Fp n14 2

264 vues

Publié le

N14 - La Web Série SF

Publié dans : Art & Photos
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
264
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Fp n14 2

  1. 1. N14 / DOSSIER 1 Idée originale & scénario Perry COOKIES Assistant et co-écriture Stéphane DETRAIN
  2. 2. N14 / DOSSIER 2 Dans un futur pas si lointain, sur une presqu’île qui n’existe pas encore, l’explosion d’une cen- trale énergétique déverse une grande quantité de substances chimiques nocives dans l’environ- nement. Par peur d’une contamination générale, les forces de l’ordre promptes à réagir condamnent l’île dévastée. Les accés à l’île sont bloqués, un système de sécurité est mis en place, et on classe le dossier N14 secret défense en abandonnant les habitants de l’île à leur triste sort... Notre histoire commence dix ans après cette catastrophe... - L’île contaminée n’est plus que ruines où rêgnent les dangereuses émanations d’un gaz bleu. Sorte de No man’s land, elle abrite des survivants. La plupart se cachent dans les souterrains pour se protéger des émanations nocives du gaz qui affecte, dès qu’on le respire, la partie mé- moire du cerveau humain. Personne ne le sait car l’île est interdite et le secret bien gardé. Lorsque la série démarre, le monde vit dans une dérive ultra-libérale. Les consortiums dictent leurs lois aux gouvernements. En occident le monde est coupé en trois. -Les «Enclaves» ultra protégées où vivent les dirigeants de ce monde. -Les « Cités » où vit la majeure partie de la classe moyenne laborieuse, celle qui permet au monde de tourner grâce à son travail - Les « Zones », où survivent ceux qui n’ont pas les moyens de vivre dans les cités. Des zones de non droit, misérables et violentes. Théophil, Matricule I2034, gardien d’égout, un homme sans relief calé dans une routine quoti- dienne qui frôle le trouble obsessionnel, va voir sa vie basculer. Alors qu’il poursuit un contrebandier dans les sous-sols de la ville, un éboulement va le propulser sur l’île interdite... Dans ce no man’s land peuplé d’êtres errants où règnent encore les dangereuses émanations du gaz QI WANG, Théophil découvre un monde dévasté et contrôlé par deux bandes rivales. Peu à peu, il va acquérir la certitude que la catastrophe sert de couverture à une expérience grandeur nature. Il décide alors de se lancer à la recherche de la vérité ce qui l’amènera à rompre avec ses certitudes et à retrouver les trois choses qu’il avait perdues : son histoire, l’amitié et l’amour. Contexte / Résumé L E / C O N T E X T E L E / R É S U M É Projet de Web-serie française dans un contexte futuriste. Durée des épisodes jusqu’à 14 minutes. Épisodes feuilletonnants avec des arches narratives.
  3. 3. N14 / DOSSIER 3 I N S P I R A T I O N N14 s’est inspirée de Blade Runner et Fahrenheit 451 pour l’univers science-fiction cyberpunk, des films de Jeunet pour le coté chargé et dé- calé de certains personnages et pour l’atmosphère dans la zone N14. Maisaussidelasérie«GameofThrones»pourladiversitédespersonnageset desuniverstraités, de«Braquo»pourl’intensitéetlaviolencedel’atmosphère. Cette série web comprend 5 saisons de 10 à 12 épisodes chacune. L E / M O N D E / D E / N 1 4 Nous entrons dans la série par le biais de Théophil, gardien d’égout. Théophil, matricule I2034. est un homme tranquille et sans his- toire. Il travaille de nuit et veille à ce qu’aucune personne ne s’intro- duise dans les égouts de la ville strictement interdits d’accès. Théo vit dans un petit immeuble collectif où il a son logement de fonction. Au cours du développement de l’histoire, le recit va mettre en scène 2 autres personnages principaux, anciens amis d’enfance de Théophil : Nina, actrice sur le retour en instance de divorce, qui revient vivre dans sa ville natale après plus de 20 ans d’absence. A peine arrivée, la voilà déjà convoquée par l’inspecteur Fixe et suspectée du meurtre de son beau père. Nina fragilisée par son divorce, qui risque de lui faire perdre la garde de sa fille, se retrouve vite prise au piège quand Fixe lui demande de l’aider à faire tomber Victoria et son organisation en échange de son innocence. Arthus rescapé de la catastrophe, l’oublié au grand cœur, cabochard à sou- hait, cynique et arrogant, bourru égocentrique et ancien amoureux de Nina... Arthus vit sur l’île dans une cabane de pêcheur avec Léon son ami de toujours qu’il considère comme son frère. Malgrédesconditionsdevietrèsduresetsommaires,Arthuss’estorganiséune vie libre et sans contrainte... L’arrivée de Théophil dans la zone va venir déran- ger les habitudes d’Arthus et l’obliger, malgré lui, à rejoindre la bonne cause. Autour d’eux s’organisent sept personnages récurrents: Véra la chef des mémo-résistants, Victoria la révolutionnaire et tenancière du cabaret « Le chat Bleu», Léon l’amnésique transformiste, Fixe l’inspecteur carrié- riste et fin limier, Freaks le cruel gardien de troupeau, Pierrot l’indiscipliné bras droit de Victoria et Shooty la mémo-résistante dévoreuse de livres. Au fil des aventures, le spectateur entre dans la zone sinistrée et dans l’uni- vers cyberpunk de Vélisia et rencontre les autres personnages de la série. Synopsis
  4. 4. N14 / DOSSIER 4 L A / M É M O I R E / L I E N / H U M A I N La série N14 se pense comme une grande fresque humaine, développant beaucoup d’interactions entre les personnages et une infinité de point de vu. Tous les personnages sont liés les uns aux autres soit par le souvenir de la catastrophe, soit parce qu’ils ont joué enfants ensemble, soit parce qu’ils ont travaillé dans la même société ou parce qu’ils sont de la même famille... U N / N O / M A N ’ S / L A N D Sur fond de catastrophe écologique nous allons arpenter l’île sinistrée par les émanations du gaz bleu (portant le nom de Bluehope ou Qi Wang), qui affecte, dès qu’on le respire, la partie mémoire du cerveau humain. Sur cette île, vivent d’étranges habitants comme les mémo-résistants. Ces derniers ont à leur tête Véra, une ancienne chercheuse d’Expéria qui ne pense qu’à sortir de la zone contaminée. Ils vivent dans les locaux d’une vieille école primaire et utilisent d’anciennes carrières pour se déplacer. La zone est aussi occupée par des êtres errants, ayant perdu la mémoi- re, aux attitudes à la limite du comique car dénuées de sens et de raison. Dans l’enceinte interdite vivent aussi deux de nos héros Arthus appelé «le déni- cheur» et Léon, sorte de saltimbanque mi-homme, mi-femme devenu totalement amnésique. Arthus veille sur Léon, ils vivent dans une petite cabane très colorée, bric à brac remplie de souvenirs et d’objets en tout genre, située sur l’ancien port.. D E S / C O B A Y E S / Nous rencontrerons aussi Freaks, bandit contrebandier et violent. Freaks et sa bande occupent un vieux supermarché rempli de matériel en tout genre. Il fait régner la terreur dans la zone, seule Véra ose lui tenir tête. U N E / C I T É / D I C T A T O R I A L E Dans la partie ville saine nous allons découvrir une société semi-dictatoriale, aux institutions très corrompues. Le pouvoir en place est un pouvoir factice, aux ordres de grosses sociétés multinationales dont la plus puissante est EXPÉRIA, seule productrice du gaz énergétique Bluehope et filiale du consortium Hypérion. L’organisme CSP (contrôle sécurité et protection) veille au maintien de l’ordre. L’inspecteur Fixe (personnage secondaire mais important), sadi- que et cruel, travaille pour le centre. Les habitants sont, en fonc- tion de leur statut social, parqués dans des zones bien précises.
  5. 5. N14 / DOSSIER 5 L E S / M A N D R I N S / Pour résister à l’ordre et à la pensée unique instaurée dans la cité Vé- lisia il y a l’organisation des Mandrins. Ce groupe de rebelles luttent contre l’injustice, la précarité et milite pour la destruction du mur autour de l’île. Victoria, fille de notable, est à la tête du groupe ravitaillement, elle tient le cabaret «Le chat bleu» qui lui sert surtout de couverture.
  6. 6. N14 / DOSSIER 6 Théophil, matricule I2034 vit dans la zone saine de Vélisia. I2034 est un enfant de militaire, élevé dans une famille où il était déplacé d’ex- primer ses sentiments. Il fait parti de ceux qui ont peur de se souve- nir... Délaissé par Nina quand il était jeune Théo a grandi avec le sentiment qu’il n’était pas fait pour l’amour et l’amitié et que sa vie devait être celle d’un soldat au service de l’ordre et de sa patrie. Salarié tranquille et sans histoire, il fait son travail méticuleusement et est un exem- ple pour ses collègues Mais son intrusion par erreur sur l’île interdite va l’obliger peu à peu à remettre en question toutes ses certitudes concernant la catastrophe et tout ce qu’il croyait savoir sur le centre de sécurité... Théophil Klein ou I2034 BIO Les Personnages Ludovic Privat découvre l’univers du théâtre au lycée, où il joue dans différentes pièces dont « L’éventail » et « Transport de femmes ». Cet exutoire devient très vite indispensable dans son univers. Le bac en poche, il entre à la faculté d’Arts du spectacle de Bordeaux III. Là, il y suit divers enseignements : jeux, voix, expression corporelle, masque balinais, etc. Ceux qui lui apprennent le plus sont les ateliers de pratique théâtrale dispensés entre autre par Catherine Zabjeski et Geor- ges Bigot : révélation, révolution, coup de foudre et coup de gueule. Son parcours l’amène à faire de belles rencontres avec lesquelles il crée plusieurs spectacles : « Naufragés »; « La Nuit des rois », W. Shakespeare ; « Je Vins, je vis, je bus », au Chantiers de Blaye en août 2000. Depuis 2011, Ludovic dirige dans un établissement scolaire la section théâtre. Approuvant l’idée que les arts du spectacle n’ont pas besoin d’être cloisonnés, il aime le mélange et pense que chaque démarche artistique est un témoignage au monde, un acte citoyen au sens large.
  7. 7. N14 / DOSSIER 7 Profondément obsédé par la loi et l’ordre, il ne peut s’empêcher de suspecter tout le monde. Il rêve de prendre du galon et de monter les échelons dans l’organi- gramme d’Hypérion. Il voue une haine à Victoria qui ressemble à une passion inavouée... ll a la certitude qu’elle fait partie de l’ordre des mandrins. Il n’aura de cesse de la traquer et utilisera Nina, sa meilleure amie, pour la faire tomber. Fixe... L’inspecteur Stan Fixe BIO Stéphane Détrain, comédien du spectacle vivant depuis 15 ans, a commencé ses premières expériences en théâtre en 1994 avec différentes troupes amateurs en Gironde et rapidement s’est retrouvé à jouer professionnellement pour la compagnie Ad Lucem théâtre. Depuis il écrit, met en scène et joue du spectacle vivant de tout format pour différentes structures allant du centre François Mauriac à l’ITEP Grand Barrailh. Il a fait ses premier pas en audio-visuel avec Carl Carniato dans différents courts-métrages et tra- vaille régulièrement avec lui et Thierry Ballans. Depuis ses débuts il suit différentes formations pour compléter ses compétences. (clown-théâtre, expressions corporelles, danse Butoh, chant, théâtre gestuel).
  8. 8. N14 / DOSSIER 8 Coincé sur l’île, sorte de ferrailleur, il est indépendant et travaille en solo. Il s’introduit dans des parties très contaminées et cherche de la matière première (métal, ventilateur, gaine électrique...) qu’il échange au plus offrant. En général il traite avec Freaks le malfrat ou avec Véra la chef des mémo-résistants. Il veille sur Léon son ami de toujours. Lors de la catastrophe il s’est laissé enfermé dans la zone pour sau- ver Léon... C’est un oublié dans le sens propre et figuré... Oublié de la chance, oublié de Nina, oublié du monde... C’est l’intrusion de Théo- phil dans l’île qui va l’obliger à s’impliquer contre Freaks et sa bande et à aider les mémo-résistants à sortir de la zone. Arthus Santero «Le dénicheur» BIO Après des études musicales au Conservatoire de Bordeaux, Jean-Charles Donnay étudie la danse, le chant et le théâtre. Durant ses années passées dans différents opéras et compagnies en tant que danseur (Reims, Dijon, Le ballet de Champagne, …), il perfectionne sa formation en chant et en comédie pour revenir à ses premiers amours, les comédies musicales. Ce qui lui permet d’être engagé comme danseur, chanteur et comédien lors de la création de « Chantons sous la pluie » en 1999 à l’Opéra Royal de Wallonie, spectacle repris à Paris au théâtre de la Porte Saint-Martin. Il a également joué dans « 7 Filles pour 7 Garçons »aux Folies- Bergère avec Lio. Il a ensuite été l’assistant chorégraphe de Barry Collins dans « Chantons sous la pluie », à Paris, Nice, Reims, Bruxelles, Vichy, Toulon..., sur le spectacle « Simenon et Joséphine » en création mondiale en septembre 2003 à l’Opéra Royal de Wallonie., et également assistant-cho- régraphe, et comédien-claquettistes (1er Garde du corps) à la reprise de la comédie musicale « Sugar » à l’Opéra Royal de Wallonie, l’opéra de Toulon, d’Avignon. Il est également assis- tant-chorégraphe à l’Opéra de Metz et d’Avignon pour des ballets classiques et néo-classiques (Casse-Noisettes, Zorba le Grec, Parades,…) Il travaille en tant que comédien au sein de la compagnie « Esclandre » et apparaît dans diffé- rents films et séries.
  9. 9. N14 / DOSSIER 9 Nina Prado BIO Catherine Moulis est autodidacte dans l’âme. Pour elle, l’art est le vecteur emprunté pour exprimer son imaginaire : devant lui elle reste une élève insatiable qui a un besoin constant d’ap- prendre, de recevoir et de donner. En 1996, elle obtient son diplôme d’architecture à l’école des Beaux Arts tout en suivant les cours de danse de Thierry Verger ainsi que le cours Florent. C’est à cette époque qu’elle commence à écrire les prémices de N14 sous le nom d’emprunt Perry Cookies. En 2002 elle part s’installer sur Bordeaux et se consacre au monde du spectacle et de la scène en intègrant des compagnies de danse telles que la «Compagnie Mixage» en 2004 puis la compagnie «Tatjana Schuster» en 2009. En 2010, désireuse de mettre en scène ses propres créations, elle crée l’association Cam-léon destinée à la création de spectacles vivants et audio-visuels et écrit un premier projet de web série intitulé «Cam-léon». Ce projet lui permet de rencontrer Stéphane Detrain et Yvan Delatour qui vont la pousser à continuer dans cette voie. En 2011 elle décide de reprendre l’écriture du scénario de science-fiction N14 ébauché 15 ans plus tôt. Nina, ex-enfant du cirque devenue star du cinéma espagnol. Nina a fui le monde du grand chapiteau à 18 ans et tout oublié de lui. Elle est partie vivre en Espagne ou elle a épousé un riche producteur de chaine TV. Quand la série démarre Nina est en instance de divorce. Nina vivra des moments de solitude terribles. Elle devra apprendre à faire la paix avec elle même et c’est Théo qui va l’aider à retrouver le courage. Ses retrouvailles avec Arthus, qu’elle n’a jamais cessé d’aimer vont lui permettre de renouer avec son passé et d’en finir, enfin, avec ses vieux démons.
  10. 10. N14 / DOSSIER 10 Embauché à 20 ans comme amuseur dans le cirque Zimbo, et spécia- lisé dans les clowneries en tout genre. Léon est un rescapé de la catastrophe, il vit sur l’île oubliée. Atteint de pertes de mémoires récurrentes, qui le fragilisent et le rendent to- talement dépendant, il vit avec Arthus son meilleur ami. C’est un être fragile, imprévisible et facilement manipulable qu’il faut surveiller à chaque instant. Etant amnésique, il ne se rend pas compte des ses conditions de vie... C’est un personnage haut en couleur, intègre, plein d’originalité, de fantaisie et de profondeur.. Il a une grande susceptibilité et un coté tragédien superficiel. Léon, malgré son amnésie, est le garant des souvenirs et le lien qui unit les trois personnages principaux de la série : Nina, Théo et Ar- thus. Léon BIO De formation designer-graphiste, Christian Guyot travaille aujourd’hui dans la réalisation de projet 3D et développe de nouvelle technologie comme la réalité augmentée. Autodidacte par nature Christian Guyot aime les défis, c’est pourquoi, sans expérience particulière dans le travail de comédien, il a su plonger dans le rôle de Léon, le personnage le plus haut en couleur de la série. Il interprète ce travesti, ancien saltimbanque du cirque, amoureux fou des strass et des paillettes, avec délicatesse et force sans jamais tomber dans la vulgarité. Bidouilleur hors pair aimant bricoler à l’infini il est devenu l’accessoiriste de N14 à qui on peut tout demander. A ses yeux tout est réalisable si la volonté et le désir sont là.
  11. 11. N14 / DOSSIER 11 Freaks BIO Après un cursus en Art Dramatique, au CNR de Bordeaux, puis au CNSAD de Paris (où il travaille notamment avec Patrice Chéreau, Catherine Hiegel, Philippe Garrel...) Yvan Delatour , pa- rallèlement à ces expériences de théâtre classique (Shakespeare, Molière, Racine, Feydeau...) et contemporain (Fassbinder, Stoppard, Koltès, Dubillard...) devient scénariste et réalisateur. Ces deux derniers films ont été primés dans divers festivals. Comédien dans une quarantaine de courts-métrages et séries, curieux d’un jeu dépouillé comme de composition, il est actuelle- ment en écriture de son premier long-métrage et professeur de direction d’acteur à la caméra au Conservatoire.» Pour échapper à la peine capitale, il a accepté d’être envoyé sur l’île après la catastrophe pour surveiller Véra et les mémo-résistants... Il vit avec ses gars dans un vieux supermarché désafecté. Il aime écouter de la musique classique, adepte du tango et de la propreté. Très élégant, un tantinet dandy avec une pointe de mau- vais goût... Il se vexe très facilement et perd tout contrôle de lui même.
  12. 12. N14 / DOSSIER 12 Adoptée par un homme d’affaire très riche membre haut placé du consortium Hypérion. Pour ses 18 ans son père lui a offert un caba- ret. Elle l’utilise comme lieu de rassemblement et utilise la protec- tion de son père pour servir la cause des mandrins à son insu. Elle a un coté tête de mule un tantinet cabochard. Victoria Gallet BIO Angelica De Almeida est une artiste Brésilienne du conservatoire fédéral C.A.D, (Brésil), plu- sieurs fois primée pour des rôles de composition. Elle fait les premiers pas au cinéma brésilien. En France depuis 1996, Angelica enrichit les troupe de la compagnie Léa et de la compagnie Verte, par son théâtre chanté et dansé, porté par son expérience du langage corporel et musical. Artiste engagée, elle a fait de l’encadrement auprès de l’enfance défavorisée par des actions de re-socia- lisation pour lesquelles elle a mis en place des outils d’expressions faciales et corporelles. « Le théâtre » est la nourriture céleste de son corps, qui lui permet des performances physiques exceptionnelles. Sa sensibilité exacerbée et sa joie de vivre en font une artiste solaire incontour- nable. Angelica est actuellement intervenante au théâtre en Miette, à l’OCET et dans d’autres organismes socio-culturel pour lesquels elle dispense des cours de théâtre aux enfants et aux adultes. Elle est aussi professeur de danse brésiliennes, Chorégraphe. Elle forme aussi ponctuellement, les dan- seurs de Siembra Danse et Cumbancheros pour la Samba sur scène.
  13. 13. N14 / DOSSIER 13 Ancienne chercheuse travaillant pour la société Expéria, elle s’est retrouvée coincée dans la zone au moment de la catastrophe. Aujourd’hui elle est à la tête du groupe des mémo-résistants et persuadée que la catastrophe n’est pas liée au hasard,. Elle ne pense qu’à sortir de la zone et porter les responsables de la catas- trophe devant les tribunaux. Issue d’une famille irlandaise du sud, fabricants de whiskey. Pleine de ressource et d’énergie, elle est très efficace, volontaire et cou- rageuse. Véra O’Leary BIO Peter Brook et Bob Wilson parmi les metteurs en scène, Molière - « une passion » - avant tout chez les grands auteurs : ce sont les noms que cite Florence Berlioz lorsqu’on l’interroge sur ses admirations théâtrales. Son parcours est intégralement lié au théâtre : classe d’art dramatique au conservatoire de Bordeaux, maîtrise d’art à Bordeaux 3, puis des débuts de comédienne, d’ac- trice dans l’audiovisuel, de formatrice, avant de passer à la mise en scène et à l’écriture, puis à « la mise en scène de mes propres écrits ». En 2008, sa pièce « Les Aspirants » lui a valu le prix découverte de l’Académie des belles-lettres de Bordeaux. Elle l’a ensuite mise en scène à l’Olympia d’Arcachon : « Un texte sur les difficultés de l’inspiration artistique »
  14. 14. N14 / DOSSIER 14 Aime lire et raconter des contes, dire des dictons et s’occuper des autres. Membre des mémo-résistants, pleine de ressource et d’énergie, elle est très efficace, volontaire et courageuse. Mais elle est d’une timidité maladive devant des inconnus. Elle était institutrice avant la catastrophe, elle veille sur la mémoire des mémo-résistants. Shooty «La liseuse» BIO Aurélie Girveau : Fondatrice et directrice artistique de la compagnie LEA depuis 2004, cette artiste subtile et lumineuse colore ses créations de ses influences en théâtre populaire et en danse contemporaine. Formée par un comédien du théâtre du soleil (Georges Bigot), elle élabore un théâtre visuel, basé sur l’image et toutes ses formes, qu’elle complétera par la suite en introduisant la musique et le son. A l’instar de ses références, Pina Bausch et Robert Wilson, son jeu d’acteur est fluide, véritable chorégraphie de l’âme par laquelle diffuse toutes ses émotions. Sa scénographie élaborée, laisse une place inégalée à la lumière qu’elle matérialise pour sublimer le jeu des comédiens. Ses créations touchent l’enfant intérieur qui est en nous, car elles incitent aux voyages et aux rêves en transcendant les frontières de notre imaginaire. Elle aime les défis au cinéma et se prête au jeu pour des petits rôles dès que l’occasion se pré- sente.
  15. 15. N14 / DOSSIER 15 Pierrot est un ancien malfrat devenu SDF pour échapper à des det- tes de jeux... Il a été recueilli par Victoria alors qu’il était à l’agonie sous un pont. Il est devenu son assistant et lui voue une amitié sans limite. Néanmoins Pierrot reste un marginal réfractaire à l’ordre et à la société sous toute ses formes. Il aime vivre comme il l’entend et ne respecte pas toujours les consignes de Victoria lors des missions mais il lui reste fidèle et serait prêt à donner sa vie pour elle. PIERROT BIO Günther Galbert est dans la profession depuis 18 ans. Explorateur insatiable du jeu, il fait ses armes au théâtre de feu avec Jean Manuel Florensa, puis Christian Ritter avec la «Cie ballet théâtre esclandre». A la découverte de tous les styles il danse et joue la comédie avec la «Cie C Grimaldie» depuis 10 ans. Il a travaillé également avec le CDACM avec Fabien Müllers en specta- cles médiévales, puis la «Cie du bout de doigts» ainsi que la «Cie l’aime en terre». Il joue régulièrement avec la Cie du Chat avec Bertrand Jarrigeon en rue mais aussi en théâtre classique et musical. Il prête sa voix sur différents films documentaires et documentaires fiction : «Les ders de la der» de Jérome Chibrac, «la grotte de Tourtoirac» d’ Alexandre Duplessis... On a pu le voir dans des petits rôle au cinéma ainsi que dans des séries télévisées et des courts métrages dont le dernier en date est celui du réalisateur Carl Carniato.
  16. 16. N14 / DOSSIER 16 L’îLE ABANDONNEE : Avant la catastro- phe l’île se trouvant à quelques kms du litto- ral était reliée par un pont et des tunnels de maintenance. La presqu’île avait un quartier résidentiel pour les cadres (10 familles) juste à l’entrée, protégé par un mur défensif. Un quartier commerçant. Un quartier-logement (de type cité) pour les employés jouxtant la centrale gazière. Un port industriel dans la centrale. Un port de pêche au bord de la cité. Toute l’île a été emmurée au moment de la catastrophe et les tunnels ont été scellés. La zone industrielle était essentiellement composée de bureaux et de société de sec- teur secondaire (sidérurgie, électronique, industrie chimique dont l’usine de la société EXPÉRIA (avec deux foyers de transfor- mation du gaz en énergie...), d’une déchar- ge, de la gare de marchandise de Vélisia. Dans le village de Vielcombe (petit village de 300 habitants) il y avait une école primaire, une école maternelle, quelques habitations, quelquesparcellesdeterrecultivée,uneforêt. Lorsque démarre le série, l’île interdi- te est un monde sinistré et abandonné. LES SOUTERRAINS DE LA ZONE : Lesoldelal’îleinterditerenfermed’anciens réseaux d’eau et de canalisation qui for- ment un véritable labyrinthe de circulation . C’est grâce à ses réseaux que certains ont pu survivre à la catastrophe. Grâce à eux ils ont pu se cacher, se protéger des éma- nations de gaz surtout au début de la catas- trophe. 10 ans plus tard on peut imaginer que certains, comme les mémo-résistants aient décidé de s’organiser autrement... Néanmoins le labyrinthe formé par le ré- seau doit contenir des endroits de simples circulation formés par des couloirs mais aussi des lieux plus vastes ressemblant à des pièces habitées ou abandonnées... Recherche Iconographique
  17. 17. N14 / DOSSIER 17 LE REPÈRE DES MÉMO-RÉSISTANTS Les mémo-résistants ont comme base l’école primaire du petit village de Vielcom- be. Rien de tel qu’une école pour structurer la vie d’un groupe aux projets ambitieux. Il y a une cantine tenu par Tambouille, le chef cuisto, deux anciennes classes ont été aménagé en dortoirs, les deux autres en chambre particulières (une pour Shooty et une pour Véra). Le bureau du directeur est devenu le bureau de Véra, la salle de gym- nastique la bibliothèque et salle de classe. La cave est le lieu ou est fabriquée et stoc- kée la dynamite ainsi que le matériel en tout genre (masque, vêtements de protection, bottes etc...). C’est aussi là ou les hommes se changent et se dépoussièrent. La cave a aussi une entrée vers les galeries souter- raines et les réseaux et canalisations d’eau. Même si Léon a transité par les souterrains au moment de la catastrophe, il a eu besoin de re- trouver ses affaires... Peut-être est-il allé les chercher lui même... Il n’a pas tout retrouvé mais il a récupéré des fragments de photos, d’affiches et naturellement il s’est installé dans sa cabane et il n’a plus jamais voulu la quitter... LA CABANE DE LÉON : Léon a toujours vécu dans la zone industrielle, près du port de pêche. Avant la catastrophe, il vivait dans une pe- tite maison à l’entrée du village de Vielcombe. Elle était pleine d’originalité. Plumes, strass, affiches en tout gen- re ornaient les murs. Une petite cabane jouxtait la maison. Au moment de la catastrophe sa maison a volé en éclats, Léon a tout perdu, seule la petite cabane est restée intacte...
  18. 18. N14 / DOSSIER 18 VÉLISIA / La cité : La ville est architecturée par quartier. Plus on s’éloi- gne du litorale et du cœur ancien de la ville plus les quartiers sont chics et l’ar- chitecture moderne et froide. Le centre de sécurité (CSP) est le seul bâtiment moderne que l’on trouve près du cœur ancien de la ville. Son imposan- te architecture et sa hauteur sont un rappel à l’ordre constant. Les égouts de la ville et les souterrains
  19. 19. N14 / DOSSIER 19 Le cabaret de Victoria se situe dans le cœur ancien de Vélisia. Il est entouré de rues insalu- bres ou des actes de vandalismes (tels que des pillages et des incendies) sont régulièrement commis malgré le couvre feu et les patrouilles régulières des forces de l’ordre. Le cabaret n’est plus aussi fréquenté que par le passé et ce depuis la mise en place du couvre feu. Néan- moins Victoria continue à proposer des spec- tacles le dimanche après-midi car c’est le seul moyen de justifier les entrées et sorties néces- saires à l’activité de son équipe de mandrins.
  20. 20. N14 / DOSSIER 20 Équipe technique N14 / DOSSIER Équipe technique RÉALISATION : JEAN-JACQUES PICOT Chef opérateur pour les chaînes de télévision pendant plus de dix ans, (TF1, France 2, France 3, la Cinq, puis France 5, M6, BBC, ZDF et NHK, en vidéo et en pellicule), Jean-Jacques PICOT crée avec sa compagne une société de production, ABRA FILMS à la fin des années 80, basée à Marseille. A son actif films d’entreprise et documentaires de créations, prix et reconnaissance de ses pairs. A partir de l’année 2000, il réalise, tourne et monte quarante courts et moyens métrages dans le cadre des Films du Campagnol, structure de production qu’il fonde en région Bordelaise. Passionné par le « fantastique » et la « science fiction » toutes ses réalisations en sont impré- gnées. Restait à réaliser une série pour le web !... Enfin avoir le temps de développer une histoire au gré d’une fiction… Quand l’équipe du N14 lui propose de collaborer au projet, il ne peut qu’accepter !!!..
  21. 21. N14 / DOSSIER 21 Scénario et idée originale : Perry Cookies Développement contexte : Stéphane Detrain Réalisation : Jean-jacques Picot Chef opérateur : Cécilia Barroero Direction d’acteur : Stéphane Detrain / Perry Cookies / Florence Berlioz Maquillage FX : Marjolaine Risetti Matte-Painting / Effet 3D : Agence Soloon / Christian Guyot Costume et accessoires : Perry Cookies / Judicaëlle Picot / Marjolaine Risetti Musique originale : Michel DeMars Photographe : Alain Caboche

×