n l'an de grâce 1270 se trouvaient plusieurs châteaux dont un qui était le plus colossal. Il surmontait une grande colline...
- Mon armée n'est pas assez forte et rusée, répliqua le roi, seule une personne peut tuer cette bête, et cette personne c'...
la queue de l’abominable bête. Enfin libérée, elle remonta à la surface, reprit son souffle et attendit le monstre bien dé...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Groupe1

381 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
381
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
200
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Groupe1

  1. 1. n l'an de grâce 1270 se trouvaient plusieurs châteaux dont un qui était le plus colossal. Il surmontait une grande colline située dans le Cher de la France. Pour entrer dans le château, il fallait passer par le pont levis car la demeure du seigneur s'entourait d'un fossé. Après avoir passé le pont levis, une grande basse-cour abritait les animaux du seigneur et les paysans. Plus loin, se trouvait la haute-cour. Au milieu du château, se situait un donjon. Au tour du château, il y avait quatre tours reliées par des murailles surmontaient de créneaux et un chemin de ronde. Mais cette forteresse était menacée par un monstre. Cette créature saccageait les jardins du roi et mangeait ses animaux. Celui-ci ne pouvant plus supporter le monstre décida d'appeler Blanche de Bénévent à l’aide. Blanche possédait une chevelure rousse, lisse et longue luisante comme une flamme ardente avec des yeux couleurs émeraude. Son visage blanc comme la neige rendait ses yeux encore plus étincelants que les étoiles. Elle semblait mince et de taille moyenne. Elle était vaillante et courageuse. Sa grandeur faisait ployer ses ennemis au combat. Après de nombreux messages envoyés par le roi à la chevalière Blanche de Bénévent, celle-ci décida d'aller rencontrer le roi dans sa forteresse. Elle fut accueilli par les gardes qui l'amenèrent directement voir le roi. Le souverain assis sur son trône, regarda la chevalière et d'un ton calme lui dit : «- Bienvenue dans mon royaume. La chevalière la salut, tout en le regardant, et dit : - Mon roi pourquoi suis – je ici ? Le regard du roi s’assombrit. - Chevalière de Bénévent tout mon royaume est en danger. Nous sommes menacés depuis fort longtemps par un horrible monstre. - Monseigneur, dit la chevalière, il faudrait tout une armée pour venir à bout de ce monstre ! E
  2. 2. - Mon armée n'est pas assez forte et rusée, répliqua le roi, seule une personne peut tuer cette bête, et cette personne c'est vous ! Monseigneur comment pourrai-je à moi seule combattre une créature dont votre armée n'a pu tuer ? Le roi s'avança vers Blanche et dit : - Ce monstre ne doit pas être combattu par la force, mais par la ruse. - Mon roi pensez-vous que la ruse puisse venir à bout de cette créature ? - Oui car vous êtes une chevalière rusée, forte et loyale et votre loyauté envers moi vous aidera à le détruire. Blanche très honorée de ces mots conclut : - Je vais combattre ce monstre et le tuer pour vous votre majesté. Votre royaume retrouvera la paix. » Le souverain qui avait déjà vu la bête, la décrivit à Blanche. Sa tête de salamandre d'eau lui donnait un air féroce car ce crâne composé d'écailles lui offrait une vraie protection. Ses yeux bleus luisaient comme des étoiles. Son long coup était un grand avantage pour voir ses ennemis arriver de loin. La couleur bleu foncé de ses écailles auréolait autour de son corps. Celui- ci et ses ailes avaient une protection d'épines plus tranchantes que des épées. Sa grande queue lui permettait en un battement de détruire une maison. Ses pattes possédaient des griffes acérées pouvant couper n'importe quels matériaux. Notre héroïne resta dormir une nuit au château puis partit le lendemain, avec son épée, son arbalète et son armure d’or. Sur le chemin elle s'arrêta devant un lac pour se rafraîchir. Quand elle y fut parvenue elle vit dans l'eau l'horrible monstre qui remontait vers elle. Blanche bondit en arrière et prit son arbalète. Une fois sortit de l'eau la créature se précipita vers elle mais la jeune chevalière lui projeta une flèche dans la côte. Enragé et pris par la douleur, le monstre donna un coup de queue dans l’arbalète et se jeta sur Blanche qui était presque sans défense. L’ignoble animal la saisit et l’emmena dans le lac avec lui. Sous l’eau Blanche dégaina son épée et coupa
  3. 3. la queue de l’abominable bête. Enfin libérée, elle remonta à la surface, reprit son souffle et attendit le monstre bien déterminée à le tuer. Le dragon surgit et se rua sur elle. La créature lui planta une griffe dans l’épaule mais notre héroïne arriva à se dégager malgré ses blessures. Ils s’attaquèrent, le combat dura une éternité jusqu’à ce que Blanche lui transperce le coeur à l’aide de son épée. Le sang du monstre jaillit sur la chevalière puis il tomba en poussant un cri perçant et ne se releva pas. Blanche rentra au château épuisée et blessée, elle se fit soigner et assista au banquet organisé par le roi en son honneur. Le royaume retrouva la paix. Les auteurs : Janaïce, Alixe, Alicia, Ophélie

×