La réorganisation géostratégique mondiale

394 vues

Publié le

La réorganisation géostratégique mondiale

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
394
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La réorganisation géostratégique mondiale

  1. 1. La réorganisation géostratégique mondiale Cette entrée a été publiée le septembre 25, 2012, dans Le post et taguée afrique, amérique latine, arabo, asie, blocs, crises, découpage, défi, environement, europe, géopolitique,géostratégie, monde, mondial, musulma n, nord, nouvel, occident, ordre, révolution, sud. Ajouter aux favoris le permalien. Laisser un commentaire Légende: En bleu : les pays dits « occidentaux ». En rouge : Russie, CEI et Chine. En vert : les pays arabo-musulmans. En orange : l’Asie du Sud-Est, l’Inde et la Mongolie. En violet : L’Amérique du Sud et la Caraibe. En jaune : L’Afrique Sub-saharienne. Avec l’effondrement du bloc de l’Est entre 1989 et 1991, le monde avait entamé une nouvelle ère géostratégique. Disparu, l’ordre mondial basé sur une relation belliqueuse entre les Etats-Unis et l’URSS. Le « Nouvel ordre mondial » voyait alors apparaitre la prédominance économique -et dans une moindre mesure idéologique- des Etats-Unis jusqu’au 11 septembre 2001. Certains n’ont pas hésité à la qualifier d’impérialisme, ou de néo-impérialisme économique et financier et, en tout état de cause, l’économie de marché a bénéficié à l’époque d’une combinaison inédite entre la diminution des protectionnismes liée à une très forte conviction du besoin de coopération, et le développement sans précédent des modes de communication. Le monde est du coup devenu économiquement interdépendant sous l’emprise d’une idéologie économique pas toujours très saine. On
  2. 2. s’est rendu compte que la toute puissance d’un modèle ne garantissait pas la suprématie des institutions publiques n’était pas nécessairement un vecteur de justice sociale. Le 11 septembre 2001, le monde est entré dans une période où surgissent de plus en plus de failles dans ce contrôle. On réalise que les Etats-Unis ne sont pas invincibles. Leur vulnérabilité sécuritaire annonce une vulnérabilité dans d’autres secteurs, notamment économique, comme le prouve le sérieux avec lequel les Etats- Unis s’arment contre la compétitivité chinoise. Mais plus que jamais, et de manière assez surprenante, c’est bien sur le plan idéologique que se redessine la carte du monde. Depuis une dizaine d’années, ce qu’on a appelé par nécessité le « Nouveau désordre mondial » prend de plus en plus forme. De nouveaux blocs se dessinent, dont la géographie n’est pas anodine. Que les intérêts cachés des uns et des autres soient économiques ou pas, on se rend compte que ce sont bien les idées qui font avancer les peuples. Et s’il s’agit bien souvent de mouvements manipulés par des forces dont la planification est elle-même stratégique, il n’en reste pas moins que petit à petit, un découpage s’opère. Il n’est ni Est-Ouest, ni Nord-Sud. Ce nouveau découpage ne signifie pas nécessairement troubles et affrontement. Un meilleur équilibre est parfois nécessaire pour que les peuples de chaque région du monde aient l’opportunité de proposer leur vision et de défendre leurs intérêts. La période de transition dans laquelle nous nous trouvons est logiquement difficile car incertaine, comme le prouve la crise économique en Europe, les crises idéologiques dans le monde arabo- musulman, les mouvements non-alignés ou les défis environnementaux. Mais il faut voir derrière cette esquisse, de nouvelles opportunités de coopération et de progrès. -Bloc Occidental : l’association des Etats traditionnellement proches de l’axe Atlantique créé après la seconde guerre mondiale : Etats-Unis, Canada, Union Européenne, Scandinavie, une partie de l’Europe de l’Est, le Japon, la Corée du Sud, Taiwan, l’Australie, la Nouvelle Zélande, Puerto Rico ou encore la Polynésie. -Bloc Sino-Russe : La Russie et la Chine, les deux alliés par élimination du Conseil de Sécurité de l’ONU, une partie de la Communauté des Etats indépendants (CEI) et de l’ancienne zone d’influence de l’URSS, et la Corée du Nord parce qu’elle n’est associable à aucun autre « bloc ». -Bloc Arabo-Musulman : Les Etats à majorité musulmane et arabe avec une forte dimension idéologique, Maghreb, Machrek, plusieurs autres pays d’Afrique du Nord comme le Niger, la Mauritanie ou le Soudan, le Golfe Persique, une partie du Proche Orient et la Turquie, L’Iraq, l’Iran, l’Afghanistan et le Pakistan. -Bloc Asie du Sud-Est : les principaux pays de la région, une partie des membres de l’ASEAN, l’Indonésie dont le fonctionnement idéologique est trop différent du bloc Arabo-Musulman pour pouvoir en faire partie, bien
  3. 3. qu’étant le premier pays musulman au monde. Enfin, la Mongolie qui apparait plutôt isolée entre la Russie et la Chine. -Bloc Amérique du Sud/Caraibes : l’ensemble du continent sud-américain, notamment le Venezuela dont les relations avec l’Iran semblent plutôt opportunistes que durables, la majeure partie des pays de la Caraibe et du Golfe du Mexique. -Bloc Afrique Sub-Saharienne : une large partie sud du continent africain, dont les alliances peinent à se mettre en place mais qui ne semblent pas tendre vers les mêmes luttes idéologiques que les Etats du nord du continent, à l’exception de la Somalie dont le régime quasi incontrôlable permet une expansion des intégrismes. Et vous, que pensez-vous de ce découpage?

×