Sommaire
Édito
La réglementation sur les Déchets d’Équi-
pements Électriques et Électroniques est is-
sue d’une Directive ...
Secteur de la Chimie
Vers une relance des travaux,
sous pilotage industriel ?
Un nouveau classement
pour les alliages méta...
Reprend la parole
et entre en campagne
Lutte contre l’obsolescence programmée
Publication d’une clarification
par PROFLUID...
Vie de l’association  événements
+ d’infos : rnicolas@profluid.org
Congrès PROFLUID 2015
ACHEMA 2015
Réunions PROFLUID
Jeu...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

PROFLUID Infos N°71 - Avril 2015

731 vues

Publié le

Revue trimestrielle de l'association française des pompes et agitateurs des compresseurs et de la robinetterie

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
731
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
79
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

PROFLUID Infos N°71 - Avril 2015

  1. 1. Sommaire Édito La réglementation sur les Déchets d’Équi- pements Électriques et Électroniques est is- sue d’une Directive européenne, la DEEE ; elle s’applique à un spectre de produits de plus en plus large, du ménager au profes- sionnel. Certains de nos équipements re- joignent désormais la famille des produits pour lesquels le producteur sera légalement responsable de sa fin de vie : collecte puis recyclage. Toutes les études montrent que le recyclage des équipements majoritairement métal- liques que sont les pompes, les compres- seurs ou les moteurs/actionneurs est une activité économiquement viable. Le cuivre, les laitons, l’inox sont récupérés, triés et va- lorisés dans des filières existantes. L’objectif de la réglementation ne peut donc pas être de transformer profondément le traitement en fin de vie, comme cela a pu l’être pour certains appareils électroménagers qui fi- nissaient enfouis ou incinérés avec les or- dures ménagères. La valeur ajoutée des systèmes que nous devons mettre en place sera plutôt de favoriser des conditions de dépollution et de traitement irréprochables d’un point de vue environnemental et social, ainsi que d’assurer un minimum de traçabi- lité. La réalité économique des filières ac- tuelles doit être prise en compte. Les premières études lancées par PRO- FLUID pour favoriser la mise en place d’une filière de recyclage responsable datent de 2013. Depuis fin 2014, avec la parution des derniers textes réglementaires, le travail s’est concentré sur la mise en place d’une boîte à outils pour aider les industriels : po- sitions professionnelles, modèles de cour- rier, guides, que ce soit sur le champ d’application ou sur les actions à mettre en œuvre dans les entreprises. Ces travaux se font de manière collégiale avec les différents syndicats concernés et avec le soutien de la FIM qui a publié un guide sur cette régle- mentation en décembre dernier. La réglementation laisse aux producteurs la responsabilité de mettre en place des solu- tions individuelles ou collectives à travers des éco-organismes. Pour le secteur du bâti- ment, un certain nombre d’éco-organismes sont bien en place, mais les secteurs de l’énergie, de l’industrie, et du cycle de l’eau, ne sont pas encore couverts. PROFLUID est donc en contact régulier avec les différentes parties prenantes susceptibles de nous aider dans ce domaine. Les communications et recommandations autour de ce thème seront nombreuses dans les mois qui viennent ; ce sujet fera également l’objet d’une table ronde lors de notre prochain Congrès qui se tiendra à La Baule les 4 et 5 juin prochains. Recyclage des équipements Faire plus et mieux ! Résultats de l’enquête « recrutement » de la profession Cette nouvelle thématique mobilise fortement les adhérents et les permanents de PROFLUID, et il y a urgence : la nouvelle réglementation va nous obliger à trouver des solutions dans les mois qui viennent. ASSOCIATION FRANÇAISE DES POMPES ET AGITATEURS, DES COMPRESSEURS ET DE LA ROBINETTERIE Laure HELARD, Déléguée Générale de PROFLUID Actualités Àsuivre... Viedel’association de l’effectif contre 4,7 % en 2013 de l’effectif Recrutements menés en 2014 Prévisions de recrutements en 2015 (CDI et CDD) Estimation des recrutements (tous contrats confondus) postes en 2015 5,6% %4,2 1000 Chiffres clés Grand ménage de printemps dans notre revue PROFLUID Infos : un nouveau format, une nouvelle maquette pour plus de clarté et un meilleur impact des articles. Malgré tout, vous le constaterez à la lecture, le fond reste, avec les « actualités », notre rubrique « à suivre » et la « vie de l’association ». De la continuité donc, mais la volonté de mieux mettre en lumière nos actions et nos résultats. En effet, depuis le début de l’année, nous n’avons jamais été autant en contact avec les pouvoirs publics pour débattre de textes qui peuvent grandement impacter notre secteur. La mise en place de la Responsabilité Élargie du Producteur (voir l’article ci- contre) en est un bel exemple, comme celui des projets de classification sur les alliages au plomb ou les indications d’origine des équipements. La santé, l’environnement sont des préoccupations constantes de notre secteur depuis des années et ne sont pas incompatibles avec une production européenne de qualité, nous le démontrons et souhaitons continuer à le démontrer avec les entreprises adhérentes de PROFLUID encore longtemps ! Avril 2015#71infos Près de « Toutes les études montrent que le recyclage des équipements majoritairement métalliques (...) est une activité économiquement viable. »
  2. 2. Secteur de la Chimie Vers une relance des travaux, sous pilotage industriel ? Un nouveau classement pour les alliages métalliques ? Mise à jour de la liste Bonnes pratiques Clients-Fournisseurs Produits en contact avec l’eau potable Teneur en plomb Loi Macron Biens à Double Usage Les industriels concernés (et parfois consternés…) par la problématique des agréments pour contact avec l’eau potable se sont réunis au sein d’un consortium informel au niveau européen. Des discussions sont actuellement en cours au niveau de l’Europe sur la fixation d’une concentration limite spécifique en plomb dans les alliages métalliques. L’une des positions soutenues par plusieurs pays dont la France consisterait à classer comme « toxiques pour la reproduction, de niveau 1A » les alliages contenant plus de 0,03 % de plomb. Le GIFIC, AXELERA et la CDAF ont présenté le 26 janvier dernier leur guide des bonnes pratiques dans les relations Clients-Fournisseurs de la Chimie. 70 participants ont été reçus au Palais du Luxembourg en présence de M. Jean-Pierre RAFFARIN. Le guide dédié aux Biens à Double Usage de PROFLUID a été remis à jour sur la base du nouveau règlement ; les informations relatives à la Russie ont également été rajoutées. Les discussions se poursuivent sur le contenu de ce texte, PROFLUID avec la FIM est mobilisé sur deux volets de cette loi. + d’infos : memzivat@profluid.org + d’infos : technics@profluid.org L’objectif est essentiellement de peser plus lourd dans les discus- sions avec les administrations, notamment la Commission Euro- péenne (DG Croissance et DG Environnement) et le groupe des 4 MS, et de « prendre la main » en proposant une solution issue de l’expérience et des travaux des industriels. Ce consortium, auquel participe PROFLUID via le CEIR et EURO- PUMP, a d’ores et déjà rencontré la Commission Européenne pour discuter des travaux en cours au- tour du Mandat 136 et de la Di- Après consultation de nos adhé- rents, nous avons réagi pour ex- primer nos inquiétudes et notre rective Eau Potable. La tendance serait à une révision de la Direc- tive Eau Potable qui pourrait lais- ser la place à un système euro- péen plus simple, basé sur l’évaluation des produits finis et non plus un système en cascade (substances, matériaux, produits finis) comme c’est actuellement le cas. En effet, les industriels re- prochent tout d’abord au système actuel de reposer essentiellement sur les agréments des matériaux, pour lesquels ils sont complète- ment tributaires des fournisseurs. À suivre ! préoccupation. Il n’est pas exclu que des teneurs supérieures à 0,03 % soient présentes dans certains aciers ou certaines fontes, ou que dans le futur, ces seuils soient atteints compte-te- nu des pratiques de recyclage des métaux, pratiques à encou- rager pour préserver les res- sources naturelles. Quand aux alliages non ferreux, les teneurs en plomb peuvent varier entre 0,1 et 3 % selon les alliages. Les sites industriels de notre secteur qui utilisent des métaux non fer- reux représentent une trentaine d’usines pour environ 4 000 sa- lariés. Il s’agit majoritairement de robinetterie pour le bâtiment, constituéedelaitonoudebronze. Outrecessites,ilfautprendreen compte les sous-traitants, soit des fonderies lorsqu’elles ne sont pas intégrées, soit le décolletage et l’usinage de pièces ou encore leur matriçage. Les conséquences sur la compé- titivité des sites industriels fran- çais sont à considérer : investis- sements, image des produits, solutions de substitutions qui rendraient obsolètes les outils de productionactuels...PROFLUID continuera à suivre de près ce dossier avec le soutien de la FIM, et nous demandons à ce que la fixation des seuils soit basée sur le résultat d’études scientifiques reconnues par tous. Actualités Le GIFIC (Groupement Inter- professionnel des Fournisseurs de l’Industrie Chimique) et la CDAF (Compagnie des Diri- geants et Acheteurs de France) ont créé début 2014 un groupe de travail et de dialogue « Rela- tions Clients-Fournisseurs dans le secteur de la Chimie ». Le pôle de compétitivité AXELERA et les ingénieries ont rapidement rejoint cette initiative. Ce groupe de travail est constitué d’un col- lège Chimistes et d’un Collège Équipementiers et réunit envi- ron 25 personnes. Fruit de plusieurs réunions qui se sont tenues en 2014, un guide de bonnes pratiques dans la fi- lière a été élaboré. Ce guide aborde 5 thématiques retenues conjointement par les 2 collèges : équité financière, identification des acteurs dans les organisa- tions respectives, accompagne- ment à l’international, innova- tion et coût total de possession, responsabilité sociétale des en- treprises. À l’occasion de cette présentation, une séance de si- gnatures de la charte « Relations fournisseur responsables » a été également organisée avec 12 si- gnataires. Un comité de suivi sera mis en place dès cette année et sera chargé d’approfondir les recom- mandations proposées dans le guide, de veiller à leur bonne application et de faciliter le dia- logue entre les acteurs de la fi- lière. Les Biens à Double Usage (BDU) sont les équipements et techno- logies susceptibles d’avoir une utilisation tant civile que mili- taire. À ce titre, l’exportation de ces équipements est contrôlée, pour lutter contre la proliféra- tion d’armes non convention- nelles. Une réglementation eu- ropéenne liste les catégories d’équipements soumis à licence d’exportation, en se basant sur les travaux de groupes d’experts internationaux (la majorité des pays occidentaux ont instauré un contrôle similaire). LalistedesBDUaétémiseàjour fin 2014, via le Règlement euro- péen 1382/2014/UE. Peu de changements sont apparus ; néanmoins, la profession de la robinetterie industrielle devrait être affectée. En effet, le libellé « 2B350g », qui identifie les ro- binets potentiellement utili- sables pour la synthèse d’armes chimiques, a été remanié et en- globe dorénavant un panel plus large de produits. Ce libellé était pourtant déjà l’un de ceux qui génèrent le plus de demandes de licences ! C’est l’occasion de rappeler que ce statut de BDU n’est pas une interdiction d’exporter mais simplement l’obligation d’obte- nir l’aval des pouvoirs publics. Les procédures pour obtenir ces licences ont été fluidifiées et les délais de réponse réduits ; ils de- vraient encore être améliorés avec la mise en place de la déma- térialisation des demandes. Le guide à jour est disponible sur l’extranet. Les indications d’origine Un amendement prévoit de sanctionner comme une trom- perie le fait d’apposer un dra- peau bleu blanc rouge sur un produit vendu en France qui ne bénéficie pas d’une appellation d’origine ou d’une indication géographique, ou encore d’une certification attestant qu’il est fabriqué en France. À ce jour, il n’existe pour ce faire que le label « Origine France Garantie ». Cette disposition reviendrait donc à sanctionner les indus- triels produisant en France etqui communiquent à leurs clients sur l’origine française des produits sans passer par une certification externe. La profession s’est pro- noncée contre cette disposition ; ce qui importe c’est que l’entre- prise qui appose un « Made in » ou des signes marquant une ori- gine française, ne le fasse pas de manière mensongère ou trom- peuse, qu’elle passe ou pas par une certification. Un amende- ment de suppression de cette disposition a été déposé par la FIM. Les conventions entre la distribution et les fournis- seurs Ces conventions sont prévues et ont été rendues obligatoires par la LME (Loi de Modernisation de l’Économie). Malgré tout, la Loi Hamon est venue durcir les conditions d’application de ces conventions avec entre autres éléments : - Intangibilité du prix au cours de l’année - Signature des conventions à date fixe - Amendes pouvant aller jusqu’à 375 K€ par convention non signée En commun avec la CGI (Confé- dération Française du Com- merce Interentreprises), la FIM a déposé un amendement visant à exclure la distribution indus- trielle de ces dispositions. Les discussions se poursuivent au Sénat pour adapter le texte à nos professions et assouplir les conditions devenues extrême- ment rigides. Plusieurs options sont étudiées et devraient per- mettre de revenir à une applica- tionraisonnéedecesconventions qui, bien appliquées, peuvent être un réel outil de dialogue entre les partenaires commer- ciaux. Deux dispositions qui mobilisent la profession PROFLUID INFOS | #71 | AVRIL 20152
  3. 3. Reprend la parole et entre en campagne Lutte contre l’obsolescence programmée Publication d’une clarification par PROFLUID La maquette numérique du bâtiment prête à se déployer en France ? La Marque NF Pièces de rechange Nouvelles Directives et dispositions transitoires BIM Des travaux menés en 2014, par AFNOR Certification, ont contribué à dégager de nouveaux axes d’évolution pour la certification NF. L’un des axes prioritaires est de remettre la certification NF sur le devant de la scène. L’indication de la durée de disponibilité des pièces de rechange pour les produits de consommation est désormais obligatoire. Entre avril et juin 2014, de nombreuses Directives européennes ont fait l’objet d’une refonte : Directives ATEX 2014/34/UE, Basse Tension 2014/35/UE, Compatibilité Électromagnétique 2014/30/UE ou encore Équipements Sous Pression 2014/68/UE. Après une mission sur la transition numérique dans le bâtiment en 2014, l’installation d’un plan du même nom en février dernier, les pouvoirs publics semblent bien décidés à favoriser le développement du BIM, Building Information Model, en France ; un budget de 20 millions d’Euros sera d’ailleurs affecté à la promotion de la maquette numérique. + d’infos : cbochaton@profluid.org Dans un contexte où la profusion de repères d’achats entraîne la confusion des consommateurs, NF reste un gage de qualité et de fiabilité. Le logo NF est une marque au ser- vice des Marques valorisant leur engagement et leur performance. C’est pourquoi la certification NF – produits, services et environne- ment – a décidé de porter à la connaissance du plus grand nom- bre les valeurs de sa certification et de reprendre la parole. L’objectif de communication est double : sensibiliser les consom- mateurs pour faire de NF une évi- dence en matière d’achats et mieux mobiliser les profession- nels pour faire de NF un outil de compétitivité économique. Une grande campagne de com- munication a ainsi été lancée en Dans l’objectif de favoriser une consommation durable et no- tamment la réparation des équi- pements, la loi Hamon du 17 mars 2014, complétée par le dé- cret du 9 décembre 2014, ins- taure de nouvelles obligations pour les biens de consomma- tion. En effet, à compter du 1er mars 2015, deux nouvelles obli- gations apparaissent : Ces Directives seront pleine- ment applicables en 2016, né- cessitant des ajustements docu- mentaires et administratifs pour les fabricants (changement du numéro de Directive sur les dé- clarations de conformité par ex- emple). Un tel changement du jour au lendemain n’est pas possible in- dustriellement ; les exigences techniques n’ayant pas évolué, PROFLUID a publié un docu- ment de clarification. Il est ainsi proposé que les fabricants aient janvier dernier comprenant : - un film publicitaire humo- ristique et décalé diffusé à des heures de grande écoute, - une annonce presse institu- tionnelle, destinée davantage aux professionnels, dans des quotidiens et des périodiques nationaux, - une refonte du site www.marque-nf.com Plus qu’une simple campagne, c’est tout un territoire graphique qui a été développé afin de per- mettre une nouvelle mise en scène des logos NF. Une étiquette qui fait bénéficier d’un plus grand impact sur tous les supports et dans toutes les situations. La si- gnature est là pour faire connaître le métier de certification et se concentresurunbénéficeunique : la sérénité. - Le fabricant (ou l’importateur) doit informer le « vendeur professionnel » de la durée de disponibilité des pièces déta- chées indispensables à l’utili- sation des biens. La liste des pièces et cette durée relèvent de la décision du seul fabricant (ou importateur). C’est ensuite le vendeur professionnel qui informe le consommateur. la possibilité de déclarer leurs équipements conformes aux deux versions des Directives, sous réserve d’indiquer claire- ment les dates d’application. La situation concernant les certifi- cats de conformité délivrés par des Organismes Notifiés est éga- lement explicitée. Cette position téléchargeable sur l’extranet a été partagée avec l’administration (Direction Générale des Entreprises), qui pourrait la porter au niveau eu- ropéen. À suivre... Une impulsion réglementaire Il était temps : la France rejoint ainsi les pays nordiques, l’Angle- terre et même l’Allemagne, qui tous ont pris des initiatives va- riées pour développer ces tech- nologies. L’Europe l’a compris, qui prévoit dans sa feuille de routederendreobligatoireleBIM danslesmarchéspublics,comme l’Angleterre va le faire à partir de 2016 pour les chantiers de plus de 5 M. de £. En France, les discussions avancent en parallèle sur la carte Vitale du bâtiment qui s’appuie- rait sur les mêmes outils ; le BIM pourrait également être obliga- toire en 2017 pour les marchés publics, selon des modalités qui restent à définir. Le BIM, en quelques mots C’est une maquette qui, à partir desinformationsproduits(modé- lisation 3D et propriétés asso- ciées) permettrait aux différents acteurs intervenant sur le projet (maitre d’ouvrages, architectes, bureaux d’études, économistes, metteurs en œuvre) de partager grâce à des outils interopérables lesdifférentesétapesdeconstruc- tion, d’exploitation, voire de déconstruction du bâtiment. Rien de révolutionnaire d’un point de vue technique, le sec- teur de l’aérospatiale l’a déjà mis en œuvre avec la plate- forme Boost Aerospace qui per- met aux milliers de sous trai- tants de partager des informa- tions avec les donneurs d’ordre ou les équipementiers de rang 1. La normalisation, passage incontournable Pour le bâtiment, comme pour l’aérospatiale, le ferroviaire, l’au- tomobile ou le nucléaire, les normes internationales sont in- dispensablespourdéfinircequ’il faut décrire, comment, sous quel format, avec quelles règles… Les normesinternationalesdunumé- rique font l’objet de travaux au seindeplusieursgroupesdenor- malisation ; pour le bâtiment, ce sontlesIFC,IndustryFoundation Class, langage commun retenu et promu par l’association inter- nationale Building Smart et sa branche française, Media- construct. L’Europe est également en train de mettre en place une commis- sion de normalisation CEN sur le BIM. Et pour les fabricants ? Les fabricants sont confrontés à plusieurs dilemmes. Comment répondre aux besoins émergents dumarchéalorsquelesrèglesdu jeu ne sont pas complètement figées ? Comment sélectionner les propriétés des produits alors que la norme qui y répond est au stade expérimental en France et vientjusted’êtreportéeauniveau européen ? Quels choix techno- logiques pour faire face à des éditeurs soit de catalogues, soit d’outilsmétiersquitousn’offrent pas une garantie d’interopérabi- lité et donc de pérennité de leurs solutions ? Malgré tout, la de- mande est réelle, les industriels des pays les plus avancés ont commencé à décrire leurs pro- duits, il ne faut donc pas se lais- ser distancer. La norme PPBIM Cettenormeexpérimentaledéve- loppéeauseind’unecommission BIM Afnor présente le mérite de vouloir faire dialoguer les diffé- rents dictionnaires entre eux. Il semble totalement illusoire d’imaginer n’avoir qu’un seul dictionnaire décrivant les pro- priétés de tous les produits dans touslespays,delamêmemanière qu’il n’y aura jamais une base unique de données des produits. Cette norme ambitionne donc d’harmoniser les propriétés pro- duits et au final, pour les fabri- cants,derationaliserletravailde description des produits. Une expérimentation en France sur labasedecettenormevaprochai- nementdémarrer,avecuncertain nombre de professions volon- taires. - Le fabricant doit fournir les- dites pièces aux réparateurs et vendeurs professionnels qui en font la demande pendant la période de disponibilité an- noncée, et ce, sous un délai maximum de deux mois. La direction juridique de la FIM a réalisé une note complète sur ce sujet, notamment sur le champ d’application, les moda- lités d’informations et les sanc- tions encourues en cas de man- quement. www.marque-nf.com + d’infos : technics@profluid.org 3
  4. 4. Vie de l’association événements + d’infos : rnicolas@profluid.org Congrès PROFLUID 2015 ACHEMA 2015 Réunions PROFLUID Jeudi 9 avril Département Cycle de l’eau Mercredi 15 avril Conseil d’Administration Jeudi 16 avril Section Robinetterie industrielle Mardi 19 mai Section nucléaire Vendredi 19 juin Département Bâtiment Sanitaire Jeudi 2 juillet Département Industrie Vendredi 11 septembre Réunion du VIMEU Les manifestations SEPEM Industries / Sud-Est Salon des services, équipements, process et maintenance Du 2 au 4 juin 2015 • AVIGNON www.sepem-industries.com KIMIA Africa Salon des matières premières et des technologies pour la Chimie et le Laboratoire Du 6 au 8 octobre 2015 • CASABLANCA (Maroc) Contact : memzivat@profluid.org World Efficiency Salon et Congrès des solutions pour les ressources et le climat Du 13 au 15 octobre 2015 • PARIS Porte de Versailles www.world-efficiency.com Congrès Mondial du Gaz Du 1er au 5 juin 2015 • Paris Porte de Versailles www.wgc2015.org Organisé tous les 3 ans à Francfort, l’ACHEMA est le lieu de rencontre in- ternationale à ne pas manquer de la communauté des professionnels de l’industrie des procédés et des biotechnologies. Tous les fournisseurs sont présents, des laboratoires de re- cherche et d’innovation, à l’ingénierie de projets, en passant par la fourniture d’équipements et machines de process mécanique et thermique, de robinetterie industrielle, de solutions pour la protection environnementale, ou encore d’instruments et appa- reils d’analyse, contrôle et d’automatisation des procédés. L’ACHEMA en chiffres c’est quelques 3 800 exposants de plus de 50 pays, 170 000 participants de plus de 100 pays dont 30 000 cadres dirigeants. + d’infos : www.achema.de À vos agendas ! Département Industrie Cette première réunion du Département Industrie de l’année 2015 s’est révélée être un véritable succès ! Avec une très forte mobilisation des adhérents. Technip est venu exposer son mode de fonctionnement avec les équipementiers ainsi que différents projets. Air Liquide a présenté l’entreprise ainsi que leur baromètre interne sur les relations avec leurs fournisseurs. 10 février Conférence Fabrication additive (impression 3D) Co-organisée avec le CETIM, ce sujet dans l’air du temps a réuni une trentaine d’adhérents. De nombreux doutes techniques et juridiques ont été soulevés ; néanmoins la rapidité des progrès technologiques est telle que les industriels ont tout intérêt à rester informés des possibilités offertes par ces nouveaux moyens de production ! 12 février Section agitation-mélange Un important programme de travail après la reprise ! La section agitation-mélange de PROFLUID, après avoir initié de nombreux travaux collectifs (via le CETIM et l’UNM), ne s’était pas réunie depuis longtemps. Les industriels de ce secteur ont donc profité de cette réunion pour fixer de nouveaux axes de travail ambitieux. 17 février Réunions Europump Les Commissions et le Council se sont réunis à Bruxelles en janvier, avec en ligne de mire les prochaines étapes de la Directive Ecodesign. Ont ainsi été actés le lancement de différentes études de la profession en support à cette Directive ainsi que la publication d’une brochure « Ecopump » expliquant les différentes actions d’Europump à l’ensemble des parties prenantes. 20 au23 janvier Le forum mondial de l’industrie des procédés Principaux intervenants : • Jean-Marc JANCOVICI, Président de « The Shift Project », spécialiste de l’énergie • Denis FERRAND, Directeur Général de Coe-Rexecode • Stéphane CASSEREAU, Directeur Général de l’Institut de Recherche Technologique (IRT) Jules Verne à Nantes Visites de sites industriels : MAN Diesel Turbo AIRBUS à Saint-Nazaire Inscription programme : www.profluid.org/congres2015 Bienvenue ! Envoyez vos communiqués à : ASSOCIATION FRANÇAISE DES POMPES ET AGITATEURS, DES COMPRESSEURS ET DE LA ROBINETTERIE Directrice de la publication : Laure HELARD Conception Réalisation : ComNext Crédit photo page 1 : KSB 45, rue Louis Blanc - 92400 Courbevoie Tél. : +33 1 47 17 62 98 E-mail : profluid@profluid.org www.profluid.org Roxane NICOLAS r nicolas@profluid.org Tél. +33 (0)1 47 17 62 84 Vous voulez nous faire part d’un de vos projets phares, d’une innovation produit ou tout autre sujet lié à votre activité et/ou votre entreprise ? 4 5 juin 2015 - Hôtel Hermitage Barrière à La Baule Nouveau Directeur Général SULZER Nouveau Directeur Juridique de la FIM Sandro COLLETTI est Directeur Général de Sulzer Pompes France depuis le 1er  janvier 2015. Diplômé de l’INSA Lyon, il a commencé sa carrière comme ingénieur contrat pour équipements neufs puis il a rejoint le groupe Sulzer en 2003 à Madrid comme ingénieur du service après-vente, dont il a pris la direction en 2008. Patrick GAILLARD a rejoint la FIM le 5 janvier dernier au poste de Directeur Juridique. Ses coordonnées : 01 47 17 61 76 pgaillard@fimeca.org Rendez-vous à Francfort, du 15 au 19 juin 2015. Congrès européens Congrès EUROPUMP Comité européen des constructeurs de pompes Du 7 au 9 mai • DRESDE (Allemagne) Inscription : www.europump2015.com Congrès CEIR Comité Européen des Industries de la Robinetterie Du 11 au 13 juin • HARROGATE (Angleterre) Inscription : www.ceircongress2015.blogspot. co.uk Congrès PNEUROP Comité européen des constructeurs de compresseurs, pompes à vide et outils à air comprimé Du 25 au 27 juin • STRATFORD (Angleterre) Inscription : www.pneuropplenary2015.eu #71infos 4

×