2 3
AVANT-PROPOS//
Paris Seine Normandie® est un projet de développement économique, s’appuyant sur les atouts des entrepr...
4 5
SOMMAIRE//
1. LA CONSTRUCTION D’UN « ÉCOSYSTÈME DYNAMIQUE » P.6
Le projet Paris Seine Normandie vise à faire émerger u...
6 7
1.LACONSTRUCTIOND’UN«ÉCOSYSTÈMEDYNAMIQUE» //
Dans la compétition des « villes-mondes » qui concentrent les
populations...
8 9
2.HORIZON2030: LETERRITOIREDEL’EXCELLENCEDESFLUX//
En2030,ParisSeineNormandieestunécosystèmeexemplaireetmondialementco...
10 11
La force de cette vision aura été de se voir partagée par tous les
acteurs et d’avoir pu s’appuyer sur :
 le concept...
Cumul des investissements 2009 - 2013
er
e
e
e
e
e
1705
1340
1142
753
823
721
550
647
602
518
Face à la multiplication des...
L’enjeu de la construction d’une identité économique
attractive propre à Paris Seine Normandie doit donc intégrer :
 La co...
3.2.2. Réseaux d’entreprises, territoriaux et thématiques : vers un réseau des réseaux
Il est donc proposé de mettre en pl...
L’ambition affichée à travers le maillage et l’interaction entre les réseaux du territoire Paris Seine Normandie est bien
...
3.3.2. La Supply Chain industrielle et logistique et le Seine Valley Community System
au fondement du modèle de développem...
3.4.3. Faciliter l’adaptation et le recrutement de la main-d’oeuvre
Les dirigeants d’entreprises qui recrutent expriment
f...
Le portefeuille d’actifs économiques du territoire de la vallée
de la Seine constitue potentiellement un véritable écosyst...
Le projet Paris Seine Normandie implique une capacité d’action inédite à cette échelle et la maitrise d’une grande complex...
Affirmer le positionnement mondial du territoire, renforcer
l’efficacité collective des entreprises, construire le Seine
V...
Undispositifd’accompagnementdesPMEà
l’améliorationdesperformancesindustrielles,
logistiquesetenvironnementales :
 Programm...
FICHES-ACTIONS
34 35
Récapitulatif du premier programme d’actions proposé par Paris Seine Normandie® (2015/2017)
FILIÈRES
 SECTEURS D’EXC...
paris-seine-normandie: un nouveau territoire économique
paris-seine-normandie: un nouveau territoire économique
paris-seine-normandie: un nouveau territoire économique
paris-seine-normandie: un nouveau territoire économique
paris-seine-normandie: un nouveau territoire économique
paris-seine-normandie: un nouveau territoire économique
paris-seine-normandie: un nouveau territoire économique
paris-seine-normandie: un nouveau territoire économique
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

paris-seine-normandie: un nouveau territoire économique

268 vues

Publié le

Construire le territoire économique du Très Grand Paris,
métropole maritime mondiale du XXIeme siècle.


Les CCI de Normandie et Paris Ile-de-France œuvrent ensemble depuis 2011 auprès des entreprises et des filières économiques de la Vallée de Seine, dans le but de construire un projet de développement ambitieux et inédit, à l'échelle d'un territoire reliant l'Ile-de-France et la Normandie : à l’horizon 2030, le territoire de la vallée de la Seine, organisé - du Grand Paris au littoral normand - en Gateway industriel, logistique, numérique, énergétique et environnemental efficace, sera l’une des principales portes d’entrée et de sortie économique du Continent européen et de son marché intérieur.

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
268
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
8
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

paris-seine-normandie: un nouveau territoire économique

  1. 1. 2 3 AVANT-PROPOS// Paris Seine Normandie® est un projet de développement économique, s’appuyant sur les atouts des entreprises et des territoires qui en sont les parties prenantes, au-delà de la stricte définition d’un espace géographique ou d’un territoire administratif. Paris Seine Normandie® vise à faire émerger un écosystème dynamique d’acteurs privés et publics réunis dans la poursuite d’une ambition : faire du territoire de la vallée de la Seine, organisé - du grand Paris au littoral normand - en gateway industriel, logistique, numérique, énergétique et environnemental efficace, l’une des principales portes d’entrée et de sortie économique du continent européen et de son marché intérieur. L’association Paris Seine Normandie®, créée à l’initiative des CCI de Normandie et Paris Ile-de-France, propose aux entreprises, aux filières, aux pôles de compétitivité et aux pouvoirs publics nationaux, régionaux et locaux une démarche fédérative, opérationnelle, innovante pour contribuer à la réussite d’un grand projet de relance économique, d’aménagement du territoire et de développement équilibré pour le 21ème siècle. Ce document, élaboré à partir du travail conduit auprès des filières et secteurs d’excellence du territoire à la suite des rencontres économiques organisées par les CCI en 2011 et 2012, vise à formuler la stratégie à mettre en œuvre pour construire, avec les entreprises de la vallée de seine, un projet d’optimisation durable de tout un territoire, qui intègre le cœur de métier des compétences industrielles, l’excellence de toutes les mobilités, ainsi que l’efficience énergétique et environnementale des activités économiques. Les chiffres-clés du projet de territoire Paris Seine Normandie > 15,2 millions habitants, soit près du quart du total de la France métropolitaine > 7,2 millions emplois, soit 28,2 % du total de la France métropolitaine > 1,16 million d’établissements, soit un quart du total de la France métropolitaine > 14 000 hectares de réserves foncières pour des implantations industrielles et logistiques > 128 millions de tonnes de trafics maritimes et fluviaux, soit un tiers du total de la France métropolitaine > 1er territoire logistique de France avec près de 500 000 emplois liés à la fonction logistique, soit 11% de l’emploi total de l’axe Seine et presque un quart du total de la France métropolitaine 1er territoire industriel de France avec près de 700 000 emplois dans l’industrie, soit un cinquième de l’emploi industriel métropolitain total 10 pôles de compétitivité, dont 3 de classe mondiale
  2. 2. 4 5 SOMMAIRE// 1. LA CONSTRUCTION D’UN « ÉCOSYSTÈME DYNAMIQUE » P.6 Le projet Paris Seine Normandie vise à faire émerger un écosystème dynamique d’acteurs économiques publics et privés en interaction, ouvert sur le Monde, guidé par l’avenir et ancré dans ses territoires. 2. HORIZON 2030 : LE TERRITOIRE DE L’EXCELLENCE DES FLUX P.8  Une vision de Paris Seine Normandie en 2030 qui illustre la réussite d’un projet porté par une démarche de développement partagée, cohérente et volontariste, s’appuyant sur une gouvernance innovante. 3. ENJEUX D’AUJOURD’HUI ET RÉPONSES STRATÉGIQUES P.11 Une stratégie qui capitalise sur les forces des territoires et des filières d’excellence de la vallée pour les transcender dans un projet intégré à l’échelle territoriale inédite d’un Grand Paris Seine Normandie. 3.1. Pour exister sur la carte du Monde, promouvoir une identité économique lisible, visible et attractive 3.2.Pour être plus efficace collectivement : améliorer les synergies entre entreprises et la coordination entre entreprises et territoires 3.2.1. Renforcer l’ancrage territorial des grandes entreprises 3.2.2. Réseaux d’entreprises, territoriaux et thématiques : vers un réseau des réseaux 3.2.3. Faire émerger un écosystème de l’efficacité industrielle et logistique 3.3. Pour organiser l’espace économique de la vallée de la Seine, développer une Supply Chain industrielle et logistique intégrée 3.3.1. Vers une interopérabilité des systèmes et la mise en place d’un Valley Community System dans la vallée de la Seine 3.3.2. La Supply Chain industrielle et logistique et le Seine Valley Community System au fondement du modèle de développement économique de la vallée de la Seine 3.4. Pour lancer la dynamique : optimiser les paramètres du modèle de développement économique: 3.4.1. Développer les plateformes logistiques et l’offre de foncier économique : 3.4.2. Améliorer l’efficacité des infrastructures de transport et d’échange 3.4.3. Faciliter l’adaptation et le recrutement de la main-d’oeuvre 3.4.4. Transcender la logique verticale des filières pour accompagner durablement la compétitivité industrielle des entreprises 3.5. Pour assurer la réussite de Paris Seine Normandie, mettre en place un pilotage du projet pérenne, performant et innovant 3.5.1. Évaluation de la performance économique et de la réussite du projet 3.5.2. Une gouvernance inédite 4. DES AXES STRATÉGIQUES AUX ACTIONS DE TERRAIN P.28 Des actions à mettre en oeuvre dès aujourd’hui, pour lancer le projet et permettre à toutes les parties prenantes de l’appréhender rapidement et de s’approprier ses ambitions à travers des réalisations immédiates. 4.1 Un premier plan d’actions pour la période 2015/2017 4.2 D’autres actions en cours d’élaboration FICHES – ACTIONS P.33 LA CONTRIBUTION DES GROUPES DE TRAVAIL / FILIÈRES P.45 REPÈRES BIBLIOGRAPHIQUES P.46
  3. 3. 6 7 1.LACONSTRUCTIOND’UN«ÉCOSYSTÈMEDYNAMIQUE» // Dans la compétition des « villes-mondes » qui concentrent les populations, les marchés et attirent les échanges du commerce et du savoir, le Grand Paris du XXIe siècle ne peut se concevoir sans une ouverture sur la mer et un port d’envergure mondiale. Pour cela, la vallée de la Seine doit pouvoir assurer le lien industriel, logistique, humain et durable entre le premier bassin de consommation d’Europe et le monde. Le projet « Paris Seine Normandie » s’inscrit naturellement comme le prolongement maritime du Grand Paris, créant une identité économique entre la région-capitale, la vallée de Seine et le littoral normand. Paris Seine Normandie et Grand Paris sont intimement liés et partagent une même ambition : l’amélioration du positionnement mondial de la France et de la compétitivité de son économie, en particulier dans sa dimension industrielle. Paris Seine Normandie est un projet d’intérêt national dont l'objectif est de révéler un gisement de croissance, d'innovation et d’emplois pour l'économie française. L'enjeu est national, mais il réclame une ambition internationale pour que le Grand Paris soit au coeur d'un hinterland élargi sous l'impulsion d'un système multimodal (maritime, fluvial, ferroviaire, routier et aérien) d'envergure mondiale. Le grand système logistique existe déjà et va poursuivre sa montée en puissance. La qualité du substrat économique, en particulier dans sa dimension industrielle, est indéniable même si des difficultés d’adaptation à la mondialisation peuvent parfois concerner entreprises, filières ou territoires. MANCHE MER DU NORD Haropa PORT (CLASSEMENT SELON L’IMPORTANCE DU TRAFIC) CAPITALE VOIE PRINCIPALE NAVIGABLE VOIE SECONDAIRE NAVIGABLE TRAFIC MARITIME INTERNATIONAL Amsterdam Bruxelles Paris Londres Luxembourg Calais Dunkerque Zeebrugge Amsterdam Rotterdam Anvers Gand Le Havre Fécamp Londres Rouen Paris Caen Dieppe Cherbourg L’espace Paris-Seine-Normandie®L’espace Paris-Seine-Normandie® 15,2 millions d’habitants (2012) 7,2 millions d’emplois (2012) 1,2 million d’établissements (2012) 1er territoire logistique de France (2012) 1er territoire industriel de France (2012) 10pôlesdecompétitivitéontleursiègedansleterritoire(2014) 128 millions de tonnes de trafic maritime et fluvial (121 millions de tonnes pour Haropa dont 90 de trafic maritime) (2013) Un Positionnement stratégique Source : Voies Navigables de France ©SIG CCI Normandie/PEAT/JR/12-2013 L’enjeupourledéveloppementprojetédeParisSeineNormandie est l’amélioration de la rencontre entre la logistique et l’industrie (y compris dans sa composante de services intégrés ou associés) et l’optimisation de la Supply Chain le long de la vallée de la Seine. Pour cela, le modèle économique à développer est celui d’une plus grande coordination, jusqu’à l’intégration, entre les acteurs et les réseaux franciliens et normands des complexes portuaires maritimes, fluviaux et aéroportuaires, des secteurs industriels d’excellence et des fonctions financières et de commandement. Les acteurs nationaux et territoriaux se sont mobilisés pour la construction de ce grand projet de territoire au potentiel de développement économique majeur : l’impulsion est venue du plus haut sommet de l’État, les Ports se sont regroupés, les collectivités territoriales ont travaillé de concert avec leurs agences d’urbanisme à l’organisation de grandes conférences permettant l’émergence et l’appropriation du projet. Associées à la démarche du Délégué interministériel au développement de la vallée de la Seine initiée par le décret n° 2013-336 du 22 avril 2013, les Chambres de commerce et d’industrie d’Ile-de-France, de Basse et Haute-Normandie ont décidé d’apporter leur contribution au schéma stratégique pour l’aménagement et le développement de la vallée de la Seine, sous le timbre unique Paris Seine Normandie ®. Paris Seine Normandie®, démarche associative et opérationnelle, ouverte aux entreprises, à leurs filiales, à leurs établissements ou aux organisations représentatives de leurs intérêts, est le forum de rencontre de toutes les parties prenantes désireuses de contribuer à la réussite d’un grand projet de relance économique, de réindustrialisation et de sortie de crise, dans un développement équilibré. Paris Seine Normandie® partage avec les entreprises le constat d’atouts économiques de premier plan développés autour de filières d’excellence. L’industrie automobile, l’aéronautique- aérospatiale, les industries chimiques et énergétiques sont au coeur de l’économie du territoire. Ces grandes filières industrielles cherchent à intégrer leurs facteurs-clés d’évolution pour rester compétitives face aux mutations : adaptations à de nouveaux modèles économiques, compétences humaines, enjeux d’efficacité énergétique, prise en compte de modèles vertueux d’économie circulaire et d’écologie industrielle, d’optimisation logistique ou de valorisation environnementale du territoire. Paris Seine Normandie® porte l’adhésion des entreprises aux ambitions d’un projet visant à faire de l’économie maritime et fluviale, en complément avec l’économie aérienne, l’un des avantages concurrentiels du Grand Paris de demain face aux autres grandes métropoles mondiales. Paris Seine Normandie® met en avant les attentes des entreprises face à l’impérative concrétisation d’un grand projet de relance économique porté par la compétitivité des entreprises et l’attractivité d’un territoire jusqu’ici inédit. La formulation de ce projet, objet du présent document, s’articule en trois temps : Une vision de Paris Seine Normandie en 2030 qui illustre ce que pourrait être la réussite de ce projet si l’ensemble des parties prenantes s’impliquait dès à présent dans une démarche de développement partagée, cohérenteet volontariste, sur les bases d’une gouvernance innovante. Une identification des enjeux et des réponses stratégiques qui capitalisent sur les forces des territoires et des filières d’excellence de la vallée pour les transcender dans un projet intégré à l’échelle territoriale inédite du grand territoire Paris Seine Normandie. Des actions à mettre en oeuvre dès aujourd’hui, avec les entreprises et les acteurs économiques, pour lancer le projet et permettre à toutes les parties prenantes de l’appréhender rapidement et de s’approprier ses ambitions à travers des réalisations immédiates.
  4. 4. 8 9 2.HORIZON2030: LETERRITOIREDEL’EXCELLENCEDESFLUX// En2030,ParisSeineNormandieestunécosystèmeexemplaireetmondialementconnu poursonexcellenceindustrielleetlogistique // En 2030, Paris Seine Normandie est une des principales portes d’entrée et de sortie économique duContinenteuropéenetdesonmarchéintérieur// L’Europe est le deuxième pôle économique mondial (derrière la Chine et devant les États-Unis) et le deuxième marché importateur. Le trafic d’Haropa a doublé grâce à l’amélioration inéditedesonefficience,tantéconomiquequ’environnementale, depuis l’intégration volontariste des ports du Havre, de Rouen et de Paris en 2011. L’approvisionnement de la métropole francilienne transite autant par Haropa que par les ports de la Rangée nord. //En2030,ParisSeineNormandieestunécosystème mondialementconnuetreconnupoursonexcellence logistique// LeGateway étendudelaValléedelaSeineproposelemeilleurdes logistiques maritimes, fluviales, terrestres et aériennes. Soient toutes les combinaisons possibles des modes de transport couplées à une consommation énergétique particulièrement contenue. Cette excellence repose autant sur des coûts maitrisés et compétitifs que sur une très haute qualité de service, unanimement reconnue. Une dynamique est-ouest s’est ajoutée à la dynamique nord- sud historique mettant la métropole parisienne au cœur d’un hinterland élargi sous l’impulsion d’un système maritime, fluvial et aérien d’envergure mondiale. 0 5 10 20 Km Mer du Nord Océan Atlantique Manche DUBLIN AMSTERDAM WARSZAWA Szczecin Poznan Wroclaw Katowice Krakow Ostrava ZilinaBrno GdańskRostock Kiel Esbjerg Malmö KOBENHAVN Gatway Shannon Waterford Cork Belfast Dundea Aderdeen Glasgow Edinburgh Newcastle upon Tyne Kingston upon Hull Lille Reims Nancy Liége Leeds Liverpool Manchester Norwich Zeebruge Groningan Lübeck Magdeburg Halle Kassel Linz Salzburg Duisburg Dusseldorf Leipzig PRAHA BERLIN WIEN BRATISLAVA Pizen Regensburg LJUBLJANA ZAGREB SARAJEVO Nagykanizsa Szombathely Székesfehérvér Györ Katowice Bremerhaven Hamburg BUDAPEST Brescia Venezia Bologna Parma Piacenza Genova Torino Clermont-Ferrand Limoges Tours Rennes Caen Brest Cherbourg Nantes Bordeaux Cardiff Bristol Plymouth Seine Gateway Seine Gateway étendu Portes d’entrées et de sorties maritimes des marchandieses Corridors de transport historique en voie de saturation Détroit du Pas-de-Calais, Zone de trafic maritime intense « Banane Bleue », coeur économique historique de l’Europe « Orange Pumpkin », zone intense de développement économique Déplacement du centre de gravité de l’Europe vers l’est Stratégie d’ouverture vers l’est des ports du Range Nord Corridor de transport Ouest-Est à développer Point de connexion entre les corridors Emprise Nord-Ouest européeenne (périmétre d’étude Weastflows) Birmimgham Frankfurt Manheim Dijon Lyon Munchen Hannover Enschede AMAM ERAAMAMSTERERAA ERDAMERERERER Lille ncyyy iéiégeiéié NorwichNorwicNorwicNorwic Zeebruge Ka DDDDuisburgDDDD Dusseldorf Bres Pa Piacenza Genoenenoenova Torino Frankfurt Manheimanh Munche scEnscscschedeschscscschLONDON Dresden Augsburg Strasbourg Stuttgart Freiburg im Breigsgau Mulhouse Basel Le Mans LE HAVRE ROUEN PARIS BRUXELLES BERN 0 200 km Le Seine Gateway à l’échelle européenne Source : AURH/Weastflows Cette évolution de fond s’est appuyée sur la concrétisation de grands projets structurant en matière de réseau physique : la ligne Serqueux-Gisors dédiée au fret ferroviaire, l’amélioration de la qualité des liaisons ferrées entre l’Ile-de-France, la Basse et la Haute-Normandie, la restructuration de la liaison ferrée entre Paris et Mantes et le développement du port d’Achères. //En2030,ParisSeineNormandieestunécosystème caractérisé par l’excellence industrielle dans des filièresinnovantesàfortevaleurajoutée// La forte intégration entre l’industrie et la logistique permet l’enrichissement des produits importés et exportés et l’accroissement de leurs valeurs ajoutées. Dixième région industrielle européenne pour l’emploi industriel en 2010, Paris Seine Normandie est maintenant dans les cinq premières. Cette performance repose sur une vision élargie de l’industrie dans laquelle l’innovation, les services, dont le tertiaire industriel, le conseil, le design, le prototypage contribuent pleinement à la valeur ajoutée industrielle. Cette victoire des investissements immatériels s’est concrétisée dans la multiplication des technocentres qui, en coordination avec les chaînes de montage plus classiques, ont assuré la requalification et la pérennité industrielles de la vallée de la Seine à travers une activité industrielle réinventée. La Supply Chain intégrée dont le développement s’est renforcé à partir des années 2014-2015 attire des entreprises industrielles internationales qui renforcent les filières d’excellences. Elle permet l’émergence de nouvelles collaborations grâce aux fertilisations croisées qu’elle permet d’initier et qui exploitent à plein les briques technologiques de bases. Identifiés en 2013 comme étant les secteurs d’activité d’avenir, le stockage de l’énergie, le recyclage des matières, la valorisation des richesses marines, la médecine individualisée et la silver économie ont trouvé en Paris Seine Normandie un écosystème particulièrement favorable à leur expression. //En2030,ParisSeineNormandieestunedestination touristiquereconnueetincontournable// C’est une destination où l’on se doit d’être allé : un Must See. Au tourisme parisien élargi à l’ensemble de la métropole francilienne s’ajoute le tourisme de mémoire, le tourisme culturel et le tourisme fluvial pour faire de Paris Seine Normandie la première destination en Europe. L’attractivité touristique de la destination participe à la renommée du territoire et à sa réussite économique hors industrie touristique. Des produits couplés basés sur la complémentarité des offres franciliennes, normandes, champenoises ou ligériennes assure une attractivité maximale à l’ensemble de la destination France et a permis un accroissement significatif du panier moyen dépensé par chaque touriste. // En 2030, Paris Seine Normandie est pleinement identifié, connu et reconnu du point de vue international// C’est un territoire lisible, visible et attractif pour les entreprises qui a acquis une place de choix dans la mondialisation grâce à la performance de sa Supply Chain intégrée. Paris Seine Normandie sert d’exemple. On cherche à l’imiter ou à le décliner dans ses points forts. C’est également une destination touristique incontournable, véritable must see. Cette situation est le résultat d’une démarche volontariste et équilibrée initiée par les acteurs publics et pleinement appropriée par les acteurs privés dans une gouvernance inédite. Pour s’approprier cette démarche, l’ensemble des parties prenantes se sont, dès 2014, projetés dans une vision du futur souhaitable à moyen terme de l’écosystème Paris Seine Normandie en 2030. Cet horizon à 2030 correspond au phasage de deux contrats de projet. Soit la temporalité à laquelle le projet Paris Seine Normandie pouvait atteindre ses objectifs. Les premiers résultats des actions menées dès 2013 ont été visibles à la fin du premier contrat de projet. La période du deuxième contrat de projet a été celle de la montée en puissance de Paris Seine Normandie pour s’imposer comme un écosystème exemplaire et mondialement connu pour son excellence industrielle et logistique. Ce phasage de deux contrats de projet a servi de cadre au pilotage du projet puisque ce dernier a pu être réévalué, amendé et réorienté à la fin de la première période.
  5. 5. 10 11 La force de cette vision aura été de se voir partagée par tous les acteurs et d’avoir pu s’appuyer sur : le concept de Seine Gateway® élaboré par l’Agence d’urbanisme du Havre et ses partenaires, proposant un cadrage en matière de logistique étendue et servant de point de départ à l’émergence de la Supply Chain industrie logistique intégrée qui a fait le succès de l’écosystème ; le projet HAROPA 2030 porté par les ports de la vallée de la Seine, qui, à partir d’une démarche de coopération puis d’intégration exemplaire, a fait de l’évolution du système portuaire et de ses qualités économiques le catalyseur du développement de l’ensemble de Paris Seine Normandie. la réalisation, progressive et phasée, des grands projets structurants le territoire : la jonction fluvio-maritime entre Port 2000 et la Seine, la remise en service et la modernisation de la desserte ferroviaire dédiée au fret Serqueux-Gisors la mise à niveau de la ligne ferrée entre Paris et la Normandie, le développement de la plateforme portuaire et multimodale d’Achères et le prolongement ouest de la Francilienne (A 104), condition essentielle à son développement, les autres infrastructures routières indispensables à la fluidité du territoire… en même temps que Paris Métropole a trouvé toute sa dimension et que le Grand Paris Express est un réseau opérationnel. La performance globale atteinte par cet écosystème exemplaire, dont le modèle inspire d’autres territoires ancrés autour de villes-mondes affirmées ou en devenir, repose sur la réussite d’une nouvelle alliance entre les pouvoirs publics et privés fondée sur une approche ouverte de la coopération entre les collectivités locales, les entreprises, les laboratoires de recherche et les utilisateurs potentiels. Dès 2014, Paris Seine Normandie a été reconnu comme un territoire d’expérimentation qui permet de tester « grandeur nature » des services, des outils ou des usages nouveaux dans les domaines de la logistique et des services industriels, des mobilités de demain, de l’économie circulaire et des fonctionnalités, plus largement dans tout ce qui favorise un développement économique soutenable. 3.ENJEUXD’AUJOURD’HUIETRÉPONSESSTRATÉGIQUES// À l’horizon 2030, la vallée de la Seine sera le territoire de l’excellence des flux. Cette ambition, portée par l’association Paris Seine Normandie, prendra la forme d’un espace économique de référence autour du Gateway industrieletlogistiquedelavalléedelaSeine.Réalisercetteambitionimposelamiseenoeuvred’unedémarchestratégiquefortedeconstruction d’un projet économique intégré à une échelle territoriale inédite : la vallée de la Seine. Cette stratégie, élaborée à partir d’une logique sectorielle, permettant d’associer au plus près les organisations de filières et les pôles de compétitivité, repose sur trois axes : L’affirmation du positionnement mondial du territoire par la mise en œuvre par la mise en œuvre d’une politique d’attractivité du territoire Paris Seine Normandie, construite sur son identité industrielle, son excellence logistique, sa capacité d’innovation collective et son image de marque internationale. Pour exister sur la carte du Monde, il est impératif de promouvoir une identité économique lisible et visible qui repose sur l’apport spécifique d’une dimension maritime au Grand Paris. Cela implique de bâtir collectivement et dans les meilleurs délais une stratégie d’attractivité qui impose à la fois l’évidence de la cohérence économique de Paris Seine Normandie et la complémentarité de ses territoires. Le développement d’un écosystème industriel, logistique, énergétique et environnemental efficient, à travers : - la mise en place d’un modèle de supply chain industrielle intégrée, efficient et durable, visant à l’optimisation des flux économiques via l’interopérabilité de tous les systèmes d’information le long des chaines de valeur, en intégrant le cœur de métier des filières industrielles, ainsi que la dimension énergétique et environnementale des activités économiques - l’optimisation logistique du territoire, afin de contribuer, d’une part, à la compétitivité des activités industrielles et à leurs retombées en termes d’emplois et, d’autre part, à l’attractivité du territoire lui-même. Le renforcement de l’efficacité collective des entreprises : maillage territorial, travail en réseaux, généralisation des dispositifs d’open innovation, accélération dutransfertdecompétencesentreentreprises–auseind’une mêmefilièreetenfertilisationcroiséed’unefilièreàuneautre, facilitation de nouvelles formes de financement participatif… Pour être plus efficace collectivement, il est nécessaire d’améliorer les synergies entre entreprises et la coordination entre entreprises et territoires. Le projet Paris Seine Normandie doit permettre de développer une véritable « intelligence territoriale collective » faisant de la vallée de la Seine un enjeu majeur de la stratégie des entreprises. Ces 3 axes stratégiques ont vocation à être déclinés en actions opérationnelles (une dizaine d’actions sont d’ores et déjà envisagées). Filières et secteurs économiques d’excellence Aéronautique / Aérospatiale / Défense Automobile / Mobilité Tourisme Transport / Logistique / multimodalité Eco-activités / Économie circulaire Energies / efficacité énergétique Axes stratégiques Affirmer le positionnement mondial du territoire: attractivité et compétitivité des entreprises Créer un écosystème industriel, logistique, énergétique et environnemental efficient Renforcer l’efficacité collective des entreprises Ambition Construire un nouveau territoire économique entre le Grand Paris Métropole Maritime Mondiale, la vallée de Seine et le littoral normand, caractérisé par l’excellence des flux, irrigué par son Gateway industriel et logistique, renforcé par la compétitivité de ses entreprises et son attractivité
  6. 6. Cumul des investissements 2009 - 2013 er e e e e e 1705 1340 1142 753 823 721 550 647 602 518 Face à la multiplication des métropoles concurrentes, Paris maintient son attractivité mondiale. 12 13 Territoire d’envergure mondiale en termes de population, de diversité culturelle, de richesse économique et scientifique et d’attractivité touristique Eco-système économique complet, constitué d’activités tertiaires développées complétées par une base industrielle diversifiée en nature et globale dans sa chaine de valeur, elle-même appuyée par un ensemble pôles de compétitivité d’envergure mondiale Infrastructures (ports, aéroports, axes routiers, fluviaux et ferroviaires) et réseaux (télécommunications) Image et retombées économiques de la 1ère destination touristique mondiale et de l’une des capitales internationales de la mode et du luxe La structuration actuelle des filières principales du territoire par les pôles de compétitivité présents dans celui-ci Ancrage industriel aux effets induits potentiels nombreux (développement des services aux entreprises, R D, transition énergétique, …) Renforcement et intégration de l’offre logistique (canal Seine – nord Europe / bouquets de services HAROPA, extension des infrastructures ferroviaires, …) Projet de « maillon ouest » dans les axes de fret européens Concentration des moyens de R D (parmi les 3 premières régions européennes) Le potentiel de savoir-faire académique, serviciel et industriel pour relever les défis d’innovation à 2020 / 2030 (34 + 7 + SRI S3) Déploiement d’accords de GPEC à l’échelle des filières et des territoires (GPEC-T) et mise en cohérence de l’offre de formation avec les enjeux économiques, sociaux et environnementaux Identité commune à créer (appropriation à long terme) Insertion insuffisante dans les échanges mondiaux et ouverture internationale limitée Capacité d’innovation insuffisamment mobilisée Tissu de PME fragile (dépendance aux grands donneurs d’ordre, taille, développement international, innovation) Tensions sur l’immobilier et le foncier d’habitat et d’activité y compris agricole (coût,disponibilité, requalification, choix des usages, …) Perception et application de la règlementation environnementale (PPRI, PPRT, ICPE, …) Absence d’ancrage territorial des grandes entreprises Absence de taille critique des clusters constitués Juxtaposition de politiques de développement économique Concurrence européenne métropolitaine et portuaire (Londres, Randstat) Adaptation de la population aux conséquences des mutations économiques et technologiques (capacité d’évolution vers de nouveaux métiers) Aggravation des inégalités sociales et territoriales (exclusion de certaines populations du marché du travail, fracture numérique, capacité à anticiper et accompagner la transition économique, …) Faiblesse d’une gouvernance institutionnelle et d’une volonté politique Paris Seine Normandie : analyse SWOT Forces Opportunités Faiblesses Menaces 3.1. Pour exister sur la carte du Monde, promouvoir une identité économique lisible, visible et attractive Du point de vue des entreprises et de leurs dirigeants, Paris Seine Normandie demeure une réalité à construire. Les colloques organisés par les collectivités territoriales et les CCI ont initié un début d’appropriation et révélé une volonté d’adhésion, relayés par l’association Paris Seine Normandie, mais beaucoup reste à faire. Pour que les entreprises s’impliquent pleinement dans le projet et contribuent à sa réussite, elles doivent en effet s’intégrer dans une dynamique qui, d’une certaine manière, les dépassent d’un point de vue individuel. Il est donc impératif de construire l’identité économique du projet Paris Seine Normandie et de la promouvoir, tant à l’intérieur du territoire qu’à l’extérieur. L’identité économique du projet Paris Seine Normandie doit naturellement prendre en compte le poids économique de la métropole francilienne et l’impact de son statut de « ville- monde ». Paris appartient au groupe des métropoles mondiales, sa très forte attractivité pour les investissements directs étrangers (2ème territoire européen d’accueil des IDE après Londres) et la localisation en IDF du siège de 150 des 500 plus grandes entreprises mondiales, le prouve. En 2012, Paris est classée troisième tant par la revue Foreign Policy que dans l’index de la Mori Memorial Foundation, ce qui illustre le maintien de sa prééminence au niveau mondial. Paris, et plus largement l’Ile-de-France en tant qu’hinterland économique de la capitale, concentre les fonctions supérieures de commandement, de conception et de financement : les sièges sociaux, les centres de RD, le marketing,l’attraction des flux d’investissements directs étrangers, les services à forte valeur ajoutée, les grands pôles publics de recherche et de formation. Cette évolution est caractéristique de s effets de concentration propres aux « villes mondes », qui bénéficient d’une attractivité liée à leur taille critique et à leur inscription dans la mondialisation des échanges. Source : KPMG - Paris Ile de France Capitale Economique (2014)
  7. 7. L’enjeu de la construction d’une identité économique attractive propre à Paris Seine Normandie doit donc intégrer : La compétition entre villes-mondes dans laquelle Paris cherche à garder une place de premier plan, contestée par un nombre croissant de nouveaux entrants ; L’apport spécifique d’une dimension maritime à la métropole francilienne, facteur de différenciation et d’élargissement par rapport à toutes les stratégies existantes en matière d’attractivité du Grand Paris ; L’émergence d’un projet partagé faisant de Paris Seine Normandie l’espace économique de référence du gateway audelà de la simple juxtaposition des projets économiques de chacune des Régions. Il est nécessaire d’engager dès à présent une démarche de marketing territorial pour faire émerger cette identité économique partagée et donner une meilleure visibilité à la vallée et au projet Paris Seine Normandie. Cette identité économique doit également servir à fédérer les entreprises de la vallée de la Seine pour améliorer les relations inter-entreprises et inter-filières à l’échelle de la vallée, source d’innovation et de développement de nouveaux gisements d’emplois et de croissance. C’est ce que propose l’association Paris Seine Normandie en offrant un forum et une caisse de résonance aux différentes parties prenantes du développement économique de la vallée de la Seine. Si l’on ne peut résumer l’intégralité de l’identité économique de la vallée de la Seine à la logistique et à l’industrie, ces deux domaines d’activité sont assez présents en termes d’emplois et de valeur-ajoutée, structurants pour les territoires et déjà associés à l’identité de différents territoires de la vallée de la Seine pour que l’on en fasse le catalyseur de l’identité économique de l’ensemble de la vallée à l’échelle du projet Paris Seine Normandie. Point de départ à l’émergence d’une identité économique partagée, l’intégration poussée de l’industrie et de la logistique doit permettre de rendre l’espace économique de la vallée de la Seine plus lisible au-delà du prisme des territoires administratifs. Ainsi rendu plus lisible, le projet Paris Seine Normandie pourra être plus visible du point de vue international et intégré dans une stratégie de marketing territorial. À la charge de l’ensemble des acteurs économiques publics et privés concernés par le projet de transformer lisibilité et visibilité en attractivité pour les entrepreneurs et les investissements nationaux, européens et mondiaux. Les bases ainsi jetées d’une identité économique industrielle et logistique à l’échelle de la vallée de la Seine pourront contribuer au développement plus global de l’attractivité du grand territoire en matière d’attractivité touristique, d’attractivité d’image en matière d’organisation de grands évènements économiques, sportifs ou culturels ou d’attractivité résidentielles dans une dynamique de desserrement démographique de la métropole francilienne. L’enjeu immédiat réside dans la prise de conscience, par l’ensemble des acteurs du développement économique concernés par le territoire Paris Seine Normandie, de l’opportunité de construire dès à présent une stratégie d’attractivité qui impose l’évidence de l’unité territoriale dans sa dimension économique. Lancer, en partenariat avec les acteurs du développement économique à tous les niveaux, les études et diagnostics nécessaires à la mise en œuvre d’une politique de marketing territorial construite sur l’attractivité du territoireParisSeineNormandie,sonidentitéindustrielle, son excellence logistique, sa capacité d’innovation collective et son image de marque mondiale. 3.2. Pour être plus efficace collectivement, améliorer les synergies entre entreprises et la coordination entre entreprises et territoires 3.2.1. Renforcer l’ancrage territorial des grandes entreprises Traditionnellement industriel, l’espace économique Paris Seine Normandie dispose de nombreux atouts développés autour de filières d’excellence. Entre l’espace maritime le plus fréquenté au monde et une des premières métropoles mondiales, Paris Seine Normandie possède un large potentiel de développement qu’il s’agit de réaliser. Les entreprises sont la clé du succès. Elles seront à la fois les premières intéressées, les bénéficiaires, les moteurs du développement et permettront d’assurer la pérennité du projet dans le temps. Les entreprises, et en particulier les plus grandes, jouent un rôle majeur dans la structuration, la montée en puissance et la réussite des écosystèmes locaux. À elles, en effet, de se saisir de l’enjeu territorial, non pas pour se substituer à la puissance publique, mais pour en faire un axe de renforcement de leur performance à long terme. Les entreprises ont un rôle significatif à jouer dans le développement des territoires et, réciproquement, la contribution des territoires à la compétitivité des entreprises est fondamentale dans une économie internationalisée. Un objectif commun doit se dégager : faire émerger des écosystèmes d’affaires locaux performants et collaboratifs, capables de conquérir les marchés internationaux. Sans une action déterminée, et le renouvellement de la relation entreprises territoires, les dynamiques actuelles ne seront peut-être pas suffisantes pour permettre aux différentes composantes de l’économie de la vallée de la Seine de maintenir ou d’atteindre des tailles critiques et des niveaux de spécialisation suffisants pour être compétitifs, prendre ou même garder leur place dans la mondialisation. Le projet Paris Seine Normandie doit servir de catalyseur au développement d’une véritable « politique territoriale de l’entreprise » pour faire des territoires de la vallée de la Seine un enjeu majeur de la stratégie des entreprises. Si la construction du territoire économique Paris Seine Normandie est rendue possible par l’implication des entreprises de toute taille : start-ups, PME, ETI et grandes entreprises, il est cependant évident de faire apparaître parmi les facteurs- clés de succès l’inscription du territoire économique Paris Seine Normandie dans la stratégie des grandes entreprises industrielles et de services. L’implantation historique de certaines d’entre elles dans le territoire repose sur un modèle hérité des Trente Glorieuses, concentrant les fonctions de commandement au centre du Grand Paris et répartissant les fonctions d’exécution à sa périphérie. Le rôle de ces grandes entreprises dans le territoire est appelé à se renforcer dans un contexte de mutations où il s’agit d’identifier, au-delà des transferts sociaux et des mécanismes de péréquation, de nouveaux relais de développement et où se pose avec acuité la question du maintien et du renforcement de notre modèle de cohésion sociale. Face aux défis de la concurrence mondiale et aux restrictions budgétaires toujours plus fortes, les grands groupes ont choisi soitdeserecentrersurleurcoeurdemétier,soitderenforcerleur positionnement d’intégrateur de systèmes. Aussi, l’ensemble des composants nécessaires est partiellement sous-traité et a vocation à le devenir quasi-totalement dans certains cas. En conséquence, l’appropriation et le développement de certaines technologies se reportent sur la chaine de sous-traitance. Les contraintes de production, d’innovation et de financements se déportent du coup en cascade tout au long de la Supply Chain jusqu’aux plus petites entreprises. Ces dernières peinent alors à atteindre une taille critique leur permettant de mettre en place des stratégies de recherche technologique ou de diversification d’activités. Face à cette pratique accrue du partage des risques, le tissu industriel de PME/TPE doit engager un double mouvement de consolidation qui se traduit soit par des opérations concurrentielles (fusions, acquisitions, participations…) soit de manière plus informelle par des dynamiques de regroupements d’entreprises ou de réseaux afin de s’orienter vers de nouveaux marchés. 14 15
  8. 8. 3.2.2. Réseaux d’entreprises, territoriaux et thématiques : vers un réseau des réseaux Il est donc proposé de mettre en place, à titre d’expérimentation, une gamme de dispositifs venant compléter les outils existants (ALIZE, PLATO…) et impliquant la création d’une relation privilégiée entre les grandes entreprises et les PME, sur une base territoriale : Plate-forme d’innovation ouverte (Open innovation), destinée à permettre aux PME de répondre aux appels à contribution des Grandes Entreprises (innovation technologique et non technologique) Fonds de dotation abondé par les Grandes Entreprises, destiné à financer les projets innovants portés par les PME du territoire, en matière d’efficacité industrielle et d’amélioration globale de leur Supply Chain. Transfert de compétences et tout particulièrement de compétences humaines (suivant le modèle du Pass Compétences mis en place au sein du Pôle System@TIC). Les entreprises ont pris conscience de la nécessité de travailler en réseaux pour développer leur activité. La réorganisation des systèmes de production liée à l’ouverture des marchés, l’influence des réseaux sociaux, le déploiement des solidarités interentreprises générées par les mutations économiques participent à la montée en puissance de cette forme d’organisation collective. Le réseau d’entreprises est un moyen efficace de développement des entreprises en renforçant les relations entre elles. Plus les possibilités de rencontres et de projets collaboratifs se multiplient, plus les entreprises peuvent accélérer leur croissance et plus le tissu économique se densifie et devient résistant. Associations de parcs d’activités, clubs logistiques, associations defilières,SPLetgrappesd’entreprises,pôlesdecompétitivité… : le territoire Paris Seine Normandie ne manque pas d’initiatives visant à rapprocher les entreprises, sur une base territoriale croisée le plus souvent avec une approche sectorielle. Les réseaux d’entreprises font l’objet de politiques publiques européennes et nationales de soutien depuis la fin des années 1990. Des appels à projets dédiés aux pôles de compétitivité et aux grappes d’entreprises se sont développés afin de structurer le paysage économique. Si l’Europe continue de soutenir l’émergence de clusters de classe mondiale, elle a axé son action plus récemment sur des appels à projets favorisant l’interclustering (la mise en relation des clusters entre eux) et sur l’innovation via le programme « Horizon 2020 ». Le gouvernement actuel poursuit cette politique, en l’adaptant à ses propres objectifs : avec un axe dédié aux pôles de compétitivité dans le cadre du Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l’emploi de 2013, afin de concentrer l’action des pôles de compétitivité vers les produits et services à industrialiser ; dans le cadre du soutien à la politique industrielle (« Nouvelle France industrielle », Conseil national de l’industrie). Les crédits de l’État sont aujourd’hui concentrés vers les pôles de compétitivité et les filières industrielles, plus que sur la structuration et le soutien aux réseaux d’entreprises trans- sectoriels comme cela a pu être le cas il y a quelques années. Cet intérêt ciblé sur les pôles de compétitivité est également partagé par les collectivités, conseils régionaux et métropoles, qui entrent dans la gouvernance et le pilotage des pôles au regard des financements qu’elles leur accordent. Outil de compétitivité des entreprises, de différenciation et d’excellence territoriale, les réseaux d’entreprises sont un enjeu stratégique pour le développement d’un écosystème à l’échelle du territoire Paris Seine Normandie. 16 17 Nous entrons certainement dans une période relativement longue de raréfaction de l’argent public sur lequel on pourra moins facilement compter en matière de développement économique.Enparallèle,lesconditionsdufinancementbancaire se sont globalement durcies. Les acteurs du développement économique, qu’ils soient publics ou privés, doivent trouver de nouvelles solutions, des modes de financement alternatifs ou innovants. On sait par ailleurs qu’il n’y a pas de territoires gagnants sans un engagement volontariste voir une reprise en main de la part des entreprises du territoire. Une réponse à cette double problématique est de proposer de nouvelles solidarités entre entreprises afin, d’une part, de financer les projets et, d’autre part, d’améliorer l’appropriation des grands groupes aux enjeux des entreprises plus petites au sein des territoires. SANTÉ TIC TRANSPORT AÉRONAUTIQUE BIENS DE CONSOMMATION RECHERCHE ET INNOVATION ÉQUINE PRINCIPAUX LIENS DES PÔLES AVEC DES ZONES DE RD (NB:LESLIENSENIDFNESONTPASREPRÉSENTÉSPARSOUCISDELISIBILITÉ) LA SEINE PARIS RÉGION PÔLE MONDIAL PÔLE À VOCATION MONDIALE PÔLE NATIONAL LE HAVRE ROUEN CHERBOURG EVREUX CHARTRES CAEN PARIS ALENÇON Mov’eo Nov@log Pôle TES Hippolia Cosmetic Valley Astech PR Systematic PR Cap Digital Advancity Finance Innovation Medicen PR INGÉNIERIE ET SERVICES Les pôles de compétitivité dans l’espace Paris Seine Normandie Pour apporter aux entreprises la dynamique propre à l’écosystème dans toute sa dimension, il est proposé d’élaborer et de mettre en oeuvre une stratégie d’interconnexion et de maillage entre les réseaux locaux, régionaux et thématiques, à travers : un schéma régional des réseaux d’entreprises cohérent et concerté (diagnostic, objectifs visés, organisation régionale, modèles de financement, conventions avec les partenaires, soutien apporté par les pouvoirs publics…), un observatoire des réseaux d’entreprises sur le territoire Paris Seine Normandie et la mise en place d’outils de pilotage (tableaux de bord), une plateforme collaborative partagée par les réseaux, une offre de compétences et de services adaptés aux besoins des réseaux, la coordination d’une dynamique évènementielle à l’échelle du territoire (convention d’affaires…), la création d’une identité partagée par les réseaux du territoire Paris Seine Normandie, lelancementetleportagedenouveauxréseaux(élaborerl’étudedefaisabilité,recruterlesentreprises,dédierunanimateurréseauetuneassistante, porter tout ou partie du plan d’actions du réseau, initier et réaliser des études d’impact…). Riche de l’expérience des CCI en matière d’animation et de structuration de réseaux, l’association Paris Seine Normandie affirme son ambition de conduire cette stratégie de maillage entre les réseaux locaux du territoire Paris Seine Normandie. Source : Cartographie CCIR/DPAT, Aurélien TIERCIN, Juin 2012 Source : http://competitivite.gouv.fr
  9. 9. L’ambition affichée à travers le maillage et l’interaction entre les réseaux du territoire Paris Seine Normandie est bien de faire émerger un écosystème d’entreprises orienté vers la recherche de gains de compétitivité « hors-coûts » par la mutualisation : massification des flux, bonnes pratiques d’écologie industrielle et d’efficacité énergétique partagée à l’échelle d’un parc d’activités, partage de véhicules à énergie alternative (électrique, biocarburants, hydrogène…), généralisation des dispositifs d’open innovation, accélération du transfert de compétences entre entreprises – au sein d’une même filière et en fertilisation croisée d’une filière à une autre, facilitation de nouvelles formes de financement participatif… Le territoire Paris Seine Normandie se prête particulièrement bien aux expérimentations en termes d’usages et de fonctionnalités, dans une recherche collective d’optimisation globale des flux, source de compétitivité. 3.3. Pour organiser l’espace économique de la vallée de la Seine, développer une Supply Chain industrielle et logistique intégrée 3.3.1. Vers une interopérabilité des systèmes et la mise en place d’un Community System dans la vallée de la Seine De grandes filières industrielles structurent la vallée de la Seine depuis longtemps. Toutefois, il n’y a pas de recherche d’une optimisation d’ensemble, à l’échelle de la vallée, permettant de révéler les gisements de croissance potentiels. L’objectif du projet d’écosystème Paris Seine Normandie est d’accroître le volume, la valeur ajoutée et l’efficience économique des flux entrants et sortants de la Vallée en améliorant la coordination entre les différentes parties prenantes. Pour cela, le projet doit viser l’excellence en matière d’efficience industrielle et logistique, à travers la mise en œuvre d’un système d’information intégré à l’échelle de la Vallée de la Seine : le Seine Valley Community System (SVCS). Ce système d’information ne doit pas être une création ex nihilo mais, en prenant le projet de Gateway comme point de départ, une mise en système des systèmes existants, aussi bien systèmes logistiques qu’industriels (Cargo Community Systems portuaires et aéroportuaires, CCS privatifs des entreprises logistiques et industrielles, Douanes, etc.). La planification industrielle et la logistique ne sont pas des problématiques nouvelles dans l’industrie. Historiquement, la première demande fut de gérer la complexité et de disposer d’informations fiables. Puis, il s’est agi d’améliorer l’efficacité de la chaîne. Le constat fut alors qu’une optimisation globale est toujours plus performante que la somme d’optimisations locales. Il fallut donc disposer d’outils, de concepts et de méthodologies qui permettent non plus d’améliorer indépendamment chaque phase du cycle de production et de distribution, mais de l’appréhender dans sa globalité. C’estungrandprojetd’interopérabilitéquiviseaudéveloppement d’une grande infrastructure numérique véritable ossature de l’écosystème. L’association Paris Seine Normandie affirme son ambition de porter ce projet de Seine Valley Community System avec l’objectif d’en être le maître d’œuvre opérationnel. Qu’est-ce que la Supply Chain ? Le terme Supply Chain est utilisé à de nombreuses reprises dans ce document. Il importe de bien définir le sens dans lequel ce terme est employé. Le terme Supply Chain est relativement récent, puisqu’il est utilisé pour la première fois par Keith Oliver, consultant chez Booz Allen Hamilton, dans une interview au Financial Times en 1982. C’est à partir des années ’90 que le terme Supply-chain acquiert ses lettres de noblesse, à travers de nombreuses publications réalisées sur le sujet. Les entreprises adoptent le concept de Supply Chain Management, qui vient bousculer les silos organisationnels traditionnels de la plupart des entreprises et amène une nouvelle vision : transversalité, globalité, complexité, flux : c’est en somme une approche systémique des organisations. Parmi les nombreuses références bibliographiques, citons l’APICS (association for supply chain and operations management), qui pose le cadre de référence de la Supply Chain comme le réseau global utilisé pour livrer des produits et des services depuis la matière ou les ressources premières jusqu’aux clients finaux, à travers un flux pensé et construit d’informations, de livraisons physiques, avec leurs contreparties financières. La Supply Chain est bien un réseau d’organisations directement interconnectées par un ou plusieurs types de flux : les flux de produits, de services, financiers et d’informations ; en amont comme en aval, depuis une source première jusqu’à un client final. Le management de la Supply Chain comprend la conception, le planning, l’exécution et le contrôle des activités de la Supply Chain avec pour objectif de créer une valeur ajoutée tout au long de cette chaîne qui unit clients, fabricants, prestataires de services, fournisseurs. Les stratégies Supply Chain demandent une vue globale des interactions entre les organisations, pour permettre de créer ensemble et efficacement de la satisfaction pour le client au point de livraison final. En conséquence, les coûts doivent être réduits tout au long de la Chaine en supprimant les coûts inutiles et en focalisant l’attention sur la valeur ajoutée. Le « Throughput » doit être augmenté, les goulots d’étranglements supprimés, la mesure de la performance faite sur l’efficience globale des systèmes et la redistribution de la richesse équitable avec les acteurs de la Chaine de valeur. « La Supply Chain doit être sensible et réactive aux exigences clients. » (Hines. 2004) 18 19 3.2.3. Faire émerger un écosystème de l’efficacité industrielle et logistique Le réseau n’est pas une fin en soi, c’est un moyen de contribuer au renforcement de la performance des entreprises et au développement des territoires. Un réseau d’entreprises est tout d’abord une vision, une construction, un projet en commun, portés par des dirigeants d’entreprises. Le débat sur la compétitivité s’est largement concentré, en France, sur l’innovation et plus particulièrement sur la partie de celle-ci que constituent la technologie et la RD. Or si ces enjeux sont essentiels, l’innovation technologique ne constitue pas un objectif en soi, ni pour les entreprises ni pour les territoires qui les accueillent. Surtout, pour un pays comme la France qui se situe dans la moyenne de l’OCDE en termes de dépenses de RD, l’innovation ne peut être la réponse unique à l’ensemble des défis rencontrés.
  10. 10. 3.3.2. La Supply Chain industrielle et logistique et le Seine Valley Community System au fondement du modèle de développement économique de la vallée de la Seine Ledéveloppementdel’écosystèmeParisSeineNormandiereposesur l’hypothèse que les réponses stratégiques aux enjeux d’aujourd’hui doivent faire système, entrer en résonance les unes avec les autres afin qu’émerge une dynamique vertueuse associant développements endogène et exogène. Cette dynamique repose sur un modèle de développement simple dans lequel l’ensemble des parties prenantes devrait se reconnaître pour optimiser leurs actions individuelles à l’échelle de la vallée de la Seine. Le Seine Valley Community System est au coeur du modèle de développement et sert de catalyseur à la dynamique d’ensemble. De manière stylisée, ce modèle de développement repose sur les mécanismes suivants : 1: Le Seine Valley Community System rend l’organisation et les atouts économiques du territoire plus lisibles, améliorant ainsi sa visibilité internationale et sa capacité à attirer des entreprises extérieures. 2: Le Seine Valley Community System optimise les relations entre les entreprises, entre les grands groupes et les sous-traitants, entre les filières et renforce les conditions favorables aux fertilisations croisées. 3: LeSeineValleyCommunitySystemcapitalisesurlessystèmes de relations entre entreprises préexistants en assurant leur interopérabilité. Le SVCS correspond ainsi pleinement aux besoins des entreprises qui, en l’utilisant à plein, participent à son amélioration. 4:Les entreprises extérieures sont attirées par le Seine Valley Community System qui leur permet de se « brancher » sur l’écosystème. Plus ces entreprises utilisent le SVCS, plus elles participent à son amélioration, qui bénéficie aux synergies entre entreprises. 5: Les nouvelles activités et les nouvelles entreprises améliorent les synergies entre entreprises, y compris au-delà de l’impact du SVCS. 6: Les synergies entre entreprises sont un facteur d’attractivité même pour des entreprises n’ayant pas l’usage du SVCS. Les synergies entre entreprises leur permettent également d’être collectivement plus efficace à l’international. Les Cargo Community Systems (CCS) sont des systèmes informatiques dédiés à l’échange d’informations relatives aux opérations de fret. Un utilisateur peut grâce à un CCS : vérifier la disponibilité d’espaces à bord d’un navire, d’un avion, d’un train…; effectuer une réservation électronique; échanger des documents électroniques tel la LTA; suivre le bien transporté tout au long de son voyage. Dans l’environnement économique Paris Seine Normandie, HAROPA s’appuie sur les solutions AP+ développées par SOGET et les opérateurs de fret de l’aéroport de Paris-Charles de Gaulle disposent depuis 2011 de la plate-forme d’échanges de donnéesélectroniques.CargoInformationNetworkFrance(CIN). En Asie, où la culture collaborative des CCS est particulièrement avancée, huit pays coopèrent à travers la Pan Asian Alliance (PAA), un meta-système qui assure l’interopérabilité internationale des systèmes d’EDI pour plus de 200 000 entreprises. Les principaux projets de plateformes multimodales : Chantier multimodal du Havre Port Jérôme 3 Chantiers du Grand Rouen et de l’Eure (Seine Sud et Alizay). Des projets complémentaires existent à plus ou moins long terme (Chantier multimodal et PLPN Est au Havre, Radicatel à Port Jérôme, Seine Sud à Rouen, Alizay Pitres-le-Manoir et Gaillon-Aubevoye dans l’Eure, Achères dans les Yvelines…) 20 21 Valley Community System Synergies entre entreprises Lisibilité et attractivité internationale 1 4 5 6 2 3 3.4. Pour lancer la dynamique : optimiser les paramètres du modèle de développement économique Pour que le modèle de développement économique fonctionne à plein, il est indispensable de lancer une dynamique d’optimisation du territoire et de ses principaux facteurs d’attractivité. 3.4.1. Développer les plateformes logistiques et l’offre de foncier économique La construction d’un corridor économique de la vallée de la Seine (Gateway) repose notamment sur la construction d’un réseau de plateformes (logistique, logistique portuaire et zone mixte). Ces plateformes génèrent de la valeur ajoutée pour le territoire en y fixant de l’activité (emplois) et en organisant les flux logistiques (massification). Totalement intégrées au système portuaire, elles sont des éléments essentiels de l’attractivité économique de la vallée de la Seine. Le développement de ce système nécessite bien entendu un ensemble de facteurs favorables dont la disponibilité foncière demeure le socle. Une telle disponibilité réclame une gestionstratégique du foncier dédié à l’économie. En effet, il faut pouvoir proposer en permanence aux investisseurs une offre concrète et diversifiée. Des projets existent à plus ou moins long terme (PLPN Est au Havre, Radicatel à Port Jérôme, Seine Sud à Rouen, Alizay Pitres-le-Manoir, Gaillon Aubevoye, Achères…), mais ils doivent être rapidement mis en oeuvre afin de répondre à cet enjeu stratégique. Pour ce faire, il est essentiel que ces sites répondent aux attentes des clients et des investisseurs : Un positionnement géographique situé à proximité de grands pôles logistiques et/ou d’un marché concentrant la demande. La proximité d’infrastructures autoroutières a minima et une ouverture multimodale immédiate. L’existence d’une offre de transport adaptée (capacité de collecte et de distribution via un écosystème de transporteurs de différente nature, par exemple : lots complets, messagerie palette, colis). La qualité de l’offre (conformité aux règlements ICPE et aux caractéristiques des bâtiments récents et compétitifs de classe A) est un élément majeur, quand elle n’est pas en plus couplée avec des exigences environnementales (ex: optique de réduction des consommations énergétiques) voire paysagères pour certains chargeurs. Faceauxmultiplesenjeuxposésparlesimplantationslogistiques dans la vallée de la Seine (économie, emplois intégration environnementale paysagère, réduction des investissements publics), il convient de concentrer les efforts afin de développer ou de créer ces nouvelles polarités portuaires et logistiques en capacité d’attirer les flux qui les rendront viables. Dans ce cas, un soutien institutionnel affirmé et cohérent (dans le cadre du CPIER vallée de la Seine) s’impose donc sur des projets stratégiques ainsi que sur les infrastructures (liaison A28-A13, A104 en proximité du futur port d’Achères) qui en faciliteront l’accessibilité. Le renforcement des coopérations entre sites logistiques et portuaires est également indispensable pour faciliter le développement des synergies et des flux croisés. Enfin, les sites logistiques qui émergeront comme étant d’un intérêt économique prenant toute sa mesure à l’échelle de la vallée de la Seine devront intégrer : un bouquet performant de services en matière de télécommunication numérique ; la possibilité de développer le plus facilement possible des logiques d’écologie industrielle et d’efficience énergétique (à l’image de l’expérimentation conduite par l’Institut pour la Transition Energétique Paris-Saclay Efficacité Énergétique dans la zone industrialo-portuaire du Havre).
  11. 11. 3.4.3. Faciliter l’adaptation et le recrutement de la main-d’oeuvre Les dirigeants d’entreprises qui recrutent expriment fréquemment (30 à 35 % des cas) une difficulté à le faire. Les principales causes avancées en sont la pénurie et le manque de qualification des candidats. C’est encore plus vrai dans un contexte de mutation ou de reconversion économique. Les mutations technologiques et organisationnelles internes à chaque secteur économique marginalisent en effet rapidement tous les demandeurs d’emploi, voire les salariés fragilisés par ces mutations car manquant d’un socle de compétences suffisamment stabilisé et approprié. L’accompagnement du dirigeant d’entreprise dans sa démarche de recrutement (détermination des compétences attendues, sélection pertinente des candidats) constitue un complément indispensable. Ces mêmes mutations ont comme conséquence une évolution de la répartition locale des activités économiques. Si la mobilité résidentielle ou pendulaire est fréquemment vue comme la meilleure solution, il ne faut pas écarter la mobilité sectorielle à l’échelle locale. Celle-ci justifie la démarche actuelle de « GPEC-T » (gestion prévisionnelle des emplois territoriale). Elle suggère également un travail plus opérationnel d’accompagnementdessalariésoudemandeursd’emploisdans leur replacement au sein de filières émergentes. Pour illustrer cette orientation, un électrotechnicien automobile trouvera pleinement sa place dans toute autre industrie de process (centre d’incinération, station d’épuration, site de production d’énergie, chimie fine, agro-alimentaire, etc.) en croissance dans son territoire, pour autant qu’il soit accompagné dans sa propre mutation (culture d’entreprise, bonnes pratiques sectorielles,…), démarches qui ne relèvent ni de l’évolution de la qualification ni de celle de la certification professionnelle. Une gestion prospective et collective des bassins d’emplois participedecetobjectif.Enanticipantlesévolutionsdel’économie et les requalifications, les acteurs du système économique local sont à même d’assurer une meilleure mobilité et une meilleure adaptation des ressources humaines, ce qui en garantit la pérennité. Les démarches de type « gestion territoriale des emplois et compétences » (GPECT), qui sont encore nouvelles, impliquent un partage d’informations constant entre secteur public et entreprises, selon des mécanismes collaboratifs. En effet, connaitre ses ressources est important pour les acteurs locaux, tant pour anticiper les conséquences des mutations économiques à venir que pour élaborer leur message de marketing territorial et orienter leur action de prospection de nouveaux entrepreneurs. Pour les entreprises du territoire, cette connaissance permet de définir et d’adapter les formations nécessaires à leur propre évolution. La mise en oeuvre de la « GPEC-T » est potentiellement duale, selon qu’elle a pour objet d’adapter un territoire à une rupture économique constatée ou qu’elle vise à anticiper les mutations prévisibles ou probables du tissu local et de la composition de ses emplois. Face à l’ambition exprimée dans le cadre du projet Paris Seine Normandie, il est proposé de déployer une démarche de GPEC-T anticipatrice méthodologiquement homogène dans les différents bassins de vie qui le composent, dont la finalité sera de faciliter et de sécuriser l’adaptation des actifs aux évolutions économiques liées à la mise en oeuvre du projet stratégique du territoire. Dans la perspective de ce déploiement, il sera essentiel de s’appuyer sur les expériences développées dans certaines parties du territoire, d’en tirer les bonnes pratiques et de concevoir sur ces bases une démarche pertinente et duplicable. Les opérations menées en Haute ou Basse Normandie, en particulier en lien avec la création de nouvelles filières d’activité (éolien, EPR, ...) constituent un exemple et offrent un retour d’expérience indispensable à l’atteinte des objectifs visés. Le projet proposé à l’échelle de PSN est de faire partager aux acteurs locaux des bassins de vie la boite à outils et les éventuels outils (plateforme collaborative, ...) nécessaires, de les accompagner dans leur coordination, leurs échanges et leur coopération interrégionale, chaque bassin étant autonome dans la conduite de sa démarche. 22 23 3.4.2. Améliorer l’efficacité des infrastructures de transport et d’échange Il paraît essentiel pour les entreprises de développer et de finaliser les infrastructures pour exploiter à plein les équipements et les zones d’activités logistico-industrielles. S’il est indispensable de promouvoir les transports fluviaux et ferroviaires, le mode de transport routier restera incontournable malgré les risques d’engorgement des routes liés à l’accroissement attendu des flux de marchandises. Le développement des pôles portuairesduHavre,deRouenetdeParis,desmétropoleséponymes, et plus globalement de l’écosystème Paris Seine Normandie sera pénalisé par la dégradation de la fluidité de circulation par la route des marchandises et des personnes. Dans cette perspective, les infrastructures routières prioritaires sont : le prolongement du maillage autoroutier de l’A150 vers l’A29, au nord-ouest de Rouen, le prolongement ouest de la Francilienne (A 104),conditionessentielleaudéveloppementdelafutureplateforme multimodale d’Achères, la construction du pont d’Achères entre la D30 et la D190, pour desservir le pôle portuaire et logistique de Triel- sur-Seine, des aménagements pour améliorer l’accessibilité du port de Gennevilliers par l’A15 et surtout l’A86, aujourd’hui saturée (avec l’élargissement de l’A86 à deux fois trois voies entre Saint-Denis et Rueil- Malmaison), la remise aux normes du pont sud à Bruyères- sur-Oise et des aménagements pour améliorer l’accessibilité du port de Bonneuil-sur-Marne pour les poids lourds. L’axeSeinepossèded’oresetdéjàderéellesqualitésdansledomaine de l’offre de transport multimodale, mais la finalisation de certaines infrastructures ferroviaires ou fluvio-portuaires est indispensable. Pour le ferroviaire (fret et passagers) : Mise en place de la Ligne Nouvelle Paris-Normandie (LNPN) ; Traitement du noeud Paris-Saint-Lazare/Mantes ; Nouvelle gare à Rouen et création d’un pôle tertiaire ; AménagementdestronçonsRouen-LeHavre/Evreux-Caen-Cherbourg; Électrification et aménagement de Serqueux-Gisors ; Interconnexion Sud TGV en Ile-de-France ; Aménagement pour trains longs Le Havre-Paris-Dijon ; Réalisation de la TGO dans le nord-ouest de l’Ile-de-France. Pour le fluvio-maritime : Port 2000 troisième phase ; MiseàgrandgabaritSeineentreBray-sur-Seine etNogent-sur-Seine; Accès fluvial à Port 2000 (Châtière) ; ProlongementduGrandCanalduHavrejusqu’aucanaldeTancarville. Pour le routier (connexiondesplateformeslogistiquesmultimodales): A104 Méry-sur-Oise/Orgeval ; Liaison A28-A13 : Contournement Est de Rouen ; AménagementtronccommunRN154/RN12DreuxNonancourt; Aménagement 2x2 voies RN12 Alençon – Dreux ; Liaison 2x2 voies A13 - Evreux. Source : Sources : ©IGN - Route 500 - 2010 - ®AURH (LA - 03/2011) OUVERTURE INTERNATIONALE PROJET CANAL SEINE NORD EUROPE OISE M ARN E PARIS ROUEN LE HAVRE CAEN Dieppe Fécamp St-Wandrille Port-Jérôme Honfleur Beuzeville Evreux Cracouville Gaillon/Aubevoye Port Angot Seine sud Pitres/Le Manoir Bruyères-sur-Oise Beauvais Longueil-Ste Marie Compiègne Gennevilliers Achères Nanterre Paris Aval Paris Amont Lagny Saint Thibault des vignes Bonneuil-sur-Marne Vigneux-sur-Seine Evry Dommarie-les-lys Conflans-fin d’Oise Triel-sur-Seine Limay Seine Aval Ile-de-France St Ouen l’Aumône Thuit-Hébert Ouistreham Mézidon-Canon Bréauté Beuzeville New-York Rotterdam Newhaven Hong-Kong Shangai Dakar Melbourne Bassin méditérannéen Le Trait AUTOROUTES VOIES RAPIDES (DE TYPE AUTOROUTES) AUTRES ROUTES STRUCTURANTES VOIES FERRÉES STRUCTURANTES POUR LE TRANSPORT DE FRET AUTRES VOIES FERRÉES LIAISONS MARITIMES PROJET DE CANAL SEINE NORD EUROPE RÉSEAU FLUVIAL À GRAND GABARIT PORTS/PLATEFORMES MULTIMODALES EXISTANTS PLATEFORMES MULTIMODALES PROJETÉES SITES À L’ÉTUDE LES 3 GRANDS PORTS AUTRES PORTS MARITIMES Monterolier-Buchy Rouen Vallée de Seine Logistique 0 5 10 20 Km Les grands projets structurant le territoire entre 2014 et 2030  Source : Source: AURH / Seine Gateway (R)
  12. 12. Le portefeuille d’actifs économiques du territoire de la vallée de la Seine constitue potentiellement un véritable écosystème grâce à la présence de l’ensemble des chaînes de valeur des grands secteurs économiques mondiaux, comme en témoigne la carte ci-contre. Tertiaire, industrielle, diversifiée : l’économie de la vallée de la Seine se caractérise par un tissu économique complet, avec la présence en Seine aval d’acteurs économiques dont les spécialités viennent enrichir et compléter le tissu industriel et tertiaire francilien. Dans cet ensemble, les activités historiques (automobile, chimie et pétrochimie, aéronautique, agroalimentaires, matériaux) sont toujours très présentes - même si elles ont connu, depuis la fin des Trente Glorieuses, de fortes évolutions liées aux mutations de l’environnement économique global et se voient complétées par de nouvelles compétences (énergies renouvelables, éco- industries, biotechnologies, numérique...). Le tout est renforcé par les pôles de compétitivité et pôles d’excellence portés par les pouvoirs publics à partir de compétences territoriales avérées. Doté de filières fortes, structurées, identifiées, pourvu d’acteurs qui oeuvrent pour leur animation et leur développement, l’écosystème de la vallée de la Seine pourrait considérer son avenir assuré. Toutefois, l’analyse de l’évolution économique des territoires, en France et en Europe, fragilise ce scénario. En effet : // Toutes les entreprises ne sont pas égales devant leurfuturselonleurtaille,leurcapacitéd’innovation ou d’internationalisation ; // Parmi les PME, industrielles ou de services qui réussissent le mieux, une grande majorité sont, de fait, multi-filières ; 3.4.4. Transcender la logique verticale des filières pour accompagner durablement la compétitivité industrielle des entreprises Source : www.insee.fr Initialement posé dans les années 1950/1960 pour analyser, puis planifier l’organisation des grands secteurs industriels, le concept de filière a fortement évolué en fonction des mutations de l’environnement économique. Il n’en demeure pas moins un outil de référence pour la politique économique française, tant au plan national que régional. Cette lecture verticale – et souvent cloisonnée – de l’organisation économique n’est pas nécessairement partagée par tous les grands pays. Le cas de l’Allemagne est, à ce titre, particulièrement riche d’enseignements : on n’y trouve pas de politique de filières. L’action des pouvoirs publics s’oriente en effet plutôt vers une politique de soutien général à la compétitivité du tissu industriel, en s’attachant en particulier à assurer un cadre réglementaire propice au développement économique (climat des affaires, qualification des salariés, etc.). Cette lecture horizontale du soutien aux industries prévaut égalementdanslanouvellepolitiqued’innovationtechnologique et industrielle mise en place par la Commission Européenne pour la période 2014 / 2020 (Horizon 2020). Les programmes issus de cette nouvelle politique affichent clairement un appui privilégié aux technologies diffusantes ou génériques, dites « key enabling technologies » (KET). Dès lors, quels choix et quelles stratégies pour soutenir l’industrie du futur ? Il est en effet probable, sinon certain, qu’à l’horizon 2050, la production manufacturière européenne aura évolué de façon très significative. Cinq changements majeurs devraient intervenir : 1: La technologie est appelée à jouer un rôle central. Les technologies de l’information, les capteurs et les techniques telles que l’impression 3D conduiront l’industrie à être plus rapide, plus réactive et plus proche des clients, notamment en permettant la personnalisation des produits, même ceux à faible coût. 2: Les usines seront beaucoup plus diverses et réparties qu’aujourd’hui avec d’un côté des super centres de production réclamant de très gros investissements pour des produits très complexes et, de l’autre, des unités reconfigurables et des centres de production locaux, voire mobiles. 3:Au-delà de la fabrication et de la vente de produits, la part de revenus fournie par les services est appelée à croître significativement. 4: La production sera plus « durable », via des progrès dans l’utilisation plus efficiente de l’énergie et des matériaux, imposés par la volatilité des prix et celle de la disponibilité des ressources. 5: Les emplois exigeront une main d’œuvre très qualifiée et seront bien payés. Pour permettre aux entreprises d’anticiper ces évolutions majeures, face auxquelles un grand nombre d’hypothèses, d’analyses prédictives et de recommandation stratégiques formulées à ce jour ne permettent pas d’envisager des décisions d’investissement technologique fiables, il est proposé de mettre en place un centre de veille stratégique sur les technologies et l’industrie, dont la mission sera justement d’aider les entreprises à anticiper ces mutations. //De nouvelles activités économiques sont en émergence et peuvent se développer significativement dans le territoire, à condition d’en accompagner les porteurs et d’assurer la mutation du tissu actuel et de ses salariés vers ce nouvel écosystème. // Les comparaisons des politiques publiques internationales laissent à penser que l’approche filière ne saurait être la réponse univoque à l’appui souhaité par les dirigeants d’entreprises. KET : Les Key Enabling Technologies La Commission européenne a présenté en 2012 une stratégie globale en faveur des technologies clés génériques, destinée à permettre à l’UE de rester un acteur de premier plan dans le domaine technologique. Les technologies clés génériques (TGC ou Key Enabling Technologiesenanglais)sontunvecteur essentield’innovation. La capacité de l’Union européenne, à les mettre au point et à les déployer à l’échelle industrielle, joue un rôle déterminant pour la pérennité de la compétitivité et de la croissance européenne. LesKETretenuescommeprioritairesparla Commissioneuropéenne sontaunombrede5: - Nanotechnologies, - Nano et microélectronique, - Matériaux avancés, - Biotechnologies - Photonique Auxquelles s’ajoute une compétence-clé supplémentaire : la maitrise des Systèmes de production et de fabrication avancés pour la réalisation de composants à la pointe de la technologie, associant une ou plusieurs KET. Les technologies clés génériques, sont des « briques » combinables entre elles, essentielles à la fabrication d’une vaste gamme de produits et d’applications à forte valeur ajoutée : véhicules électriques (matériaux avancés pour les batteries, photonique pour l’éclairage basse consommation, biotechnologies pour la mise au point de pneumatiques à faible frottement...), smartphones et tablettes, pacemakers, cellules photovoltaïques… L’innovation est de plus en plus envisagée avec une approche « transversale » et du point de vue de l’Union européenne, la maîtrise des technologies clés génériques s’affirme comme un enjeu pour toutes les entreprises industrielles. 24 25 Sources : CCI Normandie - Normandie Développement - CCI Val d’Oise et Yveline - AURH Le système productif de la vallée de la Seine PARIS ROUEN LE HAVRE CAEN Automobile Construction mécanique - Métallurgie Pétrole/chimie Pharmacie Construction aéronautique Plasturgie Filières majeures 8 500 4 600 1 500 500 RENAULT TRUCKS EDF TOTAL RAFFINERIE DE NORMANDIE AIRCELLE TOTAL PETROCHIMIE SIDEL DRESSER-RAND FOURE LAGADEC TOURRES CIE CHEVRON ORONITE SA RENAULT SANDOUVILLE EXXONMOBIL CHEMICAL FRANCE RAFFINAGE ESSO SAF ORIL INDUSTRIE ET PHARMACEUTIQUE SANOFI FLEXI FRANCE GSK FERRERO FRANCE AUTOLIV FRANCE RENAULT CLEON APTAR FRANCE AERAZUR SNECMA SCA TISSUE FRANCE TE CONNECTIVITY DEUTSCH GSK APTAR FRANCE RENAULT CENTRE D’ESSAIS SANOFI PASTEUR JANSSEN CILAG SEALYNX AUTOMOBILE RENAULT SAS RENAULT SAS AIRBUS SPACE SYSTEMS UTC AEROSPACE SYSTEMS 3M SAGEM THOMSON DASSAULT AVIATION AIRBUS HELICOPTER SNECMA PEUGEOT CITROEN AUTOMOBILE SA GSK MBDA MESSIER BUGATTI DOWTY GE MEDICAL SYSTEMS THALES SYSTEMES AEROPORTES SA ZODIAC AEROTECHNICS AIRBUS DEFENCE SPACE THALES OPTRONIQUE SOVIBA NXP SEMI CONDUCTORS PSA PEUGEOT CITROEN VALEO MONDEVILLE.SC2N MERCK CO LABORATOIRES GILBERT ROBERT BOSCH FRANCE KNORR BREMSE PEUGEOT CITROEN AUTOMOBILE SA PEUGEOT CITROEN AUTOMOBILE SA SOURCES: CRCI HAUTE -NORMANDIE NORMANDIE DÉVELOPPEMENT CCI VAL D’OISE ET YVELYNES Filières en developpement Papier - carton - verre Fabrication de matériel électrique et électronique Industrie agro-alimentaire Effectif salarié 0 10 20 50 Km UTC AEROSPACE SYSTEMS Implantation des principales unités industrielles des filières majeures Effectif salarié
  13. 13. Le projet Paris Seine Normandie implique une capacité d’action inédite à cette échelle et la maitrise d’une grande complexité compte tenu de la diversité et de l’hétérogénéité des parties prenantes et des acteurs en présence. Un pilotage performant et innovant est impératif. En matière économique, ce pilotage doit reposer sur une série d’indicateurs et sur leurs mesures afin d’être en capacité d’évaluer la performance économique de l’écosystème et la réussite du projet Paris Seine Normandie. 3.5. Pour assurer la réussite de Paris Seine Normandie, mettre en place un pilotage du projet pérenne, performant et innovant 3.5.1. Évaluation de la performance économique et de la réussite du projet L’évaluation de la performance économique du projet doit se déployer dans trois dimensions, chacune reposant sur une série d’indicateurs objectivables : La performance économique des entreprises Mesure de l’évolution des coûts opérationnels (salaire, rémunération, frais de personnel, frais de transport, coûts énergétiques…) Mesure de l’évolution de la productivité (VA par emploi, excédent brut d’exploitation, CA…) Mesure de l’évolution des marges Mesure de l’évolution des investissements (formation brute de capital fixe…) Mesure de l’évolution de l’endettement Mesuredel’évolutiondelatailleetdeladimensioninternationale Capacité d’autofinancement / carnets de commandes L’attractivité et la performance économique du territoire Maintien / renforcement des performances économiques (Évolution du PIB, évolution de la VA industrielle) Évolution de l’activité d’HAROPA Développement de surfaces logistiques ou d’espaces dédiés à l’économie Nombre et typologie des emplois créés Pérennité des entreprises Implantation d’entreprises Ralentissement des délocalisations d’activités Viabilité des entreprises nouvellement créées Le développement soutenable des activités et des territoires Croissance répartie de la population Critères environnementaux : réduction CO2 et GES, qualité des eaux, réduction des déchets ultimes Autres critères d’expression de bien-être des populations : accèsauxformationsetàl’emploi,conditionsdedéplacement, qualité de l’environnement résidentiel. Il faut souligner le cas particulier du succès des activités touristiques qui mesure à la fois la performance économique des acteurs, l’attractivité du territoire et la qualité de vie. Pour chaque mesure, le niveau à partir duquel on pourra considérer qu’elle indique une performance de l’écosystème devra être défini par les acteurs de la gouvernance. 3.5.2. Une gouvernance inédite La réussite du projet Paris Seine Normandie nécessite un pilotage pérenne et innovant à travers une gouvernance inédite. En premier lieu, l’association Paris Seine Normandie considère que la Délégation interministérielle au développement de la vallée de la Seine doit être maintenue au-delà de l’élaboration du schéma stratégique de développement de la vallée et de la signature des Contrats de projet. Cela garantirait dans le temps l’implication de l’Etat au plus haut niveau (Secrétariat général du Premier ministre) et dans une posture transversale à l’ensemble de la vallée, complémentaire à l’action du préfet coordinateur de l’action de l’État pour l’aménagement de la Seine. En second lieu, l’association Paris Seine Normandie considère que la dimension spécifiquement économique du développement de la vallée de la Seine, à la fois complémentaire de l’action d’aménagement et interrégional, impose une gouvernance originale impliquant au moins trois acteurs : le Délégué interrégional, le Comité directeur et l’association Paris Seine Normandie. Le Délégué qui est Président du Comité directeur est également membre de l’association Paris Seine Normandie. Il est l’invité permanent de son Bureau. L’association Paris Seine Normandie est invitée comme membre associé au Comité directeur, au même titre que les CESER et les collectivités infrarégionales, que les statuts de l’association Paris Seine Normandie associent à sa gouvernance. 26 27 Ce schéma s’inspire du modèle des Local Entreprise Partnerships (LEPs) mis en place à partir de 2011 au Royaume-Uni par le gouvernement britannique (partenariats territoriaux conclus sur une base volontaire entre les entreprises et les pouvoirs publics, pour définir et mettre en oeuvre un schéma stratégique partagé de développement territorial d’une aire géographique économiquement pertinente et non administrative). Le design de la gouvernance pour le développement économique ainsi proposée serait le suivant : Délégué interministériel pour le développement de la vallée de la Seine Membre de droit du CA Préside Membres associés Associés Comité Directeur composé des Présidents des trois Régions Acteurs Associés au titre du décret n°2013-336 du 22 avril 2013
  14. 14. Affirmer le positionnement mondial du territoire, renforcer l’efficacité collective des entreprises, construire le Seine Valley Community System : telles sont les trois priorités sur lesquels faire porter les efforts pour engager dès à présent une dynamique collective nouvelle sur l’ensemble de la vallée de la Seine. L’association Paris Seine Normandie® a confié la mise en œuvre opérationnelle de ces trois domaines d’action stratégique complémentaires aux Ateliers Paris Seine Normandie®. Pilotés et animés par des chefs d’entreprises, les Ateliers Paris Seine Normandie®, Les Ateliers Paris Seine Normandie réunissent, autour des thématiques majeures du projet Paris Seine Normandie, des acteurs-clés concernés par le développement de la vallée de la Seine et volontaires pour coproduire les actions, expérimentations, appels à projets... d’un programme élaboré en concertation avec le Délégué Interministériel au développement de la vallée de la Seine, avec pour objectif l’inscription d’une première série d’actions, au bénéfice des entreprises et du territoire, dans le cadre du Contrat de Plan interrégional (CPIER) entre l’Etat et les trois régions Haute-Normandie, Basse-Normandie et Ile-de- France, sur la période 2015-2020 et au-delà. Ouverts aux entreprises, aux pôles de compétitivité, aux clusters territoriaux, aux associations sectorielles, aux fédérations et organisations professionnelles…, les Ateliers Paris Seine Normandie® se veulent le laboratoire d’expérimentations novatrices à caractère technologique, économique, industriel, permettant d’imaginer et de tester « grandeur nature » des services, des outils ou des usages nouveaux dans les domaines de la logistique et des services industriels, des mobilités de demain, de l’économie circulaire et des fonctionnalités, plus largement dans tout ce qui favorise un développement économique soutenable. La construction du territoire de l’excellence des flux passe par la synchronisation des activités économiques. Celle-ci sera rendue possible par l’élaboration progressive du Seine Valley Community System, modèle d’optimisation des flux économiques par la mise en réseau, l’interopérabilité et la synchronisation de tous les systèmes d’information le long des chaines de valeur, intégrant les Cargo Community Systems portuaires et aéroportuaires, les Supply Chains des filières industrielles, ainsi que la dimension énergétique et environnementale des activités économiques. Outil de différenciation à niveau mondial, au service du développement d’un écosystème industriel, logistique, énergétique et environnemental efficient, le Seine Valley Community System contribue à l’optimisation logistique du territoire, à la compétitivité des activités industrielles et à leurs retombées en termes d’emplois ainsi qu’à l’attractivité du territoire lui-même. L’émergence de l’écosystème industriel, logistique, énergétique et environnemental efficient sera favorisée par le renforcement du fonctionnement collectif des entreprises, grâce au maillage territorial, au travail en réseaux, à la généralisation des dispositifs d’open innovation et d’accélération du transfert de compétences entre les entreprises, la facilitation de nouvelles formes de financement participatif… En dynamisant les synergies entre entreprises et la coordination entre entreprises et territoires, le projet Paris Seine Normandie® doit permettre de développer une véritable « intelligence territoriale collective » au service de la stratégie des entreprises. Pour affirmer durablement le positionnement d’un Grand Paris Seine Normandie sur la carte du Monde, il est impératif de construire une identité économique lisible et visible et de la promouvoir au plan international. La construction de cette identité repose à la fois sur l’apport spécifique d’une dimension maritime au Grand Paris et sur la mise en avant d’un projet d’optimisation économique du territoire, caractérisé par le fonctionnement collectif des entreprises et la mise en œuvre du Seine Valley Community System. 28 29 4.DESAXESSTRATÉGIQUESAUXACTIONSDETERRAIN// 1.LamiseenœuvreduSeineValleyCommunitySystem// Elle passe par une phase immédiate d’étude d’opportunité / faisabilité, permettant de dresser un état des lieux des Supply Chains de la vallée de la Seine et des outils de gestion de ces Supply Chains. A partir de cette analyse précise conduite en en étroite coordination avec les grands opérateurs économiques concernés (gestionnaires d’infrastructures, transporteurs et logisticiens, chargeurs industriels et de la grande distribution) et avec les acteurs territoriaux déjà engagés dans des démarches potentiellement contributrices du projet (AURH / Gateway – Weastflows, Toile industrielle, Nov@LOG, UMR IDEES / DEVPORT….) émergera un modèle économique d’interopérabilité, à valider puis à mettre en œuvre à partir de 2016. 2.Le déploiement d’une plateforme collaborative à l’échelleduterritoire// Elle permettra aux grands acteurs économiques d’identifier et de s’appuyer sur les compétences régionales pour réaliser les grands projets structurant le territoire : travaux liés à la construction du Grand Paris Express, de la LNPN et de l’axe Serqueux-Gisors, du futur port d’Achères, projets d’écologie industrielle et de logistique urbaine, expérimentation de bornes de recharge électrique et de nouveaux modes de transport... Cette action s’inspire de l’exemple réussi de la constitution d’une filière industrielle de l’éolien offshore en Normandie à travers la mise en place de la plateforme CCI Business. 4.1 Un premier plan d’actions pour la période 2015/2017 Ce plan d’action définit trois grandes priorités immédiates sur lesquelles faire porter les efforts pour engager dès à présent une dynamique collective nouvelle sur l’ensemble de la vallée de la Seine : 3.L’élaboration d’une démarche de promotion internationale, construitepouraffirmerdurablementlepositionnementd’un GrandParisSeineNormandiesurlacarteduMonde// À partir d’un objectif clairement posé : l’accroissement de l’attractivité globale du territoire économique, la création d’une identité forte qui rende le territoire « visible et attractif » passe par la production d’un discours et d’outils communs, partageables par tous les acteurs de la promotion économique du territoire, légitimant le positionnement de celui-ci dans la compétition mondiale des Gateways industriels et logistiques.
  15. 15. Undispositifd’accompagnementdesPMEà l’améliorationdesperformancesindustrielles, logistiquesetenvironnementales : Programme Diagnostic / Mise en œuvre pour l’amélioration de la maitrise de la Supply Chain pour les PME du territoire ; Appels à projets permettant de distinguer et d’accompagner la réalisation d’investissements remarquables sur le territoire (report modal, massification, mutualisation, outils collectifs d’optimisation de Supply Chain, d’écologie industrielle…) Création d’un label Performance Logistique Durable pour les logisticiens de Paris Seine Normandie Un centre de ressources mutualisées sur l’efficienceénergétiqueetenvironnementale permettant : de disposer de connaissances, de visibilité et de maîtrise sur les thématiques de l’économie circulaire, l’écologie industrielle, l’économie de la fonctionnalité… de passer du concept au concret en élaborant des solutions opérationnelles innovantes à expérimenter sur le territoire Paris Seine Normandie et en premier lieu sur les grandes zones industrielles de la vallée de la Seine, de soutenir la performance durable des projets industriels, logistiques…portés par les acteurs économiques du territoire Un Centre de veille stratégique sur les technologies et l’industrie Construit en partenariat avec les Pôles de compétitivité, dont la mission sera d’aider les entreprises à anticiper les évolutions majeuresenmatièredechoixtechnologiques,toutenrenforçant la fertilisation croisée entre domaines industriels, afin de transcender la logique verticale des filières ou le cloisonnement entre territoires. La veille stratégique organisée pour les entreprises leur permettra : de prendre les décisions d’investissement technologique en connaissance de cause, d’acquérir une meilleure capacité à travailler en réseau et à identifier les partenaires pertinents pour leur démarche d’innovation collaborative et pour leur développement commercial, d’accéder à un service de plateformes de démonstration ou d’expérimentation des technologies mises en œuvre et des usages visés (par exemple, au profit des collectivités ou des populations résidentes). Un observatoire du foncier économique et descapacitésd’implantationstratégiques, permettant de : recenser le foncier dédié à l’activité économique, afin de répondre aux attentes des filières de la vallée de Seine. réaliser des études de programmations, des études d’opportunité, de localisation… ; disposer d’informations fiables et mises à jour afin d’alimenter les réflexions menées sur chacune des échelles territoriales ; développer l’attractivité du territoire en facilitant la localisation des activités économiques, logistiques, industrielles… produire un cadre de référence pour le développement de la logistique à travers l’élaboration progressive d’un Schéma de Cohérence Logistique à l’échelle de la Vallée de Seine Ces premières actions sont décrites sous forme de fiches synthétiques dans les pages qui suivent. Afind’alimenteretdesoutenirladynamiquedeconstructionduSeineValleyCommunitySystem,derenforcementdufonctionnementcollectif des entreprises et d’affirmation du positionnement mondial du territoire, les Ateliers Paris Seine Normandie® se proposent d’étudier la mise en place d’outils de dimension tri-régionale pour accompagner les entreprises dans cette démarche globale vers l’efficience économique globale du territoire : 3130 4.2 D’autres actions en cours d’élaboration La feuille de route des Ateliers Paris Seine Normandie® inclut naturellement le pilotage de la mise en œuvre des premières actions validées, ainsi que la génération de nouvelles actions au fur et à mesure de l’avancement de leurs travaux et de la prise en compte des attentes et contributions des acteurs économiques associés, selon un processus de génération continue de projets entretenu par l’association et ses membres. Open Innovation Le dispositif envisagé consiste à faire travailler, dans la durée, des Grandes Entreprises présentes sur le territoire Paris Seine Normandie et des PME technologiques à partir des besoins détectés par chaque Grande Entreprise participante. Les grandes entreprises s’engageront ainsi dans une logique d’accompagnement en mettant à disposition des PME identifiées des compétences internes. La PME ainsi coachée pourra développer une technologie particulière utile à la Grande Entreprise et devenir, in fine, co-traitant sur un produit ou une solution innovante de cette dernière. L’objectif est la création de valeur au sein des PME et des grands comptes, tout en renforçant la connaissance et les relations entre les entreprises du territoire. Création d’outils de financement des projets d’entreprises  Un fonds d’investissement, inspiré du modèle développé en 2013 en région Rhône-Alpes (fonds doté par la région, la CDC, trois banques régionales et des partenaires coopératifs) Uneplateformede« CorporateCrowdfunding »entreentreprises du territoire, à partir du modèle développé par la CCI de Caen - Normandie Un outil de financement collaboratif de projets innovants, via la mise en place d’un fonds de dotation alimenté par les entreprises du territoire et abondé par les pouvoirs publics ; Animation des réseaux  Il s’agit de consolider, de renforcer les initiatives collectives autour d’ « entreprises structurantes » avec une dynamique de réseau complémentaire aux réseaux préexistants, en se focalisant sur la chaine de valeur du développement industriel. Un processus d’animation, soutenu par une plateforme collaborative et des rencontres thématiques, sera nourri par une veille continue pour susciter ou créer des dynamiques collectives autour de marchés à fort potentiel pour le territoire et donner de la visibilité aux leaders. Ressources humaines Mettre en place les outils de connaissance fine conduisant à l’élaboration, avec les entreprises, d’une politique de GPECT sur l’ensemble du territoire en dégageant les priorités liées aux secteurs industriels et logistiques. Paris Seine Normandie® a vocation à engager, soutenir, contribuer à des actions qui complètent - sans effet de substitution - les outils déployés dans chacun des territoires constitutifs de l’espace économique de la vallée de la Seine. Dans cet esprit, les actions relevant de Paris Seine Normandie® devront faire en sorte que la démarche interrégionale constitue un effet de levier des actions territoriales conduites par les acteurs économiques en place localement. De plus, la sélection des actions à mettre en œuvre repose sur des critères de pertinence interrégionale, en particulier : L’attractivité et rayonnement national et international L’impact en termes de développement économique, d’innovation et de création de valeur en complément des actions territoriales conduites par les acteurs économiques en place.
  16. 16. FICHES-ACTIONS
  17. 17. 34 35 Récapitulatif du premier programme d’actions proposé par Paris Seine Normandie® (2015/2017) FILIÈRES SECTEURS D’EXCELLENCE Automobile / Mobilités Aéronautique / Aérospatial Tourisme Eco-activités / Économie circulaire Energies Logistique / Multi-modalités Autres secteurs filières Les chiffres indiqués dans le tableau correspondent à la numérotation des fiches telles qu’elles sont présentées dans ce document. Les actions non-numérotées sont en cours d’élaboration. ATELIERS PARIS SEINE NORMANDIE ACTIONS PROPOSÉES Atelier 1 : Positionnement mondial du territoire Promotion du foncier stratégique et des capacités d’implantation (fiches 5 et 6) Stratégie d’attractivité internationale - marketing territorial et promotion Réponse fédérative à l’organisation d’évènements internationaux de premier plan Atelier 2 : Ecosystème industriel, logistique, énergétique et environnemental efficient Mise en œuvre du Seine Valley Community System (fiche 1) Accompagnement des PME / performances industrielles et logistiques (fiches 2 et 2Bis) Centre de ressources Economie circulaire et efficience énergétique (fiche 3) Centre de veille stratégique sur les technologies et l’industrie (fiche 4) Atelier 3 : Efficacité collective des entreprises Plateforme collaborative PSN (fiche 7) Candidature permanente à la conduite d’expérimentations et d’innovations territoriales Open innovation Nouvelles formes de financement GPEC Territoriale

×