Le virage patient partenaire : un dialogue pour faire équipe

2 105 vues

Publié le

Congrès 2012 | Conférence de Sylvie Lafrenière, Inf., M. Sc. inf. et de Vincent Dumez, M. Sc.

Sous l’impulsion de leaders eux-mêmes patients, l’approche patient partenaire de soins propose un véritable virage de tout le système de santé. Or, le partenariat avec le patient et sa famille fait partie des préoccupations et du discours infirmier depuis longtemps : autosoins, soins de santé primaires, éducation à la santé, autonomisation, etc.

De plus, une grande partie de la recherche infirmière contemporaine vise à connaître l’expérience de santé des patients et de leurs proches pour mieux faire équipe avec eux dès l’accès aux soins.

Mais jusqu’à quel point ce partenariat fait-il concrètement partie de la pratique quotidienne des infirmières et des infirmiers du Québec? Qu’en pensent les patients? Est-ce la forme de partenariat souhaitée? Peut-on faire mieux et différemment? Quelle est la place réelle accordée à la perspective des patients dans la détermination et la gouvernance des soins et services?

Dans cette conférence, nous présenterons, sous forme de dialogue :

la perspective actuelle du courant patient partenaire
ses bénéfices individuels et collectifs
son arrimage à l’exercice de la profession infirmière
ses difficultés d’application
des pistes d’amélioration.


Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 105
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
21
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le virage patient partenaire : un dialogue pour faire équipe

  1. 1. Vincent Dumez, DirecteurBureau facultaire de l’expertise patient partenaireSylvie Lafrenière, Inf., M.Sc., CSIG(C)Conseillère en soins spécialisésCHUM
  2. 2. NOS OBJECTIFS COMMUNS Perspective actuelle du concept de patient*-partenaire, ses bénéfices individuels et collectifs Arrimage avec l’exercice de la profession infirmière Difficultés d’application Pistes d’action pour améliorer le partenariat patient- infirmière*Patient= la personne et ses proches
  3. 3. NOS AGENDAS PERSONNELS VINCENT SYLVIE Le patient partenaire  Faire ressortir la n’est pas un courant contribution infirmière critique mais constructif,  Susciter une réflexion catalyseur Marcher ensemble vers l’accomplissement de cette vision
  4. 4. POURQUOILE PATIENT PARTENAIRE ?
  5. 5. de la population est atteinte50%+ d’une maladie chronique en Amérique du Nord de ces malades ne 50%+ respectent pas ou peu les ordonnances médicales des utilisateurs d’internet80% recherchent des informations reliées à la santé sur le Web
  6. 6. L’ÉVOLUTION DU PATIENTNIVEAU D’HABILITATION ETDE CONFIANCE DU PATIENT Pp LE PATIENT PARTENAIRE…  Progressivement habilité, au cours de son cheminement clinique, à faire des choix de POUR… santé libres et éclairés.  Autodétermination  Savoirs expérientiels reconnus et  Autonomie compétences de soins développées par les intervenants de léquipe clinique.  Autorégulation  Compétences  Membre à part entière de cette équipe pour les soins et services qui lui sont offerts… acteur de soins Pp VERS…  Oriente les préoccupations autour de son  Acceptation projet de vie et prend part ainsi aux  Réflexivité décisions qui le concernent.  Co-construction Pp NIVEAU DE PARTENARIAT ET Pp D’INTÉGRATION Pp DANS L’ÉQUIPE ÉVOLUTION VERS UN PARTENARIAT DE SOINS
  7. 7. HISTORIQUE DU PARTENARIATPERSPECTIVE HISTORIQUE1945-1970 1970-1980 1980-1990 1990-2000 2000-2010• États providence • Associations de CRISE • Virage • Décision partagée patients défense des• Valorisation de la santé • Affaire • Self management • Formations par du sang droits les pairs • Patients experts• Progrès scientifique • SIDA • Éducation • Le débat de la • Logique de co-• Modèle biomédical axé • CJ thérapeutique construction propriété du corps • Légalisation des soins ? Approche paternalisme Approche centrée sur…
  8. 8. ÉVOLUTION DELA RELATION PATIENT-INFIRMIÈRE ?
  9. 9. 1900LE CENTRE D’INTÉRÊT DES SOINS INFIRMIERS LA SANTÉ LA PERSONNE QUI VIT LA MALADIE PUBLIQUE UNE EXPÉRIENCE DE SANTÉLE RÔLE DE L’INFIRMIÈRE EXPERTE-CONSEIL ACCOMPAGNATRICE QUI EST EXPERTE QUI AGIT AVEC AVEC LA PERSONNE DANSQUI FAIT ET LAPERSONNE EN SON EXPÉRIENCE DE SANTÉ DÉCIDE FONCTION DES EN SUIVANT SON RYTHME ET POUR LA BESOINS DÉCELÉS LE CHEMINEMENT QUI LUI ESTPERSONNE PROPRE Pépin, Kérouac et Ducharme, 2010 CONCRÈTEMENT EN 2012RELATION HIÉRARCHIQUE RELATION DE COLLABORATION
  10. 10. Peplau Processus interpersonnel thérapeutique OrlandoParticipation Indépedance Henderson Auto-soin THÉORICIENNES Orem Le patient agit Roy Stratégies d’adaptation Partenariat de collaborationCollaboration Apprentissage de comportements de santé Soins basés sur les forces (Gottlieb) CONTRIBUTION D’ INFIRMIÈRES ET McGill (Allen) École du caring Signification de l’expérience Réciprocité Choix et auto-détermination Le patient fait des Potentiel de soin du patient choix, décide et agitPartenariat Modèle humaniste
  11. 11. ORIENTATIONS PROFESSIONNELLESBut de la pratique infirmière(OIIQ,1996) La pratique infirmière vise à rendre la personne (famille, groupe ou collectivité) apte à prendre sa santé en charge selon ses capacités et les ressources que lui offre son environnement, quelle que soit la phase de sa maladie. Elle vise également à rendre la personne capable d’assurer son bien-être et d’avoir une bonne qualité de vie.Premier énoncé descriptif de notre profession: lepartenariat infirmière-client (OIIQ, 1996): L’alliance infirmière-client s’établit dans une relation de respect mutuel et dans le partage d’un but commun.
  12. 12. ORIENTATIONS PROFESSIONNELLES L’exercice infirmier à Info santé (OIIQ,1999)  À la fin de l’intervention téléphonique, l’infirmière doit s’assurer que l’intervention recommandée au client lui convient sur les plans physique, culturel, et économique et qu’elle répond à son besoin; si ce n’est pas le cas , elle explore des solutions de rechange avec lui. L’exercice infirmier en soins de longue durée (OIIQ,2000)  La personne âgée et ses proches participent aux orientations du milieu .  L’infirmière établit une alliance avec le client et ses proches entre autres en créant une relation de confiance avec le client et ses proches basée sur : le respect mutuel, l’échange d’informations, le désir de travailler ensemble, le partage d’un but commun, les respects des choix du client et de ses proches.
  13. 13. CONTRIBUTION INFIRMIÈRES CHERCHEUSESDÉCRIRE ET COMPRENDRE: COMPRENDRE LESPARTICIPATION, COLLABORATION EXPÉRIENCES DE SANTÉ PARTENARIAT CO-CONSTRUCTION D’INTERVENTIONS EFFICACES
  14. 14. DE LA THÉORIE À LA PRATIQUE: QUELQUES PERCÉES COMPLIANCE Soutien et accompagnement OBSERVANCE à l’autogestion des maladies Attentes chroniques ? Préoccupations Aide au changement ADHÉSION souhaité par le patient Plan d’enseignement/ Plan Forces et capacités d’éducation thérapeutique PARTICIPATION réalisé avec le patient Objectifs-hypothèsesCOLLABORATION et priorités du patient- Patients ressources famille Programme deAUTONOMISATION rétablissement rapide suite à(EMPOWERMENT) une chirurgie d’un cancer Perception d’auto colorectal efficacité PARTENARIAT
  15. 15. LES DÉFIS Socialisation interprofessionnelle Croyances et Idées préconçues (rôles et capacités) Paroles ≠ Actions Les contextes de soins Tout ou rien Reconnaitre les compétences Difficultés à exprimer Facteurs ses organisationnels La valorisation attentes et ses idées Les demandes et les choix qui confrontent nos valeurs et nos limites Les craintes Troubles cognitifs et de communicationLe désir de faire plaisir à l’infirmière Expérience personnelle et généralisationApprendre à apprendre du Conceptions multiplespatient Compétences infirmières Partenariat forcé, pressé, mal ajusté ou préparé,
  16. 16. LE GRAND DÉFI : MODULER, SYNCHRONISERLes études indiquent que la volonté de participer àla prise de décision relative aux soins varie selonles personnes et les circonstances. Lacollaboration forme un continuum et chaquepersonne y occupe la position qui lui convient lemieux. (…). Le degré de collaboration peut varierchez une même personne suivant la situation, lescirconstances et le moment. Gottlieb et Feeley, 2007
  17. 17. DES CONTEXTES DE SOINS EN ÉVOLUTION30 équipes de soins et certainement plus … 8 centres hospitaliers … … 6 exemples parmi Cité de la Santé, Laval 30… CSSS Bordeaux-Cartierville La clé des champs — CSSS Jeanne CSSS Jeanne-Mance Mance CHUM Centre d’information pour les usagers et les proches (CIUP) — HMR HMR Le Centre de cardiologie préventive — CHU Sainte-Justine CHUM Institut de Cardiologie de Montréal Programme des troubles de la communication — CHU Sainte-Justine Hôpital Louis-H Lafontaine Csss Lanaudière-Sud Projet de préparation au plan d’intervention individualisé (déficience intellectuelle) — HLHL Projet Da Vinci — CSSS Laval
  18. 18. DES CARACTÉRISTIQUES COMMUNES Stratégie StructureCrées pour répondre à un manque observédans la pratique par un ou plusieurs soignants Construites autour d’une équipe interprofessionnelle dynamique et soudéeRelèvent souvent d’initiatives personnelleset isolées Présence d’un intervenant pivot, un atout nécessaireRencontrent généralement ces difficultés: Généralement programmes de petite envergure − résistance des autres professionnelles − difficultés financières Hiérarchie non formalisée − manque de reconnaissance de la direction Synthèse de la recension Personnel et processus Système de récompenseLes professionnels de l’équipe démontrent Le soutien de la direction est un facteur deune conviction personnelle face aux bénéfices succès déterminantde l’intégration des patients  La valorisation des programmesProcessus généralement très flexible (reconnaissance officielle, aide financière)permettant une adaptation aux spécificités de accroît la pérennité des initiativeschaque patient
  19. 19. FAIRE ÉQUIPE N’EST PAS UNE OPTION:DES CONVICTIONS POUR PASSER À L’ACTION  Il faut croire au potentiel du patient et de ses proches; les accompagner en renforçant leur pouvoir d’agir (Cara, 2012). Reconnaître qu’ils sont les experts  Apprendre l’un de l’autre pour mieux comprendre la situation de santé (Feeley et Gotlieb, 2007)  Il est possible de trouver une manière de travailler ensemble pour atteindre les objectifs de santé du patient-famille (Creager citée par Feeley et Gotlieb, 2007) quels que soient sa situation et le milieu de soins
  20. 20. DES IDÉES ET DES QUESTIONS POUR PASSER À L’ACTION Infirmière soignante Infirmière Infirmièrechercheuse gestionnaire Infirmière formatrice
  21. 21. © CHUM, 2012
  22. 22. COMMENT FAITES-VOUS ÉQUIPE AVEC CEUX QUE VOUS SOIGNEZ ? COMMENT RENFORCEZ-VOUS LEUR POUVOIR D’AGIR?RELATION HIÉRARCHIQUE RELATION DE COLLABORATION © Microsoft online, 2012
  23. 23. MOT DE LA FIN
  24. 24. SORTIR DU PATERNALISME PartenariatPaternalisme de soins Approche centrée sur le patient
  25. 25. POUR PLUS D’INFORMATION VINCENT DUMEZ VINCENT.DUMEZ@UMONTREAL.CA ou ANDRE.NERON@UMONTREAL.CA SYLVIE LAFRENIÈRE SYLVIE.LAFRENIERE.CHUM@SSSS.GOUV.QC.CA MERCI !
  26. 26. RÉFÉRENCES (LAFRENIÈRE)Brink, P.J. (1992). Autonomy versus do no harm. Western Journal of Nursing Research. 14:264-266.Cahill, J. (1998). Patient participation – a review of the literature. Journal of Clinical Nursing 1998; 7: 119–128Cara, C. en coll. avec Gagnon, L. (2012). Pratique clinique démarche et modèle humaniste des soins UdeM. Atelier de formation.Faculté des sciences infirmières. Université de Montréal.Gallant,M., Beaulieu, M. et Carnevale, F. (2002). Partnership: an analysis of the concept within the nurse–client relationship. Journalof Advanced Nursing, 40(2), 149–157.Gottlieb, L. et Feeley, N. (2007). La collaboration infirmière-patient. Un partenariat complexe. Montréal: Beauchemin Chenelière. 184p.Hertz, J.E. (1996). Conceptualization of perceived enactment of autonomy in the elderly. Issues in Mental Health Nursing, 17, 261-273.McInnes, E. et Askie, L. (2004). Evidence Review on older people’s view and experiences of falls prevention strategies. First Quarter2004 - Worldviews on evidence-based nursing. P20-37.Jacelon, C.S. (2004). Older adults and autonomy in acute care. Increasing patient’s independence and control during hospitalization.Journal of gerontological nursing, 30(11), 29-36.OIIQ (1999). L’exercice infirmier en santé communautaire. Les services de santé courants et Info-Santé. Montréal : Auteur.OIIQ (2000). L’exercice infirmier en soins de longue durée. Au carrefour du milieu de soins et du milieu de vie. Montréal : Auteur.OIIQ (2004). Perspectives de l’exercice de la profession d’infirmière. Montréal : Auteur.Patterson, B. (2001). Myth of empowerment in chronic illness. Journal of Advanced Nursing 34(5), 574±581Pépin,J., Kérouac,S. et Ducharme, F. (2010). La pensée infirmière. 3e édition. Montréal : Chenelière.Roberts, K. (2002). Exploring participation: older people on discharge from hospital. Journal of Advanced Nursing, 40(4), 413–420Waterworth s & Luker k a (1990). Reluctant collaborators: do patients want to be involved in decisions concerning care? Joumal ofAdvanced Nursing 15, 971-976

×