REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
Egypte 26,27 et 29 Octobre 2015
Un million
d’hectare
supplémentaire
2015/2...
MREMADRP
DE TENTEUR DE LA
RESOURCE EN EAU ET
CHARGE DE SA BONNE
GOUVERNANCE
PREMIER UTILISATEUR DE
LA RESSOURCE EN EAU
ET ...
Population : près de 40 millions d’habitants
dont 60 % urbaine.
9 algériens sur 10 vivent dans le nord du pays sur 13% de ...
CONTRAINTES PHYSIQUES ET HYDRO CLIMATIQUES
 Un climat aride à semi-aride,
 Des précipitations agressives et des régimes
...
LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES
 Les modèles de simulation
climatologique prévoient dans les régions
méditerranéennes :
 Réc...
---------- Isohyète 200 mm (1965 – 2004)
---------- Isohyète 200 mm (1942 – 1989)
Les effets du changement climatique (sui...
CONSÉQUENCES DES CHANGEMENTS CLIMATIQUES
 Réduction de de la pluviométrie de 30% par rapport à la
moyenne depuis 1975.
 ...
CONCLUSION 1
COMPTE TENU DE SA PERSISTANTE ET DE SON INTENSITÉ,
LA SÉCHERESSE EST PRISE EN COMPTE DANS LA
STRATÉGIE DE PLA...
1- L'indice d'exploitation est la part de l'eau prélevée pour l'ensemble des besoins d'un pays, par rapport au
volume annu...
14 Milliards de m3/an dans les régions Nord:
• 12 Milliards de m3/an (écoulements superficiels)
• 02 Milliards de m3/an (r...
LES POTENTIALITES EN SOLS
Le potentiel en ressources en sols aptes à l’irrigation,
identifié à ce jour selon les études d...
AXES STRATEGIQUES DU PROGRAMME
INTERSECTORIEL DE DEVELOPPEMENT
HYDRO AGRICOLE
2015-2019
EXTENSION DES SUPERFICIES IRRIGUEE...
RAPPEL PNDA DE 2001/2013
275000
600754
75000
594311
350000
1215261
0
200000
400000
600000
800000
1000000
1200000
1400000
G...
PNDA PRÉSENTE AUSSI DES CARENCES
 Concept de l’économie de l’eau non claire
(mobilisation importante de la ressource sous...
PROGRAMME MULTI SECTORIEL MONTÉ
En tenant en compte des carences constatées
PNDA, le projet 1000 000 ha 2015/2019Va être
r...
PRÉSENTATION DU PROJET
1. Situation actuelle, superficie irriguée (2013):
o Petite et Moyenne Hydraulique : 1 050 000 ha
1...
IMPACTE
1. La sécurisation de la production céréalière par l’amélioration de la
productivité grâce à l’irrigation sur un o...
MOYEN D’INTERVENTION
1. RENFORCEMENT DES MOYENS ACTUELS EN MATIÈRE D’INFRASTRUTURES;
2. RENFORCEMENT DES CAPACITÉ NATIONAL...
RÉFLEXION « GESTION PARTICIPATIVE DES PÉRIMÈTRES »
 Dans l’esprit d’améliorer la gestion des périmètres une réflexion por...
OBSERVATION IMPORTANTE
CET ATELIER PAR CONTRE NOUS A PERMIS D’ACTUALISER NOS
CONNAISSANCES ET DE CORRIGER QUELQUES NOTIONS...
 Ces concepts nous donnent à réfléchir dans la mise en œuvre des
programmes et des politique de l’ économie de l’eau dans...
Photo Ministère de l’Agriculture ,
TunisieLa modernisation des
systèmes de captages a facilité la
multiplication des forag...
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
Merci de votre attention
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Un million d’hectare supplémentaire 2015/2019

180 vues

Publié le

Workshop on Operationalizing the Regional Collaborative Platform to Address ‘Water Consumption, Water Productivity and Drought Management’ in Agriculture, 27 - 29 October 2015, Cairo, Egypt

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
180
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Un million d’hectare supplémentaire 2015/2019

  1. 1. REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE Egypte 26,27 et 29 Octobre 2015 Un million d’hectare supplémentaire 2015/2019
  2. 2. MREMADRP DE TENTEUR DE LA RESOURCE EN EAU ET CHARGE DE SA BONNE GOUVERNANCE PREMIER UTILISATEUR DE LA RESSOURCE EN EAU ET CHARGE DE SON EFFIENCE Concept économie d’eau très compliqué il est important de le clarifier ?
  3. 3. Population : près de 40 millions d’habitants dont 60 % urbaine. 9 algériens sur 10 vivent dans le nord du pays sur 13% de la superficie du territoire. 6 algériens sur 10 vivent dans 579 agglomérations urbaines. Région Saharienne (87%) P < 100 mm Pop. 10% Région Tellienne (4%) Bande de 100 – 150 km P : 1 200 à 400 mm Pop. 65% Hauts Plateaux (9%) Bande de 300 – 350 km P : 400 à 250 mm Pop. 25% Contexte géographique Régions naturelles et occupation du territoire
  4. 4. CONTRAINTES PHYSIQUES ET HYDRO CLIMATIQUES  Un climat aride à semi-aride,  Des précipitations agressives et des régimes hydrologiques irréguliers,  Des bassins versants, constitués de formations géologiques à dominance marneuse caractérisés par: - Des terrains imperméables, - Des reliefs accentués, - Une absence de couvert végétal. CONSEQUENCES  Érosion des sols, (Envasement des barrages: 800 millions m3),  Irrégularité des écoulements. Amont – BV Oued. Mina
  5. 5. LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES  Les modèles de simulation climatologique prévoient dans les régions méditerranéennes :  Réchauffement estimé à 1°C dans la région durant le siècle dernier avec une tendance accentuée les 40 dernières années,  une perturbation des régimes pluviométriques,  une tendance à la baisse de la pluviométrie,  une augmentation de l’évapotranspiration,  une augmentation nette de la fréquence des sécheresses et des inondations.
  6. 6. ---------- Isohyète 200 mm (1965 – 2004) ---------- Isohyète 200 mm (1942 – 1989) Les effets du changement climatique (suite)
  7. 7. CONSÉQUENCES DES CHANGEMENTS CLIMATIQUES  Réduction de de la pluviométrie de 30% par rapport à la moyenne depuis 1975.  Impact sur les débits des cours d’eau et la recharge des nappes. Rabattements de 07 à 40 mètres dans la nappe de la Mitidja 0 20 40 60 80 100 120 140 160 180 200 1925 1940 1955 1970 1985 2000 ApportsHm3/an Année diminiution des APPORTS ANNUELS de quelques barrage APPORTS ( Hm3) MOYENNE( Hm3) 1975/1976
  8. 8. CONCLUSION 1 COMPTE TENU DE SA PERSISTANTE ET DE SON INTENSITÉ, LA SÉCHERESSE EST PRISE EN COMPTE DANS LA STRATÉGIE DE PLANIFICATION DES PROGRAMMES
  9. 9. 1- L'indice d'exploitation est la part de l'eau prélevée pour l'ensemble des besoins d'un pays, par rapport au volume annuel moyen des apports naturels. Très faible dans certains pays très arrosés (à peine 1% pour le Venezuela ou la Norvège), il atteint près de 100% dans des pays à climat aride à forts besoins d'irrigation En Algérie, il est de prés de 35%. Il est admis, que lorsque cet indice dépasse 20%, la mobilisation des ressources en eau implique des investissements dont l'impact est sensible dans l'économie nationale. 2- Le ratio par habitant et par an permet également d'établir des comparaisons. On estime, à cet égard, qu'un pays atteint le "seuil de pauvreté" à 1000 m3/habitant/an et le "seuil de pénurie" à 500 m3/habitant/an. En Algérie, il est actuellement < 500 m3/habitant/an et sera encore inferieur à l’horizon 2025. 3- Le degré "d'indépendance" des pays est fonction de la proportion des ressources naturelles d'origine externe dans le bilan hydrologique. Ainsi, les ressources en eau de bon nombre de pays sont majoritairement constituées de grands fleuves transfrontaliers dont la source se trouve dans d'autres états. C'est le cas, par exemple de l’Irak (65% de ses ressources proviennent d'un apport "extérieur"), ou des Pays- Bas (89%). L’ Algérie dispose pour sa part d'un niveau d'indépendance tout à fait appréciable, puisque seulement 2% de ses ressources viennent d'autres pays. INDICATEURS D’ÉVALUATION DE RESSOURCE EN EAU D’UN PAYS /
  10. 10. 14 Milliards de m3/an dans les régions Nord: • 12 Milliards de m3/an (écoulements superficiels) • 02 Milliards de m3/an (ressources souterraines) 5.2 Milliards de m3/an dans les régions sahariennes • 0.2 Milliards de m3/an (superficiels) • 05 Milliards de m3/an (souterraines) En tenant compte de la sécheresse des 25 dernières années, Les estimations des potentialités ont été revues à la baisse, et seraient plutôt de : 17 Milliards de m3/an. LES POTENTIALITES EN EAUX CONVENTIONNELLES LES POTENTIALITÉS EN EAU D’ALGÉRIE SONT GLOBALEMENT ESTIMÉES À 19.2 MILLIARDS DE M3/AN :
  11. 11. LES POTENTIALITES EN SOLS Le potentiel en ressources en sols aptes à l’irrigation, identifié à ce jour selon les études de l’ANRH, est de l’ordre de 2.3 millions d’hectares,.
  12. 12. AXES STRATEGIQUES DU PROGRAMME INTERSECTORIEL DE DEVELOPPEMENT HYDRO AGRICOLE 2015-2019 EXTENSION DES SUPERFICIES IRRIGUEES D’UN MILLION D’HA
  13. 13. RAPPEL PNDA DE 2001/2013 275000 600754 75000 594311 350000 1215261 0 200000 400000 600000 800000 1000000 1200000 1400000 Gravitaire economise ur super totale (ha)
  14. 14. PNDA PRÉSENTE AUSSI DES CARENCES  Concept de l’économie de l’eau non claire (mobilisation importante de la ressource sous terraine)  Forage réalisé n’importe comment et parfois illicitement  Précipitation dans l’exécution du programme  Présence d’équipement d’irrigation non homologués sur le marché  Équipementiers non professionnels
  15. 15. PROGRAMME MULTI SECTORIEL MONTÉ En tenant en compte des carences constatées PNDA, le projet 1000 000 ha 2015/2019Va être réalisé sur une base solide et faisant participé plusieurs intervenant : 1. MADRP 2. MRE 3. M des FINANCES
  16. 16. PRÉSENTATION DU PROJET 1. Situation actuelle, superficie irriguée (2013): o Petite et Moyenne Hydraulique : 1 050 000 ha 1 136 000 ha o Grands Périmètres Irrigués : 86 000 ha Programme 2015 - 2019 (Nouveau) :  Petite et Moyenne Hydraulique : 624 000 ha 1 000 000 ha  Grands Périmètres Irrigués : 376 000 ha 1. Valorisation du Potentiel Existant :  Petite et Moyenne Hydraulique : ( MADRP) 341 000 ha 485 000 ha  Grands Périmètres Irrigués :((MADRP) 144 000 ha 2, Concessions Agricoles (PMH) : (MADRP) 283 000 ha 3; Grands Périmètres Irrigués (GPI) : (MRE) 232 000 ha 1. Total à 2019 (superficie à irriguer): - Petite et Moyenne Hydraulique : 1 624 000 ha 2 136 000 ha - Grands Périmètres Irrigués : 462 000 ha
  17. 17. IMPACTE 1. La sécurisation de la production céréalière par l’amélioration de la productivité grâce à l’irrigation sur un objectif de 600 000 ha soit 17 % de la superficie emblavée actuellement avec un rendement escopté de 40 à 50 qx/ha 2. Développement des culture fourragères en irriguée sur 200 000 ha 3. Développement des légumineuses 4. Développement de l’oléiculture en intensive 5. Développement du maraichage et arboriculture stratégiques
  18. 18. MOYEN D’INTERVENTION 1. RENFORCEMENT DES MOYENS ACTUELS EN MATIÈRE D’INFRASTRUTURES; 2. RENFORCEMENT DES CAPACITÉ NATIONAL EN ÉQUIPEMENT D’IRRIGATION POUR RÉPONDRE UN PEUX AUX OBJECTIFS AFFICHÉS AVEC UN RYTHME DE 100 000 HA /AN EN ÉQUIPEMENT D’IRRIGATION ÉCONOMISEURS D’EAU , LA CAPACITÉ ACTUELLES N’EST QUE DE 30 000 HA/AN FINANCE MENT ENCADREMENT
  19. 19. RÉFLEXION « GESTION PARTICIPATIVE DES PÉRIMÈTRES »  Dans l’esprit d’améliorer la gestion des périmètres une réflexion portant contribution des usagers dans les mécanisme de gestion dans une forme complémentaire  Proposition d’une approche tarifaire garantissant les intérêts des parties concernées (gestionnaire et usagers  Soutien technique et financier des agriculteurs  Soutien aux organismes gestionnaires pour faire face à l’insuffisance des volumes alloués en raison de sècheresse ou insuffisance de tarification pour maintenir en bon état le réseau d’irrigation;  La mise en place d’un cadre règlementaire pour la création de groupement professionnels d’irrigants dans un contexte partenariat 1. diminution d’intervention de l’’état 2. Longévité des infrastructure incitant les usagers à travailler mieux 3. Une valeur ajoutée conséquente ( extension; productivité et genèse d’emploi)
  20. 20. OBSERVATION IMPORTANTE CET ATELIER PAR CONTRE NOUS A PERMIS D’ACTUALISER NOS CONNAISSANCES ET DE CORRIGER QUELQUES NOTIONS: LA NOTION DE L’ÉCONOMIE D’EAU EST TRÈS VASTE  GESTION DES SYSTÈMES D’IRRIGATION  SYSTÈMES DE COMPTABILITÉ  EAU VIRTUEL(VERTE ET BLEU)  LIMITE DE CONSOMMATION POUR GARANTIR LA DURABILITÉ  GOUVERNANCE ET GESTION DE L’EAU  DÉVELOPPEMENT DE LA PRODUCTIVITÉ  LE CALCULE DES BESOINS EN EAU ETP: • L’équilibre de l’énergie • l'équilibre hydraulique • Model hybride • Télédétection CLARIFICATION DE LA NOTION DE L’ÉCONOMIE D’EAU
  21. 21.  Ces concepts nous donnent à réfléchir dans la mise en œuvre des programmes et des politique de l’ économie de l’eau dans un contexte de rareté de l’eau, ces outils abordés sont recommandés pour être servi comme paramètres d’appréciations et de prise de décision  C’est dans cette optique que je vous soumettre ce Mēga projet du quinquennat 2015/2019 qui vient juste d’etre adopté par le gouvernements;  Tirer des leçons à travers vos remarques, critiques et recommandations en conclusion NOUVEAUX CONCEPTS ABORDES ET DÉVELOPPÉ LORS DE CET ATELIER
  22. 22. Photo Ministère de l’Agriculture , TunisieLa modernisation des systèmes de captages a facilité la multiplication des forages, notamment artésiens… Forage albien
  23. 23. REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE Merci de votre attention

×