1
2

	
  

	
  
	
  
	
  

P . 1 / E D ITOR IA L… Les j eun es da ns l ’ES S
P . 2 -3 / R E TOUR SUR … Le vote du proj et ...
1
2

PROJET DE LOI RELATIF A L’ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE	
  
Une loi structurante pour un champ d’activité dynamique 	...
2
1

PROJET DE LOI RELATIF À L’ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE	
  
Une loi structurante pour un champ d’activité dynamique 	...
2
1

LES CHAIRES ET DIPLÔMES DE L’ESS	
  
Renforcer les liens entre la recherche et les formations universitaires
et les b...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Lettre ess du ps n13 projet de loi ess - vdef

361 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
361
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Lettre ess du ps n13 projet de loi ess - vdef

  1. 1. 1 2         P . 1 / E D ITOR IA L… Les j eun es da ns l ’ES S P . 2 -3 / R E TOUR SUR … Le vote du proj et d e l oi relati f à E S S au S énat     P . 4 / M EM O … L es ch aire s et d ipl ômes de l’E SS   ÉDITORIAL : LES JEUNES DANS L’ESS   Alors  que  le  présumé  individualisme  des  jeunes   serait  la  cause  d’une  dépolitisation  de   toute   une   génération,   force   est   de   constater   que   leur   attrait   pour   l’engagement   associatif   et   militant  est   plus   que   jamais   une  réalité.   Alors  que   la  sensibilité   et  l’intérêt   des   jeunes   pour   les   valeurs   portées   par   l’Economie   Sociale   et   Solidaire   sont   constatables   à   travers   leur   engagement   associatif,   peu   d’entre   eux   envisagent   leur   carrière  professionnelle  dans  ce  champ  d’activité.    Pourtant,  l’ESS  constitue  une  réelle   opportunité  en  termes  de  montée  en  compétences  et  de  débouchés  et  de  perspectives   d’évolution   de   carrière   d’une   part   et   de   correspondance   entre   la   vie   au   travail,   les   aspirations   d’utilité   sociale   et   les   principes   que   sont   ceux   des   structures   de   l’ESS   d’autre  part.   Les  moins  de  trente  ans  renforcent  les  rangs  de  l’ESS  puisque  plus  de  435  000  d’entre   eux   sont   salariés   de   l’ESS.   Pourtant,   ils   sont   moins   représentés   dans   l’ESS   que   dans   l’économie  classique   puisqu’ils  regroupent  respectivement   18,6   %   du   total  des   salariés   de   l’ESS   pour   25,4%   des   salariés   du   privé   hors   ESS   (d’après   l’étude   «  l’emploi   des   jeunes  dans  l’ESS  »  de  l’observatoire  de  l’ESS,  CNCRES,  juin  2013).     C’est   dans   ce   contexte   que   le   gouvernement   a   fait   de   l’emploi   des   jeunes   dans   leur   globalité  et  de  l’emploi  des  jeunes  dans  l’économie  de  proximité  une  priorité.  La  mise   en  œuvre  des   emplois  d’avenir  a  atteint  son  rythme  de  croisière  et  80  000   contrats  ont   été   signés.   Les   contrats   de   génération   favorisent   l’insertion   des   jeunes   sur   le   marché   du  travail,  grâce  à  la  transmission  de  compétences  que  le  maintien  d’un  salarié  senior   N°13 dans   l’entreprise   permet.   Les   résultats   des   politiques   de   l’emploi   initiées   par   le   gouvernement   portent   aujourd’hui   leurs   fruits,   et   ce   de   façon   durable.   Depuis   mai   2013,   le   taux   de   chômage   des   moins   de   26   ans   ne   cesse  de  d iminuer,  à  hauteur  de  0,5%  de  moins  par  mois.   Dans   le   champ   de   l’ESS,   les   programmes   d’information   destinés   aux  jeunes  se  multiplient,  au  regard  des  enjeux   qui  traversent  les  entreprises  de  l’ESS.  Des  fonds  d’aides   à   la   création   d’entreprises   solidaires1   aux   formations   dédiées   à   la   création   et   au   développement   d’une   structure   de   l’ESS2   en   passant   par   des   événements   de   sensibilisation   portant   sur   les   différents   moyens   d’engagement   dans   l’ESS3,   tous   les   acteurs   fédérateurs,   réseaux,   collectivités   et   partenaires   se   mobilisent   pour   promouvoir  l’emploi  dans  l’ESS  auprès  des  jeunes.   D’un   point   de   vue   structurel,   les   jeunes   de   moins   de   30   ans   travaillant   dans   l’ESS   sont   majoritairement   des   employés   et   peu   occupent   des   places   de   cadres.   Des   formations   et   chaires   universitaires   dédiées   à   l’Economie   Sociale  et  Solidaire  et   au  management  d es  entreprises  de   l’ESS  sont   créées   un   peu   p artout  sur  le   territoire   Français   et   viennent   répondre  à  ce  manque.   Ces  formations  sont   aussi   le   gage   d’un   passage   de   témoin   entre   les   générations…   FLORENCE  AUGIER,  Secrétaire  Nationale  à  l’ESS   1  Ex  :  Appel  à  projets  Jeun’ESS      Ex  :  Campus  Coopérative     3  Ex  :  Programme  SUCCESS  de  l’Atelier   2 Le  mois  de  l’ESS   La   cuvée   2013   du   mois   de   l’ESS  touche  à  sa  fin.  Lancé   en   2008   par   le   CNCRES,   le   mois   de   l’ESS   se   décline   dans  la  plupart  des  régions   de   France   et   met   à   l’honneur   une   série   d’initiatives   et   de   projets   de  l’ESS.     Démontrer   par   l’exemple,   c’est  le  parti   des  centaines   d’événements   qui   composent   le   mois   de   l’ESS.   Démontrer   qu’une   autre   forme   d’économie,   plus   respectueuse   des   hommes,   de   la   société   et   de   l’environnement,   fonctionne   et   peut   être   porteuse   d’innovation   et   de   dynamisme,   c’est   donner   la   preuve   que   solidarité   et   développement   économique   ne   sont   pas   antithétiques   mais   complémentaires.     La Lettre de l’économie sociale et solidaire du Parti Socialiste – N°13  
  2. 2. 1 2 PROJET DE LOI RELATIF A L’ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE   Une loi structurante pour un champ d’activité dynamique     Voté   le   8   novembre   2013   en   première   lecture   au   Sénat   par   les   groupes   de   gauches,   le   Projet   de   Loi   relatif  à  l’ESS  présenté  par  le  Ministre  délégué  à  l’Economie  Sociale  et  Solidaire  et  à  la  Consommation   Benoît   Hamon   représente   une   réelle   avancée   pour   tout   un   champ   économique   d’une   importance   numérique  notable   mais  défendant   également   une   gestion  démocratique  de  l’entreprise   et   créant  sur   un  territoire  des  liens  de  solidarités  et  participant  au  mieux-­‐vivre  social.  Attendue  de  longue  date  par  les   acteurs  et   fédérations   représentatives  du  secteur,   elle  répond  à   des   attentes  diverses  aussi  bien  qu’elle   reconnait   une  réalité  concrète   et   assure   une  meilleure  assise  juridique   à  des   entreprises  qui  ont  prouvé   leur   crédibilité.   C’est   en   concertation   avec   les   nombreux   acteurs   concernés   que   le   projet   de   loi   présenté   aux  sénateurs  a  été  élaboré.   Parmi  les  aspects   les   plus   novateurs   du  projet  de   loi   sur   l’ESS,   son   caractère   inclusif,   l’approfondissement   du   pouvoir   d’agir   des   salariés   ou   encore   le   renforcement   de     son   ancrage   territorial   seront   déterminants   pour   mettre  en  œuvre   le  changement   d ’échelle  d’une   économie   qui   a   démontré   sa   pertinence   économique  autant  que  sociale.   Le  premier  défi  qu’a  relevé  ce  projet   d e  loi  a   été   la   définition   du   champ   de   l’Economie   Sociale   et   Solidaire.   Afin   de   garantir   à   l’ESS   les   meilleures   conditions   pour   un   changement   d’échelle,   le   gouvernement   propose   une   définition   volontairement   ouverte   et   inclusive.   Préalable   nécessaire   au   développement   de   l’ESS,   cette   définition  ouverte  ne  saurait  être  assimilée  à  une   dilution   du   champ   de   l’ESS   dans   l’économie   globale.   Bien   au   contraire,   il   est   stipulé   que   les   entreprises   concernées   doivent   répondre   à   des   critères   fondamentaux   qui   structurent   l’identité   de  l’ESS.  La  poursuite  d’un  but  d ’utilité  sociale,  la   mise   en   œuvre   d’une   gouvernance   démocratique   et   participative   ainsi   que   la   mise   en   œuvre   d’une   lucrativité   limitée   et   encadrée   sont   des   critères   impératifs   que   devront   respecter   les   entreprises   se   réclamant   de   l’ESS.   Le   parti   de   ce   projet   de   loi   est   de   reconnaître   les   structures   qui   s’inscrivent   dans   une   démarche   volontaire   de   participation   à   cette   autre   économie.  La  définition  inclusive  de  l’ESS  a  pour   principale   intention   celle   d’ouvrir   le   champ   des   possibles   et   de   mettre   en   dynamique   tout   un   champ   économique   sans   pour   autant   en   galvauder   les   principes   fondateurs   puisqu’une   déclaration   de   principes   précisant   les   critères   d’adhésion   des   entreprises   sera   rédigée   par   le   Conseil  Supérieur  de  l’ESS.   C’est   ainsi   que   l’agrément   Entreprise   Solidaire   existant  se  verra  rénové  et  adapté  afin  de  servir   de   socle   à   la   définition   de   l’utilité   sociale   et   à   l’ouverture   de   droits,   tels   que   l’accès   aux   financements   dédiés   de   la   Banque   Publique     d’Investissement.  BpiFrance  consacrera  un  fonds   de   20   millions   d’euros   pour   encourager   et   financer   l’innovation   sociale   ainsi   que   500   millions   d’euros   pour   financement   des   structures   de   l’ESS,   sous   forme   d’avances   remboursables   pour   encourager   la   prise   de   risque,   de   garanties   pour   sécuriser   les   investisseurs,  de   fonds  p ropres   pour  financer  le  développement.    C’est  ainsi  que   projet   de   loi   relève   également   un   second   défi  :   répondre   aux   besoins   de   financement   des   entreprises   sociales,   en   favorisant   leur   changement   d’échelle   et   leurs   innovations   sociales.   Leurs   modèles   «  patients  »,   c’est-­‐à-­‐dire   à   rentabilité  lente,   sont  souvent   mal  compris   d es   investisseurs   et   constituent   encore   un   frein   à   leur  croissance.     Le   pragmatisme   du   projet   de   loi   sur   l’ESS   est   notamment   perceptible   à   travers   des   dispositions   relatives   au   pouvoir   d’agir   des   salariés  dans   les  entreprises.   S’inscrivant  dans   le   projet   gouvernemental   de   donner   aux   acteurs   économiques   tous   les   moyens   de   développer   l’emploi   et   les   activités   économiques   réelles,   les   articles   11   et   12   concernent   les   entreprises   de   moins   de   50   salariés   en   situation   de   cession.   Ce   moment   délicat   de   la   transmission   d’entreprise   se  solde   bien   trop   souvent   –  à   hauteur   de  50  000   emplois   détruits   chaque   année   –   par   la   disparition   pure   et   simple   d’entreprises   économiquement   viables   et   participant   à   la   vie   sociale   locale.   Offrir   aux   salariés   le   droit   d’information   sur  la  cession   de  leur  entreprise   2   mois  avant  l’échéance  leur  donnera  la  possibilité   de  formuler  une  offre  de  reprise  de  leur  outil  de   travail.  La  création  du  statut  de  SCOP  d’amorçage   va   dans   le   même   sens   de   la   création   d’un   environnement   juridique   favorable   à   la   création   d’activité   puisqu’il   permet   provisoirement   aux   sociétaires   extérieurs   de   détenir   la   majorité   du   capital   alors   que   les   salariés   sociétaires   conservent  la  majorité  des  voix  décisionnaires.     La Lettre de l’économie sociale et solidaire du Parti Socialiste – N°13  
  3. 3. 2 1 PROJET DE LOI RELATIF À L’ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE   Une loi structurante pour un champ d’activité dynamique       Enfin,   l’ancrage   territorial   de   l’ESS   étant   une   réalité,   il   se   doit   d’être   institutionnellement   accompagné   et   sécurisé.   C’est   la   raison   pour   laquelle   le   Conseil   Supérieur   de   l’ESS   verra   son   rôle   accru   et   l’utilité   publique   des   Chambres   Régionales   de   l’ESS,   qui   fédèrent   les   acteurs   de   l’ESS   dans   toutes   les   régions   françaises,   sera   reconnue   par   voie   de   contractualisation   avec   l’Etat.   Les   missions   que   les   CRESS   remplissent   d’ores   et   déjà,   parmi   lesquelles   peuvent   être   citées   la   promotion   de   l’ESS,   la   formation   des   professionnels,   le   suivi   statistique   et   l’observation   de   l’ESS   sur   les   territoires,   seront   ainsi   précisées.   Entre   autres   dispositions,   un   amendement   parlementaire   institue   les   Conférences   régionales   de   l’ESS   qui   réuniront   tous  les   deux   ans   les   services   de   l’Etat   en  région,   les   collectivités   régionales   et   les   CRESS   afin   de   réorienter   les   politiques   locales   de   l’ESS.   L’intégration   de   l’ESS   dans   les   schémas   régionaux   de   développement   économique   est   une  autre  source  de  satisfaction  pour  le  secteur.   Si   l’ancrage   institutionnel   est   confirmé   dans   le   projet   de   loi,   les   dispositions   relatives   aux   projets  partenariaux  entre  la  puissance  publique   et   les   acteurs   de   terrain   se   voient   également   réaffirmées.   Les   Pôles   Territoriaux   de   Développement   Economique   qui   réunissent   collectivités,   acteurs   de   l’ESS,   centres   de   recherche   et   de   formation   et   entreprises   solidaires   innovantes   autour   d’une   stratégie   commune   seront   renforcés.   Diverses   mesures   sécuriseront   le   financement   des   structures   de   l’ESS,   telles   que   la   sécurisation   des   subventions   aux   associations,   trop   souvent   mises   en   concurrence   dans   le   cadre   de   marchés   publics,   ou   encore   l’augmentation   de   la   part   des   collectivités   dans   la   gouvernance   des   Sociétés   Coopératives  d’Intérêt  Collectif.   Le   texte   passera   en   lecture   à   l’Assemblée   Nationale   au   printemps   2014.   Plusieurs   organisations   se   tiennent   prêtes   à   conseiller   et   outiller  les  députés  dans  ce  travail.  Parmi  celles-­‐ ci,   certaines   sont   déjà   bien   avancées   dans   leurs   réflexions  :   l’Economie   sociale   partenaire   de   l’Ecole   de  la  République  (l’ESPER),  qui   a  d’ores   et   déjà   signé   un   accord-­‐cadre   avec   le   ministère   de   l’éducation   nationale   et   le   ministère   délégué   à   l’économie   sociale   et   solidaire   ainsi   que   le   Centre   des  jeunes,  des   dirigeants   et  des   acteurs   de   l’économie   sociale   (CJDES)   qui   travaille   autour  du  renouvellement  des  générations  dans   les  entreprises  de  l’ESS.     Finalement,   ce   que   le   projet   de   loi   reconnaît,   c’est   la   création   de   richesse   économique,   de   liens   sociaux   et   de   solidarités   que   met   en   œuvre   l’Economie   Sociale   et   Solidaire   sur   nos   territoires  ;   c’est   aussi   l’entrepreneuriat   collectif  et  la   capacité   de   l’ESS   à   répondre   à   de   nouveaux  besoins  sociaux.  Mais  avant  tout,  ce   que   ce   projet   de   loi   va   insuffler,   c’est   une   véritable   mise   en   dynamique   d’un   champ   économique   novateur   vers   un   changement   d’échelle   et   une   pleine   reconnaissance   non   seulement   institutionnelle  mais   aussi  sociétale.   La   satisfaction   générale   des   représentants   de   l’ESS   témoigne   de   la   pleine   pertinence   de   ce   projet   de   loi   qui   sera   débattu   à   l’Assemblée   Nationale   dès   le   printemps   2014   et   qui   fera   l’objet  de  nouvelles  précisions.     L’emploi  des  jeunes  dans  l’ESS     L’ESS,   qui   emploie   un   salarié   sur   huit   aujourd’hui,   est   en   pleine   restructuration.   Dans  les  dix  prochaines   années,   ce  secteur   -­‐   où   600   000   départs   à   la   retraite   sont   attendus  -­‐  va  être  remodelé  en  profondeur   et   connaître   un   vrai   bain   de   jouvence.   Le   Gouvernement   a   commencé   à   anticiper   cette   évolution   en   créant   des   outils   en   faveur   de   l’emploi   des   plus   jeunes  :   programme   Jeun’ESS,   emplois   d’avenir,   contrats   de   génération   pour   ne   citer   qu’eux.   Alors  que  le  poids  de  l’ESS  dans  l’économie   est   important   -­‐   près   de   10%   du   PIB   -­‐,   ce   secteur   joue   également   un   rôle   clé   dans   les   politiques   mises   en   œuvre   en   faveur   des   jeunes.   Le   Gouvernement   a   notamment   misé   sur   l’engagement   fort   des   entreprises   de   l’ESS   dans   la   mise   en   œuvre   des   emplois   d’avenir.   En   janvier   dernier,   50   %   de   ces   emplois   créés   l’ont   été   au   sein   de   l’économie   sociale   et   solidaire   Le   projet   de   loi   relatif   à   l’ESS   ouvre   le   champ   à   des   travaux   de   mise   en   place   de   mesures   concrètes   pour   l’emploi   de   façon   générale   et   l’emploi   des   jeunes   en   particulier  :  éducation  à  l’ESS,  rôle  de  l’ESS   dans   le   retour   vers   l’emploi,   passerelles   avec   le   milieu   universitaire   et   le   secondaire,   sensibilisation   du   corps   professoral,   notion   de   parcours   de   salarié   engagé,…   La Lettre de l’économie sociale et solidaire du Parti Socialiste – N°13  
  4. 4. 2 1 LES CHAIRES ET DIPLÔMES DE L’ESS   Renforcer les liens entre la recherche et les formations universitaires et les besoins des organisations de l’ESS   Le   gouvernement   contribue   aujourd’hui   à   conforter   la   reconnaissance   institutionnelle   et   juridique   de   l’Économie   Sociale   et   Solidaire.   Un   autre   indicateur   de  la   reconnaissance   accordée  à   un  secteur  d’activité   ou  à  une  discipline   se   trouve   dans   la   place   qui   est   accordée   à   la   recherche   et   aux  formations  qui  y   sont  associées.  Qu’en  est-­‐il   aujourd’hui   des   formations   et   de   la   recherche   portant  sur  l’ESS  ?     Depuis   le   début   des   années   1990,   les   formations   universitaires   supérieures   dédiées   à   l’Economie   Sociale   et   Solidaire   se   développent   et   se   multiplient   un   peu   partout   sur   le   territoire   français.   Le   CNCRES   (Conseil   National   des   Chambres   Régionales   de   l’ESS)   en   dénombre   72   en  2012.4   Ce   développement   s’explique   par   plusieurs   facteurs   et   tendances   structurelles   qui   traversent   l’ensemble   du   champ   de   l’ESS.  D’une   part,   les  organisations   de   l’ESS   sont   confrontées,   et   le   seront   davantage   dans  les  années   à   venir,   à   de   nombreux   départs   en   retraite,   de   l’ordre   de   600   000   d’ici   2020,   selon   les   projections   du   CNCRES.   Ces   départs   en   retraites   devront   être   compensés.   D’autre   part,   les   structures   de   l’ESS   tendent   vers  une   professionnalisation  croissante   de   leurs   salariés.   Répondre   à   des   marchés   publics,   rechercher   des   subventionnements   et   financeurs,   développer   des   activités,   etc.   sont   autant   d’activités   qui   se   sont   technicisées   et   spécialisées.   Il   est   de   plus   en   plus   attendu   des   gestionnaires   et   cadres   des   structures   qu’ils   détiennent   des   diplômes   universitaires.   Parallèlement   à   ces   évolutions   structurelles,   les   salariés   de  moins  de  30  ans  sont  moins  présents   dans  l’ESS  que  dans  le  champ  économique  privé   classique.   La   progression   du   nombre   de   formations   universitaires   dans   l’ESS   correspond   bien   à   une   demande   de   professionnalisation   de   ses   acteurs  ;  En  témoigne  la  forte  représentation  des   étudiants  en  formation  continue  dans  les  cursus   universitaires   dédiés   à   l’ESS   (près   de   la   moitié   des  étudiants  de  ces  cursus,  d’après  le  CNCRES).       4     Une   grande  partie  des  formations   supérieures   dédiées   à   l’ESS   sont   des   formations   universitaires   et   d’orientation   professionnelle.   Globalement   transversales,   ces   formations   développent   l’esprit   critique   de   leurs   futurs   diplômés.   L’insertion   professionnelle   des   diplômés  issus  de  ces  formations  de  qualité  est   plus  que  satisfaisante.     L’articulation   entre   la   recherche   et   le   monde   professionnel   alimente   le   recul   critique   et   les   capacités   d’innovation   des   salariés   de   l’ESS.   Les   liens   et   l’adéquation   entre   les   formations   de   l’ESS   et   les   compétences   et   métiers   recherchés   dans   le   monde   professionnel   se   consolident  p rogressivement.     Plusieurs  réseaux  et  initiatives  agissent  dans  ce   sens.   La   reconnaissance   et   le   développement   de   la   recherche   et   des   formations   sur   l’ESS   sont   par   exemple   défendus   par   le   Réseau   Inter-­‐Universitaire   de   l’ESS   (RIUESS).   On   peut   encore   citer   la   «  semaine   étudiante   pour   l’ESS  »  qui  valorise  et  encourage  l’engagement   des  étudiants  dans  l’ESS.  Elle   a   eu   lieu   pour  la   première  fois  en  novembre  2013.   Les   enjeux   des   formations   supérieures   de   l’ESS   sont  les  mêmes  que  ceux  de  sa  reconnaissance   institutionnelle.   Il   s’agit   de   défendre   l’identité   d’un   champ   d’activité   et   d’un   mode   d’entrepreneuriat   distinct   de   l’économie   capitaliste   tout   en   créant   les   conditions   de   diffusion   des   principes   de   l’économie   sociale   et   solidaire   dans   les   formations   économiques   généralistes.   Le   changement   d’échelle   dans   l’enseignement   sous-­‐tend   d’ouvrir   le   champ   des  possibles  tout  en  restant  intransigeant  sur   les  valeurs  et  principes  fondateurs  de  l’ESS.     Dans   sa   feuille   de   route,   le   ministère   reste   également   attentif   à   l’enjeu   de   la   création   et   de  la   consolidation  des   enseignements   portant   sur   l’ESS   d ans   le   primaire   et   le   secondaire,   afin   de   promouvoir   le   caractère   pluriel   de   l’écosystème   entrepreneurial   et   la   diversité   des   modes   d’entreprendre,   et   ce   dès   le   plus   jeune  âge.    «  Formations  transversales  en  économie  sociale  et  solidaire  »,  Observatoire  National  de  l’ESS,  CNCRES,  avril  2012   Vous souhaitez participer aux travaux de la Commission Nationale ESS ? Vous souhaitez recevoir la Lettre de l’ESS du PS directement par mail ? Contactez-nous : ess@parti-socialiste.fr Ont participé à ce numéro de la lettre de l’économie sociale et sociale et solidaire du Parti Socialiste – N°13   solidaire : La Lettre de l’économie Florence Augier, Thomas Buffard, Anne Pfersdorff, Cécile Rodrigues et les membres actifs de la commission

×