2014 Olmix press clipping

3 742 vues

Publié le

2014 Olmix press clipping

Publié dans : Sciences
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 742
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
11
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

2014 Olmix press clipping

  1. 1. REVUE DE PRESSE 2014 Olmix SA Le Lintan ZA du Haut du Bois 56580 Bréhan France Téléphone: +33 (0)297 38 81 03 Télécopie: +33 (0)297 38 86 58 Email: contact@olmix.com Website: www.olmix.com Société Anomyne au capital de 428 396, 20 € - RCS Vannes B 402 120 034 Siret: 402 120 034 00010 - Code NAF: 241 E - N° TVA Intracommunautaire: FR 20 402 120 034
  2. 2. 31 Décembre 2014 Quotidien
  3. 3. 7 VOIE D'ACCES AU PORT BP 67243 29672 MORLAIX CEDEX - 09 69 36 05 29 28 DEC 14 Quotidien OJD : 203298 Surface approx. (cm²) : 1172 Page 1/4 cd78c5805fa0ae0722eb41148902953334569b24313f432 OLMIX 1436452400508/MRJ/AJR/2 Tous droits réservés à l'éditeur L'ENJEU BRETON DE LA BIOTECHNOLOGIE Désormais, la Bretagne se situe au troisième rang des régions françaises en pointe dans le domaine des biotechnologies. Ces recherches scientifiques, qui débouchent sur des applications pratmups pt emploient déjà quelque 2 500 personnes, créent une activité industrielle riche d'avenir .
  4. 4. 7 VOIE D'ACCES AU PORT BP 67243 29672 MORLAIX CEDEX - 09 69 36 05 29 28 DEC 14 Quotidien OJD : 203298 Surface approx. (cm²) : 1172 Page 2/4 cd78c5805fa0ae0722eb41148902953334569b24313f432 OLMIX 1436452400508/MRJ/AJR/2 Tous droits réservés à l'éditeur Biotechs. Un vivier d David Cormier Depuis environ deux ans, la Bretagne est la troisième région de France en matière de biotechnologies, ces techniques qui partent du vivant pour en faire une industrie. Elle s'appuie beaucoup sur la mer et l'agroalimentaire. Une filière créatrice d'emplois, sans aller toutefois jusqu'à pouvoir remplacer, à moyen terme, les industries lourdes traditionnelles. Les biotechnologies en Bretagne 150 entreprises 6.000 salariés dans l'industrie biotech Centred'innovationtechnologique Entreprise Équipe et laboratoire de recherche Plate-forme technologique Pôle de compétitivité
  5. 5. 7 VOIE D'ACCES AU PORT BP 67243 29672 MORLAIX CEDEX - 09 69 36 05 29 28 DEC 14 Quotidien OJD : 203298 Surface approx. (cm²) : 1172 Page 3/4 cd78c5805fa0ae0722eb41148902953334569b24313f432 OLMIX 1436452400508/MRJ/AJR/2 Tous droits réservés à l'éditeur « On estime a 2 500 le nombre d'emplois dans les [^technologies en Bretagne, en 2013, en nette pro gression depuis quèlques annees Dans 250 entreprises, dont une cm quantame ne font que cela », détaille Gilbert Blanchard, directeur deCBBCapbiotek(*) Les biotechnologies recouvrent une foule d'activités tres diverses dont les domaines d'application se trouvent généralement dans la sante, la nutrition et les cosmetiques Seules l'Ile de France et Rhône Alpes (ou se trouvent les grands groupes chimiques) dépassent la Bretagne en la matiere Pour Rachel Portai Sellm, chargée de mission au pole mer Bretagne At (antique, « c'est un de nos six domaines d'action Nous avons 200 projets labellises depuis 2005, pour 610 millions d'euros Parmi eux, 91 concernent les ressources biologiques marines, dont 40 pure ment de biotechs, avec 147 millions d'euros en recherche et développe ment Le plus gros, c'est Olmix, a Brehan (56) Ils travaillent sur la valorisation des algues, sur le bien- être et l'alimentation des am maux » Une societe au chiffre d'affaires de 65 millions d'euros l'an dernier, essentiellement a l'export Lin environnement favorable « Notre region travaille essentielle ment sur les biotechnologies marines et agricoles Nous nous « On estime à 2.500 le nombre d'emplois dans les biotechnologies en Bretagne, en 2013. » Gilbert Blanchard directeur de CBB Capbiotek appuyons sur des industries tres développées ici comme l'agroalim entaire ou la thalasso », embraie Gil bert Blanchard « Tout cela part de la richesse natu relie de notre region avec la terre, la mer, leur faune, leur flore Notre particularité est aussi qu'avant de se lancer, les Bretons prennent plus de précautions Du coup, dans ce domaine, il y a un peu moins de créations ici qu'aux Etatsunis, en Angleterre ou même en Rhône Alpes maîs elles sont plus perennes Le financement est aussi plus diversi fie fonds publics, entreprises, busi ness angels, banques aussi mainte nant, voire désormais le crowdfun dmg (le financement participatif) » La proximite géographique est essentielle au developpement d'une filiere de pointe, selon Mael de Galan, de ManRos Therapeutics, a Roscoff, adossée au CNRS « Boston est devenue la Mecque des bio techs, comme la Silicon Valley, pres de San Diego, pour les telecoms Ils se sont tellement développes et regroupes la bas qu'ils avancent a toute vitesse, en travaillant ensemble, en se croisant dans la rue Dans notre domaine, ici, cela manque » Dispersion Beaucoup d'entreprises de biotech nologies se sont créées pres du litto rai (surtout dans le Nord Finistere et a Saint Malo Rennes) Faudrait il qu'elles soient plus resserrées, sur un tout petit territoire 7 Le fait que la region Bretagne s'implique davan tage depuis un an pourrait favoriser cela « Pour ma part, avec Skype, ie travaille régulièrement avec des gens de Shanghai ou d'Aust ralle i », tempère Gilbert Elan chard Les acteurs de la filiere voient un autre frein a son developpement « Nous souffrons de la capacite de certains territoires a accepter les activites industrielles ll ne s'agit pas que les gens se désintéressent de la protection de l'environnement maîs il y a un equilibre a trouver », selon Rachel Portai Sellm « ll faut voir le rapport benefice risque », quand il y a un risque reel La filiere des biotechnologies est tres prometteuse, y compris en termes d'emplois, maîs aux profils majoritairement tres qualifies « Le modele n'est certes pas a faire de grosses usines maîs il ne faudrait peut être pas rester timides trop longtemps », nuance toutefois la chargée de mission au pôle mer ll faut aussi que les financeurs acceptent que la majorité des start up qui se créent dans ce domaine meurent assez vite, celles qui réussissent, qui ont explore une voie qui aboutit a des mises sur le marche de medicaments, par exemple, peuvent générer alors beaucoup d'argent La Bretagne «Jetravaille régulièrement avec des gens de Shanghai* ou d'Australie ! » Gilbert Blanchard ferait bien de ne pas rater ce virage Elle paraît plutôt bien partie pour profiter de ses atouts * CEB Capbiotek est une structure basée a Rennes a la fois scientifique d aide administrative et de reseau vahdee par un vote de la region Bretagne en decembre dernier Le Centre de biotechnologies en Bretagne (CBB) avait ete cree par I Etat et la region en 1985
  6. 6. 13 SQUARE DU CHENE GERMAIN CS77711 35577 CESSON SEVIGNE CEDEX - 02 99 32 21 21 DEC 14 Mensuel OJD : 8341 Surface approx. (cm²) : 2474 N° de page : 32-37 Page 1/6 OLMIX 1848552400508/GJD/OTO/3 Tous droits réservés à l'éditeur Une erreur à éviter. Votre maïs est plus humide ou plus sec? N'oubliez pas d'ajuster la quantité brute dans la ration des taries. Nouveau pour l'alimentation du troupeau Hanskamp propose unestalle de Dac àsensunique.Doubleavantage, selon lefabriquant: . lavachesortnaturellementdansle couloird'alimentation.Ellen'est pas gênée ou agressée par des dominantes qui attendent à l'en- trée; . elle n'apas à tournerni à reculer, ce qui évite des surcharges au niveau des pieds. lxi porte arrière se lève plus lente- ment que laporte avant. La vitesse de fermeture est réglable. Cette nouvelle version appelée FeedStation Walk Through conserve les portes automatiques L'Portetledistributeurdeconcen- trés PipeFeeder (deux aliments). info@hanskamp.nl Bonda étoffe sa gamme de farines de biscuits avec Bondanut LF (Low Fat): allégé en matières grasses. « L'apport énergétique estproche d'unblé. llestgarantisansOGM » Pierre Montnach est charge du développement de la gamme de coproduits Bondanut auprès des fabricants d'aliments (porcs, bovins).«l£.schips,gâteaux,pains etsucreriessont collectés chez tcs industriels, puis Imités sur notre sitede dépaquetageautomatisé. » Néovia (InVivo) publie les résultats de son enquête mycotoxines sur46 échantillons de bléfrançaisrécoltés en 2014. Une majorité des myco- toxinesretrouveessontdcsfusario- toxmes(trichothécènes,flimoni- sines et zéaralénone). Et les trois la vache entre d'un côté et sort de l'autre, avec cette FeedStation Walk Through chez Hanskamp. contaminants les plusprésents sont le DON, le nivalénol et la zéaralé- none. « St la concentration médiane est plus faible qu 'en 2013 pour le DON, les échantillons fortement contaminés auront un impact sur lasanté et lesperformances. » enacerkhodja(fl)invivo-nsa.com (Elise Nacer Khodja) Solvay a confié une étude sur le bicarbonate de sodium au Dr Mahlkow-Nergedc l'université deKiel (Allemagne). Lelottémoin areçu 60%defourragesct40%de concentrés. Le second une ration progressivement enrichie en concentrés el enBicarZ. « L'essai montre que l'augmentation des concentrés,jusqu'à ^2,3 kgpar Un maïs plus humide, les taries étaient sous alimentées Une erreur classique. Dans cet élevage, le nouveau maïs est commencé. Laration des laitières a été revue, pour éviter de baisser en lait et de retrouver des grains dans les bouses, mais pas celle des taries... Un oubli qui pénalisera les débuts dc lactation, car les maïs 2013 et 2014 sont très différents dans cet élevage: . ensilage 2013: 37,4 % MS. 7,6 % MAT, 24,3 % ADP, 43 % NDF.31 % amidon; . ensilage 2014: 30,1 % MS, 7,9 % MAT, 24.1 % ADP, 42,5 % NDF, 31,7% amidon. L'ensilagedemaïs2013 étaitbeau- coup plus sec. Une correction s'impose: . ration des taries 2013:4,5 kg de paillecoupée, 2,6kgde soja-colza 50-50,0,8 kg d'orge aplatie, 13 kg d'ensilage dc maïs, 100 g dc miné- ral vaches taries. 50 g de chlorure dccalcium; • ration des taries 2014, équiva- lente en ingestion et en apports nutritionnels, mais avec : 4,5 kg de paille coupée, 2.6 kg dc soja-colza 50-50,0,6 kg d'orge aplatie, 17 kg d'ensilage de maïs, 100 g de miné- ral vaches taries, 50 g de chlorure decalcium. Sans cet ajustement de quantités brutes, les vaches auraient été sous-alimentées, de l'ordre d'un kilo de MS de maïs. Les pics auraientbaissé,alorsquel'éleveur avait l'impression de n'avoir rien change. • jour et par vache, associée uit bicarbonate(219à300gparjour), tie provoquepas cle baisse du pH mmtnaletsetraduitparunehausse en luit (+1,8 kg). » cecile.texier@solvay.com Réseau Océadis. Pelfi Tonus à base de vitamines C et E, sélénium et extraits de plantes. « L'immunité ett renforcéepar l'hysope, le cassis et l'échinacéa. » Ce supplément nutritionnel contient également de la réglisse « dont les saponosides favorisent laproduction de mucus dans la trachée » pascalJenormand@ rcscau-oceadis.fr Olmix. Nutritionnel DigestSea, à base d'algues, choline, méthionine et vitamine B12. Objectif: « drainer, améliorer lesjonctions rénales et digestives,pmtégerlefoie».Préco- nisé après vêlage : « en périodes à risque et périodes chaudes, pen- dant cinqjours, en drenchage ou dans l'eau de boisson. » mlegoff@amadeite.com (Matthieu Le Goff)
  7. 7. 26 DEC 14 Hebdomadaire OJD : 4430 Surface approx. (cm²) : 636 N° de page : 8 Page 1/2 OLMIX 6664452400524/MHL/OTO/3 Tous droits réservés à l'éditeur O Aviculture française Al'heuredelareconquête Alors que les importations représentent désormais 40 % de la consommation française de viande de poulet, les éleveurs français de volailles entendent relever le challenge et se mobiliser pour reconquérir des parts de marché. S oyons Imaginatifs et com- battifs : ensemble nous devons reconquérir ces marchés ». Tel a été l'objectif fixé par Michel Prugue lors de la dernière assemblée générale de la Confédération française de l'Aviculture (CFA), àNantes, le 30 octobre. « Notre déter- mination est totale », a ajouté l'éleveur de volailles label dans les Landes qui était encore pré- sident de la CFA. Double objectif en réalité : le marché intérieur où la volaille française ne cesse de perdre du terrain depuis une quinzaine d'années maintenant, et le mar- ché export où les volumes sont en chute libre depuis la fin des restitutions l'année dernière. Il y a urgence : la production > Volaille de chair française de volailles a reculé de 20 % depuis 1998. Et les importations représentent dé- sormais 40 % des poulets que les Français consomment chaque année. « C'est un véritable pa- radoxe », observait Jean-Michel Schaeffer, éleveur de volaille d'Alsace, rappelant que « la demande mondiale explose, à tel point qu'en 2020, la volaille sera la viande la plus consom- mée dans le monde. En France aussi, la consommation pro- gresselégèrementchaqueannée. Mais nous, les Français, on n 'en profite pas ! ». Édifiant ! Depuis 2007, la France est dé- ficitaire nette dans ses échanges avec ses voisins européens. La France, 14e pour la compétitivité Selonlespremiersrésultatsd'uneétudecommandéeparFran- ceAgriMer au cabinet AND International, la France arrive à la 14e place (sur 21 pays suivis) dans un classement international de la compétitivité des secteurs volaille de chair. Au sein de l'Union européenne, elle se place certes devant l'Espagne, la Belgiqueetl'Italie,maisderrièrelesPays-Bas,l'Allemagneetle Royaume-Uni. Au niveau international, le Brésil occupe la première place, suivi par la Thaïlande, l'Argentine et les États- unis. Le classement pondère 31 critères, classes selon sept axes : « les coûts de production, les entreprises et les structures sectorielles,lepotentieldeproduction,leportefeuilledemarchés, la maîtrise des facteurs naturels, l'environnement institutionnel et les conditions macroéconomiques dupays ». La France apparaît ainsi clairement « handicapée par ses coûts de production et la faiblesse de sa balance commerciale », rapporte FranceAgriMer. Les Allemands, les Néerlandais et même les Belges grignotent des parts du marché français ! L'exemple belge est édifiant : durant les quinze dernières an- nées, au moment même où l'aviculture française reculait nettement, les Belges ont, eux, augmente leur production, leurs exportations et doublé la taille de leurs élevages, sans que cela pose de problème ni avec les pouvoirs publics, ni avec les mouvements écologistes... Patrick Van DenAvenne, opé- rateur flamand de volaille, a expliqué que la taille moyenne des exploitations était ainsi passée de 30.000 à 60.000 vo- lailles en Belgique. Grace à un dialogue et des engagements debonnespratiques(diminution des antibiotiques, meilleure gestion des fientes...) avec plu- sieurs associations écologistes. « Vous m'avez sidéré ! », confiait en aparté Xavier Beulin, le président de la FNSEA, au représentant de la filière belge... Comment en sortir ? « Notre accordavec Sofiprotéol, c'est une façon de réattaquer le marchéfrançais », indiquait Denis Lambert, le PDG de LOC, le leader du marché hexagonal. « Ce n'estpas en grande surface que nous avons leplus de retard, ce sont sur les produits indus- triels, type nuggets, lesproduits transformés qui souffrent le plus de la concurrence ». Le 16 octobre, LOC venait d'annoncer l'échange de six
  8. 8. 26 DEC 14 Hebdomadaire OJD : 4430 Surface approx. (cm²) : 636 N° de page : 8 Page 2/2 OLMIX 6664452400524/MHL/OTO/3 Tous droits réservés à l'éditeur sites industriels avec Glen San- ders, la filière animale de So- fiprotéol. Deux des nouveaux sites bretons de LDC sont spé- cialisés en produits industriels. Spécialisation des sites, auto- matisation... La restructuration des outils de transformation a commencé. Ce n'est pas Do- minique Grasset, le président de Gastronome, filiale dèTerrena et numéro deux du marché fran- çais de la volaille, qui allait dire le contraire. Éleveur dans l'Ouest, il appelle de ses vœux une refonte des contrats éle- veurs/transformateurs. Prix, date de livraison, indice de qualité... Autant d'éléments qu'il faudrait intégrer au contrat selon Jean-Michel Schaeffer. « Attention à ne pas découvrir l'éleveur » tempérait Michel Prugue. Pour améliorer leur compétitivité dégradée, les éleveurs deman- dent notamment l'assouplisse- ment de la réglementation sur les installations classées pour la protection de l'environnement (ICPN), pour pouvoir augmenter la taille de leur élevage. Reste l'export. Doux ne perd plus d'argent. Une bonne nou- velle qui venait tout juste d'être annoncée par le groupe alors que son principal client,Al Mu- najem, entrait au capital du volailler à hauteur de 25 %. « Le marché export n'est pas une simple voie de dégagement desexcédents »,indiquaitXavier Beulin, pour qui « Al Munajem pourrait faire encore un effort et augmenter sa participation jusqu'à 30 ou 35 %, ce qui serait une bonne chose pour Doux ». Quant à Tilly Sabco, tout le monde attendait avec anxiété la fin de la liquidation judiciaire le 30 novembre. De- puis, on sait que le tribunal de commerce de Brest a retenu l'offre du Britannique MS Foods, en association avec la chambre de commerce de Mor- laix et le fonds d'investissement Breizh Algae Invest (Olmix), permettant la sauvegarde de 200 emplois sur un total de plus de 320. Cette offre prévoit la création d'une société dont le capital serait détenu à parts égales entre les trois acteurs (1,5 million d'€ au total) autour du projet de produire du poulet, selon le rite balai ou non, frais, congelé et nourri aux algues. • Depuis son assemblée géné- rale, la Confédérationfrançaise de l'aviculture (CFA) a procédé le 11 décembre à l'élection deJean-MichelSchaefferàsa présidence. Michel Prugue est vice-président chargé des re- lations interprofessionnelles et Isabelle Leballeura été re- conduite au poste de secrétaire générale.
  9. 9. 10 RUE DU BREIL ZI RENNES SUD-EST 35051 RENNES CEDEX 09 - 02 99 32 60 00 27/28 DEC 14 Quotidien OJD : 749258 Surface approx. (cm²) : 996 Page 1/4 027d653855802a06e26045847209b51131c6641251f1414 OLMIX 5432452400506/VSG/ATF/2 Tous droits réservés à l'éditeur Morbihan Qui sera le Morbihannais de l'année 2014 ? Ouest-France avec le conseil général et le CréditAgricole du Morbihan relancent l'opération qui met en valeur des personnes qui ont fait l'actualité au cours des 12 derniers mois. Un cinéaste poète ferrailleur a rem- porte le prix en 2013 Robert Cou- dray succédait ainsi au Cercle cel tique du Croisty, vainqueur de l'édi- tion 2012 Apres Erwan Le Clainche et Mickael Offret, deux automobi- Iisles sauveteurs aux pompiers du Morbihan en 2010 et aux soldats du 3e Rima de Vannes Qui sera le Mor- bihannais de I annee 2014 ? Une fois encore e est vous qui en déciderez ' Cette operation est organisée pour la sixième annee par le journa Ouest France, en partenariat avec le Conseil general et le Credit Agricole du Morbihan Son but7 Mettre en va- leur des personnes ou des groupes qui ont fait l'actualité au cours des douze derniers mois Douze nominés dans quatre catégories Pour cette nouvelle edition les rédac- tions d'Ouest-France ont sélection- ne douze personnes, reparties dans quatre catégories culture sport, en- treprise et citoyennete Vous pouvez decouvrir l'ensemble des nommes ci dessous I ls seront aussi présentes ndividuellement chaque jour (excep te le dimanche) dans nos colonnes a partir du lundi 29 decembre Tous ces nommes sont soumis aux votes des lecteurs qui s'effectuent a partir de ce samedi 27 decembre sur notre site internet ouest-france fr ! Et vous pouvez voter jusqu au 13 janvier Ceux qui recueilleront le plus de votes dans leur catégorie se- ront recompenses lors d'une soiree le 15 janvier a l'hôtel du departement du Morbihan a Vannes Et celui qu aura obtenu le plus de voix, toutes catégories confondues, sera désigne /Apres le soldats du 3e Rima de Vannes en 2009, les pompiers du Morbinan en 2010 Erwan Le Clainche et Mickael Offret, deux automobilistes sauveteurs en 2011 le Cercle ce/tique du Croisty en 2012, et Robert Coudray, poète ferrailleur, lan dernier qui sera le Morbihannais de l'année ? « Morbihannais de I annee » Les quatre catégories en lice Le prix culture recompense des or- ganisateurs et artistes qui ont fait aboutir des projets et connu un vrai succes durant l'année Le prix spor- tif regroupe des champions auteurs de performances remarquables en 2014 Le prix entreprise s'intéresse aux dirigeants et entreprises pour eur parcours, leur innovation et sa- voir-faire Le prix citoyennete s inte- resse aux personnes ayant accompl des actes de bravoure ou qui sont connues pour leur dévouement leur courage ou tout simplement, pour leur faculté a se mettre aux services des autres Le palmarès dévoilé le 15 janvier Comme l'an dernier, le palmaies complet de l'opération sera dévoile au conseil general le jeudi 15 janvier En votant pour vos favoris vous ga- gnerez peut-être aussi un des nom- breux lots, par tirage au sort et vous serez également invites a la soiree de remise des prix
  10. 10. 10 RUE DU BREIL ZI RENNES SUD-EST 35051 RENNES CEDEX 09 - 02 99 32 60 00 27/28 DEC 14 Quotidien OJD : 749258 Surface approx. (cm²) : 996 Page 2/4 027d653855802a06e26045847209b51131c6641251f1414 OLMIX 5432452400506/VSG/ATF/2 Tous droits réservés à l'éditeur Pour voter, rendez-vous sur ouest-france.fr! Sur les pages locales du Morbihan Pour soutenir vos favoris, le vote est réalisé cette annee via notre site in- ternet ouest-france.fr I Rendez-vous sur l'une de nos cinq pages locales du Morbihan : www.ouest-france. fr/vannes ; www.ouest-france.fr/lo- nent ; www.ouest-france.fr/auray ; www.ouest-france.fr/pontivy et www. ouest-france.fr/ploermel En quèlques elies ll vous suffit d'accepter le règlement du jeu, d'indiquer vos coordonnées et de choisir parmi les nommés. Pour le prix culture : Delphine Cou- lin, Serge Boulier et Anne Burlot-Tho- mas. Pour le prix sportif : Delphine Cousin, Erwan Le Roux et Louis Bou- hana. Pour le prix entreprise : Car- men Bouchard-Salvan, Hervé Balus- son et Ariane Pehrson. Pour le prix citoyenneté : Philippe Martinez, Gré- gory Mondot et Nolwen Le Floch. Trois tirages au sort En jouant, vous gagnerez peut-être, par tirage au sort, un séjour pour 2 personnes au Maroc, un iPad mini, des trolleys cabine, des stations mé- téo, des réveils et de nombreux au- tres lots. Chaque participant pour- ra participer une fois par 24 heures pour faire élire son candidat favori et multiplier ses chances de gagner un lot. Les 3 tirages au sort s'effectue- ront les 31 décembre, 6 janvier et 12 janvier. Les noms des gagnants de chaque tirage seront publies dans le journal. Les lauréats de l'édition 2013 des Morbihannais de l'année, lors de la soirée Palmarès, au conseil général du Morbihan.
  11. 11. 10 RUE DU BREIL ZI RENNES SUD-EST 35051 RENNES CEDEX 09 - 02 99 32 60 00 27/28 DEC 14 Quotidien OJD : 749258 Surface approx. (cm²) : 996 Page 3/4 027d653855802a06e26045847209b51131c6641251f1414 OLMIX 5432452400506/VSG/ATF/2 Tous droits réservés à l'éditeur Les douze nominés dans les quatre catégories 1. DelphineCoulin Prix Culture De son benevolat au- près de sans-papiers a la Cimade, la Lanestenenne Delphine Coulin, 42 ans, a tire un roman Samba pour la France, paru en 2011 Le duo de réa hsateurs Toledano-Nakache s'en est fortement inspire pour son film Sam- ba, avec Omar Sy et Charlotte Gains- bourg <• Son livre, tres documente met l'humain au centre de l'histoire nous expliquait Eric Toledano Del- phine et sa sœur Muriel, réalisatrice, étaient d'accords qu'on l'adapte. On l'a fait avec elles » 2. Serge Boulier Prix Culture . C'est a 18 ans, dans un atelier amateur quest nee sa passion des marionnettes Serge Boulier, 53 ans, a fondé le Bouf- fou Théâtre a Hennebont, en 1998 Grâce a son style poétique, bur- lesque et tendre, sa compagnie s'est fait un nom et emploie 4 permanents et 12 intermittents. Couronne par un Molière du spectacle jeune public en 2007, Serge Boulier a monte une vingtaine de spectacles dont le der- nier en date, «Toi du monde», sorti en octobre 2013, a déjà ete joue pres de 200 fois 4. Delphine Cousin Prix Sportif. A 22 ans, Delphine Cousin est déjà double championne du monde de wmdsurf en slalom Li cenciee au Yacht Club de Carnac elle a ete en tête de la compétition tout au long de la saison , fm no- vembre a Nouméa lors de l'ultime epreuve, la Morbihannaise a même remporte sept manches sur qua- torze « Je suis ravie de conserver mon titre » a sobrement commenté la benjamine de l'équipe de France, nommée par la Federation française de voile au titre de mann de l'année 5. Erwan Le Roux Prix Sportif. Le grand chelem Grandissime favori de la Route du Rhum en catégorie MultiSO, le mann de Ploemel, 40 ans, n'a pas déçu. « Je ne me refuse rien, j'ai tout don- né c'est vrai... » Record a la cle, il a confirme son succes lors de la Tran- sat Jacques-Vabre (avec Yann Elies) Egalement vainqueur du Tour de France (avec Daniel Souben), il est un parfait ambassadeur de la classe MultiSO « J'invite de nombreux coureurs à venir nous rejoindre, il y a des bateaux à vendre. Ils sont ma- gnifiques.» 7. Carmen Bouchard-Salvan Prix Entreprise Sa petite robe de f soiree noire aux manches chauve- souris a fait la difference Couturière, nstallée à Erdeven, Carmen Bou- chard-Salvan a remporte en octobre le concours de l'émission « Cou- su mam », sur M6 Et une belle no toneté... Une annee faste pour cette Québécoise d'origine, auto-entrepre- neuse, qui travaille aussi pour la filiere nautique, a la réalisation de housses de wmches, sacs, tauds de protec- don... Elle vient d'ailleurs de publier un livre, Les créations dè Carmen. 8. Hervé Balasson Prix Entreprise. 400 salaries, 7 usines, une commercialisation dans 70 pays La societe Olmix, créée en 1995 à Brehan, est spécialisée dans les solutions naturelles pour la nutri- tion et la sante animale en utilisant les algues Un produit d'avenir selon son PDG, Herve Balusson, car elles contien- nent des molecules uniques, qu peuvent « booster » l'immunité des animaux ou améliorer leur fonction nement digestif. Reconnue pour ses innovations, Olmix poursuit vestissements 10. Philippe Martinez Prix Citoyenneté. Ce commandant de remorqueur de 57 ans, résidant a Vannes, travaille dans l'offshore Ce qui l'a amené a naviguer aux quatre coins du monde. Pendant deux ans, il a évolue en Mediterranee, pres de la Libye notamment. Au large de ce dernier pays, il a sauve avec son re- morqueur, durant le mois d'août 1 840 migrants entasses sur des em barcations de fortune Sa compagnie s étant retiré de ce secteur agite, le capitaine Martinez devrait désormais travailler au large du Venezuela 11. Grégory Mondot Prix Citoyenneté Pendant les nondations, le 7 fevrier dernier Gré- gory Mondot a sauvé un septuage naire de la noyade à Quily ll se pro- menait a pied pour voir la crue du canal de Nantes a Brest quand une 4L avance sur une route inondée Elle est emportée par le courant ll appelle les pompiers et se précipite dans l'eau ll parvient jusqu'à la voi- ture, presque complètement immer- gée, sort son conducteur et le hisse sur le toit avant d entreprendre les ^ f " 4 I^, * gestes de premiers secours, qui vont le sauver
  12. 12. 10 RUE DU BREIL ZI RENNES SUD-EST 35051 RENNES CEDEX 09 - 02 99 32 60 00 27/28 DEC 14 Quotidien OJD : 749258 Surface approx. (cm²) : 996 Page 4/4 027d653855802a06e26045847209b51131c6641251f1414 OLMIX 5432452400506/VSG/ATF/2 Tous droits réservés à l'éditeur 3. Anne Burlot-Thomas Prix Culture . Anne-Burlot-Thomas, 41 ans, a pris fm 2011 les rênes de l'association Musiques d'aujourd'hui au pays de Lorient. Elle veut favoriser les musiques actuelles, dans une dé- marche la plus large possible. D'où le défi de réunir le plus grand groupe de rock du monde. Pan réussi le 14 juin, au Moustoir, avec 1 005 musi- ciens qui balancent des reprises d'ACDC. Chef d'orchestre en cou- lisses, le coeur d'Anne bat a l'unis- GROU- E ROCK S" son des 15 DOO acteurs et specta- teurs d'une belle aventure humaine. 6. Louis Bouhana Prix Sportif. Cette saison, Louis Bouhana a crevé l'écran en rempor- tant des épreuves majeures du circuit international de saut d'obstacles : le CST** de Bratislava (Slovaquie), en août, et le CSIO**** de Porto Alegre (Brésil), une victoire sur le CST**** de l'Equita Lyon. À chaque fois sous le pavillon tricolore et avec Clandes- tin SAS, un hongre alezan âgé de 10 ans, avec lequel il travaille depuis six printemps. Les sélectionneurs de l'équipe de France comptent sur le Languidicien en 2015. 9.Ariane Pehrson Prix Entreprise. Elle a lancé « Lyophilise.fr » il y a 4 ans à Lorient. Ariane Pehrson a d'abord vendu ses petits plats préparés aux marins de la course au large. Et les équipes sont aujourd'hui nombreuses à lui confier le soin d'assurer ravitaillement, parmi des centaines de références I Elle a aussi élargi sa clientèle au fil des an- nées : randonneurs, pèlerins, ambas- sades dans des zones à risques... qui ont besoin de stocker de la nourriture avec des dates de péremption allant jusqu'à 25 ans. 12. Nolwen Le Floch Prix Citoyenneté . La vie de Nol- wen Le Floch a bascule le jour où elle a appris que son fils aîné était atteint du syndrome de Wolfram, une mala- die rare. Originaire de Camors, la quadragé- naire discrète, a refusé la fatalité et créé une association pour faire avan- cer la recherche. En juillet, l'ancienne professeur de maths travaille pour l'AFM-Télethon, dont elle est devenue la directrice na- tionale de la collecte et de la mobil!- sation. Depuis Evry, elle oeuvre désor- mais pour toutes les maladies rares.
  13. 13. 7 VOIE D'ACCES AU PORT BP 67243 29672 MORLAIX CEDEX - 09 69 36 05 29 27 DEC 14 Quotidien OJD : 203298 Surface approx. (cm²) : 128 Page 1/1 917905e15f307b04029f4fa42801d54d3bc6251751364df OLMIX 4033452400506/MHL/ADC/2 Tous droits réservés à l'éditeur Le point sur la situation économique du territoire « Malgré la crise economique qui perdure, les poids-lourds de l'ind- ustrie locale ont démontre leurs forces », indiquait, lundi, Christine Le Strat (lire ci-dessus). Parmi les proiets les plus notables, on peut citer celui de Houdebine SAS qui a investi près de 40 M€ pour develop- per une nouvelle branche de son activite avec à la cle, la création de go emplois a terme. D'autres projets d'envergure sont en cours sur le territoire Altho a investi 5 M€ en 2013 dans une ligne de production de chips de légumes et dans la création d'une nouvelle unité de production en Ardeche pour conquérir les marchés du sud de l'Europe (inves- tissement de 23 M€ pour 60 emplois) , Glon-Sanders a inves- ti 150 M€ en 2014 dans ses 75 usines d'abattage de porcs, d'ovo-produits et d'aliment du betail, Lmpac consacre, dans son programme d'investissement 2012-2014, 10 M€ pour augmenter les capacites de production du site de Noyal-Pontivy, dont 2,5 M€ en 2014 dans la création d'une nou- velle de production de films plas- tiques haute technologie. On peut aussi citer en exemple les Salaisons Celtiques et Les Moulins de Saint-Armel, avec un investisse- ment de plus de 10 M€ pour les deux usines appartenant au grou- pement des Mousquetaires depuis cinq ans. Entre 2012 et 2014, la Cecab a réalisé des investisse- ments cumulés d'environ 4 M€ au sem de l'usine Cobral a Pontivy et du nouveau centre de conditionne- ment de pommes de terre de Noyal-Pontivy. Sans oublier TMCE (environ 3 M€ dans une nouvelle ligne/atelier de production et extension des capacités de sto- ckage sur le site de Samt-Gonnéry), ni Olmix (co-mvestissement de 10 M€ dans une bio-raffinerie a Plouénan dans le Nord-Finistère, projet Divans). Taux de chômage inférieur aux autres bassins d'emploi « Actuellement sur le bassin econo- mique de Pontivy Communaute, poursuit Christine Le Strat, le tissu des petites entreprises et notam- ment celles du BTP connaissent, pour certaines, de sérieuses diffi- cultés. Maîs le taux de chômage, qui est actuellement de 8,2 % sur le territoire, demeure inférieur a celui de la moyenne nationale et a celui des autres bassins d'emploi du Morbihan ».
  14. 14. 7 VOIE D'ACCES AU PORT BP 67243 29672 MORLAIX CEDEX - 09 69 36 05 29 27 DEC 14 Quotidien OJD : 203298 Surface approx. (cm²) : 425 Page 1/2 917905e15f307b04029f4fa42801d54d3bc6251751364df OLMIX 3033452400507/MHL/ALA/2 Tous droits réservés à l'éditeur Immobilier d'entreprise. Une aide de 445.000 € Favoriser la création d'emplois, les investissements et limiter les effets de la crise économique sur la création des entreprises, tels sont les buts du dispositif de soutien aux entrepreneurs mis en place par Pontivy Communauté. Cette année, douze entreprises ont été aidées, pour un total de 445.000 €. tes douze dirigeants des entreprises aidées pour leur projet immobilier ont ete reçus a Pontivy Communaute, lundi matin
  15. 15. 7 VOIE D'ACCES AU PORT BP 67243 29672 MORLAIX CEDEX - 09 69 36 05 29 27 DEC 14 Quotidien OJD : 203298 Surface approx. (cm²) : 425 Page 2/2 917905e15f307b04029f4fa42801d54d3bc6251751364df OLMIX 3033452400507/MHL/ALA/2 Tous droits réservés à l'éditeur « En 2015, la dynamique d'investissement desPMEdutissu économique local devrait se poursuivre sur le rythme de 2014 ». Christine Le Strat Ce dispositif de soutien aux entre- preneurs et porteurs de projets, que les elus de Pontivy Commu- naute ont mis en place en 2009, se matérialise par des subventions destinées à aider les chefs d'ent- reprise ayant des projets d'achat, de construction, d'extension de locaux, et d'investissements per- mettant d'augmenter la produc- tion, sécuriser les emplois ou encore améliorer les conditions de travail. Les subventions sont accordées en fonction de criteres tels que le sec- teur d'activités, la taille, ou le mon- tant des investissements engages. Elles sont plafonnées a un mon- tant de loo.ooo € et ne doivent pas dépasser 20 % de l'investissement réalise. 114 créations d'emplois dans les trois ans Cette annee, douze entreprises ont bénéficie de l'accompagnement financier de Pontivy Communauté, pour un montant total de 445.465 €. Un montant multiplié par deux par rapport a 2013. Cela représente 114 créations d'emplois, dans les trois ans. Parmi les sociétes qui ont bénéficie d'un accompagnement Hydro- clean, qui a reçu une aide de 50.000 € accordée pour la construc- tion de son siege dans le parc d'ac- tivités du Gohelève Sud. Cet ensemble immobilier de 1.797 m2 comprend des espaces dédiés a la production (900 m2 ), une reserve pour le stockage des pieces détachées et l'expédition des pro- duits finis (700 m2 ), ainsi que des locaux sociaux sur 180 m2 (bureaux, salle de réunion-forma- tion et cafétéria). Soit un investis- sement de 1,2 M€. Le dirigeant d'Agri Inter Services, située dans le parc d'activités de Trehonm au Sourn, s'est vu remettre un chèque de 30.000 €. Une aide a l'immobilier afin de sou- tenir la récente implantation de cette entreprise sur le territoire. Avec la perspective de creation de douze emplois (vingt actuelle- ment). Le programme immobilier se caractérise par l'acquisition d'un terrain de 4.000 m2 sur lequel est édifie un bâtiment d'une surface de 375 m2 décompose en locaux sociaux (bureaux, sanitaires, salle de reunion et de pause, local infor- matique) pour 128m2 et locaux techniques (atelier de stockage du matériel, garage des véhicules) pour 246 m2 . Autre entreprise à avoir reçu le sou- tien de Pontivy Communaute TMCE, dans le parc d'activités du Gogal a Samt-Gonnéry. L'aide a l'immobilier de 100.000 € qui lui a été accordée doit lui permettre de soutenir son développement, avec la perspective de creer vingt emplois (120 employes actuelle- ment). Cette societé spécialisée dans la fabrication d'amendements de sols et de nutrition animale réalise une extension de son bâtiment de pro- duction sur une surface de 3.144m2 . Le bâtiment de type industriel est réalisé en bardages isoles verticaux et horizontaux, avec une tour de production. Près dè 1,5 M€ depuis 2010 Les neuf autres entreprises aidées en 2014 sont MGP Alu (parc d'ac- tivites de la Belle-Aurore, a Régui- ny , 40.000 €), Olmix (parc d'ac- tivités du Haut-Bois, a Bréhan , 40.000 €), Transports Juin (parc d'activités du Resto, a Samt-Gérand , 40.ooo€), LBS Habi- tat (parc d'activités de Pontivy Sud , 30.ooo€), Carrosserie Kerbel- lec (Pontivy , 20.000 €), Transports Marhm (Samt-Gérand , 15.000 €), Entreprise Daniel Le Vaillant (Samt- Connec , 10.465 €), Societe Ponti- vienne d'Electricité (parc d'ac- tivités du Gohelève Nord , 30.ooo€), Bureau Vallée (avenue des Nations-Unies, a Pontivy, 40.000€). Le dispositif d'aide a l'immobilier fête sa cinquieme année de fonc- tionnement. Depuis janvier 2010, date de lancement du dispositif, ce sont 50 entreprises du territoire qui ont bénéficie des aides pour un montant global de pres d'1,5 M€. Et la création de 288 emplois. Pour 2015, plusieurs entreprises ont fait part à Pontivy Commu- nauté de leur volonté d'investir sur le territoire. « La dynamique d'inv- estissement des PME du tissu economique local devrait ainsi se poursuivre sur le rythme de 2014 », annonce Christine Le Strat, présidente de la communauté de communes.
  16. 16. 2 AVENUE DU PAYS DE CAEN COLOMBELLES 14902 CAEN CEDEX 9 - 02 31 35 77 00 DEC 14 Mensuel Surface approx. (cm²) : 141 N° de page : 5 Page 1/1 OLMIX 2751452400501/GCD/OTO/3 Tous droits réservés à l'éditeur Tilly Saba repart avec MS Foods Mis en liquidationjudiciaire le 30 septembre, Tilly Sabco, le second producteur français de « poulet export pays-tiers » a été repris le 5 décembre. Le tribunal de commerce de Brest a choisi le Britannique MS Foods, associé à la chambre de commerce et d'industrie de Morlaix et à Breiz Algae Invest, le fonds d'investissement d'Olmix. Le trio avait la préférence du comité dentreprise, notamment sur les critères emploi et pérennité. Un poulet halal aux algues bretonnes MS Foods prévoit en effet de conserver 200 salariés (150 de plus qu'initialement), d'investir plus de deux millions pour adapter le site au poulet frais et de commercialiser delordrede450DOOpouletspar semaine, halal/kascher frais (type Ross) ou congelés (type JA), ainsi que des saucisses. Ce qui est loin des 1,2 million de poulets par semaine abattus aux beaux jours de Tilly Sabco. Associé pour le second tour de table, Olmix y voit une opportunité de développer son activité nutrition-santé'11 avec un poulet « aux algues » qui pourrait être commercialisé en Europe. Quant à la CCI, qui a déjà investi sur Tilly Sabco au printemps pour maintenir son activité, elle dit jouer la carte du territoire. Les offres des deux autres candidats étaient moins consistantes. Surtout intéressé par l'atelier saucisse, Le Clézio a proposé 40 reprises et 20 reclassements. Quant au groupe saoudien, il proposait 85 postes de travail pour environ 250 000 poulets par semaine exclusivement destinés au Moyen Orient. Pour assurer le redémarrage de la production, il reste à faire une mise de fonds conséquente (2,5 millions nécessaires par mois pour un planning de 450 000 poulets par semaine). Il faudra sans doute plusieurs mois pour recaler le dispositif amont notamment en poulet type Ross. • P. L. O. (I) Voir aussi pages 36-37
  17. 17. LE PROGRES L'HEBDO DU FINISTERE 26 DEC 14 Hebdomadaire Surface approx. (cm²) : 769 N° de page : 1 Page 1/4 f078c54751602d01e2d84c94ea04057632353890f1894d3 OLMIX 9844352400504/GMA/AHR/2 Tous droits réservés à l'éditeur 2014:tempêtesenchaîne Un été chaud et une belle arrière-saison ne doivent pas faire oublier les tempêtes qui ont balayé le Finistère en 2014. Au sens propre comme au sens figuré. Lannée a bien mal débuté avec plusieurs jours d'inondations à Quimperlé. Le littoral non plus n'a pas été épargné. Tempête aussi sur le plan économique avec la colère des producteurs de légumes en septembre, victimes en partie de conditions climatiques peu favorables. Sur le plan social, l'abattoir Gad de Lampaul-Guimiliau n'a pas rouvert. Tilly Sabco a vacillé mais a été repris avec 202 salariés sur 320. Un moindre mal. Autre sujet chaud de l'année écoulée : le débat sur la réforme territoriale pour un statu quo autour d'une Bretagne à quatre départements. Parmi les éclaircies, les Vieilles charmes comme la Coupe du monde de windsurf à La Torche ont fait briller et rayonner le Finistère. Mars. Les maires des principales communes du Finistère conservent leur siège sauf à Quimper où Ludovic Joiivet l'emporte face à Bernard Poignant Depuis, le maire UMP impose son style, martèle le message de baisse des dotations de l'État et la réduction des subventions Les acteurs culturels grincent des dents
  18. 18. LE PROGRES L'HEBDO DU FINISTERE 26 DEC 14 Hebdomadaire Surface approx. (cm²) : 769 N° de page : 1 Page 2/4 f078c54751602d01e2d84c94ea04057632353890f1894d3 OLMIX 9844352400504/GMA/AHR/2 Tous droits réservés à l'éditeur Avril. L'espoir renaît autour du projet Lampaul Agro pour la reprise de l'abattoir de Lampaul-Guim/liau En vain La Cecab refuse toujours de vendre le site Juillet. Record de frequentation pour les Vieilles charrues à Carhaix qui a accueilli 225000 festivaliers en quatre jours Août. Culture bretonne ça roule pour les Quimpérois Le cercle des Eostiged ar Stangala et le bagad Kemper décrochent un nouveau titre de champion de Bretagne Septembre. Indignation après l'incendie du centre des impôts de Morlaix suite au mouvement de colère des légumiers du pays léonard Novembre. Adoption de la réforme territoriale Malgré de nombreux rassemblements depuis le printemps, la Bretagne conserve ses quatre départements Décembre. L'abattoir Tilly Sabco, à Guerlesqum, est repris par MS Foods avec le soutien de la CCI de Morlaix et du groupe morbihannais Olmix Leur projet d'avenir est de produire du poulet nourri aux algues
  19. 19. LE PLOERMELAIS 13 RUE DU BREIL 35051 RENNES CEDEX 26 DEC 14 Hebdomadaire OJD : 5196 Surface approx. (cm²) : 198 Page 1/1 107f45b058c0f20602dd4a44210a251a3895e291419843a OLMIX 9515352400503/GMA/ANR/2 Tous droits réservés à l'éditeur Meneac Elections > Départementales en mars 2015 Michel Richard, candidat Michel Richard est le pre- mier candidat déclaré pour les élections départemen- tales qui se dérouleront en mars prochain. C'est fait. Il a devancé les autres candidats. Michel Pichard est le premier can- didat à se déclarer pour les élections départementales. Elles se dérouleront en mars prochain. Des élections qui concernent le nouveau terri- toire rassemblant les cantons de Ploërmel, La Trinité-Po- rhoët, Mauron et Josselin. Enbinôme Les candidats doivent se présenter en binôme (on vote pour les deux, un homme, une femme). Pour l'heure, Michel Pichard garde le si- lence sur celle qui partira à ses côtés. Le conseiller général sortant, est président de la commission des finances du Département, président de la communauté dè communes Michel Pichard est le premier candidat déclaré pour les élec- tions départementales. du Porhoët et premier adjoint au maire de Ménéac. La Sovipor sauvée Profitant de l'annonce de sa candidature, Michel Pi- chard donne une très bonne nouvelle économique pour le canton. « Depuis des mois, nous travaillons avec discrétion sur le dossier de la Sovi- por. Cet abattoir situé sur la commune de la Trinité- Porhoët emploi 150 per- sonnes. » L'entreprise avait racheté la société Volvico à Merdri- gnac. « II fallait « couper » cette branche déficitaire, explique l'élu. Nous venons de trouver un accord avec la communauté de com- munes Hardouinais Mené, propriétaire du bâti- ment. » Arrivée d'Amadéite Volvico était le princi- pal créancier de la Sovipor. « Grâce à l'arrivée de l'en- treprise Amadéite, filiale d'Olmix à Bréhan, il n'y a plus d'arriérés. » L'entreprise se présente comme « experte dans les biotechnologies marines et nous mettons notre savoir faire au service de la nutra- ceutique, en valorisant des bio ressources telles que les algues bretonnes. » C'est logiquement dans le bâtiment de Merdrignac qu'elle compte développer ses activités. « Notre objectif était de sauver les emplois. Nous avons réussi notre mis- sion » conclut Michel Pi- chard. Jean-Pierre Robino
  20. 20. 10 RUE DU BREIL ZI RENNES SUD-EST 35051 RENNES CEDEX 09 - 02 99 32 60 00 26 DEC 14 Quotidien OJD : 749258 Surface approx. (cm²) : 132 Page 1/1 8c73f5015180a108b2ab4714df09851a3076300ee1ba4cc OLMIX 1602352400508/MTO/AVH/2 Tous droits réservés à l'éditeur Amadéite reprend les bâtiments de Volvico Régine Angee, présidente de la communaute de communes a rap- pelé que depuis plusieurs mois, I en- treprise Volvico rencontre des diffi- cultés financieres qui l'ont amenée a procéder a plusieurs vagues de licen- ciement ou de transfert de personne vers le site de la Sovipor a la Tnnite- Porhoet Malgre la sous-location de 45 % de la surface du bâtiment Volvi- co a l'entreprise Salaisons Celtiques depuis juin 2013, la situation finan- ciere ne s est pas améliorée Dans le cadre d'une recherche de solution, M Danilo, directeur de Vol- vico est entre en négociation avec Herve Balusson, de la societe Ama deite holding du groupe Olmix Ce dernier a des projets de develop- pement reposant sur la conception et la fabrication de produits élabo- res a base d algues qui pourraient se concrétiser au sem de ce site in- dustriel Un certain nombre de ren contres ont eu lieu depuis fm janvier dans ce sens Le tribunal de commerce a accep- te, le 13 mars, la demande de conci- liation déposée par M Danilo, en lien avec les projets d Herve Balusson Abandon de créances Régine Angee rappelle que ce projet de reprise ne pourra etre effectif que si la collectivite valide le transfert du crédit-bail de Volvico au profit de la societe Amadéite, holding du groupe Olmix Une délibération avait ete prise dans ce sens le 10 juin, par le conseil communautaire Régine An- gee demande au conseil de confir- mer les termes de cette délibération en y incluant la quote part de la taxe fonciere 2014 due par l'entreprise Volvico entre le 1er janvier 2014 et le 31 août 2014 La communaute de communes donne son accord aux demandes adressées par la societe Volvico de transfert des droits des contrats de crédit-bail des 28 et 3e tranches de bâtiment au profit de la socie te Amadéite, holding du groupe Ol- mix d'abandon de créances dans le cadre de la procedure de conci- hation c'est a dire les montants im payes a ce jour lies aux loyers de de- cembre 2013, de mars et juin 2014 et au non-reversement de la taxe fon- ciere 2013 et 2014, soit un montant de 263 966 € hors taxes La communaute de communes donne son accord aux demandes formulées par la societe Amadéite acquisition de la premiere tranche moyennant un prix 263 966 € hors taxes , des 2e et 3e tranches des que le transfert des droits des contrats de credit bail sera effectif entre les so cietes Volvico et Amadéite • Tournoi de football en salle Samedi, a 19 h, a la salle de Broce- liande Tournoi des seniors
  21. 21. 5 PASSAGE DOUARD BP 10323 44003 NANTES CEDEX 1 - 02 40 35 65 37 11 DEC 14 Hebdomadaire Surface approx. (cm²) : 53 N° de page : 9 Page 1/1 ce70c5c95c109e0522c84cd4cd0eb5c134748d5a712443a OLMIX 0347852400504/GMA/ALA/3 Tous droits réservés à l'éditeur 29 Agroalimentaire 200 emplois sur 320 sauvés chez Tilly-Sabco Le tribunal de commerce de Brest a retenu l'offre de reprise du britannique MS Food, associé à la CCI de Morlaix et Breizh Algae (Olmix) pour l'abattoir de volailles de Guerles- quin. Elle permet de sauvegarder 202 emplois sur un total de plus de 320 salariés. L'offre, qui était soutenue par les salariés et le comité d'entreprise, prévoit la création d'une société dont le capital serait détenu à parts égales entre les trois acteurs (1,5 M€ au total). Un investissement de 2,5 M€ de la part de MS Food et de Breizh Algae Invest devrait ensuite intervenir comme l'avait indiqué à l'AFP le pré- sident de la CCI Jean-Paul Chapalain le 25 no- vembre lors de la présentation des offres. Le projet prévoit de produire du poulet, selon le rite hallal ou non, frais, congelé et nourri aux algues.
  22. 22. Découvrir p36-37 Décembre 2014 N°202 - Mensuel
  23. 23. Découvrir p36-37 Décembre 2014 N°202 - Mensuel
  24. 24. 10 RUE DU BREIL ZI RENNES SUD-EST 35051 RENNES CEDEX 09 - 02 99 32 60 00 23 DEC 14 Quotidien OJD : 749258 Surface approx. (cm²) : 605 Page 1/2 737d055758b0510de26e4944a30c556b3475ad7401d74bf OLMIX 6677052400504/MTH/OTO/2 Tous droits réservés à l'éditeur Pontivy Pontivy communauté soutient ses entrepreneurs Tous les ans depuis 2009, la communauté de communes donne un coup de pouce aux entreprises qui investissent surson territoire. Cette année, douze sont concernées par ces aides à l'immobilier. Hydroclean L'entreprise spécialisée dans la fa- brication de nettoyeurs a haute pres- sion et appareils de brumisation était nstallee a Malachappe en Saint Thu nau Elle vient de déménager au Go- heleve, a Noyai Pontivy dans un bati ment neuf de 1 797 m2 sur un terrain de 5 936 m2 Elle a reçu 50 000 € pour un investissement de 1 2 mi ion d euros MGF Alu Cette societe est installée a Belle Au rare, a Regumy Elle a reçu une aide a I im mobilier de 40 000 € pour le dou blement de ses capacites de produc- tion de portes et fenêtres en metal Olmix Aide de 40 DOO € pour la construc tion dun « Biotech center dune surface de 590 m2 sur son site du Haut-du-Bois a Brehan Cet investis- sement s inscrit dans le cadre de la strategie de developpement de I en- treprise et notamment la creation dun laboratoire de recherches sur les algues « Une belle carte de vi- site pour le territoire », commente Christine Le Strat présidente de Pon- tivy communaute Transports Juin Subvention de 40 000 € pour la construction d'un batiment de sto- ckage de 1 649 m2 au siege de la societe, au Resto en Saint Gerand Cee dans le cadre d une strategie de conquête de nouveaux marches (dont le partenariat développe ré- cemment avec la societe Pâtisseries Gourmandes) « Cela prouve que l'on peut rebondir apres une pé- riode difficile » LBS Habitat La societe installée dans le parc d activites de Pontivy Sud a touche 30 DOO € pour la construction de son nouveau siege Le gerant compte realiser dans les deux ans des tra- vaux de réaménagement interne et d amelioration de I accessibilite aux locaux Carrosserie Kerbellec Une aide de 20 DOO € lui est accor dee pour le réaménagement de ses locaux rue Bizet a Pontivy et l'ameho ration des conditions de travail Les LJ— Claude Viet wce-pres/tfenr Pierre Yves lefebvre animateur economique et Christine Le Srfat présidente de Pontivy communaute entoures des representants des entreprises concernées MGF Alu Olmix LBS Habitat TMCE Juin Kerbei/ec Agri Inter Bureau Vallee et Hydroclean bureaux ont ete refaits Laccessibili- te aux personnes a mobilite réduite a ete prise en compte « Un prêt par- ticipatif du conseil general nous a aussi permis de faire l'acquisition d'un vehicule automatique », pré- cise Alain Kerbellec le patron Agri Inter Services Cette societe spécialisée dans le soutien a la production animale (vac- cination et sexage) est installée a Re- mungol Elle a cree une nouvelle im- plantation a Trehonm au Sourn sur un terrain de 4 000 m2 Elle y a édifie un batiment d une surface de 375 m' décompose en locaux sociaux (bu reaux sanitaires salle de reunions et de pause, local informatique) pour 128 m2 et locaux techniques (atelier de stockage du materiel, garage des vehicules) pour 246 m2 Elleabenefi cie d une aide de 30 DOO € pourcela TMCE Cette societe spécialisée dans la fa- brication d amendements de sols et de nutrition an male, dont le siege est a Gogal a Saint Gonnery, réalise ac- tuellement une extension de son ba timent de production sur une surface de 3 144 m2 Elle investit 4 millions d euros dans ce projet Elle se voit at tnbuer une subvention de 100 DOO € Transports Marhin Aide a l'immobilier de 15 DOO € pour soutenir le developpement de cette PME de transports de marchan dises installée a Saint Gerand Le programme immobilier est caracten se par l'achat d'un terrain d'un hec tare, sur lequel est édifie un hangar de 1 300 m2 permettant de garer les vehicules de I entreprise Daniel Le Vaillant G est la plus petite entreprise concer nee cette annee Daniel Vaillant, me nuisier a Samt-Connec et son em ployé sont spécialises dans la menu serie traditionnelle et en particulier la fabr cation d escaliers Ils constru sent un local en ossature bo s de 25 m2 en extension du siege de I en trepnse, afin de creer un espace de bureau et archives Ils touchent une aide de 10465€ Societé Pontivyenne d'Électricité Apres avoir ete en location a Kerpon ner, cette entrepnse construit un ba timent avec showroom au Goheleve Ce dernier est axe sur I electricite la domotique les nouvelles technolo gies (gestion a distance d habitation, de logements de locaux tertiaires ) es economies d'énergie (gestion d eclairage eclairage sources Led, gestion de chauffage ) Lentreprise a touche 30 DOO € poui la construc tion d un bâtiment de 350 m2 , comprenant un atel er de 200 m2 , des bureaux de 100 m2 et un espace de vente de 50 m2 Bureau Vallée C'est le dernier dossiertraite cette an nee 40 DOO € accordes pour soute mr le developpement de I entreprise située avenue des Cites Unies Les patrons ont rachete le local dans le quel ils étaient locataires depuis neuf ans Ils ont également fait l'acquisi tion d'un local adjacent pour y ins faller des bureaux et creer un point drive Surface totale de l'ensemble immobilier 946 m2 , dont 500 m2 d'espace commercial
  25. 25. 10 RUE DU BREIL ZI RENNES SUD-EST 35051 RENNES CEDEX 09 - 02 99 32 60 00 23 DEC 14 Quotidien OJD : 749258 Surface approx. (cm²) : 605 Page 2/2 737d055758b0510de26e4944a30c556b3475ad7401d74bf OLMIX 6677052400504/MTH/OTO/2 Tous droits réservés à l'éditeur Plus de 445 000 € pour soutenir l'emploi Ces aides ont eté créées pour limi- ter les effets de la crise économique sur la création des entreprises et pour favoriser les investissements et la création d'emplois. Elles concer- nent les entrepreneurs ayant des pro- jets d'achat, de construction, d'ex- tension de locaux, ou d'investisse- ments. L'objectif étant d'augmenter la production, sécuriser les emplois ou les conditions de travail. Les sub- ventions sont accordées en fonction de différents criteres : le secteur d'ac- tivités de l'entreprise, sa taille, le mon- tant des investissements engagés. Les subventions sont plafonnées a 100 DOO € et ne doivent pas dé- passer 20 % de l'investissement réa- lisé. En 2014, les douze entreprises concernées ont bénéficié de l'ac- compagnement financier de Pontivy communauté pour un montant total de 445 465 €. « C'est un bon cru. Le chiffre a été multiplié par deux par rapport à 2013 », a fait remarquer Christine Le Strat, la présidente. Cela représente « 114 créations d'em- plois ». C'est la perspective d'ici trois ans, annoncee par les entrepreneurs Virginie et Guillaume Lognone ont investi 1,2 million pour créer un nouveau site de production et installer lesiège d'Hydrocleanau Gohélève pour l'obtention de leur aide. « Pour 2015, plusieurs entreprises nous ont fait part de leur volonté d'investir sur le territoire. La dyna- mique d'investissements des PME du tissu économique local devrait ainsi se poursuivre sur le rythme de 2014 », a déclaré la présidente. Claude LEMERCIER. Nouveau : une aide aux derniers commerces Àpartirdu 1er janvier, Pontivy commu- naute apportera une aide au main- tien des petits commerces dans les bourgs (Pontivy n'est pas concerné, sauf le quartier de Stival). Ce dispo- sitif concerne « le dernier commerce dans sa spécialité », précise Chris- tine Le Strat, la présidente. Il ne s'agit pas de créer des concurrences la où c'est déjà difficile. « Pas question d'envoyer les gens au casse-pipe », ajoute Claude Viet, vice-président en charge du développement éco- nomique. Pour tout investissement égal ou superieur a 10 DOO €, Pontivy communauté proposera une aide de 20 % de l'investissement, plafonnée à 5 DOO € par projet. « Ce n'est pas très important, mais ça peut être un élément dé- clencheur », estime Claude Viet. Il in- dique que « Initiative Pays de Ponti- vy peut venir en complément ». Ce dispositif s'adresse aux « créa- tions, reprises ou développement de commerces, services et équi- pements de la personne ». Les créations de nouvelles activites sont également éhgibles. Toutes les entre- prises de vente de biens et services auprès des particuliers inscrites au registre du commerce et des socie- tés ou au répertoire des métiers réa- lisant un programme d'investisse- ment sur le territoire, peuvent y pré- tendre. Les investissements éhgibles sont : les acquisitions de murs et de fonds commerciaux ; les travaux im- mobiliers ; les matériels, mises aux normes, accessibilité, mobiliers. La communauté de communes donnera la priorité aux activités si- tuées dans les centres-bourgs. « Certains projets localisés en pé- riphérie - dernier restaurant ou garage de mécanique auto par exemple - pourront bénéficier de l'aide après analyse. » Trois dossiers ont déjà été déposés.
  26. 26. 10 RUE DU BREIL ZI RENNES SUD-EST 35051 RENNES CEDEX 09 - 02 99 32 60 00 22 DEC 14 Quotidien OJD : 749258 Surface approx. (cm²) : 99 Page 1/1 c877a5f555009607024647e4f40595e835b53c6ab1194cc OLMIX 8254942400509/MNH/ACR/2 Tous droits réservés à l'éditeur Mohon Les 157emploissauvegardésàlaSovipor La conjoncture economique est mauvaise depuis quèlques annees dans l'agroahmentaire. La Sovipor, société des Viandes du Porhoet, im- plantée sur la commune n'a pas été épargnée. Malgré ces difficultés économi- ques, Daniel Danilo, qui dirige l'unité trmitaise, depuis 1976 et qui s'investit beaucoup dans le domaine, n'a pas craint de reprendre la société Volvi- co, une unité de découpe de volaille, de Merdngnac, afin de pérenniser l'emploi sur le secteur. Maîs cette derniere rencontrant également des difficultés risquait de plomber l'unité principale. Des trac- tations et negociations ont été en- treprises depuis plus d'un an afin de sauvegarder l'ensemble des emplois sur le secteur : environ 160 à Sovipor. La période a été difficile, maîs voi- ci qu'un protocole vient d'être signé avec la société Amadeite, une filiale de la societe Olmix. Le site de Merdngnac va être maintenu avec le partenariat de la communauté de commune Hardoui- nais Mené qui est propriétaire, le- vant, sine die, les grosses difficultés de la Sovipor. Michel Richard, presi- dent de communauté de communes du Porhoet et conseiller général de la Trmité-Porhoet, dit être intervenu dans le dossier. << La clientèle de l'unité trinitaise est diffuse et assez nombreuse, c'est ce qui fait sa force. Elle fait travailler d'autres entreprises, four- nisseurs, éleveurs, abattoirs et ses difficultés risquaient d'impacter économiquement toute la région », déclare Michel Pichard. La volonté et la qualité du person- nel ont ete mises en évidence et prise en considération. Daniel Danilo continue a assurer la direction.
  27. 27. 7 RUE JACQUEMARS-GIELEE 59800 LILLE - 03 28 38 45 22 19 DEC 14 Bi-hebdomadaire Surface approx. (cm²) : 90 Page 1/1 OLMIX 3541052400501/GFP/ARN/3 Tous droits réservés à l'éditeur Trophées Ambitions d'Entrepreneurs. La Banque Palatine et iTELE ont décerné les 3e Trophées Ambitions d'Entrepreneurs lors d'une cérémonie au Conseil écono- mique, social et environnemental (CESE) à Paris. Ces Trophées ont pour vocation de récompenser les Entreprises de Taille Inter- médiaire (ETI) à fort potentiel de croissance et qui démontrent leur capacité à innover, exporter ou encore à s'engager dans une réelle démarche Green Business et RSE Cinq ETI ont été primées parmi les 39 entre- prises qui ont participé à la 3e saison des reportages Ambitions d'Entrepreneurs ESI Group, pionnier et principal acteur mondial du Prototypage Virtuel prenant en compte la physique des matériaux, dans la catégorie International, Thuasne, leader européen sur le marché des dispositifs médicaux textiles, dans la catégorie Innovation, Olmix, fer de lance des bmtechnologies marines, dans la catégorie Green Business, ainsi que BelléRos, une des plus grandes références de l'horlogerie de luxe, et Doublet à qui a été décerné un prix coup de coeur ex-aequo Groupe familial d'envergure internationale créé en 1932, Doublet est spécialisé dans l'impression et la confection de supports de communication, structures d'accueil et la fabrication mécano-soudée L'ETI compte aujourd'hui 300 salariés répartis entre son siège social à Avelm et ses six filiales internationales Allemagne, Espagne, Royaume-Uni, Pologne, Portugal et États-Unis En 2013, elle a réalisé un chiffre d'affaires de 44 M €
  28. 28. GRANDS TROUPEAUX MAGAZINE 15 RUE ERARD BP 70029 75012 PARIS CEDEX 12 - 01 53 33 82 20 DEC 14 Mensuel Surface approx. (cm²) : 1082 N° de page : 24-25 Page 1/2 OLMIX 7190842400502/GOP/AHN/3 Tous droits réservés à l'éditeur COTE NUTRITION Actualités Olmix Algues et argiles, le mélange gagnant Depuis son usine de Bréhan, dans la campagne morbihanaise, bien loin des côtes bretonnes, lentreprise Olmix conçoit et fabrique des produits à base d'argile et d algues Elle ouvrait les portes de son usine à ses clients en novembre L'occasion de découvrir son process industriel unique et la gamme des produits utilisés en élevage bovin lous venons d installer I notre Biotech Center I presente Herve Déniais en charge du developpement pour Olmix Dans cetespace de 600 rn' nous effectuons les, phasesdetesta I échelledepilote industriel »Situeaucoeurmême de I usine I espace se révèle entierementclosetfonctionne sous atmosphère contrôlee f * * f r 4 Herve Demais en charge ^ developpement pour Olmix et Pi Nyvall-Collen présentent loutil industriel de Bréhan dans 'e Morbihan Largile et les algues consti- tuent les deux matières pre mieres essentielles des dif ferent.es gammes conçues et commercialisées par Olmix L'argile de type montmorillo- mte extraite dans la region de Montmonllon danslaVienne est traitée dans de puissants broyeurs a boulets réduisant les blocs en une poudre d une extreme flnesse Le traitement des algues s avère plus com plexe « Récoltées en pleine mer aux larges descotes bretonnes et vendéennes les aigues arrivent directement ici a Bréhan ou apres un premier traitement sur le site dePlouenan explique Pi Nyvall eolien, responsable R&D du groupe Elles sont doncfraîches ou ont déjà subi un premier vrai tement de deshydratation et/ou congélation >Olmixexploitedes algues vertes rouges et brunes lui permettant de multiplier ses sites de prélèvement et d'élargir ses temps de récoltes Mistral, un asséchant pou s* l'*l!«r <?«' Julia Laurain responsable des produits destines aux rumi nants presente la gamme de produits déclines par Olmix « Nous intervenons dans les domaines de I hygiene la nutn Pi Nyvall-Collen responsable R&D du groupe Olmix souligne I intérêt des polysacchandes des algues qu elles soient vertes brunes ou rouges comme ici non et la sante afin d améliorer les performances de production de I animal » Dans le domaine de I hygiene, son activite histo- rique Olmix propose Mistral Cet asséchant litière fer de lance de I entreprise est produit a plus de 10000 t/an il contient de I argile et des huiles essentielles «Letraitementtechnologiqueque nous avons mis au point permet d augmenter la capacite d absorp- tion de I argile, décrit elle ll en résulte une poudre rmcronisee s écoulantentrelesdoigtscomme de I eau Répandue sur la litière des animaux ses propriétés sont de reduire I humidité de I atmos phere et de capter I ammoniac Nous ne percevons pas toujours a ka juste valeur la teneur en ammoniac d un batiment il suffit parfois de se baisser pour sentir lespicotements en nursery e est flagrant » Ce produit 100 % naturel est garanti sans phos- phate ce qui limite les risques d agression pour la peau et les muqueuses des animaux « Leventuelle consommation notamment par lesjeunes ani maux pouvant jouer dans les pediluves secs se révèle sans risque La vache fraîchement vêlee peut aussi lécher son petit qui aura etefrotte avec du Mistral a la naissance dans le but de le faire sécher plus vile afin qu il consomme rapidement le colostrum » Attention Concernant les mycotoxines le vétérinaire Dominique Champenois estime que le risque majeur pour les ele veurs français reste lie aux trychotecenes (avec des effets sur les fonctions digestives et immunitaires) el aux zearale- nones (qui perturbent le cycle ovarien en reproduisant les effets des œstrogènes (hor- mones) mycotoxinesproduites essentiellement au champ En élevage les signes d une conta mination paraissent délicats a déceler « Lannee derniere en juillet a l'occasion d'une visite
  29. 29. GRANDS TROUPEAUX MAGAZINE 15 RUE ERARD BP 70029 75012 PARIS CEDEX 12 - 01 53 33 82 20 DEC 14 Mensuel Surface approx. (cm²) : 1082 N° de page : 24-25 Page 2/2 OLMIX 7190842400502/GOP/AHN/3 Tous droits réservés à l'éditeur mensuellepourrealiser les écho- graphies un éleveur avait fait remarquer une baisse notable de production sans changement au niveau du stade de production raconte-t-il Certains animaux étaient passes de plus de 30 I a 10 I, avec parfois des diarrhées Le taux cellulaire augmentait Au niveau reproduction, seules 20 % des vaches echographiees étaientpleines avec unproblème de détection des chaleurs Lana- lyse des bouses témoignait d un souci de digestion Finalement, ce tableau ne montrait aucun symptôme spécifique L éle- veur avait note que cette baisse correspondait a I ouverture du deuxieme silo de I annee Nous aurionsfacilement pu confondre avec de I acidose » Pour faciliter le diagnostic Olmix propose sur son site Internet un audit La vétérinaire Virginie Guez est convaincue des bienfaits de la pâte Algo-Bio Diet dont ladministration en seringue se révèle tres simple Le vétérinaire Dominique Champenois a mené un essai sur lutilisation du Digest Sea Still dans le cadre de la gestion du déficit energetique d'attaque pendant 3 jours et les stocker quotidiennement au frigo Ensuite soigneusement homogénéiser les prélèvements des 3 jours et en garder I kilo qui servira d échantillon » En termes de produit, Olmix pré- conise l'utilisation a hauteur .I OLMIX EXPLOITE DES ALGUES VERTES. ROUGES ET BRUNES. LUI PERMETTANT DE MULTIPLIER SES SITES DE PRÉLÈVEMENT ET D'ÉLARGIR SES TEMPS DE RÉCOLTES. sous la forme d une vingtaine de questions permettant d'éva- luer le risque de presence de mycotoxines dans un élevage S'ensuit l'analyse d'un échan- tillon de la ration par exemple au LOA 22 Julia Lauram insiste sur la qualite de I échantillon « Prelever une vingtaine de pai gnees d ensilage sur tout le front de 25 g par vache et par jour, et jusqu'à 50 g par vache et par jour de MMi S, mélange d'argile et de jus d algue riche en polysacchandes « Ceux-ci se fixent dans lesfeuillets d argile en les élargissant ce qui leur permetde capter les mycotoxines de grande taille comme les try chotecenes Tant que la ration est contaminée, la distribution du MMi S s impose il ne s agit pas d une cure », précise-t-elle « La montmorillonite: un pansement intestinal » Sur l'axe sante Olmix présen- tait Algo-Bio Diet destine aux veauxdans laproblématiquede la sphère digestive « En cas de diarrhées ilconvientdansunpre- mier temps deproteger l'intestin careestlaquesetrouventlessur- faces d'échanges entre le milieu digestif et le sang de I animal rappellelavétérinaireVirginie Guez La montmorillonite agit comme un pansement protecteur sur les muqueuses intestinales et contribue a la regulation du transit en limitant les pertes en eau Lalgue apporte des acides aminés et de I energie dans un contexte ou I animal en a besoin La formule est enrichie en vita- mine Cet contient des chlorures de sodium et potassium pour contribueraurééquilibredubilan electrolytique » Algo-Bio Diet existe sous plusieurs formes sachet repas, galet efferves- cent et pate « Pour le veau qui a perdu le réflexe de succion la seringue qui distribue une dose quotidiennepermetdegarantirla consommation Le retour au lait est tres rapide car ces produits sont compatibles avec le lait et les laits reconstitues », conclut la vétérinaire Toujours sur le thème de la sphère digestive, maîs chez la vache adulte, Olmix développe actuellement Digest Sea Still a base d'extraits d algues riches en polysacchandes de chohne, de sorbitol de vitamine B et d extraits de plantes Dominique Champenois a mené un essai sur le terrain sur des laitières auxquelles il a distribue cette spécialité pendant les 5 jours suivant le vêlage la ou le déficit energetique est le plus pro- nonce « Nous avons mesure la glycémie et le BHB1 qui est un indicateurd'acetonemiesanguin, 15puis 25jours apres le vêlage les indices étaientmeilleurs chez les vaches recevantle DigestSea Still qui présentaientparailleurs de meilleures notes d etat » rn FRANCOSE CLOAREC
  30. 30. 8 RUE FRANCOIS VILLON 75015 PARIS - 01 53 68 65 61 19 DEC14/15 JANV 15 Bimensuel Surface approx. (cm²) : 28 N° de page : 8 Page 1/1 OLMIX 6529742400502/GVB/MFG/3 Tous droits réservés à l'éditeur Tilly-Sabco repris par MS Food etOlmix I. Labattoirdevolailles bretonTilly- Sabœaétéreprisparlebritannique MSFood.laCCIdeMorlaixetBreizh Algae Invest (Olmix). 202 des 320 emploisserontpréservés.Lecapital seradétenuàpartségalesentreles 3 acteurs, qui investiront 2,5 M€. Objectif : produire du poulet, balai ou non,frais ou congelé et nourri auxalguestoutenpoursuivantles saucissesdepoulet. Hervé Balusson,PDG d'Olmix,travaille depuis2oanssurlasubstitutiondes antibiotiques (dans l'alimentation) pardesalgues.
  31. 31. 7 VOIE D'ACCES AU PORT BP 67243 29672 MORLAIX CEDEX - 09 69 36 05 29 16 DEC 14 Quotidien OJD : 203298 Surface approx. (cm²) : 148 Page 1/1 cf7f15e45ab0430ca24d42242f06c53930e5700271d248f OLMIX 2960242400502/MTO/ATF/2 Tous droits réservés à l'éditeur A l'occasion de son traditionnel diner debat de fm d'année, le club des entrepreneurs de la baie de Saint Brieuc, préside par Philippe Le Gall, avait convie Herve Balusson pour aborder le thème des biotechnologies marines Devant un parterre d'une quarantaine de convives, compose d'élus locaux et de patrons, le P DG d'Olmix a Brehan (56), entreprise spécialisée dans la preparation d'additifs naturels pour la nutrition et l'hygiène animale, a démontre tout le potentiel d'avenir, notamment en termes de creation d'emploi, que représentait la valorisation des algues, « l'une des richesses de votre territoire » (Photo |ulien Uguet)
  32. 32. LE JOURNAL DES ENTREPRISES EDITION FINISTERE 1 ALLEE BACO BP 73207 44032 NANTES CEDEX 1 - 08 10 50 03 01 DEC 14 Mensuel Surface approx. (cm²) : 138 N° de page : 15 Page 1/1 OLMIX 3610342400504/GST/MSK/3 Tous droits réservés à l'éditeur Tilly-Sabco® Quel avenir pour l'abattoir ? Le tribunal de commerce de Brest a examiné le 25 novembre les quatre offres de reprise du volailler, Tilly-Sabco, placé en liquidation judiciaire il y a deux mois La décision a été mise en délibéré au 5 décembre (NDLR • À I heure où nous écrivons ces lignes, elle n'est pas encore connue Pour plus d'informations www lejournaldesentreprises com] Parmi les offres présentées devant le tribunal, celle des Britanniques de MS Foods a la faveur des salariés de l'abattoir dè Guerlesqum En effet, la CCI de Quimper s'y est associée avec le fonds Breizh Algae Invest. La CCI veut s'engager dans ce projet « au nom du territoire » Le fonds, filiale d Olmix, lui, cherche à investir dans la filière algues Poulet aux algues Le rapport avec les poulets de Tilly-Sabco 7 « L'objectif est de faire du poulet aux algues, c'est-à-dire de se passer d'antibiotiques », explique Hervé Balusson, P-dg d'Olmix à Bréhat (56] et initiateur du fonds ll compte en effet s'appuyer sur l'usine Agrival, créée avec la Sica de Samt-Pol, qui fabrique des ingrédients à partir de la valorisation de légumes et d'algues Cette offre prévoit le maintien d'environ 200 emplois sur 322. Un investissement de plus de 2 millions d'euros est aussi prévu pour adapter l'usine à la production de halal, la spécialité de MS Foods Le président de la CCI de Morlaix, Jean-Paul Chapalam et le P-dg d'Olmix (photo) étaient tous les deux présents pour présenter l'offre avec le patron de l'entreprise britannique. Le franco-israélien Stéphane Melloul, qui avait formule une offre maintenant 270 emplois n'était pas présent, ni représenté à l'audience Les deux dernières offres proposent moins de reprises de salariés la société d'abattage des Côtes d'Armor, Le Clezio (40 emplois conserves et 20 reclassements] et le Saoudien Al Dhari (85 salariés conservés).
  33. 33. TERRA ED.COTES D'ARMOR MAISON DE L'AGRICULTURE RENNES 35042 RENNES CEDEX - 02 23 48 25 85 12 DEC 14 Hebdomadaire Surface approx. (cm²) : 90 Page 1/1 OLMIX 4890932400506/GLB/AVH/3 Tous droits réservés à l'éditeur Reprise de l'abattoir de Tilly Sabco Le 5 décembre, le tribunal de commerce de Brest a validé l'offre de reprise de l'abattoir de Tilly Sabco à Guerlesquin (29) déposée par MS Foods, un opérateur britannique de la volaille, Breizh Algae Invest (Olmix), société bretonne d'investissement pour le développement de la filière algue et la Chambre de commerce et d'industrie de Morlaix. Selon les pouvoirs publics, cette décision permet de préserver 202 emplois et de maintenir l'activité de l'abattoir. Dans le cadre de la reprise, afin de permettre le maintien immédiat de l'emploi, l'Etat et la Région mobiliseront des dispositifs tels que l'activité partielle et les moyens de formation à destination des salariés, "le temps que l'activité de l'outil industriel, très ralentie depuis plusieurs mois, retrouve un niveau suffisant". Dans un communiqué, le président du conseil régional (ie Bretagne, Pierrick Massiot, qui se félicite de cette issue trouvée aux difficultés de Tilly Sabco depuis l'arrêt des aides à l'exportation de volaille hors Union européenne précise que l'objectif "est bien la réorientation de la filière avicole vers plus de valeur ajoutée et vers la reconquête des marchés intérieurs notamment. "
  34. 34. 8 CITE PARADIS 75493 PARIS CEDEX 10 - 01 40 22 79 00 12 DEC 14 Hebdomadaire OJD : 114173 Surface approx. (cm²) : 105 N° de page : 23 Page 1/1 OLMIX 1358832400505/GBM/AVH/3 Tous droits réservés à l'éditeur BRETAGNE L'abattoir de volailles Tilly-Sabco repris Le5 décembre,letribunalde commercedeBrestachoisi une offre de reprise pour l'abattoirbretondevolaillesTilly- Sabco. Il a retenucelleproposée parunesociétébritannique,MS Food, alliée au fonds d'investis- sement Breizh Algae (filiale du groupeOlmix)etàlachambrede commerceetd'industriedeMor- laix. L'offre prévoit de reprendre l'usineet202 salariéssur320. Deséleveurssoulages L'outil va se tournervers l'abat- tage de pouletsfraisetcongelés, élevés aux algues, et poursuivre la fabrication de saucisses de volailles. Cette proposition avait la faveur des éleveurs. « On nous annonce un besoin de 450DOO poulets par semaine pour la mise en route et une montée en puis- sance à 650 DOO », explique Jean-Paul Mazé, éleveur et président du groupement his- torique livrant Tilly-Sabco. La production devrait être relan- cée chez les éleveurs dans les moisàvenir. Ilfaudratoutefois attendre des travaux d'adapta- tion dans l'abattoir. Pendant ce temps, les éleveurs subissent toujours des vides sanitaires importants de l'ordre de 4 à 5 semaines. Isabelle Lejas
  35. 35. AGRA PRESSE HEBDO 4/14 RUE FERRUS HALL B 3EME ETAGE CS 41442 75683 PARIS CEDEX 14 - 01 42 74 28 00 15 DEC 14 Hebdomadaire Surface approx. (cm²) : 331 N° de page : 27-28 Page 1/2 OLMIX 1501932400504/GFS/AVH/3 Tous droits réservés à l'éditeur Filière volaille Tilly Sabco : le tribunal opte pour un projet de reprise innovant Liquidé fin septembre, l'industriel de la volaille Tilly-Sabco (Finistère) vient d'être repris par un attelage de trois structures sur décision du tribunal de commerce de Brest. Son modèle économique ? Du poulet halal, du poulet aux algues en frais et en surgelé, et des saucisses de poulet. LE tribunal de commerce de Brest a opté, vendredi 5 décembre, pour le projet porté par MS Foods (Angleterre), lefondsd'investissementBreizhAlgaéInvestetlachambredecommerce et d'industrie de Morlaix. Un projet dans lequel 202 des 326 salariés de Tilly-Sabco sont conserves et où 2,5 millions d'euros vont très prochainement être investis. Lundi 8 décembre, les trois partenaires se sont retrouvés devant le bureau de la chambre de commerce et d'industrie de Morlaix pour expliquer ce qu'ils comptent faire dans l'abattoir de poulets. Exit le modèle avicole précédent de Tilly Sabcofondé sur la commercialisation de poulets congelés sur le Moyen-Orient, grâce aux restitutions à l'exportation. Tilly Sabco Bretagne produira du poulet halal, la spécialité de l'anglais MS Foods qui opère au Royaume Uni et en région parisienne, et du poulet frais et surgelé garanti sans antibiotiques, grâce à une supplémentation en algues dans son alimentation, l'algue étant la spécialité de Breizh Algaé Invest, filiale du groupe Olmix (Bréhan, Morbihan). Traçabilité L'investissement projeté va consister à convertir une des deux lignes de surgélation en une ligne frais. Dans le capital de la nouvelle société, les trois partenaires apporteront chacun 500 000 euros. Le président de la CCI de Morlaix, Jean-Paul Chapalaun (partie prenante au projet) s'est réjoui que le tribunal de commerce ait fait « le pari de l'innovation » en misant sur « un projet avicole en rupture avec le modèle avicole traditionnel ». Sur le marché mondial de la volaille, les Européens savent, en effet, qu'ils ne peuvent être compétitifs qu'à la condition d'apporter une plus-value qualititative. Un poulet halal, d'origine bretonne et donc parfaitement tracé, devrait Volaille de chair : la France, 14e dans un classement international de la compétitivité SELON les premiers résultatsd'uneétudecommandée l'Argentine et les Etats-Unis. Le classement pondère 31 par FranceAgriMerau cabinetAND International, la critères, classésselon 7 axes :«lescoûtsde production, France arrive à la 14e place (sur21 payssuivis) dans un les entreprises et lesstructuressectonelles, le potentiel classement international de la compétitivité des sec- de production, le portefeuille de marchés, la maitrise leurs volaille de chair, apprend-on dans le compte rendu desfacteurs naturels, l'environnement institutionnel et du dernier Conseil spécialisé Viande Blanches, paru le les conditions macroéconomiquesdu pays ». La France 5 décembre. En UE, elle se place devant l'Espagne, la est « handicapé(e) parses coûts de production et la fai- Belgique et l'Italie, maîs derrière les Pays-Bas, l'Allé- blessedesabalancecommerciale», rapporteFranceA- magne et le Royaume-Uni. Au niveau international, le gnMer. Brésil occupe la première place, suivi par la Thailande,
  36. 36. AGRA PRESSE HEBDO 4/14 RUE FERRUS HALL B 3EME ETAGE CS 41442 75683 PARIS CEDEX 14 - 01 42 74 28 00 15 DEC 14 Hebdomadaire Surface approx. (cm²) : 331 N° de page : 27-28 Page 2/2 OLMIX 1501932400504/GFS/AVH/3 Tous droits réservés à l'éditeur renforcer la fidélisation des clients de MS Foods dont les poulets viennent aujourd'hui de sources multiples en Europe, assurent les trois partenaires. Des algues contre antibiotiques Mais la part la plus importante de valeur ajoutée de l'offre future de Tilly Sabco Bretagne viendra sans conteste du poulet aux algues, plus précisément d'un poulet élevé sans antibiotiques. Le poulet futur de Tilly-Sabco Bretagne sera nourri, en effet, avec un aliment dans lequel des molécules spécifiques d'algues, le cœur de métier d'Olmix, maison-mère de Breizh Algaé Invest, auront été incorporées. Elles se substitueront aux antibiotiques en apportant aux poulets des barrières naturelles aux bactéries. Olmix dispose depuis peu d'une unité d'extraction de ces molécules d'algues, à une vingtaine de kilomètres de Guerlesquin. Pour Hervé Balusson, président de Breizh Algaé Invest et premier président de Tilly-Sabco Invest, « le premier poulet aux algues devrait sortir dans les six mois ». Les négociations avec les fabricants d'aliments du bétail n'étaient pas encore terminées, lundi 8 décembre. Marchés visés ? Le monde, et en particulier la Chine où Olmix travaille déjà beaucoup. « Des algues en France, on peut enfaire, pas lesAllemands ni les Américains », poursuit Hervé Balusson. L'usine va désormais monter en puissance en fonction de l'avancée des travaux sur le site et des contrats de commercialisation. 200 éleveurs sans revenus depuis la liquidation de Tilly-Sabco depuis fin septembre sont dans la boucle pour fournir l'usine. Celle-ci devrait traiter 500 000 poulets par semaine dans un premier temps, puis monter à I million de poulets par semaine d'ici « à un an et demi », souligne le directeur opérationnel, Daniel Sauvaget, ancien président et propriétaire de Tilly-Sabco avant sa liquidation. Les trois partenaires envisagent dans un second temps d'investir dans un atelier de découpe. Chiffre d'affaires visé ? 40 millions d'euros la première année, 100 millions d'ici trois à cinq ans. Idris Mohammed, directeur opérationnel de MS Foods, est le directeur général de la SAS Tilly-Sabco Bretagne. (FJ)
  37. 37. 8 CITE PARADIS 75493 PARIS CEDEX 10 - 01 40 22 79 00 11 DEC 14 Hebdomadaire Surface approx. (cm²) : 189 Page 1/1 OLMIX 9007832400504/GCC/ANR/3 Tous droits réservés à l'éditeur Une nouvelle chance pour Tîlly-Sabco > L'entreprise Tilly-Sabco va finalement être reprise par un trio constitué par le volailler britannique MS Foods, Breizh Algae Invest et la chambre de commerce et d'industrie de Morlaix (Finistère). Le gouvernement s'est réjoui que cette solution permette de sauver 202 emplois, sur 322, dans l'usine de Guerlesqum,assurant dans un communiqué que "la filière poulets export a du potentiel et de l'avenir". Via une sociéte dotée d'un capital de 1,5 million d'euros, les trois repreneurs seront actionnaires à parité de l'entreprise que Daniel Sauvaget devrait continuer de diriger. Ultérieurement, il est prévu que MS Foods et Breizh Algae y réinvestissent 2,5 millions. Parmi les axes de développement, la production serait notamment orientée vers des produits halaI, ainsi que des poulets nourris aux algues. Breizh Algae Invest détient en effet Olrrux. Basée à Bréhan, dans le Morbihan, cette société réalise 65 millions d'euros de chiffre d'affaires dans le domaine "des solutions naturelles algo-sourcées" Mais les activités historiques de Tilly-Sabco - poulet congelé export et, plus récemment, knacks de volailles - devront également être relancées. En 2008, l'ancien groupe coopératif Unicopa avait cédé Tilly-Sabco à Daniel Sauvaget, qui en était déjà le directeur général De 85 millions d'euros, son chiffre d'affaires était passe à 136 millions en 2012, avec un résultat net de 2,14 millions. Maîs l'entreprise bénéficiait des restitutions à l'exportation, que l'Union européenne a depuis arrêtées, la conduisant progressivement à la liquidation judiciaire, à la fin du mois de septembre. De son côté, le groupe Doux assure avoir retrouve l'activité nécessaire, prévoyant un chiffre d'affaires de 460 millions en 2014 et un retour a l'équilibre pour l'exercice 2015. Crédit photo : David Ademas/PhotoPQR/Ouest-France Tilly-Sabco • Toutes les i nfos su r I il U Sa lu o/ Mb Kxxls / Biei/h Algae Invest / CCI cie Mari ux / Olnux • Les infos par filiere Vi ixhi i U <. u nes
  38. 38. 13 SQUARE DU CHENE GERMAIN CS77711 35577 CESSON SEVIGNE CEDEX - 02 99 32 21 21 DEC 14 Mensuel OJD : 3099 Surface approx. (cm²) : 8031 N° de page : 40-56 Page 17/17 OLMIX 3626932400502/GHC/MSK/3 Tous droits réservés à l'éditeur AB Vista Quantumblue, la phytase de troisième génération Sur le marché depuis cet éte, la troisième géneration de phytases de chez AB Vista a été présentée au Space Quantumblue Pour l'entreprise anglaise, « cette nou- velle enzyme permettra une meilleure libération du phosphore, une thermostabilisation intrinsèque et une plus grande efficacité ali- mentaire » Cette phytase vient compléter la gamme déjà propo- sée par l'entreprise, composé de Fmase EC (une deuxième phy- tase), d'EconaseXT (une xylanase) et d'Econase CT (une beta-gluca- nase) L'entreprise a également développé cette année un kit d'analyse rapide permettant de tester en élevage la présence de ses enzymes dans les aliments Adossé à ses produits, Ab Vista a ajouté plusieurs services dont les analyses de matières premieres Elles sont désormais possibles dans son laboratoire équipé de la technologie MIR, maîs aussi à tra- vers un nouvel outil via Internet- après avoir téléchargé un fichier comprenant un spectre infrarouge préalablement réalisé, le site In- ternet de l'entreprise pourra l'ana- lyser et l'interpréter en quèlques secondes Sonac Le retour dè la protéine animale hydrolysée ? L'entreprise néerlandaise Sonac a présente au Space 2014 le Muco Pro80P,uncomplémentprotéique pour porcelet En provenance de morceaux d'intestins de porcelets, ces protéines hydrolysées sont au- torisées partout dans le monde maîs ne sont aujourd'hui pas en- core utilisées en France et en Grande Bretagne, là où la crise de l'ESB est encore fraîche dans les mémoires Pourtant, d'après les spécialistes Sonac, cette source protéique possède un profil en acides aminés très proche des be- soins des animaux, ce qui est un réel avantage en termes de facilité de formulation et de bien être in- testinal pour les animaux cibles D'autre part, « ila ete montre que la diarrhée épidémique porcine qui sé- vit actuellement en Amérique ne pro- vient pas de ce type de produit Et le risque de contamination en utili- sant le MucoPro SOF a ete évalue comme quasi nul par l'Anses (1/9) » explique t-on chez Sonac De quoi relancer le débat sur la protéine hydrolysée d'origine Animale7 Olmix Un booster d'enzymes Bien connu pour ses solutions à base d'algues, la société bretonne Olmix a lancé au Space le Mfeed + Véri- table booster, ce produit optimise l'activité des enzymes déjà présentes dans l'intestin Ainsi, mieux digéré, le bol alimentaire sera également mieux valorisé, induisant de meilleures performances La dimi- nution de la quantitéde nutriments arrivant jusqu'au gros intestin favo- rise également le bien-être digestif desanimaux « Ceproduitestlefruit de notre savoir-faire surles argiles, les algues, les oligo-éléments et leurasso- ciation » explique-t-on chez Olmix
  39. 39. TECHNOPOLIS BAT C BP 66102 53061 LAVAL CEDEX 9 - 02 43 49 56 00 12 DEC 14 Hebdomadaire OJD : 5549 Surface approx. (cm²) : 1774 N° de page : 2-3 Page 6/7 OLMIX 1243932400503/GTA/OTO/3 Tous droits réservés à l'éditeur En bref "Douxestrevenu à l'équilibre" Le groupeDouxasortilatête de l'eau. Le président du directoire Arnaud Marion est parvenu à restaurer la confiance auprès des représentants des salariés, et à redresser la barre, de manière structurelle, insiste-t-il. "Doux est revenu à léquilibre au troisième trimestre2014."IIreconnaîttou- tefois profiter de la détente des matières premières et de taux de changesplusfavorables. La "si- tuation est d'autantplus profitable que sur le marché grand export, les concurrents se confrontent aux coûts de production qui explosent au Brésil, 8 à 10% par an sur la "main-d'œuvre." LafilialeFrangosuldevraitd'ail- leurs (enfin) être cédée augéant brésilienJBS. Tilly-Sabco, une offreplusvariée Tilly-Sabco va être repris par le groupe britannique MS Foods, avec la préservation de 200 des 320 emplois, a décidé le tri- bunal de commerce de Brest. Plus précisément, c'est la créa- tion d'une nouvelle société qui sauve l'abattoir, dont le capital (1,5milliond'euros) seradétenu àpartségalesentreMSFoods,la ChambredecommercedeMor- laix et le fonds d'investissement BreizhAlgaeInvest(Olmix).Le projet prévoit de produire du poulet congelé, mais aussi frais, selonleritebalaiounon,etnour- ri aux algues; cette alimentation vise à réduire l'usage d'antibio- tiques.
  40. 40. TECHNOPOLIS BAT C BP 66102 53061 LAVAL CEDEX 9 - 02 43 49 56 00 12 DEC 14 Hebdomadaire OJD : 5549 Surface approx. (cm²) : 1774 N° de page : 2-3 Page 4/7 OLMIX 1243932400503/GTA/OTO/3 Tous droits réservés à l'éditeur 315 milliards d'euros de nouveaux investissements en Europe pour 2015-2017 Les organisations d'exploitants etcoopératives de TUE (Copa-Cogeca) déplorent que le secteur agricole ne soit pas reconnu comme vecteur de croissance économique dans ce plan de financement de nouveaux investissements. Elles craignent un éventuel impact sur l'enveloppe de la Pac, du faitde redéploiements de crédits inhérents à ce plan... La France peut-elle encore créer desleadersdusecteurviandes? STRATEGIE////Margesminimes, concurrenceaccrue,outilsloin d'êtresaturés... Lesecteurdes viandestrouve plus de solutions auprès de groupes étrangers. Mais les réflexions nationales existent. D e manière globale, les entreprises françaises manquent dè rentabi- lité sur leure capitaux investis, ce quifreineleure capacités àinvestir de nouveau, et donc à se développer, notam- ment à l'international Exemple avec Bigard, leader français, n° 2 en Europe mais 19" au rangmondial,"toutesviandesconfondues". O^iant au numéro 2 national de l'abattage de bovins,Elivia (170doot/an) ilestenphasede reprise par l'Irlandais Dawn Méats. Envolailles, c'estun Britannique, MS Foods, qui a sauvé Tilly-Sabco (avec CCIBretagne et Olmix; 202 salariés maintenus). Il y a quèlques semaines, c'est un client saoudien, Almunajem, qui avait volé au secours de Doux, ex-numéro i de la volaille en UE (i) De quoi se poser des questions sur l'avenu- dû secteur des viandes, en France - rappe- lons que Duc (dont la Cecab est actionnaire à 16%} cherche des financeurs pourcouvrir ses pertes.. Dommage que ces repreneurs soient tous des groupes étrangers, peut-on penser. "Mais on peut voir ça comme une consolida- tion du secteureuropéen, qui va permettre de limiter la concurrence intracommunautaire, et ainsi accroître les capacités à rivaliser face aux concurrents européens", commente Phi- lippe Chapuis, directeur de l'agroalimentaire auCréditagricoleSA. A la recherche d'un challenger Pour avaliser avec les importateurs de vo- lailles qui trustent les cantines et restaurants français (3 millions de poulets importés par semaine), Sofiprotéol a préféré céder ses activitésvolaillesàLDC:DenisLamberten- visage de produire 1,5 million de poulets en plus, chaque semaine. Maîsunleaderpeut-il marcher seul? C'est la question qui se pose dans la filière. LepatrondelaFNSEAetdeSofiprotéol,Xa- vierBeubn, suggère de créerunnuméro 2 de poids. Pour l'heure, le seul groupe français qui paraît capable de générer ce challenger est Gastronome. Des passerelles existent déjà, maîs quel intérêt aurait la filiale de Terrena à racheterla société Ronsard (Tris- kaliaetEuralis), Volaille de l'Odet (Cecab), Duc ou encore Secoué (Agrial), des acteurs dont aucun n'est dans une forme éclatante? Pourquoi pas Doux? Le groupe est revenu à l'équilibre au troisième trimestre, selon le président du directoire ArnaudMarion[lire ci-contre] De quoi envisager une nouvelle étape de son plan de relance. Et d'ailleurs, ce numéro 2 viendra-t-il de la filière elle-même ? Le secteur des viandes n'est pas le plus attractif pour trouver des appuis financiers. Mais la volaille connaît uneprogressionconstantedesaconsomma- tion, et a accès àtous les marchés. Frédéric Géfanl , avec Agrapresse (i) Almunajem est officieDement entré au capital de Doux le 9 décembre, rejoignant le fonds de Didier Calmels, qui enpossèdetoujours75% Al'imaged'Elivia (idl'abattoirdu Lion-d'Angers, Maine-et-Loire, reprisparDawn Méats) lesgroupesindustriels français se retrouventdans les mainsde groupes étrangers. "Cela va limiter la concurrence intracommunautaire" pour Philippe Chapuis du Créditagricole SA.
  41. 41. 13 SQUARE DU CHENE GERMAIN CS77711 35577 CESSON SEVIGNE CEDEX - 02 99 32 21 21 DEC 14 Mensuel OJD : 3453 Surface approx. (cm²) : 239 N° de page : 15 Page 1/1 OLMIX 9214932400505/GBV/OTO/3 Tous droits réservés à l'éditeur Aval Tilly-Sabco:plusieurspropositionsdéposées... Après avoir examiné le 25 no- vembre les quatre offres de re- prisedéposéespourl'abattoirTilly- Sabco de Guerlesqum (29), le tribunal de commerce de Brest devait annoncer sa décision le 5 décembre. Pour information, seulement trois repreneurs se sont présentés fin novembre à l'audiencequi setenaità huitclos. Une offre à trois L'offrelaplus«optimiste»vue sous l'angle du maintien des em plois, émane d'un trio composé de la société britannique MS Food, de la Chambre de com- merceetd'industrie(CCI)deMor laix et du fond d'investissement BreizAlgae Investporté parlaso- ciétéOlmix. Soutenue parleCo- mité d'entreprise de Tilly Sabco, cette solution permettrait de sau- verenviron 200 des 320 salariés de l'abattoir. Selon le scénario *Letribunal de commerce de Brest a autorisé l'abattoirTilly-Sabco (Guerlesquin, 29) à poursuivreses activitésjusqu'au 6 décembre et devaitfaire connaître sa décision le 5 décembre concernant les propositions d'offres de reprise déposées proposé,unesociétéseraitcréée dont le capital (1,5 million d'eu ras) seraitdétenu a parts égales par les trois acteurs. Par la suite, MSFoodetBreizAlgaeInvestde- vraient investir dans l'outil quel- que 2,5 millions d'euros supplé mentaires à eux deux L'activité du site porterait sur la production de poulets frais aux algues, de poulets congelés et de sau- cisses. Autres solutions- Lés trois autres propositions ont été déposées par: - l'homme d'affaires Stépha- ne Melloul qui souhaitait repren dre le site et 270 salariés pour une activité d'abattage de pou lets halal et casher, - l'entreprise Le Clézio (22), intéressée par l'atelier de fabri- cation de saucisses, - et le groupe saoudien Al Dhary Le pointcommun deces deux dernières propositions étant de n'épargner qu'un faible nombre d'emplois (respectivement 40 et 85). •
  42. 42. 13 RUE DU BREIL 35051 RENNES CEDEX 11 DEC 14 Hebdomadaire OJD : 11230 Surface approx. (cm²) : 220 Page 1/1 2272a5b15600cc0982624464890b95c838947a4c61804e5 OLMIX 3345732400504/GAW/MCF/2 Tous droits réservés à l'éditeur Réunion décentralisée du Conseil général La baisse des dotations de l'Etat dans le viseur "L'Etat, c'est l'émoi" pourrait résumer l'ambiance de cette séance du décentralisée du conseil général à Chalons. La baisse des dotations de aux collectivités était sur toutes les lèvres. Principal sujet des débats, il n'a heureusement pas été le seul. A gauche, on souligne par la voix de Pierre Regnault que cette baisse était un objectif for- mule par Nicolas Sarkozy en 2012. Adroite, Bruno Retailleau retorque que c'est là un revire- ment par rapport aux engage- ments de l'actuel chef de l'Etat. Il n'empêche, la réalité de- meure, reconnue par tous : la baisse des dotations aux collec- tivites locales a occupé la plus grande partie des debats lors de la session décentralisée du conseil genéral jeudi dernier a Challans. Personne, dans la salle Louis-Claude Roux, n'est venu nier les difficultés à atten- dre de cette baisse annoncee. Certains, à l'image de Wilfrid Montassier, n'ont pas eu de mots assez durs pour dénoncer cette réforme. Le président du conseil géneral, dans son dis- cours, aura qualifie l'année 2014 de "annus horribihs" pour les collectivites locales. 41 millions d'euros de moins en 3 ans Dénonçant au passage le "grand flou" de la réforme ins- titutionnelle, il s'est surtout atta- che à dénoncer un véritable "tsunami budgétaire". Non que Bruno Retailleau nie la né- cessite pour les collectivites de faire des economies, maîs il considère cette baisse trop ra- pide et trop importante. En trois mots : "brutale, injuste et ir- responsable". Et d'asséner une série de chiffres pour appuyer son dis- cours : "Pour les Départe- ments, ce sont 3,42 milliards de moins entre 2015 et 2017 soit une baisse cumulée de près de 8,8 milliards entre 2014 et 2017. Et pour la Ven- dée, ce sont 41 millions de moins entre 2014 et 2017 soit une baisse cumulée de 92 millions pour la même pé- riode." Soit l'équivalent de six nouveaux collèges ou près du double du budget routier du De- partement. Premiere victime a ses yeux : l'investissement. Et c'est, indi- rectement, la croissance qui en paie le prix. Il prend à témoins les representants du secteur du bâtiment, invites à assister à l'assemblée. "Sur les neuf pre- miers mois de l'année, le mar- ché de la construction a enre- gistré un repli de - 24%. Le nombre de permis de construire a diminué de 43% entre septembre 2013 et sep- tembre 2014." Et ce ne sont là que quèlques éléments d'un veritable réquisi- toire que Bruno Retailleau a souhaite adresser à l'Etat. Le president du conseil gene- ral a souhaité achever son dis- cours sur un ton clairement vo- lontariste. Investir malgré tout Pour lui, grâce aux econo- mies réalisées, en diminuant les dépenses courantes de ges- tion et le recours à l'emprunt, il est possible de mener une poli- tique d'investissement. Il mise à la fois sur les infrastructures d'avenir et les secteurs d'avenir. Citant les différents desencla- vements en cours (lire ci des- sous) ainsi que les efforts en di- rection des collèges, le président a mis l'accent sur le soutien aux croissances inno- vantes. La croissance bleue, d'abord, est liee aux nouvelles filières maritimes : éolien offs- hore, implantation d'Hermarma a Noirmoutier, arrivée du groupe Olmix à Samt-Hilaire- de-Riez. Quant à la croissance verte, c'est du côté de l'agricul- ture qu'il faudra la chercher, via la méthanisation et le renforce- ment des filières courtes en res- tauration collective. Autant de pistes qu'il faudrait explorer pour que le Départe- ment garde des leviers d'ac- tions dans un avenir qui s'an- nonce difficile. Franck Herme/
  43. 43. BP 3244 27032 EVREUX - 02 32 28 55 55 11 DEC 14 Hebdomadaire OJD : 2185 Surface approx. (cm²) : 34 Page 1/1 6379d52e5690e10bb20844b47e0f85473794dd4ae19b4b9 OLMIX 5994632400503/VAR/AZR/3 Tous droits réservés à l'éditeur Tilly-Sabco • Le tribunal choisit l'offre du britannique MS Foods L'abattoir de volailles breton Tilly-Sabco va être repris par le groupe britannique MS Foods, en association avec la Chambre de commerce de Morlaix et le fonds d'inves- tissement Breizh Algae Invest (Olmix), permettant la sauve- garde de 200 emplois sur un total de plus de 320, ont annonce le 5 décembre les syndicats, rapportant la déci- sion du tribunal de commerce de Brest. Cette offre prévoit la création d'une société dont le capital serait détenu à parts égales entre les trois acteurs (1,5 million d'euros au total).

×