N.Y.Chronique d

131 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
131
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
9
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

N.Y.Chronique d

  1. 1. Chronique d’une semaine animée à New York Marc Maes, l’homme mi-ours, mi-lion nous a mené avec autorité et bienveillance en ce mois de mars jusqu’à New-York…. Mardi 29 mars Découverte de notre hôtel : Ramada Inn à New Jersey Mercredi 30 mars Nous achetons nos pass à Journal Square, celui qui nous mène au WTC avec le Path et la carte de métro qui nous permettra de circuler dans Manhattan en toute liberté. Attention à la prononciation « Where are you going ? To the Path, you want to take a bus ? no to the Path…to the bath ?...Noooooo…please the Path…(avec des larmes dans la voix). Equipés et en rangs serrés, Marc nous compte… nous jouissons d’un ciel bleu et froid, les uns et les autres nous marchons les yeux ouverts dans la city jusqu’au Shuttle qui nous emmène vers Staten island, Lucia le labrador noir et son maître nous examinent pacifiquement. L’air et l’eau et le plaisir d’être là nous éveillent complètement, on se salue, on se photographie, on s’enthousiasme. Ligne 1 jusqu’à la 42e rue, Times square, Lincoln center, Public library, where « sommige mensen » need to go to the restroom . Bryan park où les joueurs d’échec se penchent au dessus des jonquilles, Chrysler building qui étincelle et Grand Central station porteuse d’images des films de notre jeunesse. Enfin la Cinquième avenue, je cherche Woody Allen du regard. Mia marche vite, les ailes de son manteau bleu-vert comme les ailes du perroquet battent le rythme des couples, ceux qui se tiennent la main, Annick et Marc, Tjerry et Mieke, Deborah et Georges qui se regardent et se parlent, Danny qui cherche Etienne du regard, Rita suit Guy et son beau chapeau. Les élégants se laissent dépasser avec nonchalance, Renate et Johannes, Christine et Hans-Pieter. Les voix des femmes se juxtaposent et s’entrecroisent, coups de cœur, surprises, partages. Le rire de Miche fuse, vers qui on se retourne, le sourire de Chantal. Dianne Reeves pour finir au Carnegie Hall, lieu mythique. Jeudi 31 mars Blue sky. Journée de toutes les beautés. D’abord la Neue Galerie, Egon Shiele, Munch ( I felt the great scream in nature), Emil Nolde et son tableau « Young danish woman » black red and ocher, qui ressemble à Miche. Kokoshka où je croise Hans et Erika Tietze Conrad sur un portait de Christine et Hans Pieter…Pause déjeuner au café Fledermaus où nous nous posons avec plaisir, les visages sont souriants, les groupes se dessinent et se reconnaissent. Une bière, une eau, un café, un thé, qui paie quoi ? Etienne et Mia entremêlent les dollars avec humour. Etape suivante : Le Frick, l’ancienne résidence du magnat de l’acier qui expose avec faste le train de vie des riches familles du début du 20e . Nous nous y perdons, nous croisons Guy sous un Turner, admirons les toiles de Van Dijck, Vermeer, Hals et Rembrandt. Nous glissons de salon en salon, de dorure en miroir.
  2. 2. 17H15 : Marc nous compte, Tjerry nous recompte. Promenade à Washington square, Soho. C’est ici que les groupes s’éparpillent, certains fidèles suivent Marc et vont jusqu’au New Museum Bowery, Lieve nous en dira des merveilles au matin suivant. Nous quittons lâchement le groupe et filons Monique et moi à travers Soho, Little Italy, China Town vers WTC et le Path, accompagné par un natif qui nous montre les vitrines des restaurants où dînait Al Capone, pardon, Sergio Leone avec Michael Cimino. Cette nuit là, Marc perd ses ouailles dans le métro, pas de réseau, pas de retour possible, pas de nouvelles de lui. Chantal pleure, Lieve la console et Miche rit toute seule dans son lit. Vendredi 1er avril 23e rue, Flatiron, nous allons vers Chelsea, tentons une visite de l’atelier de Louise Bourgeois, les poiriers sont en fleurs, les galeries ouvertes, les toiles aboient leurs couleurs, on entre, on sort, on va vers la High Line, un vrai moine bouddhiste en robe rouge me vend un porte-bonheur. ( Je ne regrette pas l’argent que je lui ai donné, thanks God, still alive ) Miche nous rejoint, Marc est devant, nous déjeunons délicieusement dans un bistrot branché. Whitney Museum nous reçoit à 14h. Je retiens Flatlands, floor 1, où nous imaginons l’invraisemblable dans le noir. Liberté requise, nous n’allons pas au Moma, trop de monde, on prend le bus, au rythme des charmants chauffeurs bienveillants et patients qui nous emmènent vers 34th street, pour Midtown Manhattan. Samedi 2 avril Visite de « The Met Cloisters « sans moi, je recharge mes batteries à l’hôtel et les rejoins au MET à 13h, déjeuner dans la cafétéria, pâtes aux brocolis, bière ambrée. Visite des peintres contemporains, luxe et volupté des œuvres retenues ici pour le plaisir des yeux. Dimanche 3 avril Path, 33th street, 6th, 96th…Perte du groupe dans le métro, je vais vers le Guggenheim. Le vent est fort, nous soulève, nous tranche le visage à coups de serpe. Bâtisse en chemins de rondes, expo de sculptures de terre, scènes et personnages ébauchés, vision du moment arrêté. Tjerry, Carla, Marlène et Monique s’interrogent. Lundi 4 avril Journée libre, il pleut le matin, nous visitons le mémorial de John Lennon dans Central Park, des dizaines d’écureuils nous interpellent, ils veulent les amandes oubliées dans la chambre d’hôtel. Rendez-vous au Village Vanguard pour un concert de jazz. Nous traversons Greenwich village, jardins, restos branchés, dîner chez un italien, côte de veau géante et bière ambrée… et retrouvons Lieve, Frieda, Mia et Chantal au fond de la 7e avenue, dans la cave. Bigband « It only happens everytime « Fats Waller nous enchante, les trompettes se lèvent, le pianiste s’amuse, la contrebasse nous dit au revoir.
  3. 3. Mardi 5 avril Last but not least, nous visitons le Memorial sur Ground zero, musée créé en hommage aux victimes du 9 septembre 2001. Il y règne une tristesse indescriptible. Découverte des noms et des visages de chacune des victimes. Un poirier recouvert de gravats a survécu au massacre. Fleurs blanches. Nous déjeunons dans un pub irlandais, hamburger, frites et bière ambrée avant le départ pour l’aéroport. Retour vers la planète réalité… Roissy .Cinquantenaire. On s’embrasse, on se promet, on se reverra… Merci à vous tous « Groep van goede wil « I love you, Nicole.

×