2
in the mood
L
’univers d’Olivier Saillard tient dans un grenier. D’abord celui de son enfance
où il a passé le plus clai...
3
le grenier de la maison de famille du Haut-Doubs et ses fonctions
parisiennes actuelles, Olivier Saillard, épris de mode...
4
Pour s’évader du palais Galliera ce doux rêveur rédige sur des Post-it
des petits poèmes inspirés des vêtements. “Des so...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Mots de mode

225 vues

Publié le

Avec poésie, humour et légèreté, olivier saillard tisse une histoire d’amour et de papier. Responsable des expositions au musée de la mode et du textile, sa ligne de papeterie “griffonnage” est présentée à l’appartement de mode du bon marché. Visite à domicile.

Publié dans : Mode de vie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
225
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
30
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Mots de mode

  1. 1. 2 in the mood L ’univers d’Olivier Saillard tient dans un grenier. D’abord celui de son enfance où il a passé le plus clair de son temps. “J’avais quatre sœurs avec des différences d’âge importantes, donc des vêtements de styles différents en pagaille!”. Aujourd’hui on le retrouve au dernier étage du musée de la Mode et du Textile, aux Arts décoratifs à Paris, dans son bureau perché en haut d’un escalier hélicoïdal sous une immense verrière. Et l’on se dit qu’il est là dans un bien beau grenier! Mais entre Mots de modeAVEC POÉSIE, HUMOUR ET LÉGÈRETÉ, OLIVIER SAILLARD TISSE UNE HISTOIRE D’AMOURETDEPAPIER.RESPONSABLEDESEXPOSITIONSAUMUSÉEDELAMODE ET DU TEXTILE, SA LIGNE DE PAPETERIE “GRIFFONNAGE” EST PRÉSENTÉE À L’APPARTEMENT DE MODE DU BON MARCHÉ. VISITE À DOMICILE. RÉALISATION AURÉLIE DES ROBERT. TEXTE SABINE BOUVET. PHOTOS MARIE-PIERRE MOREL. CP1-SaillardJEFiniOK_coteparis01 03/01/12 17:03 Page2
  2. 2. 3 le grenier de la maison de famille du Haut-Doubs et ses fonctions parisiennes actuelles, Olivier Saillard, épris de mode et de musées depuis son plus jeune âge a parcouru du chemin. De dix à douze ans, il a arpenté le Louvre où son frère aîné le déposait le matin pendant les vacances à Paris, avec un casse-croûte et repassait le chercher le soir. “J’avais mon rituel, je déjeunais, j’achetais ma carte postale et je m’ennuyais aussi un peu. Ce sont de très beaux souvenirs.” En toute logique, il fait des études d’histoire de l’art. Et à vingt-sept ans en 1995, on lui confie le tout nouveau musée de la Mode à Marseille. Après cinq ans d’activité extatique, le brillant jeune homme décide d’aller se frotter à la capitale. Le palais Galliera, temple de la mode, lui ouvre ses portes mais il écourtera son séjour. Comprenant qu’il ne pourrait organiser une exposition que tous les quatre ans, Olivier Saillard déchante. Commence alors en parallèle une nouvelle vie, celle qui le conduit aujourd’hui au lancement de “Griffonnage” sa ligne de papeterie présentée aujourd’hui au cœur de l’Appartement de mode du Bon Marché : poésies sur cartes postales, cartes de visite à glisser dans ses poches ou dans celles de celui qu’on aime en guise de porte-bonheur, papier de cintres “anti-mythes” pour tenir compagnie aux vêtements etc.! Chez lui, Olivier Saillard, met en scène sa ligne de papeterie pour âmes frivoles: des “sacs à main de papier à lettres”, ci-contre, ou des étiquettes “griffes de substitution”, ci-dessous, à coudre sur ses vêtements pour ne pas porter le nom d’uninconnu dans son cou. in the mood CP1-SaillardJEFiniOK_coteparis01 03/01/12 17:03 Page3
  3. 3. 4 Pour s’évader du palais Galliera ce doux rêveur rédige sur des Post-it des petits poèmes inspirés des vêtements. “Des sortes d’haïku ou poèmes panique que j’envoyais à des connaissances”. Succès! En 2002, il publie Shopping poèmes, un livre blanc gaufré comme une boîte de chocolat, préfacé par Christian Lacroix. Le recueil fait mouche! Olivier transforme ce coup d’essai en un coup de maître. Il organise un défilé performance où des vêtements imaginaires sont décrits par un aboyeur. Le pli est pris. Désormais, à chaque saison, il présente, tel un couturier virtuel, un défilé… de mots. Les journalistes en raffolent : “Quel bonheur un défilé sans vêtements !”. Olivier Saillard a gagné son pari, entraîner quelques sympathisants dans son univers surréaliste, frivole et plein d’esprit.Car depuis le grenier de l’enfance, rien n’a changé. Il continue de jouer et de se raconter des histoires, mais en public. “Je voudrais occuper ce territoire que Mademoiselle Chanel appelait la poésie couturière”. Non seulement il l’occupe mais il lui donne ses lettres de noblesse. “Griffonnage”, papeterie en vente à l’Appartement de mode du Bon Marché, du 4 avril au 10 mai. Mot-ifs, recueil de poèmes, à paraître en avril chez Funny Bones. La robe d’un défilé performance dont chaque partie du corps correspond à un poème à effeuiller, ci-contre; papier d’emballage, sacs papier à lettres et poésie sur cartes postales imprimées d’un motif langage de mode, ci-dessus, et marque-page peigne, histoire de lisser les textes à lire... in the mood CP1-SaillardJEFiniOK_coteparis01 03/01/12 17:03 Page4

×