la boétie L d'orey et m tarbouriech

790 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
790
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

la boétie L d'orey et m tarbouriech

  1. 1. Discours de la servitude volontaire<br />Etienne de La Boétie<br />
  2. 2. BIOGRAPHIE<br />Étienne De La Boétie (1530-1563) : Issu d'une famille de magistrats périgourdins, qui représente le type même de la bourgeoisie cultivée sur laquelle le pouvoir continue de s'appuyer pour se débarrasser des derniers restes du féodalisme. Après avoir fait ses humanités puis son droit à Orléans (foyer de philosophie averroïste et d'humanisme évangélique), il devient en 1553 conseiller à la cour de Bordeaux. Il y rencontre Montaigne, et s'affirme fidèle à Michel de l'Hospital. Il traduit à cette époque Plutarque et Cicéron, mais on n'a conservé que son Discours de la Servitude volontaire, écrit dans les années 1547-1548, publié sous le titreContr'undans le Réveille-matin des français (1574). Le Discours sera considéré comme un pamphlet contre la monarchie et réimprimé en 1789, en 1835 puis à Bruxelles en 1857 contre Napoléon III. Prenant le contre-pied du Prince de Machiavel, LaBoétiecherche lui aussi à expliquer les structures du pouvoir, mais à l'intention du peuple.<br />
  3. 3. Problème posé<br />Comment la situation de servitude peut elle définir si souvent la condition des hommes, si elle contredit leur nature ?<br />Dans son Discours de la servitude volontaire, il analyse les rapports maître/esclave, qui de tout temps ont été une constante des sociétés humaines. Sa thèse est que nous ne sommes en esclavage que parce que, quelque part, nous le voulons bien ; car cet esclavage, dit-il en substance, ne peut être uniquement expliqué que par notre lâcheté, car les opprimés sont mille fois plus nombreux que les oppresseurs. <br />Il pose notamment la question de notre rapport à la liberté, à savoir : jusqu'à quel point elle fait partie intégrante de notre être (et donc dans quelles limites elle nous est due), associant les concepts de servitude et d'injustice.<br />
  4. 4. I. Définition et origines de la servitude volontaire.<br />A) définition<br />B) origine<br />
  5. 5. A)Définition 1)Deux types de servitude<br />
  6. 6. 2)Un schéma paradoxal<br />La Boétie tente de comprendre « comme il se peut faire » qu’un peuple entier préfère ployer le joug sous la tyrannie d’un seul homme, acceptant de le souffrir plutôt que de le contredire.<br />Le peuple <br />(bourgs, villes, nations…)<br />Le <br />Tyran seul<br />Donne de la puissance<br />Asservit les hommes<br />
  7. 7. 3) Le caractère « contre nature » de la servitude.la nature humaine obéit à plusieurs grands principes : <br />
  8. 8. B) Les origines1) Les sources de la servitude<br />
  9. 9. 2)Le mal politique se répand par strates successives. <br />
  10. 10. II. Les acteurs de la servitude.<br />A) le tyran<br />B) le peuple<br />
  11. 11. A) LE TYRAN1) Trois types de tyran<br />
  12. 12. 2)Comment le tyran conserve-t-il le pouvoir?<br />
  13. 13. B) Le peuple1) Constat et perplexité de La Boétie<br />
  14. 14. 2) Le parcours de l’homme pour « se remettre dans son droit naturel »<br />
  15. 15. 3) Les conditions de la citoyenneté <br />CITOYENNETE<br />

×