LE COIN DESLPs
Food &Beverage Private marinvest
Equity éclot et cherche 120 M€ £££voit
Un ancien de Céréa
s'est allié à de...
• I/•% LesEchos
i t a l f i n a n c e
EN VUE Le non-coté avance sous la menace d’une « récession » américaine // p. 4 I
CO...
EDITO
Les Shadoks
L
'Opep a cassé sonjouet en novembre 2014.
En décidant de ne pas réduire sa
production (40 %du total mon...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

160229-Capital Finance-Food and beverage Private Equity éclot

37 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
37
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
12
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

160229-Capital Finance-Food and beverage Private Equity éclot

  1. 1. LE COIN DESLPs Food &Beverage Private marinvest Equity éclot et cherche 120 M€ £££voit Un ancien de Céréa s'est allié à des ex-dirigeants de Bénédicta et de Marco Polo pour un fonds qui se focalisera sur du « pur agroalimentaire ». D ans le segment du « pri­ vate equity agroalimen­ taire ». Céréa Partenaire, son sponsor Unigrains et Idia Capital Investissement occu­ paient jusqu'à présent une place particulière en France en tant que seuls GPs dédiés au secteur. Il faudra désormais compter aussi sur Food & Beve­ rage Private Equity. La créa­ tion de cet acteur est à mettre au crédit d'Antoine Sage. d'Olivier M archand et de V alérie Lutt. Le pre­ mier faisait partie de l'équipe fondatrice de Céréa. Quant au deuxième et à la troisième, ils peuvent faire valoir de solides références dans l'agroalimen- tairc. Tous deux ont officié chez Unilever, puis chez Bénédicta, avant de rejoindre Heinz, au moment du rachat du français par l'américain. Ils ont éga­ lement fait partie de l'équipe dirigeante de Marco Foods - qui était soutenu par European Capital jusqu'en 2015. L'effectif de Food & Beverage devrait prochainement se compléter par l'arrivée d'un directeur d'investissement. Sociétés valorisées entre 30 et 80 M€ L'objectif de Food & Beverage est de réunir au moins 100 M€, au travers d'une SLP - l'idée étant de lever idéalement 120 M€. « Nous cherchons à obtenir l'appui d'institutionnels et de family offices. Mais aussi de grands groupes agroalimcn- taires, notamment étrangers, qui pourraient être intéressés par une logique de corporate venture », indique Antoine Sage. La France, le Royaume- Uni, le Benelux ainsi que les pays d'Europe du Sud constitue­ ront son terrain de jeu. « Usera question pour nous de prendre des participations dans des PME de moins de 250 salariés. affichant un Ebitda compris entre 4 et 8 MC pour une valeur d'entreprise de 30-80 MC », poursuit-il. Le fonds sera amené à épauler la transforma­ tion d'entreprises notamment pour aider leurs dirigeants-ac­ tionnaires à préparer leur succession. Il prendra des participations m ajoritaires (seul ou conjointement avec un autre investisseur). A noter que Food & Beverage compte limiter ses interventions dans la stricte limite de la définition de l'agroalimcntaire au sein de l’institut Eurostat: la transfor­ mation de matières premières en produits alimentaires finis. Comité stratégique La nouvelle équipe s'est entou­ rée d'un comité stratégique composé de Christophe Karve- lis (Capzanine), d'Olivier Millet (Eurazeo PME), mais aussi de deux personnalités du monde académique: Eli Talmor (Lon­ don Business School) et Viviane de Beaufort (Esscc). Deux diri­ geants du monde agroalimen­ taire devraient rejoindre cette instance. // Xa v ie r d e m a r l e C'est une nouvelle union dans le microcosme des sociétés de gestion. Inter Invest, spécialiste historique de l'investissement outre­ mer. vient de prendre une participation majoritaire au capital de KPartners, un acteur du *cap-dév » fondé l'an dernier. Ensemble, ils donnent naissance à Inter Invest Capital, une structure ayant vocation à investir en minoritaire dans des PME de plus de 1MCde chiffre d'affaires. Présidée par Gildas Collon, celle-ci s'appuie sur l'expertise de Benjamin Cohen. Alexis Collon. Julien Hugot et Benoit Petit. Cela étant. KPartners espère améliorer ses objectifs de collecte auprès des personnes physiques, tandis quTnter Invest élargit son offre. A eux deux, ils totalisent désormais plus de 1.6Md€ d'actifs sous gestion. Apax Partners se serait mis en quête d’au moins 750 M€ pour son tonds IX Altainir a annoncé un engagement compris entre 220 et 300 M€ dans le nouveau véhicule de l’équipe mid-cap. A pax Partners MidMarket est en discussion active avec ses LPs. La société d'investissement a formellement débuté la levée de son fonds Apax France IX il y a quelques mois. Selon nos informations, il serait question pour elle de réunir au moins 750 M€, sachant que le hard cap aurait été établi à un peu plus de 900 MC. Autant de chiffres qu'Apax Partners Mid- Market n'a pas souhaité com­ menter. En tout cas. la société de gestion a d'ores et déjà reçu d'Altamir un engagement d'in­ vestir entre 220 et 300 M€ dans le nouveau fonds. Cette informa­ tion a été annoncée ce 24 février par la société d'investissement cotée dirigée par Maurice Tche- nio. Le démarrage du fundrai­ sing d'Apax Partners intervient au moment où cette dernière a connu une activité d'investisse­ ment soutenue ces derniers mois. L'équipe a effectivement bouclé des prises de participation dans l'opérateur télécom portugais Cabovisao et dans le spécialiste maltais du câble Melita. Dans le courant du premier semestre, elle devrait également finaliser la prise de contrôle des activités de communications satellitaires commerciales d'Airbus (Mar- link). Après ce closing, prévu pour le premier semestre, le fonds Apax France VIII (qui avait réuni plus de 700 M€ en 2011) sera quasi totalement investi. Du côté des sorties, rappelons également qu'Apax Partners a récemment officialiséson retrait à venir d'InfoPro Digital au pro­ fit de TowerBrook, après avoir annoncé sa sortie de GFI Infor­ matique fin 2015. //XAVIER DEMARLE 29 février 2016 // N' 1228 // Ca p it a If l fl a n c e //11
  2. 2. • I/•% LesEchos i t a l f i n a n c e EN VUE Le non-coté avance sous la menace d’une « récession » américaine // p. 4 I CONFIDENTIEL SVP prépare la sortie d’Omnes Capital // p. 5 1SCOOP Sandaya cherche un nouvel actionnaire // p .7 I EXCLUSIF AB Tasty conclut un 2e tour à 5 M€ // p. 9 Grant Thornton, groupe I c i d c rd ’Audit Oil & Gas et de Conseil, en France et dans le monde accompagne les organisations dynamiques afin de les aider à libérer leur potentiel de croissance. www.grant-thornton.fr
  3. 3. EDITO Les Shadoks L 'Opep a cassé sonjouet en novembre 2014. En décidant de ne pas réduire sa production (40 %du total mondial), elle a précipité le pétrole vers des tréfonds historiques. De 105Sen août 2014, le Brent s'est effondré aujourd'hui à 32 $ le baril (lire, p. 16-20). Mais derrière la volonté affichée de laisser parler librement le marché se dessine une autre ambition : avoir la peau des américains et de leur « fracking bonanza ». Grâce à ce pétrole de schiste, les Etats-Unis produisent autant que l'Arabie Saoudite (16%chacun). Pour longtemps encore? Dans le Karnes County (Texas), l'un des hauts lieux de la fracturation hydraulique, l'économie est fébrile depuis que l'or noir ne vaut plus pipette. Quand les droits minéraux se négociaient 40000 $ l'acre ily a un an encore, ils se cèdent désormais à 15000 $. Même au sein de la Mère Patrie, les voix s'élèvent contre les « mother frackers », comme les appelle David Einhorn, de Greenlight Capital. Parce qu'ils ont un avantageux point mort. Pioneer Natural ou EOG (parmi d'autres) peuvent continuer à pomper. Comme les Shadoks. Pour longtemps encore? Certains estiment que les « frackers »signeront leur arrêt de mort quand leurs contrats historiques - souvent signés sur la base d'un prix de revente à 90 $ le baril - arriveront à expiration. L'Arabie Saoudite a besoin d'un baril à 100 $ pour équilibrer son budget. Si l'offre est aujourd'hui excédentaire de deux millions de barils par jour, la Banque mondiale estime que l'Iran va en ajouter un million de plus quotidiennement dès cette année. Soit une baisse incrémentale de 10Spour ce qui ressemble de plus en plus au tonneau des Danaïdes. EMMANUELLE DUTEN SOMMAIRE 4 EN VUE Ie non-coté avance sous la menace d'une» récession » américaine 6 DEALS Cl ■ Confidentiel :SVP. Sandaya. ABTasty ■ locus: Tourexcel 11 LE COIN DES LPS ■ Ftxxl &.Beverage Private Equity éclot et cherche 120MC ■ Apax Partners se serait mis en quête d’au moins 750 MC pour son fonds IX ■ IPEM:les nouvelles frontières du private equity ■ TPG Capital aurait levé près de 10MdS 13 DEALSFA ■ Exclusif: Mnnopol passe- sous pavillon portugais 15 AVIS D’EXPERTS Plus-value en report d'imposition : une chaussc-trappc fiscale DOSSIER 16 Oil ès gas: there will he blood 18 Quand les ••parapétrolières ••plongent dans la spirale infernale 2 0 INTERVIEW Thomas Sutter, A.T. Kearney 2 2 CARNET fi NOMINATIONS ■ Pneus: Baise Investissement. Ilarlay Avocats, Algos Soditic SUIVEZ-NOUS SUR TWITTER ET LINKEDIN ! @capitalfinance © Les Echos Capital Finance 5 1 I O 29 février 2016 // N’ 1228 // Ca p 11a Ifln ance // 3 Phctoc<

×