#03 - Janvier 2011My School est téléchargeable gratuitement sur www.myschoolmag.ning.comSchool LifeComment mieuxapprendre ...
2 My School #03 — JANVIER 2011...bientôt
My School #03 — JANVIER 2011 3ÉditorialMy School - Janvier 2011- #03Édité par LA CLASSE DES PREMIERS — Directeur de Public...
4 My School #03 — JANVIER 2011www.myschoolmag.ning.com
My School #03 — JANVIER 2011 5# 03Développer la confiance en soiUn peu, chaque jourApprendre efficacement sesleçonsOsez le...
6 My School #03 — JANVIER 2011Entassées à la périphérie desvilles dans des logements de misère, les« Fourmis » sont des je...
My School #03 — JANVIER 2011 7À Grenoble, enseignants, élèves et parents délèves se sont opposés à ladécision du Conseil R...
8 My School #03 — JANVIER 2011Osez le nouveau départPour les douze prochains mois et les cinquante-deux semaines à venir,f...
My School #03 — JANVIER 2011 9NOUVEL AN,NOUVEAUX OBJECTIFSUne nouvelle année commence. C’est l’oc-casion idéale pour prend...
10 My School #03 — JANVIER 2011efficacement ses leçons?SCHOOL LIFEApprendre ses leçons est un travail régulier indispensab...
My School #03 — JANVIER 2011 11Apprendre au jour le jourQuand vous êtes sûr(e) d’avoir bienassimilé le cours, signez un co...
12 My School #03 — JANVIER 2011« Ne juge pas chaque jour à la récolte quetu fais mais aux graines que tu sèmes . »Robert L...
My School #03 — JANVIER 2011 13Voici une suggestion pour vous per-mettre d’adopter de bonnes habitudes(c’est à dire des ha...
14 My School #03 — JANVIER 201120 janvier 1892Le basket-ball est inventé en 1891 parJames Naismith, un professeur déduca-t...
My School #03 — JANVIER 2011 15En 1891,James Naismith affiche les 13 règles de base du basket-ball.James Naismith« Le bask...
16 My School #03 — JANVIER 2011Le commentaire est un exercice structuré autour de centres dintérêt, selon des idées di-rec...
My School #03 — JANVIER 2011 172. ETUDE PRÉCISE DU TEXTE.Il s’agit de trouver tous les éléments qui vont venir étayer votr...
18 My School #03 — JANVIER 2011Si vous rencontrez des difficultés pour déterminer vos sous-parties, essayez de décompo-ser...
My School #03 — JANVIER 2011 19La rédaction1. LINTRODUCTION.Lintroduction comporte trois étapes :- La mise en contexte. On...
20 My School #03 — JANVIER 2011ÉCOLENom féminin(latin schola, du grec skholê, loisir)Établissement où lon donne un enseign...
My School #03 — JANVIER 2011 21
22 My School #03 — JANVIER 2011La relation entre confiance et performance estbien établie chez des élèves de tous âges, mê...
My School #03 — JANVIER 2011 23Des élèves ayant des compé-tences cognitives supérieu-res à la moyenne peuventdonc avoir pe...
24 My School #03 — JANVIER 2011« Observer la réussiteou l’échec d’autrespersonnes peutguider un élève dansses apprentissag...
My School #03 — JANVIER 2011 25Source: PhosphoreLivres épais, piles de dossiers, lampe debureau pour les longues soirées d...
26 My School #03 — JANVIER 2011Le web constitue une véritable mined’or que vous pouvez exploiter pour vosrecherches scolai...
My School #03 — JANVIER 2011 27Propositions?Contributions?Conseils et/ou remarques?
28 My School #03 — JANVIER 2011
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

My School # 03 Janvier 2011

493 vues

Publié le

Osez prendre le nouveau départ
Comment mieux apprendre ses leçons ?
Apprendre un peu, chaque jour
Développer la confiance en soi

Notre mission est d'inspirer les jeunes dans la réalisation de leurs rêves.

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
493
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

My School # 03 Janvier 2011

  1. 1. #03 - Janvier 2011My School est téléchargeable gratuitement sur www.myschoolmag.ning.comSchool LifeComment mieuxapprendre ses leçons?Success RoadChaque jour,Un peuNouvelles TechnologiesRéviser et recherchersur Internet
  2. 2. 2 My School #03 — JANVIER 2011...bientôt
  3. 3. My School #03 — JANVIER 2011 3ÉditorialMy School - Janvier 2011- #03Édité par LA CLASSE DES PREMIERS — Directeur de Publication: Michel DJE BiRédacteur en chef: Mikeylange D.- Révision: Alfred VaniéPromotion: Fleur Miessan - Priscille Ouattara - Emmanuella Kadjo - Jean Cyrille AllouConception graphique : MS — Format: A5 — Pagination: 28 — Périodicité: MensuelAdministrateur pages Facebook: Jean Rodrigue Kassi (Longueuil - Québec)Site web: www.myschoolmag.ning.com / E-mail: myschool@live.frDépôt légal: En coursC’est fait. Nous sommes passés d’une année à une autre. Du coup,nous avons pris un coup de vieux et le temps nous fait marcher iné-vitablement vers de nouveaux horizons, avec ou sans notre accord.2010 est parti et ne reviendra plus jamais. A nous 2011, qui s’offreavec d’énormes possibilités, de l’espoir et la possibilité de repartirsur de nouvelles bases. Nos vœux pour vous pourraient s’exprimeren ces mots : paix, amour, succès dans toutes vos entreprises,confiance et maîtrise de soi, excellence et discipline dans le travail. En termes debons « té », nous vous souhaitons la santé, la prospérité, la dignité, la sérénité etl’humilité. Cette dernière qui, selon la Sainte Bible, conduit à la gloire.Dans ce premier numéro de l’année 2011, vous trouverez sept règles qui vous per-mettrons de prendre un nouveau départ et changer votre vie. Donnez-vous lesmoyens de réaliser vos rêves malgré les épreuves à surmonter. Pour cela, il fautosez se fixer des objectifs.Notre objectif à nous est de vous fournir un contenu solide et utile chaque mois.Ainsi, vous saurez désormais comment apprendre efficacement ses leçons, travail-ler de manière régulière et progressive, bien utiliser Internet pour ses révisions...Le tout ponctué par un cours - énergétique - d’histoire qui nous rappelle les dé-buts du basket-ball, un certain 20 janvier…1892. Ça date quand même ! Et c’esttoujours bon à savoir…« Cette année,nous y arriverons »#03 - Janvier 2011MySchoolesttéléchargeablegratuitementsurwww.myschoolmag.ning.com
  4. 4. 4 My School #03 — JANVIER 2011www.myschoolmag.ning.com
  5. 5. My School #03 — JANVIER 2011 5# 03Développer la confiance en soiUn peu, chaque jourApprendre efficacement sesleçonsOsez le nouveau départsommaireRéviser sur Internet
  6. 6. 6 My School #03 — JANVIER 2011Entassées à la périphérie desvilles dans des logements de misère, les« Fourmis » sont des jeunes Chinois,diplômés, qui luttent pour se faire uneplace dans la société. Le nom fourmisvient du fait que lon rencontre une si-militude entre ces étudiants déçus etles fourmis du monde animal. Elles sontintelligentes et laborieuses, elles sontnombreuses et vivent en communautéserrées les unes contre les autres. Enfinelles sont petites et faibles et peuventêtre écrasées sous le pied. Si on n’y faitpas attention, si on les laisse proliférer,elles peuvent causer de grandes catas-trophes. Une problématique qui n’estpas purement chinoise…Une lycéenne de 17 ans qui souhaitaitrejoindre son petit ami pour fuguer apris un malheureux raccourci en chu-tant du sixième étage de l’immeubleoù elle vit avec ses parents. Habituéedes fugues, l’adolescente semblait enconflit avec ses parents, qui lui repro-chaient notamment ses fréquenta-tions. La jeune fille avait préparé unsac de vêtements qu’elle a jeté enespérant rebondir dessus. Mais le mai-gre baluchon ne parviendra pas àamortir sa chute, pas plus que le buis-son qu’elle avait visé, lorsqu’elle sau-te par la fenêtre pour rejoindre sonpetit ami. Evacuée durgence, elle aété mise en coma artificiel.Les « fourmis » inquiètentles autorités chinoises pour rejoindre son copain,elle saute du 6ème étageAAACTUCTUCTU SSSCOLAIRECOLAIRECOLAIREinterUn enseignant dun lycée professionnel français a portéplainte après avoir découvert à son domicile, une lettre de menaces de mort,à son retour de vacances. Encore sous le choc et très inquiet, lhomme est enarrêt maladie. Peu avant les vacances, son ordinateur portable avait été volédans lenceinte de létablissement avant dêtre restitué après linterventiondu proviseur. Y a sûrement quelqu’un n’est pas content de sa note.Un prof menacé de mortBrèves, insolites, utiles,inutiles, tout ce qui sepasse dans les écolesd’ailleurs...
  7. 7. My School #03 — JANVIER 2011 7À Grenoble, enseignants, élèves et parents délèves se sont opposés à ladécision du Conseil Régional, de fermer le Lycée Emmanuel Mounier, à larentrée 2010. Après un léger recul, lautorité administrative a officialisé,fin novembre, la "déconstruction du bâtiment" pour 2013, pour raison desécurité. Pourquoi cette destruction ? Les rumeurs avancent une ententetacite entre la région et la municipalité de Grenoble pour libérer ce terrainet laisser place à un projet immobilier. Le Lycée Mounier ne devrait plusrecevoir de nouveaux élèves à partir de cette année. Une course contre lamontre est donc engagée. Le sort des élèves est désormais en suspend.Les temps sont durs et les sousmanquent. Cest ce qui a em-mené le principal du collège deGranville à faire la vaisselleavec des élèves volontaires.Pour le chef d’établissement, ilfaut voir le bon côté des cho-ses, à savoir la dimension péda-gogique de l’exercice : « Pourmoi, solliciter les élèves répon-dait aux objectifs d’éducation àla solidarité ».Le principal et ses élèvesfont la plongeLUMP, le parti de Nicolas Sarkozy, organisait saconvention sur léducation. Pour loccasion, uneplaquette vantant le bilan du gouvernementdans le milieu scolaire, depuis 2007, a été édi-té. Cependant, une grossière erreur de calculsest invitée à la fête: (6+2=7). Une erreur duplus mauvais effet alors que le parti présidentiels’est fixé comme objectif d’arriver à 100 % desélèves sachant lire, écrire et compter à la fin duCE 1.Ump: zéro en calcul
  8. 8. 8 My School #03 — JANVIER 2011Osez le nouveau départPour les douze prochains mois et les cinquante-deux semaines à venir,fixez-vous des objectifs clairs et précis. Repartir sur de nouvelles basesest souvent essentiel pour gagner dans la vie.SCHOOL LIFE
  9. 9. My School #03 — JANVIER 2011 9NOUVEL AN,NOUVEAUX OBJECTIFSUne nouvelle année commence. C’est l’oc-casion idéale pour prendre un nouveau dé-part à plusieurs niveaux. Votre vie scolairedoit bien évidemment être au centre de voschoix. Prenez de bonnes résolutions aprèsun examen de conscience de votre par-cours. Si vous êtes en classe d’examen,sachez que les choses sérieuses ont déjàcommencé. Vous aurez à affronter dans peude temps les examens blancs, qui vous don-neront déjà l’occasion de travailler dansdes conditions similaires aux épreuves defin de cycles que vous présenterez en find’année scolaire.Votre objectif numéro un doit être l’obten-tion de bons résultats. Passer en classe su-périeur est le vœu de tout élève. Cepen-dant, vous pouvez choisir de vous distingueren vous classant parmi les meilleurs.CHANGEZ DE COMPORTEMENTSi l’on vous connaît comme le cancre de laclasse, le bavard inqualifiable, le rebelle oul’abonné absent, vous avez là une occasionde surprendre vos camarades de classe,professeurs et éducateurs. Changez de com-portement dans le sens positive revêt beau-coup d’avantages. Cela vous permettra derévéler certains aspects de votre riche per-sonnalité que les autres n’ont, peut-être,jamais vu. Croyez-moi, votre rendementconnaîtra un regain d’énergie.Ça vaut le coup d’essayer, n’est-ce pas?7 RÈGLES D’OR1- Soyez positif. Vos résolutions doivent exprimer de manière claire ce que vous voulez. Vous souhai-tez « arrêter de tricher » . Pourquoi souhaitez-vous arrêter de tricher ? Pour découvrir ce que vousvalez réellement ? Dans ce cas, dites plutôt que vous voulez prendre votre destin en mains, que vousdésirez être utile à la société ou toute autre formulation positive de votre but.2- Définissez une échéance réaliste. Soyez très précis sur la date où vous souhaitez atteindre un but,mais restez réaliste. N’hésitez pas en revanche à être trop précis : écrivez par exemples que vousvoulez atteindre votre but le mardi 31 mai 2011 à 18h.3- Formulez votre but comme si vous l’aviez déjà atteint. Enoncez-le comme si dans le futur vousavez déjà accompli cet objectif. Ne dites pas « je vais avoir le BAC en juillet 2011 », dites « J’ai réussiau BAC 2011 ».4- Soyez aussi précis que possible. Mieux vous décrivez ce que vous voulez accomplir, mieux vouspouvez concentrer votre attention sur la réalisation de votre but. « Etre capable dobtenir 15/20 enphilosophie au prochain devoir commun » est un objectif détaillé.5- Rendez votre objectif mesurable. Pourquoi ? Pour la simple raison qu’il vous faut un moyen devérifier si vous avez atteint votre but !6- Soyez indépendant. Assurez-vous que vos objectifs ne dépendent que de vous. Ne comptez pas surquelqu’un d’autre ou sur un événement extérieur pour obtenir ce que vous voulez.7- Soyez confiant. N’employez pas trop souvent des mots empreints de doute. Oubliez les « j’essaie »,« j’espère », « je vise », etc. Ces mots impliquent tous que l’échec est une issue possible. Mieux vautles éviter quand vous énoncez un objectif.
  10. 10. 10 My School #03 — JANVIER 2011efficacement ses leçons?SCHOOL LIFEApprendre ses leçons est un travail régulier indispensable à la réussite scolaire.Il existe des méthodes simples pour mener plus facilement et surtout effacementcette activité passionnante. My School vous en parle en quelques mots.Comment apprendreComprendre pour apprendrePour bien apprendre, il faut bien com-prendre. Et pour bien comprendre, ilfaut bien suivre. C’est une successiond’actions nécessaires qu’il vous fautgarder en habitude, et vous appliquerà les exécuter dans les meilleuresconditions possibles. Pour réunir tou-tes les chances de vos côtés, imposez-vous une organisation et une disciplinede vie. Ces dispositions vous aideronsà franchir plusieurs obstacles dans vo-tre vie scolaire, et même en dehors del’école.Attentif en classe : un préalablePour vous permettre d’apprendre effi-cacement une leçon, il faut réfléchiraux conditions dans lesquelles vousavez reçu le cours. Votre état d’esprit,pendant que le professeur donne sonexplication, est important. Vous devezêtre concentré sur ce qui est dit. Inu-tile de bavarder avec les voisins. Pren-dre des notes et poser des questionsquand cela est nécessaire. Copiez par-faitement les leçons en portant uneattention particulière à l’orthographedes mots nouveaux.
  11. 11. My School #03 — JANVIER 2011 11Apprendre au jour le jourQuand vous êtes sûr(e) d’avoir bienassimilé le cours, signez un contrat defidélité avec vos cahiers. Car appren-dre ses leçons est un travail régulier.Il est préférable de réviser 5 fois 10minutes qu’une fois 50 minutes. Lamémoire enregistre ainsi les connais-sances plus facilement. Selon chaquepersonne, la mémorisation est diffé-rente. Certaines personnes ont unemémoire visuelle. Elles retiennentplus facilement ce qui est écrit dans lecahier, les couleurs des titres ou enco-re les mots soulignés. D’autres ont unemémoire auditive et retiennent plusfacilement ce que le professeur a ex-pliqué en classe ou lorsqu’ils relisent àvoix haute la leçon. D’autres ont unemémoire kinesthésique, et retiennenten écrivant les leçons, en créant desschémas, en dessinant. Ces différentstypes de mémoire existent chez cha-cun d’entre nous. Il convient donc dediversifier au maximum les méthodesd’apprentissage. Le point communétant la régularité.Le bilan de fin de journéeChaque soir, faites l’effort de repren-dre les leçons vues le jour même.Cahier fermé, essayez de vous souve-nir, de ce qui a été étudié. Prenezensuite le cahier et relisez le cours etles documents étudiés, répondez, ànouveau, oralement aux questions po-sées et tentez de résumer les textes.Pensez à corriger les éventuelles fau-tes d’orthographe en utilisant le ma-nuel ou un dictionnaire pour les motsdifficiles. Aussi, recopiez proprementle cours s’il est difficilement lisible etle relisez-le plusieurs fois.Environnement favorableL’environnement dans lequel vous ap-prenez est important. Etudiez dans unendroit calme favorisant la concentra-tion, plutôt assis à une table. Ne pasapprendre en écoutant la radio, enregardant la télévision, ou en faisantune autre activité sur un ordinateur.Se changer les idées avant de travail-ler et faire une petite pause toutes les20 ou 30 minutes.Une fois la leçon apprise, faire lesexercices demandés par le professeuret faire deux ou trois exercices d’ap-plication supplémentaires pour vérifierque le cours a été bien compris.
  12. 12. 12 My School #03 — JANVIER 2011« Ne juge pas chaque jour à la récolte quetu fais mais aux graines que tu sèmes . »Robert Louis StevensonLE TEMPS, AMI OU ENNEMI?Le temps peut être notre meilleur amicomme il peut être notre pire ennemi.Finalement, tout dépend de la maniè-re dont nous l’utilisons. Tout le mondese sent oppressé par le temps qui pas-se et c’est bien normal. Savoir quechaque minute qui passe ne reviendrajamais n’incite pas toujours à la plusgrande gaieté … Pourtant, en respec-tant quelques règles simples, le tempspeut devenir un allié précieux dansl’atteinte de ces objectifs.Laissez-moi vous faire part d’une demes expériences. L’année dernière,j’ai couru mon premier marathon . Al’école, j’étais plutôt dans les derniersau niveau des cours d’EPS. Pour êtrehonnête, j’étais même carrément ledernier. Pourtant, courir un marathonfaisait partie de mes Grands Objectifs.C’était un rêve que je souhaitais réali-ser depuis que j’avais 19 ans. Pour un« non-sportif », le marathon est unesorte d’Everest. Pour préparer ce ma-rathon, j’ai commencé par lire pasmal de revues sur le sujet avec lesplans d’entraînements, les conseils ennutrition, les 10 conseils qui tuentpour choisir ses chaussures, desconseils pour éviter d´avoir une myco-se des pieds. La transpiration et leport des chaussures de sport sont desfacteurs de risques pour le développe-ment de champignons. Maintenant,vous aurez beau lire les meilleurs li-vres sur le sujet, ça ne fait pas devous un marathonien. A un momentdonné, il faut mettre les chaussures ety aller. Au début, vous courez 15 mi-nutes, vous avez les poumons en feu,les pieds qui vous disent « mais qu’est-ce qui te prends de nous martyrisercomme ça » et vous vous dîtes : j’yarriverais jamais. Vous arrêtez, c’esttrop dur. C’est ce que j’ai fais plu-sieurs fois.REGULIER ET PROGRESSIFAprès plusieurs arrêts-reprises, j’aienfin compris la règle d’or du coureurde fond. Elle tient en deux mots : ré-gularité et progressivité. Devenir ma-rathonien, c’est modifier sa physiolo-gie ,surtout au niveau cardio-vasculaire. Et cette transformation nese fait pas en un jour. Il faut, jouraprès jour, par petites touches succes-sives, avancer vers l’objectif et laisserle temps transformer les choses. Lecorps ne se transforme pas en ap-puyant sur un bouton.SUCCESS ROADUn peu,chaque jour
  13. 13. My School #03 — JANVIER 2011 13Voici une suggestion pour vous per-mettre d’adopter de bonnes habitudes(c’est à dire des habitudes qui vouspermettent de vous rapprocher de vosobjectifs). Faites le test des 30 jours.Choisissez une habitude que voussouhaiteriez mettre en place et es-sayez de vous y tenir pendant 30jours. N’essayez surtout pas d’en ins-taller plusieurs en même temps. Fo-calisez-vous sur une habitude etvoyez ce que ça donne. Générale-ment au bout de 30 jours, le pli estpris et l’habitude fait partie de votrequotidien.Ce sont les actions que vous faites etl’assimilation que le corps en fait(notamment lors des phases de repos)qui peu à peu amélioreront vos quali-tés physiques. Et si vous arrêtez pen-dant plus d’une semaine votre entraî-nement, vous commencez à régresser,c’est physiologique. Mais en suivantun entraînement régulier et progres-sif, courir 1 heure devient au fil dutemps un simple échauffement alorsqu’avant c’était un enfer. Puis, vouscourez 1h30, 2h00 et ça passe. Lecorps s’est habitué.Ce principe de « bonification » grâce àla régularité et la progressivité ne selimite bien entendu pas à la course àpied. Prenons un autre exemple : l’é-pargne. Une fois que vous installez leversement automatique chaque moisd’une somme d’argent vers votrecompte d’épargne, le temps joue pourvous grâce à la magie des intérêtscomposés.QUELLE LEÇON EN TIRER ?Quelque soit l’objectif que vouspoursuiviez, commencez mainte-nant. La procrastination, cette ten-dance qui vous pousse à remettre aulendemain ce qui peut être fait au-jourd’hui, est votre pire ennemi.«Chaque jour, un peu. », suivez avecassiduité cette courte phrase etvous ne le regretterez pas. Pour re-prendre une phrase Jim Rohn a ditdans Stratégies de prospérité :« la discipline pèse quelques gram-mes mais les regrets pèsent une ton-ne ».
  14. 14. 14 My School #03 — JANVIER 201120 janvier 1892Le basket-ball est inventé en 1891 parJames Naismith, un professeur déduca-tion physique canadien du collège YMCAde Springfield dans lÉtat du Massachu-setts (États-Unis). A lorigine, il cher-chait à occuper ses étudiants entre lessaisons de football et de base-ball,pendant l’hiver, au cours duquel la pra-tique du sport en extérieur était diffici-le. Naismith souhaitait également leurtrouver une activité où les contactsphysiques seraient restreints, afin dévi-ter les risques de blessure.Un jour, il reprend lidée dun ancienjeu de balle maya - le pok ta pok - etplace deux caisses de pêches sur lesrampes du gymnase. Le but de ses étu-diants est de mettre un ballon dans cescaisses en bois pour marquer un but.Les caisses étant en hauteur, ce jeunécessite autant d’adresse que de forcebrute. Naismith établit rapidement 13règles pour rendre ce jeu praticable.Ce sport est baptisé basket-ball, ce quisignifie littéralement en anglais : « bal-lon panier ».Des étudiants de Springfielddisputent le tout premier matchde basket-ball, sport crée parleur professeur James Naismith.Ce mois-ci, sera célébré le119ème anniversaire de cetterencontre historique.Évènement du mois
  15. 15. My School #03 — JANVIER 2011 15En 1891,James Naismith affiche les 13 règles de base du basket-ball.James Naismith« Le basket-ball na pas été inventé par accident.Il sest développé pour répondre à un besoin. »1.La balle peut êtrelancée d’une ou deuxmains, dans n’importequelle direction.4.La balle doit êtremaintenue dans ouentre les mains. On nepeut utiliser les brasou le corps pour lamaintenir.12.La durée d’une partiesera de 2 fois 15 minu-tes, avec une mi-tempsde 5 minutes.2.La balle peut êtrelancée en frappantdu plat de la main,mais jamais avec lepoing.10.L’arbitre de touchejugera les hommes,comptera les fauteset signalera à l’arbi-tre les triples fau-tes consécutives. Ilsera habilité à dis-qualifier desjoueurs selon l’arti-cle 5.8.On appelle panier uneballe envoyée dans lepanier depuis le sol, àcondition que la ballereste dedans et que lesdéfenseurs ne touchentpas la balle ni n’empê-chent le panier si laballe rebondit. Lorsquela balle reste en équili-bre sur le bord du pa-nier et que les adversai-res bougent le panier, lepanier est marqué.11.L’arbitre chef seraseul juge de la balle etdevra décider si elleest jouée hors limites,à quelle équipe elleappartient et garderun œil sur la pendule.c’est lui qui accordeles paniers et qui lescompte, il assumeégalement les autresresponsabilités incom-bant normalement àtout arbitre.9.Lorsque la balle sort deslimites, elle devra être remi-se sur le terrain et jouée parle premier joueur qui la tou-che. En cas de litige, l’arbitrede touche relance la balledans le terrain. Le joueurchargé de la remise en jeudispose de 5 secondes ; s’ildépasse le délai imparti, laballe change de camp. Si lesdeux équipes jouent la mon-tre, l’arbitre de touche signa-le une faute pour les joueurscoupables.6.Frapper la balledu poing constitueune faute, confor-mément aux arti-cles 3 et 4, et telque cela est décritdans l’article 5.3.Un joueur ne peut cou-rir en tenant la balle ; ildoit la relancer de l’en-droit où il la récupère,sauf s’il l’attrape alorsqu’il court à bonne vi-tesse.7.Si une équipe com-met 3 fautes consé-cutives (sans quel’autre n’en commet-te), un panier seracompté pour les ad-versaires.13.L’équipe marquant leplus de paniers seradésignée comme ga-gnante. En cas dematch nul, il peut yavoir prolongation, suraccord des capitaines,jusqu’à ce qu’un panierfasse la décision.5.Il est interdit de donnerdes coups d’épaule, detenir, de pousser, defaire tomber ou de frap-per un adversaire. Lapremière violation decette règle entraîne unlancer franc. La secondeexclut le joueur du ter-rain jusqu’au prochainpanier, voire même pourle reste de la partie siune blessure a été cau-sée. Aucun remplace-ment n’est alors admis.
  16. 16. 16 My School #03 — JANVIER 2011Le commentaire est un exercice structuré autour de centres dintérêt, selon des idées di-rectrices. C’est notamment votre capacité à produire un raisonnement construit qui seraévaluée. Après avoir lu plusieurs fois le texte plusieurs fois, noter vos impressions : ce quevous avez compris, ce que vous pensez du texte.Ce travail préparatoire qui vous permettra d’en savoir plus sur le texte est capital. Les« premières » impressions que vous en retenez sont très souvent pertinentes.1. DÉGAGER LA CARTE D’IDENTITÉ DU TEXTE.Dégagez l’identité du texte reviens à définir les éléments suivants :- Le genre (poème, dialogue, etc.).- Le type ou les types de discours : narratif, descriptif, argumentatif, explicatif.- Le contexte d’énonciation : (qui s’exprime, à qui s’adresse-t-il ? Dans quelle condition). Etplus généralement : Quoi ? Qui ? Où ? Quand ? Pourquoi ? Dans quel But ?- Le paratexte et le contexte : l’auteur, la date, l’œuvre, le contexte historique et littérai-re.- Les thèmes abordés.- Le ou les registres dominants : tragique, épique, fantastique, pathétique, comique, lyri-que (et puis les nuances polémique, satirique, ironique, laudatif, élégiaque).- La séquence à laquelle renvoie le texte, en mobilisant les connaissances issues de voscours.- La structure du texte.Ce travail doit vous offrir un certain nombre de pistes pour l’étude. Vous pouvez à déjàréfléchir à la problématique et à ce que pourraient être les axes d’études et le plan. Laproblématique va interroger la particularité du texte, elle sera l’idée générale qui va assu-rer la cohérence de l’ensemble de votre commentaire.Fiche de MéthodeLe commentaire composé est une formedexercice qui suppose un double travail :dune part, létude détaillée dun textelittéraire sous le double aspect du sens et des formesdécriture, et d’autre part, la construction dun exposéécrit qui vise à restituer limage essentielle que lon peutretenir de ce texte en layant au préalable décomposéeen éléments plus simples.
  17. 17. My School #03 — JANVIER 2011 172. ETUDE PRÉCISE DU TEXTE.Il s’agit de trouver tous les éléments qui vont venir étayer votre commentaire, les exem-ples à analyser. Il vous faut les mettre en lien avec les idées déjà dégagées.- Lénonciation: Qui parle ? Et de quelle façon ? Quel est le narrateur ? Sont liées à cesquestions les pronoms personnels qui sont des indices de cette présence narratoriale.– La valeur des principaux temps.– La focalisation : externe / interne / zéro.– La modalisation (subjectivité).- Le registre de la langue peut être courant, familier ou vulgaire, soutenu ou littéraire...– Les champs lexicaux.Les champs lexicaux sorganisent souvent autour des cinq sens, des quatre éléments etde leurs dérivés (la mer, le ciel, etc.), de lappréciation et du jugement, etc. Ils peuventêtre mélioratifs, péjoratifs…– La construction et le rythme des phrases, la ponctuation.(Avec des effets de répétition, daccumulation, de gradation, d’anaphore. Voir aussi lamétrique pour la poésie, les répliques au théâtre…)– Les figures de style.Elles sont nombreuses. Il existe des figures dopposition, didentité (ou analogie, ou ima-ge), des figures damplification : atténuation ou exagération, etc.Maintenant que vous avez planté le décor, vous pouvez préciser les axes sur lesquelsvous orienterez votre réflexion.1. LE PLAN DÉTAILLÉLe plan détaillé va permettre d’organiser la réflexion selon une logique démonstrativedestinée à convaincre votre lecteur. C’est là que vous allez élaborer votre stratégie ar-gumentative, cest-à-dire l’organisation de vos arguments.Choisissez les grandes parties et leur enchaînement, celles-ci découlent de votre problé-matique. La stratégie démonstrative impose que lon termine par le plus important, leplus intéressant. Vous pouvez donc enchaîner les axes d’étude selon un ordre de com-plexité croissante. Pour bien fixer les esprits et garantir la cohérence de votre travail,résumez en une phrase l’axe d’étude que vous allez présenter et démontrer.Au brouillon, croisez, rangez les éléments qui conduisent à un même effet. Composezalors les sous-parties qui feront autant de paragraphes. Chaque paragraphe est une ex-plication justifiant un élément de l’axe d’étude. Un paragraphe est composé de 3 par-ties :- La thèse : ce que vous voulez démontrer.- L’exemple : citation extraite du texte et analysée.- Une argumentation : appuyée sur l’exemple, elle vient justifier la thèse.Veillez constamment à ce que votre idée principale s’articule de manière pertinenteavec l’axe d’étude de la grande partie et avec la problématique générale de votre com-mentaire.La méthodologie du Commentaire Composé
  18. 18. 18 My School #03 — JANVIER 2011Si vous rencontrez des difficultés pour déterminer vos sous-parties, essayez de décompo-ser la thèse de votre grande partie : les différents aspects, les différents thèmes à abor-der, les rapports logiques (cause, conséquence etc.). Confrontez cela aux idées mises àjour lors du travail préparatoire.2. QUELQUES AXES D’ÉTUDE GÉNÉRAUX.Evidemment, pour chaque texte, le thème diffère et il convient de le prendre en comp-te. Ceci dit, il peut être intéressant de réfléchir à certaines problématiques générales.Pensez que certaines directions détude se révèlent pertinentes pour de nombreux tex-tes :- La tonalité dominante (lyrique, épique, tragique ...).- Le traitement original dun thème connu.- La transformation ou la transfiguration du réel ou du quotidien.- Le caractère symbolique dun élément essentiel.Plus spécifiquement, sil sagit dun récit :- Le rythme et la progression du récit.- Le mode de présentation des faits.- Le rôle de la focalisation.- Pour une description ou un portrait :- Le mode de caractérisation des personnages.- Les contrastes.-Le caractère élogieux ou dépréciatif.- La fonction de la description ou du portrait.1. La poésie- Le « je » lyrique : l’expression des sentiments.- Le type de discours : descriptif, argumentatif, narratif.- Le traitement du thème : réaliste-> symbolique. La force des images (métaphores, sym-boles)2. Le théâtre- Le caractère des personnages à travers leurs paroles.- Leur rôle dans l’extrait (adjuvant, opposant …).- La visée d’un dialogue (émouvoir, convaincre, tromper etc.), d’un monologue etc.- La place du spectateur à travers la double énonciation.3. Le roman et ses personnages- Objectif/subjectif : la modalisation. Le regard que porte un personnage.- Le rapport entre le réel et la fiction.4. Convaincre, persuader, délibérer- La ou les thèses.- Comment le texte sert l’argumentation (structure de l’argumentation, style).- Déterminer s’il s’agit de Convaincre, Persuader ou bien Délibérer …La méthodologie du Commentaire Composé
  19. 19. My School #03 — JANVIER 2011 19La rédaction1. LINTRODUCTION.Lintroduction comporte trois étapes :- La mise en contexte. On choisit un domaine qui se rattache au texte et sert damorce;lanalyse globale du texte a préparé ce choix. Vous pouvez utiliser pour cela les connaissan-ces issues de votre cours.- La présentation du texte : Nom de lauteur, titre de lœuvre, date, thème du passage, saspécificité. D’où découle la problématique.- L’annonce du plan.2. LA CONCLUSION.La conclusion comporte trois étapes :- Résumer les principaux éléments que vousavez mis à jour lors de l’étude. C’est le lieupour afficher une vision claire sur le texte.Cette étape peut paraître scolaire mais n’ou-bliez pas que vos conclusions sont fortes detoutes vos analyses, vous pouvez donc lesénoncer sans qu’elles puissent être remisesen cause ou interrogées. C’est l’aboutisse-ment de votre travail.- Si nécessaire, répondre à la question poséepar la problématique.- Elargir la perspective d’étude. Pour cela vous pouvez puiser dans vos connaissances(les problématiques générales issues de votre cours) ou bien vous interroger sur lintérêt dutexte par rapport à lœuvre dont il a été tiré, dautres textes qui traitent du même thèmeou encore ceux du même mouvement littéraire.La méthodologie du Ccommentaire Composé
  20. 20. 20 My School #03 — JANVIER 2011ÉCOLENom féminin(latin schola, du grec skholê, loisir)Établissement où lon donne un enseignement collectif général.
  21. 21. My School #03 — JANVIER 2011 21
  22. 22. 22 My School #03 — JANVIER 2011La relation entre confiance et performance estbien établie chez des élèves de tous âges, mêmesi elle reste d’amplitude modérée. Les recherchesmontrent clairement que la réussite d’un élève nedépend pas seulement de ses compétences« objectives », mais également de sa confiance enses capacités d’apprentissage.DÉVELOPPERDÉVELOPPER LALA CONFIANCECONFIANCEENEN SOISOICOACHING
  23. 23. My School #03 — JANVIER 2011 23Des élèves ayant des compé-tences cognitives supérieu-res à la moyenne peuventdonc avoir peu confiance eneux, avec toutes les conséquencesnégatives qui y sont associées. Al’inverse, des élèves ayant de faiblesacquis de départ mais qui croient enleurs capacités à les utiliser effica-cement peuvent développer large-ment leurs compétences. Le psycho-logue américain Albert Bandura sti-pule que la confiance en ses capaci-tés d’apprentissage provient de qua-tre sources d’information : les per-formances passées, l’observation desperformances d’autrui, les messagesde l’entourage et les états physiolo-giques et émotionnels. Nous traite-rons ici des trois premières.Il semble évident que nos succèset échecs dans un domaine peu-vent affecter notre confiance ennous dans ce domaine. Ainsi, leredoublement scolaire a souvent unimpact négatif durable, et peut fairebasculer l’élève dans un cercle vi-cieux de faible confiance et d’é-chec. Cependant, réussite et échecn’ont pas d’effet mécanique. L’in-terprétation que je tire de l’un oude l’autre va jouer un rôle impor-tant. Si je considère par exempleque ma réussite en sciences est dueau fait que l’examen était facile,cette réussite ne renforcera pas maconfiance en mes capacités d’ap-prentissage. De même, si j’estimeque mon échec en histoire-géo estimputable à un manque de travail,ma confiance en moi ne sera pasébranlée.Mais comment redonnerconfiance à des élèves enéchec ou en difficultésd’apprentissage ? Le psy-chologue Dale H. Schunk et ses col-lègues ont conduit une série d’expé-riences afin de tenter de répondre àcette question. Par exemple, pourrépondre à des questions de compré-hension en lecture, ils ont enseignéaux élèves une stratégie consistant àidentifier les idées principales d’untexte. Leurs résultats montrent queles élèves prennent davantageconfiance en eux et développentdavantage leur compréhension enlecture si on leur donne un objectifformulé en termes de développe-ment de compétence (apprendre àidentifier les idées principales) plu-tôt qu’un objectif formulé en termesde production à fournir (répondreaux questions de compréhension) ouque si on leur demande juste de bientravailler. De plus, des objectifs pré-cis et à brève échéance (par exem-ple, savoir résoudre correctementcinq additions simples pour le pro-chain cours) aident mieux les élèvesà guider leurs apprentissages quedes objectifs généraux et éloignésdans le temps (réussir le contrôleavant le bulletin). Couplés à desévaluations ou à des autoévaluationsrégulières, ces objectifs permettentdes progrès graduels et ont pour ef-fet de favoriser le développement dela confiance en soi et d’accroître laréussite des élèves.
  24. 24. 24 My School #03 — JANVIER 2011« Observer la réussiteou l’échec d’autrespersonnes peutguider un élève dansses apprentissages etjouer sur sa confianceen lui »Par ailleurs, observer la réussi-te ou l’échec d’autres per-sonnes peut guider un élèvedans ses apprentissages etjouer sur sa confiance en lui. Parexemple, savoir que d’autres ont ré-ussi avec succès une tâche grâce auxméthodes de travail que l’on a soi-même apprises renforce la confiance.Mais elle est également influencéepar la comparaison de ses propresperformances avec celles d’autrui.Cette comparaison, cependant, peutêtre problématique pour les élèvesqui ont de moins bonnes notes. Heu-reusement, plusieurs études de ter-rain montrent qu’il est possible d’évi-ter les effets négatifs de la comparai-son avec autrui en la rendant moinsvisible et moins centrale, notammenten diversifiant les types d’activitésqui donnent lieu à des évaluations,en offrant une certaine autonomieaux élèves concernant les objectifset les tâches sur lesquels ils serontévalués, en ne regroupant pas tou-jours les élèves de la même façon, enévitant de rendre les résultats demanière publique, et surtout en utili-sant des évaluations fondées sur descritères fixés à l’avance plutôt quesur le classement des élèves les unspar rapport aux autres. Dans les clas-ses où les enseignants mettent enœuvre de telles pratiques, laconfiance en soi des élèves diffèrepeu et presque aucun ne se perçoitc o m m e i n c o m p é t e n t .Dans le même ordre d’idée, présen-ter une activité comme une occasionde développer ses compétences et des’améliorer, plutôt que comme untest ou une compétition, peut aiderles élèves qui reconnaissent êtremoins brillants que les autres à restermotivés, voire à se montrer résilientsface à un échec.Suite et fin dans le prochain numéro
  25. 25. My School #03 — JANVIER 2011 25Source: PhosphoreLivres épais, piles de dossiers, lampe debureau pour les longues soirées de tra-vail... Voilà à quoi peut ressembler lebureau type d’un avocat ! On imaginebien la robe de plaidoirie suspenduedans un coin. Mais elle prend la poussiè-re. En effet, la fonction première de l’avo-cat (à savoir défendre) passe après sonactivité de conseil. Il est celui quiconnaît le droit, maîtrise les lois et lesrèglements. Et grâce à ses connaissan-ces, il peut représenter et assister sonclient.Ainsi, chaque jour, il reçoit des clients,libelle des courriers pour obtenir desdocuments à ajouter à ses dossiers,écrit des assignations, rédige desconclusions, prépare ses plaidoiries... Ilpeut travailler sur des affaires civiles oupénales. Pour ces dernières, il doit inté-grer dans son emploi du temps des visi-tes à la maison d’arrêt.Une partie de sa journée est aussiconsacrée aux audiences : l’avocat ypasse d’ailleurs beaucoup de temps,surtout les débutants.L’ordre de passage au tribunal est éta-bli en fonction de l’ancienneté : les plusjeunes avocats passent donc les der-niers !Quand il fait du conseil juridique, l’avo-cat travaille plutôt avec des entrepri-ses. Il rédige des contrats, résout deslitiges... Dans tous les cas, pour s’ensortir financièrement, il n’a d’autrechoix que la spécialisation : droit desaffaires, droit environnemental, com-munautaire, de la propriété intellec-tuelle, droit fiscal, etc.Métier d’AvenirPour le règnede la justice et de la véritéSon travail se partage entre le suivi des dossiers des clients et lesplaidoiries. La spécialisation devient indispensable pour réussir.Niveau détudes exigéBac + 4 et plusQUALITÉS REQUISES● Grande capacité de travail,● Sens du contact,● Esprit de synthèse,● Aisance à loral,● Rigueur
  26. 26. 26 My School #03 — JANVIER 2011Le web constitue une véritable mined’or que vous pouvez exploiter pour vosrecherches scolaires et vos révisions.ADOPTEZ LES BONS REFLEXESCroisez vos sources car sur Internet, voustrouvez des milliers de documents extrê-mement variés (cours, fiches, exerci-ces...), mais de valeur inégale. Aussi, véri-fiez toutes vos infos avec vos cours évi-demment, mais aussi avec dautres sites.Attention à linfo qui napparaît que sur unsite. Songez à vérifiez les dates de la miseen ligne des documents consultés. On lestrouve généralement tout en bas des docu-ments ou des pages. Si elle est vieille dedeux ou trois, voire sil ny en a pas dutout : abandonnez. Placez tout de suite lessites intéressants dans vos favoris. Vouspourrez ainsi les retrouver plus facilement.DEVENEZ UN PRO DE GOOGLEGoogle constitue un formidable moteur derecherche. Il est important de savoir lutili-ser. Nous vous proposons quelques astucespour vous permettre deffectuer vos re-cherches en toute efficacité.- Le terme « ou » entre les mots-clés per-met dindiquer au moteur que lon recher-che des informations sur plusieurs sujetsproches.- Le terme « et » sert à indiquer la présen-ce de plusieurs mots-clés.- Le terme « sauf » sert à éliminer un mot-clé qui se rapporte à la recherche.- Létoile (*) sert à remplacer un ou plu-sieurs caractères.- Les expressions et les phrases doiventêtre mises entre guillemets.- Le sujet principal doit être tapé en pre-mier suivi des thèmes qui viennent le com-pléter.- Utilisez le signe (-) pour réduire la requê-te et trouver des sites qui ont trait ou nonà ce second mot. Le signe (-) doit êtrecollé à ce second terme.SACHEZ UTILISER WIKIPEDIAWikipédia est une encyclopédie en lignedont le contenu est fourni par les internau-tes de manière bénévole.- Gardez votre esprit critique en éveil carWikipédia ne garantit pas la fiabilité descontenus mis en ligne. Il peut y avoir deserreurs, des omissions, des infos obsolètes,etc. Vérifiez toujours avec dautres sour-ces.- Tenez compte des avertissements queWikipédia prend la peine de vous préciservia un bandeau précédant les articles etvous informant quil « ne cite pas suffisam-ment ses sources ». Déduisez-en que vousdevez éviter dutiliser ce contenu pour vosrévisions car son auteur la écrit à partir deses seules connaissances, sans citer deréférences clairement identifiées et doncvérifiables.NOUVELLES TECHNOLOGIESRévisez sur Internet
  27. 27. My School #03 — JANVIER 2011 27Propositions?Contributions?Conseils et/ou remarques?
  28. 28. 28 My School #03 — JANVIER 2011

×