PREFECTURE DES YVELINES                                DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES               PLAN DE PRÉV...
P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie - Commune de LOUVECIENNES                   ...
P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire                                Grossier et de Craie             -...
P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie -Commune de LOUVECIENNES                    ...
P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie -Commune de LOUVECIENNES       compte et leu...
P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie -Commune de LOUVECIENNES           1        ...
P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie -Commune de LOUVECIENNES     CHAPITRE Il: GÉ...
P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie - Commune de LOUVECIENNES1971 que le Préfet ...
P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie - Commune de LOUVECIENNES                   ...
P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie -Commune de LOUVECIENNES      Le Sannoisien ...
P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie -Commune de LOUVECIENNESde solifluxion et de...
P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie - Commune de LOUVECIENNES    11.3 Contexte h...
P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie -Commune de LOUVECIENNES        CHAPITRE Ill...
P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie -Commune de LOUVECIENNES      Enfin, il conv...
P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie - Commune de LOUVECIENNES                   ...
P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie - Commune de LOUVECIENNES Z~:me exploitée su...
P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie -Commune de LOUVECIENNES                   p...
P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie -Commune de LOUVECIENNES                    ...
P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie - Commune de LOUVECIENNES                   ...
P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie -Commune de LOUVECIENNES                    ...
P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie - Commune de LOUVECIENNES  111.1.2 Les typol...
P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie - Commune de LOUVECIENNES    Les fontis ont ...
P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie - Commune de LOUVECIENNES     Même si lon ne...
P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie -Commune de LOUVECIENNES                    ...
P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie -Commune de LOUVECIENNESmodifier les conditi...
P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie - Commune de LOUVECIENNES       Ces mouvemen...
P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie - Commune de LOUVECIENNES 111.2.3 probabilit...
P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie - Commune de LOUVECIENNES  111.2.5 Évaluatio...
P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie -Commune de LOUVECIENNES                 CHA...
P.P.RM. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie -Commune de LOUVECIENNESUne zone de bureaux e...
P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie - Commune de LOUVECIENNES                   ...
Prévention des risques liés aux carrières à Louveciennes
Prévention des risques liés aux carrières à Louveciennes
Prévention des risques liés aux carrières à Louveciennes
Prévention des risques liés aux carrières à Louveciennes
Prévention des risques liés aux carrières à Louveciennes
Prévention des risques liés aux carrières à Louveciennes
Prévention des risques liés aux carrières à Louveciennes
Prévention des risques liés aux carrières à Louveciennes
Prévention des risques liés aux carrières à Louveciennes
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Prévention des risques liés aux carrières à Louveciennes

3 602 vues

Publié le

Document d'études sur l'état des carrières à Louveciennes.

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 602
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7
Actions
Partages
0
Téléchargements
236
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Prévention des risques liés aux carrières à Louveciennes

  1. 1. PREFECTURE DES YVELINES DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES PLAN DE PRÉVENTION DES RISQUES DE MOUVEMENTS DE TERRAIN liés aux anciennes carrières souterraines de calcaire grossier et de craie•. Commune de Louveciennes Note de Présentation Prescrit le : 27 octobre 2010 Approuvé le:
  2. 2. P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie - Commune de LOUVECIENNES AVERTISSEMENT Lobjet du présent PPRN est de définir les zones pouvant être affectées par la présencedanciennes exploitations souterraines de calcaire grossier ou de craie ainsi que les règles à appliqueren ce qui concerne loccupation ou lutilisation des sols. Ce PPRN est établi en application de larticle L. 562-1 du Code de lEnvironnement. Il prend uniquement en compte les risques de mouvements de terrains liés au caractère évolutifdes anciens ouvrages souterrains creusés dans le calcaire grossier et dans la craie dans leur ensemblesur le territoire communal de Louveciennes.Note de présentation version 1 - Octobre 2010 Page 2 sur 45
  3. 3. P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie -Commune de LOUVECIENNES SOMMAIRE , , ÉCHAPITRE I: GENERALIT S.................••.............................................................................••.................................................4 1.1 ÛBJET ET CHAMP 0 APPLICATION 0 UN PPR.................... .............................................................................................................. .4 1.2 PROCÉDURE nÉLABORATION ET CONTENU DUN PPR................................................. .................................................................... .4 1.2.1 Procédure délaboration............................................................................................. ................................................... 4 1.2.2 Contenu dun PPR. .........................................................................................................................................................4 1.3 MoTIVATION DU PPR POUR LA COMMUNE DE LoUVECŒNNES•.•.•..••••••.••.•••••.•••.•.•.•..••.••..•..••••••••.••••••••••••••••..•••..•••.•.••••.•..••.••.•.•...•.•• .S 1.4 ÉLABORATION ET RÉVISION DU PPRN•••••••••.•.•..••..•.••.•.••.•.•..•.•...•..••....•..•.•.••.••..••..•••••.•••••••••••••••••.••••••••.•••.••••.••••••••.••••.•....•.........• 6CHAPITRE II: GÉOMORPHOLOGIE ET GÉOLOGIE LOCALE..................•.........................•.........................................? 11.1 CADRE GÉOGRAPHIQUE ........................................ ........................................ ............................................................ ................... 7 H.2 GÉOLOGIE DU SITE ...... .................................................................................................................................. ............................. 8 JI.3 CoNTEXTE HYDROLOGIQUE ET tiYDROGÉOLOGIQUE................................................................................................... ..................... 12CHAPITRE ill: CARACTERISATION DE LALEA............................................................................................................ l3 ill. 1 ÛRIGINE DES RISQUES ............................................................................................................................................................. l3 III 1.1 lnfomzations existantes sur les excavations sou/erraines.......................................................................................... 13 ll/.1.2 Les typologies de désordres liées aux cavités souterraines....................................................................................... 21 111.1.3 Évènements connus sur la commune de Louveciennes.............................................................................................. 24 ffi .2 Q UANTIFICATION DE L ALÉA ....................................................................................................................................................25 111.2.1 nature de laléa.......................................................................................................................................................... 25 III2.2 La Zone de Protection (ZP) et la Marge de Reculement (MR) ............................................................. ..................... 26 JD.2.3 probabilité doccurrence.................................................................... ....... ................................ ............... ................. 27 111.2.4 Intensité......................................................................................... .... ......................................................................... 27 I/1.2.5 Évaluation de laléa..................................... ................................................... ............................................... ............ 28CHAPITRE IV: ANALYSE DES ENJEUX.............................................................................................................................. 29 IV.l HISTORIQUE DE L1URBANISATION............................................................................................................................................... 29 IV.2 C OMPOSmON DU Mll.ŒU URBAIN ET NATUREL............................................................................................................................ 29 JV.3 RECENSEMENT DES PROJETS FUTURS CONNUS À L- DATE DAPPROBATION DU PPRN.......................................................................... 30CHAPITRE V: ZONAGE ET REGLEMENT..........................................................................................................................32 V.l ZONAGE RÈGLEMENTAIRE................................... ................................................. ...................................................................... 32 V.1.1 Principes............................................................................................. .... ...... .................................................... ........... 32 V.1.2 Zones règlenzentées.................................................................. ........................ ... ............................................. ........... 32 V.2 Ri:GLEMENT........................................................................................................................................................................... 33 V.2.1 Principes...................................................................................................................................................................... 33 V.2.2 Réglementation des projets................................................................................ .............. ........................................... 34 V.2.3 Mesures sur les biens el activités existants........................................................................................................... ...... 35 V.2.4 Mesures de prévention, de protection et de sauvegarde............................................................................................. 36CHAPITRE VI: DEMARCHE DASSOCIATION ET DE CONCERTATION ...................................................................37 VI.l LEs MODALITÉS oASSOCIATION ................. ............................................................................................................................... 37 VI.2 LES MODALITÉS DE CONCERTATION........ ............................................. ............................................................... ....................... 37ANNEXE 1...................................................................................................................................................................................39 CARTOGRAPHIE DES Al.ÉAS UÉS À LA PRÈSENCE DANCIENNES CARRIÈRES SOUTERRAINES ........................................................................... 39ANNEXE 2...................................................................................................................................................................................41 CARTOGRAPHIE DES ENJEUX .............................................................................................................................................................41ANNEXE3. ..................................................................................................................................................................................43 RECOMMANDATIONS POUR LES EXAMENS GÉOTECHNIQUES .................................................................................................................... .43ANNEXE4...................................................................................................................................................................................45 RECOMMANDATIONS POUR LES RECONNAISSANCES DES SOLS PAR SONDAGE$............................................................. ................................ 45Note de présentation version 1 - Octobre 2010 Page 3 sur45
  4. 4. P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie -Commune de LOUVECIENNES CHAPITRE 1: GÉNÉRALITÉS 1.1 Objet et champ dapplication dun PPR Dans le cadre de la mise en place dune politique générale de prévention des risques, lEtatélabore en partenariat avec les collectivités territoriales des documents réglementaires. En application de larticle L. 562-1 du code de lenvironnement, lÉtat élabore et met en applicationdes plans de prévention des risques naturels prévisibles engendrés par des phénomènes tels que lesmouvements de terrain. Le PPRN a pour objet : • de délimiter les zones exposées aux risques pris en compte ainsi que les zones non directement exposées aux risques, où des aménagements pourraient aggraver les risques ou en provoquer de nouveaux ; • de définir les mesures relatives aux aménagements existants à la date de lapprobation du plan, qui doivent être prises par les propriétaires, exploitants ou utilisateurs ; • de définir les mesures de prévention, de protection et de sauvegarde qui doivent être prises par les collectivités publiques dans le cadre de leurs compétences, ainsi que celles qui peuvent incomber aux particuliers. Un PPRN est un document de prévention qui a valeur de servitude dutilité publique : annexé auplan local durbanisme (PLU) conformément à larticle R.126-1 du code de lurbanisme, il simpose doncaux décisions durbanisme. Lorsque des niveaux de risque importants le justifient, le PPRN peutégalement imposer des mesures adaptées aux constructions, ouvrages, biens et activités existants à ladate son approbation. 1.2 Procédure délaboration et contenu dun PPR 1.2.1 Procédure délaboration Les PPRN sont établis par lÉtat et ont valeur de servitude dutilité publique. Leurs modalitésdélaboration, dapprobation et dapplication sont régies par les articles L. 562-1 à L. 562-9 (partielégislative) et R. 562-1 à R. 562-12 (partie règlementaire) du code de lenvironnement. Par son arrêté en date du 27 octobre 201 0, le préfet a prescrit lélaboration dun PPRN pour lesrisques liés mouvement de terrains sur la commune de Louveciennes. Une fois élaboré, le projet de PPRN est notamment soumis aux conseils municipaux et auxorganes délibérants des établissements publics de coopération intercommunale compétents pourlélaboration des documents durbanisme dont le territoire est couvert en tout ou partie par le plan. Il estensuite soumis à une enquête publique telle que prévue aux articles L.123-1 et suivants du code delenvironnement. A loccasion de lenquête, le commissaire enquêteur doit auditionner le ou les mairesdes communes concernées. A lissue de ces consultations, le plan, éventuellement modifié pour tenir compte des avisrecueillis, est approuvé par arrêté préfectoral. 1.2.2 Contenu dun PPR Le PPRN se compose de trois documents : • une note de présentation indiquant les raisons de la prescription du PPRN, le secteur géographique concerné (contexte physique et enjeux), la nature des phénomènes naturels pris enNote de présentation version 1 - Octobre 2010 Page 4 sur45
  5. 5. P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie -Commune de LOUVECIENNES compte et leurs conséquences possibles compte tenu de létat des connaissances, mais aussi le mode de qualification des aléas, les objectifs de prévention visés et la présentation et justification du zonage et du règlement ; a des documents cartographiques qui délimitent les zones où sapplique le PPRN ; • un règlement qui précise pour les zones exposées : • les mesures dinterdiction et les prescriptions applicables dans chacune de ces zones ; • les mesures de prévention, de protection et de sauvegarde qui doivent être prises par les collectivités et/ou les particuliers, ainsi que celles relatives aux aménagements existants qui doivent être prises par les propriétaires, exploitants ou utilisateurs.Le PPRN peut également contenir, pour information et explication, des annexes qui nont pas de valeurréglementaire, telles que des cartes et coupes renseignant sur les événements passés, la géologie dusite ou les aléas, les textes de lois, une bibliographie ... 1.3 Motivation du PPR pour la commune de Louveciennes La commune de Louveciennes est située dans le département des Yvelines, en rive gauche de lavallée de la Seine, dans le canton de Marly-le-Roi et fait partie de la communauté de communes desCoteaux de Seine. Située à une dizaine de kilomètres de la capitale, elle sétend sur environ 537hectares et est bordée par les communes de Port-Marly et Croissy-sur-Seine au nord, Bougival et LaCelle-Saint-Cloud à lest, Rocquencourt au sud et Marly-le-Roi à louest. Le territoire communal est constitué, de façon schématique, dun plateau façonné par lérosionfluviale. Laltitude de ce dernier décroît légèrement du sud sud-ouest vers le nord nord-est jusquà laSeine. Laltimétrie des terrains varie de 24 rn en bordure de la Seine en fond de vallée jusquà 179 rn ausud du Grand Parc de Marly. Au nord nord-est de la commune, le plateau, entaillé par lérosion des rivesconcaves de la Seine, se termine par des versants à fortes pentes de 55° à 65° jusquà 72° sous lepavillon du Barry. Cette érosion a permis laffleurement des formations géologiques depuis la CraieBlanche du Crétacé jusquaux terrains de lère tertiaire. Cette configuration a fait de la commune deLouveciennes et des communes voisines des sites préférentiels dexploitation notamment de la CraieBlanche souvent trop profonde dans le reste du Bassin Parisien. La commune de Louveciennes dispose dun document réglementaire, en application de larticleR111-3 du code de lurbanisme ayant fait lobjet de larrêté préfectoral n°86-400 du 05 aoQt 1986,délimitant un périmètre de risques lié à la présence de carrières souterraines abandonnées de CalcaireGrossier ou de Craie. À lintérieur de ce périmètre, les autorisations doccupation ou dutilisation du sol )peuvent être soumises à des conditions spéciales de nature à assurer la stabilité des constructions. Le vieillissement naturel des anciennes exploitations souterraines, conduit inéluctablement, enlabsence de travaux confortatifs préventifs, à la ruine de ces ouvrages et par conséquent à des impactssur les zones daménagement. Dans ce contexte, au vu des risques engendrés par la présence decarrières souterraines de Calcaire Grossier et de craie sur les zones urbanisées et terrains pouvant fairelobjet daménagements futurs, lélaboration dun plan de prévention des risques naturels prévisibles aété proposée sur la commune de Louveciennes. Le PPRN permettra une délimitation précise des zones dexposées et les règles de prévention endécoulant seront accessibles à tous.Note de présentation version 1 - Octobre 2010 Page 5sur45
  6. 6. P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie -Commune de LOUVECIENNES 1 ···-- ·-·--·- ···----· - - -·- -- .................. -..,_.. .... ,., ~CIDIIIRAL& . . CA.U-..• . x l _........._...._ Figure 1: Zonage communal existant des cavités souterraines (selon article R111-3) 1.4 Élaboration et révision du PPRN Ce PPRN, prescrit le 27 octobre 2010, doit permettre de définir des dispositions liées à un zonagedu risque : en définissant les prescriptions que doivent prendre en compte les nouveaux projets daménagement et de construction et donc les autorisations doccupation du sol ; en indiquant les mesures quil convient dappliquer aux constructions, ouvrages, biens et activités existants à la date dapprobation du PPRN. Son élaboration sappuie sur le recueil et lexploitation des données existantes (archives delInspection Générale des Carrières de Versailles et de lancien service des mines, archivesdépartementales des Yvelines, cartes géologiques du Bureau de Recherches Géologiques etMinières ... ) et sur les observations et les relevés faits sur le terrain lors des opérations de cartographiedes vides par le personnel de IIGC. Il convient de noter que certains documents consultés sont ancienset peuvent être partiels. Un comité de pilotage réunissant la commune et ses services techniques, lInspection Générale deCarrières (IGC), et la Direction Départementale des Territoires des Yvelines (DDT 78) a permis devalider le contenu du projet aux différentes étapes de son élaboration (cf. chapitre IV). Enfin, il est rappelé quil nest ni de la responsabilité ni de la compétence de lÉtat, dengager desétudes particulières au niveau de la parcelle mais que le préfet de département a la possibilité dengagerla révision du PPRN notamment en fonction déléments nouveaux résultant dinvestigations oudobservations. Dans le cadre dune éventuelle révision ou modification du plan, les études et travaux qui auraientété réalisés, soit dans le cadre de mesures obligatoires définies par le règlement (chapitre 2 et 3 durèglement), soit de la propre initiative des propriétaires ou des maîtres douvrage publics, pourront le caséchéant être pris en compte par une adaptation du zonage. Cette dernière reposera cependant sur unetransmission au service instructeur en charge de la révision du plan, de lensemble des documentsattestant de la bonne exécution des travaux de mise en sécurité.Note de présentation version 1 - Octobre 2010 Page 6 sur 45
  7. 7. P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie -Commune de LOUVECIENNES CHAPITRE Il: GÉOMORPHOLOGIE ET GEOLOGIE LOCALE 11.1 Cadre géographique La commune de Louveciennes est située en milieu urbain, schématiquement entre le plateau duVexin au nord et celui de la Beauce au sud, en rive gauche de la vaste plaine de la Seine. Le reliefmarque assez fortement le territoire communal où les altitudes varient de 24 à 179 m, ce qui explique lerecoupement des différentes formations géologiques déposées au cours des ères secondaire et tertiairesur lemprise de la commune. >( o y. LUZAR CH ES PLAINE DE FRANCE (Calcaire de St-Ouen) 0 10 ~m 1------~ Le territoire communal sétend sur près de 537 hectares et compte selon les données durecensement de 1999, 7217 habitants. Lurbanisation est concentrée sur le plateau le long de la ligne dechemin de fer. Son développement urbain très restreint est une des conséquence de la prédominancedespaces naturels protégés et dune zone de risque deffondrements liés à lancienne exploitationsouterraine de Craie Blanche. Les châteaux, les multiples parc arborés et massifs boisés (bois de Louveciennes, forêt domanialede Marly, réserve de chasse présidentielle) témoignent du passé historique de cette commune restéerésidentielle. Pourtant, celle-ci connaît tout de même un passé industriel avec lexploitation par carrières desressources du sous-sol dès le XVIIème siècle par les carriers de Meudon qui prospectent les rives de laSeine et exploitent en même temps sur les communes voisines (Bougival, Le Port-Marly... ) pour laproduction de chaux. Lessor de cette industrie est connu au XIXème siècle. Leffondrement généralisédune partie de lexploitation de 1943 ayant duré une dizaine de jours et laissé un puits vertical dunequinzaine de mètres et dun diamètre de 35 à 40 mètres ne freine pas lactivité. Ce nest que le 9 MarsNote de présentation version 1 - Octobre 2010 Page 7 sur 45
  8. 8. P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie - Commune de LOUVECIENNES1971 que le Préfet des Yvelines déclare, par arrêté, labandon de la carrière par la société "Le BlancMinéral". Par la suite celle-ci sera réutilisée pour la culture du champignon. Les exploitations de Calcaire Grossier sont bien moins vastes et commencent à Louveciennes aumilieu du XIXème siècle. La plus grande dite "carrière Bouteiller na été exploitée quune quarantainedannées puis a été reprise en champignonnière jusquen 1935. 11.2 Géologie du site La commune de Louveciennes sinscrit du point de vue de la géologie régionale dans le vasteensemble sédimentaire constituant le bassin parisien entre le synclinal de la Seine au nord et lanticlinalde Meudon au sud. La mise en place du réseau hydrographique qui donnera naissance à la Seine acreusé profondément la couverture tertiaire et dénudé le socle crétacé pour constituer une vaste plainealluviale dominée par le plateau sablo-calcaire de la région de Versailles (extrémité de la bordure norddu plateau de Beauce). La morphologie topographique du territoire communal a donc conduit à mettre à laffleurementdepuis la craie du campanien lensemble des terrains déposés à lère tertiaire. Au-delà de la partie sommitale de lère secondaire constituée par la Craie Blanche du Campanien(age: 65 millions dannées), on rencontre successivement de bas en haut, les formations du Montien(Marnes de Meudon), de IYprésien (Argiles Plastiques du Sparnacien surmontées par les Sables duCuisien dont lépaisseur est réduite), du Lutétien (Calcaire Grossier et Marnes et Caillasses), de létageBartonien inférieur (alternance de niveaux sableux et marno-calcaires), du Ludien (marne et gypse), duStampien (Argiles Vertes, Marnes à Huîtres et Sables de Fontainebleau) et de IAquitanien (Meulières deMontmorency). Lensemble de ces formations est masqué par un complexe de surface limoneux à limono-sableuxet par des recouvrements déboulis et de remblais, dépaisseur hétérogène, issus de laction humaine,de dépôts éoliens ou encore produits de laltération de la roche sous-jacente remaniés par des effets desolifluxion et de ruissellement. Une petite couverture alluviale est présente en bordure de la Seine maisreste peu développée sur la commune de Louveciennes.Note de présentation version 1 - Octobre 2010 Page 8sur45
  9. 9. P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie - Commune de LOUVECIENNES 10 ---- EIOUUS MARNES ET CAILLASSES MEULIERE DE MONTMORENCY CALCAIRE GROSSIER SAIUS DE FONTAINEILEAU FAUSSES GLAISES MARNES A HU/TRES CALCAIRE DE SANNOIS ET ARGILE VERT ARGILES fLAsnQUES MARNES SUfRA·GYPSEUSES MARNES DE MEUDON CALCAJREDECHAMnGNY CRAIE SAlLES DE IEAIJCHAMf Figure 4: coupe stratigraphique schématique de fa région au niveau du secteur de Louveciennes Lexistence au niveau régional de deux axes anticlinaux (celui de la Seine et celui de Beynes)séparés par le synclinal du ru de Gally traduit une ancienne activité tectonique ayant influencé lasuccession classique des formations du bassin parisien (disparition de certaines assises, modification defaciès, réduction importante dépaisseur... ) et mis à laffleurement la craie campanienne. Ainsi, lexamen des différents sondages auxquels nous avons eu accès conduit au niveau duterritoire communal de Louveciennes à linterprétation stratigraphique suivante : Les Meulières de Montmorency ne sont présentes que dans le sud ouest de la commune à partirdes réservoirs deau de Louveciennes. Dune épaisseur maximale de 8 mètres recensée sur lacommune, ce sont des roches siliceuses, généralement celluleuse, associées à des argiles barioléescommunément appelées argiles à meulières. Les Sables de Fontainebleau présents dans les 2/3 sud de la commune avec comme limiteapproximative la ligne de chemin de fer. Ils ne possèdent quune épaisseur limitée en bordure de versant2 à 5 mètres mais peuvent atteindre plus de 25 mètres au niveau du Grand Parc de Marly. Ces sablesfins, blancs à jaunes, micacés et colorés sous laction doxydes de fer peuvent présenter localement uneteneur en argile verdâtre à bleuâtre suffisante pour conférer une bonne cohésion à lensemble delassise géologique. Sous la couverture sableuse, on rencontre les marnes à huÎtres, marnes blanchesà grises calcaires, très fossilifères, dune épaisseur nexcédant pas 3 à 4 mètres en bordure de versantet 18 mètres au niveau du Grand Parc de Marly.Note de présentation version 1- Octobre 2010 Page 9 sur45
  10. 10. P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie -Commune de LOUVECIENNES Le Sannoisien ou Stampien Inférieur est représenté sur une petite dizaine de mètres aumaximum par le faciès Marna-Calcaire de Brie/Sannois (alternance de marnes blanches sabla-calcaireset de petits bancs de calcaires durs associés à des veines dargiles grisâtres) et les Argiles Vertes ditesde Romainville (argiles très plastiques calcaires alternant avec des marnes blanches). Létage /udien est constitué par /es Marnes de Pantin, calcaireuses et blanches, affectées dunfin diaclasage et les Marnes dArgenteuil qui présentent un faciès argileux gris à bleu compact,lépaisseur totale du complexe est de quelques mètres. La base de lassise est formée par les calcairesde Champigny, alternance de bancs argile-marneux et de niveaux calcaires compacts. Lensemble Bartonien Inférieur représenté par les sables de Monceau/Marines, les marna-calcaires de Saint Ouen et les sables de Beauchamp dune puissance qui peut varier de 2 à 8 mètressur la commune. Les Marnes et Caillasses et le Calcaire Grossier du Lutétien composés pour les premièresdune alternance régulière de minces bancs calcaires dolomitiques généralement compacts et durs et delits marneux à marna-sableux contenant de petits filets argileux gris ou verts et pour le second de bancscalcaires massifs (par endroits à dominante sableuse, à dautres niveaux renfermant des veinesmarneuses) glauconieux à grain plus ou moins grossier, riches en mollusques (milioles, cérithes ... ). Lesbancs supérieurs sont généralement bien indurés et homogènes alors que les niveaux inférieursapparaissent plus sableux et plus sensibles aux phénomènes daltérations. Ce complexe présente auniveau communal de fortes variations dépaisseur (dune dizaine à près dune trentaine de mètres) liéesdune part au contexte topographique et dautre part à des phénomènes dérosion et daltération. Cesniveaux calcaires ont été exploités pour la pierre à construction (moellons et pierres de taille). Ce massifcalcaire est affecté par une fracturation naturelle dorigine tectonique, les fractures pouvant être plus oumoins ouvertes et karstifiées avec des remplissages argileux. Les formations de LYprésien constituées des sables de Cuise (dépaisseur très réduite(métrique) voire inexistants en certains endroits de la commune) et des argiles du Sparnacien. Cesdernières regroupent à la fois des fausses glaises (argiles plastiques grisâtres violacées), des sablesgrossiers siliceux (dénommés sables dAuteuil) et des argiles plastiques bariolées parfois ligniteuses.Lépaisseur de ces formations est très variable (de quelques mètres à un peu plus dune quinzaine demètres), son augmentation se faisant au détriment du Montien sous-jacent. Lépaississement peut avoirdifférentes origines, soit en lien avec des phénomènes de glissement latéral de par le pendage, latopographie et le poids des terrains surincombants, soit encore en rapport avec les conditions desédimentation des matériaux. Les Marnes de Meudon et le calcaire pisolithique du Montien. Il sagit de marnes grisâtres àverdâtres à nodules crayeux surmontant des niveaux calcaires présentant des faciès variés (calcairegrossier compact et coquillier, sables calcaires ou encore conglomérat à éléments de craie et de silex).Lépaisseur de ce complexe est relativement variable mais généralement inférieure à une dizaine demètres. La Craie du Campanien correspondant à un dépôt de mer peu profonde et chaude, sous formedune accumulation de coquilles et de micro-organismes (coccolites) dans une matrice, très fine et nonsoudée. Cest donc une roche sédimentaire calcaire, composée à plus de 90% de carbonate de calcium(CaC03). Elle peut renfermer des silex qui sont des accidents siliceux formés à lintérieur de la craie.Elle est représentée sur Louveciennes par un faciès recristallisé à la jonction avec le Montien passantplus en profondeur à une craie blanche relativement pure à lits de silex. Cette formation crayeuse quiconstitue le soubassement de llie de France possède une épaisseur de plusieurs centaines de mètres.Elle peut dévoiler différents aspects, craie molle un peu plastique et pâteuse ou bien craie relativementcompacte présentant «Un aspect de roche». Elle est affectée dune part par dimportantes fractures(diaclases) verticales ou subverticales (inclinaison de lordre de 70° à 90° sur lhorizontale) doriginetectonique et dautre part, plus ponctuellement, par des phénomènes de remplissage des videskarstiques (poches de dissolution de craie comblées par des matériaux argile-sableux sus-jacents). Les formations superficielles (limons. éboulis et remblais) viennent recouvrir toutes cesassises et ont des origines variées. Il sagit généralement de matériaux à texture limoneuse ou limona-argileuse déposés sur les plateaux ou plaqués sur les versants. Ces dépôts, dépaisseur très irrégulière(de quelques décimètres à plusieurs mètres) sont issus daltérations et de remaniements par des effetsNote de présentation version 1 - Octobre 2010 Page 10 sur 45
  11. 11. P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie -Commune de LOUVECIENNESde solifluxion et de ruissellement quand ils ne sont pas liés à une action anthropique. Par ailleurs, en partie basse de la commune, des dépôts alluvionnaires sont présents maisdépaisseur limitée. Issue de la divagation de la Seine décrivant un grand méandre provoqué par lafaiblesse de la pente, la plaine alluviale sétend principalement en rive droite du fleuve au niveau de lacommune de Croissy-sur-Seine et ne concerne pas les secteurs de Louveciennes ayant été exploitéspar carrières souterraines. En conclusion, il convient de garder à lesprit que la géologie de la commune de Louveciennesprésente, au dessus de la craie, lensemble de la succession classique des formations du tertiaire maislimpact de la tectonique locale (notamment de par la présence du synclinal de la Seine) a fortementinfluencé les épaisseurs (conduisant ponctuellement à la disparition de certaines assises) et engendrédes variations de faciès (absence de niveaux gypseux au sein du Ludien). Lensemble des couchesgéologiques présente un pendage assez marqué en direction du Synclinal de la Seine occupé par cetterivière. La coupe ci-après présente un profil géologique interprétatif dressé pour la comm une à partir desdonnées géologiques existantes sur un axe presque Nord 1 Sud, de la Seine à la ligne de chemin de fer(angle de la rue Saint-Michel avec lallée Saint-Michel) en passant par le pavillon du Barry permettantainsi de visualiser le positionnement dune partie de la carrière de Craie Blanche du Blanc Minéral ainsiquune petite partie de la carrière de Calcaire Grossier sous-minant un des immeubles de la résidenceles Clos de Louveciennes. a~ Commune de Louveciennes 1!3 ~~ §3 ~~~-~~ !:!QRQ m §,,. ! Pcviflon du Bou·y Court (ftond rc~flt 19~3 g J5-•0n-· pro!ondct.Jf 15m l f J j do tcttni.s ~ ,.. _.. + "" Figure 5: profil géologique synthétiqueNote de présentation version 1 - Octobre 2010 Page 11 sur 45
  12. 12. P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie - Commune de LOUVECIENNES 11.3 Contexte hydrologique et hydrogéologique La commune de Louveciennes est située dans le bassin versant de la Seine avale. Du point de vue hydrogéologique, différents aquifères sont présents sur Louveciennes du fait de lasuccession des terrains tertiaires avant datteindre le socle crétacé. Ainsi, il existe : • une petite nappe suspendue au niveau de la base des sables de Fontainebleau, les formations sous-jacentes du Sannoisien formant un écran imperméable qui stoppent les infiltrations en profondeur. Cette ressource est délicate à capter de par la finesse des sables, et son alimentation se fait principalement par les précipitations météoriques percolant à travers la couverture des terrains de surface à plus ou moins forte porosité (remblais, éboulis ou limons). Le niveau piézométrique de cette nappe dépend de la côte du substratum imperméable. • des circulations plus ou moins diffuses dans les calcaires bartoniens. • une nappe contenue dans les formations du Lutétien et déterminée par les argiles du Spamacien (fausses glaises et argiles plastiques) où leau semble pouvoir sécouler facilement sur un plan subhorizontal entre les bancs de caillasses et de marnes parallèlement à la stratification existante. Par ailleurs, le Calcaire Grossier, parfois très compact, est cependant toujours plus ou moins fissuré, ce qui permet une circulation libre de leau de manière sub-verticale à la faveur des fractures naturelles. • la nappe de la craie notablement puissante et en rapport direct avec la nappe alluviale de la Seine et le niveau du fleuve, situé aux environs de + 20 NGF au niveau du pont de Bougival (la craie est particulièrement aquifère et son réseau de diaclases communique avec la plaine alluviale). Par ailleurs, beaucoup plus en profondeur (vers 500 rn par rapport à la surface) et exploitée parlintermédiaire de nombreux forages car elle permet de disposer de débits importants, il existe unenappe artésienne au sein de IAibo-Aptien (sables verts). Ces circulations deau constituent souvent un facteur déclenchant dun accident en carrière quandelles ne contribuent pas au développement de phénomènes de dissolutions de type karstique (en effet, ilconvient de garder à lesprit le fait que le calcaire est un matériau soluble dans une eau non saturée encarbonates). Ainsi, une des solutions, employée dans la carrière du Blanc Minéral, pour éviter ce risqueconsiste à réaliser un réseau de drains de manière à canaliser les arrivées deau ou à assainir lesparties basses des carrières qui peuvent être ennoyées. Les travaux de drainage de leau dans la carrière de craie ont notamment débuté suite àleffondrement généralisé dun secteur qui, en perturbant léquilibre des terrains de recouvrement, aprovoqué lécoulement des nappes deau situées dans ces formations. Le débit de lécoulement auniveau de leffondrement de 1943, mesuré approximativement lors dune visite de la carrière pour lacommune en juillet 2008, était denviron 0,5 dm3 par seconde et sécoule vers létage inférieur de lacarrière.Note de présentation version 1 - Octobre 2010 Page 12 sur 45
  13. 13. P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie -Commune de LOUVECIENNES CHAPITRE Ill: CARACTERISATION DE LALEA 1 Origine des risques 11.1 Lorigine du risque est liée dune part à des facteurs pré-existants issus du contexte géologique,hydrogéologique et topographique et dautre part à laction anthropique qui a pu être faite sur le territoirecommunal dans le cadre de lexploitation des matériaux calcaires et crayeux dans le but dobtenir de lapierre à bâtir et des constituants pour la fabrication notamment de la chaux, des ciments et du blanc deMeudon (poudre entrant dans la composition des peintures et pour le polissage des objets) mais encorepour la production de charges pour plastiques, caoutchouc, mastics et papiers. Ill. 1. 1 Informations existantes sur les excavations souterraines Limpossibilité technique de décaper des épaisseurs de terrains de surface trop importantes ontconduit les anciens à sorienter vers des exploitations en souterrain. La connaissance relative aux carrières souterraines nest que partielle et repose, pour les partiesqui ne sont plus visitables, sur la documentation établie par le carrier et retrouvée dans les archivesdépartementales des Yvelines et de lancien Service des Mines. On ne recense .que trois exploitations souterraines à Louveciennes. La surface sous minéereprésente moins de 8 % de la surface communale et seules deux sections cadastrales sont concernées(AR et AS). La grande carrière de Craie Blanche dite du "Blanc Minéral", toujours accessible et exploitéesur deux niveaux, dont les entrées originelles se trouvaient au niveau de la résidence des Lions àBougival, se situe sur les deux sections pré-citées et sous-mine les terrains situés en entre la rue de laPrincesse et le chemin de la Machine. Les deux carrières de Calcaire Grossier sont dune taille bien plusréduite et ne sont plus accessibles. Ces dernières sont supposées avoir fait lobjet de travaux deremblaiement. Sur le territoire communal et concernant les deux matériaux, on ne recense quune seule méthodedexploitation dite par piliers tournés ou piliers abandonnés. Ill. 1. 1. 1 Les carrières de craie Dun point de vue général, les carrières de craie ont toutes été exploitées par la méthode despiliers tournés avec des voûtes du toit plus ou moins proche de la structure en plein cintre. Ces carrièresprésentent des hauteurs «moyennes» (ponctuellement, par endroits importantes) pour ce typedexploitations et se sont développées localement sur deux étages superposés. La craie étant daspectrelativement homogène, aucun niveau géologique spécifique ne se démarque.Note de présentation version 1 - Octobre 2010 Page 13 sur 45
  14. 14. P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie -Commune de LOUVECIENNES Enfin, il convient de garder à lesprit le fait que la craie est un matériau particulier de fait de soncomportement dont les caractéristiques mécaniques varient fortement en fonction de la teneur en eau (larésistance mécanique dune craie saturée deau est considé rablement plus faible que celle dune craiesèche). Par ailleurs, de par sa structure constitutive, la craie dans un milieu humide se déforme sous descontraintes fortes sans que son apparence macroscopique se modifie ; il est donc dautant plus difficiledapprécier à lœil nu lévolution du comportement dune carrière souterraine de craie face à denouvelles sollicitations. Ill. 1. 1.2 Les carrières de Calcaire Grossier En ce qui concerne les carrières de Calcaire Grossier présentes sur la commune deLouveciennes, elles ont également été exploitées par la méthode des piliers tournés ou piliersabandonnés. Dans ces zones le versant ait fait lobjet préalablement dune carrière à ciel ouvert développée parla suite en souterrain à partir dentrées en cavage. La plupart des entrées sont à présent masquées à lasuite de réalisation de mur de soutènement ou daménagements paysagers des versants. Concernant lacarrière Lefèvre (la plus à lest de la commune), la carrière à ciel ouvert et ces entrées sont situées sur lacommune de Bougival. Rappels sur la méthode des piliers abandonnés : Cette méthode, qui est la plus ancienne, consiste à exploiter la pierre en laissant régulièrement deplace en place du matériau (ou étaux de masse) qui constituent autant de piliers naturels de dimensionstrès variables. Elle se traduit par la réalisation de salles ou de galeries dexploitation assez hautessentrecoupant les unes avec les autres (doù la constitution de piliers) voire se développant, au niveaude la craie, sur deux étages superposés à Louveciennes. --- -- -- --- Carrière ----- --- -- ~ par piliers tournés ouvert Remblai souterrain partiel Figure 7: Schéma dune exploitation par piliers abandonnés dans le calcaire Le taux de défruitement, cest-à-dire le rapport entre la surface de matériau extrait et la surfaceinitiale, varie en général de 50 à 70% pour les exploitations de craie mais peu atteindre plus de 80%dans certaines carrières de calcaire grossier. Une quantité importante de déchets de taille est laisséesur place et constitue un remblai de pied plus ou moins épais ; dans certains cas, les galeries devenuesinutiles ont pu être remblayées sur la quas-totalité de leur hauteur, ne laissant subsister que de petitsvides résiduels difficilement localisables de nos jours. Par ailleurs, au-delà de leur destination initiale, les carrières ont servit jusquà une époque assezrécente à la culture du champignon. La série de fiches ci-après présente une synthèse des informations recueillies et descaractéristiques générales des exploitations existantes au niveau communal.Note de présentation version 1 - Octobre 2010 Page 14 sur 45
  15. 15. P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie - Commune de LOUVECIENNES FICHE 1 Localisation: Lieudit La Machine - domaine des « Granges du Barry » - résidence Les Lions Section cadastrale: AR Matériau exploité: craie Dénomination: carrière du Blanc Minéral de Louveciennes Caractéristiques: Carrière principalement située sur la commune de Louveciennes (une zone mineure où sont situées les entrées concernent la commune de Bougival) Début de lexploitation: antérieur à 1840 - abandon partiel en 1956 - fermeture des entrées 1970Abandon de lexploitation: 9 mars 1971 ???Méthode dexploitation: par piliers abandonnés (du côté de Bougival où se situent des entrées), pour partie sur 2 niveaux superposés ainsi que par galeries filantes (zone la plus récente) laissant subsister entre elles des piliers de grandes dimensions (bandes fermes : 150 à 200 rn de longueur sur 12 à 15 rn de largeur pour les plus grandes) Caractéristiques des piliers (côté Bougival): forme quadrangulaire, répartition orthogonale, dimensions: de 6 rn x 4 rn à 15 rn x 11 rn Taux de défruitement moyen: de lordre de 50 à 65%Épaisseur de recouvrement : de lordre de 7 rn à lentrée (sur la commune de Bougival) à 74 rn en extrémité ouest (commune de Louveciennes)Hauteur des vides: varie de 8 à 12 m pour une largeur de 3 à 6 rn (seule la partie Nord-Est comporte un étage inférieur de galeries de 3 à 7 rn de hauteur avec un banc séparatif entre les 2 galeries superposées de 2 à 3 m dépaisseur)Cote du niveau inférieur: environ 28 rn NGFCote du niveau supérieur: environ 34 à 38 m NGFConnaissance des vides levé topographique sauf côté Bougival, lemprise a été en partie reportée à partir de documents darchives (zone inaccessible)Superficie: environ 25 à 30 ha pour létage supérieur et 10 ha pour linférieurLongueur totale des galeries: de lordre de 40 kmÉtat général et évènements Au niveau supérieur, les galeries sont en bon état de conservation,(année 2007): quelques chutes de blocs aux angles de certains piliers ont pu être observées mais elles sont dorigine ancienne. Pas de venues deau. Au niveau inférieur, la carrière présente une forte humidité mais ne révèle aucun signe de dégradation. Le débit des arrivées deau est constant. Un effondrement généralisé dune zone a été recensé sur la commune en 1943.Travaux effectués: Une partie de lexploitation a fait lobjet de remblaiement par la surface de létage supérieur en 1965 constituant un facteur aggravant de la dégradation de létage inférieur supposé remblayé par lexploitant en 1967. Une autre petite zone a fait lobjet de travaux de comblement en 1979- 1980. Une partie de galerie daccès a fait lobjet dun comblement afin de limiter les visites clandestines.Note de présentation version 1 - Octobre 2010 Page 15 sur 45
  16. 16. P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie - Commune de LOUVECIENNES Z~:me exploitée su.rr::: e ~x d~u =~:=;::;;~::~~ ntveaux - r--~-. (bleu : niveau inférieur ; rose : niveau supérieur)Zone effondréeen 1943Galeries filantes Figure 8: Extrait de latlas des carrières souterraines (carrière du Blanc Minéral - fiche 1)Note de présentation version 1 - Octobre 2010 Page 16 sur 45
  17. 17. P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie -Commune de LOUVECIENNES photo 3: Carrière du Blanc Minéral exploitée sur 2 niveaux (cliché internet : Esprit de Sel) FICHE 2Localisation: Entre le chemin rural dit des Soudannes et lallée des Prés Saint Denis en ce qui concerne la commune de Louveciennes, cette carrière est accessible par la commune de Bougival (n°37 route de Louveciennes )Section cadastrale: ASMatériau exploité: Calcaire GrossierDénomination: carrière Lefèvre-BiassiauxMéthode dexploitation: par chambres et galeries laissant des piliers de matériau en place pour soutenir les terrains sus-jacents (exploitation par piliers abandonnés). Lexploitation a été conduite de manière quelque peu irrégulière voire désordonnée en raison dune fracturation importante du massif calcaire.Épaisseur de recouvrement : de lordre de 12 à 17 rn sous la partie louveciennoiseHauteur des vides: varie de 3 à 5 rnCote du niveau inférieur: environ 75 à 76 rn NGFSuperficie louveciennoise: environ 300 m 2État général et évènements Le côté louveciennois de la carrière nest plus accessible puisquun(année 2010): remblaiement a eu lieu en 1970 sous cette partie. Toutefois, un effondrement a eu lieu en 1973 au niveau du chemin rural dit des Soudannes indiquant la présence de vides résiduels. Du côté accessible de Bougival on peut observer des ciels très fracturés et fissurés ainsi que la présence de ciels tombés. Un autre fontis récent (22 mars 1978) est survenu aux abords de ce chemin rural dit des Soudannes.Travaux effectués: Quelques consolidations par piliers maçonnés au niveau du secteur sous-minant la commune de Louveciennes partiellement remblayéNote de présentation version 1- Octobre 2010 Page 17 sur 45
  18. 18. P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie -Commune de LOUVECIENNES ~ photo 5: Fontis non ceinturé en bordure du chemin des Soudannes . // // /r/- - --- l ~-<<~ Figure 9: Extrait de latlas des carrières souterraines (Fiche 2)Note de présentation version 1- Octobre 2010 Page 18 sur 45
  19. 19. P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie - Commune de LOUVECIENNES FICHE 3 Localisation: Entre les rues de Montbuisson et de la Princesse et les allées de la Born berge, de la Charbonnière et des Soudannes Section cadastrale: ASMatériau exploité: Calcaire Grossier entre 1846 et 1884 champignonnière jusquen 1935Dénomination: carrière Bouteiller - Richard - Duvivier - Arthus - Sauvagère - LagraveMéthode dexploitation: par chambres et galeries laissant des piliers de matériau en place pour soutenir les terrains sus-jacents (exploitation par piliers abandonnés). Lexploitation a été conduite de manière quelque peu irrégulière voire désordonnée en raison dune fracturation importante du massif calcaire.Épaisseur de recouvrement : de lordre de 7 à 12 rnHauteur des vides: varie de 2 à 4 rnCote du niveau inférieur: environ 80 à 81 rn NGFÉtat général et évènements : Une dizaine deffondrements y ont été recensésTravaux effectués: Lentrée de la carrière a fait lobjet dun terrassement en vue de la construction dune des résidences des clos de Louveciennes. Sous deux autres de ces dernières, les galeries ont été consolidées par piliers maçonnés et remblayées en 1968. Toutefois en 1973-1974 de multiples ruptures de canalisations ont montré la mauvaise qualité de ces remblais. 1. - 0: Extrait de latlas des carrières souterrainesNote de présentation version 1- Octobre 2010 Page 19 sur 45
  20. 20. P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie -Commune de LOUVECIENNES FICHE4 Localisation: Au dessus de la carrière de craie de la fiche 1, à proximité des terrains de tennis Section cadastrale: AR Matériau exploité: Calcaire Grossier Méthode dexploitation: Ancienne petite carrière exploitée à ciel ouvert à partir de laquelle quelques galeries, de longueur très réduite, ont été creusées en souterrain. Épaisseur de recouvrement : de lordre de 7 à 10 rn Hauteur des vides: varie de 3 à 5 rn Cote du niveau inférieur: environ 75 rn NGF État général : Fracturation naturelle importante Travaux effectués: La plus grande cavité comporte un pilier de masse calcaire laissé en place et est consolidée par des piliers maçonnés de petite section ainsi que par des voûtes aux maçonneries parfois détériorées. Figure 11: Extrait de latlas des carrières souterraines (Fiche 4 )Note de présentation version 1 - Octobre 2010 Page 20 sur 45
  21. 21. P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie - Commune de LOUVECIENNES 111.1.2 Les typologies de désordres liées aux cavités souterraines Les risques principaux résultant de la dégradation des anciennes exploitations souterraines semanifestent en surface par des phénomènes plus ou moins importants (affaissements, effondrementsponctuels ou généralisés) selon la nature et lépaisseur des terrains de recouvrement, lorigine dudésordre ou bien encore la nature de la cavité (en particulier son type dexploitation et son emprise). Dès le terme de leur exploitation, toutes les cavités souterraines sont soumises à un lentprocessus de vieillissement (fonction notamment déléments extérieurs comme les arrivées deau quiinduisent des diminutions des caractéristiques mécaniques des matériaux ou bien encore surchargentles ciels des cavités en saturant les terrains sus-jacents) qui va générer des dégradations de plus enplus importantes qui aboutissent inéluctablement à des désordres en surface qui peuvent porter atteinteà la sécurité des biens et des personnes. Les mécanismes de dégradation se développent au sein desdeux principales structures qui assurent la stabilité des ouvrages, dune part les piliers et dautre part lestoits. Lexistence de réseaux de fractures ou de failles qui parcourent la masse calcaire ou crayeuseconstitue autant de discontinuités qui ont été utilisées par les anciens carriers lors du traçage desgaleries dans la mesure où elles constituaient des zones plus fragiles sous les coups des outilsindividuels. A ces fractures naturelles sajoutent des fractures mécaniques, facilement observables dansles carrières souterraines de Louveciennes, directement liées aux réajustements de la masse lors delextraction des blocs pour créer les galeries ; elles sont une composante "normale" de lexploitation ettraduisent les effets directs de cette dernière. Dès louverture de son exploitation, une carrière souterraine devient le siège dune évolutionpouvant se traduire par des mouvements plus ou moins importants voire des effondrements dès que lessollicitations deviendront insupportables pour la cavité. Ill. 1.2. 1 Les effondrements de type Fontis Il sagit de phénomènes plus importants que de simples flaches de surface et ils constituent leprincipal mode de dégradation des carrières souterraines. Ce type de désordres, caractéristique dunmouvement gravitaire à composante essentiellement verticale, peut survenir de façon plus ou moinsbrutale dans les cavités souterraines. Les désordres observés font apparaître en surface deseffondrements ponctuels en forme de cratères qui ne sont autres que la propagation/aggravation dunciel tombé qui a évolué en cloche de fontis qui, elle-même, est remontée dans les terrains derecouvrement pour provoquer un effondrement brutal et inopiné de la surface quest le fontis. 1. Ciel lAuri. ................ -. LCiel~ ·- ) 4 . t..ioodM tlela dedM s. -tio ....., au jow. CJ TUII vô~lolo CJ s.bftl de lleoud&mp 0 Matnts tt c-.lifl>stes c:J C.Jtolre proW.. l 4 s Figure 12: Conséquences dun fontis pour la surfaceNote de présentation version 1 - Octobre 2010 Page 21 sur 45
  22. 22. P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie - Commune de LOUVECIENNES Les fontis ont généralement pour origine: • une dégradation des toits engendrant une rupture progressive des premiers bancs de ciel (le carrier a exploité le maximum de roche ne laissant en ciel quune épaisseur réduite ou encore il a ouvert une largeur excessive de galeries eu égard à la résistance de la dalle rocheuse en toit. En effet, cette «dalle» présente des points de faiblesse, en particulier à la conjonction de fractures mécaniques et naturelles ou encore dans des zones daltération où un fléchissement du toit et des décollements entre les bancs de ciel peuvent alors se produire et être à lorigine de ciels tombés et/ou de cloches de fontis. Lorsque ce phénomène a pu évoluer, on rencontre alors des blocs à terre), • lendommagement dun pilier de taille trop réduite par rapport aux charges quil supporte (au fil du temps, le pilier présente des signes daltération (écaillage, fragmentation, fissuration ... ) pouvant provoquer sa ruine et induire une rupture du toit par cisaillement sur lappui), • la ruine ponctuelle détages superposés (lorsque lépaisseur du banc séparatif entre deux étages est faible, il y a risque de rupture de ce banc. De même, le poinçonnement du sol de la carrière par les piliers est à craindre quand lépaisseur du matériau résiduel en base est trop mince). • 6 -1i11 Ce type de dégradation peut avoir des conséquences irréversibles pour les constructions existantes au droit des zones affectées. La vitesse de progression de la cloche de fontis vers la surface nest pas connue mais elle peut être rapide en particulier en présence deau et elle est également fonction de la nature des terrains de recouvrement. Cependant, dans certains cas, le foisonnement des éboulis peut venir emplir totalement la cloche de fontis et bloquer provisoirement son ascension vers la surface (blocage instable car toute venue deau peut réactiver le développement de la cloche). Les fontis sont des accidents localisés qui peuvent, de proche en proche, semboîter les uns dans les autres pour former des dépressions étendues. photo 7: Fontis venue à jour dans une zone pavillonnaire Généralement, les fontis surviennent de manière préférentielle au niveau des carrefours des galeries dexploitation par piliers tournés et en bordure des fronts de taille et la dimension des fontis est proportionnelle aux vides existant en carrière. Note de présentation version 1 - Octobre 2010 Page 22 sur 45
  23. 23. P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie - Commune de LOUVECIENNES Même si lon ne peut pas prédire la venue au jour dun fontis, une étude statistique de cephénomène particulier, conduite en 1982 par J-C Vachat à lInspection Générale des Carrières de Paris,a permis de considérer que la venue au jour peut se produire si le rapport de la hauteur des terrains derecouvrement (H) sur la hauteur de la galerie (h) est inférieur à 15. 111.1.2.2 Les effondrements généralisés Ces phénomènes, qui concernent la majeure partie de la surface dexploitation dune carrière, sontsusceptibles daffecter des superficies importantes (plusieurs hectares). Ils peuvent se développerquand lextension horizontale minimale (L) de lexploitation est supérieure à la hauteur du recouvrement(H), ce qui correspond du point de vue de la stabilité à une géométrie dite critique ou supercritique (UHsupérieur ou égale à 1). L ial.nliondcs piers d ~ Figure 14: Mécanisme de leffondrement généralisé Pour la carrière de craie de Louveciennes ce type dévénement sest ou peut se produire lorsque : • lorsque le carrier a trop exploité le matériau en réalisant des sections de piliers "à minima" (taux de défruitement trop élevé), • leau a pu parvenir en carrière (saturation et diminution brutale des caractéristiques mécaniques du matériau). Lexistence dune fracturation du massif ou encore ponctuellement de zones karstifiées permet le déversement des nappes du Lutétien ou du Bartonien et donc des arrivées deau en carrières, • La succession lithologique locale fait que les argiles plastiques du Sparnacien, de très faible perméabilité, jouent un rôle important dans la protection de la craie contre les infiltrations. Ces argiles, très plastiques, peuvent également être à lorigine de phénomènes de glissement et dinstabilité avec formation dun plan de cisaillement à la jonction avec la couche sous-jacente ou de fluage en carrière avec modification des conditions découlement des eaux. Dans ces cas un ensemble de piliers cède simultanément (rupture en chaîne) et entraîne la chutedu toit, puis des terrains de recouvrement, sur une surface comprise entre quelques centaines de mètrescarrés à près dun hectare selon les données recensées dans les archives. Il sagit dun phénomènebrutal engendrant des dégâts considérables aux constructions (avec un risque important de victimesphysiques) en raison de la rapidité et de limportance du mouvement.Note de présentation version 1 - Octobre 2010 Page 23 sur 45
  24. 24. P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie -Commune de LOUVECIENNES photo 8: Conséquences de leffondrement généralisé de carrières de craie et de Calcaire Grossier à Clamart (92) en 1961 Etat des infrastructures routières et du bâti au droit des zones effondrées Origine des photos: M. Toulemont (M.A. T.E) 111.1.3 Évènements connus sur la commune de Louveciennes Le tableau ci-après récapitule les évènements connus du service survenus au niveau des différentes exploitations souterraines sur la commune de Louveciennes. Ces évènements sont cartographiés dans la figure ci-après. Section Type decadastrale Parcelle Date Matériau désordre 0(enm) Commentaires AŒesse effondrement durée du désordre 8-10jours- "~·~· AR ;;.~ 1943 Craie généralisé 35-40 !profondeur finale 10-15 m 1 .r ... localisation présumée- ël "!" AS 6 188-:1 Calcaire G-assier Fontis 3 !Profondeur 2 m . AS 101 193( Calcaire G-assier Fontis 8 ocalisation présumée 3 12 allée des Soudannes AS 7 196 Calcaire G-assier Fontis 8 allée des Soudannes AS 101 197.:1 Calcaire G-assier Fontis 3 !effondrement dun puits 8 allée des Soudannes AS Calcaire G-assier Fontis 6 i lsur lallée des Soudannes AS Calcaire G-assier Fontis 6 }Tlff! , ...". ~ p ~. sur lallée des Soudannes AS ::). Calcaire G-assier Fontis 6 sur lallée des Soudannes AS 1 r..c.X~ Calcaire G-assier Fontis 6-7 sur lallée des Soudannes Profondeur 5 m - effondrement postérieur au coni>Jement de la AS 63 1973 Calcaire G-assier Fontis 3 carrière de 1970 sur lallée des Sou dannes AC effondrement ancien réactivéBougival 64-65 1978 Calcaire G-assier Fontis S-6 en 1978 79-81 allée des Soudannes ., AC 22 chemin des bassesBougival 66 Calcaire G-assier Fontis 6-7 ,. " Soudannes i •• manque dinformations ou événement non cartographié 0 diamètre De quelques natures quils puissent être, les processus de dégradation des carrières souterrainesrésultent souvent dune combinaison entre une ou plusieurs configurations défavorables susceptibles deNote de présentation version 1 - Octobre 2010 Page 24 sur 45
  25. 25. P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie -Commune de LOUVECIENNESmodifier les conditions déquilibre du milieu et daccélérer la rupture. Ces configurations dépendent du contexte géologique, hydrogéologique, géographique et humain.Ainsi, comme nous lavons signalé précédemment, la circulation deau dans le sous-sol (liée à latopographie du site mais encore éventuellement à des fuites de réseaux) peut contribuer à diminuer lescaractéristiques des matériaux et donc de la stabilité des cavages. Labsence dassainissement danscertaines zones ou bien encore la perte de certains captages constituent également des facteurs dedéclenchement du phénomène. Point rouge : effondrement généralisé dune partie de la carrière souterraine de craie Points oranges : effondrements (fontis) liés aux carrières souterraines de Calcaire Grossier fiés aux anciennes carrières souterraines survenus dans fa commune de Louveciennes (image de fond : GoogleEarth) 111.2 Quantification de laléa Un aléa est un phénomène doccurrence et dintensité données. Cependant, si certainsphénomènes naturels, comme les inondations ou les avalanches, sont probabilisables, ce nest pas lecas des mouvements de terrains, et donc des effondrements danciennes excavations souterraines pourlesquels aucune étude statistique en tant que telle nest réalisable. La délimitation des secteurs plus ou moins exposés au risque de mouvements de terrain lié à laruine danciennes excavations souterraines de Calcaire Grossier ou de craie implique lidentification dela nature de laléa ainsi que lévaluation de sa probabilité doccurrence (probabilité quun évènementtype puisse se produire dans un intervalle de temps déterminé) et de son intensité. Dans le cadre de la commune de Louveciennes, la connaissance des cavités souterraines estbonne, avec dune part une carrière de craie encore visitable en majeure partie qui a fait lobjet detravaux de levés de géomètres complétés par des documents darchives relativement exhaustifs (plansde carriers, recensements des accidents majeurs ... ) et exploitables. Dautre part, des cavités deCalcaire Grossier inaccessibles pour lesquelles existent des plans de travaux de consolidationssouterraines et de remblaiements dont la compacité na toutefois pas été attestée par des sondages decontrôle. 111.2.1 nature de laléa Les aléas affectant les anciennes carrières souterraines sur la commune de Louveciennes sontleffondrement localisé appelé fontis (dans le cas des carrières de Calcaire Grossier présuméesremblayées) et leffondrement généralisé (au niveau des grandes carrières de craie). Comme nouslavons vu précédemment, ces phénomènes résultent dune combinaison de plusieurs facteurs liantétroitement les contextes géologique, hydrogéologique du site mais également géographique et humain.Note de présentation version 1 - Octobre 2010 Page 25 sur 45
  26. 26. P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie - Commune de LOUVECIENNES Ces mouvements de terrain sont conditionnés par : • des facteurs déterminants : • la connaissance de cavités avérées dans des zones bien localisées ; • létat de stabilité du cavage (travaux de confortement réalisés ou non) et les caractéristiques des cavités (méthodes dexploitation, hauteur des vides ... ) ; • loccupation en surface (voire celle des vides qui ne sont pas abandonnés). • des facteurs aggravants /déclenchants : • la présence éventuelle ou non de leau ; • lévolution des charges à la surface du sol. Compte tenu des désordres, ponctuels ou généralisés et brutaux, quengendre laléa « carrières »,il y a lieu de définir des composantes horizontales, au-delà des espaces qui surplombent directementdes vides, afin de cerner létendue réelle de lexposition au risque deffondrement. 111.2.2 La Zone de Protection (ZP) et la Marge de Reculement (MR) Lanalyse des archives et notamment la description des évènements survenus sur les différentescarrières a permis de révéler que les divers phénomènes affectant la stabilité générale des cavagespouvaient se produire en «partie courante» mais également en bordure dexploitation. Dans ce contexte, if convient de prendre en compte une zone de protection (ZP), correspondant àla bande de terrain bordant les emprises sous-minées, susceptible dêtre perturbée, au même titre queles emprises sous-minées, pendant ou à très court terme après la survenance de lévènement (à la suitede phénomène de décompression lié à la dynamique du mouvement). Au-delà des effets instantanés ou à court terme, les déformations affectant les terrains progressentlentement aussi bien horizontalement que verticalement à travers le temps. Ainsi, la marge dereculement (MR) représente en matière de mouvement, fa zone dinfluence dun évènement qui sestproduit ou la zone potentielle pour un évènement susceptible de se produire. Ces déformations peuventengendrer des désordres pour les constructions mais ne sont pas susceptibles de mettre en danger, depar leur seul fait, des vies humaines. On considère qu;au-delà de cette zone, les terrains en place nepeuvent plus subir les effets de laccident déclaré. ~ M . R. ~1 z.P . 1 1 ZOD e sous- m lné e ZP: largeur de la zone de protection déterminée à partir de la limite de la carrière MR: largeur de la marge de reculement déterminée à partir de la limite de la zone de protection Figure 16: Définition de la zone de protection et de fa marge de reculement Toutes les zones de protection des carrières de Louveciennes ont été fixées à 2,5 mètres et lesmarges de reculement à 5 mètres.Note de présentation version 1 - Octobre 2010 Page 26 sur 45
  27. 27. P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie - Commune de LOUVECIENNES 111.2.3 probabilité doccurrence Lestimation de la survenance dun phénomène sappuie, dans la mesure où la localisation descavités est bien connue, sur la prévision dans le temps de la rupture du massif rocheux. En labsence depériodes de retour «types» (à linstar des crues dites décennales ou centennales dans le cas desinondations), lapproche pour les mouvements de terrains dus aux carrières souterraines va sappuyersur lanalyse du caractère évolutif des cavages, cest-à-dire sur les prédispositions à lendommagementet à lévolution de vides. Il convient de conserver à lesprit que toutes les cavités de Louveciennes sont susceptibles deprovoquer à terme des venues à jour de fontis ou deffondrements généralisés puisque de telsévènements se sont déjà produits sur le territoire communal ainsi que sur dautres sites présentant desconfigurations analogues en Ile de France. Dans ce contexte, le critère déterminant pour ces cavités dorigine anthropique sera donc, enregard des caractéristiques générales des cavages (matériau exploité, hauteur des vides,recouvrement. .. ), le caractère évolutif des excavations (existence ou non de parties en noyées,partiellement remblayées ... ) qui est fonction de létat de dégradation estimé ou constaté de celles-ci. Le caractère évolutif des excavations sera donc évalué sur deux niveaux selon la grille suivante : Probabilité Type de cavités doccurrenceCarrière de craie exploitée sur un à deux niveaux superposés (hors galerie isolée) Très forteEnsemble de galeries filantes avec piliers de grandes dimensions (longueur>50m, Fortelargeur>8m) un seul niveau dexploitationGalerie isolée dans une carrière de craie MoyenneCarrière de Calcaire Grossier exploitée par piliers tournés présumée remblayée FaibleCavités souterraines comblées Très faible tableau 1: Grille dévaluation du caractère évolutif des anciennes cavités 111.2.4 Intensité Lintensité correspond aux types de manifestations susceptibles daffecter la surface etdengendrer des dégâts au bâti. Lampleur et les caractéristiques des différents types de mouvements deterrains relevés sur le territoire communal sont donc les principaux critères de détermination de cetteintensité. Niveau dintensité Description Type de carrières concerné à Louveciennes Élevé à très élevé Effondrement en masse de la surface Craie (hors galerie isolée) Modéré à élevé Effondrement partiel ou total de la galerie Craie (galerie isolée) Limité à modéré Effondrement localisé ou tassement Calcaire Grossier présumée remblayée tableau 2: Hiérarchisation des niveaux dintensitéNote de présentation version 1 - Octobre 2010 Page 27 sur 45
  28. 28. P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie - Commune de LOUVECIENNES 111.2.5 Évaluation de Jaléa Lévaluation de laléa sappuie classiquement sur lanalyse du champ "Probabilitédoccurrence/Intensité", cest-à-dire sur le caractère évolutif de la cavité et sur limportance desphénomènes potentiellement associés. On retiendra pour la commune de Louveciennes, les niveaux daléa suivants: Zones exposées Niveau de Probabilité Niveau ( Zsm : zone considérée sous-minée 1 lintensité de doccurrence de laléa ZP : Zone de protection) laléaCarrière de craie exploitée sur un à deux niveaux Très Forte Élevé à très élevé Très Fortsuperposés (hors galerie isolée) : Zsm et ZPEnsemble de galeries filantes avec piliers de grandesdimensions (longueur>50m, largeur>8m) un seul niveau Forte Élevé Fortdexploitation : Zsm et ZPGalerie isolée dans une carrière de craie : Zsm et ZP Moyenne Modéré MoyenCarrière de Calcaire Grossier exploitée par piliers Faible Limité à modéré Faibletournés et présumée remblayée : Zsm et ZPMarges de reculement Faible TrèsCavités souterraines comblées Très faible Faible tableau 3: Grille dévaluation du niveau de laléa carrière souterraine Cette qualification est cartographiable (cf. carte de laléa en annexe). Lampleur très importante de lévènement redouté lié à un effondrement généralisé dans unecarrière de craie exploitée jusquà deux niveaux superposés englobe de fait tout type de désordres liésaux caves de Calcaire Grossier sus-jacentes (présentées dans la fiche 4). De plus, ces dernières nepeuvent pas constituer un facteur déclenchant ou aggravant la dégradation· des carrières de craie. Il estdonc inutile de leur attribuer un niveau daléa propre ou daugmenter le niveau daléa de la carrière sous-jacente. Toutefois, dans le cas dun effondrement de ces caves, il y aura lieu de mettre en sécurité le sitedans les règles de lart et tant que possible sans augmenter les contraintes exercées sur la carrière. Aucune zone de protection ou marge de reculement ne peut dépasser sur les zones de cavitéscomblées puisque les terrains ont été mis en sécurité.Note de présentation version 1 - Octobre 2010 Page 28 sur 45
  29. 29. P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie -Commune de LOUVECIENNES CHAPITRE IV: ANALYSE DES ENJEUX La notion de risque peut être appréhendée comme limpact potentiel des phénomènes naturels surles personnes, biens et activités susceptibles dêtre exposés. Ces derniers sont désignés pluscouramment sous le terme denjeux. Après avoir mis en évidence dans le chapitre 3, la probabilité et lintensité possibles desphénomènes de mouvements de terrain (aléas), lanalyse des enjeux a pour objet de comprendrelorganisation du territoire et de mettre en évidence les biens et personnes pouvant être affectés par lesphénomènes naturels, ou dans certains cas, pouvant en être la cause ou le facteur aggravant. Cest sur la base de cette analyse du contexte local, croisée avec les résultats de la qualificationdes aléas, que les choix en matière de zonage et de règlement seront faits dans le cadre du PPRN. Les points suivants seront abordés : - historique de lurbanisation ; - composition du milieu urbain et naturel ; - recensement des projets futurs connus à la date dapprobation du PPRN. IV.1 Historique de lurbanisation Comme la majeure partie des communes des Yvelines, Louveciennes dépendait au XIe siècle delabbaye de Saint-Denis. Petit village dagriculteurs cultivant arbres fruitiers et vignes sur les coteaux de la Seine, son« éveil » se produit au XVIIe siècle lorsque Louis XIV installe sa cour à Versailles et fait construire lechâteau de Marly. De 1681 à 1684, la construction de la machine de Marly bouleverse le quotidien duvillage : les eaux de la Seine, puisées à Bougival, sont remontées dans des canalisations qui traversentle territoire communal jusquà laqueduc construit sur ses hauteurs. Nombre de châteaux sont alors bâtissur la commune de Luciennes comme le village sappelle encore à lépoque. Ce sera au XVIIIe sièclequil prendra le nom de Louvetienne. Au XIXe siècle, le village « ré-endormi » a une nouvelle renommée grâce aux peintresimpressionnistes tels Camille Pissarro et Alfred Sisley. Pendant le siège de Paris de 1870, les fameusesarcades de laqueduc seront utilisées comme observatoire. Guillaume 1er y est victime dun attentat à labombe lors de son passage sous les arcades et sen sort indemne. Le chemin de fer qui mène, dans un premier temps, à Saint-Germain-en-Laye puis, dans unsecond, à Saint-Nom-la-Bretèche via Bougival et Louveciennes, amène la construction dun nombreimportant de résidences secondaires bourgeoises, petits manoirs et« campagnes» . IV.2 Composition du milieu urbain et naturel Dune superficie de 541 ha dont 260 despaces « naturels » le territoire communal se caractérisepar une forte présence despaces naturels liés au passé historique de la ville (plusieurs châteaux) maiségalement à ses multiples parcs arborés et massifs boisés (bois de Louveciennes, forêt domaniale deMarly, réserve de chasse présidentielle).Lurbanisation est concentrée le long des axes de circulation et notamment la ligne de chemin de fer.Son évolution est très contrainte par la densité des espaces naturels protégés et par la forte présenceen sous-sol danciennes carrières et champignonnières. Les logements sont en majorité de grandestailles avec 44 % de 5 pièces et plus. Les propriétaires sont majoritaires (62,8 % ). Le taux de logementssociaux est de 12 %.la ville de Louveciennes est, à la fois préservée des nuisances liées aux voies de communication et enmême temps, très bien desservie par le réseau routier et ferré. Elle est également bordée daxes routiersdimportance nationale : lautoroute A 13, la RN 13, la RN 186.Note de présentation version 1- Octobre 2010 Page 29 sur 45
  30. 30. P.P.RM. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie -Commune de LOUVECIENNESUne zone de bureaux et dactivités (restaurants, garages, stations services) est installée en bordure deSeine le long de la RN13. À lextrémité sud de la commune, le long de la RN 186,sétend la plaine deVillevert ayant accueilli les bâtiments dun important camp militaire de lAlliance Atlantique du SHAPE quidevinrent le siège de la Compagnie lnternationnale pour lInformatique puis de Bull. IV.3 recensemet:lt des projets futurs connus à la date dapprobation du PPRN. A la date dapprobation du PPRN, il ny a pas de projet connu dans les zones concernées par lerisque de mouvements de terrain liés aux anciennes carrières souterraines de calcaire grossier et decraie. En effet, sur la commune de Louveciennes la plupart des zones soumises aux risques sont deszones naturelles dont lurbanisation nest généralement pas autorisée au regard du Plan LocaldUrbanisme.Note de présentation version 1- Octobre 2010 Page 30 sur 45
  31. 31. P.P.R.M. T. anciennes carrières souterraines de Calcaire Grossier et de Craie - Commune de LOUVECIENNES .,-- -- ,,...,.,. ........ ......... o ....... CJ ,c,c ....Nc -- ...._Note de présentation version 1 - Octobre 2010 Page 31 sur 45

×