J'ai 6 ans, une prise de conscience me fait pleurer
3 jours...
Aujourd’hui je souhaite vousfairepartd’unautre évènementpar...
Laetitia et Sébastien Marty en 1988
Je ne me souvienspasdumomentoùmesparentsnous ont laissé. Sûrement que j’étais encore t...
J’ai pleuré 3 jours
Cette prise conscience aété tellementdure que je me suismisàpleurer. J’ai pleuré pendant 3 jours.
3 lo...
L’analyse du Général de Gaulle
Le troisième enfantdugénéral de Gaulle étaitune fille trisomique. Cette fille est décédée à...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

J'ai 6 ans, une prise de conscience me fait pleurer 3 jours...

153 vues

Publié le

Aujourd’hui je souhaite vous faire part d’un autre évènement particulièrement triste et traumatisant de ma vie, de ma vie de jeune enfant…

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
153
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

J'ai 6 ans, une prise de conscience me fait pleurer 3 jours...

  1. 1. J'ai 6 ans, une prise de conscience me fait pleurer 3 jours... Aujourd’hui je souhaite vousfairepartd’unautre évènementparticulièrementtriste et traumatisant de ma vie, de ma vie de jeune enfant… Nous sommes un dimanche de l’été 1985, j’ai 5 ans. Mes parents ont pris la voiture et ont conduit ma sœur Laetitia dans un centre de vacances pour une semaine à Arreau, joli village situé dans les Pyrénéesetplusexactementdansle beaudépartementdesHautesPyrénées.Je n’ai pasde souvenir d’avoirfait partie du voyage ce jour-là, mais mon père m’a confirmé que j’avais forcément dû faire partie du voyage. Dès le lendemain, dans notre maison, située dans un village non loin de Toulouse, mes parents se sont mis à changer la tapisserie de la chambre dans laquelle nous dormions ma sœur et moi. Ils avaient en effet ainsi profité de l’absence de ma sœur pendant cette semaine pour s’attaquer à la tapisserie. Je ne me souviens donc pas du tout de ce jour où j’ai accompagné ma sœur à sa colonie de vacances, toujours est-il que pendant la semaine où ma sœur était dans sa colonie de vacances, j’ai fait des pieds et des mains pour convaincre mes parents de m’amener rejoindre ma sœur dans cette colonie de vacances.J’avaisalorslaconvictionque c’étaitunendroitgénial oùj’allaisbeaucoup m’amuser. Et surtout beaucoup plus m’amuser qu’à rester seul avec mes parents dans notre maison… Mais mesparentsse sont alorsévertuésàm’expliquerque celan’étaitpaspossible car cette colonie de vacances ne prenait les enfants qu’à partir de l’âge de 6 ans. Il m’était donc impossible de rejoindre de rejoindre ma sœur durant cette semaine. J’ai donc dû patienter 1 an… L’été d’après, ayant été enthousiaste pendant 1 an à l’idée de partir avec ma sœur dans cette fameuse coloniede vacances,mesparentsnousyontconduit, ma sœur et moi et nous y ont laissé… pour une semaine…
  2. 2. Laetitia et Sébastien Marty en 1988 Je ne me souvienspasdumomentoùmesparentsnous ont laissé. Sûrement que j’étais encore très excité à l’idée d’enfin passer du temps dans cette superbe colonie de vacances… Dèsle premierjour,j’ai sûrementdûme faire quelquescopains. Mais très vite et sûrement au cours de cette première journée j’ai pris conscience et ce pour la toute première fois de ma vie, que ma sœurn’étaitpascomme lesautresenfants,qu’elle étaithandicapée,qu’elle ne pouvait pas venir en ballade avecnousparce qu’elle perdaitvite l’équilibre etqu’elle marchait très lentement, quelle ne pouvait pas jouer aux mêmes jeux que nous car elle n’y voyait pas assez, qu’elle ne pouvait pas comprendre les choses comme nous…
  3. 3. J’ai pleuré 3 jours Cette prise conscience aété tellementdure que je me suismisàpleurer. J’ai pleuré pendant 3 jours. 3 longues journées. Sans pouvoir m’arrêter. Aujourd’hui ça me parait dingue : 3 jours ! c’est long ! Mais je suis sûr que c’était 3 jours et pas 1 et pas 2 jourscar je l’ai dit à mesparentsimmédiatementlorsqu’ils sont venus nous rechercher à la fin de cette semaine, et nous en avons rediscuté plusieurs fois dans les années qui ont suivies. Je me souvienspartiellementde ce que j’avaisfaitpendantcesfameuses3duresjournées:alorsque lesautresenfantspartaientenballade,ouparticipaientàdesjeux,moi je partaisme cacher entre de grands arbres qui étaient situaient à l’entrée de la très grande cours par laquelle on passait pour accéderà aux bâtimentsde cette colonie de vacances.Cesbâtimentsétaient,eux,situésplusaufond et de chaque côté de cette cours. Enfin tel en est mon souvenir. Je n’y suis jamais retourné depuis. Ma prise de conscience de l’handicapde masœurfût ainsi trèsdouloureuse. En effet c’était la toute première fois que je voyais ma sœur avec d’autres enfants non handicapés. Le choc. Je me souviendrai de cette douleur toute ma vie. Et si j’ai été aussi triste c’est très sûrement parce que j’avais compris que l’état de ma soeur était ainsi et qu’il ne s’améliorerait jamais. Et c’est vrai que putain c’est ça qui est triste ! Il n’y aura jamais d’amélioration ! Jamais ! Imaginez : ma sœurdoittraverserla vie danscet état: paralysée ducôté droit,née aveugle etunpeude vue est arrivée lorsqu’elle étaitjeune enfant,avecdesdifficultéspourcomprendre de nombreuseschoses.Et aussi des sortes de convulsions imprévisibles, plus ou moins violentes et durant plus ou moins longtemps à chaque fois. Et enfin des problèmes de santé en permanence. C’est à peine croyable tout ce qu’elle doit endurer ! La carte postale Je me souvienspendantcette semaine dansce centre de vacances,c’étaitaumilieude lasemaine,ce devaitdoncêtre soitle mercredi soitle jeudi.J’avaisenfin arrêté de pleurer. Mais bien sûr pour moi la joie n’était pas au rendez-vous… Un animateur nous a rassemblé. Il nous a donné des cartes postalesavecuntimbre etnousa dicté ce que nous allionsmarquersurlacarte postale que le centre allait ensuite envoyer à nos parents. La dictée était du type : « Chère maman, cher papa, je vous écris d’Arreau. Je vais très bien. Je suis trèsheureux…» un blablapour moi aussi détestable à rédiger que dès que mes parents sont venus nousrechercherà la fin de la semaine, je leur ai tout de suite dit que c’était un animateur qui nous avait fait marquer ces phrases sur la carte postale, mais que c’était pas du tout vrai. Que j’avais pleuré pendant 3 jours, que j’avais été très triste pendant toute la semaine parce que ma sœur n’était pas comme les autres…
  4. 4. L’analyse du Général de Gaulle Le troisième enfantdugénéral de Gaulle étaitune fille trisomique. Cette fille est décédée à l’âge de 20 ans à la Boisserie, cette grande bâtisse qu’avaient achetée le Général de Gaulle et sa femme en 1934 à Colombey-les-2-églises,sentantque sonprochainlieud’affectation serait à l’est de la France et ce de manière à permettre au Général de voir sa famille plus facilement. Et bienlorsde l’enterrementde safille,devantsa tombe, le Général avait dit à son aide de camp en parlantde sa fille décédée : «C’était une prisonnière,maintenantelle estcomme tout le monde… » Le Général de Gaulle et sa fille trisomique Source Photo : Le blog de Bernard Gensane http://bernard-gensane.over-blog.com Voilà,je voulaisvousfaire partde cetévènementparticulièrement triste de ma vie de jeune enfant. Je voulais vous le faire connaitre sûrement pour ne plus le porter tout seul… Sébastien Marty Si vous le souhaitez, n’hésitez pas à laisser un commentaire.

×