erdf, bat pour cromalins

262 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
262
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

erdf, bat pour cromalins

  1. 1. |||||| l lll ||||| l ||||||||||| l| ||||||||| l||| l |||||| l| ||||||| l| ||||||| l ||||||||| l lll ||||| l ||||||| ||||||||||| l lll ||||| l ||||||||||| l| ||||||||| l||| l |||||| l| ||||||| l| ||||||| l ||||||||| l lll ||||| l |||||||||||||| BBEENNJJAAMMIINN FFRRAANNKKLLIINN Au service d’un nouveau monde
  2. 2. |||||| l lll ||||| l ||||||||||| l| ||||||||| l||| l |||||| l| ||||||| l| ||||||| l ||||||||| l
  3. 3. |||||| l lll ||||| l ||||||||||| l| ||||||||| l||| l |||||| l| ||||||| l| ||||||| l ||||||||| l lll ||||| l ||||||| ||||||||||| l lll ||||| l ||||||||||| l| ||||||||| l||| l |||||| l| ||||||| l| ||||||| l ||||||||| l lll ||||| l
  4. 4. Au service d’un nouveau monde Le 11 février 2008, ERDF rend hommage à Benjamin Franklin |||||||||||||| l lll ||||| l ||||||||||| l| ||||||||| l||| l |||||| l| ||||||| l| ||||||| l ||||||||| l lll ||||| l ||||||| ||||||||||| l lll ||||| l ||||||||||| l| ||||||||| l||| l |||||| l| ||||||| l| ||||||| l ||||||||| l lll ||||| l || BENJAMIN FRANKLIN
  5. 5. 4 / De Benjamin Franklin à ERDF R encontrer Benjamin Franklin, c’est remonter le cours du temps, flotter entre le passé et le futur. L’homme est brillant, savant et visionnaire, éternellement attaché au progrès. De condition modeste, il changera le cours de l’histoire en signant l’acte de naissance d’une nation unique, par son caractère et sa puissance. À travers ses inventions, au gré de ses visions, Benjamin est à nos côtés, discret mais présent sous les formes les plus diverses. Benjamin n’est pas l’homme des scandales. Pour lui, la réussite doit impérativement passer par les chemins de la connaissance. Son époque est un terrain fertile pour qui veut apporter sa pierre à la construction d’un monde nouveau. Imprimeur, patron de presse, communicant, diplomate et savant, il explore sans cesse les domaines qui à son sens doivent évoluer pour le bien de tous. Grand altruiste et mécène, il avoue, sans complexe, son intérêt pour l’argent et les moyens qu’il procure. Franklin s’intéresse à la politique au point d’y faire une entrée qui restera dans l’histoire. Il contribuera à l’abolition de l’esclavage, et apposera sa signature au bas de la Déclaration d’indépendance des États-Unis, ce pays unifié dont il a toujours rêvé. Franklin observe le ciel et ses colères, les courants marins. Il regarde, il apprivoise, il comprend. Il gère ses territoires en restant vigilant. Il crée, il distribue et s’il pense à lui, il pense aux autres. La chaleur de nos maisons, l’énergie de nos machines, les invisibles liens qui nous permettent aujourd’hui de communiquer, toutes ces prouesses de l’intelligence, Benjamin Franklin les portait en lui. Il y a si longtemps que nous voulions vous rencontrer. Bonjour, monsieur Franklin. À LA RENCONTRE DE BENJAMIN FRANKLIN |||||| l ||||| l ||||||||||| l| ||||||||| l||| l |||||| l| ||||||| l| ||||||| l ||||||||| l lll ||||| l ||||||| ||||||||||| l lll ||||| l ||||||||||| l| ||||||||| l||| l |||||| l| ||||||| l| ||||||| l ||||||||| l lll ||||| l |||||||||||||| « L’humanité se divise en trois catégories : ceux qui ne peuvent pas bouger, ceux qui peuvent bouger, et ceux qui bougent. »
  6. 6. |||||| l ||||| l ||||||||||| l| ||||||||| l||| l |||||| l| ||||||| l| ||||||| l ||||||||| l lll ||||| l 5 / De Benjamin Franklin à ERDF
  7. 7. 6 / De Benjamin Franklin à ERDF B enjamin Franklin regarde le ciel, moins fasciné par sa profondeur que par ses colères. Il sait, il sent que la force des éléments cherche une correspondance terrestre. Pour lui, les machines n’attendent que cette puissance pour produire avec toujours plus de force et soulager les efforts de l’Homme. Tous l’ont pensé, mais personne ne l’a fait. Il suffira de presque rien et d’un peu d’imagination : un cerf-volant muni d’une tige de fer, une ficelle de chanvre, une clé isolée de la main par quelques fils de soie. APPRIVOISER LE CIEL |||||| l lll ||||| l ||||||||||| l| ||||||||| l||| l |||||| l| ||||||| l| ||||||| l ||||||||| l lll ||||| l ||||||| ||||||||||| l lll ||||| l ||||||||||| l| ||||||||| l||| l |||||| l| ||||| « L’investissement dans la connaissance est celui qui rapporte le plus d’intérêts. »
  8. 8. || l| ||||||| l ||||||||| l lll ||||| l ||||||||||||||||| l lll ||||| l ||||||||||| l| ||||||||| l||| l |||||| l| ||||||| l| ||||||| l ||||||||| l lll ||||| l ||||||| ||||||||||| l lll Benjamin Franklin n’a qu’un fils, qui l’assiste ce jour-là. En fera-t-il le sacrifice au nom de la science ? Un passage de nuages suffira pour que le miracle ait lieu, et que l’étincelle venue du ciel se manifeste dans les mains de l’inventeur. Le paratonnerre est né ! Apprivoiser les forces inconnues, sans faire l’économie des risques, n’est-ce pas la plus belle des victoires ? La santé et la sécurité des personnes est un objectif majeur d’ERDF, qui mène d’importantes campagnes de prévention et d’information sur tout le territoire. 7 / De Benjamin Franklin à ERDF
  9. 9. 8 / De Benjamin Franklin à ERDF |||||| l lll ||||| l ||||||||||| l| ||||||||| l||| l |||||| l| ||||||| l| ||||||| l ||||||||| l lll ||||| l ||||||| ||||||||||| l lll ||||| l ||||||||||| l| ||||||||| l||| l |||||| l| ||||| « En manquant à vous préparer, vous vous préparez à manquer. » P our Benjamin Franklin, Philadelphie est non seulement une ville d’adoption, mais un véritable laboratoire. C’est une grande ville sujette aux incendies comme toutes les agglomérations d’une époque où le bois prédomine dans chaque construction. Quand il n’est pas l’inventeur, l’initiateur, il améliore, optimise jusqu’à ce que l’idée originelle trouve toute l’étendue de sa puissance. Il n’a jamais conçu la pompe à incendie. Rendons à l’Anglais Newsham l’invention qui lui appartient. Mais ce qui fait souvent les grands hommes, c’est la volonté d’inscrire le partage, le don ou l’échange dans leurs projets. À quoi sert une pompe si elle ne peut servir à la collectivité toute entière ? Sous les directives de « l’homme des lumières », Philadelphie verra grandir l’Union Fire Company, la première compagnie de pompiers volontaires des États-Unis. Il veillera à ce que le parc des pompes soit largement développé et adapté aux besoins de la collectivité, comme tous les services de maintenance nécessaires. ERDF perpétue cette tradition avec la FIRE, sa force d’intervention rapide électricité qui permet de mobiliser des moyens humains et matériels à l'occasion d’incidents climatiques de grande ampleur. MAÎTRISER LES FLAMMES
  10. 10. 9 / De Benjamin Franklin à ERDF || l| ||||||| l ||||||||| l lll ||||| l ||||||||||||||
  11. 11. 10 / De Benjamin Franklin à ERDF LE PACIFISTE INDÉPENDANT l lll ||||| l ||||||||||| l| ||||||||| l||| l |||||| l| ||||||| l| ||||||| l ||||||||| l lll ||||| l ||||||| ||||||||||| l lll ||||| l ||||||||||| l| ||||||||| l||| l |||||| l| ||||||| l| ||||||| l ||||||||| l lll ||||| l |||||||||||||| « Il n’y a jamais eu de bonne guerre ni de mauvaise paix. » P hysiquement, l’homme n’aura jamais rien d’un combattant, encore moins d’un guerrier. Il mène ses combats avec calme et raison. Cet être épris d’indépendance verra en celle des États-Unis la consécration de la lutte qu’il mène contre lui-même depuis sa petite enfance, pour atteindre des sommets de savoir et de moralité. Benjamin sait convaincre pour rallier les plus réfractaires à sa cause. Il est sur tous les fronts. Il s’installe à Paris pour conforter l’alliance entre les rebels et la France. À la cour, il joue de sa célébrité, de sa délicatesse. Cet homme qui, comble de l’excentricité, ne porte pas de perruque poudrée, séduit, fait rêver. À travers le personnage, la bonne société imagine les grands espaces, les étendues sauvages. Il est déjà un homme de roman. Plus il s’ancre en France, plus il aide les États-Unis. « Ce peuple est délicieux à fréquenter » aime-t-il à répéter. Il va apporter ainsi à sa nation naissante d’inimaginables moyens pour qu’elle se défasse de l’étouffante Angleterre. Mais, fidèle à lui-même, cet altruiste redistribue les libertés obtenues. Il tentera de rendre son honneur à la nation indienne, et militera ardemment pour la libération des esclaves.
  12. 12. 11 / De Benjamin Franklin à ERDF |
  13. 13. 12 / De Benjamin Franklin à ERDF l lll ||||| l ||||||||||| l| ||||||||| l||| l |||||| l| ||||||| l| ||||||| l ||||||||| l lll ||||| l ||||||| ||||||||||| l lll ||||| l ||||||||||| l| ||||||||| l||| l |||||| l|
  14. 14. 13 / De Benjamin Franklin à ERDF VOIR, ÉCOUTER, TRANSMETTRE. EFFICACEMENT ||||||| l| ||||||| l ||||||||| l lll L ’homme n’est pas très grand. Silhouette massive, il a le geste calme et mesuré. Mais ce qui frappe avant tout, ce sont ses lunettes à double foyer dont il est l’inventeur. Benjamin Franklin est un visionnaire. Ses carnets sont remplis de croquis, de calculs, de brouillons qui deviendront des traités scientifiques de référence. D’une énergie curieuse, presque amusante, qui représente maintenant et plus que jamais le vecteur essentiel de la communication entre les hommes. Idéal que Benjamin mène à son époque en faisant renaître de ses cendres le réseau postal américain, qu’il alimente sur terre et mer. En écoutant un vieux marin lui raconter ce courant chaud qui traverse l’Atlantique et permet aux baleiniers de gagner du temps, il devine qu’entre le Nouveau Monde et l’Europe, le chemin le plus court n’est pas forcément le plus rapide. Le Gulf Stream ! Benjamin en dessinera le trajet avec une précision impressionnante, bien avant que nos satellites ne le fixent sur écrans. « L’énergie et la persistance conquièrent toute chose. »
  15. 15. 14 / De Benjamin Franklin à ERDF P enseur, philosophe à ses heures, Benjamin possède avant tout un grand sens pratique. Ses observations, ses inventions ne naissent pas de formules ésotériques tombées des pages d’obscurs grimoires. Il permet par exemple à ses apprentis de se lancer à ses frais dans l’imprimerie, mais ailleurs qu’à Philadelphie. Il casse ainsi, avec toute la facilité de l’autodidacte, un système vieux de plusieurs millénaires, dans lequel l’apprenti finissait quasiment toujours par s’installer, ses classes terminées, dans la même ville que son ancien maître. Tout en faisant circuler le savoir et l’information au sein du pays, Benjamin franchise des concurrents potentiels et prend la tête d’un vaste réseau de communication. Sa fortune est faite, sa réputation également. MODERNISER POUR MIEUX DISTRIBUER |||||| l lll ||||| l ||||||||||| l| ||||||||| l||| l |||||| l| ||||||| l| ||||||| l ||||||||| l lll ||||| l ||||||| ||||||||||| l lll ||||| l ||||||||||| l| ||||||||| l
  16. 16. 15 / De Benjamin Franklin à ERDF À son époque, l’Amérique souffre de sa dépendance alimentaire. Dépendance qui, pendant la Guerre d’indépendance, handicape fortement le pays. C’est pendant son séjour en France que Benjamin publie une idée toute simple : l’heure d’été. Ce génial principe permet à l’homme d’allonger en été son temps de travail et de compenser les baisses de revenu qu’il subira en hiver. Il trouve ainsi le moyen, en utilisant la nature, d’améliorer la productivité du paysan américain et, à travers lui, l’énergie de toute une nation. S’il n’est pas le seul homme du siècle à se pencher sur la matière et ses multiples exploitations pour le bien-être de l’humanité, c’est son universalisme qui fait la différence. « Aucune nation n’a été ruinée par le commerce. » Avec plus d’un million de kilomètres de réseaux, soit 95% du réseau sur le territoire continental, ERDF prend grand soin du territoire et vise avec autant d’ambition à garantir la continuité du service public de l’électricité.
  17. 17. 16 / De Benjamin Franklin à ERDF FAIRE DES DIFFICULTÉS UNE FORCE Q uand il s’agit d’investir un domaine nouveau, Benjamin Franklin ne néglige aucune piste, ne refuse aucun combat. S’il désire ardemment devenir l’imprimeur de l’Assemblée ou remplir la fonction de Maître de Poste, il ne se lance dans l’aventure que sur les bases de son expérience. Il lui faut aussi créer les outils de sa réussite. On ne distribue pas sa Gazette, on ne lui fournit plus de papier ? Qu’importe. Il construira des moulins, et sera un des premiers de l’histoire à faire de la publicité dans ses parutions. Sa Pennsylvania Gazette sera reconnue comme le meilleur parmi les journaux coloniaux. Puisque les rares libraires ne vendent que des fournitures et peu de livres, il endossera le costume d’éditeur. Sa propre librairie est un véritable fourre-tout puisque s’y côtoient des balances, des ardoises, des compas et du très bon chocolat. Ainsi peut-il se suffire à lui-même, tout en distribuant dans les meilleures conditions non seulement les ouvrages qu’il édite, mais aussi des auteurs que personne n’avait jusque-là eu l’idée d’importer dans son pays. Il n’hésite pas à rééditer certains ouvrages que ses confrères ont laissés dans l’oubli. Benjamin touche à la consécration. Il sera promu éditeur public du New Jersey, du Maryland et du Delaware. C’est la preuve que la distribution n’est pas exempte de création. Si chacun doit respecter le territoire des autres, rien n’interdit que le sien soit le plus performant. Franklin est un est un homme ingénieux, et son succès parle encore pour lui. |||||| l lll ||||| l ||||||||||| l| ||||||||| l||| l |||||| l| ||||||| l| ||||||| l ||||||||| l lll ||||| l ||||||| ||||||||||| l lll ||||| l ||||||||||| l| ||||||||| l||| l |||||| l| | « Dis-moi et j’oublie. Apprends-moi et je retiens. Implique-moi et j’apprends. »
  18. 18. 17 / De Benjamin Franklin à ERDF||||||| l| ||||||| l ||||||||| l lll |||||| l lll ||||| l ||||||||||| l| ||||||||| l||| l |||||| l| ||||||| l| ||||||| l ||||||||| l lll ||||| l ||||||| ||||||||||| l lll ||||| l ||||| l |||||||||
  19. 19. 18 / De Benjamin Franklin à ERDF B enjamin Franklin reste un modèle pour ceux qui cherchent à donner un sens à l’action de leur entreprise, et relever de nouveaux défis. Benjamin l’imprimeur sera happé par l’éditeur qu’il porte en lui, et qui ne demande lui-même qu’à s’engager dans de nouvelles voies. Quand le domaine public lui ouvre ses portes, c’est ni plus ni moins qu’en qualité de ministre des Postes aux Colonies qu’il fait son entrée. Fin stratège, il n’abandonne aucune de ses entreprises. C’est aussi un homme de réseaux. Ce n’est pas un orateur : les autres exprimeront ses pensées. Il utilise même des pseudonymes pour écrire certains articles pour ne pas influencer ses lecteurs. Pour Franklin, la richesse doit servir à rendre le monde meilleur. Cet argent, il l’aime au point de le protéger concrètement puisqu’à l’âge de trente et un ans, il va inventer le filigrane pour décourager les faux monnayeurs. Mais selon lui, il faut faire preuve d’humanité en toutes circonstances. C’est un véritable ciment qui d’après lui consolide toute entreprise. UN HOMME ENGAGÉ « Soyez en guerre contre vos défauts, en paix avec vos voisins, et laissez chaque nouvelle année faire de vous un homme meilleur. » llll|||||l|||||||||||l||||||||||l|||l||||||l||||||||l||||||||l|||||||||llll|||||l||||||||||||||||||llll|||||l|||||||||||l||||||||||l|||l||||||l||||||||l||||||||l|||||||||llll|||||l|||||||||||| ||||||||
  20. 20. 19 / De Benjamin Franklin à ERDF |||||| ||||llll|||||l|||||||||||l||||||||||l|||l||||||l||||||||l||||||||l|||||||||llll|||||l||||||||||||||||||llll|||||l|||||||||||l||||||||||l|||l||||||l||||||||l||||||||l|||||||||llll|||||l|||||
  21. 21. |||||| l lll ||||| l ||||||||||| l| ||||||||| l||| l |||||| l| ||||||| l| ||||||| l ||||||||| l lll ||||| l ||||||| ||||||||||| l lll20 / De Benjamin Franklin à ERDF L a toute jeune Amérique avait soif de savoir, et notre homme allait étancher ses besoins. Il crée à ce propos une bibliothèque municipale accessible à tous contre une modeste participation. Ce sera la première des États-Unis. Bien vite, fidèle à sa ligne de conduite, il en fera la Compagnie de la bibliothèque de Philadelphie, forte de plus de huit mille livres, de collections d’art, d’outils et d’instruments de toutes sortes. Plus encore, pour moderniser l’image industrielle de cette compagnie et trouver de nouvelles marges de performance, il redouble d’audace, toujours dans l’intérêt public. Ainsi va naître une compagnie d’assurance liée aux risques d’incendie. N’avait-il pas inventé auparavant le poêle à bois en fonte pour prévenir les départs de feux ? Prévenir, assister, Benjamin veille sur la chaîne des services qu’il a su mettre en place. L’INNOVATION POUR TOUS « Une maison n’est un foyer que si elle contient de la nourriture et de la chaleur, aussi bien pour l’esprit que pour le corps. »
  22. 22. ||||| l ||||||||||| l| ||||||||| l||| l |||||| l| ||||||| l| ||||||| l |||||||||l lll ||||| l |||||||||||||| 21 / De Benjamin Franklin à ERDF
  23. 23. « Nous devrions être heureux d’avoir l’opportunité de servir les autres au moyen de nos propres inventions ; et nous devrions faire cela gratuitement et avec générosité. » UNE PLACE À PART O n sort grandi d’une telle rencontre. Plus que la connaissance, l’intelligence et l’humanisme de Franklin, c’est sa volonté de s‘élever pour élever les autres qui force l’admiration. Plus que la connaissance, l’intelligence et l’humanisme de Franklin, c’est sa volonté de s’élever pour élever les autres qui force l’admiration. Ses inventions et l’intérêt qu’il a porté aux infrastructures ont été l’un des éléments clés de l’essor de la révolution industrielle. Ces innovations, toutes placées dans le domaine public dès leur conception, lui ont permis de prendre une place unique dans l’industrie européenne et dans le confort de la vie que nous menons aujourd’hui. 22 / De Benjamin Franklin à ERDF ||||||||| l || l ||| | |||| || l| || |||| l ||||| |||| l ||||||||||| l| ||||||||| l||| l |||||| l| ||||||| l| ||||||| l ||||||||| l lll ||||| l ||||||| ||||||||||| l lll ||||| l ||||||||||| l| ||||||||| l||| l |||||| l| ||||||| l| ||||||| l ||||||||| l lll ||||| l ||||||||||||||
  24. 24. 23 / De Benjamin Franklin à ERDF|||||| l lll ||||| l ||||||||||| l| ||||||||| l||| l |||||| l| ||||||| l| ||||||| l ||||||||| l lll ||||| l ||||||| ||||||||||| l lll ||||| l ||||||||||| l| ||||||||| l||| l |||||| l|
  25. 25. || l| ||||||||| l||| l |||||| l| ||||||| l| ||||||| l ||||||||| l lll ||||| l |||||||||||||||||||| l lll ||||| l ||||||||||| l| ||||||||| l||| l |||||| l| ||||||| l| ||||||| l ||||||||| l lll ||||| l ||||||| ||||||||||| l lll ||||| l |||||| Notre société doit préserver et faire grandir les valeurs que Benjamin Franklin savait si bien défendre : le service, le partage sans aucune discrimination, la redistribution des bienfaits que l’univers nous offre, avec une seule obligation en retour, respecter la nature dans chacun de nos gestes et transmettre le message aux générations futures. Merci, monsieur Franklin.
  26. 26. Conception : summertime communications © Illustrations Gilles Pennaneac’h - © Photos EDF Médiathèque : Lecerf Jean-Marc / Sautereau Frédéric / Rémael Stéphane / Figenwald J.C. / Blondin David / Ardouin Thierry / Herbert Stéphane / Bollendorff Samuel / Eisenbeiss Herman / Rothan Laurent / Rousselot Johann / Testelin P. / Bourdis X. / Charles Jean-Marc / Autres photos : dr. Direction artistique Caroline Vidal.
  27. 27. ERDF, Electricité Réseau Distribution France Tour Winterthur | 92085 Paris La Défense cedex www.erdfdistribution.fr ERDF, SA à directoire et à conseil de surveillance au capital de 270 037 000 euros , R.C.S. Nanterre 444 608 442 |||||| l lll ||||| l ||||||||||| l| ||||||||| l||| l |||||| l| ||||||| l| ||||||| l ||||||||| l lll ||||| l ||||||| ||||||||||| l lll ||||| l ||||||||||| l| ||||||||| l||| l |||||| l| ||||||| l| ||||||| l |||||||||l lll ||||| l ||||| l| |||||||||

×