Enjeux, possibilités et dérives de laGÉOLOCALISATION
Introductionpage 21 Définition(s) et évolution dutermepage 22 Fonctionnementpage 33 Un succès croissantpage 34 Utilité pou...
Introduction                                         notre utilisation des réseaux sociaux en seront                      ...
« Il s’agit d’indiquer sa position géographique       voie à des usages et services nouveaux.en temps réel. C’est une acti...
un outil marketing pour les entreprises et cette      4 Utilité : pour les particuliers ettendance va encore prendre de l’...
Les grosses chaînes de distribution utilisent la         En plus de cibler le client, la géocalisation etgéolocalisation s...
puisque Facebook et Googgle échappent, de              proposant des annonces … le tout accompa-part leur origine américai...
LBS peuvent donc trahir leur utilisateur en révé-    actif de validation permet d’indiquer si l’onlant leur position réell...
des enquêtes auprès des clients que le sala-          fera au mieux. Il y a donc un nouveau risquerié était censé visiter ...
des LBS, certains internautes s’amusent à ima-         Des organismes pourraient s’occuper deginer des applications tourné...
Sources                                         http://arostain.cluster010.ovh.net/                                       ...
AnnexesBannière du site PleaseRobMe,parodiant une interface de typeGoogle MapsFoursquare : logo                           ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Enjeux de la géolocalisation

4 936 vues

Publié le

Publié dans : Technologie
0 commentaire
6 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
4 936
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
33
Actions
Partages
0
Téléchargements
190
Commentaires
0
J’aime
6
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Enjeux de la géolocalisation

  1. 1. Enjeux, possibilités et dérives de laGÉOLOCALISATION
  2. 2. Introductionpage 21 Définition(s) et évolution dutermepage 22 Fonctionnementpage 33 Un succès croissantpage 34 Utilité pour les particuliers etpour les entreprisespage 45 Des données analyséespage 56 Des risquespage 67 Don’t over share !page 78 Juridiction de la géolocalisa-tionpage 79 L’avenir de la géolocalisationpage 8 1Sourcespage 10Annexespage11
  3. 3. Introduction notre utilisation des réseaux sociaux en seront affectées. Les entreprises tenteront et tententDepuis la mise en route du système GPS (Global déjà de saisir cette opportunité d’améliorerPositionning System) en 1995, de nombreuses leur puissance marketing. Nos propres relationsapplications ont su exploiter cette technolo- de famille ou encore de couple pourrait égale-gie : géolocalisation de points fixes, suivi de ment être touchées …véhicules, … Aujourd’hui et de plus en plus, cesont nos propres déplacements qui peuvent Pour mettre en évidences les défis de cette ré-être suivis, analysés et exploités, notamment volution technologique, nous traiterons le sujetgrâce au succès et à la démocratisation de la de la façon la plus matérielle au départ, puistablette mobile. nous évoluerons jusqu’à en cerner les enjeux moraux et futurs.Avant toute chose, voici une brève présenta-tion des sites, applications et autres qui serontsouvent évoqués dans ce dossier. Ils consti- 1 Définition(s) et évolution dutuent les principaux acteurs qui déterminerontl’avenir de la géolocalisation : termeFoursquare : créé en 2009 à New York, Fours- Géolocalisation : Géo (lié à la Terre) – Localisa-quare est une application mélangeant réseau tion (action de délimiter dans l’espace)social, jeu et microblogging et qui fonctionnesur la plupart des tablettes et mobiles récents. Dans l’histoire de l’évolution du verbe « locali-Les utilisateurs de Foursquare sont ainsi géolo- ser », on remarque une anecdote intéressantecalisés et apparaissent sur le mobile des autres : l’emploi de ce verbe pour exprimer le fait deutilisateurs de l’application, ce qui permet de « donner une position » existait avant la défini-créer des interactions entre eux grâce à des tion « délimiter dans l’espace ».jeux et des défis. A l’origine, la géolocalisation a pour définition :Facebook Places : depuis septembre 2010 enFrance, il est possible de donner des informa- « La localisation d’un objet sur une carte àtions sur sa localisation grâce à cette fonction- l’aide de positions géographiques »nalité de Facebook. La CNIL a lancé un appelà la prudence quant au partage des informa- Cette définition a varié au cours du temps,tions personnelles concernant la géolocalisa- pour des raisons juridiques notamment :tion. Définition selon la CNIL :Twitter : réseau social et outil de microblogging,Twitter ajoute depuis juin 2010 les coordonnées « Les dispositifs dits de géolocalisation per-géographiques des émetteurs de tweets (mes- mettant aux employeurs privés ou publics desages courts, gazouillis en anglais) lors de la prendre connaissance de la position géogra-publication de leurs messages si ces derniers phique, à un instant donné ou en continu, desont coché l’option autorisant le partage d’in- employés par la localisation d’objets dont ilsformations. ont l’usage (badge, téléphone mobile) ou des véhicules qui leur sont confiés. »Les applications décrites ci-dessus peuventêtre regroupées sous le terme de location- Définition selon la Directive Européennebased services (LBS), des services basés sur les 2002/58 du 12 juillet 2002 concernant le traite-données de géolocalisation. ment des données à caractère personnel et la 2 protection de la vie privée dans le secteur desLa CNIL : la Commission National Informatique communications électroniques :et Liberté est une institution indépendante fran-çaise chargée de veiller au respect de l’iden- « Les données traitées dans un réseau de com-tité humaine, de  la vie privée  et des libertés munications électroniques indiquant une posi-dans  un monde numérique. C’est un orga- tion géographique de l’équipement terminalnisme donneur d’alertes quant aux dérives des d’un utilisateur d’un service de communica-nouvelles technologies. tions électroniques accessible au public. »Ces services naissants sont en phase de révolu- De nombreux bloggueurs donnent égalementtionner des domaines diverses et variés mais qui leur définition, plus ou moins engagée, lorstouchent tous à notre quotidien. Notre vision et d’articles sur le sujet de la géolocalisation :
  4. 4. « Il s’agit d’indiquer sa position géographique voie à des usages et services nouveaux.en temps réel. C’est une action volontaire. Rien Ce marché s’est construit sous l’impulsionà voir pour l’instant avec la géolocalisation d’Apple qui s’est imposé, du moins dans unGSM qui permet de géolocaliser un téléphone premier temps, en leader et offre de nom-portable sans qu’on le décide. » breuses opportunités tant pour les consom- mateurs que pour les professionnels. Pour lesLes z’ed, blog. particuliers, le service de géolocalisation a surtout une portée sociale. A l’ère hégémo-On trouve également sur les forums des débats nique des réseaux sociaux et de leur grandequant à la redéfinition des usages des locutions place dans l’estime de soi, la géolocalisa-de tous les jours. « T’es où ? » remplacera-t-il un tion apparaît comme un second pas franchijour « ça va ? » ? en matière d’interactions et de contact au sein d’une communauté qui passe du statut de «  virtuelle  » à «  semi-virtuelle  » à cause de2 Fonctionnement cet ancrage géographique dans la réalité. En effet, la géolocalisation est utilisée en pre-Il existe plusieurs processus de géolocalisation, mier comme un outil social. Le succès aule principal étant le GPS. démarrage de services tels que FourSquare ou encore Facebook Places en atteste.Le système GPS (Global Positionning System)est une initiative américaine. Il est composé Les principaux géants du web n’ont pas raté lede 27 satellites permanents et de 3 satellites de coche de cette révolution naissante. En dehorssecours, en orbite autour de la Terre. Galiléo est du jeune Foursquare, nait grâce à la géoloca-une alternative européenne du système amé- lisation, Facebook, Twitter et Google ont éga-ricain. lement leur mot à dire. Pour ces trois derniers, le challenge ne consistait qu’à s’adapter. EnTout objet muni d’une puce GPS peut être géo- effet, Facebook comptait d’ors et déjà deslocalisé s’il est dans le champ d’au moins 4 sa- millions d’utilisateurs à qui il suffisait seulementtellites. Le réseau GPS renvoie les coordonnées d’adhérer à l’application Facebook Places, ilsde l’objet (latitude et longitude) et on peut ain- étaient de toute façon déjà inscrits. Idem poursi le représenter physiquement sur une carte. Twitter, qui permet depuis peu de géo-tweeter, c’est à dire d’ajouter les coordonnées géogra-Il existe également des géolocalisations GSM phiques du lieu d’envoi du Tweet. Enfin, Google(antennes d’opérateurs), Wifi (émetteur Wifi), qui possédait déjà Maps et Streetview n’a qu’àRFID (Radio Frequency IDentification ), IP, … s’adapter également.L’iPhone d’Apple possède un système de géo- Le comportement des consommateurs estlocalisation hybride qui associe géolocalisa- plutôt favorable à ce nouveau service et lation GSM, GPS et Wifi. L’utilisateur peut donc plupart d’entre eux n’hésite pas à signaler leêtre géolocalisé/se géolocaliser en intérieur dernier lieu branché ou le dernier restaurantcomme en extérieur. où ils se rendent. Ainsi, depuis des services existants ou nouveaux, les consommateurs in-A noter que les puces RFID servaient déjà de diquent leur position en temps réel au reste detraceurs avant leur incorporation dans les ta- leur réseau, souvent au lieu des statuts verbaux.blettes mobiles et téléphones portables, no-tamment pour les animaux, pour des produits De plus, ce comportement positif est exa-destinés à la vente ou encore pour certaines cerbé par les marques et entreprises qui étu-unités de police américaines. La puce RFID dient cette technologie de très près à des fins 3sert de plus en plus d’outil interactif incorporé marketing. Ils créent une relative émulationà l’humain ou à ses accessoires. Portefeuille du consommateur vis à vis de leurs produits/électronique, passe pour ouvrir des portes, … services par des gestes commerciaux : réduc-de nombreuses utilisations de cette technolo- tion lors de l’approche d’un magasin, remisesgie ont été imaginées voire réalisées. grâce à la fréquentation assidue d’un lieu, ... Il suffit donc à un utilisateur équipé, par les3 Un succès croissant temps qui courent, de donner sa position pour gagner en popularité ou en réductions com-Le marché des tablettes numériques por- merciales. Pour la plupart des consommateurs,té par l’iPad et l’iPhone connait actuel- il y a peu d’hésitation avant de se lancer danslement une croissance forte et ouvre la cette pratique. La géolocalisation est donc
  5. 5. un outil marketing pour les entreprises et cette 4 Utilité : pour les particuliers ettendance va encore prendre de l’importance pour les entreprisesdans les années à venir. ParticuliersDans le privé, hors des grandes marques, lagéolocalisation est utilisée par des entreprises Aujourd’hui, le GPS est une technologie inté-soucieuses de gagner en productivité. La mo- grée par défaut sur tous les smartphones com-bilité et l’optimisation des déplacements des mercialisés sur le marché. Bien entendu, les ap-collaborateurs étant un gage d’augmentation plications disponibles sur ces smartphones ontde la productivité. C’est donc également un su tirer partie de la géolocalisation pour faireoutil d’analyse. de ces appareils mobiles des outils sociaux ou fonctionnels, au delà de vulgaires GPS.Malgré cet engouement général pour les ser-vices de géolocalisation et de manière plus gé- Sur le plan pratique, on se servait d’ors et déjànérale pour les tablettes mobiles, on remarque du GPS, en smartphone ou non, afin de tracerquelques critiques à l’égard du phénomène. les personnes dites à risques : jeunes enfants,Deux défauts sont souvent relevés. D’abord malades d’Alzheimer, personnes âgées, déte-la connotation urbaine, la géolocalisation ne nus, … Cette utilisation dans un but d’améliorersert à rien en pleine campagne. Ensuite, les la sécurité de ces personnes devient tout detablettes mobiles et les forfaits (3G, Wifi, …) né- suite plus alarmante lorsqu’elle en vient à s’ap-cessaires à leur bonne utilisation restent globa- pliquer à des collégiens ou lycéens … En effet,lement assez chers. des services comme Ootay permettent aux parents de géolocaliser en temps réel le por-Enfin, OpenStreetMap, un concurrent Open table de leur enfant. Bien sur, l’enfant est censéSource de Google Map commence à émer- donner son accord, mais a-t-il vraiment le choixger et met en avant le fait que les données ? Autre mode discutable, le fait de s’entre géo-cartographiques récoltées peuvent être utili- localiser au sein du couple. Un conjoint imposesées pour tous travaux tant que les conditions à l’autre de s’inscrire à Google Latitudes oudes Creative Commons sont respectées. Deux autre service de traçage, « pour le bien de leursujets d’actualité s’assemblent donc : l’Open couple ». L’usage pratique semble donc pou-Source et la géolocalisation. voir dévier jusqu’à un usage propre à bouscu- ler les mœurs et interactions entre personnes ...Selon une étude récente Atelier BNP Paribas –Ifop* : Pour les particuliers, l’intérêt majeur de la géo- localisation mobile est tout d’abord social et65 % des Français possèdent un appareil avec marquerait l’arrivée de réseaux sociaux 2.0. EnGPS dont : effet, au delà de la communauté virtuelle, les utilisateurs peuvent désormais se repérer physi-48% représentent le GPS de voiture auto- quement au sein de leur propre ville et intera-nome, 10% le GPS intégré dans les véhicules, gir entre eux. Foursquare fait même naitre des19% le positionnement par satellite qui équipe affinités grâce à la proximité géographique.les smartphones. On devient désor­ ais «  Amis  » non plus par m l’intermédiaire d’une connaissance communeSelon un sondage 01net : mais grâce à un lieu fréquenté en commun. De plus, aux outils d’expression de la personna- lité que possède déjà par exemple Facebook (musique écoutée, centre d’intérêts, amis, …) on peut désormais ajouter le mode de vie : fré- 4 quentation de tels lieus à telle heure et tel jour. La géolocalisation donnerait presque à l’utilisa- teur la sensation de devoir toujours découvrir de nouveaux lieux tel un explorateur urbain. Ces dernières années, les internautes ont déve- loppé une tendance à accroitre leur mobilité et à donner leur avis à tout bout de champ. «  Tout ce qui est consommé est commenté, noté, comparé sur les réseaux virtuels  ». Avec la géolocalisation, les lieux rentrent ainsi dans cette permanente critique des consomma- teurs.
  6. 6. Les grosses chaînes de distribution utilisent la En plus de cibler le client, la géocalisation etgéolocalisation sociale afin de faire parler les actions marketing organisées par les entre-d’elles au maximum, comme par exemple prises visent à fidéliser le client. Par exemple, unMc Donald qui propose aux consommateurs café se propose d’offrir tous les vendredis unde se géolocaliser grâce à une application et café gratuit à tous les utilisateurs de Foursquarede la publier sur Facebook ou Twitter; au bout qui passent devant le café en question. Cecide trois publications, un produit consommable a un double impact : plus de gens viendrontest offert. Ainsi, le lien entre le consommateur au café devant cette afflux de personnes etet l’entreprise de distribution est renforcé par les personnes averties mais non inscrites rejoin-cette interdépendance issue de la géoloca- dront Foursquare pour bénéficier la prochainelisation. L’utilisateur y gagne en estime de soi fois d’un café gratuit ! Il y a donc des parte-(youpi ! je suis le maire virtuel d’une pizzeria !) et nariats possibles (et potentiellement fructueux)le restaurant (par exemple) y gagne en renom- entre les LBS et les entreprises, dans un objectifmée en cas de critique positive. Les entreprises à la fois promotionnel et fidélisateur.et marques ne peuvent donc se permettre deraté le coche de la géolocalisation sous peine Les entreprises possèdent aussi leurs systèmesd’accuser un certain retard de renommée par de traçage tels que Geofleet pour surveillerrapport aux concurrents. les déplacements des véhicules de leurs colla- borateurs, lorsque leur smartphone « offert parEntreprises la boîte  » n’est pas lui même tracé. En effet, Google Latitudes permet aux personnes autori-En ville, la densité des commerces et restau- sées de suivre un smartphone ou un groupe derants peut-être très élevées. Combien de fois a- smartphones en temps réel.t-on hésité entre deux restaurants juxtaposés ?Au sein de cette saturation urbaine, l’influence Des entreprises telles que HUB télécoms ontdes applications utilisant la géolocalisation même fait de ce business leur poule aux œufsdoit être maitrisée à la perfection. Pour ce d’or. En effet, cette firme regroupe sous letype d’entreprises, le service au client, la visi- terme de Géolocalisation trois services distincts,bilité et la réputation sont des enjeux majeurs. afin d’accompagner des entreprises misant surLes clients viennent soit spontanément (et de la mobilité à faire des bénéfices : Télécommu-façon plutôt aléatoire), soit par habitudes ou nication (outil de liaison), Traçabilité (outil deconseils issus du bouche à oreille. Grâce à des suivi) et Mobilité (outil d’analyse et de compteapplications comme Foursquare, le bouche-à- rendu de déplacement). Tous les domaines deoreille deviendrait virtuel, et les commentaires la géolocalisation sont donc économiquementseraient directement tagués sur les murs (vir- exploités.tuels eux aussi) d’un restaurant ou d’une bou-tique, accessibles en permanence aux «  pas-sants ». 5 Des données analyséesEn plus de cette deuxième vitrine, reflet des Le développement des technologies tellesappréciations des utilisateurs ayant fait l’expé- que les plateformes de jeu, les applica-rience du produit/service proposé, la géoloca- tions pour smartphones, le Wi-Fi ou encorelisation accroit encore les possibilités marketing la radio-identification facilite chaque jourdes entreprises en terme de ciblage des clients. davantage la géolocalisation des donnéesOn parle d’un marketing « encore plus ciblé et personnelles. Si l’objectif sécuritaire d’un telplus local ». En effet, l’archivage des géoloca- procédé peut encore être approuvé, il y a enlisations utilisateurs permet de créer des profils revanche un risque d’atteinte à la vie privée.en fonction des types de lieux fréquentés. « Entre le consentement de l’internaute (ou de 5Savoir où sont vos amis (...) peut être utile dans l’utilisateur de mobile) au traitement de sesla vie de tous les jours, mais le réel but est de données personnelles issues de la géolocalisa-faire de l’argent en vendant des publicités ! », tion (par exemple pour se voir proposer un ser-dit Jérôme Thorel, représentant en France de vice personnalisé) et un usage abusif au méprisl’ONG Privacy International. On notera que ce de sa volonté, le pas peut être vite franchi. Leprocédé est le seul moyen pour Facebook de traitement des données après qu’une géolo-gagner de l’argent, étant donné qu’il est gra- calisation ait été effectuée n’est pas à négli-tuit. Ce géant du web est toujours en quête de ger.plus d’infos sur ses utilisateurs. Il en est de mêmepour Google, « l’entreprise qui détient le plus Le risque d’exploitation abusive d’informationsd’informations sur les individus » (2009 : 23 mil- des réseaux sociaux a toujours été présent,liards de dollars de revenus publicitaires ). même avant l’arrivée de la géolocalisation
  7. 7. puisque Facebook et Googgle échappent, de proposant des annonces … le tout accompa-part leur origine américaine, aux législations gné des horaires de présence à leur domicileeuropéennes en matière de protection des de ces derniers. Une aubaine pour tout malfratdonnées personnelles. Ainsi, en entreprise, les adepte du web étant d’humeur à cambriolerdéplacements des salariés peuvent être sui- une maison inhabitée. La géolocalisation peutvis à la trace. D’autre part, les consommateur décidément rendre service à tout le monde.vont assister à un ciblage de plus en plus précisde leur profil afin de se voir proposer des publi- L’éternel problème entre les utilisateurs et lescités plus « adaptées » et ainsi plus susceptible géants du web reste l’archivage des donnéesde «  faire mouche  ». L’utilisateur n’a globale- personnelles. En plus de connaître les préfé-ment pas le choix quant au traitement de ses rences des utilisateurs en termes de mots clefs,donnée suite à sa géolocalisation. C’est sou- il y a dorénavant un « profiling » accru de l’uti-vent du « tout ou rien » en ce qui concerne les lisateur, car les lieux fréquentés reflètent géné-conditions d’utilisation de ces données. L’ac- ralement le mode de vie de l’individu. Les LBSceptation des conditions d’utilisations entraine peuvent par conséquent monter des profilsbien sur une cession quasi-intégrale de ses in- extrêmement détaillés de leurs adhérents, à laformations personnelles au profit de la base de fois en terme de goûts et d’habitudes. La psy-donnée du LBS. Il n’y a donc pas de compromis chose du fichage s’accentue, et ce, à justeentre la possibilité de se géolocaliser et le fait titre. Combien de temps ces informations se-de contrôler le devenir de ses propres informa- ront-elles conservées ? Auront-elles une utilitétions. dépassant la simple utilisation promotionnelle ? Nous n’avons encore aucun contrôle dessus, etEn ce qui concerne le traitement des informa- la CNIL met en garde les Européens.tions recueillies sur les salariés d’une entreprise,la CNIL a imposé des formalités à respecter Ces données, certains sites illégaux vous pro-concernant la surveillance par géolocalisation posent de les utiliser pour jouer les détectives,durant le travail. Le CE et la CNIL doivent être et vendent ainsi leurs services pour tracer untous deux avertis des mesures de surveillance appareil mobile. Bien que la plupart de ces ap-et de la finalité de ces mesures (lutte contre le prentis espions soient des escrocs, certaines devol, gestion en temps réel des démarches au- ces propositions sont véridiques : il existe réelle-près des clients…) La surveillance des salariés ment des moyens de pistage illégaux.est donc soumise à des restrictions de temps,de principes et en cohérence avec les mesures Le fait est que si des pirates peuvent vous géo-de protections de la vie privée. localiser en temps réel, d’autres organisations peuvent également le faire et ce, avec plusA l’instar des données recueillies sur Facebook, de moyens et donc plus d’efficacité. Certainsles données personnelles issues de la géoloca- philosophes et sociologues voient le compor-lisation sont archivées pour une durée indéter- tement immodéré des utilisateurs comme leminée par le service en question et revendu principal facteur de « la globalisation de la sur-aux groupes intéressés à des fins généralement veillance ». (Voir partie 9). Mais cette adhésionmarketing. de masse aux LBS est peut-être en mesure de perturber les mœurs voire les valeurs qu’il reste à notre société.6 Des risques Dans la partie 4 nous parlions de la géoloca-En association avec le «  geotagging  » (géo- lisation des jeunes étudiants. Mais les relationslocalisation en anglais), on associe de plus en parents/enfants ne sont pas les seules à êtreplus le terme de « cybercasing ». C’est un terme touchées. Les couples se mettent également à 6utilisé par des chercheurs américains pour s’entre-géolocaliser. Goeffrey, 30 ans :nommer le fait de recouper des informationsissues de données de géolocalisation (textes, «J’ai dû accepter de m’inscrire sur Latitudes,images, positions, …) puis de les utiliser à des le programme de Google, pour calmer mafins criminelles (vols, recel de données person- femme.»nelles, ...). La notion de confiance entre individus estOn oublie en effet que le fait de se géolocali- donc remise en question. La confiance estser révèle, en plus de l’endroit où l’on est, l’en- pourtant au cœur même de l’apprentissagedroit où l’on ne se trouve pas ! Aux États-Unis, le d’un enfant et elle permet aux parents de jau-site Craiglist.org, un site de petites annonces, ger sa maturité. Elle est également, en général,géolocalise l’adresse postale des personnes la clef de voute d’une relation de couple. Les
  8. 8. LBS peuvent donc trahir leur utilisateur en révé- actif de validation permet d’indiquer si l’onlant leur position réelle au lieu de leur position veut ou non accepter le fait que nos informa-officielle : plus besoin de confiance, seulement tions personnelles soient collectées, traitées,d’un smartphone. … Certains internautes pensent que l’idéal en matière de géolocalisation serait de pouvoirPour en revenir à la géolocalisation à outrance, préciser le rayon de précision de la localisationle problème est que l’utilisateur n’est pas forcé- afin d’avoir un compromis entre la possibilitément conscient des conséquences d’une géo- d’utiliser des LBS et de préserver quelque peulocalisation qu’il effectue depuis sa tablette ses données personnelles.mobile. Pour remédier à ce phénomène, desdonneurs d’alerte informent les internautes. Sondage 01net concernant la vision des inter- nautes par rapport à la géolocalisation :7 Don’t over share ! 8 Juridiction de la géolocalisa-L’auteur du blog Egoblog explique en quelqueslignes comment géolocaliser les auteurs de tionTweets en faisant un copier/coller des coordon-nées sur Google Map. On peut donc connaître En ce qui concerne les utilisateurs européensla position à quelques mètres près d’un auteur utilisant les LBS, aucune juridiction ne peut pro-de Tweet. Par cette démarche, qui sur le coup téger leurs données personnelles puisque lesaffole quelque peu l’internaute, s’opère une géants du web sont tous basés aux Etats-Unisaction d’information et de sensibilisation aux où les lois européennes ne font pas juridiction.enjeux et aux risques de l’utilisation des LBS. Nous parlerons donc rapidement de ce typeAutre exemple de site donneur d’alerte : le de juridiction en entreprise.site PleaseRobMe (Cambriolez-moi SVP !), quia pour description « le site qui vous montre les Voici des cas de jurisprudence extraits demaisons vides à proximité !». Le but (atteint) documents d’avocats illustrant cette juri-était de créer un buzz par la mise en ligne d’un diction naissante et encore assez flou ausite qui ressemblerait à un Foursquare pour sujet de la surveillance des employés :cambrioleur. Bien sur, PleaseRobMe n’a riende criminel et vise à parodier les sites tels que “1. Dans un arrêt, il a été jugé qu’une filatureFoursquare pour en montrer la potentielle dan- organisée par l’employeur afin de contrôlergerosité aux internautes friands d’applications et de surveiller l’activité d’un salarié constitueutilisant des données de géolocalisation. un moyen de preuve illicite, qui ne peut donc être invoqué en justice, même lorsque le sa-Ces donneurs d’alerte ont généralement un larié avait été informé de la possibilité de cecrédo commun qui peut être assimilé à « Don’t contrôle [...] :over-share !», Ne pas partager à outrance si - « Vu les articles 8 de la Convention européennel’on essaye de traduire en français. Ils prônent des droits de l’homme et des libertés fondamen-donc la modération en matière de partage de tales, 9 du Code civil, 9 du nouveau Code dedonnées issues de la géolocalisation. procédure civile et L.120-2 du Code du travail ; Attendu qu’il résulte de ces textes qu’une fila-En dehors de l’insouciance des utilisateurs, on ture organisée par l’employeur pour contrô-peut soulever un autre problème, qui vient ler et surveiller l’activité d’un salarié constituecette fois de la distribution des LBS. Premiè- un moyen de preuve illicite dès lors qu’ellerement, une des caractéristiques principales implique nécessairement une atteinte à la vie 7des applications mobiles est qu’elles ne com- privée de ce dernier, insusceptible d’être justi-portent pratiquement jamais de guide utilisa- fiée, eu égard à son caractère disproportion-teur. Ceci trouve son origine dans la simplicité né, par les intérêts légitimes de l’employeur ; »évidente des premières applications iPhone,où le seul document présent est la liste des 2. De surcroît, [...], la Cour énonce à juste titre, que :conditions d’utilisation. C’est toujours le cas. - « la géolocalisation d’un véhicule doit êtreNous sommes donc bien loin du pavé de re- proportionnée au but recherché et que lacommandations qui accompagne générale- mise sous surveillance permanente des dé-ment les logiciels d’ordinateur par exemple. placements des salariés est disproportionnéeA part cette notice absente, les LBS ne laisse lorsque des vérifications peuvent être faitespas un grand choix aux utilisateurs quant aux par d’autres moyens, comme c’est le cas enconditions de partage. Seul un système pro- l’espèce, puisque l’employeur pouvait mener
  9. 9. des enquêtes auprès des clients que le sala- fera au mieux. Il y a donc un nouveau risquerié était censé visiter (…) qu’il résulte de ces de modification des comportements : la re-éléments que la mise en œuvre du GPS était cherche de la proximité plutôt que de l’intérêt.illégale comme disproportionnée au but re- La recherche localisée serait-elle une menacecherché et ne peut être admise en preuve ». pour la curiosité de l’individu ? Annihilera-t-elle le goût de l’aventure et de l’inconnu ? A l’in-Il y a donc une notion très importante et récur- verse d’un web international et digne d’inté-rente dans la juridiction de la géolocalisation rêt depuis le monde entier, nous assisterions à: la proportion entre le degré de surveillance un nouveau web local ? à moins que les deuxet l’enjeu pour l’entreprise que constitue la sur- modèles coexistent...veillance des employés. L’avenir du marketing : la publicité entièrement personnalisée. Selon des pronostiques de blogueurs, il se9 L’avenir de la géolocalisation peut que dans les années à venir, 50% de la pub vers les mobiles soit géolocalisée. Écono-Ou plutôt à quelle monde cette nouvelle tech- mique, quasi-automatique et efficace (en unnologie nous mènera-t-elle ? mot : efficient), le marketing ciblé est le nou- veau cheval de bataille des entreprises. LaUn service de géolocalisation démocratisé et communication serait donc gérée autrementancré dans les moeurs. : on ne dépense plus pour louer des supports de communication mais pour acheter des pro-En effet, dans un futur proche, le buzz de la fils de consommateurs. Ainsi, on ne paye plusgéolocalisation sera passé et les LBS seront pour viser large mais pour toucher juste. Aussi,comme les réseaux sociaux aujourd’hui : rares la suggestion des pairs sera plus précise grâcesont les personnes qui n’utilisent ni Twitter, ni au profiling amélioré que permet la géoloca-Facebook. D’ailleurs, les prédictions veulent lisation : «  cette utilisateur au profil proche duque tous ces LBS seront intégrés aux réseaux votre a également acheté ... »sociaux, ce qui est déjà le cas pour FacebookPlaces. D’ailleurs, toutes les applications seront De plus, un client une fois «  acquis  » se doitsusceptibles d’utiliser la géolocalisation pour in- d’être « conservé ». La géolocalisation va doncdiquer un point de vente, le lieu d’un concert, booster le pouvoir de fidélisation des marquesdes travaux sur la route, … Bien sûr, habitués et entreprise. Plus un client sera «  dévoué  »aux réseaux sociaux gratuits, les utilisateurs se- à sa marque ou à son restaurant favoris parront très réticents à l’idée de payer pour ac- exemple, plus il aura d’avantages clients. Celaquérir un LBS. Il est possible que leur utilisation existe déjà, notamment sur Foursquare, maissoit toujours aussi insouciante : nous avons déjà n’est pas encore massivement exploité.transmis aux réseaux sociaux presque tout cequ’ils auraient pu demander … Pour séduire et conserver des clients, les entre- prises vont devoir dans un futur proche gérerPour rappel, le problème ne vient pas de la géo- de façon irréprochable leur identité visuelle etlocalisation en elle-même mais il réside dans le leur e-réputation. Elles auront besoin de com-fait qu’il n’y ait pas de système de protection muniquer de la façon la plus concise leurs va-des données personnelles à l’échelle interna- leurs aux consommateurs alentours. Graphistestionale, une sorte de compte sécurisé regrou- et communicationnels auront donc un marchépant l’intégralité de nos données ainsi que les sur lequel se positionner dans les années à ve-modalités de partage que nous avons choisi nir. 8pour tel ou tel service. En ce qui concerne l’uti-lisation brute des LBS, la plupart des contenus Enfin, on ne peut pas parler de communicationmanipulés par les utilisateurs seront géotagués, de lieux sans parler du tourisme. Les entreprisesla plupart des produits et services auront ainsi de ce secteurs ont entre les mains un réel atoutun ancrage géographique (ex : lieu de prove- marketing qui leur est totalement adapté.nance, d’origine, de production, autres bou- Elles se devront donc de surveiller les tags destiques de la chaîne,...). touristes qui détermineront leur e-réputation et s’allier au mieux avec les LBS à dispositionEnfin, la géolocalisation terminera de révolu- (Guide du Routard, Annuaires, …). On peuttionner la recherche sur le web, on effectuera également imaginer des balises virtuelles infor-des recherches localisées. On cherchera en matives placées sur des sites touristiques/histo-fonction de notre position ce qui nous satis- riques. En dehors de ces applications localisées
  10. 10. des LBS, certains internautes s’amusent à ima- Des organismes pourraient s’occuper deginer des applications tournées vers l’aventure gérer tous ces «  points  » sur leur radar afin deet la mobilité tel que le fait de géotaguer des gérer les flux humains, les réseaux de trans-monuments importants et des lieux célèbres. ports ou de distribution. La vie de notre so-D’ailleurs, est-il autorisé de taguer virtuellement ciété serait alors parfaitement orchestrée,des monuments historiques ? et chaque individu «  augmenté  » n’aurait alors plus qu’à se préoccuper de sa fonction.Le nouveau visage de notre société. Ce scénario d’assistanat et de conditionne- ment de l’individu n’est pas sans rappelerGeorge Orwell nous dépeignait dans 1984 un Le Meilleur des Mondes dépeint par Huxley.monde surveillé à l’extrême par des «  télé-crans  », sortes de caméras de surveillances,installés dans chaque pièce. Le regard ve- Une autre composante à surveiller à l’avenir,nait donc de l’extérieur et nos faits et gestes relevée par de nombreux blogs à mi cheminpouvaient donc être observés par une entité entre nouvelles technologies et transhuma-unique : Big Brother. Le développement du nisme, est l’implantation de puces RFID. Leurréseau de télésurveillance anglais (CCTV) rap- pouvoir de stockage et d’échange de don-pelait à la population anglaise ce processus de nées peut se révéler à la fois extrêmement utilesociété de surveillance. Aujourd’hui, l’entité de et dangeureux pour la vie privée. Elles serventsurveillance n’a plus de visage et nous sommes à l’archivage, à la gestion des stocks, à l’en-en phase de devenir nos propres mouchards. registrement de codes d’accès, … Mais cesNous gravissons donc encore un échelon dans puces qui peuvent être implantées sous-cuta-la « globalisation de la surveillance ». nées peuvent avoir un double tranchant. Elles peuvent faciliter le stockage de données et lesOn passe de : déplacements en zone sécurisée par exemple mais la puce RFID a été désignée de poten-Big Brother is watching you ! tiellement liberticide par la CNIL notamment. Elle est en effet facilement activable : le sujetÀ: devient traçable et les données qu’il possède peuvent être lues voire transférées. De plus,Big Brother is geotagging you ! sa taille minuscule la rend quasiment invisible. Cette puce controversée pourrait pourtant fi-Pour faire un parallèle avec le milieu artistique, nir par remplacer nos papiers d’identité, notredes artistes tels que l’Américain Shepard Fairey permis de conduire et notre carte vitale...ou encore le Britannique Banksy œuvrent defaçon à dénoncer la tendance sécuritaire par Devant cette « globalisation de la surveillance »leur créations. Ils agissent surtout dans la rue, où des réfractaires pourraient bien se mettre auleurs messages sont à la vue de tout le monde, travail. Toute mesure entraine des contre-me-en guise d’alertes. sures. Face à la géolocalisation pourraient bien s’élever des brouilleurs GSM, des hackers deUn autre changement éventuel de notre so- LBS et autres pirates.ciété serait la dématérialisation progressive denotre quotidien. En effet, un système de tra- A nous maintenant de surveiller notre société etçage associé à un GPS sur le smartphone et de participer au meilleur déroulement possiblenous voilà muni d’une boussole similaire à celle de cette évolution qu’est la géolocalisationdes interfaces de jeux vidéo tels que Grand mobile. Bien que les géants du web rivalisentTheft Auto. Ainsi, on pourrait y voir notre mai- d’ingéniosité pour créer l’émulation naïve desson, nos lieux de rendez-vous de la journée, nos utilisateurs de tablettes, ces consommateurs 9amis dans le champ d’action de la boussole, auront toujours le pouvoir de dénoncer les dé-… L’individu se retrouverait donc associé à un rives potentielles des « puissants », à conditionpoint sur la boussole de ses pairs. Au mieux il qu’ils gardent les yeux ouverts.possèderait également un statut comme pourles réseaux sociaux. Associé à une interface deréalité augmentée (masque, lunettes, combi-naison, …), le piéton n’aurait même plus à ré-fléchir à son chemin, des flèches virtuelles lui in-diqueraient à chaque intersections la directionà prendre. Le décor n’aurait à vrai dire aucuneimportance. Nous évoluerions dans un mondesemi-virtuel.
  11. 11. Sources http://arostain.cluster010.ovh.net/ contagiousness/?p=135Documents du Cabinet Blanc (avocats) ZoomOuthttp://www.cabinetblanc.fr/documentation/droit_divers/interdiction-de-geolocalisation- http://zoomout.fr/2011/02/15/la-geolocalisa-par-balise-gps.pdf tion-big-brother-dans-ma-poche/ReadWriteWeb Leuromaghttp://fr.readwriteweb.com/2010/07/27/a-la- http://www.leuromag.com/La-geolocalisa-une/des-chercheurs-mettent-en-garde-sur-les- tion-tout-le-monde-s-y-met-_a4159.htmldangers-du-gotagging/ PositionGoogleFluctuat http://www.positiongoogle.com/actu/de-nou-http://www.fluctuat.net/7088-Enjeux-et-dan- velles-applications-de-geolocalisation-grace-gers-de-la-geolocalisation a-google-twitter-facebook/PleaseRobMe Bloggueur Solidairehttp://pleaserobme.com/ http://educinfos.solidairesdumonde.org/Egoblog archive/2011/03/02/marche-des-tablettes-nu- meriques-phenomene-de-mode-ou-tendanc.http://egoblog.net/2008/12/01/les-dangers- html7de-la-geolocalisation-sur-twitter/Midilibre Les Z’edhttp://www.midilibre.com/ http://leszed.ed-productions.com/foursquare-articles/2010/08/23/A-LA-UNE-La-geolocali- dismoiou%E2%80%A6-vision-de-la-geolocalisa-sation-un-danger-pour-la-vie-privee-1356069. tion-dans-la-futur/php5 Mon figaroLe Figaro http://plus.lefigaro.fr/note/la-geolocalisation-http://www.lefigaro.fr/sciences- avenir-de-la-communication-20100216-141087technologies/2010/08/22/01030-20100822ART-FIG00200-la-geolocalisation-transforme-votre- Korbenmobile-en-espion.php http://www.korben.info/attention-a-la-geolo-Libertés Internet calisation.htmlhttp://libertesinternets.wordpress. Blog techno-progressistecom/2008/11/24/la-geolocalisation-ce-nou-veau-fil-a-la-patte-qui-rassure/ http://transhumanismes.forumactif.net/t97-im- plants-puce-rfid 10Le Posthttp://www.lepost.fr/ar-ticle/2010/12/19/2346140_geolocalisation-dan-ger.htmlTechYouhttp://www.techyou.fr/2010/12/geolocalisa-tion-tous-traques/ContagiousNess
  12. 12. AnnexesBannière du site PleaseRobMe,parodiant une interface de typeGoogle MapsFoursquare : logo Facebook PlacesLes badges : le cotéludique de Foursquare 11

×