L’éthique à nicomaque           Aristote<br />Introduction générale<br /><ul><li>Aristote est un philosophe grec né en Mac...
 Il reste pendant 20 ans au côté de Platon dans son Académie.
 La direction de l’Académie lui échappe, il quitte donc Athènes pour des années de voyages notamment en Macédoine qui form...
 Revient à Athènes en -339 et fonde le Lycée.
  Inventeur de la logique avec l’usage des syllogismes
 Il influence la philosophie occidentale avec Heidegger ou Saint Thomas d’Aquin et, des économistes comme Marx avec sa thé...
 Il s’est intéressé à de nombreux domaines comme les arts, la métaphysique, la politique, l’économie, la vertu ou encore l...
 De nombreux écrits nous sont parvenus mais un certain nombre a aussi été perdu ce qui nous enlève des textes sur la cosmo...
 Tout d’abord, il observe que le bonheur est le souverain bien. Il est voulu pour lui-même, c’est une fin en soi.
 Pour trouver ce qu’est le bonheur, Aristote passe en revue les différentes conceptions du bonheur. Il s’interroge sur la ...
 Le bonheur est donc accessible mais pour Aristote, il n’y a qu’une manière pour y arriver : la praxis. Ce sont les action...
 Bonheur dépend de nous dans la mesure où il réside dans une activité volontaire mais il y a aussi des conditions externes...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Thomas L. Nicomaque La justice

848 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
848
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Thomas L. Nicomaque La justice

  1. 1. L’éthique à nicomaque Aristote<br />Introduction générale<br /><ul><li>Aristote est un philosophe grec né en Macédoine en -384 et mort à Chalcis en – 322.
  2. 2. Il reste pendant 20 ans au côté de Platon dans son Académie.
  3. 3. La direction de l’Académie lui échappe, il quitte donc Athènes pour des années de voyages notamment en Macédoine qui forment la pensée aristotélicienne.
  4. 4. Revient à Athènes en -339 et fonde le Lycée.
  5. 5. Inventeur de la logique avec l’usage des syllogismes
  6. 6. Il influence la philosophie occidentale avec Heidegger ou Saint Thomas d’Aquin et, des économistes comme Marx avec sa théorie de la valeur.
  7. 7. Il s’est intéressé à de nombreux domaines comme les arts, la métaphysique, la politique, l’économie, la vertu ou encore la psychologie ou l’éthique.
  8. 8. De nombreux écrits nous sont parvenus mais un certain nombre a aussi été perdu ce qui nous enlève des textes sur la cosmologie ou la préexistence.</li></li></ul><li>Introduction à L’éthique à Nicomaque<br /><ul><li> Dans l’Ethique à Nicomaque, Aristote aborde deux questions philosophiques primordiales qui sont : Qu’est-ce que le bonheur? Et, le bonheur dépend-il de nous?
  9. 9. Tout d’abord, il observe que le bonheur est le souverain bien. Il est voulu pour lui-même, c’est une fin en soi.
  10. 10. Pour trouver ce qu’est le bonheur, Aristote passe en revue les différentes conceptions du bonheur. Il s’interroge sur la fonction propre de l’homme. Selon lui, « le bonheur est une activité de l’âme conforme à la vertu. » On connait donc le bonheur suprême dans la connaissance désintéressé, la théoria.
  11. 11. Le bonheur est donc accessible mais pour Aristote, il n’y a qu’une manière pour y arriver : la praxis. Ce sont les actions qui résultent d’un choix délibérés, les vertus morales. C’est à ce niveau qu’apparait la distinction entre vertu et vice.
  12. 12. Bonheur dépend de nous dans la mesure où il réside dans une activité volontaire mais il y a aussi des conditions externes comme les conditions politiques, économiques ou biologiques.
  13. 13. La vertu apparait donc ici comme un milieu entre l’excès et le défaut.</li></li></ul><li>Un second exemple de la vertu morale, la justice<br />Plan du chapitre :<br />I- Préliminaire<br />II- La justice universelle<br />III- La justice spéciale ou particulièreA- La justice distributiveB- La justice corrective<br />IV- L’équité<br />
  14. 14. Un second exemple de la vertu morale, la justice <br />I- Préliminaire<br /><ul><li>Justice et injustice ont plusieurs sens : significations voisines
  15. 15. Distinction entre nominatif et neutre : - l’homme juste ( o dikaios) = nominatif</li></ul> - la chose juste ( to dikaion) = neutre<br /><ul><li>Justice dans l’homme = la morale justice dans la chose = le droit
  16. 16. Voir le tableau suivant pour les distinctions entre justice et injustice</li></li></ul><li>Tableau de différenciation entre justice et injustice :<br />
  17. 17. Un second exemple de la vertu morale, la justice<br />II- La justice universelle<br /><ul><li> actions prescrites par la loi sont justes car l’homme qui observe la loi est juste
  18. 18. justice universelle s’identifie à la vertu morale complète
  19. 19. la justice est la seule vertu considérée comme un bien étranger car elle est faite par rapport à autrui
  20. 20. cette forme de justice est considérée comme la vertu tout entière d’injustice est considérée comme le vice tout entier
  21. 21. Voir le tableau suivant concernant les buts de la loi</li></li></ul><li>Tableau traduisant les buts de la loi :<br />
  22. 22. Un second exemple d la vertu morale, la justice<br />III- La justice spéciale ou particulière<br /><ul><li> Ici, la justice représente une partie de la vertu et l’injustice une injustice particulière
  23. 23. De cette justice particulière, Aristote la divise en 2 parties : </li></ul> justice corrective justice distributive <br /> distributions richesses transactions privées transactions privées involontaires<br /> et avantages volontaires<br /> clandestines violentes<br /> ventes, achats, prêts (vol, adultère) (meurtres)<br />
  24. 24. Un second exemple de la vertu morale, la justice<br />A- La justice distributive (dianemêtikê)<br /><ul><li> la vertu de justice est une vertu de relation : elle concerne des personnes
  25. 25. le juste : les personnes pour lesquelles il est juste, elles sont deux</li></ul> les choses dans lesquelles il se manifeste, elles sont deux<br /><ul><li> il existe une même égalité entre les personnes et les choses
  26. 26. la justice dans la distribution doit se baser sur le mérite qui peut être la condition libre, la richesse, dans la noblesse de naissance ou encore la vertu par exemple.
  27. 27. le juste est donc une proportion, c’est-à-dire une égalité de rapports.</li></li></ul><li>Un second exemple de la vertu morale, la justice<br /><ul><li> Exemple donné par Aristote concernant les implications de la proportion continue : </li></ul>A<br />B<br />D<br />C<br />
  28. 28. Un second exemple de vertu morale, la justice<br />B- La justice corrective (diortôtikê)<br /><ul><li> Le juste dans les transactions privées est établi selon une proportion arithmétique.
  29. 29. La loi ne regarde que le caractère distinctif du tort causé. Elle traite les parties sur un seuil d’égalité.
  30. 30. Il y a ici la notion de perte et de gain. Le juge, grâce à un châtiment, va pouvoir enlever le gain obtenu par le voleur ou l’agresseur par exemple et au contraire essayer d’atténuer la perte de la victime.
  31. 31. Comme le dit Aristote, « le juste rectificatif sera le moyen entre une perte et un gain. ». Pour que la justice soit faite l’auteur du dommage doit payer une indemnité égale à la moyenne entre la perte et le gain.
  32. 32. Le juge est comme une justice vivante. Le juge restaure l’égalité. On va donc le voir en cas de contestation. Cependant l’homme reste faillible alors que la justice ne l’est pas.</li></li></ul><li>Un second exemple de vertu morale, la justice<br />IV- L’équité (epieikês)<br /><ul><li> La justice et l’équité ne sont pas « absolument » identiques ni « génériquement » différentes.
  33. 33. l’équitable est à la fois supérieure à une certaine justice mais en même temps il est juste. Mais il n’est pas juste selon la loi, il corrige la justice légale.
  34. 34. L’équitable n’intervient que pour corriger là où la loi s’est trompé ou a manqué de statuer à cause de sa généralité. L’équitable n’est en aucun cas supérieur au juste absolu.
  35. 35. Il peut arriver qu’il ait des cas d’espèces pour lesquelles il est impossible de faire une loi. A ce moment-là, un décret devient indispensable.</li>

×