MD2 NEWSLETTER - JANVIER N 4

161 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
161
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

MD2 NEWSLETTER - JANVIER N 4

  1. 1. MD2  AVOCATS-­‐  Newsletter  n°04  -­‐  Janvier  2016   www.md2avocats.fr                                                                                 NEWSLETTER   JANVIER  2016     N°4   Consultations  juridiques  d’un  courtier  en  assurances  jugées  illicites.   Il   est   de   plus   en   plus   fréquent   que   des   professionnels   tentent   de   se   substituer  aux  avocats.   Pour  une  fois,  il  n’est  pas  question  de  site  internet  mais  d’un  courtier   en  assurance  qui  a  suivi  des  dossiers  d’indemnisation  de  trois  victimes   d’accidents  de  la  circulation,  étrangères  à  son  portefeuille  de  clientele,   sans  avoir  reçu  de  mandat  de  gestion  des  societes  d’assurances.   En   l’occurrence,   le   courtier   donnait   un   avis   sur   les   offres   d’indemnisation  et  négociait  éventuellement  leur  montant  de  manière   habituelle  et  répétée.   L’ordre  des  avocats  de  Chambéry  a  sollicité  auprès  du  juge  des  référés   qu’il   prononce   à   l’encontre   de   ce   courtier   une   interdiction   d’exercer   une  activité  juridique  et  de  représentation.  Le  juge  des  referés  y  a  fait   droit.   La   Cour   de   Cassation   confirme   par   un   arrêt   du   9   décembre   2015   le   caractère  illicite  de  l’activité  de  ce  courtier  en  assurance.   Cass.  1ère  Civ,  9  décembre  2015,  n°14-­‐24.268   EXERCICE  DU  DROIT    
  2. 2. MD2  AVOCATS-­‐  Newsletter  n°04  -­‐  Janvier  2016   www.md2avocats.fr       La   liquidation   du   régime   patrimonial   :   l’ordonnance   du   16   octobre   2015.   A   compter   du   1er   janvier   2016   l'article   267   du   Code   Civil   sera   désormais  remplacé  par  les  dispositions  :   «  A  défaut  d'un  règlement  conventionnel  par  les  époux,  le  juge  statue   sur   leurs   demandes   de   maintien   dans   l'indivision,   d'attribution   préférentielle  et  d'avance  sur  part  de  communauté  ou  de  biens  indivis.   Il   statue   sur   les   demandes   de   liquidation   et   de   partage   des   intérêts   patrimoniaux,  dans  les  conditions  fixées  aux  articles  1361  à  1378  du   code   de   procédure   civile,   s'il   est   justifié   par   tous   moyens   des   désaccords  subsistant  entre  les  parties,  notamment  en  produisant  :   -­‐une   déclaration   commune   d'acceptation   d'un   partage   judiciaire,   indiquant  les  points  de  désaccord  entre  les  époux  ;   -­‐le   projet   établi   par   le   notaire   désigné   sur   le   fondement   du   10°   de   l'article  255.    Il   peut,   même   d'office,   statuer   sur   la   détermination   du   régime   matrimonial  applicable  aux  époux.  »   Depuis   plusieurs   années   déjà,   une   réforme   de   la   liquidation   du   patrimoine   commun   était   appelée   par   les   avocats.   Cette   nouvelle   ordonnance   permettra   aux   époux   de   proposer   au-­‐delà   d’un   projet   notarié   de   liquidation   tous   éléments   de   preuves   illustrant   les   désaccords.  Le  juge  pourra  désormais  être  mieux  informé.   L’ordonnance  renforce  la  mission  de  l’avocat    qui  pourra  indiquer  au   juge  aux  des  éléments  désormais  plus  précis.  Là  encore  votre  avocat   vous  accompagnera  dans  cette  procédure  de  liquidation.    Marika  DEVAUX  .04.82.53.87.11  marikadevaux@gmail.com  Myriam  DELONCA  04.37.57.69.61  myriamdelonca@gmail.com DROIT  DU   TRAVAIL     La  Cour  de  Cassation  s’est  prononcée  sur  le  délai  de  rétractation  en   cas  de  rupture  conventionnelle.   La   Cour   de   cassation   précise   que   le   droit   de   rétractation   octroyé   à   chacune  des  parties  par  les  dispositions  de  l'article  L.  1237-­‐13  du  Code   du   travail   est   d'application   stricte.   La   Cour   rappelle   que   selon   les   articles  L.  1237-­‐13  et  L.  1237-­‐14  du  Code  du  travail  :   «  un  salarié  ne  peut  prendre  acte  de  la  rupture  du  contrat  de  travail,   entre   la   date   d'expiration   du   délai   de   rétractation   et   la   date   d'effet   prévue   de   la   rupture   conventionnelle,   que   pour   des   manquements   survenus  ou  dont  il  a  eu  connaissance  au  cours  de  cette  période».   PARTICULIERS   DROIT  DE  LA  FAMILLE  
  3. 3. MD2  AVOCATS-­‐  Newsletter  n°04  -­‐  Janvier  2016   www.md2avocats.fr                     DROIT     BANCAIRE   Même   en   cas   de   manque   de   place,   la   caution   doit   signer   sous   la   mention  manuscrite  et  non  à  côté  ou  au  dessus  sous  peine  de  nullité   du  cautionnement.   La   mention   manuscrite   du   cautionnement   de   la   personne   physique   s’engageant  auprès  d’un  créancier  professionnel  est  composée  de  deux   mentions   régies   par   les   articles   L341-­‐2   et   L341-­‐3   du   Code   de   la   Consommation.   Dans   de   nombreuses   décisions,   la   Cour   de   Cassation   précise   les   tolérances  qui  peuvent  être  apportées  à  cette  mention  sans  encourir  la   nullité  et  ce,  de  façon  restrictive.  (ex  :  erreurs  de  ponctuation).   Il   résulte   de   cette   jurisprudence   de   la   Cour   de   Cassation   que   la   signature   doit   être   apposée   soit   sous   chacune   des   mentions   manuscrites   obligatoires,   soit   sous   la   2ème   mention   seulement.   Le   cautionnement  est  nul  si  la  signature  est  apposée  sous  la  1ère  mention   seulement.   Dans  cet  arrêt,  la  Cour  d’Appel  de  Versailles  devait  juger  d’un  cas  de   placement   de   signature   par   manque   de   place   en   bas   de   page.   En   l’espèce,  deux  signatures  avaient  été  apposées  :  au-­‐dessus  et  à  côté  de   la  1ère  mention  à  hauteur  de  la  3ème  ligne.   La   Cour   d’Appel   n’applique   aucune   tolérance   et   rappelle   que   la   signature  doit  être  apposée  sous  la  mention  manuscrite.     Cour  Appel  Versailles,  13ème  Chambre  ,24  septembre  2015,  n°13/06350     ENTREPRISES  -­‐  PROFESSIONNELS   BANCAIRE     En   l’espèce   les   manquements   étaient   antérieurs   à   la   signature   de   la   rupture  conventionnelle  Dans  ces  conditions,  il  est  essentiel  aussi  bien   pour   le   salarié   que   pour   l’employeur   d’analyser   finement   les   griefs   (manquements)  qui  seraient  reprochées  à  l’autre  partie.   Cour  de  cassation,  civile,  Chambre  sociale,  6  octobre  2015,  14-­‐17.539          Marika  DEVAUX  .04.82.53.87.11  marikadevaux@gmail.com  Myriam  DELONCA  04.37.57.69.61  myriamdelonca@gmail.com
  4. 4. MD2  AVOCATS-­‐  Newsletter  n°04  -­‐  Janvier  2016   www.md2avocats.fr      Marika  DEVAUX  .04.82.53.87.11  marikadevaux@gmail.com  Myriam  DELONCA  04.37.57.69.61  myriamdelonca@gmail.com DROIT     DE  LA  CONCURRENCE   Reprendre  une  idée  publicitaire  d’un  concurrent  peut  être  un  acte  de   concurrence  déloyale.   Une  idée  publicitaire  n’est  pas  protégeable  même  si  elle  est  originale.   Toutefois,  la  reprise  d’une  idée  publicitaire  originale  déjà  utilisée  peut   constituer  un  acte  de  concurrence  déloyale.     Pour  cela,  le  critère  de  confusion  de  nature  à  détourner  la  clientele   d’un  concurrent  s’appliquera.   Selon   la   chambre   commerciale   de   la   Cour   de   Cassation,   la   reprise   d’une   idée   publicitaire   distinctive   des   produits   d’un   concurrent   constitue   un   acte   de   concurrence   déloyale   si   elle   crée   un   risque   de   confusion  dans  l’esprit  de  la  clientele.   En  l’espèce,  l’idée  publicitaire  était  utilisée  de  façon  ininterrompu  par   le   fabricant   depuis   plus   de   20   ans,   l’association   du   fruit   et   de   la   marque   avait   la   meme   evocation   notamment   en   fin   de   film   publicitaire.   Cass.  Com  24.11.2015,  n°14-­‐16.806  Sté  Pepsico  France/  Andros  

×