Group
Revue de presse
2016
Olmix SA Le Lintan ZA du Haut du Bois 56580 Bréhan France
Téléphone: +33 (0)297 38 81 03 Téléco...
Bretagne / Morbihan
7 novembre 2016
Quotidien
Bretagne / Pontivy
7 novembre 2016
Quotidien
Date : 20 / 26 OCT 16
Pays : France
Périodicité : Hebdomadaire
OJD : 17063
Page 1/1
OLMIX 6853049400508Tous droits réservé...
GRANDS TROUPEAUX MAGAZINE
SUPPLEMENT Date : OCT 16
Périodicité : Parution Irrégulière
Page 1/3
OLMIX 7735049400506Tous dro...
GRANDS TROUPEAUX MAGAZINE
SUPPLEMENT Date : OCT 16
Périodicité : Parution Irrégulière
Page 2/3
OLMIX 7735049400506Tous dro...
GRANDS TROUPEAUX MAGAZINE
SUPPLEMENT Date : OCT 16
Périodicité : Parution Irrégulière
Page 3/3
OLMIX 7735049400506Tous dro...
GRANDS TROUPEAUX MAGAZINE
SUPPLEMENT Date : OCT 16
Périodicité : Parution Irrégulière
Page 1/3
OLMIX 0735049400503Tous dro...
GRANDS TROUPEAUX MAGAZINE
SUPPLEMENT Date : OCT 16
Périodicité : Parution Irrégulière
Page 2/3
OLMIX 0735049400503Tous dro...
GRANDS TROUPEAUX MAGAZINE
SUPPLEMENT Date : OCT 16
Périodicité : Parution Irrégulière
Page 3/3
OLMIX 0735049400503Tous dro...
LA LETTRE ECONOMIQUE DE
BRETAGNE NEWSLETTER Date : 19 OCT 16
Pays : France
Périodicité : Quotidien
Page de l'article : p.2...
http://www.presseagence.fr/lettre-economique-politique-paca/2016/10/17/paris-les-algues-vertes-contiennent-des-agents-
imm...
http://www.industrie-techno.com/pour-innover-il-faut-savoir-remettre-en-question-ce-qui-fonctionne-herve-balusson-olmix.46...
http://www.industrie-techno.com/pour-innover-il-faut-savoir-remettre-en-question-ce-qui-fonctionne-herve-balusson-olmix.46...
http://www.boursier.com/actions/actualites/news/les-algues-vertes-contiennent-des-agents-immunomodulateurs-brevet-valide-p...
Date : 13 OCT 16
Périodicité : Quotidien
OJD : 749258
Journaliste : Mélanie Bécognée
Page 1/1
OLMIX 9971239400507Tous droi...
LE JOURNAL DES ENTREPRISES
EDITION MORBIHAN Date : OCT 16
Pays : France
Périodicité : Mensuel
Page de l'article : p.12
Jou...
LE JOURNAL DES ENTREPRISES
EDITION MORBIHAN Date : OCT 16
Pays : France
Périodicité : Mensuel
Page de l'article : p.12
Jou...
Date : SEPT/OCT 16
Pays : France
Périodicité : Mensuel
Page de l'article : p.1,6,7,8,9,...,9
Journaliste : Valérie Tessier...
Date : SEPT/OCT 16
Pays : France
Périodicité : Mensuel
Page de l'article : p.1,6,7,8,9,...,9
Journaliste : Valérie Tessier...
Date : OCT 16
Pays : France
Périodicité : Mensuel
OJD : 3798
Page de l'article : p.63-64
Journaliste : Amélie Dereuder
Pag...
Date : OCT 16
Pays : France
Périodicité : Mensuel
OJD : 3798
Page de l'article : p.63-64
Journaliste : Amélie Dereuder
Pag...
Date : 10 OCT 16
Périodicité : Quotidien
OJD : 749258
Page 1/1
OLMIX 3051829400509Tous droits réservés à l'éditeur
SERVIR ...
Date : OCT 16
Périodicité : Mensuel
Page de l'article : p.18,20
Journaliste : Armeline Mouraud
Page 1/2
OLMIX 387962940050...
Date : OCT 16
Périodicité : Mensuel
Page de l'article : p.18,20
Journaliste : Armeline Mouraud
Page 2/2
OLMIX 387962940050...
Date : 30 SEPT 16
Périodicité : Bimensuel
Page de l'article : p.11
Journaliste : Thérèse Bouveret
Page 1/1
OLMIX 243732940...
Date : 04 OCT 16
Périodicité : Quotidien
OJD : 749258
Journaliste : Philippe Gaillard
Page 1/1
OLMIX 9544129400507Tous dro...
Date : 01/02 OCT 16
Pays : France
Périodicité : Quotidien
OJD : 749258
Page 1/1
OLMIX 8342919400505Tous droits réservés à ...
© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/morbihan/vannes/foire-du-boeuf-japonais-aux-algues-bretonnes-01-10-2016-11238584...
© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/morbihan/vannes/foire-du-boeuf-japonais-aux-algues-bretonnes-01-10-2016-11238584...
Date : 30 SEPT 16
Pays : France
Périodicité : Hebdomadaire
OJD : 4794
Journaliste : F.B.
Page 1/1
OLMIX 0302819400508Tous ...
© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/bretagne/vannes-du-boeuf-japonais-eleve-aux-algues-bretonnes-30-09-2016-11237530...
http://www.lagazettemorbihan.fr/2016/09/21/nathalie-kosciusko-moriset-seduite-par-liger/
30 Septembre 2016
Locminé. Nathal...
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Olmix Press Clipping 2016
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Olmix Press Clipping 2016

779 vues

Publié le

Olmix Press Clipping 2016

Publié dans : Santé
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
779
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
286
Actions
Partages
0
Téléchargements
12
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Olmix Press Clipping 2016

  1. 1. Group Revue de presse 2016 Olmix SA Le Lintan ZA du Haut du Bois 56580 Bréhan France Téléphone: +33 (0)297 38 81 03 Télécopie: +33 (0)297 38 86 58 Email: contact@olmix.com Website: www.olmix.com Société Anomyne au capital de 428 396, 20 € - RCS Vannes B 402 120 034 Siret: 402 120 034 00010 - Code NAF: 241 E - N° TVA Intracommunautaire: FR 20 402 120 034
  2. 2. Bretagne / Morbihan 7 novembre 2016 Quotidien
  3. 3. Bretagne / Pontivy 7 novembre 2016 Quotidien
  4. 4. Date : 20 / 26 OCT 16 Pays : France Périodicité : Hebdomadaire OJD : 17063 Page 1/1 OLMIX 6853049400508Tous droits réservés à l'éditeur Seizh devezh e bro-dreger INNOVATION. Les algues vertes contre certains cancers ? Une demande de brevet vient d'être validée. Les algues vertes peuvent entrer dans le traitement de certains cancers C'est dé- sormais envisageable L'Ins- titut national de la propriété industrielle vient de valider officiellement la demande de brevet portant sur un extrait d'algues pour son utilisation en tant qu'agent immuno- modulateur Contre le cancer du colon Cette validation vient confirmer le travail mené par Olmix Group sur les algues vertes Ces extraits d'algues vertes de type Diva « peuvent participer au renforcement des défenses immunitaires chez l'animal et l'être humain et sont un axe de développement pour pré- venir de nombreuses patho- logies » explique-t-on chez les spécilaistes qui ont validé ce brevet « C'est une étape impor- tante pour nous » souligne Hervé Balusson, le président d'Olmix Group « Ça fait vingt ans que l'on travaille sur les algues vertes, c'est une reconnaissance pour les efforts de toutes nos équipes. Il n'est pas tou- jours évident dans notre domaine d'avancer comme on le voudrait. Nous nous heurtons à beaucoup de ré- ticences. Elles commencent à être levées. » La société bretonne atten- dait depuis trois ans ce brevet Ces propriétés pourraient aus- si entrer dans le traitement de Hervé Balusson, président d'Olmix Group : « C'est une étape très importante pour nous dans le travail que nous menons depuis vingt ans sur le pouvoir des algues et notamment des algues vertes. » certains cancers comme celu du colon D'autres applications médicales Les algues vertes dont on retire ces molécules sont notamment ramassées en quantite abondante à Samt-Michel-en-Grève « Au- jourd'hui, nous poursuivons nos recherches sur le poten- tiel des algues dans différents champs d'application relatifs à la santé avec plusieurs orga- nismesscientifiques dont l'Inar, le CNRS et ('Inserm » précisent lesresponsablesd'OlmixGroup L'anpasse,legroupeaobtenu l'autorisation de ramasser à cer- taines périodes et dans des durées précises les algues de Saint Mi chel-en-Grève Traitées dans un premier temps à Plouénan, les molécules sont ensuite extraites dans l'usine du groupe à Bréhan, dans le Morbihan Le groupe breton Olmix tra- vaille sur les potentialités des algues dans plus de 100 pays à travers le monde et diffuse des produitsnaturelspourlesélevages d'animaux en remplacement des antibiotiques Un nouveau plan de lutte 2017-2021 L'Etat, le conseil régional et les collectivités départemen- tales et locales ont décidé de reconduire un plan de lutte contre les algues vertes entre 2017 et 2021 Ce nouveau plan a été présente mercredi ll prévoit un appui renforcé de l'Etat au ramassage et au traitement des algues sur les plages Une exigence accrue en termes de résultats et une gouvernanceélargieauxrepré- sentants des collectivités, du monde agricole et associatif Entre 2010 et 2015, le plan de lutte a coûté 95 millions d'euros Le coût du ramassage s'élève a 2 millions d'euros par an pour 40 000 tonnes d'alguesvertes
  5. 5. GRANDS TROUPEAUX MAGAZINE SUPPLEMENT Date : OCT 16 Périodicité : Parution Irrégulière Page 1/3 OLMIX 7735049400506Tous droits réservés à l'éditeur Antibiotïc-free : the solutions Production porcine, pré et post-sevrage 94 % des porcelets/ Sevres sans antibiotiques grâce aux algues En misant sur un protocole d'élevage rigoureux basé notamment sur l'utilisation de produits à base d'algues stimulant les défenses immunitaires, l'élevage normand de la SCA du Besnar a réussi à produire 94 % de ses porcelets sans antibiotiques. Une démarche importante pour un éleveur, qui par ailleurs valorise ensuite ses porcs charcutiers sous la marque Porlin, une démarche de proximité dont il est à l'origine. E n ce début du mois d'août, l'activité de la maternité de la SCA du Besnar et de l'atelier d'engraissement de porcs charcutiers Porlinbatsonplein.Commed'habitude pourrait-on dire ? Et bien non, car cet élevage normand dirigé par Pascal de Butlervituneévolutionmajeure. «En juillet, 94 % des porcelets sortis de l'atelier de naissage ont étéélevés sans antibiotiques », annonce simplement l'exploitant, enfaisantvisiterl'élevage de naissage implanté àÉtreville (Eure) ouencorele bâtimentd'engraissement àlaCroix-Mare (Seine-Maritime). Ce résultatsevérifie aisément etsaute aux yeuxcardanslescasesd'engraissement ou de maternité, les porcelets traités auxantibiotiquessontidentifiésàl'aide d'une boucle rouge, fixée à l'oreille. Pascal de Sutter ne veut pas forcé- ment se priver définitivement de cet arsenal thérapeutique mais il cherche à s'en passer le plus possible. « Mes motivations sont avant tout éthiques. Ces produits sont loin d'être anodins et de la mêmefaçon qu'en médecine humaine,lesantibiotiquesne,santpas automatiques, je veux appliquer la même logiquepour mes animaux. » Cet éleveurindépendant detoutgroupement commercialise ses porcelets auprès de ses confrères au prix du marché et valorise ses porcs charcutiers en direct à travers lamarque Porlin. Il engraisse avec son fils 2 900 porcs charcutiers Supplément Grands Troupeaux Magazine Pre and post-weaning pig farming 94 % of piglets are weaned without antibïotics thanks to algae I t's earlyAugust, the nursery and the fattening house I for Porlinfinishingpigs at SCA du Besnar are in full swing.Businessasusual?Notquite,asthisNormandy breedingfarmrunbyPascal de Sutter isgoingthrough a major change. "InMy, 94 % ofthepiglets bom in the farrowingfacility mere raised without antibiotics", the breeder mentions casually. Whether one visits the farrowing facility in Étreville (Eure) or the fattening house inCroix-Mare (Seine-Maritime) lusassertion is easilyverified.Inthefatteningpensandinthematernite pens, the piglets that have beentreatedwith antibiotics are identifled byway ofa red tag attachedto their ear and one sees very few ofthese. PascaldeSutterdoesn'twanttogetridofthistherapeutic arsenal vet but be is trying to use it sparingly. "My motives areprimarily ethical. These product^ are far fram being harmless and as the saying goes rn human medicine « antibiotics are not automatic», I want to apply the saine logic to my animals". The progressive supression of antibiotics on lus farm stems fram a meeting with Olmix's technical pork expert, Philippe Gréau. "Our ambition is to help breedemproduce at least SO % oftkeirftnishingpigs without antibiotics and without anti-coccicdian medicinefrom whmi they are bomup to theirslmigkter". Olmixrelies excluswely onnaturalproducts madefrontselecteddayand, above all. algae derivatives. A BREEDING FARM WITH 840 SOWS Pascal de Sutter's breedingfacility comprises pools of 34 sows andgilts includingaweeklyweaning. It nas a capacity for 840 sows. Prom a genetic perspective the femalelineisconstitutedofDanbreadsowsandthemale line Piétrain boars. The nursery, dating back to 200B, basil sheds each containing 14 pens. The facility has alwaysbeenwellcontrolledwithaproductionof13,5to 14,2suckersweanedperlitter.PhilippeGréauwho is a perfectionist observed that the average weightafterweaningcouldbeimprovedand reachbetween 6,4to 6,5 kgat25days ofage. Therewasroomforanimprovment interms of the hygiene of the buildings. The gilts could start
  6. 6. GRANDS TROUPEAUX MAGAZINE SUPPLEMENT Date : OCT 16 Périodicité : Parution Irrégulière Page 2/3 OLMIX 7735049400506Tous droits réservés à l'éditeur Avis d'éleveur a Un quotidien qui n'a pas été bouleversé » La maternité de la SCA du Besnar est placée sous la responsabilité de Lucile Gaudin qui se charge en binôme d'assurer le suivi de la santé des truies et des porcelets Deux autres personnes gèrent exclusivement l'alimentation. « Pour soigner, les antibiotiques n'interviennent qu'en dernier recours, souligne la jeune femme Cela me semble naturel d'adopter cette logique en élevage L'antibiotique doit s'utiliser en dernière intention, laissons leur chance aux solutions naturelles Depuis le changement de protocole, mon quotidien n'a pas été bouleversé, nous avons deux opérations en plus sur les cochettes ou les truies Je suis sans doute plus attentive à la santé des animaux, mon suivi se révèle plus rigoureux. Les diarrhées sont beaucoup moins fréquentes, nous avons la sensation d'une baisse de la pression parasitaire Au niveau des mises bas l'adoption des nouvelles pratiques porte ses fruits ces dernières se déroulent avec plus de facilité et sur une durée plus courte Par ailleurs, le déclenchement des naissances se révèle moins important et de moins en moins nécessaire car nous constatons un raccourcissement de la durée de gestation d'environ une journée Les mises bas ont donc souvent lieu un jour plus tôt Enfin, nous avons gagné en homogénéité des lots sevres Par ailleurs, une expérience malheureuse nous a montré qu'il était impossible de se passer de capteurs de mycotoxmes » Comme quoi, chaque détail compte dans le programme de suivi d'élevage. I dont 80%sontvalorisés dansla filière qualite « Cette marque est géréepar une associationfédérant des artisans bouchers normands et parisiens, un abattoireurélien,ainsiquedeschcml- lards Dans nos réunions de bureau, le thème du sans antibiotique revient souventdansnosdiscussions », relate l'exploitant. Dèslors,l'éleveui serévèlesansdoute plus à l'écoute des attentes du marché et l'opportunité de produire sans anti- biotiques le motive, lui qui cherche à capterdelavaleurajoutée danslacour de son exploitation en misant sur un débouché haut de gamme. Cetteréussite s'appuiesurlarencontreaveclasociété Olnux et notamment son responsable techniqueporcs, àsavoirPhilippe Gréau. « Notre ambition est de donner les moyens aux éleveurs de produire au moins90%deporcscharcutierssans antibiotique etsans anticoccidien, et ce, entre la naissance et l'abattage », confielespécialiste.Olmixmiseexclu- sivement sur des produits naturels à base d'argiles sélectionnées et surtout àbase de dénvés d'algues. «Attention, prévientPhilippeGréau,nousn'allons pas proposer des substituts à tels ou tels antibiotiques Notre vision repose sur une remise à plat de l'ensemble Sur les nouveau-nés, le SeaGut Faste a également été positionné pour une distribution clans les 24 heures suivant la naissance. des pratiques, une vision globale de laconduited'élevage.» Un élevage cle 840 truies L'élevagedePascaldeSutterestconduit enbandesde34truiesetcochettesavec un sevrage hebdomadaire. Sa capa- cité atteint 840 truies présentes. Côté génétique, la voie femelle comprend des sujets de type DanBred, alors que pour la voie mâle, il s'agit de verrats Piétrain. La maternité datant de 2005 abrite ll salles de 14 cases. L'élevage a toujoursétébienmaîtriseavecnotam- mententre 13,5et 14,2porceletssevres par portée Perfectionniste, Philippe Gréau constate un point moyen au sevrageperfectibleentre6,4et6,5kgà 25jours, des aménagements àprévoir au niveaudel'hygiènedesbâtiments, une mise à la reproduction plus précoces des cochettes (une misebas à365jours soit une insémination à 35 semaines) et un meilleur taux d'incorporation des jeunes femelles dans les bandes. Lensemble du programme est désormais appliqué et les antibiotiques ne sont utilisés qu'en cas de coups durs Les injections systématiques d'Amoxicilme et d'anticoccidien ont été arrêtées. En casdeblessuresauxpattesdesporcelets provoqués par les truies, les soins sont réalisésenutilisantduDuphamoxetce de manière individuelle, donc ciblée Environ 5,16 % des sujets font l'objet de ces traitements. Abandon d'un antibiotique t critique La conduite traditionnelle s'appuyait surl'apport d'une dose de Baycoxplus 0,3 cl de Naxcel à base de Ceftiofur (un antibiotiquedelafamilledescéphalos-
  7. 7. GRANDS TROUPEAUX MAGAZINE SUPPLEMENT Date : OCT 16 Périodicité : Parution Irrégulière Page 3/3 OLMIX 7735049400506Tous droits réservés à l'éditeur porines de troisième génération, notifié critique par le décret du 18 mars 2016) pourlaprévention del'arthrite. L'alimentmédi- __ camenteuxdesporcelets a disparu. L'approche d'Olmix cherche à stimuler les défenses natu- relles des animaux à travers les propriétés des algues, à produire un colos- trum de meilleure qualité plus riche en anticorps et en maximisant la réponse vaccinale. Pour résorber les dysfonc- tionnements digestifs et les engorgements hépatiques ou rénaux, les porchers distribuentauxtruiesavant la mise bas du Digestsea sousformeliquide.Dansle registre des troubles digestifs, mais cettefoischezlesporcelets,enpériode d'allaitement ou au sevrage, une dis- tribution d'Ecopiglet est effectuée en maternité et à la nurserie. Sur les nouveau-nés, le SeaGut a également été positionné pour une distribution dansles24heuressuivantlanaissance. Pour stimuler les défenses immuni- taires et aider les truies comme les porcelets à mieux passer les périodes de stress, du Searup est distribué par canule buccale pour les femelles avant vaccination, et dans l'eau de boisson pour les jeunes animaux en phase de pré et post-sevrage. Plus classique, la fabrique d'aliments à la ferme de l'élevage ajoute désormais systématiquement le MT. X +. Le sol des maternités est également cou- vert de Mistral, un asséchant bienconnudanslemondede l'élevage. Ceprogrammeaétéconçu pournepascompliquerle quotidien des porchers. Il leur impose néan- moins deux inter- ventionsmanuelles supplémentaires à effectuer lors de la quarantaine et au Bac avant la mise bas. Ainsi, le Searup doit être distribué à ces stades. « II s'agit d'actions pri- mordiales destinées à amplifier les défenses immunitairesdesani- maux et à tonifier la réponse, à l'injection vaccinale. » Lamodification duprogramme sani- taire s'est également accompagnée de mesures de nettoyage et d'hygiène ainsi que de l'utilisation d'une meu- leuse dentaire remplaçant l'utilisation du coupe-dents souvent à l'origine de l'éclatement des dents des porce- lets. « Les maternités sont remplies avec de bettes portées. L'arthrite et les diarrhées des porcelets ont dis- paru. » Si nous nous penchons sur les chiffres, nous constatons sur un totalde20bandes,soit9DOOporcelets sevres, un gain de poids au sevrage de 234 g par porcelet, l'objectif étant d'atteindre 300 g pour arriver à un poids au sevrage de 6,85 kg. Chaque semaine, 24 porcelets de plus sont sevrés, un gain non négligeable pour larentabilitédel'élevage.M' Lucile Gaudin, responsabledelamaternité de la SCA du Besnar breeding at an earlier age (farrowing at 365 days with an insémination at 35weeks) and the introduction rate into the pools could be improved. Thewholeprogrambasheenimplementedandantibiotics areusedonlyinextremesituations.Systematicinjections of Amoxicillin and anti-ooccidian medicine have stopped. When a sow injures a piglet's leg, the piglet is individually taken care of by using Duphamox in a speciflcallyadaptedway.Around 5,16 % oftheanimals unrîergothistreatment. A CRITICALLY IMPORTANT ANTIMICROBIAL MAS BEEIM DROPPED Traditionally the animals were given one dose of Baycox plus 0,3 cl ofNaxcel contaming Ceftiofur (an antibiotif from the third generation cephalosporins family, whichwas rated as being a criticallyimportant antimicrobial-18thofMarch2016decree)andusedin preventing arthritis. The piglets' medical feed bas also been banned. Theapproachadopted by Olmix is seeking to stimulate the immune défenses of the animals via the propertiesofalgaeand to produce a better quality colostrum which contains a higher quantity of antibodies, as well as to maxiraize the best existing response. "In order to get nd of the digestive problems and of the hepatic and rénal congestions, the breeders give Digestsea in Kquidform to the sows before the farrowing. When it cornes to the piglets' digestive problems during the nursing or weaning periods, a dose ofEcopiglet is distributed in the farrowing facility and in the nursery". Sealyt Faste bas also been recommended on new-born piglets in the 24 hours following their birth. In order to stimulate the immune défenses of the sows and the piglets and to make sure they go unharmed through stress periods, they are given Searup. The sows get it via an oral cannula each time they must get an injection and the piglets get it through their drinking water pre and post weaning. In a more traditional fashion, to better manage mycotoxin risk, the breeding facilityfeed production plant now systematically adds to its feed MT.X. The nurseries ground is covered in Mistral, a litter conditioner well-known in the breeding sector.
  8. 8. GRANDS TROUPEAUX MAGAZINE SUPPLEMENT Date : OCT 16 Périodicité : Parution Irrégulière Page 1/3 OLMIX 0735049400503Tous droits réservés à l'éditeur Antibiotic-free : the solutions Moins d'antibiotiques grâce aux algues La PME bretonne Olmix se bat pour valoriser les algues en élevage et en agriculture Les propriétés de celles-ci permettent, entre autres, de renforcer les défenses immunitaires des animaux de rente et des plantes Une publication de l'Inra, un Innov'Space - tous deux obtenus en 2016 - viennent recompenser son travail visionnaire Olmix préconise des programmes de management des élevages permettant de reduire les antibiotiques (voire de s'en passer). Et si l'ère de la prevention était vraiment en marche ? B rehan, petite cite du centre Ere tagne, est enpasse de devenir un haut lieu de la valorisation des algues mannes L'entreprise Olnnx a conçuunprocesstechnologiqueunique permettant d'extraire des algues des molecules capables de renforcer les défenses immunitaire des plantes et des animaux de rente «Lesproduits abasedalguesnevont pas resoudre toutes les pathologies Ils constituent le socle d'une approche de management global de l'élevage, base sur le renforcement immunitaire des animaux Nos equipes réfléchissent a des programmes generauxprenant en compte le confo! t des bâtiments, l'alimentation, la qualite de l'eau, souligne Obvier Bianrac, en charge du marketing Les eleieuts ont déjà fait de gros efforts pour reduire les traitements antibiotiques, nous voulons continuer delesaccompagnerdanscesens > Avec un reseau d'entreprises parte- naires, Olmix s'est plus précisément spécialisée dans la valorisation des algues ertes, depuis larecoltejusqu a leur transformation en produits naturels pourles secteurs de lanutntion et de la santevegetale animale ethumaine Sa technologieindustrielleestbaséesurle principedebiorafflnagepermettantla separation des composants de l'algue endifférentesfractionspourconcevoir desproduitspermettantnotammentde stimuler la croissance et les défenses immunitaires des animaux de rente ou des plantes L'avantage de cette technologie est d'utiliser la totalité de la biomasse La ligne de production permetdetraiter50tonnesdalguespar jour Les extraits d'alguespeuvent être solides, liquides et sont parfois asso- Less antibiotics thanks ^ to algae Together with a network of partner companies all confident about the gréât potential ofalgae in the race for disease preention Olmix has concentrated more speciflcallvonthe developmentofgreenalgae fram rts harvesting to rts transformation into natural productsforplants,animalsandhumansnutritionand health sectors Its industrialtechnologyisbased on the pnnciple ofbiorefinmg winch enables the separation ofalgae components into différent tractions in order to create products for stimulatmg the growth and the immune defences of agriculture animals or plants Thistechnologylus one gréât advantage in that ituses the whole thomass The production lme can handle 50tonsofalgaeperdaj Algaeextractscanbesolidor liquid and are somctimes combinedwith other natural components such as montmorillonites Marine algae is actuallv a source ofpolysacchandes sulfates Their ability to mhibit the growth ofpathogenic agents and to stimulate the immune system response has been the subject ot numerous scientific articles In2012, Olmixdevelopedalgaeactiveprmcipleswith biologie^!propertiesandlaunchedarangeofsolutions fordigestneefnciencyfortheimmunitvandthedigestne well being of animals as well as a range of products for soil improvment, for micronutntion and for plant protection The industrial technique used by Olmix is based on bioreflmng wbien enables the separation of algae components into separate tractions so as to deelopproductswinchwillenablethestimulationof the growth and ofthe immune systems ofanimals and plants The beneflt ofsuch a technologyis that it uses the entire biomass The production lme is toda fully operational and tan handle up to 50 tons of algae per daj The algae are delivered fresh to the factor; where theyarecleaned,crushedandgroundtofragmentthem Some fractions are used for their structural properties and are mixed to différent types of claj accordmg to anous patented procedes with a view to producing original products for animal nutrition and for the agriculture and horticuture industries The tractionswithfunctionalactneprmciplesare then concentrated filtered and stabilised < Depending on the desired end resuit, the hydrolvsis/flltration process can vary so as to extractmolecules oi a différent nature and size, adds
  9. 9. GRANDS TROUPEAUX MAGAZINE SUPPLEMENT Date : OCT 16 Périodicité : Parution Irrégulière Page 2/3 OLMIX 0735049400503Tous droits réservés à l'éditeur Les algues, vaste sujet de recherche 11 Mr SCIENCE & IMPACT Renforcement ue i immunité des intestinales (Inra) Dans le cadre d'un partenariat avec le groupe Olmix, des chercheurs de linra ont montre qu'un composé extrait d'algues vertes inhibe in vitro la croissance de bactéries pathogènes et stimule la production de médiateurs de l'immunité par des cellules épithéliales intestinales. Pourcette étude, Olmixa préparé, à partird'Ulvaarmoricana, une algue verte récoltée sur les côtes bretonnes, un extrait de polysaccharides sulfatés appelé MSP /Marine Sulfated Polysaccharides!. « Une telle préparation pourrait être utilisée dans l'alimentation des animaux d'élevage pour améliorer leur robustesse face aux infections et ainsi réduire l'utilisation des antibiotiques », soulignent les chercheurs de l'institut de recherche. Ces résultats ont été publiés le 8 mars 201 6 dans le JournalofAppliedPhycology. Le pouvoir inhibiteur de la croissance bactérienne du MSP a été observé sur un panel de 42 souches de bactéries pathogènes isolées directement d'animaux d'élevage ou de leurenvironnement. Parmi elles, Pasteurellamultocida, Manheimia haemo/ytica, Erysipelothrixrhusiopathiae, Staphylococcus aureus, Streptococcus suis se sont révélées sensibles à l'action du MSR Le MSP a induit une augmentation de la production de cytokines, des médiateurs de la réponse immunitaire, dans un système in vitro de cellules épithéliales intestinales porcines différenciées, indiquant une potentielle action stimulatrice de l'immunité intestinale par le MSR Bernard Kloareg, directeur de la station biologique de Roscoff. Un pouvoir stimulant des défenses immunitaires (CNRS) Dèslesannées 1980, leCNRSetlastationbiologique de Roscoff (Finistère) ont démontré le pouvoir des algues à renforcer les défenses immunitaires des êtres vivants. Un travail de recherche fondamentale a été entrepris dès cette époque avec l'entreprise Goëmar sur l'intérêt des algues pour stimuler la croissance et les défenses immunitaires des plantes. Les polysaccharides sulfatés d'origine marine pou- vaient en effet remplir ce rôle. Le partenariat scientifique a permis l'extraction de la bêta 1-3 glucane, une molécule provenant d'une laminaire. Ces recherches fondamentales ont notamment abouti en 2002 à l'homologation et le lancement commer- cial d'Iodus 40 par Goëmar. « À l'époque, j'étais chercheur etj'avais été surpris de constater que les cellules des plantes pouvaient reconnaître des substances d'origine marine, tant ces deux univers sont éloignés sur l'échelle du développement, souligne Bernard Kloareg, directeur de la station de Roscoff. A l'inverse, la complémentarité d'actions entre les polysaccharides d'origine marine etle monde animalne m'ajamaisposé cegenredequestion,puisqu'ilexistedesanalogieschimiquesmajeures.» I clés avec d'autres composés naturels comme les montmorillonites. En effet, les algues marines constituent une source de polysaccharides sulfatés. Leure différentes propriétés biologiques (inhibition de la croissance des agents pathogènes, stimulation de la réponse immunitaire, renforcement de l'inté- grité intestinale ou encore régulation du métabolisme lipidique...) ont fait l'objet de nombreuses publications scientifiques. Modulation de la réponse in =i ~= - •? Laparoi cellulairedes alguesse révèle complexe, composée d'ungrandnombre depolysaccharides,pouvantrenforcer l'activité immunitaire des animaux. Ainsi, il a été démontré que les poly- saccharides provenant d'algues rouges stimulentl'activitéimmunomodulatrice desmammifères, enmodifiantl'activité de stimulationdesphagocytes (détrui- sant les virus). En comparaison, les ulvanes des algues vertes activent la productiondecytokinesetchemokines, acteurs de l'immunité innée et adapta- tive. Il est intéressant de noter que ces activités immunostimulantes néces- sitent la présence de polysaccharides sulfatés, abondants dans les algues, mais absents des plantes terrestres. En nutrition animale, les applications sont nombreuses, en particulier pour aiderlesjeunesanimauxaudémarrage mais également comme support dans les stratégies de vaccination. Renforcement de la paroi intestinale Les mucines sont des glycoprotéines intestinales formant un gel protecteur surlasurface del'intestin. Ellesagissent comme unebarrièreprotectricevis-à-vis des blessures mécaniques, des coloni- sations ou cles toxines bactériennes. Elles évitent également le phénomène d'autodigestion. Ainsi, en stimulant la production de mucines, les extraits d'algues améliorent labarrière protec- trice et bonifient le bien-être intestinal de l'animal. Activité sur le métabolisme lipidique Lespathologiesdufoiechezlesmono- gastriques et les ruminants constituent des problèmes récurrents sans réelle solution.Ainsi,certainsextraitsd'algues se révèlent bénéfiques, du fait de leur rôle contre l'hyperlipidémie. Actuel- lement, ils sont utilisés pour gérer le cholestérol élevé chez les humains et sont considérés comme particuliè- rement efficaces dans le contrôle de l'hyperlipidémie. Les algues ont également une activité prébiotiquecarellessontrichesenpoly- saccharides,nondigérésdanslesparties supérieures de l'intestin, et peuvent servir de substrat pour la croissance microbienne dans sapartieinférieure. Cespolysaccharides comprennentles alginates, laminarine, et les fucanes. L'ajout d'un dérivé d'algues brunes dansl'alimentation depoulets de chair procurelesmêmeseffetsfavorisantla croissance que l'inuline (un autre pré- biotique) et(ou)lavirginiamycine (un antibiotique courant). Entantquetels, lesproduitsd'alguespeuventoffrirune nouvelle alternative auxprogrammes de nutrition sans antibiotiques pour les animaux animaux de rente.
  10. 10. GRANDS TROUPEAUX MAGAZINE SUPPLEMENT Date : OCT 16 Périodicité : Parution Irrégulière Page 3/3 OLMIX 0735049400503Tous droits réservés à l'éditeur Un Innov'Soace cour le Searu Le jury des Innov'Space a remis à Olmix un Innov'Space pour le Searup, un aliment complémentaire à base d'extraits d'algues marines riches en polysacchandes sulfatés d'origine marine (MSP) permettant de renforcer les défenses naturelles des animaux. Complexes, ramifiées, ces molécules sont constituées de sucres différents parfois rares (rhamnose) De plus, ceux-ci peuvent être sulfatés, ce qui leur confère des activités biologiques particulières, ainsi qu'une unicité car les polysacchandes sulfatés n'existent pas dans le règne végétal terrestre De récents travaux menés en collaboration avec linra et publiés dans Journal ofApplied Phycology en mars 2016 ont démontré que le MSP immunomodulateur utilisé dans Searup permet d'activer certains récepteurs immunitaires de cellules intestinales, induisant l'expression de plusieurs médiateurs de l'immunité (cytokmes et chimiokines), permettant au final de moduler aussi bien l'immunité innée (macrophages, neutrophiles) qu'adaptative (lymphocytes T et B). Searup est administré dans l'eau de boisson, permettant une administration ponctuelle et une forte souplesse d'utilisation. Il est disponible sous plusieurs formes galéniques (liquide et galet effervescent) et plusieurs doses, offrant aux éleveurs le choix du format le plus adapté à leur systeme de distribution d'eau. Searup est recommandé pendant les périodes de stress comme les phases de démarrage ou les phases de transition (sevrage, changement de bâtiment .) afin de mieux gérer ces périodes critiques. Il s'utilise également en accompagnement des programmes de vaccination En termes de produits, Olmix a déjà lancé depuis plusieurs années le MMi S, mélange d'argile sélec- tionnée et de jus d'algue riche en polysacchandes structurants, sous forme semoulette facile d'emploi Le Diet, de la gamme For Vet, se destine aux veaux et lutte contre les troubles digestifs, utilisé dans le cadre de la gestion du risque mycotoxmes L'obiectif reste dans un premier temps de protéger l'intestin, car c'est là que se trouvent les surfaces d'échanges entre le milieu digestif et le sang de l'animal L'argile hydrodispersible agit comme un pansement protecteur sur les muqueuses intestinales et contribue à la régulation du transit en limitant les pertes en eau Lalgue provoque, grâce à des polysacchandes sulfatés marins spécifiques, une sécrétion de mucines, glycoprotémes constituantes du mucus et protectrices des parois intestinales. Gros olan sur les algues et leurs Drooriétés mullMes Les algues se classent en trois groupes selon la nature de leurs pigments, à savoir les algues brunes (Phéophycées), les algues rouges (Rhodophycées) et les algues vertes (Chlorophycées ou ulvales) Les algues arrivent fraîches de Bretagne nord, de Bretagne sud, voire des Pays-de-la-Loire, elles vont ensuite être lavées, broyées et pressées pour être fragmentées. Certaines fractions sont utilisées pour leurs propriétés physiques structurantes et vont être mélangées selon différents procédés brevetés à des argiles sélectionnées pour la production de produits originaux pour la nutrition animale (capteur de mycotoxmes, activateurs d'enzymes digestives .) ou pour l'agriculture et l'horticulture. Les fractions aux actifs fonctionnels vont ensuite être concentrées, filtrées et stabilisées « En fonction des effets recherches, /'association avec une hydrolyse et et un procédé de filtration varie et permet d'extraire des molécules de nature etde taille différente, poursuit Pi Nyvall-Collen, responsable R&D du groupe Olmix Certaines molécules ont des effets prébiotiques, d'autres une activité sur la production de mutine par le tractus digestif, d'autres encore ont des actions antioxydantes ou modulatnces de l'immunité Certains produits enrichis en polysacchandes modulateurs de l'immunité vontpar exemple renforcer l'action des vaccins. Les composants des algues ont de multiples propriétés Nous valorisons les molécules marines pour leurs effets directs sur la stimulation physiologique, maîs parfois pour leurs propriétés physiques comme avec notre capteur de mycotoxmes. » i Contrôle des (myco) toxines Des recherches menées sur l'utilisa- tion de polysaccharides d'algues aux propriétés structurantes ont montré que leur association avec une argile permetd'augmenterlacapacitédecette dernière à adsorber des toxines ou des mycotoxines avec des propriétés phy- sico-chimiques variées. Ces synergies algues-argiles sont en particulier inté- ressantes lors de polycontaminations des matièrespremières ou des aliments pour animaux avec des molécules de structuretrèscomplexes(DONetFumo enparticulier)habituellementtrèsdures à fixer. L' PiNyvall-Collen,OlmixR&Dmanager. Some molecules haveaprebioticeffect,othershaveaninfluenceonthe productionofraucinbythedigestivetract,othershave an antioxydant effect or an immunomodulating effect... Someproductsthatareenrichedwithimmunomodulating polysacchandes will, for instance, reinforce the effect ofvaccines.» Olmixlias experimented andvalidated these innovativeand évolutiveprocessesthankstoits BiotechCenter,a600m2buildingwinchallowittorun test phases to an industrial pilot scale. EveryyearOlmixinvesti6%ofiteturnoveronresearch - 4 million euros in 2014. VL' Inra Beinforcement ofthe immunity ofintestinal epithelial celte Innov'Space Searup, the strength ofalgue to remforce the natural défenses ofanimals
  11. 11. LA LETTRE ECONOMIQUE DE BRETAGNE NEWSLETTER Date : 19 OCT 16 Pays : France Périodicité : Quotidien Page de l'article : p.2 Page 1/1 OLMIX 7340939400506Tous droits réservés à l'éditeur ACTUALITÉ ÉCONOMIQUE Innovation - Olmix à Bréhan (56) dépose un nouveau brevet portant sur un extrait d'algues Ce brevet est issu de travaux effectués depuis plusieurs années par l'entreprise Olmix sur les algues vertes pour lutter contre les bactéries et les virus. OLMIX SE RENFORCE DANS LA VALORISATION DES EXTRAFTS D'ALGUES VERTES La demande de brevet de l'entreprise Olmix, portant sur un extrait d'algues pour son utilisation en tant qu'agent immunomodulateur, vient de recevoir sa validation officielle par l'INPI, Institut National de la Propriété Industrielle. Cette invention, précise la société bretonne Olmix, concerne un extrait d'algues de l'ordre des ulvales, et notamment l'extrait d'algues vertes de type Diva (comprenant des polysaccharides sulfatés et non sulfatés). "Le brevet délivré à Olmix Group, précise le communiqué, vient ainsi confirmer que les algues vertes peuvent participer au renforcement des défenses immunitaires chez l'a nimal et l'être humain et sont un axe de développement pour prévenir de nombreuses pathologies". Le groupe poursuit ses recherches sur le potentiel des algues dans différents champs d'application relatifs à la santé avec plusieurs organismes scientifiques, dont l'INRA, le CNRS et l'INSERM. Olmix Group, qui est présent dans 100 pays à travers le monde, emploie 400 collaborateurs. Il est à ce jour détenteur de 15 brevets. Olmix Group
  12. 12. http://www.presseagence.fr/lettre-economique-politique-paca/2016/10/17/paris-les-algues-vertes-contiennent-des-agents- immunomodulateurs-brevet-valide-pour-olmix-group/ 17 octobre 2016 PARIS : Les algues vertes contiennent des agents immunomodulateurs, brevet validé pour Olmix Group ! Cette invention concerne un extrait d’algues de l’ordre des ulvales, et notamment l’extrait d’algues vertes de type Ulva (comprenant des polysaccharides sulfatés et non sulfatés). Le brevet délivré à Olmix Group vient ainsi confirmer que les algues vertes peuvent participer au renforcement des défenses immunitaires chez l’animal et l’être humain et sont un axe de développement pour prévenir de nombreuses pathologies. Grâce à la délivrance de ce nouveau brevet, Olmix Group s’affirme comme l’acteur historique majeur et incontournable dans la recherche sur les algues. « Psychologiquement, c’est une étape importante pour nos équipes de recherche, nos clients et nos investisseurs, explique Hervé Balusson, président d’Olmix Group. Cela valide nos travaux et renforce la confiance de tous ceux qui travaillent à nos côtés. Nous commercialisons depuis plusieurs années des produits à base d’extraits d’algues pour aider à lutter contre les agressions extérieures comme les bactéries et les virus. Ce brevet vient confirmer la validation scientifique de leur efficacité sur le système immunitaire. Aujourd’hui, nous poursuivons nos recherches sur le potentiel des algues dans différents champs d’application relatifs à la santé avec plusieurs organismes scientifiques, dont l’INRA, le CNRS et l’INSERM. » La demande de Brevet avait été déposée à l’INPI en novembre 2013. L’INPI a officiellement délivré le brevet le 30 septembre 2016. Dans sa réponse portant sur ce brevet d’invention, l’INPI précise que « les inventeurs ont mis en évidence, de façon surprenante, qu’un extrait d’algues de l’ordre des ulvales, en particulier un extrait d’algues vertes de type Ulva, possédaient des propriétés immunomodulatrices. A propos d’Olmix Group Olmix propose des solutions naturelles élaborées à base d’algues (rouges, vertes et brunes), d’argiles et d’oligo-éléments. Fer de lance des biotechnologies marines, cette entreprise, forte d’une R&D très en pointe, démontre que les algues sont une nouvelle voie pour la nutrition et la santé, au profit de toute la chaîne alimentaire. Les 3 pôles d’Olmix Group : Plant care, Animal care et Human care innovent en poursuivant un même objectif : produire mieux, avec moins, en améliorant la sécurité alimentaire et dans le respect de l’animal, de l’Homme et de l’environnement. Leader dans le développement de l’économie bleue en Bretagne, Olmix Group a créé à en septembre 2015 la Breizh Algae School, premier centre de formation dédié aux algues et à leurs applications pratiques. Olmix Group, qui est présent dans 100 pays à travers le monde, emploie 400 collaborateurs. Il est à ce jour détenteur de 15 brevets.
  13. 13. http://www.industrie-techno.com/pour-innover-il-faut-savoir-remettre-en-question-ce-qui-fonctionne-herve-balusson-olmix.46074 15 octobre 2016 « Pour innover, il faut savoir remettre en question ce qui fonctionne » Hervé Balusson (Olmix) Chaque semaine, Industrie & Technologies prend les chemins de traverse et donne la parole à des personnalités qui ont l'innovation dans la peau. En 12 questions, ces personnes du monde de l'industrie tirent le portrait de cette discipline. Aujourd'hui, découvrez le point de vue de Hervé Balusson, le fondateur et PDG d’Olmix. L’entreprise, spécialisée dans la valorisation des algues et les biotechnologies explore différentes technologies capables d’extraire les nutriments et les molécules à haute valeur ajoutée du goémon breton. En une vingtaine d’années, l’entreprise morbihannaise a essaimé dans 70 pays. Elle emploie 400 personnes et réalise 85% de son chiffre d’affaires à l’export. Si l'on vous dit innovation, spontanément, vous répondez ? C’est ce qui fait avancer l’Homme. Sans l’innovation on serait encore dans une grotte, un gourdin à la main ! Votre dernière rencontre avec l'innovation, c'était quand et où ? Je rencontre l’innovation tous les jours ! Je viens par exemple de visiter le Village By CA, un incubateur hébergé dans les locaux du Crédit agricole de Ploufragan (22). Si ce genre de chose avait existé il y a vingt ans, ça m’aurait sacrément aidé. À l’époque, il fallait encore se cacher pour innover, les mentalités n’étaient pas prêtes. Aujourd’hui, c’est le CA, en pleine terre agricole, qui pousse vers le progrès : ça aussi c’est de l’innovation. Quelle innovation avez-vous dans la poche ? Le I-phone (prononcé à la française, ndlr). C’est une réalisation incontournable. Mais c’est également un asservissement de tous les instants. Votre innovation préférée ? Les biotechnologies. Réussir à transformer des choses grâce aux subtilités de la nature.
  14. 14. http://www.industrie-techno.com/pour-innover-il-faut-savoir-remettre-en-question-ce-qui-fonctionne-herve-balusson-olmix.46074 15 octobre 2016 Et celle que vous détestez ? L’innovation trop marketing. Notamment dans les grands groupes pharmaceutiques. C’est une innovation souvent linéaire et pas toujours réelle. C’est un plan marketing en fait : il faut sortir une innovation à ce moment-là. Peu importe ce que c’est. Si vous deviez remettre le Nobel de l'innovation, quelle personnalité récompenseriez-vous ? Sans hésiter à Maryvonne Hiance, la présidente de France Biotech. Cela fait vingt qu’elle travaille sur des traitements personnalisés aux maladies auto-immunes. Jusqu’il y a cinq ans, la recherche pharmacologique n’en voyait aucune utilité et aujourd’hui ces technologies valent des millions au Nasdaq. Et quelle entreprise ? Ce serait la start-up taiwanaise KG Bio, leur technologie est révolutionnaire. Les chercheurs utilisent des champignons pour dégrader les déchets organiques en molécule d’intérêt, comme par exemple des polyphénols. En fait, ils font fermenter nos déchets pour en libérer les nutriments et en faire de l’alimentation animale. D’autres le font à base d’insectes, de bactéries, que sais-je encore, mais je pense que ce sont les plus avancés dans le domaine. La qualité qu'il faut cultiver pour innover ? La curiosité. Et savoir remettre en question ce qui fonctionne, pas seulement ce qui ne fonctionne pas. Et le défaut qu'il faut corriger ? Le fait d’être sûr d’avoir raison. C’est ce qui a tué les plus grandes entreprises. Citez un livre qui vous a inspiré en matière d'innovation ? Un livre de Maurice Chevalet. Quand tout bascule par exemple. En matière d'innovation, vous êtes plutôt... …start-up ou grand groupe ? Start-up …technologie ou service ? Technologie ...continue ou disruptive ? Disruptive Enfin, de quelle innovation rêvez-vous (pas seulement la nuit) ? Celle qui répondra à notre plus gros défi ! Nourrir et donner une bonne santé à neuf milliards d’êtres humains. Par Baptiste Cessieux publié le 15/10/2016 à 09h00
  15. 15. http://www.boursier.com/actions/actualites/news/les-algues-vertes-contiennent-des-agents-immunomodulateurs-brevet-valide-pour-olmix- group-702741.html?rss 14 octobre 2016
  16. 16. Date : 13 OCT 16 Périodicité : Quotidien OJD : 749258 Journaliste : Mélanie Bécognée Page 1/1 OLMIX 9971239400507Tous droits réservés à l'éditeur Les projets se bousculent pour le Ronsouze Les locaux places à l'entrée de la zone d'activités sud suscitent la convoitise. Aux deux dossiers déjà en concurrence, un troisième vient de s'ajouter. Les élus trancheront le 30 novembre. Deux projets concurrents Suspense sur le devenir du corps de ferme du Ronsouze et des quèlques hectares qui I entourent Situe a I en tree du parc d'activités ploermelais, en bordure de quatre voies, il fait I ob- jet de toutes les attentions (Ouest France du 5 juillet) Maîs il faudra encore attendre quèlques semaines pour savoir qui, des dirigeants d Olmix group ou d Agro food developpement rem- portera la mise Les elus trancheront le 30 novembre lors du conseil com munautaire D'ici la, on s attend a de nouveaux rebondissements Surtout depuis que le Club des hôteliers, cafetiers et restaurateurs du pays de Ploermel (CHCRPP) a fait entendre sa voix Eux aussi travaillent a un pro jet hôtelier Bref tout le monde veut sa place au Ronsouze Pas de quoi enchan- ter le maire de Ploermel Patrick Le Diffon Depuis quil a presente, fm juin le projet hôtelier porte par les dirigeants d'Agro food les échanges houleux des elus donnent le ton Un nouveau rebondissement Les hôteliers et restaurateurs ont, eux aussi vu rouge Ils ont lance cet ete le Club des hôteliers, cafetiers et restaurateurs du pays de Ploer- mel CHCRPP pour protester contre ce nouvel hôtel La raison ? Selon eux sa creation risque de creer trop d offres par rapport a la demande réelle « Nous allons tous trinquer », explique Mickael Suire de I hôtel Le Cobh Changement de strategie dans I equipe certains ont revu leur copie Ils travaillent a I implantation d un hô- tel une a deux etoiles sans restau- rant sur le site Quarante chambres maximum « Cela ne concerne que Centre ville Creation du parc en 2000 100 emplois 3 restaurants 9 activites tertiaires 1 centre de remise en forme 1 artisan Activites paramédicale: Installation de Pole emploi en novembre certains membres de l'association et ne comprendrait pas la ferme actuelle, assure cet hôtelier Et cela ne compromettrait pas le projet Ol- mix. » En revanche lequipe est tau jours opposée a I hôtel-restaurant trois etoiles Agro food, le premier venu François Schhenger, un des diri- geants dAgro food, ne s attendait pas a un tel remue menage « Nous sommes ravis d'avoir réveille les es- prits », assure I entrepreneur Maîs difficile de relativiser quand 'enjeu est un dossier a quatre mil- lions d euros d'investissements Etude a l'appui, il promet que l'hô tel trois etoiles et son restaurant ne seront pas de trop dans le paysage Au contraire « Notre proposition de rehabilitation du site est aboutie. « ll y a un enjeu politique et de pouvoir derrière tout ça. Paul Anselin veut le dernier mot. Il mène le bal et Patrick Le Diffon n'arrive pas à s'en détacher. » Beatrice Le Marre, ancienne maire de Ploermel, et elue de l'opposition Ploermel avec passion. Repères 23 juin 2016 Le maire de Ploermel Patrick Le Dif- fon, presente en conseil municipal le projet d hotel trois etoiles avec restau rant, porte par la societe Agro food developpement (Ouest-France du 25 juin) ntervention de I elu d opposition Paul Anselin qui assure qu'Olmix group a des vues sur le site pour un projet de grande ampleur Les boide- reaux de vente sont toutefois approu- ves 29 juin Au conseil communautaire Patrick Le Diffon s apprête a présenter de façon plus complète le projet d'Agro food Lelu de I opposition ploerme- laise Paul Anselin prend la parole pour remettre sur le tapis le projet OI mix group Suite a cette intervention, une inter- ruption de séance est demandée Le maire fait retirer de I ordre du jour les bordereaux de vente restants pour le Ronsouze Notre dossier est structure et argu- mente. Des accords ont déjà ete donnés lors des votes en conseil municipal et bureau communau- taire par les elus. A eux maintenant de prendre leur decision. » L'oppo- sition du CHCRPP ? « Une posture surprenante » pour le dirigeant qui insiste « sur le refus de dialogue de ses membres » Le projet Saga soutenu par Paul Anselin Derrière le nom Saga (Sans antibio- tique grâce aux algues) se cache un projet a 40 millions d'euros ll est porte par Olmix, societe spécialisée dans la nutrition animale par les al gués « ll s'agit d'un nouveau mo- dele de filiere agroalimentaire », ex- plique Thomas Pavie directeur One health d Olmix Le corps de ferme du Ronsouze ne serait que la partie émergée de I ice- berg Saga Olmix et ses partenaires y installeraient un incubateur a start- up une ferme expérimentale un showroom et un corner dégustation Ils prévoient également la construc- tion d un bâtiment recherche et deve- loppement d enrobages a base dal Juillet Creation de I association Club des hôteliers cafetiers et restaurateurs du Pays de Ploermel (CHCRPP) op posée au projet d hôtel trois etoiles avec restaurant d Agro food 28 septembre Presentation du projet Olmix lors du conseil communautaire par le pre sident de la communaute de com- munes Patrick Le Diffon Lelu scep- tique estime le dossier incomplet gués Ce contre-projet » annonce en conseil communautaire par Iop position Ploermel Nouvel elan fin juin, a fait leffet d une bombe Bien décides a remporter la mise les dirigeants d Olmix mettent le pa- quet Pour preuve leur premiere note envoyée aux elus n a pas ete jugée suffisamment complète par le maire de Ploermel Qua cela ne tienne, Ils en préparent actuellement une deu- xieme « ll y avait certains points de détail a renforcer », reconnaît Tho- mas Pavie directeur One health d'OI- mix group Pour appuyer leur etude, ils font appel a la caution scientifique Mary- vonne Hiance présidente de France Biotech ou encore Christophe Ar neodo de Capsugel seraient de la partie « Le site du Ronsouze se- rait un element essentiel, ce serait le porte-drapeau de l'ensemble du projet. » Un projet qui mise égale- ment sur le fameux Programme d in- vestissements d avenir (PIA) et les subventions qui vont avec Mélanie BECOGNÉE. Septembre-octobre Certains membres du CHCRPP étu- dient un projet de construction d hô- tel une a deux etoiles 30 novembre 2016 Les elus communautaires devront voter pour finaliser la vente ou non des terrains restants
  17. 17. LE JOURNAL DES ENTREPRISES EDITION MORBIHAN Date : OCT 16 Pays : France Périodicité : Mensuel Page de l'article : p.12 Journaliste : Ségolène Mahias Page 1/2 OLMIX 0841339400501Tous droits réservés à l'éditeur Sovipor, Olmixreprend les commandes •AGROALIMENTAIRE Le groupe Olmix a fait l'acquisition de Sovipor. Repris, l'atelier de découpe de dindes, a déjà renoué avec la rentabilité. • Des défis restent à relever sur la durée. Parmi ceux-ci, la rénovation du site qui nécessitera des investissements majeurs. L atelier de decoupe de dindes Sovipor retrouve des couleurs depuis (arrivée au capital du groupe Olmix « Nous sommes bénéficiaires sur les six premiers mois de I annee », avance Herve Balus- 5on, P-dg du groupe qui déve- loppe des solutions naturelles a base d algues L'un des derniers gros employeurs du Porhoet A priori rien ne prédestinait Olmix, ses 400 collaborateurs et ses 80 M€ de chiffre d af- faires dont 80 % a lexport, a s intéresser a cet atelier de decoupe de dindes en mau- vaise passe Pourtant, Herve Balusson n est pas reste insen- sible au sort de cette entre- prise « C est la plus impor- tante entreprise de la Tnnite- Porhoet On ne pouvait pas la laisser mourir Le Centre Ere tagne doit pouvoir fournir des emplois a ces habitants sinon e est fmi » Le dirigeant est aussi tres pragmatique et souligne les savoir-faire des 153 salaries de Sovipor ainsi que leur pro- ductivite « Même si I entre- prise a connu des difficultés, elle a su conserver une clien- tele fidèle el variée travaillanl aussi bien pour des grossistes que pour des hopitaux » Sovi por est aussi presente a I ex- port ou elle réalise 30 % de ses 40 M€ de chiffre d affaires Sur ses 153 collaborateurs, 130 travaillent sur le site de la Trinité Porhoet les autres col laborateurs sont a Merdngnac 122) ou lentreprise compte son unite de fabrication de Nuggets A terme, cette entité pourrait rejoindre sa maison- mère Des investissements nécessaires Aujourd hui recapitalisée et remise sur de bons rails, la societe a toutefois des defis a relever Cela passera notam ment par des investissements nécessaires sur I outil de pro- duction L enveloppe prévue pour une nouvelle phase de developpement du site et de son parc machines oseille entre 3 et 4 millions d euros Et pour financer la seconde etape du developpement de
  18. 18. LE JOURNAL DES ENTREPRISES EDITION MORBIHAN Date : OCT 16 Pays : France Périodicité : Mensuel Page de l'article : p.12 Journaliste : Ségolène Mahias Page 2/2 OLMIX 0841339400501Tous droits réservés à l'éditeur Sovipor a été repris par le groupe Olmix. Remis sur de bons rails, cet atelier de découpe pourrait proposer des produits à forte valeur ajoutée comme des roulés de dindes aux algues. Sovipor, Le groupe Olmix espère avoir du soutien C'est notamment en ce sens qu'Her- vé Balusson a accueilli Ray- mond Le Deun, préfet du Morbi- han, et d'autres élus du terri- toire Des dindes aux algues A l'issue d'une visite de l'ate- lier, le message est passé , le représentant de l'Etat « expli- quant que le débat était ouvert Et que des dispositifs finan- ciers existent pour des projets innovants » Et cette carte de l'innovation, Hervé Balusson entend la décli- ner à deux niveaux « Nous tra- vaillons déjà ici avec des dindes nourries aux algues et sans antibiotiques Nous pour- rons imaginer des produits tels que des roulés de dindes aux algues » En amont, les coopératives avicoles UKL, d'Aucy et leurs éleveurs com- mencent à explorer ces tech- niques d'élevage La saga de SAGA A terme, Sovipor pourrait tout simplement intégrer Saga (sans antibiotique et grace aux algues), une filière où les ani- maux seraient nourris à base d'algues Ce vaste projet que porte Olmix pourrait parfaite- ment s'intégrer avec les savoir-faire de Sovipor qui pourraient ainsi travailler « des volailles à forte valeur ajoutée notamment à l'ex- port » Pour le dirigeant d'Olmix Saga « est un projet de territoire qui intégrera les agriculteurs pour une juste rémunération et des produits sains Avec ces pro- duits, nous pouvons faire du LVMH sur le marché de la volaille Les débouchés peuvent être aussi bien à l'ex- port qu'en e-commerce » Ségolène Mahias SOVIPOR (La Trinité-Porhoët) Dirigeant : 153 salariés 40 M€ de CA 0297939519 www.sovipor.com
  19. 19. Date : SEPT/OCT 16 Pays : France Périodicité : Mensuel Page de l'article : p.1,6,7,8,9,...,9 Journaliste : Valérie Tessier/ Valérie Tuon Page 4/5 OLMIX 8094139400505Tous droits réservés à l'éditeur "C'est qui le patron ?', au-delà de la boutade et de la provocation, cette phrase nous interroge tous. Les intervenants au parcours exceptionnel issus d'environnements variés, nous font part de leur expérience. D~UÈ !E "PATRON S. DIRIGEANTS, CHEFS... OUVERTURE Mfl|S JOUEURS DEBOUT?" Animateur: Pascal Perri, dirigeant-fon- dateur de PNC, économiste, membre du lalk de RMC les Grandes Gueules Pascal Perri s'interroge sur la détention réelle du pouvoir dans l'entreprise, au- jourd'hui. Face à lui, quatre intervenants de milieux divers témoignent de leurs expériences et apportent des réponses personnelles et pragmatiques. Le patron, ne serait-il pas tout simple- ment le client ? Ou bien l'État, qui par de nouvelles normes, détermine les condi- tions du marché et exerce son autorité dans l'entreprise ? Ou encore, le numé- rique qui a déplacé le centre de gravité de certains marchés ? Ne pourrait-on pas considérer que le patron soit aussi la société des médias ? Un mauvais procès médiatique n'est-il pas pire que tous les procès judiciaires ? Finalement, qui est le vrai patron, où se trouve le vrai pouvoir ? Le patron n'est-il pas au fond celui qui est le propriétaire de l'entreprise ? Comment être alors patron aujourd'hui, comment rester debout dans un monde incertain que les Américains décrivent comme VUCA (Volatility-Uncertainty- Complexity-Ambiguity). Dernier terri- toire en France qui produit de l'innova- tion, l'entreprise est obligée de concevoir de nouvelles idées afin de s'adapter pour survivre au choc du marché. Pour rester debout, les chefs d'entreprises doivent être audacieux, volontaires et ambitieux. Cette vision est-elle partagée par la so- ciété ? Et nos enfants, qu'en pensent-ils? Pour le savoir, les EDC (Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens) ont réalisé un film dans lequel des enfants entre 10 et 13 ans sont interrogés sur la façon dont ils perçoivent les chefs d'entreprise et leur définition du patron Les réponses prêtent à sourire dans la bouche des en- fants mais leur maturité est étonnante. Ensubstance,lepatronestunepersonne qui se fait entendre, qui respecte ses employés et le travail de ces derniers. Et un jeune garçon de conclure . «Patron, pourquoi pas ? C'est vrai que cela demande beaucoup de responsabilités, mais c'est un honneurquandonlefaitbien». Etoui,c'est un honneur et un bonheur! On peut donc se réaliser en étant que chefd'entreprise! Pascal Perri demande aux invités quelle représentation du rôle du patron ont-ils? Sur quoi repose ce rôle ? Sur l'autorité. Sur la connivence ? Sur l'empathie ? Quelles qualités un patron doit-il mettre en avant ? Natacha Quester-Séméon : entrepre- neuse,co-fondatriceetCEOdel'agence you ARhere, co-f ondatrice de Girl Power 3.0, Club d'influence féminin indépen- dant, porte-parole du mouvement pour la mixité #JamaisSansElles «Avoir de l'écoute, du respect mutuel afin de pouvoir créer une collaboration de confiance avec ses salariés» « Peut-être que les enfants imaginent une start-up,c'est-à-direunendroitoùl'oncrée, on innove et en même temps on s'amuse» s'exclame Natacha Quester-Séméon, réagissantelavidéo. À travers cet exemple, Natacha Ques- ter-Séméon souligne qu'il y a une grande différence entre un boss et un leader. Aujourd'hui, affirme-t-elle, «ce que l'on attend, c'estqueceluiquidirigeunesociété dise "c'est nous" au lieu de dire "c'est moi"».
  20. 20. Date : SEPT/OCT 16 Pays : France Périodicité : Mensuel Page de l'article : p.1,6,7,8,9,...,9 Journaliste : Valérie Tessier/ Valérie Tuon Page 5/5 OLMIX 8094139400505Tous droits réservés à l'éditeur Ceci est encore plus vrai dans I innova- tion ou on recherche beaucoup de ta lents Pour elle, le patron doit convaincre les collaborateurs et leur donner envie de travailler ensemble Son autorite ne repose plus sur les diktats maîs sur une adhésion a un projet qui doit être mené avec passion et bien-être dans le travail « La facon de diriger change Changer de reference! demande d'avoir de I ecoute, di respect mutuel afin d'instaurer une relation de confiance avec ses salaries ll est pr/ mordial aussi de travailler en reseau afin d echanger en toute bienveillance et de pouvoir s adapter en permanence Enfin, il faut savoir prendre des risques et accepter de se tromper car on a confiance dans ceux qui font ' » commente-t-elle Pascal Rophé : directeur musical de l'ONPL (Orchestre National des Pays de la Loire) «Lepatronc'estceluiqui transmetlemessage, donne l'impulsion, influe la dynamiqueà deséquipes» Pour Pascal Rophe repondre à la ques tion « cest qui le patron ? » est une énigme ' ll ne se I est jamais pose car «il est musicien avant tout » Pour lui le chef d orchestre est de pas- sage au sein d un orchestre dont il a la responsabilite pour une duree déter- minée Ce qui l'oblige a se remettre en question en permanence Reprenant la definition donnee par Pierre Boulez récemment décède selon laquelle «un chef d orchestre e est d obtenir a un mo ment donne O concert avec seulement 2/3 jours de répétition) le meilleur du groupe qui est en face de vous », Pascal Rophe distingue son travail de celui des autres intervenants «je ne suis pas la pour servir le groupe ni le public ni même ma propre mégalomanie maîspourservirdesgénies1 » Toujours nomme avec I accord des mu- siciens le chef d'orchestre a un contact direct et permanent avec eux «Le patron e est celui qui transmet le message, donne I impulsion influe la dynamique a des equipes de nationalités diverses » Patrick Dutartre : général d'aviation, pilote de chasse, ancien leader de la Patrouille de France etNatachaQuester-Semeon Patrick Dutartre affirme « le patron, cest le leader ' » La Patrouille de France a un turn-over im- portant Chaque annee, elle se reconfi- gure nouveau leader tro s nouveaux equipiers et tous les pilotes changent de place ll est donc primordial d instal- ler des process pour une performance operationnelle quels que soient les indi- vidus Pour atteindre cette performance le leader doit exploiter au maximum les talents de ses collaborateurs tout seul il ne peut rien faire «Le patron, c'est le leader!» La methode selon Patrick Dutartre «est un mélange de rigueur de maintien du cap et de bienveillance » Manager pour lui est I art de conduire chacun de ses collabo- rateurs avec leurs propres limites et leur propre rythme L ecoute est aussi un fac- teur tres important Pour illustrer ces propos la projec- tion d un film spectaculaire montre les prouesses techniques et le comporte ment exemplaire des pilotes Revenant sur le rôle du patron le Genetral Dutartre expliquequel integration sefait par coop tation Même le leader doit être accepte a I unanimité « L important e est la vision Comment mettre en musique le mieux pas sible toute I equipe pour la performance et au service de la mission » commente-t-il Hervé Ballusson : fondateur et P-dg d'Olmix Group Pour Herve Ballusson dingeantd une Eli de biotechnologie mar ne le patron est « Le patron est un visionnaire qui voit plus loin etqui essaie dedonnerde l'impulsion» celui qui a une vision qu il faut mettre en œuvre «tout est une question de charisme d image demobilisationdes energiesetdes compétences » explique t il ' S attaquer aussi a des defis comme celui de nourrir demain9milliardsd individus Lamerest le plus grand champ de la planete qui n a besoin ni de fertilisants n de pesticides Cestunelementnaturel berceaudetoute une chaîne qui contribue a la nutrition et a la sante « Le patron est un visionnaire qui voit plus lom et qui essaie de donner de l'impulsion Le vrai sujet est de mobiliser les equipes de trouverdesjeunes talents ll faut aussi reussir a s imposer a s adapter ll faut etre cameleon se developper en Europe vendre en Asie et rebondir en Amerique du Sud '» CONCLUSION Natacha Quester-Séméon recommande d etre present sur les reseaux soc aux car e est un formidable outil de communication Patrick Dutartre reste persuade que les entrepreneurs sont les moteurs de notre pays a condition d inspirer la confiance de donner du sens aux futurs entrepreneurs « la generation Z» d être exemplaire et a I ecoute de leurs collaborateurs afin d obtenir le meilleur de chacun d entre eux Même s'il ne vit pas dans le monde de I entreprise Pascal Rophé partage avec ceux avec lesquels il travaille un amour commun pour la beaute et I humanite ll nous enjoint a y prendre part en venant aux concerts Hervé Balluson regrette que pour rester debout et passer de l'ETI a la grande entreprise en France il faille passer par le NASDAQ i Valerie Tessier et Valer e Tuon Market Cadres
  21. 21. Date : OCT 16 Pays : France Périodicité : Mensuel OJD : 3798 Page de l'article : p.63-64 Journaliste : Amélie Dereuder Page 1/2 OLMIX 4783139400502Tous droits réservés à l'éditeur Amélie Dereuder, adefeudef.@edihonsdubqi5p3udfufr •« Projets Trois ingrédients pour l'alimentation de demain Les résultats du 22e appel à projets FUI sont tombés cet été et trois nouveaux projets agroalimentaires ont été labellisés. Focus sur Studima, Proveggas et Brain Booster. ans un contexte d'augmentation et de vieillissement de la popula- tion mondiale, les industriels cher- chent des solutions Les trois pro- jets FUI agroahmentaires retenus lors du 22e appel a projets illustrent ces réponses aux defis de l'alimentation de demain Studima, des algues comme alternatives aux antibiotiques Le but du projet Studima est de developper de nouveaux additifs à base d'algues pour la sante animale (porc, volaille, vache laitiere) Les partenaires souhaitent proposer des alter- natives aux antibiotiques en stimulant les défenses immunitaires des animaux d'éle- vage Les solutions ciblées porteront sur les activites antibactériennes, antivirales, anti- parasitaires, immunostimulantes et antioxy- dantes Ces additifs permettront ainsi d'éviter les risques d'antibioresistance chez l'animal et de rassurer le consommateur sur les risques de residus dans son alimentation Greensea, le porteur du projet va cultiver les algues marines, l'inra val de Loire s'occupe du criblage biologique in vitro et Amadeite (filiale d'Olmix) va formuler une gamme d'ad- ditifs et realiser les essais Le projet a ete co- labelhse par les pôles de competitivite Tri- matec, Mer Bretagne Atlantique et Mer Méditerranée Le projet FUI « Bram Booster » vise à développer des ingrédients santé innovants autour du « bienvieillir » et de la sante cogmtive Le porteur du projet, Abyss'lngredients, travaille actuellementsurdescoproduitsdesardines Proveggas,lesprotéines végétales de demain Proveggas (Protéines végétales gastro- nomiques) est un projet co-labellisé par les pôles de competitivite Vitagora et Céréales Vallee ll ambitionne de réhabiliter les pro- téines végétales, en améliorant trois leviers de decision d'achat organoleptique (subli- mer le goût, la texture et le visuel des pré- parations), nutritionnel (maximiser les apports dans le regime alimentaire et amé- liorer leur digestibihte) et pratique (faciliter la préparation des plats) Car si 93 % des
  22. 22. Date : OCT 16 Pays : France Périodicité : Mensuel OJD : 3798 Page de l'article : p.63-64 Journaliste : Amélie Dereuder Page 2/2 OLMIX 4783139400502Tous droits réservés à l'éditeur LE CAHIE FNTS ACTUALITËS Le projet FUI Proveggas ambitionne de developper une gamme d'aliments à base de protéines végétales. consommateurs estiment que les protéines végétales sont « bonnes pour la sante », seul un sur quatre en achète volontairement, et seulement 26 % des Français les citent comme une source de protéines Les six mem- bres du consortium (Philibert Saveurs, Brueggen, Seb, Avril, l'Inra et le Cirad) souhaitent développer une gamme de produits alimentaires pratiques et savoureux, adaptés à différents moments de consommation petit- dejeuner, snacking, plats complets, préparations, ainsi que des appareils de préparation culinaire adaptes A priori les nouveaux produits ne seront pas à base de soja Brain Booster, lescomplémente pour IE « bien-vieillir » Bram Booster, porté par l'entreprise Abyss'lngredients a été co-labellise en avril 2016 par les pôles de compétitivité Valonal et Mer Bretagne Atlantique ll vise à developperdes ingrédients sante innovants autour du « bienvieillir » et de la santé cognitive pour les marchés delanutraceutiqueetdupetfood Pour cefaire, lescinq partenaires,Abyss'ln- gredients,Chancerelle(marqueConné- table),SPFDiana,l'universitédeBrest- CNRS (UBO) et l'université de Bor- deaux-lnra (Nutrmeuro), vonttravailler sur des têtes de sardines pour en extraire des complexes phosphoh- pides-biopeptides «Nousavonschoisi la sardine car c'est le poisson le plus nutritionnellement riche qui estdispo- nible en Bretagne D'autre part, il ne s'agit pas d'une espèce menacée et il se situe au débutde la chaîne alimen- taire,cequiéviteunebioaccumulation des métaux lourds », explique Alexis Mehaignene, président d'Abyss'lngre- dients Dans la répartition des tâches, Abyss'lngredients s'occupe des appli- cations en nutrition humaine sous forme de complement alimentaire, SPF Diana traite le petfood, Chance- relle fournit les coproduits de sardines, l'université de Brest travaille sur l'ex- traction « éco-respectueuse » et la stabilisation des ingrédients et l'uni- versité de Bordeaux se charge des applications et des effets de l'ingré- dient sur la santé • A. DEREUDER
  23. 23. Date : 10 OCT 16 Périodicité : Quotidien OJD : 749258 Page 1/1 OLMIX 3051829400509Tous droits réservés à l'éditeur SERVIR LAVENIR, AVEC bpi J^U JJ lj ^ OLMIX : STRUCTURER UNE CHAINE D'ALIMENTATION SANTÉ, GRÂCEAUXALGUES Olmix, entreprise née en 1995, s'est étendue en l'espace d'une vingtaine d'années. 600 collaborateurs travaillent actuellement pour le groupe contre 3 personnes lors de sa création. La volonté des dirigeants était d'apporter des solutions naturelles pour une agriculture durable pour la santé et l'hygiène animale, et ce par le biais d'algues ou encore d'argile afin de ne plus avoir à utiliser d'antibiotiques. « Nous nous sommes progres- sivement intéressés au végétal et à l'humain en développant notre secteur R&D, grâce à Bpifrance. Il nous a permis de mettre au point des gammes de produits innovants pour remplacer les antibiotiques » déclare Hervé Balusson, dirigeant du groupe. Olmix, basé à Bréhan, est aujourd'hui présent dans une centaine de pays, possède une vingtaine de filiales dans le monde et réalise 80% de son chiffred'affairesà l'international. « Avec un CA de 100 millions d'euros, notre objectif est de devenir une multinationale en montant en puissance sur le marché international » conclut Hervé Balusson. Hervé Balusson, dirigeant du groupe Olmix Entrepreneurs, Bpifrance vous soutient en prêt et capital. Contactez Bpifrance de votre région : bpifrance.fr
  24. 24. Date : OCT 16 Périodicité : Mensuel Page de l'article : p.18,20 Journaliste : Armeline Mouraud Page 1/2 OLMIX 3879629400501Tous droits réservés à l'éditeur Matières premières Vers une autonomie en protéines Malgré de riches ressources en céréales, la France reste dépendante des importations, Principalement pour pallier un certain déficit en protéines végétales. Des protéines qui occupent aujourd'hui une place stratégique dans les échanges agricoles mondiaux et présentent des intérêts multiples sur les plans agronomique, économique et environnemental, Les initiatives ne manquent pas pour développer les approvisionnements locaux et taire émerger de nouvelles sources Made in France. Près de 80 % des matières premières utilisées en alimentation animale dans l'Hexagone sont d'origine française. Le secteur est le premier débouché, en termes d'utilisation interieure, des céréales françaises, avec environ 9,8 millions de tonnes de grains et 1,8 million de tonnes de coproduits. Sur le territoire national, 53 % des agricul- teurs cultivent des céréales, soit plus de 270 DOO exploitations (dont près de 9 000 en agriculture biologique). Les trois premières régions céréalières sont le Grand Fsl avec 10,6 millions de tonnes (Mt), la Nouvelle Aquitaine avec 10,3 Mt, et les Hauts de France avec 9,6 Mt. En 2015, elles représentaient 47 % des ali- ments composés fabriqués dans l'Hexa- gone, mais leur incorporation varie d'une campagne à l'autre en fonction des prix, de la disponibilité et de leur qua- lité nutritionnelle. La plus utilisée reste Ic blé tendre (52,2 %), suivie du maîs (24,8 %) et de l'orge (17,8 %). Mais les élevages français restent encore dépendants des importations, pour pallier un certain déficit en pro- téines et assurer un approvisionnement compétitif. Une dépendancejugée «pré- judiciable » par le ministre de l'Agricul- ture Stéphane Le Foil, qui a établi un Plan protéines végétales pour la France 2014-2020. « La demande grandissante de produits carnés pour l'alimentation mondiale impose des besoins croissants en protéines végétales. Elles occupent aujourd'hui une place stratégique dans les échanges agricoles mondiaux etprésentent des intérêts multiples sur les plans écono- mique (moins de dépenses, débouchés), agronomique(moinsd'intrants,rotation vertueuse) et environnemental (biodiver- sité,meilleurbilancarbone).» Oléagineux et protéagineux Le tourteau de soja est la principale matière première importée dans l'Hexa- gone, mais il est peu à peu remplacé par Autres 4% Blétendre22% Utilisationdesmatièrespremièresparlanutritionanimaleen2015 Prémix et minéraux 4% Matières grasses 1% Déshydratés 2% Tourteaux de Soja 13% Tourteaux de Colza 10% Coproduits des IM 9% Drêchesd'éthanolerie2% Orge 4% Maïs 17% Autres céréales 4% Graines Oléoprotéagineuses 1% les tourteaux de colza et de tournesol qui représentent aujourd'huiprèsde45 % des tourteaux consommés en France. Illus- tration : entre 2001 et 2014, la trituration de colza sur le territoire national est pas- sée de 38 % à 69 % contre 19 % à 9 % pour Ie soja. Un phénomène de substitution des matières premières qui fait la part belle aux approvisionnements locaux : I 483 000 ha de colza et 614 000 ha de tournesol sont aujourd'hui cultivés sur le sol français. La région Grand Est est la première productrice de colza, avec 314 605 ha cultivés, devant la région Centre avec 304 440 ha. Le tournesol est quant à lui principalement cultivé en Occitanie, avec 223 535 ha et Nouvelle Aquitaine avec 218 520 ha. Côté pro- téagineux, l'utilisation de pois est à son plus bas niveau, la culture est passée de 416100 haen 2001 à 166 900ha en2015. La féverole, le lupin ou encore la luzerne poursuivent quant à eux leur croissance, de plus en plus valorisés par les fabri- cants d'aliments du bétail. À l'image de Valorex qui estime avoir également permis la remise en culture de près de 15 000 ha de lin sur le territoire national. « A l'heure actuelle, notre indépendance enprotéinesvégétalesestassuréeàSS% », indique Florence Doat-Matrot, direc- trice du GIE Terres de Communication qui pilote le déploiement de la marque Terres OléoPro de la filière française des huiles et protéinesvégétales. Une marque lancée il y a trois ans dans l'objectif de construire un lien étroit entre tous les professionnels de la filière et soutenir leur engagement pour une agriculture d'avenir, innovante et respectueuse de l'environnement. «Afin de conforter notre approvisionnement et assurer de manière responsable la sécurité et l'équilibre de l'ali- mentation de nos élevages. Et valoriser les
  25. 25. Date : OCT 16 Périodicité : Mensuel Page de l'article : p.18,20 Journaliste : Armeline Mouraud Page 2/2 OLMIX 3879629400501Tous droits réservés à l'éditeur production*équitablesdanslequotidiende chaque consommateur. » IOU 000 agricul- teurs ont aujourd'hui rejoint la démarche et plus de 93 % des ménages français consomment chaque jour un des pro- duits issus de la filière. Terres OléoPro a également constitué un groupe de tra- vail dédié à la production de soja durable et non OGM en France. Une production qui s'élève aujourd'hui à 97 000 ha, dont 33 HO ha en Occitanie et 29 250 ha en Bourgogne Franche-Comté « Au total nous affichons aujourd'hui 2,4 millions d'hectares d'oléagineux et protéagineux et 8 millions de tonnes de graines » Nouvelles sources de protéines De nouvelles sources de protéines, Made inFrance, destinées à lalimentation animale émergent également Comme les insectes, dont la start-up Ynsect, née il y a cinq ans en région parisienne, a fait sa spécialité « Les insectesfont partie des régimes alimentaires naturels de nombreux animaux et êtres humains C'est la base de la chaîne alimentaire et la première diver- sité d'eucaryotes au monde Le potentiel est énorme, explique Antoine Hubert, patron et cofondateur. Des essais ont par exemple démontré que la farme d'insectes, hautement nutritive, pouvait remplacer à IOU % la farine de poisson dans le régime alimentaire de jeunes truites arc-en-ciel et d'autres salmonidés, tout en ayant un effet positif sur le taux de conversion des aliments et la croissance. » La première unité de valorisation de biomasse développée par Ynsect a ouvert ses portes cette année, près de Dole, dans le Jura Un bâtiment de 3 000 m2 capable de fabriquer plusieurs centaines de tonnes de farines à base d'insectes par an. Au total, neuf brevets ont été déposés pour le processus, les produits et les applications. « Des éle- vages existaient déjà pour les vers à soie, les abeilles biocontrôle, mais sans aucune automatisation, avec des équipements hors de prix et de qualité moindre. » Ce site servira de vitrine et de modèle pour les futures unités de production de l'entre- prise. Aujourd'hui, seul débouché auto risé en union européenne le marché du petfood. Mais la start-up espère rapide- ment évoluer en aquaculture. Durabilité Valoriser les coproduits et écarts de production Les algues, qui font partie de la liste des principales matières premieres pour aliments du bétail établie par la Com- mission européenne, reviennent égale- ment sur le devant de la scène comme potentielle source de protéines En France, environ 80 DOO tonnes d'algues fraîches sont produites chaque année. « Leur intérêt principal réside dans leurs propriétés biochimiques. Elles renferment, dans leur paroi, des polysaccharides sul- fatés, qui ont des propriétés antimicro- biennes et antioxydantes qui peuvent être exploitées en nutrition animale », explique le chercheur Mustapha Berri. « Elles contiennent de nombreux composants, souvent originaux, présentant de multiples bénéfices sur la santé : grande diversité d'éléments minéraux et d'oligo-éléments, une teneur exceptionnelle en iode, fibres et protéines, lipides. Peu de cellulose et d'ami- don, richesse en acides graspoly-insaturés, vitamines, polyphénols, pigments, etc. », ajoute Renan Pierre, responsable du pôle algues au Centre d'étude et de valorisa- tion des algues (Ceva) basé en Bretagne. Pour Hervé Balusson, P-DG d'Olmix, entreprise bretonne de biotechnologie spécialiste des produits à base d'algues destinés à l'alimentation, « elles offrent un océan de nouvelles opportunités en nutrition animale ». Ermeline Mouraud lllLes coproduits et écarts de production représentant aujourd'hui 40 % du tonnage des aliments composés fabri- ques en France Les tourteaux sont majoritaires (a 59,5 %) Sur les six dernières annees, la part des coproduits d'origine amidonnerie, de la valorisation du sucre et des céréales utili- sées dans les aliments composes a augmente, au détriment de la part issue de meunerie. « Ce sont des matières pre- mieres à part entière et non négligeables d'un point de vue environnemental et économique (baisse des coûts de pro- duction, optimisation des rations) », souligne Olivier Guisnet, directeur general de Bonda et coprésident de Valeria, le Syn dicatdesprofessionnelsdelavalorisationenalimentationani- male des coproduits et écarts de production agroalimentaire. Cette instance est née en 2003 pour sécuriser et gerer les coproduits et écarts de production (alors appelés sous-pro- duits), afin de préserver la sante publique et respecter l'envi- ronnement. Valeria a ainsi crée un guide de bonnes pratiques, « afin de sécuriser les activités de nos adhérents sur le plan sanitaire, pour qu'ils ne mettent sur le marché de /'alimen- tation animale que des produits de qualité sanitaire et nutri- tionnelle irréprochable repondant aux besoins des utilisateurs et dans le respect strict de la reglementation française et européenne. » La tendance est a des contrôles renforces, en matiere de mycotoxmes par exemple, et a une application très stricte « Aujourd'hui, la filiere se retrouve également en compéti- tion avec d'autres secteurs de valorisation, energétique par exemple Notre rôle est de continuer à la structurer et de la defendre, auprès de l'administration française et des ins- tances européennes afin d'harmoniser les pratiques. Nous voulons en faire un produit durable. »
  26. 26. Date : 30 SEPT 16 Périodicité : Bimensuel Page de l'article : p.11 Journaliste : Thérèse Bouveret Page 1/1 OLMIX 2437329400507Tous droits réservés à l'éditeur Solutions algo-sourcées pour l'élevage : Olmix poursuit les recherches avec ('INRA Le Dr Mustapha Berri de LINRA de Tours présentait le 13 septembre les derniers résultats de ses travaux de recherche sur le stand d'Olmix, lors du salon des productions agricoles SPACE, à Rennes. Le programme de recherche sur lequel nous travaillons est d'évaluer les activités biologiquesdesextraitsa base d'algues qui pourront être mis dans l'alimentation des animaux d'élevage pour améliorer leur réponse immunitaire etleur résistance face aux infections » explique le Dr Mustapha Berri, ingénieurde recherchesau Centrederecherche du Val de Loire, a l'UMR 1282 Infectiologie et Sante Publique (ISP) (INRA Nouzilly-Tours/ Université François Rabelais) Ce programme est mené avec la société Olmix qui « propose des programmes complets en élevage en poulets, dindes, pondeuses, porcs ou encore vaches laitières » comme l'indique Matthieu Le Goff, Développement Manager pour la division Algo-Ceutical d Olmix Olmix développe depuis plus de vingt ans des activites nutrition-santé a Brehan dans le Morbihan La partie production animales en est la base Le groupe Olmix, fondé et dirige par Hervé Balusson, réalise un chiffre d'affaires de plus de 100 M€ avec SO % à lexport Ce patron hors norme a une conviction chevillée au corps, il est possible d'utiliser des solutions naturelles algo-sourcees pour améliorer l'élevage et promouvoir l'agriculture de demain Et notamment à partir de 'ulva armoncana, une algue verte riche en polysacchandessulfates LeprogrammeUlvans, mené avec des groupes de ('agroalimentaire français et des organismes scientifiques (Station biologique marinede Roscoff-CNRS, Université de Bretagne Sud, Universite de Haute-Alsace ), dote d'un budget de 25 M€ s'est achevé en fin 2015 ll a abouti à la mise sur le marche d une gamme de produits, dont SEARUP® Récompensée par un Innov Space 2016, cette gamme renforce le systeme immunitaire des animaux et reduit ainsi I usage des antibiotiques conformément au programme d'Olmix intitule « One Health thanks to Algae » La société a déjà mis en pratique l'élevage de poulets sous algues et sans antibiotiques en collaboration avec des sites français et étrangers COMBATTRE L'ANTIBIORÉSISTANCE « Nous collaborons depuis 2012 avec /'INRA dans le cadre du plan EcoAntibio (2012-2017) pour mettre en évidence et faire la preuve de l'activitéantibactenenne etimmunomodulatnce d'une molécule MSP (Marine Sulfate Polysacchandej d'origine manne, un extrait breveté d'une algue verte Une premiere publication scientifique a mis en évidence tres récemment en avril 2016 que ces extraits sont actifscontredesagentspathogènesrencontres dans les élevages et responsables des principaux troubles respiratoires et digestifs Par ailleurs, cet extrait stimule, dans des conditions de laboratoire, un ensemble de médiateurs de l'immunité intestinale » poursuit Matthieu Le Goff « D'autres données ont éte obtenues et vont être publiées prochainement relatives au mécanisme d'action du MSP pour moduler la réponse immunitaire Enfin, une etude effectuée sur des jeunes truies (couettes), a montre que la molecule MSP améliore le transfert immunitaire des anticorps dans le lait de la truie offrant ainsi un arsenal immunitaire plus puissant aux porcelets qui leur permettra d'être mieux protèges en maternite » En effet, à la naissance, les porcelets ont la particularité d'avoir un systeme immunitaire immature et leur survie dépend essentiellement de la prise du colostrum et du lait maternel ll est donc essentiel de renforcer leurs défenses naturelles car ilsvont être soumis a de nombreux stress (separation de la mere, changements de bâtiments, sevrage ) Ces challenges peuvent générer des désordres digestifs (diarrhées) qui seront traitées avec des antibiotiques Tout l'enjeu des recherches menées avec I INRA de Nouzilly-Tours tend a etabl r des preuves scientifiques deces propriétés antimicrobiennes et immunomodulatrices naturelles de cette molecule algale pour les animaux de rente « Nos donnees de laboratoire sontpréliminaires, certes, maîs très prometteuses Nous commençons, par ai/leurs, à comprendre les mécanismes d'action de ces extraits sur le système immunitaire des animaux Nous n'avons pas encore fait la démonstration maîs il faut du temps et beaucoup d'algues pour les expérimentations sur les animaux alors que les ramassages surles côtes bretonnes ou normandes sont tres contrôles ll faudrait plus de souplesse » estime Mustapha Berri. • THÉRÈSE BOUVERET
  27. 27. Date : 04 OCT 16 Périodicité : Quotidien OJD : 749258 Journaliste : Philippe Gaillard Page 1/1 OLMIX 9544129400507Tous droits réservés à l'éditeur Les algues, une filière nouvelle sortie de la mer Le démarrage de l'algoculture a été laborieux, maîs aujourd'hui, en Bretagne, plus de 80 entreprises vivent de la récolte, de la culture et de la transformation des algues. La Bretagne, une mer d'algues En France, la majeure partie des 72 DOO tonnes d algues produites en 2015 provient des côtes bretonnes 50 % d algues rouges 50 % d algues brunes 90 % de la recolte se fait a partir de 35 bateaux goemoniers Le reste est recueilli, a pied par 350 ré- coltants professionnels et occasion nels Et seul un petit pour cent des al- gues consommées est cultive maîs la demande et les tonnages augmen- tent 350 tonnes en 2015 contre 50 tonnes en 2012 En Asie, l'alimentation d'abord 75 % des algues récoltées dans le monde sont consommées comme des legumes, notamment en Asie d ou provient 96 % de la production mondiale La recolte ne suffisant pas I algoculture y a pris le relais jusqu'à assurer 90 % de la consommation Ce n'est pas le cas en Bretagne, ou depuis des siècles, le goémon a sur- tout servi pour amender les terres Pourtant depuis une vingtaine dan nees, les progres de la recherche ant permis de mettre en lumiere de nombreuses autres vertus des al- gues Et les plats a base d'algues se retrouvent en grandes surfaces Un secteur en plein developpement Les algues contiennent ainsi des al gmates, de l'agar-agar, du carraghe- nane ou des hydrocolloides principa lement utilises comme gélifiants tex- turants épaississants, emulsifiants ou stabilisants Une fois extraits ces sous-produits sont utilises dans I ali- mentation animale, l'alimentation humaine la sante, les cosmetiques Les utilisations des algues (ici des laminaires récoltées en mer) sont multiples Maîs face a la demande, la recolte ne suffit pas La culture cles algues a terre, ne demande qua se developper comme pesticides naturels dans le traitement des maladies des plantes, voire dans la fabrication de plas- tiques biodégradables Des activites qui, en Bretagne, sont sorties de la mer et ont donne naissance a une fi hère en plein developpement Miser sur la qualite et l'innovation La Bretagne ne pourrajamais rivaliser avec l'Asie en matiere de production d'algues en quantite En revanche, elle peut se placer sur des marches de niche, a condition de miser sur des produits de qualite et innovants C'est ce qui est ressorti de la jour- nee consacrée aux perspectives de developpement de I algoculture en Bretagne organisée, hier, a I Ecole superieure maritime de Samt-Malo Environ 85 entreprises des plus arti- sanales au plus industrielles se sont développées autour de la recolte de la culture et de la transformation des algues brunes ou rouges Et elles ont besoin de matiere premiere Des PME dynamiques Cest le cas d Olmix a Brehan (Mor- bihan), spécialisée dans les addi- tifs pour lalimentation animale et la croissance des plantes De Globe Export a Rosporden (Finistere) qui depuis 30 ans vend dans le monde entier ses plats a base de wakame, déduise ou de kombu D'Algopack a Saint Malo, qui travaille a la mise au point de plastiques biodégradables a base d'algues brunes De Bret Aig a Roscoff (Finistere), reprise par un jeune couple qui recolte et produit des algues de qualite a destination des entreprises de transformation Ou encore de G Weed, a Saint Malo specialiste de la culture en mer des algues Philippe GAILLARD.
  28. 28. Date : 01/02 OCT 16 Pays : France Périodicité : Quotidien OJD : 749258 Page 1/1 OLMIX 8342919400505Tous droits réservés à l'éditeur Vannes De l'originalité dans les allées de la foire-expo A chaque foire-exposition son lot d'objets insolites. Des chaussettes pour tongs au yaourt aux algues, les visiteurs de cette 50e édition, dédiée au Japon, sont servis. Le plus fashion Difficile de mettre des chaussettes dans des tongs ' Pas avec ces chaus Bettes a deux orteils a vendre sur le stand du site internet < Une fille a To- kyo > Et si la majorité des visiteurs de la foire exposition découvrent cet ac oessoire de mode, au pays du soleil evan! les fashionistas en raffolent « Ça s'appelle des tabis, précise Lall Mood, gérante du site Les per- sonnes passionnées par la culture japonaise connaissent bien et ceux qui les découvrent et en achètent ne s'arrêtent plus, car c'est très confortable. » Effectivement, les vi- siteurs sont nombreux a se laisser tenter par ces chaussettes qui per- mettent de porter tongs, Jikatabi ou sandales en bois, toute I annee Le plus piquant Au milieu des ananas poires, et pa- payes seches du stand Choptik de petites billes vertes attirent le regard Maîs attention, papilles sensibles s'abstenir même si le vendeur sou- tient que ces billes de wasabi ont un goût tres doux, en comparaison avec celle qu'on trouve en Asie Le plus marin Lalgue est presente sous toutes ses formes au village de la foire-ex position Les curieux pourront goû- ter de la tapenade des salades et des pates aux algues, au stand Ma- nnoe « Cela fait vingt ans que les gens consomment des algues en Bretagne », précise la vendeuse En face, au stand Olmix, les gourmands peuvent même déguster des yaourts aux algues Avis aux amateurs Le plus emblématique Repartir de la foire avec son petit Ma- neki Neko fait-main c'est possible Sur le stand de recrealoup com, rate her des poteries de saison de Séné offre aux visiteurs la possibilité de fa- briquer en céramique leur petit chat Sur le stand du site internet « Une fille a Tokyo » Lall Mood vend des chaussettes pour tongs Les algues ont la cote a cette 50e edition On la trouve sous toutes ses formes, même en yaourt Dimanche matin fes manuels pourront repartir avec leur petit chat porte bonheur, ou Maneki Neko, en céramique La culture chinoise a aussi sa place a la foire exposition avec ce stand de calligraphie porte-bonheur, emblématique au Ja pon « Ils le fabriquent, le peignent et je les fais cuire a mon atelier », de taille Lucie Monnin céramiste Iou jours presente a la foire-exposition, la professeure a vécu plus de deux ans au Japon « Forcement, le thème de cette edition m'a inspiré. » Un der nier atelier gratuit attend les appren tis artistes, dimanche, de 10 h a 12 h Le plus personnalisé Si le Japon est l'invite d honneur de cette cinquantieme foire-exposition quèlques stands sont dédies a la culture chinoise Pinceau en main, Dong, une Vannetaise de 28 ans piopose aux promeneurs d écrire leur prénom en chinois et en calhgra phie Ce samedi foire-exposition, de 10 h a 19 h, au parc du Chorus Dimanche 2 octobre, de 10 h a 19 h et lundi 3, de 10 h a 18 h Tarifs 5,50 € (gra- tuit pour les moins de 18 ans), 4 € a la billetterie en ligne ou sur justifica- tif (CE groupe, demandeur d'emplo handicape) Parking gratuit Bar et restauration sur place Programme wwwfoire-exposition-vannes com
  29. 29. © Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/morbihan/vannes/foire-du-boeuf-japonais-aux-algues-bretonnes-01-10-2016-11238584.php#VfPBzQebkBWIva6q.99 1er octobre 2016 Quotidien Foire. Du boeuf japonais aux algues bretonnes Publié le 01 octobre 2016 Mathieu Pélicart Kazu, Keiko et Sébastien proposent des dégustations de boeuf wagyu et de produits bretons cuisinés à la japonaise, ce week-end, au Village Japon de la Foire-exposition. Parmi les nombreux trésors culinaires que l'on peut découvrir ce week-end au Village Japon de la 50e Foire-exposition de Vannes, il y a le fameux boeuf wagyu. Une viande d'exception nourrie aux algues... de Bretagne ! Ce dimanche, au Village Japon de la 50e Foire-exposition de Vannes, on pourra encore déguster le fameux boeuf wagyu (littéralement « boeuf japonais »). Celui de la région de Kobe, qui est au boeuf japonais ce qu'est le coucou de Rennes au poulet breton, s'est exporté depuis quelques années déjà sur les tables gastronomiques du monde entier. Mais c'est toute l'île qui élève au rang d'art la production (et la consommation) de viande de boeuf. Celle que l'on peut goûter à la foire-expo est produite dans la région de Fujimoto, au sud du Japon, et a la particularité d'être élevé aux algues... de Bretagne. L'histoire remonte à une dizaine d'années. Confrontés au phénomène d'antibiorésistance (la résistance aux antibiotiques développée par les bactéries), les éleveurs de l'île de Kyushu se sont tournés vers les produits du groupe breton Olmix, spécialiste des biotechnologies marines. « La boucle est bouclée » « Nourrir leurs animaux avec des algues, pour eux, c'était comme donner de la confiture à des cochons », se souvient Alain Reocreux, un ancien collaborateur du groupe, qui conseille les entreprises
  30. 30. © Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/morbihan/vannes/foire-du-boeuf-japonais-aux-algues-bretonnes-01-10-2016-11238584.php#VfPBzQebkBWIva6q.99 1er octobre 2016 Quotidien françaises à l'export. « Au Japon, l'algue est un produit noble qu'on offre aux jeunes mariés. Ils en mangent toute la journée, et à toutes les sauces ». Une matière première transformée en Bretagne et exportées pour produire une viande qui revient en Bretagne. Pour Alain Reocreux, « la boucle est bouclée. Il n'y a plus qu'à ajouter un peu de fleur de sel de Guérande pour déguster ». À table, Bretagne et Japon, même combat Au Japon, le boeuf wagyu se vend dans les commerces et les restaurants spécialisés autour de 100 € les 100 grammes. En Bretagne, on peut s'en procurer pour 130 € les 100 grammes. Le Village Japon de la Foire-expo offre donc l'occasion rêvée de goûter à ce produit d'exception. « C'est une viande très goûtue et très tendre car très persillée, c'est-à-dire que le bon gras est mélangé avec le muscle et reste à l'intérieur à la cuisson. On la fait juste revenir à la plancha, sans rien d'autre », explique Kasu Asai Guihaire, qui coordonne la partie gastronomie du Village Japon et importe des produits de son pays d'origine en Bretagne, notamment pour les restaurateurs. « J'essaye aussi de montrer que l'on peut travailler beaucoup de produits bretons à la japonaise ». Pour elle, Bretagne et Japon, même combat : « On aime la bonne chaire et manger très varié ». Pratique 50e Foire-exposition de Vannes, samedi et dimanche, de 10 h à 19 h, lundi, de 10 h à 18 h, au Parc du golfe. Entrée : 5,5 €, 4 € réduit, gratuit moins de 16 ans. Samedi : dégustation de saké à 10 h 30, 12 h et 15 h. Dimanche : dégustation de boeuf wagyu à 11 h 30 et 16 h 30 ; dégustation d'algues à 14 h 30.
  31. 31. Date : 30 SEPT 16 Pays : France Périodicité : Hebdomadaire OJD : 4794 Journaliste : F.B. Page 1/1 OLMIX 0302819400508Tous droits réservés à l'éditeur > SPEP-CTEF : desgroupesdetravail etdesactions Quatre groupes de travail ont ete constitues pour reflechir aux actions du SPEP-CTEF. Pour répondre aux objectifs du SPEP-CTEF de Loudéac-Pontivy, quatre groupes de travail ont été constitués. Et, d'ores et déjà, un certain nombre d'actions ont été enga- gées. Le premier groupe de tra- vail, baptisé Accompagner les mutations de la filière agricole et agroalimen- taire (piloté par Gaetan Le Seyec, président du CEDA et agriculteur à Guern), pro- pose la création d'un abattoir multi-espèces qui desservi- rait l'ensemble du Morbihan et le sud des Côtes-d'Armor pour l'alimentation des fi- lières courtes et l'usage des bouchers de détail. Autre piste de travail : la diver- sification des revenus des agriculteurs grâce aux éner- gies nouvelles, filière bois, méthanisation, et photovol- taique. Le deuxième groupe de travail, Faciliter la diver- sification économique du territoire (piloté par Raja Daher, chef d'entreprise à Loudéac), a lancé l'idée de création dè pépinières d'en- treprises dédiées à l'agroa- hmentaire. Une pépinière est à l'étude sur Pontivy ainsi qu'un module dédié à l'agroahmentaire sur Lou- déac. Surle secteurde Collmée à Samt-Gouéno, est projeté un abattoir pédagogique dédié à la formation, en lien avec l'entreprise de Kermené. Un atelier relais agro-alimen- taire sera accompagné sur le territoire de Baud Com- munauté. Le troisième groupe de travail, Mobiliser les ac- teurs de la formation ini- tiale (de l'université et de la recherche et développe- ment), est piloté par André Péron, secrétaire général du COS (Comité d'orientation pagnement des projets de valorisation des produits de l'agriculture locale par l'innovation : accompagne- ment de l'entreprise Olmix, à Bréhan, dans la mise en œuvre d'une filière avicole sans antibiotiques avec des algues ; production de lait concentré à la ferme (mise au point du process au lycée duGros-Chêne) ; production de sucre bio et amélioration de l'attractivité des métiers de l'agroahmentaire. stratégique Loudéac-Pon- tivy). Parmi les actions qu'il propose : le renforcement de la plate-forme technolo- gique Prodiabio, l'accom- Enfin, le dernier groupe de travail, Emploi-forma- tion (dont l'un des pilotes est LaurentChevalier, proviseur du lycée du Gros-Chêne), est assuré par les acteurs de l'emploi et de la formation : Pôle emploi, mission locale, Cap emploi... Parmi les ac- tions : organiser le dialogue avec les entreprises du ter- ritoire. Proposer aux entre- prises du secteur, l'accès à une plate-forme d'offres de formations.Enfin,«au-delà du secteur de l'agriculture et de l'agroalimentaire, ce groupe participera à l'ob- jectif de diversification de l'économie des territoires en ouvrant son action à l'ensemble des champs de l'activité économique. » F. B.
  32. 32. © Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/bretagne/vannes-du-boeuf-japonais-eleve-aux-algues-bretonnes-30-09-2016-11237530.php#jmwWl5mIK3worqRm.99 30 septembre 2016 Quotidien Vannes. Du boeuf japonais élevé aux algues bretonnes Publié le 30 septembre 2016 à 16h04 Modifié le 30 septembre 2016 à 17h49 Tout le week-end, au Village Japon de la 50e Foire-exposition de Vannes, on peut déguster le fameux boeuf wagyu (littéralement "boeuf japonais"). Celui de la région de Kobe, qui est au boeuf japonais ce qu'est le coucou de Rennes au poulet breton, s'est exporté depuis quelques années déjà sur les tables gastronomiques du monde entier. Mais c'est toute l'île qui élève au rang d'art la production (et la consommation) de viande de boeuf. Celle que l'on peut goûter à la foire-expo est produite dans la région de Fujimoto, au sud du Japon, et a la particularité d'être élevé au algues... de Bretagne. Confrontés il y a une dizaine d'années au problème d'antibiorésistance (la résistance aux antibiotiques développée par les bactéries), les éleveurs de l'île de Kyushu utilisent les produits du groupe breton Olmix, spécialiste des biotechnologies. Les explications d'Alain Reocreux, un ancien collaborateur du groupe, qui conseille les entreprises françaises à l'export, notamment au Japon.
  33. 33. http://www.lagazettemorbihan.fr/2016/09/21/nathalie-kosciusko-moriset-seduite-par-liger/ 30 Septembre 2016 Locminé. Nathalie Kosciusko-Moriset séduite par Liger Candidate aux primaires de la Droite et du Centre, Nathalie Kosciusko-Moriset a visité ce mercredi 21 septembre, les installations de Liger à Locminé. par Queffélec Gilles Locminé a reçu une invitée de marque ce mercredi 21 septembre. Nathalie Kosciusko-Moriset, en déplacement en Bretagne pour le premier jour de la campagne des primaires de la Droite et du Centre, dans le cadres des Présidentielles 2017, a accepté l’invitation du maire Grégoire Super qui lui a officiellement accordé son soutien pour cette échéance. NKM s’est rendue à Liger, le futur centre d’énergies renouvelables qui, avant même d’être en activité, fait la fierté des élus locminois. Après une présentation vidéo et quelques échanges avec le directeur de Liger, Marc Le Mercier mais également Hervé Balusson, le PDG d’Olmix, guidée par Grégoire Super, elle a visité les installations du futur complexe qui s’étend, sur un terrain de de 40 000 m2 dont 20 000 m2 en zone protégée et 20 000 m2 en zone constructible. Le site, actuellement en construction, comprendra une chaufferie bois qui fonctionne, elle, déjà puis une zone méthanisation (avec un bâtiment technique, trois digesteurs, un ensemble de cuve de stockage et bâtiment moteur) et un ligerpôle (bureau, salle, etc). Son inauguration est prévue pour début novembre. Attentive et interrogative, celle qui a été ministre de l’écologie et du développement durable sous le gouvernement Sarkozy a, bien évidemment, effectué cette visite avec le plus grand intérêt. Une bonne heure sur place avant de filer sur Vannes où elle tenait, le soir même, une réunion publique. Et tout en faisant, néanmoins, un arrêt dans une exploitation agricole à Moustoir-Ac. Celle de Yann et Solène Guillemet, éleveurs de porcs.

×