www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr
COMMISSARIAT
GÉNÉRAL AU
DÉVELOPPEMENT
DURABLE
observationetstatistiques
ENV...
2 Commissariat général au développement durable • Service de l'observation et des statistiques
Thème Indicateur
Période
de...
3Commissariat général au développement durable • Service de l'observation et des statistiques
Indicateur 1.1
Emploi et for...
4 Commissariat général au développement durable • Service de l'observation et des statistiques
Indicateur 2.1
Emploi et fo...
5Commissariat général au développement durable • Service de l'observation et des statistiques
Indicateur 3.2
Emploi et for...
6 Commissariat général au développement durable • Service de l'observation et des statistiques
Indicateur 4.2
Économie - É...
7Commissariat général au développement durable • Service de l'observation et des statistiques
Indicateur 4.4
Économie - Éc...
8 Commissariat général au développement durable • Service de l'observation et des statistiques
Indicateur 6.1
Fiscalité - ...
9Commissariat général au développement durable • Service de l'observation et des statistiques
Indicateur 6.3
Fiscalité - R...
10 Commissariat général au développement durable • Service de l'observation et des statistiques
Indicateur 8.1
Investissem...
11Commissariat général au développement durable • Service de l'observation et des statistiques
Indicateur 9.1
Investisseme...
www.developpement-durable.gouv.fr
Chiffres &
statistiques
Définitions (TB IMEV)
Éco-activités
Les éco-activités regroupent...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Chiffres stats546-indicateurs-economie-verte-t2-aout2014-b

510 vues

Publié le

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
510
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Chiffres stats546-indicateurs-economie-verte-t2-aout2014-b

  1. 1. www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE observationetstatistiques ENVIRONNEMENT 0 0,2 0,4 0,6 0,8 1 2010T1 2010T2 2010T3 2010T4 2011T1 2011T2 2011T3 2011T4 2012T1 2012T2 2012T3 2012T4 2013T1 2013T2 2013T3 2013T4 2014T1 Ratio de tension (offres/demandes d'emploi) sur le marché du travail pour les métiers verts et verdissants Métiers verts/verdissants Tous métiers BTP Tous métiers Industrie Tous métiers Tertiaire Séries trimestrielles, ratio CVS-CJO 0,37 90 95 100 105 110 115 120 125 130 135 140 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 (sd) 2012 (p) Dépense totale de protection de l’environnement Évolution en euros constants Dépense de protection de l'environnement PIB Indicebase100en2000(envolume) 133 114 Chiffres & statistiques Service de l'observation et des statistiques Les nouveautés du trimestre Ce trimestre, les indicateurs trimestriels du marché du travail (indicateurs 3.1 et 3.2) sont actualisés avec les données portant sur le 1er trimestre 2014. Par ailleurs, les dépenses de protection de l’environnement sont désormais disponibles pour l’année 2012 (indicateurs 5.1 et 8.1). Enfin, l’indicateur portant sur l’investissement consacré aux économies d’énergie dans l’industrie est mis à jour : la part prise par ce type d’investissement en 2013 pour l’ensemble des entreprises industrielles confirme la prévision qui avait été envisagée. Tableau de bord d’indicateurs macroéconomiques de l’économie verte – 2e trimestre 2014 Faits marquants Au cours du premier trimestre 2014, le nombre de demandes d’emploi pour des métiers de l’économie verte s’est accru de 0,5 % en données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables. Parallèlement, le nombre d’offres d’emploi enregistrées pour des métiers de l’économie verte décroît plus fortement qu’au trimestre précédent (-  4,2 % contre -  1,5 % au quatrième trimestre 2013). Le ratio de tension s’établit à 37 offres pour 100 demandes au premier trimestre 2014, ce qui représente une diminution de 3 offres pour 100 demandes sur un an. Depuis le premier trimestre 2011, pour les métiers de l’économie verte, les évolutions sur le marché du travail sont conformes à celles observées pour les métiers de l’industrie, du BTP et du tertiaire. Le nombre d’offres disponibles pour chaque demandeur se présentant sur le marché du travail est en décroissance régulière pour chacun de ces secteurs d’activité. Les dépenses totales de protection de l’environnement ont atteint 47,5 milliards d’euros en 2012 en euros courants (chiffres provisoires), leur proportion dans le produit inté- rieur brut (PIB) s’établissant à 2,3 %. À prix constants, les dépenses de protection de l’environnement se sont accrues de 0,9 %entre 2011et 2012dansuncontextedestagnation du PIB. Cette hausse a été portée essentiellement par la croissance des dépenses de gestion des déchets, de pro- tection de l’air et du climat et de celles liées à la protection et à l’assainissement du sol, des eaux souterraines et des eaux de surface. En 2012, la dépense nationale de recherche et dévelop- pement(R&D)enenvironnementestestiméeà4,3 milliards d’euros (à prix courants). Les dépenses de R&D en environ- nementreprésentent 9,1 %del’ensembledesdépensesde protection de l’environnement. Les dépenses de R&D en environnement ont augmenté de 1,4 % en euros constants en 2012, ce qui traduit une progression ralentie par rapport à celle observée au cours des quatre années précédentes. Sources : Dares, Pôle Emploi - Traitements : SOeS, 2014 Note : données 2011 semi-définitives, données 2012 provisoires. Sources : SOeS, Insee, 2014 n° 546 Août 2014
  2. 2. 2 Commissariat général au développement durable • Service de l'observation et des statistiques Thème Indicateur Période de référence Donnée sur cette période Évolution récente par rapport à l’année précédente Emploi et formation 1 Emploi dans les éco-activités 1.1 → Emploi total dans les éco-activités Source : SOeS 2012 (p) 447 500 emplois (ETP) + 0,3 % (n - 1) 1.2 → Emploi dans les quatre principaux domaines des éco- activités (eau, déchets, énergie, activités transversales) Source : SOeS 2012 (p) 77 200 ETP eau 84 900 ETP déchets 93 200 ETP énergie 69 100 ETP activités transversales + 0,8 % (n - 1) + 2,3 % (n - 1) - 6,0 % (n - 1) + 2,7 % (n-1) 2 Inscriptions dans les formations initiales environnementales 2.1 → Nombre d’inscrits en dernière année d’une formation initiale environnementale (par niveau de diplômes) Sources : Céreq, base Reflet - MESR, Sise et BCP 2011 71 000 inscrits + 9,3 % (n - 1) 3 Flux d’emplois et tension sur le marché du travail pour les métiers verts et verdissants 3.1 → Demandes et offres d’emploi sur le marché du travail pour les métiers verts et verdissants Sources : Dares, Pôle Emploi 2014-T1 228 200 demandes (CVS-CJO) 82 000 offres (CVS-CJO) + 2,3 % (t - 4) - 5,6 % (t - 4) 3.2 → Tension sur le marché du travail pour les métiers verts et verdissants Sources : Dares, Pôle emploi 2014-T1 37 offres / 100 demandes (CVS-CJO) - 3 offres /100 demandes  (t - 4) Économie 4 Éco-activités 4.1 → Production dans les éco-activités Source : SOeS 2012 (p) 85,0 Md € + 5,6 % (n - 1) 4.2 → Valeur ajoutée des éco-activités Source : SOeS 2012 (p) 32,0 Md € (1,6 % du PIB) + 8,5 % (n - 1) 4.3 → Exportations dans les éco-activités Sources : SOeS, douanes 2012 (p) 9,1 Md € + 0,6 % (n - 1) 4.4 → Balance commerciale des éco-activités Sources : SOeS, douanes 2012 (p) + 3,20 Md € + 2 Md € (n-1) 5 Économie de l’environnement 5.1 → Dépense totale de protection de l’environnement Source : SOeS 2012 (p) 47,5 Md € + 3,2 % (n - 1) Fiscalité 6 Recettes fiscales environnementales 6.1 → Montant total des recettes fiscales environnementales Source : SOeS 2012 (p) 40,5 Md € + 2,8 % (n - 1) 6.2 → Part des recettes fiscales environnementales dans les prélèvements obligatoires Source : SOeS 2012 (p) 4,4 % - 0,07 pt (n - 1) 6.3 → Part des recettes fiscales environnementales dans le PIB Source : SOeS 2012 (p) 2,0 % dont 1,6 % énergie + 0,02 pt (n - 1) + 0,01 pt (n-1) Investissements, recherche et innovation 7 Investissements verts 7.1 → Part des investissements consacrée à l’économie d’énergie dans l’industrie (réalisés et envisagés à court terme) Source : Insee 2012 (r) 2013 (r) 2014 (e) 2012 (réalisé) : 9 % 2013 (réalisé) : 9 % 2014 (envisagé) : 9 % 0,0 pt (n - 1) 8 Dépense en R&D pour l’économie verte 8.1 → Dépense de R&D pour la protection de l’environnement Source : SOeS 2012 (p) 4,3 Md € + 3,6 % (n - 1) 8.2 → Dépense publique de R&D pour l’investissement dans l’énergie verte (efficacité énergétique, EnR, stockage du carbone…) Sources : AIE, DRI 2012 424 M € - 12,5 % (n - 1) 9 Brevets verts 9.1 → Demandes de brevets internationaux dans des technologies liées à l’environnement (part des technologies vertes dans l’ensemble des demandes françaises) Source : OCDE 2011 785 (10,7 %) + 1,3 % (n - 1) 9.2 → Demandes de brevets internationaux dans des technologies liées à l’environnement (part de la France dans l’ensemble des demandes mondiales en technologies vertes) Source : OCDE 2011 4,30 % + 0,07 pt (n - 1) ETP : équivalent temps plein. Cases vertes : nouveaux indicateurs. Ensemble des indicateurs - Chiffres les plus récents Chiffres et statistiques n° 546 août 2014
  3. 3. 3Commissariat général au développement durable • Service de l'observation et des statistiques Indicateur 1.1 Emploi et formation - Emploi dans les éco-activités Indicateur 1.2 Emploi et formation - Emploi dans les éco-activités 0 20 40 60 80 100 120 140 160 180 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 (p) Emploi dans les éco-activités Indicebase100en1997 Emploi dans les éco-activités Emploi intérieur total 164 (447 500 ETP) 113 (25 457 200 ETP) Note : 2012 provisoire (p). Source : SOeS, comptes des éco-activités Lecture : les éco-activités regroupent les activités qui produisent des biens et services ayant pour finalité la protection de l’environnement ou la gestion des ressources naturelles. Entre 2004 et 2012, l'emploi dans les éco-activités a crû régulièrement : + 3,9 % en moyenne annuelle entre 2004 et 2012 contre + 0,3 % dans l’ensemble de l’économie. Ce dynamisme est surtout porté par le domaine des énergies renouvelables (+ 11,6 % en moyenne annuelle entre 2004 et 2012). L’agriculture biologique y contribue également dans une moindre mesure. La progression de l'emploi dans les éco-activités s'est toutefois fortement ralentie en 2012 (+ 0,3 %). Ce mouvement est dû pour l'essentiel à une contraction de l'emploi dans le domaine des énergies renouvelables. 0 50 100 150 200 250 300 350 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 (p) Emploi dans les principaux domaines des éco-activités (eau, déchets, énergie, activités transversales) Activités transversales Énergie (EnR et maîtrise de l'énergie) Déchets (hors déchets radioactifs) Eau (eaux usées et gestion durable de l'eau) Enmilliersd'équivalentstempsplein(ETP) 77 200 ETP 84 900 ETP 93 200 ETP 69 100 ETP Note : 2012 provisoire (p). Source : SOeS Lecture : l’emploi dans les quatre principaux domaines des éco-activités a crû en moyenne de 3,4 % par an entre 2004 et 2012. L’énergie est le domaine le plus dynamique, en particulier grâce aux énergies renouvelables (+ 11,6 % en moyenne annuelle entre 2004 et 2012). L'eau et les déchets, domaines historiques, connaissent une variation moyenne annuelle respective de - 1,0 % et de + 2,8 % entre 2004 et 2012. L'emploi dans les activités transversales qui comprennent les services généraux publics, la R & D et l'ingénierie a progressé de façon continue entre 2004 et 2012, à un rythme annuel moyen de + 4,1 %. Emploi et formation Chiffres et statistiques n° 546 août 2014
  4. 4. 4 Commissariat général au développement durable • Service de l'observation et des statistiques Indicateur 2.1 Emploi et formation - Inscriptions dans les formations initiales environnementales Indicateur 3.1 Emploi et formation - Flux d'emplois et tensions sur le marché du travail pour les métiers verts et verdissants 70 80 90 100 110 120 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 Nombre d'inscrits en dernière année d'une formation initiale en environnement! (par niveau de diplôme) Inférieur ou égal au Bac Bac + 2 Bac + 3 Supérieur ou égal à Bac + 5 Indicebase100en2008 Début du suivi des effectifs en formations environnementales de niveau supérieur ou égal à Bac +3 Mise en place de la réforme de la voie professionnelle (intégration des BEP au cursus des Bac pro) 70 957 inscrits Source : Céreq, base Reflet - MESR, Sise et BCP - Traitements : SOeS - Champ : France entière Lecture : les formations inférieures ou égales au Bac comprennent les effectifs de niveaux IV et V (BEP, CAP, Bac professionnel, Bac technologique, etc.). Les formations égales à Bac + 2 correspondent aux effectifs de niveau III (BTS, DUT), celles égales à Bac + 3 aux effectifs de niveau II (Licence LMD, Licence professionnelle). Les formations supérieures ou égales à Bac + 5 comprennent les effectifs de niveau I (Master, magistère, doctorat, diplôme d'ingénieur). Depuis 2008, début du suivi des effectifs en formations environnementales supérieures, le nombre d’inscrits en dernière année d’une formation initiale en environnement augmente progressivement (+ 2,3 % d’augmentation en moyenne par an). En 2011, on dénombre 70 957 inscrits, dont 44 % suivent une formation de niveau inférieur ou égal au Bac. 0 200 400 600 800 1 000 0 50 100 150 200 250 2010T1 2010T2 2010T3 2010T4 2011T1 2011T2 2011T3 2011T4 2012T1 2012T2 2012T3 2012T4 2013T1 2013T2 2013T3 2013T4 2014T1 Enmilliers Enmilliers Demandes et offres d'emploi sur le marché du travail pour les métiers verts et verdissants Demandeurs d'emploi enregistrées durant le trimestre (ABC) Offres d'emploi enregistrées durant le trimestre Demandeurs d'emploi inscrits en fin de période (ABC) 228 200 82 000 736 100 Séries trimestrielles CVS-CJO Sources : Dares, Pôle Emploi Lecture : en données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables (CVS-CJO), le flux de demandeurs d'emploi pour les métiers de l'économie verte augmente faiblement (+ 0,5 %) au cours du premier trimestre 2014 après une décroissance de 2 % au trimestre précédent. Parallèlement, le flux d'offres d'emploi pour les métiers de l'économie verte continue de décroître (- 4,2 % au premier trimestre 2014). À la fin du premier trimestre 2014, le nombre de demandeurs d’emploi pour les métiers de l’économie verte, en croissance régulière depuis le premier trimestre 2010, s’établit à près de 749 000 personnes. Chiffres et statistiques n° 546 août 2014
  5. 5. 5Commissariat général au développement durable • Service de l'observation et des statistiques Indicateur 3.2 Emploi et formation - Flux d'emploi et tension sur le marché du travail pour les métiers verts et verdissants Indicateur 4.1 Économie - Éco-activités 0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0,6 0,7 0,8 0,9 1 2010T1 2010T2 2010T3 2010T4 2011T1 2011T2 2011T3 2011T4 2012T1 2012T2 2012T3 2012T4 2013T1 2013T2 2013T3 2013T4 2014T1 Ratio de tension (offres/demandes d'emploi) sur le marché du travail pour les métiers verts et verdissants Métiers verts/verdissants Tous métiers BTP Tous métiers Industrie Tous métiers Tertiaire Séries trimestrielles, ratio CVS-CJO 0,37 Sources : Dares, Pôle Emploi - Traitements : SOeS, 2014 Lecture : pour les métiers de l’économie verte, l’indicateur de tension sur le marché du travail repart à la baisse au premier trimestre 2014 après une stabilité au cours du trimestre précédent. Depuis le premier trimestre 2011, le ratio de tension pour les métiers de l'économie verte décroît régulièrement. Sur 3 ans, la baisse atteint 18 offres pour 100 demandes. Cette tendance est conforme à celle observée pour les métiers des domaines professionnels du BTP et du tertiaire. 0 20 40 60 80 100 120 140 160 180 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 (p) Production dans les éco-activités (Évolution en euros courants) Production dans les éco-activités Production totale Indicebase100en2004 162 (85,0 milliards €) 125 (3 699 milliards €) Note : 2012 provisoire (p). Source : SOeS, comptes des éco-activités Lecture : la production dans les éco-activités est plus dynamique que dans l’ensemble de l’économie : + 6,2 % en moyenne annuelle entre 2004 et 2012 (en euros courants) contre + 2,8 % dans l’ensemble de l’économie. Elle augmente toujours à un rythme soutenu en 2012 (+ 5,6 %). Économie Chiffres et statistiques n° 546 août 2014
  6. 6. 6 Commissariat général au développement durable • Service de l'observation et des statistiques Indicateur 4.2 Économie - Éco-activités Indicateur 4.3 Économie - Éco-activités 0 5 10 15 20 25 30 35 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 (p) Valeur ajoutée dans les principaux domaines des éco-activités Activités transversales Énergie Déchets Eau Autres 32,0 milliards d'euros (1,6 % PIB) Enmilliardsd’euroscourants Note : 2012 provisoire (p). Source : SOeS, comptes des éco-activités Lecture : la valeur ajoutée totale des éco-activités a augmenté à un rythme annuel moyen de 5,9 % en euros courants entre 2004 et 2012 pour atteindre 32,0 milliards d’euros en 2012, soit 1,6 % du PIB. Ce rythme de croissance est bien plus élevé que celui du PIB, constat qui se vérifie également entre 2011 et 2012 (+ 8,5 % contre + 1,5 %). Les domaines de l’énergie, de l’eau et des déchets représentent 60 % de la valeur ajoutée des éco-activités. 40 60 80 100 120 140 160 180 200 220 240 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 (p) Exportations dans les éco-activités (Évolution en euros courants) Indicebase100en2004 Exportations dans les éco-activités Exportations totales 173 (9,1 milliards €) 128 (441,4 milliards €) Note : 2012 provisoire (p). Sources : SOeS, Douanes Lecture : les exportations dans les éco-activités ont augmenté en moyenne annuelle de 7,1 % entre 2004 et 2012 en euros courants. Elles sont nettement plus dynamiques que l'ensemble des exportations françaises (+ 3,1 %). La plus forte part de ces exportations concerne les matières premières recyclables dont les échanges sont très dépendants du prix des matières premières. Ainsi, entre 2008 et 2009, les échanges dans le domaine de la récupération (composé principalement de ces matières premières recyclables) ont été divisés de moitié, ce qui contribue à expliquer la chute des exportations dans les éco-activités. En 2012, ces dernières ont retrouvé leur niveau de 2008. Chiffres et statistiques n° 546 août 2014
  7. 7. 7Commissariat général au développement durable • Service de l'observation et des statistiques Indicateur 4.4 Économie - Éco-activités Indicateur 5.1 Économie - Économie de l'environnement -80 -70 -60 -50 -40 -30 -20 -10 0 0 0,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 (p) Balance commerciale des éco-activités Enmilliardsd'euroscourants + 3,2 milliards € - 67 milliards € Balance commerciale des éco-activités Balance commerciale totale (échelle de droite) Enmilliardsd'euroscourants Notes : 2012 provisoire (p). Sources : SOeS, Douanes Lecture : la balance commerciale dans les éco-activités est restée positive entre 2004 et 2012, contrairement à la balance commerciale totale. À la suite de la chute des exportations de matières premières recyclables, le solde commercial des éco-activités s'est fortement contracté en 2009, pour repartir à la hausse en 2010. Il croît spectaculairement (+ 2 Md€) en 2012 en raison d'une baisse des importations dans le domaine des énergies renouvelables, en particulier pour les cellules photovoltaïques. 90 95 100 105 110 115 120 125 130 135 140 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 (sd) 2012 (p) Dépense totale de protection de l’environnement Évolution en euros constants Dépense de protection de l'environnement PIB Indicebase100en2000(envolume) 133 114 Note : données 2011 semi-définitives, données 2012 provisoires. Sources : SOeS Lecture : la dépense de protection de l’environnement mesure l'effort financier des ménages, des entreprises privées et des administrations publiques pour la prévention, la réduction ou la suppression des dégradations de l'environnement, dans des domaines tels que la gestion des déchets et des eaux usées, la protection de l’air, des sols et de la biodiversité ou encore la lutte contre le bruit. En 2012, la dépense de protection de l'environnement atteint 47,5 milliards d'euros, en augmentation de 3,2 % par rapport à 2011, à prix courants. La hausse des prix des biens et des services environnementaux en constitue l'un des principaux moteurs. Une fois supprimé l'effet de l'inflation, la croissance en volume de cette dépense n'est en effet plus que de 0,9 % entre 2011 et 2012, dans un contexte toutefois de stagnation du PIB. Chiffres et statistiques n° 546 août 2014
  8. 8. 8 Commissariat général au développement durable • Service de l'observation et des statistiques Indicateur 6.1 Fiscalité - Recettes fiscales environnementales Indicateur 6.2 Fiscalité - Recettes fiscales environnementales 80 90 100 110 120 130 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 Montant total des recettes fiscales environnementales (Évolution en euros courants) Indicebase100en2000 UE-28 France 124 (40,5 milliards €) 125 (310,3 milliards €) Note : données 2012 provisoires. Sources : SOeS (France), Eurostat (UE) Lecture : les recettes fiscales environnementales désignent le produit de l'ensemble des taxes environnementales perçues par les administrations publiques (État et collectivités locales pour l'essentiel). Leur montant a crû de 24 % en valeur entre 2000 et 2012 en France. Cela représente une croissance annuelle moyenne des recettes fiscales environnementales de 1,8 %. Dans l'ensemble des pays de l'Union européenne, la progression des recettes fiscales environnementales entre 2000 et 2012 est similaire. 0 1 2 3 4 5 6 7 8 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 Part des recettes fiscales environnementales dans les prélèvements obligatoires France UE-28 En % 4,4 % 6,1 % Sources : SOeS (France), Eurostat (UE) Lecture : en 2012, les recettes fiscales environnementales (RFE) constituent 4,4 % du montant total des prélèvements obligatoires (impôts et cotisations sociales) en France contre 6,1 % dans l'Union européenne. Ce ratio est en légère diminution entre 2011 et 2012. Entre 2000 et 2012, le ratio a diminué sensiblement aussi bien en France que dans l'ensemble des pays de l'UE. Cette baisse traduit une progression des recettes fiscales environnementales moins rapide que celle des autres prélèvements fiscaux et sociaux. Ainsi, en France, les recettes de la TVA et de la CSG ont progressé nettement plus rapidement que le produit des taxes environnementales entre 2000 et 2012. Fiscalité Chiffres et statistiques n° 546 août 2014
  9. 9. 9Commissariat général au développement durable • Service de l'observation et des statistiques Indicateur 6.3 Fiscalité - Recettes fiscales environnementales par catégorie 0,0 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 3,0 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 Taxes sur les ressources Taxes sur la pollution Taxes sur les transports Taxes sur l'énergie Parts dans le PIB des recettes fiscales environnementales par catégorie 2,0 % En % Source : SOeS Lecture : en 2012, le montant total des recettes fiscales environnementales est constitué pour près des quatre cinquièmes de taxes sur l'énergie. Ces recettes représentent 1,6 % du PIB. La taxe intérieure sur la consommation de produits énergétiques apporte les trois quarts des recettes de cette catégorie. Seconde catégorie principale, celle des taxes sur les transports qui contribuent à 14 % du produit total des recettes fiscales environnementales. Il s'agit essentiellement de taxes sur les véhicules routiers (taxes sur les cartes grises ou sur les véhicules de société). Enfin, les taxes sur la pollution et les ressources (respectivement 6 % et 2 % des recettes), ont un poids plus faible. La taxe générale sur les activités polluantes et les redevances sur la pollution et les prélèvements de l'eau sont les plus importantes de cette catégorie en termes de recettes. 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 201420132012201120102009200820072006200520042003200220012000199919981997199619951994199319921991 Part des investissements consacrée à l'économie d'énergie dans l'industrie (investissements réalisés et envisagés à court terme) Prévisions 9 %9 % En % 9 % Note : 2014 : prévisions en octobre de l'année précédente ; de 1991 à 2013 : réalisations constatées en avril de l'année suivante. Secteur des industries manufacturières, industries extractives et autres. Source : Insee, enquête Conjoncture Lecture : depuis plus de vingt ans, la part des investissements industriels consacrés aux économies d’énergie est en augmentation régulière, passant de 3 % des montants investis en 1991 à 9 % en 2013. Les prévisions pour l'année 2014 font état d'une stabilisation à ce niveau. Indicateur 7.1 Investissements, recherche et innovation - Investissements verts Investissements, recherche et innovation Chiffres et statistiques n° 546 août 2014
  10. 10. 10 Commissariat général au développement durable • Service de l'observation et des statistiques Indicateur 8.1 Investissements, recherche et innovation - Dépense en R&D pour l'économie verte Indicateur 8.2 Investissements, recherche et innovation - Dépense en R&D pour l'économie verte 0 2 4 6 8 10 12 14 16 18 0 20 40 60 80 100 120 140 160 180 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 Dépenses de R&D pour la protection de l'environnement Part de la R&D dans la dépense de protection de l'environnement (%) Dépense de R&D en volume (indice base 100 en 2000) En % Indicebase100en2000(envolume) 9,1 % 162 Source : SOeS, 2014 Lecture : le périmètre des activités de R&D pour la protection de l’environnement englobe les travaux de recherche entrepris, tant par les entreprises privées que par les administrations publiques, pour élaborer de nouvelles applications dans le domaine de la protection de l’environnement. En 2012, la R&D environnementale représente une dépense de 4,3 milliards d’euros. Entre 2000 et 2012, ces dépenses ont crû en volume à un rythme pratiquement deux fois plus élevé que le total de la dépense de protection de l’environnement. Sur le long terme, cette hausse provient principalement des dépenses du secteur privé. Entre 2011 et 2012, au contraire, les administrations sont à l'origine de la croissance de la dépense, tandis que la contribution des entreprises diminue légèrement. 0 100 200 300 400 500 600 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 Dépense publique de R&D dans l'énergie verte (efficacité énergétique, énergies renouvelables…) Autres dépenses (stockage de carbone, piles à combustible…) Énergies renouvelables Efficacité énergétique Enmillionsd'euros 202 millions € 148 millions € 74 millions € Sources : DRI, AIE Lecture : l’énergie verte représentée ici comprend l’efficacité énergétique, les énergies renouvelables, la capture et le stockage de CO2 , l’hydrogène et les piles à combustible. La dépense publique de recherche et développement en matière d'énergie verte est principalement orientée vers l’efficacité énergétique (202 millions d’euros en 2012) et les énergies renouvelables (148 millions d’euros). Entre 2002 et 2012, la dépense publique de R&D consacrée à l’énergie verte a quadruplé en valeur, passant de 106 à 424 millions d'euros, ce qui représente un accroissement annuel moyen de 14,8 %. Toutefois, cette dépense a décru de 12,5 % entre 2011 et 2012. Les énergies renouvelables sont le seul domaine épargné par une baisse de dépense en 2012. Chiffres et statistiques n° 546 août 2014
  11. 11. 11Commissariat général au développement durable • Service de l'observation et des statistiques Indicateur 9.1 Investissements, recherche et innovation - Brevets verts 0 2 4 6 8 10 12 14 0 50 100 150 200 250 300 350 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 Part de brevets verts dans le total des demandes de brevets français Nombre de demandes de brevets verts Indicebase100en1999 10,7 % En % Indice 327 (785 demandes de brevets verts) Demandes de brevets internationaux dans des technologies liées à l'environnement (part des technologies vertes dans l'ensemble des demandes françaises) Note : demandes de brevets déposées en vertu du Traité de coopération en matière de brevets (PCT) dont l'inventeur réside en France. Source : OCDE Lecture : les brevets verts représentés ici correspondent aux demandes de brevets internationaux dans des technologies liées à l’environnement déposées en vertu du traité de coopération en matière de brevets (PCT) et dont l’inventeur réside en France. Depuis dix ans, le nombre de demandes de brevets verts déposées par la France s'est fortement accru, passant de 239 dépôts en 2001 à 785 dépôts en 2011. Un net ralentissement est cependant observé en 2010 et 2011. En dix ans, la part des demandes de brevets verts dans l'ensemble des brevets s'est considérablement accrue, passant de 4,8 % en 2001 à 10,7 % en 2011. 0 1 2 3 4 5 7 6 0 50 100 150 200 250 300 350 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 Part de la France dans le total modial des demandes de brevets verts (%) Demandes de brevets verts de la France (indice base 100 en 1999) Indicebase100en1999 En % 4,3 % Demandes de brevets internationaux dans des technologies liées à l'environnement (part de la France dans l'ensemble des demandes mondiales en technologies vertes) Indice 327 (785 demandes de brevets verts) Source : OCDE Lecture : depuis dix ans, le nombre de demandes de brevets verts émanant de la France en vertu du traité PCT a crû légèrement plus rapidement que pour l'ensemble des pays : + 12,6 % en moyenne annuelle entre 2001 et 2011 contre + 11,3 %. La part de la France dans le total mondial des demandes de brevets verts a peu varié sur les dix dernières années, entre 3,8 % atteint en 2001 et 4,9 % atteint en 2008. En 2011, la part des demandes de brevets verts émanant de la France est de 4,3 %. Indicateur 9.2 Investissements, recherche et innovation - Brevets verts Chiffres et statistiques n° 546 août 2014
  12. 12. www.developpement-durable.gouv.fr Chiffres & statistiques Définitions (TB IMEV) Éco-activités Les éco-activités regroupent les activités qui produisent des biens et services ayant pour finalité la protection de l’environnement ou la gestion des ressources naturelles. Niveaux de formations (environnementales) Les formations inférieures ou égales au Bac comprennent les effectifs de niveaux IV et V (BEP, CAP, Bac professionnel, Bac technologique, etc.). Les Bac + 2 correspondent aux effectifs de niveau III (BTS, DUT), les Bac + 3 aux effectifs de niveau II (licence LMD, licence professionnelle). Les formations supérieures ou égales à Bac + 5 comprennent les effectifs de niveau I (master, magistère, doctorat, diplôme d’ingénieur). Demandes d’emploi de la catégorie A, B et C Les catégories A, B, C regroupent tous les demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi qu’ils aient ou non exercé une activité réduite au cours du mois écoulé. CVS : données corrigées des variations saisonnière ; CJO : données corrigées des jours ouvrables. Ratio de tension sur le marché du travail Le ratio de tension est le ratio du flux d’offres d’emploi collectées par Pôle emploi durant le trimestre sur les entrées enregistrées à Pôle emploi durant la même période. Dépense de protection de l’environnement La dépense de protection de l’environnement mesure l’effort financier des ménages, des entreprises et des administrations publiques pour la prévention, la réduction ou la suppression des dégradations de l’environnement, dans des domaines tels que la gestion des déchets et des eaux usées, la protection de l’air, des sols et de la biodiversité ou encore la lutte contre le bruit. Recettes fiscales environnementales Les recettes fiscales environnementales désignent le produit de l’ensemble des taxes environnementales perçues par les administrations publiques (État et collectivités locales pour l’essentiel). Dépenses de recherche et développement pour la protection de l'environnement Le périmètre des activités de R&D pour la protection de l’environnement englobe les travaux de recherche entrepris, tant par les entreprises privées que par les administrations publiques, pour élaborer de nouvelles applications dans le domaine de la protection de l’environnement. Dépenses publiques de R&D dans l'énergie verte L’énergie verte représentée ici comprend l’efficacité énergétique, les énergies renouvelables, mais aussi la capture et le stockage de CO2 , l’hydrogène et les piles à combustible. Brevets dans des technologies liées à l'environnement Les brevets représentés ici correspondent aux demandes de brevets internationaux dans des technologies liées à l’environnement déposées en vertu du traité de coopération en matière de brevets (PCT) et dont l’inventeur réside en France. Guillaume Mordant Frédéric Nauroy Chiffres et statistiques n° 546 août 2014 Commissariat général au développement durable Service de l'observation et des statistiques Tour Voltaire 92055 La Défense cedex Mél : diffusion.soes.cgdd@ developpement-durable. gouv.fr Fax : (33/0) 1 40 81 13 30 Directeur de la publication : Sylvain Moreau ISSN : 2102-6378 © SOeS 2014

×