Concilier qualité de l'air et bois-énergie :
Quelles actions concrètes ?

Gilles Aymoz, ADEME, chef du service qualité de ...
La qualité de l’air dans les territoires urbanisés: un
bilan à nuancer selon polluants et zones

Titre
texte

Tendances an...
Air extérieur : Un enjeu règlementaire
La Commission européenne
poursuit actuellement la
France devant la Cour de
justice ...
Un enjeux sanitaire majeur, quelques chiffres clefs :
-

une réduction de l’espérance de vie de 8,2 mois pour la France at...
Chasser une idée reçue…

La pollution de l’air ce n’est pas :






Le chauffage au bois
L’industrie
Les transports
L...
Contribution des combustions de biomasse
aux concentrations de particules

Contribution des combustion de biomasse au conc...
Le chauffage individuel au bois
comme principal levier d’action

Les émissions* issues du chauffage au bois représentent :...
 Agir sur les équipements individuels les plus polluant
Appel à projet à destination des
collectivités :
AACT-AIR
Aide à ...
 Agir sur les équipements individuels les plus polluant
Jacques Wiart, ADEME Rhône-Alpes, Responsable du Pôle Alpes
Opéra...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Concilier qualité de l'air et bois-énergie : Quelles actions concrètes ?

647 vues

Publié le

Connaître les ressources, les flux et les contraintes de son territoire.
La qualité de l'air est un enjeu majeur de santé publique en France. En particulier, les niveaux de particules PM10 observés dans de nombreuses zones placent la France en situation de contentieux avec la commission européenne. La combustion de biomasse constitue l'un des leviers d'action important pour améliorer la qualité de l'air, bien identifié dans les SRCAE et les PPA (Plans de protection de l'atmosphère). Afin d'améliorer la qualité de l'air à court terme, la réduction des émissions polluantes liées au chauffage au bois individuel est nécessaire. Plusieurs actions de renouvellement du parc d'appareils se développent, et certains facteurs de réussite sont d'ores et déjà identifiés, comme la simplicité des dispositifs, la communication, les partenariats et le consensus à tous niveaux (décisionnel, professionnel, associatif, population). Concernant les chaudières de plus forte puissance, les émissions de polluants peuvent être considérablement réduites par des installations techniques optimisées, mais il est nécessaire de tenir compte des questions relatives à l'installation d'un nouvel émetteur de particules, même de faible intensité, dans une zone où la qualité de l'air est déjà dégradée.

L'objectif de l'atelier est de présenter différents projets, portés notamment par des
collectivités en partenariat avec l'ADEME, et visant à conjuguer qualité de l'air et
biomasse énergie, sur le sujet du chauffage au bois individuel et collectif.

Publié dans : Technologie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
647
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
239
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Concilier qualité de l'air et bois-énergie : Quelles actions concrètes ?

  1. 1. Concilier qualité de l'air et bois-énergie : Quelles actions concrètes ? Gilles Aymoz, ADEME, chef du service qualité de l'air Jacques Wiart, ADEME Rhône-Alpes, Responsable du Pôle Alpes Vincent Guffond, Mairie de Lanslebourg Mont-Cenis, Chargé de mission bois-énergie Régis Olagne, BVA Services - Directeur de Clientèle
  2. 2. La qualité de l’air dans les territoires urbanisés: un bilan à nuancer selon polluants et zones Titre texte Tendances annuelles : améliorations pour SO2, Pb, CO , Benzène Stable pour NO2, PM10/PM2.5 avec pointes de pollution en zones urbanisées Dégradation : Ozone
  3. 3. Air extérieur : Un enjeu règlementaire La Commission européenne poursuit actuellement la France devant la Cour de justice pour: - non-respect des valeurs limites de qualité de l'air pour les PM10 - non mise en place de plan d’action dans 11 zones dont 9 agglomérations de plus de 100 000 habitants. Pénalité estimée à 100 M€ / an Contentieux à venir pour non respect des valeurs limites de NO2 dans 20 à 30 zones. Titre texte
  4. 4. Un enjeux sanitaire majeur, quelques chiffres clefs : - une réduction de l’espérance de vie de 8,2 mois pour la France attribuable aux particules fines, - en octobre 2013, l'Organisation Mondiale de la santé a classé la pollution de l'air extérieur comme cancérogène certain pour l’homme, - une exposition de court terme aux particules fines suffit à accroître la morbidité cardio-respiratoire, tandis qu’une exposition chronique favorise l’apparition d’asthme chez l’adulte, de bronchopneumopathies chroniques obstructives et d’altération du développement de la fonction respiratoire chez l'enfant, de maladies cardiovasculaires et de cancers du poumon, - Titre texte 12 millions de Français ont vécu en 2011 dans des zones n’ayant pas respecté les valeurs limites annuelles relatives aux particules PM10 définies dans les règlementations européennes (source MEDDE), - 80 % des Européens sont exposés à des niveaux de particules supérieurs à ceux préconisés par les lignes directrices sur la qualité de l'air émises par l'OMS, - un coût de cette pollution compris entre 20 et 30 Md€, soit 400 à 500 €/habitant pour l’année 2000 (source CGDD), dont 0,8 à 1,7 Md€ directement supporté par le système de soin.
  5. 5. Chasser une idée reçue… La pollution de l’air ce n’est pas :      Le chauffage au bois L’industrie Les transports L’agriculture Les autres mais c’est :      Le chauffage au bois L’industrie Les transports L’agriculture Les autres (cocher les options qui vous intéressent selon votre domaine d’activité)
  6. 6. Contribution des combustions de biomasse aux concentrations de particules Contribution des combustion de biomasse au concentrations de particules : ce que nous disent les scientifiques - La contribution des combustions de biomasse aux concentrations Sites de fond urbains (FORMES, MEGAPOLI, EU-APICE, CARA) de particules peut dépasser 50% Sites Ruraux (Particul’Air) - La combustion de biomasse recouvre ici le chauffage au bois (individuel ou non) et le brulage de déchets verts  Les actions locales auront un effet local et sur la pollution de fond  La réduction des émissions polluantes par les combustions de biomasse constitue un levier d’action important pour améliorer la qualité de l’air Adapté des résultats des projets FORMES (Jaffrezo et al.), MEGAPOLI (Beekmann et al.), EU-APICE (Marchand et al), CARA (Favez et al.), Particul’air (Jaffrezo et al.)
  7. 7. Le chauffage individuel au bois comme principal levier d’action Les émissions* issues du chauffage au bois représentent : - 29% des émissions nationales de particules PM2,5 (dont 93% issues des appareils individuels) - 58% des émissions nationales de HAP (dont 98% du fait des appareils individuels) Le parc d’appareils individuel de chauffage au bois : • 18% de foyers ouverts • âge moyen des équipements 15 ans Bilan national des émissions de • lancement Flamme Verte en 2000 PM2,5 - CITEPA – 2011 * Selon le CITEPA – données 2011
  8. 8.  Agir sur les équipements individuels les plus polluant Appel à projet à destination des collectivités : AACT-AIR Aide à l’action des collectivités territoriales et locales en faveur de l’air aact-air@ademe.fr www.ademe.fr/aact-air
  9. 9.  Agir sur les équipements individuels les plus polluant Jacques Wiart, ADEME Rhône-Alpes, Responsable du Pôle Alpes Opération de modernisation du chauffage au bois-bûche dans la vallée de l’Arve (Haute-Savoie) : Le FONDS AIR BOIS texte Vincent Guffond, Mairie de Lanslebourg Mont-Cenis, Chargé de mission boisénergie Projet Bois énAIRgie à Lanslebourg Mont-Cenis Régis Olagne, BVA Services - Directeur de Clientèle Changer les comportements : le NUDGE

×