#10 - Mai 2013le mag de la vie scolaireDevenez la personneque vous rêvez d’êtreEXAMENS SCOLAIRESTenez-vous prêts!La littér...
2 My School #10 / MAI 2013DANS CE NUMERO DEMy SchoolSuccess RoadDevenez la personneque vous rêvezd’être3 EDITORIAL6 SCHOOL...
My School #10 — MAI 2013 3ÉditorialNuméro 10- Mai 2013N’abandonnezJamais vos RevesLa vie est une belle aventure.A tout mom...
4 My School #10 / MAI 2013NOTRE ÉQUIPEMy School ● Mai 2013 ● #10Edité par La Classe des PremiersDirecteur de Publication: ...
My School #10 — MAI 2013 5
6 My School #10 / MAI 2013Développer votre concentrationLa capacité de concentration varie suivantl’humeur, le sujet suivi...
My School #10 — MAI 2013 7conseils pourmieux mémoriser1- Il faut vouloir se souvenir et faire confiance à sa mémoire2- Plu...
8 My School #10 / MAI 2013SUCCESS ROAD6 points-clé indispensablesà la réussiteTout le monde souhaite réussir. Cependant, i...
My School #10 — MAI 2013 9Fixez vos objectifsGagnez en estime de vousVoyez long terme1Il est hyper important de faire des ...
10 My School #10 / MAI 201354Prenez soin de vousSoyez enthousiasteL’enthousiasme, c’est de l’énergie en barre ! Que ce soi...
My School #10 — MAI 2013 11Source: www.vie-explosive.fr6 Échouez, recommencezLa base de toute réussite est fondée sur l’éc...
12 My School #10 / MAI 2013Le découragement guettetous ceux qui agissent. Or,mener à bien une actionquelle qu’elle soit, c...
My School #10 — MAI 2013 13C’est absurde, paradoxal, maistrès vrai. C’est souvent tout prèsdu succès que se tapit le décou...
14 My School #10 / MAI 2013BON A SAVOIRDepuis le Moyen Âge, le 23 avril, on célèbre en Espagne la fête de laSaint-Georges,...
My School #10 — MAI 2013 15Une légende veut que le chevalierJordi ait délivré une princesse desgriffes dun dragon. Il tran...
16 My School #10 / MAI 2013>>>La littérature africaine se scinde enquatre (4) groupes que sont :Littérature africaine écri...
My School #10 — MAI 2013 17A ceux-ci l’on peut citer Bernard BinlinDadié avec des œuvres comme « Climbié,un nègre à paris ...
18 My School #10 / MAI 2013« CELUI QUI A CRUDOIT POUVOIR AGIR »SUCCESS ROAD
My School #10 — MAI 2013 19>>>>>>
20 My School #10 / MAI 2013Est il possible à une étudiantedu secondaire, médiocre enchimie, de suivre les cours lesplus co...
My School #10 — MAI 2013 21Le rêve de Mark Zuckerberg« Mark Elliot Zuckerberg est né à DobbsFerry à coté de New York, le 1...
22 My School #10 / MAI 2013>>>Métier d’AvenirLe journaliste sportif joue le rôle despectateur actif des événementssportifs...
My School #10 — MAI 2013 23Bien quaucune formation ne soit obliga-toire, il est recommandé de suivre un en-seignement supé...
24 My School #10 / MAI 2013Nouvelles Technologies2G, 3G et encore ! Des concepts très en vogue n’est-ce pas ?Si tous au mo...
My School #10 — MAI 2013 25G comme GénérationCette vulgarisation facilite la compréhen-sion du public dans cette liste d’a...
26 My School #10 / MAI 2013En attendant la 5G qui s’annonce déjà, ce boum de standards technologiques n’est pasfait pour n...
My School #10 — MAI 2013 27LexiqueGSM (Global System for Mobile communications) : norme télé-phonique de seconde génératio...
28 My School #10 / MAI 2013
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

My school # 10 Mai 2013

622 vues

Publié le

Dans ce numéro de My School:
Devenez la personne que vous rêvez d'être .

Notre mission est d'inspirer les jeunes dans la réalisation de leurs rêves.
Modifier
Infos de base
Fondation 4 octobre 2010
Modifier
Coordonnées
Site web http://www.myschoolmag.com/

Publié dans : Formation
0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
622
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
11
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

My school # 10 Mai 2013

  1. 1. #10 - Mai 2013le mag de la vie scolaireDevenez la personneque vous rêvez d’êtreEXAMENS SCOLAIRESTenez-vous prêts!La littératureafricaineInternet mobile2G, 3G, 4G, ça vous dit?
  2. 2. 2 My School #10 / MAI 2013DANS CE NUMERO DEMy SchoolSuccess RoadDevenez la personneque vous rêvezd’être3 EDITORIAL6 SCHOOL LIFEExamen: Tenez-vous prêts!8 SUCCESS ROAD6 points-clé indispensablesà la réussite14 BON A SAVOIR23 avril, Journée du livreet de l’auteur16 La littérature africaine22 METIERLe journaliste sportif24 NOUVELLES TECHNOLOGIESInternet mobile:2G, 3G, 4G, etc.
  3. 3. My School #10 — MAI 2013 3ÉditorialNuméro 10- Mai 2013N’abandonnezJamais vos RevesLa vie est une belle aventure.A tout moment, nous sommestous de potentiels« victimes » d’idées de génie.Tout le monde pense, rêve, es-père réaliser quelque chose degrand, un jour.Tout part toujours d’une idée.Mais il faut savoir que touteidée a besoin d’action pour seréaliser. Agir, faire ce qui estnécessaire afin que l’idéeprenne forme. Une mission à laportée de tous mais pas trèssouvent exécutée par tous.Dans l’exécution d’un projet, ily a des obstacles qui se dressentsur votre chemin. Imaginez-vous, marchant vers la réalisa-tion de votre rêve. Vous tenezvotre idée, la semence à porteren terre. Et sur votre chemin sedresse un mur. Si grand quevous ne pouvez le contourner.Que feriez-vous ?Dans ce numéro de My School,nous vous proposons un extraitde La Technique du succèsd’André Muller afin de vous ex-horter à ne jamais céder au dé-couragement. N’abandonnezjamais vos rêves. Ils ont besoinde vous. Faites tout pour quevos rêves ne baignent pas dansdu formol, comme le dit MC So-laar (Perfect).Découvrez également des con-seils indispensables à la réus-site, afin de vous permettre dedevenir la personne que vousrêvez d’être.Mikeylange Archange
  4. 4. 4 My School #10 / MAI 2013NOTRE ÉQUIPEMy School ● Mai 2013 ● #10Edité par La Classe des PremiersDirecteur de Publication: Michel DJE BiSecrétaire de Rédaction: Yao Eve BénédicteOnt participé à la rédaction:Carine Leka, Heinand Amoi,Yao Eve-Bénédicte, Hans-Elisabeth,MikeylangeDocumentation:Carine Leka (Maroc),Claude Emmanuelle Yapo (Québec)Conception graphique:MSRévision: Alfred VaniéPromotion en ligne:Jean-Rodrigue Kassi (Québec),Jean-Cyrille Allou (Côte d’Ivoire)Site web: www.myschoolmag.comAdministration web: AlldenyDiffusion: gratuiteDépôt légal: en coursMy School est partenaire des Éditions Epicureet des magazines Epicure Vivre au Collège &Épicure Vivre au Lycée – Téléchargeablesur www.editions-epicure.com -Actualités à retrouver sur www.keek.fr.
  5. 5. My School #10 — MAI 2013 5
  6. 6. 6 My School #10 / MAI 2013Développer votre concentrationLa capacité de concentration varie suivantl’humeur, le sujet suivi. Elle dépend égale-ment des individus. Ainsi, il faut enmoyenne dix (10) minutes avantd’atteindre un niveau de concentrationprofond et efficace (phase productive).Pour mieux vous concentrer et maintenircet état le plus longtemps possible, entrai-nez-vous à :Déterminer votre habitude et votretemps de concentration.En effet, l’état de concentration où l’onest productif dure environ vingt (20) mi-nutes, puis l’envie d’interrompre est dedix (10) minutes. Cette envie d’interrup-tion se manifeste généralement par lebesoin de passer un coup de fil, bavarderavec quelqu’un, prendre un café ….L’exercice consistera à mesurer et noterces vingt (20) minutes de concentrationprofonde avant que l’envie d’interromprene survienne. Faites-le à plusieurs reprisesafin d’avoir une moyenne.Ajouter des minutes supplémentaires avotre période productiveUne fois que le besoin d’interrompre sefait sentir, concentrez-vous 1, 2, voir 3minutes de plus. Augmentez volontaire-ment et progressivement la durée.Au bout de quelques temps, vous consta-terez une nette amélioration, vous voussentirez moins fatigué et serez plus pro-ductif.Yao-Eve BénédicteEXAMENSTenez-vous prêts !SCHOOL LIFEC’est bientôt les examens et l’on estsous le poids du stress engendré par cespréparations! A quelques mois des exa-mens l’on a envie de tout apprendre ettout mémoriser pour être prêt le jour- J. Distrait en classe ? Des difficultés pour mémoriservos leçons ? Voici des astuces qui vous aiderons à aborder de façon zen cette phase depréparation.
  7. 7. My School #10 — MAI 2013 7conseils pourmieux mémoriser1- Il faut vouloir se souvenir et faire confiance à sa mémoire2- Plus la concentration dans l’étude ne sera grande, mieuxvous vous souviendrez. Développez donc votre aptitude à vousconcentrer3- Après chaque leçon réfléchissez, cherchez à la répéter et àla résumer4- Une fois le chapitre terminé, mettez en relation les résumésde chaque leçon effectué auparavant, constatez leur interdé-pendance et faites un schéma général5- Utilisez tous vos sens : l’ouïe, la vue, le toucher6- Cherchez des exemples et des comparaisons, expliquez ce quevous avez appris à quelqu’un, discutez en avec lui, exercezvous7- Utilisez le temps qui précède ou qui suit le temps de sommeilpour apprendre vos leçons8- Après plusieurs lectures, essayez de réciter9- Faites des révisions des jours plus tard10- Que cet apprentissage vous paraisse utile, soit nécessaire,ait un but et un idéal, celui de l’excellence et de la satisfactionpersonnelle10
  8. 8. 8 My School #10 / MAI 2013SUCCESS ROAD6 points-clé indispensablesà la réussiteTout le monde souhaite réussir. Cependant, il est important de remarquer que le cheminqui mène à la réussite a ses règles et ses principes fondamentaux. Dans cet article, voustrouverez 6 principes essentiels qui vous aideront à bien mener vos activités afin d’obte-nir des résultats satisfaisants.
  9. 9. My School #10 — MAI 2013 9Fixez vos objectifsGagnez en estime de vousVoyez long terme1Il est hyper important de faire des choses pour le long terme. Voircourt terme c’est privilégier les récompenses immédiates et ne pasconstruire son avenir. Si vous voyez long terme, vous allez justementfaire des choix qui vont privilégier la réussite à long terme. Vous de-vez savoir ce que vous voulez à long terme, pour que vos objectifs,vos attitudes en découlent.32L’estime de soi, c’est un pilier de base de la réussite. C’est ce quifait que vous vous aimez, que vous vous appréciez. Avec plus d’es-time, vous aurez plus de confiance, et vous oserez plus. Vous serezplus entreprenant (au travail, en soirée), et vous réussirez plus faci-lement ce que vous entreprenez (que ce soit relationnel, commepersonnel, comme professionnel). C’est prouvé, les gens qui ontune haute estime d’eux-mêmes réalisent plus facilement leurs ob-jectifs (et sont plus résilients).Les objectifs, c’est un principe de base. C’est ce qui vous permet desavoir où vous voulez aller. Vous avez des rêves ? Des désirs ? Faitesen découler des objectifs. Fixez en chaque année, revoyez-les sou-vent. Impregnez-vous de vos objectifs, et avancez chaque jour un pe-tit peu vers votre objectif principal.
  10. 10. 10 My School #10 / MAI 201354Prenez soin de vousSoyez enthousiasteL’enthousiasme, c’est de l’énergie en barre ! Que ce soit pour vosprojets ou ceux des autres, être enthousiaste vous rendra beaucoupplus appréciable ! Et vous réaliserez plus facilement vos objectifs sivous les prenez avec enthousiasme ! C’est un moteur d’énergie quivous rendra aussi beaucoup plus optimiste, beaucoup plus positif.Les projets que vous aurez seront plus facilement réalisables, et lefait de se penser capable de réaliser un objectif, c’est l’avoir réalisé àmoitié.Votre santé est ultra importante. Vousn’avez qu’un seul corps. Votre corpsc’est votre moyen de transport, mais onne le change pas. On reste dedans toutesa vie. Il est important d’en prendre soin.Evitez le stress, la malbouffe, faites dusport, évitez la pollution, faites attentionaux ondes, ressourcez-vous, et reposez-vous.
  11. 11. My School #10 — MAI 2013 11Source: www.vie-explosive.fr6 Échouez, recommencezLa base de toute réussite est fondée sur l’échec. De nombreuses per-sonnes connues pour leur succès ont échoué de nombreuses fois.Mais ce qui a fait qu’elles ont réussi, c’est qu’elles n’ont rien lâché.Elles ont persévéré, elles ont continué, changé leur approche. Etelles ont fini par atteindre leur objectif à force de persévérance. Vouséchouez à partir du moment où vous abandonnez. Mais avant cela cen’est qu’une chute, et vous pouvez vous relever. Si vous échouezvotre projet d’entreprise, remontez-en un autre ! Encore et encore.Apprenez de vos échecs, mais surtout relevez-vous !
  12. 12. 12 My School #10 / MAI 2013Le découragement guettetous ceux qui agissent. Or,mener à bien une actionquelle qu’elle soit, c’est essen-tiellement ne jamais céder audécouragement. Il y a d’abordun « décou-ragement anticipé »qui intervient avant l’action etguette celui qui ne fait pas suivreimmédiatement un projet deson exécution ou d’un commen-cement d’exécution (« À quoibon », « Ça n’ira pas », etc.).Un récif me menace cependantavant d’arriver à bon port. C’estcinq minutes avant d’arriver àterme que l’entreprise court ànouveau les plus grands risquesde n’être pas achevée. Pour-quoi ?Tout se passe comme si l’idéerelâchait sa poussée trop tôt,juste avant l’achèvement. Autre-ment dit, une fois le but en vue,on se tiendrait ce langage : «Voilà. Nous y sommes. Inutile deforcer davantage. » Et, très sou-vent, celle ou celui qui n’y prendgarde se démobilise. Tout sepasse comme si la pensée quel’action va être terminée,l’œuvre achevée, lui enlevaitl’enthousiasme !NE CÉDEZ PASAU DÉCOURAGEMENTSUCCESS ROAD
  13. 13. My School #10 — MAI 2013 13C’est absurde, paradoxal, maistrès vrai. C’est souvent tout prèsdu succès que se tapit le décou-ragement, le vrai, le plus impla-cable.Ce découragement menace desurgir alors qu’il ne restepresque rien à faire et alorsmême qu’on sait qu’il ne restepresque rien à faire.On croyait y être, et voilà sou-dain que l’enthousiasme semeurt. Voilà soudain que l’on semet à douter de soi, que l’on nevoit plus que les mauvais côtésde l’action entreprise. On aban-donne par découragement. Ou,au contraire, voilà que l’œuvre,presque finie, donne satisfactionà l’amour-propre. On se décerneun satisfecit. On est contentd’être arrivé jusque-là. La pres-sion se relâche. On trouve quec’est suffisant ainsi. Et l’on sedispense du supplément d’effortqui garantirait le succès. Ons’abstient de faire le « quelquechose de plus que les autres »qui permettrait d’aborder lacompétition sans risques.En résumé, c’est quand le butest en vue, quand on a presqueachevé qu’il faut savoir prendreun nouveau départ. « Il m’assureun parfait achèvement », voilàce qu’il faut se dire quand cemoment crucial est arrivé.Extrait du chapitre XI de La techniquedu succès d’André Muller.
  14. 14. 14 My School #10 / MAI 2013BON A SAVOIRDepuis le Moyen Âge, le 23 avril, on célèbre en Espagne la fête de laSaint-Georges, « la Sant Jordi », le patron des Catalans.
  15. 15. My School #10 — MAI 2013 15Une légende veut que le chevalierJordi ait délivré une princesse desgriffes dun dragon. Il trancha latête de lanimal et une pluie de roses senécoula.Quelques siècles plus tard, en 1926, unéditeur de Barcelone décida de créer unefête en hommage à Cervantes, le célèbreauteur de Don Quichotte. Il choisit le 23avril, jour de la mort de lécrivain, pourcommémorer lévénement. De lassocia-tion de ces deux fêtes naquit la Journéedu livre et de la rose. A cet actif, nouspouvons ajouter le jour anniversaire de ladisparition, de Shakespeare et de lIncaGarcilaso de la Vega, la même année(1616), et aussi de la naissance ou de lamort dautres éminents écrivains commeMaurice Druon, K.Laxness, Vladimir Nabo-kov, Josep Pla ou Manuel Mejía Vallejo.Le 23 avril, date symbolique pour la litté-rature universelle, a été choisi par la Con-férence générale de lUNESCO afin derendre un hommage mondial au livre et àlauteur; et dencourager chacun et enparticulier les plus jeunes, à découvrir leplaisir de la lecture et à respecter lirrem-plaçable contribution des créateurs auprogrès social et culturel.Le succès de cette initiative dépend es-sentiellement du soutien que peuvent luiapporter les milieux intéressés (auteurs,éditeurs, libraires, éducateurs et biblio-thécaires, institutions publiques et pri-vées, organisations non gouvernemen-tales et médias) qui sont mobilisés danschaque pays par lintermédiaire des Com-missions nationales pour lUNESCO, lesAssociations, Centres et Clubs. »L’Afrique ne reste pas en marge de cetévènement. Ainsi pour cette occasion ilserait intéressant de présenter la littéra-ture africaine qui bien que mal connu decertains continents regorge de beaucoupd’œuvre.Yao Eve-Bénédicte
  16. 16. 16 My School #10 / MAI 2013>>>La littérature africaine se scinde enquatre (4) groupes que sont :Littérature africaine écrite par les occi-dentaux en langues occidentalesEcrite par des auteurs qui ont vécu oupassé un séjour en terre africaine. Ils pré-sentent l’Afrique telle qu’ils la perçoivent,laquelle perception peut être péjorativeou élogieuse tout dépend de ce qui re-tient leur attention.L’on peut citer Bernard Lugan, né le 10mai 1946 à Meknès- Maroc, spécialiste del’Afrique il est l’auteur de plusieursœuvres telles :Décolonisez l’Afrique !, L’histoire des ber-bères, des origines à nos jours – Un com-bat identitaire pluri- millénaire…, et sontout dernier Mythes et Manipulations del’histoire africaine, mensonges et repen-tance.Littérature africaine écrite par les afri-cains eux même en langue occidentalesLes écrivains de cette catégorie sont ceuxqui ont reçu une éducation africaine à labase puis occidentale. Le développementde la littérature africaine est issu del’Eveil africain au lendemain des indépen-dances qui fut une période où les afri-cains commencèrent à comprendre lesystème dans lequel il leur était imposéde vivre.Cette littérature à été influencé par plu-sieurs auteurs tels que Léopold SedarSenghor (Sénégal), Aimé Césaire(Martinique), Léon Gontran Damas(Guyane) avec le courant « négritudien ».La littératureafricaineBON A SAVOIR
  17. 17. My School #10 — MAI 2013 17A ceux-ci l’on peut citer Bernard BinlinDadié avec des œuvres comme « Climbié,un nègre à paris », Sembene Ousmane« Les bouts de bois de Dieu ». AgostinoNeto (Premier président de l’Angola),Baltasar Lopes du Cap Vert (littérature enportugais)… En ce qui concerne la littéra-ture africaine en anglais nous avonscomme auteurs l’émérite père de la litté-rature africaine moderne Chinua Achebe« Things fall appart », Cyprian Ekwensi,Flora Nwapa…Littérature africaines écrite en langueafricaineNous pouvons citer ces auteurs commeThomas Mopoku Mfolo « moeti oa bo-chabela – l’homme qui marchait vers lesoleil levant (traduction)», Mazisi Ku-neme , Cheick Anta Diop lesquels auteursont longtemps encouragé la littératureafricaine en langues africaines. De cetteinitiative l’on a des textes en wôlôf, swa-hili, zulu, hausa, kikuyu…Les traditions oralesAvant l’ère coloniale, le canon littéraireafricain était oral. Cette littérature secomposait de chants, poésies, contesfolkloriques qui généralement s’utilisaientafin de transmettre des histoires par lesgénérations sous forme de légende etmythes. Aujourd’hui cette forme d’ora-ture se conserve dans les cultures ditesmandingue au travers des griots.Yao Eve-Bénédicte>>>>>>
  18. 18. 18 My School #10 / MAI 2013« CELUI QUI A CRUDOIT POUVOIR AGIR »SUCCESS ROAD
  19. 19. My School #10 — MAI 2013 19>>>>>>
  20. 20. 20 My School #10 / MAI 2013Est il possible à une étudiantedu secondaire, médiocre enchimie, de suivre les cours lesplus compliqués de chimie orga-nique à l’université ? Est il possibleà un étudiant dont le niveaud’étude des parents est soit le pri-maire ou le secondaire d’atteindrele grade de Docteur en SciencesEconomique ? Est il possible à unétudiant ou une étudiante de choi-sir une orientation différente decelle de ces parents et s’épanouir?Nombreux sont ceux qui répon-draient non à cette question sur-tout s’ils ont l’habitude de penserde façon négative. Mais je connaisdes personnes qui ont accomplides miracles et je sais comment,elles y sont arrivées.Heinand AmoiSUCCESS ROADDevenez la personneque vous rêvez d’êtreLeçon de la vie« Les leçons que je retiens sont qu’avanttout, rien n’est jamais acquis dans lavie. Lorsqu’on veut quelque chose, leparcours pour l’obtenir est souvent se-mé d’embuches. Il faut certes un don, dutalent, de la chance mais surtout se don-ner les moyens pour atteindre le maxi-mum. Il faut souvent beaucoup d’abné-gation et toujours croire en soi pourréussir. C’est cette idée qui doit habitertous les jeunes qui souhaitent réaliserleurs rêves ». Quand on veut on peut !
  21. 21. My School #10 — MAI 2013 21Le rêve de Mark Zuckerberg« Mark Elliot Zuckerberg est né à DobbsFerry à coté de New York, le 14 mai 1984.D’un père dentiste et d’une mère psychiatre,le jeune homme a choisi une toute autrevoie en se spécialisant dans l’informatiquepour laquelle il manifeste un intérêt pronon-cé dès l’âge de douze ans. A l’université, ilchoisit bien sûr l’informatique, mais égale-ment la psychologie. L’association de cesdeux notions explique d’ailleurs son succèsplus tard. Son histoire commence à l’univer-sité de Harvard. Comme tout élève en infor-matique, il essaie de s’introduire dans leréseau de l’administration de son université.Mais Mark Zuckerberg réussit là où ou laplupart des étudiants connaissent souventun échec. Il pirate ainsi le réseau informa-tique de Harvard et collecte les photos desétudiants ainsi que les informations person-nelles qui les concernent. Puis il les partagede manière à former un réseau d’amis ausein même de l’Université. Il concocte ledéveloppement de ce réseau dans sachambre d’étudiant et le nomme« Facebook ». En 2004, la première versionde Facebook voit le jour pour mettre en re-lation les étudiants de Harvard, une idéequ’il a en tête depuis le lycée. Le réseauconnait un grand succès sur le campus.D’autres universités sont intéressées etn’hésitent pas à utiliser le système. Le testde Mark Zuckerberg s’avère plus qu’uneréussite et après deux ans passés à Harvard,il aspire à une plus grande ambition etquitte le campus pour aller en Californie, àPalo Alto. La suite on la connait. Des annéesplus tard, le jeuneétudiant est devenu PDG de « Facebook »dont le chiffre d’affaire s’élève à plus de 150millions de dollars ».Source : Google
  22. 22. 22 My School #10 / MAI 2013>>>Métier d’AvenirLe journaliste sportif joue le rôle despectateur actif des événementssportifs qu’il doit commenter en di-rect (à la radio ou à la télévision) ou analy-ser dans la presse écrite. Le journalistesportif doit être une fin connaisseuse dumilieu sportif, et des règlements dechaque discipline. Il doit également toutsavoir, ou presque, sur les athlètes, entraî-neurs, arbitres…bref, sur tous les acteursd’un monde très diversifié. En effet, ils’adresse à un public de passionnés, quine supporteraient pas les imprécisions oules informations erronées.Quelque soit le media pour lequel il tra-vaille, (agence de presse, presse écrite, tv,radio, site internet), il doit fréquemmentgérer l’urgence : les auditeurs et les télés-pectateurs attendent les commentaires àchaud, la rencontre à peine terminée. Deleur côté, les journaux de la presse écritebouclent sans attendre.Comme tout professionnel de la presseaudio-visuelle et écrite, le journaliste spor-tif sait aller chercher l’information, l’analy-ser, la contrôler. Il dispose d’un savoir-faire et d’une culture approfondis. Plusque dans d’autres spécialités, il développesur le tas une aisance orale et un sens del’improvisationLe journaliste sportifComme tout les journalistes, la mission essentielle du journaliste sportifconsiste à transmettre une information sur nimporte quels sujet et supportsportive, en la rendant compréhensible et accessible à divers publics(lecteurs, auditeurs, téléspectateurs, internautes...).
  23. 23. My School #10 — MAI 2013 23Bien quaucune formation ne soit obliga-toire, il est recommandé de suivre un en-seignement supérieur en communication: enseignement supérieur de typecourt : bachelier en communication enseignement supérieur de typelong : master en communication appli-quée – section Presse et Informationenseignement universitaire : master enInformation et communication>>>Baromètre■ Niveau d’étudesBAC + 3 à BAC + 5■ Qualités réquises- Impartialité- Dynamisme- Curiosité- Ouverture d’espritCompétences & actions Maîtrise des règles d’écriture journalistique Capacités rédactionnelles Capacités oratoires (pour le journalisme radio ou télé) pour faire vivre l’évènement Maîtrise de la déontologie journalistique Orthographe, grammaire et syntaxe irréprochables Vaste culture générale Vocabulaire riche Connaissances informatiques La connaissance d’une ou plusieurs langues étrangères peut s’avérer être un atoutindéniable
  24. 24. 24 My School #10 / MAI 2013Nouvelles Technologies2G, 3G et encore ! Des concepts très en vogue n’est-ce pas ?Si tous au moins une fois nous en avons entendu parler, cettekyrielle d’acronymes dédiée aux réseaux téléphoniques causebien de confusion dans nos esprits. Publicité ou innovation ?Découvrons succinctement quelques mystères contenus dansces sigles en plein essor, afin de mieux nous y familiariser.Prêts pour une petite excursion technologique ?Internet mobile2G, 3G, 4G, ça vous dit?
  25. 25. My School #10 — MAI 2013 25G comme GénérationCette vulgarisation facilite la compréhen-sion du public dans cette liste d’acronymessouvent complexes. A chaque générationde réseaux mobile (2G, 3G …) correspondune nouvelle technologie (GSM, GPRS,EDGE, UMTS, HSPDA, HSPA et LTE)Pour simplifier, notons que la différenceentre ces standards se situe essentielle-ment au niveau du débit et du type de ser-vice offert.Le DébitLe débit ou encore la vitesse de transmis-sion varie d’une technologie à une autre.Plus le débit est important plus la qualitéde service s’améliore.Aussi, deux réseaux mobiles de type 2G et3G n’auront pas les mêmes débits et doncne supporterons pas les mêmes services.Les Applications et ServicesDes mobiles 2G appelés GSM, quin’offraient que des services ba-siques (appels et SMS), nous avons pré-sentement des Smartphones mobiles de3ème génération et plus, qui offrent desservices évolués tels que l’internet mobile,la visiophonie…Toutefois, pour bénéficier de ces servicescertaines conditions sont requises :Il faut disposer d’équipements compatiblesS’assurer que l’opérateur implémente latechnologie et que notre forfait nous lepermet.Générationde RéseauxTechnologie Débit Théorique Débit Pratique2 G2 G GSM 9.6 kbps 9.6 kbps2.5 G GPRS 50 kbps 40 kbps2.75 G EDGE 250 kbps 150 kbps3 G3 G UMTS 384 kbps 360 kbps3 G+ HSPDA 7.2 Mbps 3 MbpsH HSPA 42 Mbps 5 Mbps4 G LTE 150 Mbps 30 MbpsTableau récapitulatif des débits
  26. 26. 26 My School #10 / MAI 2013En attendant la 5G qui s’annonce déjà, ce boum de standards technologiques n’est pasfait pour ne déplaire. Cependant, il serait judicieux que les nombreux opérateurs mobilesse conforment aux spécifications en évitant de leurrer les consommateurs.Hans-ElisabethGénérations Services et Applications2G Appels, SMS, MMS2G+ (2.5G et 2.75G) Appels, SMS, MMS, internet à faible débit3GAppels, SMS, MMS, Internet à débit moyen, télé-chargement d’un fichier audio de 50 Mo en 19mn 30s3G+Appels, SMS, MMS,I nternet haut débit, Visiopho-nie, téléchargement d’un fichier audio de 50 Moen 1mn 15sHAppels, SMS, MMS, Visiophonie, navigation à trèshaut débittéléchargement d’un fichier audio de 50 Mo en30s4GAppels, SMS, MMS, Internet, Visiophonie, Télévi-sion, navigation à très haut débittéléchargement d’un fichier audio de 50 Mo en1s !
  27. 27. My School #10 — MAI 2013 27LexiqueGSM (Global System for Mobile communications) : norme télé-phonique de seconde génération. Ici, les communications fonc-tionnent selon un mode entièrement numérique.GPRS (General Packet Radio Service): norme pour la téléphoniemobile dérivée du GSM et qui permet un débit de données plusélevé.EDGE (Enhanced Data Ratesfor GPRS Evolution) : une évolutiondu GPRS.UMTS (Universal Mobile Telecommunications System) : normetéléphonique de 3egénération, le téléchargement de données estplus performant que celui sur le réseau EDGE.HSPDA (High-Speed Downlink Packet Access) et HSPA(High-Speed Packet Access +) : respectivement les évolutions de la 3Get de la 3G+.LTE (Long Term Evolution) : norme téléphonique sur laquelle re-pose la 4G.
  28. 28. 28 My School #10 / MAI 2013

×