Mad 21780-p082-087

171 vues

Publié le

Madame Figaro et Sabine Bouvet vous font entrer dans la sublime demeure milanaise où fut tourné le film "Amore" en 2010. Une visite très privée dans le repaire de la bourgeoisie lombarde.

Publié dans : Mode de vie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
171
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Mad 21780-p082-087

  1. 1. 82|madameFIGARO VILLA NECCHI Maison de légende FAÇADE 1930 La villa est l’œuvre de Piero Portaluppi, architecte en vogue à l’époque, pour les Necchi, riches industriels milanais. C’est dans cette demeure que Tilda Swinton a interprété le rôle d’Emma (à droite) dans le film “Amore”, de Luca Guadagnino. LIFESTYLEsummer story LIFESTYLEsummer story madameFIGARO |83 TOUT L’ÉTÉ, “MADAME FIGARO” VOUS INVITE À DES VISITES ULTRA- PRIVÉES AU CŒUR DE DEMEURES MYTHIQUES. CETTE SEMAINE, RENDEZ-VOUS À MILAN, OÙ CE SUBLIME REPAIRE ART DÉCO DE LA BOURGEOISIE LOMBARDE A SERVI DE DÉCOR, EN 2010, AU FILM “AMORE”, AVEC TILDA SWINTON. RÉALISATION SABINE BOUVET TEXTE ISABELLE GIRARD PHOTOS MANUEL ZUBLENA PHOTOSMANUELZUBLENAETCOLLECTIONCHRISTOPHEL/FIRSTSUN/MIKADOFILM/RAICINEMA/DR
  2. 2. 84|madameFIGARO LIFESTYLEsummer story L LORSQUE LE RÉALISATEUR LUCA GUADAGNINO CHERCHE UNE MAISON POUR Y TOURNER « Amore », avec l’actrice Tilda Swinton comme héroïne et complice artistique (amis dans la vie, ils réfléchissent ensemble depuis dix ans à ce projet de film), il a en tête un « cube de marbre aux proportions parfaites, capable de suggérer ce qu’avait été la puis- sance et le très grand raffinement de la bourgeoisie milanaise de l’avant-guerre ». Un livre lui fait décou- vrir l’existence de la villa Necchi, nichée dans un quartier chic de Milan, au cœur d’un jardin miracu- leusementpréservé,plantédemagnoliascentenaires. Trésor jalousement gardé de l’austère ville lombarde, elle est à l’image de ces imposantes demeures urbai- nes, qui conjuguent richesse, charme et distinction. À l’origine de cette façade faussement austère de pur style Art déco, deux sœurs, Nedda et Gigina, héritières des célèbres machines à coudre italiennes Necchi. Érudites et enclines à une certaine forme d’avant-gardisme, elles confient leur chantier en 1932 à Piero Portaluppi, architecte rationaliste très en vogue (on lui doit le musée du Novecento et l’insolite Palazzo della Società, à Milan). Pour elles, il imagine unearchitecturemonumentale,radicale,rigoureuse, égrenée de son propre lexique géométrique de ronds, parallélépipèdesetétoiles.Expérimentateurdetech- niques innovantes, il pense chaque espace en fonc- tion du confort – portes coulissantes à galandage, volets électriques profilés, chauffage central – et des codes du savoir-vivre exigés par la haute société milanaise–salond’honneur,véranda,salleàmanger et dépendances, fumoir, bureau, bibliothèque, salle des fusils, cuisines… PHOTOSMANUELZUBLENA,ARCHIVIOFAI/FONDOAMBIENTEITALIANOETDAVIDSILPA/UPI/MAXPPP madameFIGARO |85 Que vous inspire ce lieu? Il résume à lui seul la grande bourgeoisie industrielle lombarde de l’entre-deux-guerres. Je l’ai filmé comme si j’avais filmé un personnage. Vous reconnaissez-vous dans cette architecture? Totalement. J’aime le luxe austère de cette période, mâtiné de réflexion politique sous-jacente : comment changer de perspective dans l’acte de vivre l’espace? Quels souvenirs vous lient à cette maison? Je me souviendrai toujours du dernier jour de tournage, quand Emma (Tilda Swinton) quitte la maison : la lumière, incroyable, caressait les intérieurs avec une sensation de calme extrême, agissant comme un véritable moteur sur ce rythme lourd et angoissant de la tragédie sentimentale dont on faisait le récit. Si elle vous appartenait, qu’est-ce que vous en feriez? Ce serait mon havre privé, inviolable. Un livre, une playlist, une guest list? Je lirais « Ein Tag ist ein Jahr ist ein Leben : Rainer Werner Fassbinder », de Jürgen Trimborn, « Answered Prayers », de Truman Capote, et « Das Kapital », de Karl Marx. J’écouterais les 3e et 5e symphonies de Gustav Mahler, « On the Transmigration of Souls », de John Adams (la B.O. du film), « Desire Develops an Edge », de Kip Hanrahan. J’y inviterais ma famille, mes amis et l’unique amour de ma vie, rencontré il y a cinq ans à la villa Necchi! PROPOS RECUEILLIS PAR SABINE BOUVET LA VILLA NECCHI VUE PAR LUCA GUADAGNINO, RÉALISATEUR D’“AMORE” (SORTI EN 2010) RAFFINEMENT ET AVANT-GARDE Une véranda d’angle aux larges panneaux vitrés, à gauche du perron, domine le parc. La piscine (où l’on voit les sœurs Necchi dans les années 1940, à gauche) était chauffée, une marque de modernité pour l’époque. À l’étage, un élégant corridor distribue chambres, boudoir et salles d’eau. C’est en découvrant la villa dans un livre que le réalisateur Luca Guadagnino sut qu’il avait trouvé le lieu capable d’évoquer “le très grand raffinement de la bourgeoisie milanaise de l’avant-guerre”.
  3. 3. 86|madameFIGARO P PLUS D’UNE VINGTAINE DE PERSONNES TRA- VAILLENT AU SERVICE DES SŒURS ET DU MARI de Gigina, Angelo Campiglio (Nedda restera céliba- taire). Luxe ultime à l’époque, un court de tennis cou- vert, une piscine chauffée (l’une des premières réfé- rencéesàMilan)etunesalledeprojectionattirenttout le Gotha – Marie-Gabrielle de Savoie, leur amie de toujours, le comte Vistarino (producteur de vin), les Visconti, le roi et la reine d’Espagne… Grandes voya- geuses, Gigina et Nedda parcourent l’Extrême-Orient à la recherche d’objets rares. À leur mort, nombreux sontceuxquitententd’acquérirlavilla(ilsemurmure que les Dolce&Gabbana étaient sur la liste). Mais les Necchi-Campiglio avaient préféré léguer leur chef-d’œuvre en 2001 à la Fondo Ambiante Italiano (FAI), fondation privée qui gère quelques joyaux du patrimoine italien. Depuis, la maison s’est enrichie de tableaux de De Chirico, Filippo de Pisis, Giorgio Morandi et de sculptures d’Arturo Martini, dont la belle et imposante « Amante morta », qui trône dans le hall d’entrée. Ouverte au public en 2008, la villa Necchi Campiglio a conservé son atmosphère élé- gante et feutrée, comme si le temps s’était arrêté. စ LIFESTYLEsummer story PHOTOSMANUELZUBLENA,AGENCE/BESTIMAGE,VENTURELLI/WIREIMAGE,VENTURELLI/GETTY IMAGESETCLAUDIOETMANUELEMANGIAROTTI/OLYCOM/ABACAPRESS.COM madameFIGARO |87 VILLA NECCHI, THE PLACE TO BE Marie-Gabrielle de Savoie (1), grande amie des sœurs Necchi, était une habituée des lieux. Pendant la fashion week milanaise, la villa accueille, à l’occasion de fêtes privées, les grands noms de la mode italienne, de Giorgio Armani (2), fan du style Art déco, à Beatrice Trussardi (3), à la tête de la Fondation d’art contemporain Nicola Trussardi, située à quelques rues de là. Voisins de la villa Necchi, il se murmure que les Dolce&Gabbana (4) auraient eu des velléités d’acquérir la maison au moment de la succession Necchi Campiglio. À SAVOIR စ POUR VISITER la villa Necchi Campiglio, renseignements sur le site de la FAI : www.fondoambiente.it စ POUR LES PASSIONNÉS d’architecture rationaliste, la Fondation Piero Portaluppi (Via Morozzo della Rocca), abritée dans un immeuble en marbre signé du maestro, expose projets et photos de ses réalisations. Plus d’infos sur www.portaluppi.org SAGA PEOPLE LES LIGNES ART DÉCO courent sur la façade arrière, la rampe d’escalier en palissandre et l’entrée de la villa. La spectaculaire véranda est l’une des pièces maîtresses, avec sa double paroi de verre qui accueille des plantes. Sur le sol en marbre quadrillé, bronze “Il Puro Folle” (1930), du sculpteur italien Adolfo Wildt. PHOTOSMANUELZUBLENA,AGENCE/BESTIMAGE,VENTURELLI/WIREIMAGE,VENTURELLI/GETTY IMAGESETCLAUDIOETMANUELEMANGIAROTTI/OLYCOM/ABACAPRESS.COM

×