1
L’agriculture en Afrique : Un objectif efficient dans le cadre du
commerce international ?
Par Nadège Noële ANGO – OBIAN...
2
Summary:
The development policies in which began the African States cause interrogations. In the
international context m...
3
Key words:
Agriculture, industry of labor, food self-sufficiency, agricultural strategy, economic development,
investmen...
4
I- Introduction
Sujet de préoccupation, renforcé par des échos alarmistes, l’agriculture est redevenue le levier par
leq...
5
interrogations quand on les appose à l’Afrique. Au-delà de la cause alimentaire, l’orientation
agricole permettra t- ell...
6
l’autosuffisance alimentaire, l’objectif est d’exporter la production vers les pays voisins africains.
Au stade actuel, ...
7
fait positives ont néanmoins une incidence sur le « coût salarial » de la main-d’œuvre. C’est un
élément fondamental qui...
8
compétitif, traverse une crise à cause des cours mondiaux. Ces derniers sont influencés par la
forte subvention allouée ...
9
III- Les véritables enjeux, dans un monde dominé par la technologie
III.1- Miser sur la R&D
L’efficience agricole repose...
10
important pour l’Afrique de s’investir dans la technologie : pour la transformation de ses
produits, l’éclosion d’indus...
11
III.2- Pourquoi l’industrie de main-d’œuvre est nuisible
Nous sommes dans un monde dominé par les FMN. De plus, en repr...
12
d’œuvre la moins formée.
De même, au niveau de l’Afrique, pour pouvoir rivaliser avec d’autres denrées alimentaires (ri...
13
Cela peut se traduire par de petites entreprises ou structures « imitant » ou secondant
effectivement, la grande entrep...
14
économies (Françoise Catex, députée européenne, 2009). Les pays d’Afrique noire doivent donc
mobiliser toutes leurs res...
15
BIBLIOGRAPHIE
ANGO-OBIANG N.N. (2007), « Mondialisation et inégalité (salaires/revenus, emploi) dans les
pays du Sud »....
16
CEA-BSR/CA (2007),« Les économies de l’Afrique Centrale 2007 ». Editions Maisonneuve &
Larose, 2006. Paris.
CEA-BSR/CA ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

L' Agriculture en Afrique: un objectif efficient dans le cadre du commerce international?

557 vues

Publié le

Article présentant une discussion sur l'option d'une agriculture plus intensive en technologie en Afrique.

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
557
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

L' Agriculture en Afrique: un objectif efficient dans le cadre du commerce international?

  1. 1. 1 L’agriculture en Afrique : Un objectif efficient dans le cadre du commerce international ? Par Nadège Noële ANGO – OBIANG Economiste Contact: nn-angoobiang@live.fr Tel: 00-241-04-13-01-97
  2. 2. 2 Summary: The development policies in which began the African States cause interrogations. In the international context marked by the financial crisis (2007-2009), this determination of the African governments, supported by the international institutions, seems an alternative of the saving in revenue. The agricultural production, without overlap with a development policy, in particular industrial, is comparable to a strategy aiming at maintaining with flood a saving in survival. Résumé : Les politiques de développement dans lesquelles se sont (ré) engagés les Etats africains suscitent des interrogations. Dans le contexte international marqué par la crise financière (2007-2009), cette détermination des gouvernements africains, soutenue par les institutions internationales, apparaît comme une variante de l’économie de rente. La production agricole, sans imbrication avec une politique de développement, notamment industrielle, est assimilable à une stratégie visant à maintenir à flot une économie de survie.
  3. 3. 3 Key words: Agriculture, industry of labor, food self-sufficiency, agricultural strategy, economic development, investments, technical capital, production capacity, international business, agricultural efficiency, saving in revenue. Mots clés : Agriculture, industrie de main-d’œuvre, autosuffisance alimentaire, stratégie agricole, développement économique, investissements, capital technique, capacité de production, commerce international, efficience agricole, économie de rente.
  4. 4. 4 I- Introduction Sujet de préoccupation, renforcé par des échos alarmistes, l’agriculture est redevenue le levier par lequel les pays africains doivent agir pour s’extirper du sous-développement. La poursuite des objectifs du Millénaire souligne en termes de pauvreté, de maladies, les insuffisances des politiques de développement existantes. Cependant, l’autosuffisance alimentaire, le développement des cultures de rapport pour assurer la contrainte des devises, constituent-ils la meilleure stratégie pour, enfin, donner aux économies africaines une articulation cohérente ? Kuznets (1966), établissait déjà un schéma de développement dans lequel l’agriculture y tenait un rôle central. La croissance de la production agricole peut agir sur celle du PIB et de la demande de produits industriels et de services. De plus, les gains de productivité enregistrés dans le secteur agricole génèreraient l’amélioration des revenus des agriculteurs et, ainsi pourraient contribuer à baisser le niveau de la pauvreté. Le contexte international marqué par l’émergence de la Chine, la crise alimentaire, la contraction de la demande mondiale due à la crise financière sont des éléments qui deviennent des
  5. 5. 5 interrogations quand on les appose à l’Afrique. Au-delà de la cause alimentaire, l’orientation agricole permettra t- elle aux Etats africains de redéployer de manière efficiente l’ensemble de leurs ressources (humaines, matérielles et financières) ? La mise en place d’un plan agricole dans un objectif d’autosuffisance alimentaire ne serait que la continuité des échecs déjà enregistrés dans le passé. Nous proposons donc dans un premier temps, une critique d’une stratégie agricole basée sur « l’occupation de la main-d’œuvre ». Dans une deuxième partie, nous montrerons l’importance de la R&D dans l’agriculture et, pourquoi, à terme, l’industrie de main-d’œuvre est nuisible à l’épanouissement des économies africaines. II- Les effets attendus de l’agriculture II.1- Généralités et contraintes La politique agricole africaine, telle qu’elle est conçue et se construit, repose sur l’utilisation effective de la main-d’œuvre non employée. De ce fait, « le renforcement des secteurs intensifs en main-d’œuvre et l’adoption de techniques de production intensives en travail dans les secteurs qui emploient les pauvres sont deux facteurs-clés pour stimuler la croissance et combattre la pauvreté » (CEA-BSR/CA, 2006, voir CEA-BSR/CA 2007, p.300). Cette stratégie s’accompagne de la mise à disposition d’outils modernes et d’autres formes d’investissement visant à réduire le chômage et la pauvreté. Quoique, selon les rapports de la CEA-BSR/AC (2007, p.23), il est souligné qu’après l’étape de
  6. 6. 6 l’autosuffisance alimentaire, l’objectif est d’exporter la production vers les pays voisins africains. Au stade actuel, plusieurs faits ne sont pas pris en compte au niveau des sous régions, et au niveau international. L’agriculture est-il le secteur le plus rentable qui, selon Joan Robinson (1933), entraînerait l’accroissement des emplois et des richesses ? il est vrai que selon les théories du développement, la mécanique de la croissance et le développement économique peuvent être enclencher dès lors qu’un surplus apparaît. Ce dernier qui se traduit par une production supérieure à la consommation doit être affecté à l’accroissement de la capacité de production. En effet, dans le secteur agricole, un surplus peut se traduire par la création ou l’investissement d’autres tâches comme la construction de certaines infrastructures (Brasseul, 2008, p.105). Cet investissement pourrait accroître le stock de capital technique et la capacité de production. D’où une augmentation de la production avec possibilité de diversification des activités économiques. De même, on assisterait à une amélioration du niveau de vie des populations (schéma 1). Schéma 1 :Modèle classique (en partie) : La croissance Surplus Investissements et accumulation du capital technique hausse de la demande de travail hausse du salaire réel L’Afrique en général met en place d’énormes moyens pour sortir une grande partie de sa population de la pauvreté ou d’une vie précaire. Ces moyens se traduisent, dans le cas du Gabon par exemple, par la mise en place de mesure de protection sociale et de primes aux familles les plus défavorisées, de l’instauration du Revenu Minimum Mensuel (RMM). Ces décisions tout à
  7. 7. 7 fait positives ont néanmoins une incidence sur le « coût salarial » de la main-d’œuvre. C’est un élément fondamental qui pèse dès qu’on prend en compte la concurrence au niveau mondial car les coûts salariaux pèsent bien évidemment dans les coûts de production. Selon Bret (2006, p.109), une production agricole plus importante doit reposer sur une action sur les techniques de production. De plus, l’Afrique doit résoudre le problème agraire, ce qui implique d’agir sur les structures sociales de l’agriculture. D’une façon plus générale, en considérant le cadre international, n’oublions pas que la production agricole des pays du Nord est assurée et concentrée entre les mains de quelques grands producteurs. L’agriculture africaine devra faire face à ces monopoles, oligopoles qui, dans l’explication de Chamberlin (1933) de la concurrence imparfaite, conduisent à une sous-utilisation des ressources, une production totale inférieure à celle obtenu en situation de concurrence. Ce qui n’empêche pas ces grands conglomérats d’inonder le marché mondial. L’Afrique peut donc jouer sur la variété grâce à la spécificité de certains produits. II.2- Critiques et industrie de main d’œuvre Les pays de la CEEAC doivent résoudre leur problème d’autosuffisance alimentaire (CEA- BSR/AC, 2007, p.298). Dans la vision où cet objectif est atteint, peuvent-ils valablement concurrencer l’agriculture des pays du Nord et d’autres pays en développement ? Les subventions encore en vigueur dans les pays occidentaux provoquent très souvent une baisse des prix en deçà du prix d’équilibre mondial. Les pays africains pourront-ils se doter de moyens leurs permettant d’affronter les crises de rentabilité générées par les fluctuations des prix internationaux des produits agricoles ? A titre d’exemple, le coton africain, pourtant très
  8. 8. 8 compétitif, traverse une crise à cause des cours mondiaux. Ces derniers sont influencés par la forte subvention allouée aux productions des pays industrialisés. Dans ce cas de figure, une fois de plus, les économies n’opèrent pas en situation de concurrence pure et parfaite. Des projets d’industrialisations soutenus accompagnent t-ils l’ambition des exportations des produits agricoles ? Dans le cas contraire, l’objectif du développement agricole s’apparenterait à un palliatif de la régression de la production agricole ou minière. Ce qui se traduirait une nouvelle fois par une spécialisation dans les produits de la terre, soutenant toujours l’affection pour les économies de rentes. Si le but africain est de produire pour avoir de la production agricole, il est à craindre que l’on soit toujours confronté aux mêmes problèmes, ou environnements économiques, issus des ventes des matières premières. L’Afrique doit s’obliger à s’affranchir d’une économie ne reposant que sur les automatismes des efforts dus à la terre et qui nous oblige à être liés aux économies riches avec le statut d’être un membre inférieur. L’agriculture nous cantonnerait à l’économie de main- d’œuvre qui n’est rentable que pour les pays asiatiques (main-d’œuvre moins chère,). De plus, cette visée purement agricole et aux allures d’artisanat amélioré, laisse se profiler la vision d’une stratégie de survie économique en sursis.
  9. 9. 9 III- Les véritables enjeux, dans un monde dominé par la technologie III.1- Miser sur la R&D L’efficience agricole repose vraisemblablement sur la force de la recherche scientifique. Ce secteur d’activité particulier, absolument entretenu dans les pays du Nord est quasiment absent dans les pays d’Afrique noire. On a comme l’impression que la forme immatérielle de la recherche apparaît, dans les politiques africaines, comme un outil performant mais pas nécessairement obligatoire. Or, vouloir maîtriser le secteur agricole et donc la rentabilité de notre sol, implique de mobiliser d’énormes moyens humains mais surtout technologiques. Cela dans le but de jouir pleinement par le dépôt de brevet découlant de la particularité de nos sols. Dans l’optique où les pays africains comptent davantage sur la singularité de leurs produits (manioc, igname, sorgho, mil, arachide, haricot niébé), il serait souhaitable d’envisager des stratégies de commercialisation perfectionnées. Ces outils permettront d’accroître significativement le nombre de consommateurs (surtout dans les pays du Nord) et de rivaliser avec des denrées mondiales traditionnelles comme le riz, le blé, maïs. C’est pourquoi, il est très
  10. 10. 10 important pour l’Afrique de s’investir dans la technologie : pour la transformation de ses produits, l’éclosion d’industries manufacturières, l’appropriation des droits sur les formes ou formulations innovantes provenant des produits de son sol. Par exemple, dans la recherche sur des spécificités ou des formes particulières et inédites des produits agricoles ; mettre en avant (découvrir) des vertus biologiques, thérapeutiques, médicales de ces produits agricoles (d’où une connexion avec le secteur R&D) qui peuvent susciter des dépôts de brevets et donc contribuer très favorablement au PIB, la maîtrise de leur environnement climatique (selon les climats, trouver ou adopter des formes particulières de cultures) pour éviter des récoltes aléatoires. Selon le NEPAD, il serait judicieux de miser sur les petits agriculteurs. Cependant, continuer à réduire l’entreprise agricole africaine, face aux géants producteurs, à une agriculture de survie trahie déjà une série d’impasses auxquelles auront à faire face les agriculteurs africains : coûts de production élevés, manque de compétitivité, difficulté à rembourser les emprunts, revenu insuffisants pour générer l’épargne, difficultés ou problèmes à générer une agriculture dynamique et pérenne dans ces pays. Dans le cas d’une autosuffisance alimentaire, l’agriculture pourrait favoriser la baisse des prix des produits agricoles, et ainsi alléger le budget des ménages. Par ailleurs, son essor permettra de faciliter l’accumulation du capital dans d’autres secteurs. Selon Kuznets (1966), la forte croissance de la production agricole aurait un effet déterminant sur la croissance du PIB. Par ailleurs, il estime que l’agriculture est au début le secteur dominant de l’économie par le rôle indispensable qu’il joue dans l’industrie : elle lui fournit des débouchés, suscite une demande de produits industriels et de services. En outre, en fournissant des devises, elle permet l’acquisition des machines pour l’industrie, qui produit dès lors des biens manufacturés.
  11. 11. 11 III.2- Pourquoi l’industrie de main-d’œuvre est nuisible Nous sommes dans un monde dominé par les FMN. De plus, en reprenant l’exemple de David Ricardo sur la loi des rendements décroissants, un peu plus de personne que nécessaire (ou supérieur à la quantité efficiente pour un rendement optimal) occasionnera une productivité marginale plus faible et engendrera des rendements négatifs. La conclusion de cette loi des rendements décroissants est qu’un supplément de facteur travail ne suffit pas pour permettre qu’une parcelle ou lopin de terre nourrisse la population entière (Montoussé, à partir de D. Ricardo, 1999, p. 66-67). Avec le pouvoir des FMN nous devons lever l’hypothèse de la concurrence pure et parfaite. L’entreprise est donc supposée embaucher que si ce que rapporte le travailleur est supérieur à ce qu’il coûte. Dans le cas des pays africains où il est très officiellement admis que le marché est étroit, les coûts des facteurs et des biens intermédiaires élevés, une agriculture très capitalistique n’est-elle pas la plus indiquée pour espérer une rentabilité sérieuse et avantageuse ? Dans un premier temps, l’insuffisance de la démographie peut permettre de jouer sur une intensité du facteur capital dans la production. Le surplus pourrait être exporté et non consommé. Dans un deuxième temps, la faiblesse des qualifications (Ango-Obiang N.N., 2007) nécessite d’utiliser de façon optimale la main-d’œuvre qualifiée et d’opérer une qualification progressive de la main-
  12. 12. 12 d’œuvre la moins formée. De même, au niveau de l’Afrique, pour pouvoir rivaliser avec d’autres denrées alimentaires (riz, maïs) en provenance des pays asiatiques surtout, et des pays européens, les politiques devront s’assurer de la productivité des agriculteurs africains. Pour une production suffisamment importante qui puisse se traduire par des prix compétitifs ou plus faibles que les produits importés. Au niveau international, même si l’agriculture occidentale est coutumières aux crises de sur productions, les productions africaines doivent aussi faire un effort tant dans le volume que dans la qualité. Or, un pareil défi ne peut reposer sur une industrie de main-d’œuvre, sinon l’Afrique, tentant de résoudre un problème (sous- alimentation), se résigne à nouveau à l’exportation sous-optimale de produits bruts avec la certitude de revenus d’exportation aléatoires. Les infrastructures sont nécessaires. Mais, dans le cadre de l’émergence du secteur agricole, miser et investir dans la recherche et développement, dans la formation de cadres agricoles ‘locaux africains’ aux techniques poussées en vigueur dans le domaine de l’agriculture et des sciences doit devenir une vision indissociable du projet du développement de l’agriculture en Afrique. L’Afrique devant encore affronter pendant quelques années des situations politiques difficiles et délicates, il est presque dangereux de miser tout développement sur des investissements étrangers. A côté de ces apports financiers et humains étrangers, il est vital, de façon presque automatique de faire éclore autour de ces nids financiers presque toujours polarisés, des sillons à partir desquels les locaux, c’est-à dire les africains eux-mêmes, travaillent à prendre le relais.
  13. 13. 13 Cela peut se traduire par de petites entreprises ou structures « imitant » ou secondant effectivement, la grande entreprise en place. Par exemple, dans l’agroalimentaire (transformation de toute sorte de produite agricoles), dans la recherche (généticiens des plantes, recherche de l’amélioration de la productivité, études sanitaires et climatiques), dans la distribution (élément indispensable de la viabilité de tout commerce). Nous évoluons dans un monde ultra moderne dans lequel les grandes surfaces et les commerces de proximité jouent un rôle très prépondérant. Les faits et les études montrent que les investissements étrangers sont trop étroitement corrélés au climat et surtout aux tensions socio-politiques. Parvenir à transférer et même à générer l’ensemble de ces compétences entre les mains des africains eux-mêmes réduirait significativement la désertion et la paralysie des secteurs économiques majeurs (qui affectent toujours plus la question alimentaire) quand une difficulté politique et sociale survient. Ces objectifs sont réalisables malgré des niveaux d’indice de développement humain critiques (CEA-BSR/AC). De plus, selon le PNUD (Union du 03/10/2009) affirme que, « l’Afrique dispose de ressources humaines qui constituent pour les années à venir un véritable atout de croissance et de développement ». Le continent noir, en boostant de façon plus énergique le processus d’intégration économique, peut dans le même cas dynamiser son secteur agricole en dépassant bien évidemment la production pure et simple des produits vivriers et d’exportation. Dans l’optique de tirer partie de l’ensemble des compétences africaines, il est nécessaire de prendre en compte la relance de l’émigration en Europe à travers les résultats du PNUD qui déclare que l’émigration est vitale pour l’avenir de l’Europe. Ils estiment que d’ici 2050 près de 56 millions de travailleurs seront nécessaire en Europe pour pallier les besoins de leurs
  14. 14. 14 économies (Françoise Catex, députée européenne, 2009). Les pays d’Afrique noire doivent donc mobiliser toutes leurs ressources humaines avec un haut potentiel de compétence, en former d’autres en permanence. Mais surtout, travailler à créer en permanence le cadre structurel et économique capable de concurrencer les opportunités que peuvent offrir les pays industrialisés. IV – Conclusion La grande détermination des Etats africains pour assurer l’autosuffisance alimentaire voudrait traduire une nouvelle dynamique dans le processus de développement. Cependant, la production brute continue à être le trait particulier des économies africaines : production brute de pétrole, production brute minière, production brute agricole. Cette spécificité que l’on consent à reconnaître comme un handicap ne saurait nous extirper de la dépendance accrue face aux variations des cours et donc de nos recettes d’exportation. Une plus grande production agricole n’est pas la garantie d’une baisse significative des niveaux de pauvreté. Une plus grande mobilisation des personnes dans l’agriculture n’est pas l’assurance d’un décollage économique. Néanmoins, le développement du secteur agricole est un bon tremplin par les connexions possibles avec le monde industriel. C’est pour cela qu’il faut coûte que coûte échapper au spectre d’un secteur agricole intensif en main-d’œuvre et investir massivement dans la R&D africaine qui nous permettrait d’enrichir et d’exploiter plus aisément nos productions et permettre un plus grand essor à nos industries.
  15. 15. 15 BIBLIOGRAPHIE ANGO-OBIANG N.N. (2007), « Mondialisation et inégalité (salaires/revenus, emploi) dans les pays du Sud ». Thèse de Doctorat, Université Lille 1. Disponible sur : https://ori-nuxeo.univ- lille1.fr/nuxeo/site/esupversions/1bd44148-16e3-4f58-a376-47e64247f474 BALASSI P.E. (2009), « La Banque mondiale au chevet des économies africaines ». Afrikeco.com du 27/04/2009 BRASSEUL J. (2008), « Introduction à l’économie du développement ». Editions Armand Colin, 3ième édition, 2008. 372 pages. BRET B. (2006),« Le tiers-monde, croissance, développement, inégalités ». Editions Ellipses. 222 pages. CEA/ Secrétariat Général, (2007), « Projet de vision stratégique de la CEEAC à l’horizon 2025 ». XIIIième conférence des chefs d’Etats et de gouvernement de la CEEAC du 22 au 31 octobre 2007. 35 pages. CEA-BSR/CA (2006),« Les économies de l’Afrique Centrale 2006 ». Editions Maisonneuve & Larose, 2006. Paris.
  16. 16. 16 CEA-BSR/CA (2007),« Les économies de l’Afrique Centrale 2007 ». Editions Maisonneuve & Larose, 2006. Paris. CEA-BSR/CA (2008),« Les économies de l’Afrique Centrale 2008 ». Editions Maisonneuve & Larose, 2006. Paris. CHAMBERLIN E. H. (1933), « The theory of Monopolistic competition ». Harvard U.P., Cambridge. KUZNET S. (1966), “Modern economic growth”. Yale University Press, 1966. MONTOUSSE M. (1999), “Théories économiques”. Editions Bréal. 254 pages. NEPAD (2004), “L’agriculture, vecteur de croissance”. Afrique Relance, vol. 17#4 (janvier 2004. ROBINSON J. (1933), « The economies of imperfect competition ». Dans BRASSEUL J.(2008),« Introduction à l’économie du développement ». Editions Armand Colin, 3ième édition, 2008. 372 pages.

×