000 DH ; 24-01-N, paiement des frais de transport en espèces : 200 DH ; 27-01-N, ventes des marchandises à crédit : 1 400 DH ; 31-01-N, paiement des salaires par chèque bancaire : 3 265 DH. T.A.F : Présenter le livre journal, le grand livre et la balance des comptes de la société ?
    53. 53. 29/03/2015 53 Les comptes de gestion Le travail comptable d’une entreprise vise l’obtention d’un résultat global. D’un autre côté, la loi comptable exige un stock réel chaque fin d’exercice (inventaire physique ou extracomptable et intermittent) et on ajoute la difficulté d’obtenir une marge lorsqu’il s’agit d’une entreprise industrielle. C’est pour ces raisons que la comptabilité va considérer par dérogation les achats comme des charges e t l e s v e n t e s c o m m e d e s p r o d u i t s
    54. 54. 29/03/2015 54 Ainsi, les comptes de gestion sont des opérations à caractère définitif (c’est-à-dire que les sommes engagées sont non récupérables). Il s’agit alors du C.P.C. (compte des produits et charges) : classe 6 et classe 7 (voir Plan Comptable Marocain).
    55. 55. 29/03/2015 55 Les principaux comptes de charges et des produits. Les comptes des produits. Les ventes : composent l’essentiel des produits (ventes des biens ou marchandises, ventes des services, et ventes des travaux) ; Les produits accessoires : ce sont des ressources acquises à l’occasion d’activités ne relevant pas de l’activité principale de l’entreprise (lors reçus, autres commissions, …) ; Les produits financiers : ex : intérêts reçus sur des dépôts accordés, revenus des titres de placement, … Les produits non courants :
    56. 56. 29/03/2015 56 Les comptes des charges. Les achats : parmi les charges les plus importantes : achats des marchandises pour les entreprises commerciales, des matières premières pour les entreprises industrielles, et achats d’autres approvisionnements (matières et fournitures consommables, emballages, combustibles, …), fournitures de bureau,… Les services extérieurs : c’est-à-dire, les divers services payés à des tiers (loyers, commissions, entretien et réparation, publicité, transports, téléphone, frais postaux, commissions et services bancaires, …). Les impôts : charge de toute entreprise (ex : patente, taxe urbaine, les droits d’enregistrement, …) ;
    57. 57. 29/03/2015 57 Les charges de personnel : ce sont des charges importantes. Elles comprennent :les salaires versés aux personnels, les charges sociales, les cotisations à la CNSS, les cotisations aux caisses de retraite, aux mutuelles, … Les dotations aux amortissements : constatation de la dépréciation (diminution) annuelle des matériels, des équipements, … Les charges financières : ex : intérêts dus sur les emprunts, perte de change, … Les charges non courantes : ce sont des exceptionnelles non liées à l’exploitation de l’exercice (ex : amandes fiscales, pénalités, …).
    58. 58. 29/03/2015 58 Exercice d’application : Une entreprise commerciale à réalisé, au cours du mois de Mars 2005, les opérations suivantes : 1-Ventes au comptant contre espèces : 10 000 DH de marchandises ; 2-Achat à crédit de 8 000 DH de marchandises ; 3-Paiement en espèces des frais de téléphone : 550 DH ; 4-Réglé en espèces de frais de transport : 250 DH ; 5-Réglé par chèque bancaire le salaire des employés : 15 000 DH. 6-Paiement des charges d’intérêts par chèque bancaire : 1 500 DH 7-Paiement d’un loyer en espèces : 2 000 DH. T.A.F : Passer au journal de cette entreprise les écritures comptables nécessaires ?
    59. 59. 29/03/2015 59 L’enregistrement des factures d’achats et de ventes. La facture. A- Définition : la facture est un document comptable mentionnant le détail et le coût des produits et des prestations fournis (par une entreprise (fournisseur) à un client) afin d’en demander ou d’en attester le règlement. C’est une obligation fiscale (loi n°30-85 relative à la T.V.A. article 37).
    60. 60. 29/03/201560 Nom et Prénom du fournisseur : Adresse : Tél : N° de la patente : N° d’identification de .A : Entreprise (client) : Adresse : Doit : Référence Nature des marchandises Quantité Prix unitaire Montant Net à payer (TTC)
    61. 61. 29/03/201561 Nom et Prénom du fournisseur : Adresse : Tél : N° de la patente : N° d’identification de .A : Entreprise (client) : Adresse : Doit : Référence Nature des articles Quantité Prix unitaire Montant total T.202 C.112 Tl. 305 Tissus Chemises Toile Montant brut T.V.A. 20% Net à payer T.T.C. Règlement par chèque n°…… 205 400 115 54 DH 44 DH 25 DH 11 070 DH 17 600 DH 2 875 DH ………….. 31 545 DH +6 309 DH ………….. 37 854 DH Arrêté la facture à trente sept milles huit cents cinquante quatre dirhams.
    62. 62. 29/03/2015 62 L’enregistrement comptable d’une facture « Doit ». La comptabilisation des opérations d’achat et/ou vente de biens ou de services se fait selon la nature de la facture : facture sans réductions ni majorations, facture avec réduction et / ou majorations ; d’où plusieurs types d’écritures comptables sont possibles. A- Factures « Doit » sans réductions ni majorations : sont des factures dans lesquelles figurent seulement les quantités achetées, prix unitaire et le montant total à payer par le client (acheteur) ainsi que les informations d’ordre général.
    63. 63. 29/03/201563 Exemple 1 : Le 02-01-N, une entreprise achète à crédit, 10 000 DH de marchandises ; Reçu facture d’achat de matières premières 25000DH (HT), TVA 20%, le règlement est effectué par chèque bancaire. Passez au livre journal de l’entreprise les deux opérations ci – dessus ?
    64. 64. 29/03/201564 B- L’enregistrement comptable des factures avec des réductions de prix. Une réduction est une diminution du prix d’une marchandise ou d’un service. C’est une diminution du montant total d’un facture établie par le fournisseur au profit de son client. Les réductions du prix sur facture sont de deux types : commerciales et financières. 1°- Les réductions commerciales : ce sont des diminutions accordées sur les prix facturés par les fournisseurs, mais qui ont un caractère commercial. Elles sont de trois sortes : les rabais, les remises et les ristournes.
    65. 65. 29/03/201565 a- Les rabais : ce sont des réductions à caractère exceptionnel consenties aux clients pour tenir compte, par exemple, d’un défaut de la qualité des marchandises livrées ou de la non conformité de la livraison à la commande. b- Les remises : ce sont des réductions à caractère habituel accordées à ceux qui remplissent certaines conditions. Ce sont des réductions consenties habituellement par des commerçants aux clients qui achètent des grandes quantités. c- Les ristournes : ce sont des réductions accordées en fonction du volume de chiffre d’affaires réalisé. Elles sont souvent calculées en fin d’exercice.
    66. 66. 29/03/201566 2°- Les réductions financières : ce sont des réductions consenties aux clients qui règlent (paient) avant l’échéance (elle correspondent à l’escompte de règlement). Le plus souvent, l’escompte de règlement est accordé pour paiement comptant (on parle d’escompte de caisse). C-L’enregistrement des factures « Doit » contenant des réductions commerciales. Les réductions à caractère commercial qui sont portées sur la facture « Doit » ne sont pas comptabilisées. Seul le net commercial (montant brut moins les réductions en question) est comptabilisé. Exemple1 : Passer au livre journal, de l’acheteur et du vendeur, la facture suivante : Achat d’un lot de marchandises au conditions suivantes : Montant brut Hors taxe 20000DH Remise 2% TVA 20%
    67. 67. 29/03/201567 Montant brut de marchandises Remise 2% 20 000DH - 400 DH Net commercial TVA 20% Net TTC à payer Règlement à crédit 19 000 DH 3800 DH 22800 DH
    68. 68. 29/03/201568 Exemple 2 : Le 02-03-N, l’entreprise « Ahmed » adresse à client « α » la facture « Doit » n°14 suivante : L’entreprise « Ahmed » Facture n° 14 Adresse : …………… 02-03-N Tél : ………………… Client « α » Adresse : ………. Tél : ……………. Marchandises : 20 ordinateurs × 4 000 DH : 80 000 DH 20 tables × 400 DH : 8 000 DH Montant brut : 88 000 DH Remise 2 % - 1 760 DH …………… Net commercial 86 240 DH Net à payer : 86 240 DH Passer au journal les écritures comptables nécessaires chez le client et chez l’entreprise ?
    69. 69. 29/03/201569 D- L’enregistrement des factures « Doit » contenant des réductions commerciales et financières. Les réductions financières (escomptes de règlement), s’ils figurent sur les factures, sont toujours comptabilisées. Puisqu’il s’agit d’une opération financière, l’escompte de règlement s’enregistre dans les comptes de charges financières (chez le fournisseur) : débiter le compte 6386- « Escomptes accordés », ou dans les comptes de produits financiers (chez le client) : créditer le compte 7386- « Escomptes obtenus ». Exemple 1 : Passer au livre journal (du client et du fournisseur) les écritures comptables nécessaires concernant la facture « doit » suivante:
    70. 70. 29/03/201570 Achats de marchandises 24000DH, remise 5%, escompte 2% Facture de doit n 56 réglée à crédit Montant brut 24000DH Remise 5% 1200DH Net commercial 22800DH Escompte 2% 456DH Net financier 22344 DH Net à payer 22344DH
    71. 71. 29/03/201571 L’enregistrement comptable de la facture « d’avoir ». Normalement, certaines réductions devront être portées sur la facture d’achats ou de ventes (facture « Doit »), parce que toutes réductions de prix devront, en principe, être discutées lors de la discussion du contrat ; mais d’autres réductions font l’objet d’une facture d’avoir qui vient diminuer la facture d’origine. Les retours des achats des marchandises font également l’objet d’avoirs
    72. 72. 29/03/201572 A – Le retour des achats des marchandises. Le retour des marchandises signifie que, en cas d’une livraison non conforme à la commande, le client peut renvoie au fournisseur, tout ou une partie des marchandises achetées. Ce retour se traduit par l’émission d’une facture d’avoir par le fournisseur, et donc une annulation d’une opération antérieure par de nouvelles écritures constatées dans les livres comptables du fournisseur et du client.
    73. 73. 29/03/201573 Exercice 1 Le 1-1 2005, Achat à crédit de marchandises aux conditions ci- aprés : - Marchandises 35000 DH, remise 5%, règlement à 60 jours fin de mois, TVA 20%. - Le 10-1-2005, retour à mon fournisseur 5000 DH de marchandise non conformes à la commande. L’avoir est prévu le 15-1-2005. - Exercice 2 Reçu le 1-1-2006 la facture relative à une commande réglée par chèque et détaillée comme suit : Brut: 20000 DH, Remise 5%, remise 2%, TVA 20%

    ×