NEWSLETTER N° 06/Septembre 2014
M. Abdesse-
lem Bouchoua-
reb, Ministre
de l’Industrie
et des Mines a
effectué une
visite ...
DOSSIER DU MOIS
LES CONSORTIUMS D’EXPORTATION
Les pouvoirs publics ont entrepris depuis plusieurs années, de mettre en pla...
Dans le cadre de la stratégie de promotion et d’appui aux consortiums, le gouvernement ma-
rocain a mis en place des dispo...
LE CHIFFRE DE LA NEWSLETTER: Importations des médica-
ments (Source CNIS)
Les importations algériennes des produits pharma...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

News Lettre N :°6 : Septembre 2014 Ministère de l'Industrie et des Mines

512 vues

Publié le

News Lettre N :°6 : Septembre 2014 Ministère de l'Industrie et des Mines

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
512
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

News Lettre N :°6 : Septembre 2014 Ministère de l'Industrie et des Mines

  1. 1. NEWSLETTER N° 06/Septembre 2014 M. Abdesse- lem Bouchoua- reb, Ministre de l’Industrie et des Mines a effectué une visite de travail à la wilaya de Boumerdes le 09 Septembre 2014, ou il a visité plusieurs infrastructures relevant du secteur industriel. Durant la visite de, l’entreprise publique SOCOTYD (Issers), M. le Ministre a rappelé les instruc- tions de M. le Président de la République sur la nécessité de préserver les terres agricoles de bonnes potentialités tout en met- tant en exergue le déficit qu’ac- cuse la nation en termes d’auto- suffisance alimentaire. M. le Ministre a souligné que cette EPE est parmi les entrepri- ses ayant mis en œuvre leurs plans de développement tout en rappelant l’importance de ce segment d’activité. Il a égale- ment rappelé l’importance de l’effort du Gouvernement pour la relance du secteur productif tout en signalant que des mesu- res seront prises lors de la pro- chaine tripartite. Auparavant, M. le Ministre s’é- tait rendu dans la commune d’Ouled Moussa ou il a visité: -L’unité de production LABEL- LE spécialisée dans le secteur de l’Agro-alimentaire, ou un projet de raffinerie de sucre est en cours de réalisation . -L’unité industrielle de produc- tion « VIKA » qui produit des cuisinières industrielles desti- nées aux hôtels, restaurants, can- tines. -L’unité de production de déter- gents « DORI FLOR » entrée en production en 2013, et qui ex- porte déjà à l’Espagne et entamera des exportations en Afrique sous l’enseigne de « leader price ». Cette entreprise réalise actuellement un projet pour la fabrication de l’em- ballage de ses produits. Dans la commune de Khemis El Khechna, il a marqué une halte au niveau d’une unité de fabrication de faïence et d’une briqueterie, toutes deux réalisées par des investisseurs privés, et ce, avant de clôturer son passage à Boumerdes ville, par la visite de l’unité de fabrication de gazon synthétique. Entrée en pro- duction en 2010 avec une capacité de 200 pelouses/an. M. le Ministre a saisi cette occasion pour demander à l’opérateur d’augmenter ses capaci- tés de production avec davantage d’intégration du produit local. La Wilaya de Boumerdes est concernée par deux projets d’aménagement de parcs industriels inscrits dans le cadre du programme national de réalisation de 49 parcs industriels d’une superficie globale de 12000 hectares. Il s’agit des projets de LARBAATACHE d’une superficie de 137 hectares et du projet de ZAATRA de 1122 hectares. Présentation de la straté- gie de développement industriel de l’Algérie à Istanbul Le Ministre de l'Industrie et des Mines, M.Abdesselam Bouchoua- reb, a participé au Forum Economi- que Mondial qui a ouvert ses tra- vaux dimanche 28 Septembre 2014 à Istanbul, ou il a présenté les prin- cipaux axes et objectifs de la nou- velle stratégie de développement industriel de l'Algérie. Le Forum s’est déroulé en présence des représentants des gouverne- ments, pays d'Europe, du Moyen- Orient, de l’Afrique du Nord et de l’Asie centrale. Boumerdes: M. Abdesselam Bouchouareba , Ministre de l’Industrie et des Mines, inci- te les opérateurs à augmenter le taux d’intégration du produit industriel local MINISTERE DE L’INDUSTRIE ET DES MINES SOMMAIRE M. Abdesselam Bou- chouareb, Ministre de l’Industrie et des Mines, insiste sur l’importance de préserver les terres agricoles…….....…..…1 Présentation de la stra- tégie de développement industriel de l’Algérie à Istanbul……………...……...1 ACTUALITE M. Bouchouareb reçoit une délégation française du groupe parlementaire d’amitié………...…...…..…..1 M. Abdesselem Bou- chouareb reçoit le Minis- tre Tunisien de l'Indus- trie, de l'Energie et des Mines..……………...………..1 DOSSIER DU MOIS Les consortiums d’ex- ploitation……………......2-3 Alger industries 2014 : Ouverture aux marchés extérieurs et attractivité de l’écono- mie………………………..…...4 La formation au cœur de la stratégie industriel- le……………………….....…...4 l'Algérie gagne 21 places dans le classement mon- dial de la compétitivi- té…………………………….....4 FOCUS La wilaya de Relizane…4 LE CHIFFRE DE LA NEWSLETTER Importations des médi- caments ..........................4 Il a pour principal objectif d’aider les investisseurs des entreprises et compagnies régionales et interna- tionales à analyser et à s'adapter aux modifications en cours au sein des économies nationales. ACTUALITE M. Bouchouareb reçoit une délégation françai- se du groupe parle- mentaire d’amitié M. Abdesselam Bouchouareb, a rencontré le 21 Septembre 2014, à Alger, une délégation française du Groupe Parlementaire d'Amitié "France-Algérie", conduite par son président Patrick Mennucci. Lors de cette rencontre M. Bou- chouareb a mis en avant les atouts de l'Algérie en tant que destina- tion privilégiée des investisse- ments étrangers, la situation macro-économique positive, le potentiel du marché et la stabilité du pays. M. Bouchouareb reçoit le Ministre Tunisien de l'Industrie, de l'Ener- gie et des Mines M. Abdessalem Bouchouareb, a reçu en audience le 03 septembre 2014, à Alger, le Ministre Tuni- sien de l'Industrie, de l'Energie et des Mines, Kamel Benaceur. Lors de cette audience, les deux ministres ont évoqué les questions de la coopération dans le domaine de l'industrie et des mines, les opportunités de partenariats dans le domaine du phosphate, la coo- pération institutionnelle dans le domaine de l'appui à l'industrie en particulier dans le domaine de la gestion et la réhabilitation des zones industrielles.
  2. 2. DOSSIER DU MOIS LES CONSORTIUMS D’EXPORTATION Les pouvoirs publics ont entrepris depuis plusieurs années, de mettre en place un ensemble de mécanismes devant permettre au produit algérien des parts de marché à l’international. Ce processus englobe la mise en place des organismes d’accompagnement et de soutien des exportateurs, renforcé par l’arsenal juridique qui encadre les différentes formes de soutien à l’export. Le Ministère de l’Industrie et des Mines a entre- pris depuis 2012, l’accompagnement des entreprises de la filière agroalimentaire, en les incitants à s’orga- niser en consortiums d’exportation. L’industrie agroalimentaire occupe la première place en exportation hors hydrocarbures, elle dépasse 50% de la production industrielle du pays, à la fin 2012, elle comptait 20.000 entreprises et plus de 150.000 emplois soit 40% de la population active industrielle. Une force de frappe au service des PME Plusieurs pays ont opté pour ce mode d’organisation des entreprises exportatrices. L’ONUDI, qui a assisté et accompagné bon nombre de ces pays à lancer des consortiums d’exportation, définit ce concept comme le cadre de regroupement, qui réunit les entreprises au sein d’une entité́ légale, sans qu’elles ne perdent leur identité́. Une alliance volontaire d’entreprises dont l’objectif est de promouvoir, par des actions com- munes, les biens et services de leurs membres à l’étranger et de faciliter leur exportation. Le consortium est le cadre idéal qui permet aux PME de s’organiser et de fédérer leurs moyens, pour prospecter les marchés extérieurs et intégrer l'exportation dans leur stratégie de développement. En met- tant en commun leurs connaissances, leurs ressources financières et leurs réseaux de contact au sein d’un consortium, les PME peuvent améliorer de façon significative leurs potentiels en tant qu’exportateurs. L’expérience péruvienne : L’engagement des institutions Avec l’assistance de l’ONUDI, et un financement dans le cadre de la coopération avec l’Italie, les autori- tés péruviennes, ont entrepris dès 2006, la réalisation du projet de développement de consortiums d’expor- tation visant á permettre aux PME de surmonter leurs contraintes face á l’export, ces dernières ne contri- buant qu’à hauteur de 3% à l’export. Evaluant les résultats du projet après trois années, l’ONUDI a estimé que les résultats de ce projet, ont largement dépassé les attentes initiales, avec 30 consortiums créés, dans 8 régions du pays et dans plusieurs secteurs allant de la bijouterie jusqu’aux nouvelles technologies de l’information, en passant par le tourisme. Ce qui semble avoir été la clé de réussite de ce projet; c’est l’engagement quasi général de différentes ins- titutions publiques et associations privées, qui ont permis la constitution d’une capacité nationale pour la promotion de consortiums d’exportation. Les ressources du projet de l’ONUDI n’ont jamais été utilisées pour financer les coûts de fonctionnement des consortiums, les efforts ont plutôt été concentrés sur l’ac- compagnement des entreprises dans le processus de constitution et développement de consortiums. Le rap- port de l’ONUDI indique que : « de nombreuses institutions publiques et privées inclus le concept de consortium dans leurs politiques de développement des exportations, L’engagement de ces institutions a été d’ailleurs démontré á travers la mise á disposition, de la part de plusieurs d’entre elles, de ressources pour les consortiums d’exportation». Maroc : Les consortiums, une option d’ouverture des marchés Le Maroc a entrepris en 2004 la réalisation de son projet de création et de promotion des consortiums d’exportation avec l’appui et l’accompagnement de l’ONUDI et la coopération italienne. Page 2 NEWSLETTER N° 06 / Septembre 2014 Le Ministè- re de l’In- dustrie et des Mines a entrepris d e p u i s 2012, l’ac- compagne ment des entreprises de la filiè- re agroali- mentaire, en les inci- tants à s’organiser en consor- tiums d’ex- portation.
  3. 3. Dans le cadre de la stratégie de promotion et d’appui aux consortiums, le gouvernement ma- rocain a mis en place des dispositifs et a engagé des mesures incitatives à travers : - un fonds d’appui pour les consortiums d’exportation: ce fonds cofinance principalement les activités promotionnelles des consortiums pendant les trois premières années. - Maroc Export offre aux consortiums un tarif préférentiel, par rapport aux entreprises individuelles, pour la participation aux salons et aux missions commerciales, et organise des missions exclusivement dédiées aux consortiums. - La SMAEX (Société Marocaine d’Assurance à l’Export) prévoit, pour les consortiums d’exportation, un taux préférentiel pour l’utilisation de ses services et leur garantit des budgets plus élevés pour la participation aux foires. - L’ANPME soutient les frais d’expertise pour des actions de mise à niveau groupée. A la fin 2013 le Maroc compte 24 consortiums opérationnels regroupant 150 entreprises exportatrices avec un effectif total dépassant les 20.000 personnes à travers tout le Maroc. Dans le cadre de la vision de conquête de nouveaux marchés (Etas Unis par exemple), les pouvoirs pu- blics décident de renforcer le programme d’appui aux consortiums d’exportation. Dans ce cadre est envisagée la création durant la période 2012-2017 de 55 consortiums d’exportation dans des secteurs à haute valeur ajoutée. Les consortiums marocains se sont organisé dans une association, l’Association marocaine des consor- tiums d’exportation (AMCE). Algérie : Projet prometteur, en maturation Lors d’une journée d’étude et d’évaluation du projet de création de consortiums d’exportation dans la filière de l’agroalimentaire, organisée le 1er octobre 2014, Mme Rabea KHARFI, Secrétaire Générale du Ministère, a relevé que : « L’expérience algérienne en matière de création de consortium est récente, mais les premiers résultats obtenus sont prometteurs ». En effet le projet a été lancé en février 2012, avec un accompagnement et une expertise de l’ONUDI, et dans le cadre de la coopération française. Le programme prévoit la création de trois consortiums, sur une durée de trois années. Deux consortiums sont déjà opérationnels et ont finalisé leur plan d’action ;  Le premier, dénommé le Groupement interprofessionnel des protéines animales (GIPA), concer- ne la transformation de viande, de poisson et des produits laitiers, il est constitué par huit (8) entreprises.  Le deuxième consortium est spécialisé dans les produits dérivés des céréales, L’Algerian Agro- Cereal Consortium (AAC), il regroupe douze (12) entreprises.  Le troisième consortium, en voie de finalisation, il regroupera les opérateurs activant dans le do- maine des boissons. Deux autres consortiums sont également en cours de création, à vocation territoriale, toujours dans le domaine de l’agroalimentaire, le premier regroupera des entreprises de l’ouest, dont le siège est à Tlemcen, le second domicilié à Bejaia fédérera des entreprises de l’Est algérien. Les différentes expériences menées à travers le monde ont démontré que pour réussir, les consortiums d’exportation doivent fédérer la volonté des opérateurs et des institutions privées, accompagnées et soutenues par les institutions publiques. Les experts de l’ONUDI considèrent que : « Le rôle du secteur public, s'il est présent, devrait diminuer avec le temps. Les consortiums d'exportation efficaces doivent pouvoir survivre sans soutien institu- tionnel sur le long terme, néanmoins, une diminution graduelle de l'assistance extérieure est essentielle pour éviter des interruptions dans les activités du consortium. (Dossier réalisé par M.Ammar Cherifi) NEWSLETTER N° 06 / Septembre 2014Page 3 « L’expé- rience algé- rienne en matière de création de consortium est récente, mais les p r e m i e r s résultats ob- tenus sont p r o m e t - teurs »
  4. 4. LE CHIFFRE DE LA NEWSLETTER: Importations des médica- ments (Source CNIS) Les importations algériennes des produits pharmaceutiques ont augmenté de 1,6 milliard de dollars (usd) durant les huit premiers mois de l'année 2014, contre 1,27 milliard usd sur la même période de l'année écoulée, soit une hausse de 28%. Les importations des médicaments à usage humain ont atteint 1,54 milliard de dollars durant les huit mois de 2014, contre 1,21 milliard usd durant la même période en 2013, en hausse de 27,27%. Pour les importations des produits parapharmaceutiques, ils ont enregistré une augmenta- tion en valeur de 32% par rapport à la même période de 2013, totalisant 48,98 millions usd (819 tonnes) contre 37,10 millions usd (792 tonnes). Pour les médicaments à usage vétérinaire, les achats extérieurs de l'Algérie ont enregistré une hausse de 4,03% en valeur, s'établissant à 22,42 millions usd (383 tonnes) contre 21,55 millions usd (484 tonnes) durant la même période de comparaison. —————————————————————————————— Immeuble Le Colisée 02 rue Ahmed Bey Alger TEL: 021.74 75 57 mail: DVSIE@MDIPI.GOV.DZ FOCUS: La wilaya de Relizane Foncier industriel et d’investissement :  Zones d’activités : 12  Zones industrielles : Projet de parc industriel à Sidi- Khetab de 500 Ha Statistiques PME au 31/12/2013: NEWSLETTER N° 05 / SEPTEMBRE 2014 l’Industrie et des Mines, Mme Rabéa KHARFI, a dévoilé la stratégie adoptée par le secteur, dans le domaine de la formation. Celle-ci sera mise en œuvre prochainement, par la réalisation de 4 écoles de haut niveau spécialisées dans la formation aux métiers de l'industrie, notamment ceux liés au manage- ment, à l'ingénierie, au process de production ainsi qu'au renforcement des capacités de l'entreprise à l'international. l'Algérie gagne 21 places dans le classement mondial de la compétitivité Selon le rapport global sur la compétitivité 2014-2015 publié par le Forum Economique Mondial (WEF), l'économie algérienne se hisse au 79e rang, gagnant ainsi 21 places par rapport au classement du 2013-2014 (100e rang) et celui du 2012-2013 (110e rang). Parmi les atouts qui ont permis à l'Al- gérie d’améliorer son classement, figure les Alger industries 2014 : Ou- verture aux marchés exté- rieurs et attractivité de l’é- conomie La 8ème édition du salon professionnel international de l'industrie "Alger indus- tries 2014", a enregistré cette année durant 4 jours, à compter du 23 septem- bre à la Safex, la participation de plus de 200 exposants nationaux et étran- gers. A cette occasion, Madame Rabéa KHARFI, Secrétaire Générale au Mi- nistère de l'Industrie et des Mines, qui a inauguré la manifestation, a rappelé les axes majeurs autour desquels s’articule cette manifestation : - une ouverture aux marchés extérieurs – attractivité et IDE – conclusion de nouveaux contrats de partenariat. La manifestation a été rehaussée par un cycle de conférences- débats, autour des thèmes de l’entrepri- se, des services et dispositifs d'appui à l'industrie, sous l’égide du MIM en partenariat avec les organismes sous tutelle. La formation au cœur de la stratégie industrielle Lors de l’inauguration de la 8ème édition du salon professionnel international de l'industrie "Alger industries 2014’’, la Secrétaire Générale du Ministère de secteurs de avancés enregistrées dans les secteurs de l'éducation, l'enseignement et la santé, notamment les efforts consentis en matière de prévention contre le sida et le paludisme. Le WEF insiste également sur la nécessité de revoir le cadre institutionnel de l'économie algérienne et d'améliorer l'efficacité des marchés du travail et des biens ainsi que le marché financier pour "mettre la croissance du pays sur une tra- jectoire plus durable". AGENDA Responsable de la publication Djamel Khalef Conception et réalisation Ammar Cherifi/Ghania Boudissa Secrétariat de rédaction: El Alia Belhadef

×