LOS ANGELES, LA VILLE EMBLÉMATIQUE DU RÊVE AMÉRICAIN,
POSSÈDE LES HÔTELS LES PLUS GLAMOUR DE LA WEST COAST. NOTRE
CASTING?...
LIFESTYLEdéco
106|madameFIGARO
STANDARD DOWNTOWN
LE PLUS URBAN STYLE
En plein Downtown, ce boutique-hôtel (3) se dresse
au...
LIFESTYLEdéco
108|madameFIGARO
HOTEL BEL AIR
LE PLUS SECRET
Niché dans le très « exclusive » parc de Bel Air à Beverly
Hil...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Mad 21388-p104-109

274 vues

Publié le

Partons à la découverte de trois hôtels de la ville emblématique de Los Angeles. Décoration délirante et bâtiment imposante sont au rendez-vous.

Publié dans : Mode de vie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
274
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Mad 21388-p104-109

  1. 1. LOS ANGELES, LA VILLE EMBLÉMATIQUE DU RÊVE AMÉRICAIN, POSSÈDE LES HÔTELS LES PLUS GLAMOUR DE LA WEST COAST. NOTRE CASTING? LE MYTHIQUE CHATEAU MARMONT À HOLLYWOOD, LE TRÈS ARTY STANDARD DOWTOWN, ET LE SECRET BEL AIR À BEVERLY. TROIS IMPOSANTES FOLIES AUX DÉCORS DÉLIRANTS. PAR SABINE BOUVET PHOTOS MANUEL ZUBLENA CALIFORNIA DREAM LIFESTYLEdéco LIFESTYLEdéco madameFIGARO |105 CHATEAU MARMONT LE PLUS MYTHIQUE Coupé du monde et hors du temps, il cultive sa légende depuis 1929, dans un esprit club ultra-sélect. Réservé à quelques happy few, de préférence du septième art, il devient l’ultime refuge des célébrités pendant la « Awards Season » (saison des oscars). ON Y VA POUR : vivre comme une star hollywoodienne (sans les frasques). Les gens du cinéma y séjournent plusieurs semaines à l’occasion de l’écriture d’un scénario ou du tournage d’un film, comme dans «Somewhere» (2011), de Sofia Coppola, pour qui le Chateau Marmont est un rite de passage. LE HOT SPOT : le bar ultra-confidentiel et ses banquettes alcôves plongées dans une semi-obscurité (3). LE DÉTAIL DÉCO : les salles de bains surannées et les kitchenettes années 1950 , avec les cultissimes cuisinières O’Keefe&Merritt Stove (5) (on pense au cliché de Paul Newman, ex-résident, aux fourneaux, en short…). C’est le concept de l’appartement-hôtel avant l’heure. À FAIRE : prendre ses quartiers presque exclusivement au lounge pour y retrouver ses pairs et faire des affaires. Plutôt que de se prélasser « all day long » à la piscine (6) et malgré les charmants petits passages à l’ombre des bambous qui y mènent (2). ON AIME : l’atmosphère très particulière qui émane du lieu, entre passé romantique et présent décadent, à laquelle s’ajoute la sensation troublante de séjourner dans une maison privée (4). Impressionnant de l’extérieur avec sa façade blanche d’inspiration Renaissance française (1), il est étonnamment cosy à l’intérieur. LE ဓ: le papier à lettres avec en-tête à son nom (à titre de résident) dans son secrétaire. Very exclusive. 5 De 335 € la chambre à 3 540 € (hors taxes) la suite penthouse (2 lits), www.chateaumarmont.com PHOTOSMANUELZUBLENA.NOSREMERCIEMENTSÀAXELCRUAU, CONSULGÉNÉRALDEFRANCEÀLOSANGELES,QUIAFACILITÉ NOTREACCÈSAUCHATEAUMARMONT–L’HÔTELAPOURPRINCIPE D’INTERDIREL’ACCÈSAUXPHOTOGRAPHESAFINDEPRÉSERVERLA VIEPRIVÉEDESESHÔTES.
  2. 2. LIFESTYLEdéco 106|madameFIGARO STANDARD DOWNTOWN LE PLUS URBAN STYLE En plein Downtown, ce boutique-hôtel (3) se dresse au milieu des gratte-ciel comme à Manhattan. Design, trendy, arty, il fait la part belle au « living art » (art numérique) entre œuvres d’artistes, culture graff de préférence (2), et DJ californiens qui mixent à tous les étages. Le concept est signé André Balazs, le grand gourou de l’hôtellerie alternative aux États-Unis. ON Y VA POUR : vivre le Los Angeles côté macadam et se frotter aux créatifs (artistes, graphistes, designers) du « art district ». LE HOT SPOT : le Rooftop Bar et la piscine sur le toit, rendez-vous de la jeunesse dorée de L.A. LE DÉTAIL DÉCO : la salle du petit déjeuner jaune tonique (1) aux allures de drugstore, et les suspensions signées Verner Panton. À FAIRE : pénétrer le très sélect SPiN LA (au 1er étage), un club de ping-pong très socialite inauguré par sa fondatrice, l’actrice Susan Sarandon, en décembre dernier. Aux États- Unis, c’est la nouvelle tendance sportive chez les people. ON AIME : l’ambiance street art et la faune extravagante qu’on y croise dès le lobby (6). Les slogans « All people are multidimensional » sur les couvertures des lits en disent long sur la philosophie de l’hôtel, la déco graphique et cinétique (4 et 5)… LE ဓ: le distributeur de bikinis et board shorts Quiksilver à la piscine, pratique quand on a oublié son maillot. 5 De 145 € à 205 €, www.standardhotels.com/downtown-la PHOTOSMANUELZUBLENA LIFESTYLEdéco madameFIGARO |107
  3. 3. LIFESTYLEdéco 108|madameFIGARO HOTEL BEL AIR LE PLUS SECRET Niché dans le très « exclusive » parc de Bel Air à Beverly Hills, il s’étire sur six hectares dans un canyon luxuriant en plein cœur de la ville. Après deux ans de travaux, cet hôtel historique (depuis 1946) cultive plutôt l’esprit resort avec ses suites et ses bungalows ocre-rose (2), à l’image des missions hispano-californiennes. ON Y VA POUR : vivre L.A. côté nature (1) et rompre avec l’effervescence urbaine. Ici, les gens du cinéma viennent négocier leur contrat avec la Paramount, comme Ben Affleck, qui y donne ses rendez-vous. Suite présidentielle avec salle à manger pour dix (5), entrée privée VIP pour les stars qui veulent éviter le check-in à la réception... LE HOT SPOT : l’immense piscine ovale, cadre de la dernière séance de Marilyn Monroe pour «Vogue». Hommage à la star, le cocktail Monroe’s passion se sirote les pieds dans l’eau… LE DÉTAIL DÉCO : les motifs végétaux peints sur les murs des chambres (4) ou sérigraphiés sur les parois en verre des salles de bains, en écho au jardin omniprésent. À FAIRE : tester la carte green bucolique du restaurant (l’un des meilleurs de L.A.) signée Wolfgang Puck, star locale, et Sonny Sweetman. Dans l’assiette, on retrouve les fruits et légumes du potager de l’hôtel ou des farmer markets alentour. ON AIME : le style années 1930-1940 revisité (3). La sensation d’être coupé du monde sitôt les grilles franchies, et le sentiment de « total privacy ». Un luxe à L.A. LE ဓ: la statuette des oscars en chocolat offerte comme cadeau de bienvenue pendant la « Awards Season ». စ 5 De 395 € à 11 710 €, www.hotelbelair.com LES 3 ADRESSES À CONNAÎTRE HABILLER SES KIDS chez Pebbles. Annie sélectionne des marques américaines de préférence bio. Julia Roberts est une fidèle de l’endroit. 2400 Main Street, Santa Monica, www.pebblesclothing.com. SHOPPER chez Just One Eye, une galerie showroom, ancien QG de Howard Hughes. Piècesvintage et collectionsen série limitée. 7 000 Romaine Street, www.justoneeye.com SE FAIRE INVITER au Soho House, un club privé au sommet d’une tour avec vue sur Los Angeles. Sous la pergola et les oliviers, on y croise John Malkovich, Sean Penn, Jessica Chastain… 9 200 Sunset Boulevard, West Hollywood, www.sohohousewh.com PHOTOSMANUELZUBLENAETD.R. LIFESTYLEdéco madameFIGARO |109

×