INTENTIONS DE REALISATION    JUSTIFICATIONS DES CHOIX DE COMPOSITION, DECOUPAGE DE L’ACTION,                    CHOIX TECH...
parcours visuel en nous forçant à exercer un effet d’aller retour entre l’individu ciblé etsa montre.Par ailleurs, un fort...
Utilisation du gros plan à hauteur de la main, pour focaliser la lecture de l’image sur ungeste en particulier. La photo c...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Intentions de réalisation

414 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
414
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
19
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Intentions de réalisation

  1. 1. INTENTIONS DE REALISATION JUSTIFICATIONS DES CHOIX DE COMPOSITION, DECOUPAGE DE L’ACTION, CHOIX TECHNIQUES DE REALISATIONDans l’ensemble on garde la même alternance entre plans d’ensembles et gros plans. Cela dans le but deconstruire un dialogue entre le personnage et son environnement en donnant du dynamisme. Il est importantde noter que le personnage disparait de plus en plus de photo en photo. Au début il est présenté entièrementpour au final être réduit à une main pour marquer son envie de se détacher du lieu de la faculté. Image 1 : Il s’agit d’un plan d’ensemble, à niveau, où le personnage principal est assit sur un banc, attendant le tramway. Le sujet est volontairement décentré sur la gauche pour être repéré dès le départ de la lecture de l’image. En effet nous avons joué sur le fait que nous sommes habités à lire de gauche à droite. Sur la photo, on trouve un contraste entre les sujets secondaires dans une posture dynamique et le sujet principal assis, posé, qui attend. Même si ça ne reprend pas le story board, lidée reste la même : il sagit de faire ressortir la patience du sujet principal. Celui ci regarde face à lui vers la droite de limage, nous avons donc dégagée l’image sur la partie droite. Ce type de plan permet de situer le personnage dans son contexte. Pour donner un effet de réel, on a mis l’accent sur la 3D avec un effet de profondeur grâce aux rails et au quai du tramway qui dessinent une diagonale, et donc apportent un certain dynamisme. L’effet de profondeur est accentué par différentes personnes jouant le rôle d’échelle humaine en étant postées à des endroits stratégiques de l’image. L’acteur semble vouloir créer une barrière avec l’extérieur : il a les jambes croisées. Son regard ne va pas vers l’objectif ni sur un objet particulier. (On pourrait le rajouter après « de valeur et d’attention ») Ce plan est une situation du tous les jours sur laquelle on se focalise : l’attente. Ici le personnage pourrait refléter ce que l’on appelle la solitude au milieu de la foule. Le sujet est au bout de la perspective, on le remarque donc immédiatement. Image 2 : Notre choix s’est porté sur un gros plan, où le personnage regarde sa montre. Ce cadrage permet de s’identifier davantage au personnage. Cette identification est accentuée par le positionnement de l’appareil en plongée. Dans le story board on remarque la présence dun triangle entre la personne et la montre. Ce triangle est ici pour pointer en direction de la personne. Cet élément renforce l’idée que le temps agit sur le sujet, qu’il exerce une forte pression sur lui. Aussi ce triangle influence notre
  2. 2. parcours visuel en nous forçant à exercer un effet d’aller retour entre l’individu ciblé etsa montre.Par ailleurs, un fort contraste de type clair obscur apporte à la photographie une qualitéqui sublime l’effet de réel.Ce regard permet d’insister sur l’attente du sujet et de créer un lien explicatif entre leplan précédent et ceux à suivre (Après « appareil en plongée »).Ce gros plan dynamique permet de casser le plan d’ensemble précédent et de serapprocher du personnage et de son sentiment d’impatience.Image 3 :Nous avons pour cette troisième image opté pour le plan rapproché poitrine. Ou plutôtun plan épaule qui permet encore de nous identifier au sujet tout en observant soninteraction avec l’environnement. En effet, le personnage regarde le panneaud’affichage pour se renseigner sur les horaires de passage du tramway.La contre-plongée nous permet de renvoyer l’idée de l’effet écrasant de l’attente, uneffet souligné grâce à l’importance que prend le panneau d’affichage. En effet commec’est cet objet qui affiche l’heure, il exerce une sorte de pouvoir de domination sur lepersonnage qui lui attend le verdict, la sentence. Le panneau d’affichage devait doncêtre l’élément le plus envahissant dans ce plan.Image 4 :Le plan d’ensemble, à niveau du tramway nous a permi de le montrer arrivant au loin,tout en situant le personnage avec son pied au premier plan. Notre intention étantd’amener le regard sur le tramway, il fallait donc apporter un flou sur la chaussuresituée au premier plan de la photo. On a choisit une mise en scène du pied particulière :on a joué avec le rebord au sol de larrêt de tram avec lidée est de faire penser à la lignede départ dune course. Cette mise en scène montre que le personnage se sent prêt !Mais il attend encore..L’angle de vue choisit apporte une forte différence d’échelle entre un tramway quiparait minuscule à côté d’un pied anormalement grand. Cet effet d’échelle nous permetde montrer un tramway encore loin, de façon à insister sur la lourdeur de l’attente.On retrouve par ailleurs l’effet de profondeur qu’apportait le premier plan, créant ainsides rappels dans la composition et traduisant encore l’idée d’impatience. (Après «anormalement grand »)Image 5 :
  3. 3. Utilisation du gros plan à hauteur de la main, pour focaliser la lecture de l’image sur ungeste en particulier. La photo comme le story board montrent que le tram est là, et lepersonnage principal appuie sur le bouton.Ce plan permet à nouveau de se rapprocher du sujet en se démarquant du planprécédent et crée une dynamique visuelle.La montre adopte une place importante. En effet, on l’a situé à l’intersection de la ligneverticale de la porte du tramway et de la ligne horizontale du bras. Cette idée delintersection nest pas présente dans le story board, elle nous est venue après.Ensuite cette montre constitue le seul obstacle dans la continuité visuelle du bras. Notreregard n’a donc pas le choix : il se heurte à cet objet. Elle est ici pour rappeler que letemps s’est écoulé, elle marque une continuité dans la narration. De plus, placer cetélément dans cette dernière photo permet de rappeler toute l’attente qu’a subit le sujetavant l’arrivée du tramway.Le bras, est représenté dans une ligne fortement horizontale dans le but de donner uneimpression de rapidité dans son élan vers le bouton. Cette horizontalité se remarquemieux sur la photo que dans le story board.En ce qui concerne le bouton, il constitue un point fort dans l’image. Il marque, lui aussiune continuité dans la narration en retraçant à lui seul toute l’histoire : car en reliant lamontre avec le bouton, cest une revanche sur le temps qui est mise en avant. En effet,lorsque notre regard se pose sur le bouton, c’est que nous venons, tout comme lepersonnage, de franchir des yeux l’obstacle du temps que symbolise la montre. De plus,on comprend que le bouton représente l’obstacle final à la liberté, puisqu’il nous ouvreles portes vers la fin de cette attente, vers le soulagementDe par sa couleur claire et ses teintes lumineuses, ce bouton va automatiquementdiriger notre regard vers un autre endroit lumineux : l’intérieur du tramway. La portequi s’ouvre crée une métaphore : elle s’ouvre sur le soulagement, le retour chez soi…Une situation simple se révèle ici symbolique. Le jeu de lumière accentue cette idéed’apaisement en rentrant dans le tramway.Autrement dit, à la délivrance. Cette partieclaire va contraster avec la partie sombre de l’image.En effet, la photo tout comme le story board sont rythmés par un fond divisé entre unezone claire et une zone obscure. Si la partie claire renvoie à un sentiment très positif, lecoté sombre va quant à lui renvoyer à l’impossibilité de fuir. D’où l’empressement dugeste traduit par son horizontalement forte.En définitive on atteint un sentiment de soulagement qui découle de cet enchainementvisuel que notre regard va parcourir un bref instant.

×