1Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN MarneFAIRE DE LATHLETISME A LECOLE----------------------------------------------...
2Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN MarneLancer loin, cest chercher à avoir une tenue adaptée de lengin (on ne tient...
3Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN Marne3. Quelle démarche, quelle organisation pédagogique adopter ?On procèdera p...
4Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN Marne4. Des jeux pour apprendre et progresserCOURIR PLUS VITE, CEST :- réagir vi...
5Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN MarneB. Ne pas ralentir avant larrivéeAprès avoir franchi la ligne darrivée, cha...
6Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN MarneLANCER PLUS LOIN, CEST :- orienter sa trajectoire- augmenter lamplitude du ...
7Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN MarneLancer fort en adaptant le geste à lintention.Sur cible verticale, par dess...
8Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN MarneB. Les lancers "en poussée"Orienter la trajectoire.Le plus loin possible da...
9Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN MarneLA COURSE DE HAIES, C’EST :- s’adapter aux obstacles- enchainer course et s...
10Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN MarneQuel matériel choisir ?- Chez les plus petits : plots Asco, barils de less...
11Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN MarneSAUTER :- En hauteur, avec ou sansengin (perche)- En longueur, en un ouplu...
12Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN MarneLe « coupe jarret »Au passage de l’élastique tendu et déplacé par 2 élèves...
13Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN MarneFranchir de différentes manières. La forme du saut est libre,mais elle est...
14Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN MarneEnchainer les sauts selon la consigne (travail descoordinations).Ex : droi...
15Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN MarneChoisir son point de départ pour sauter en longueurJ’essaie toutes les zon...
16Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN Marne5. Exemple du Challenge départemental dans la MarneDescriptif des épreuves...
17Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN MarneSaut :Pentafoulées : 5 foulées sans arrêt – D – G - D – G – D ou G – D – G...
18Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN Marne Course de haies :Distance : 40 m en ligne droite (couloir)Départ debout ...
19Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN MarneEnchaîner course d’élan et lancer sans ruptureArmer le bras lanceur loin d...
20Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN Marne Course de haies :Distance : 40 m en ligne droite (couloir)Départ debout ...
21Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN MarneEnchaîner course d’élan et lancer sans ruptureArmer le bras lanceur loin d...
22Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN MarneSources :- L’EPS aux cycles 2 et 3 – Des compétences … aux pratiques – CDD...
23Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN Marne Cible construite avec un cerceau (trépied) Gobelets et bouteilles d’eau
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Athlétisme à l'école primaire

1 725 vues

Publié le

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 725
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
237
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Athlétisme à l'école primaire

  1. 1. 1Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN MarneFAIRE DE LATHLETISME A LECOLE-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------Courir : plus vite ou plus longtemps, avec ou sans obstacles (haies), seul ou en équipe(relais).Sauter : plus loin ou plus haut, avec ou sans engin.Lancer : plus fort, plus loin, différents engins, selon une trajectoire orientée.-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------1. Faire de l’athlétisme à l’école, pourquoi ? pour favoriser le développement organique et foncier, notamment les grandesfonctions organiques de respiration et de circulation ; pour enrichir et améliorer le répertoire moteur ; pour contribuer à la structuration de lespace et du temps.Selon la tranche dâge à laquelle on va sadresser, l’ordre des priorités nest pas le même.Outre le développement des grandes fonctions et la structuration spatio-temporelle qui restentdes constantes, on se fixera des dominantes.Au cycle 2, on visera prioritairement le plaisir dagir et lenrichissement du répertoire moteur :diversification dabord des conduites motrices, puis adaptation de plus en plus fine au butpoursuivi.Au cycle 3, lorsque lenfant devient capable de mettre en relation le geste et son résultat, oncherchera à affiner les réponses motrices et par conséquent la performance.On veillera à préserver les fondamentaux de l’activité pour ne pas la dénaturer.Courir vite, cest prendre un bon départ, aller droit, accélérer puis maintenir la vitesse jusquaubout.
  2. 2. 2Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN MarneLancer loin, cest chercher à avoir une tenue adaptée de lengin (on ne tient pas une balle detennis comme on tient un médecine-ball), une bonne orientation de la trajectoire et un"chemin de lancer" le plus long possible (faire parcourir à lengin le plus long chemin possibleavant de le lâcher, pour lui donner une vitesse maximum), une bonne position (si on veutlancer loin, l’élève n’y parviendra pas s’il lance à l’amble : on lance à l’amble quand le piedavant et la main qui lance sont du même côté, cest-à-dire pied droit-main droite ou piedgauche-main gauche), une bonne exécution technique (dans l’ordre, intervention des jambes,du bassin, du tronc/épaule/bras lanceur).2. Comment procéder pour provoquer des transformations ?Là aussi, la réponse diffère selon la tranche dâge.Chez les plus petits, le maître mot est le plaisir. On entre dans l’action, dabord, pour le seulplaisir du geste, puis, peu à peu, on prend en compte le résultat de laction. On proposera unegrande diversité de situations pour obtenir la pluralité des réponses motrices et commencer àidentifier les plus efficientes (essais- erreurs, imitation, différenciation).La conscience corporelle étant encore inachevée, cest sur laménagement matériel quoninterviendra le plus souvent pour modifier ou induire la réponse espérée.Chez les plus grands (à partir du CE2), on commence à prendre conscience que le gesteet le résultat sont en relation. La conscience corporelle est déjà plus élaborée, on va pouvoirutiliser un levier nouveau : la consigne corporelle (verbale, écrite, dessinée, symbolisée…).
  3. 3. 3Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN Marne3. Quelle démarche, quelle organisation pédagogique adopter ?On procèdera par unité dapprentissage. 8 à 12 séances, au moins, sont nécessaires pour apprendre, et pour espérer un progrès mesurable.Nous proposons l’organisation suivante :Pour entrer dans l’activité Pour voir où on en est Pour apprendre et progresser Pour mesurer les progrès Pour évaluerDes situations globales animéespar l’enseignantUne situation de référenceDes situations organisées paratelierUne situation de référenceDes outils pour le maîtreet les élèvesEvaluation diagnostique Evaluation formative Evaluation sommativeAprès avoir fait un constat des réussites et des difficultés, on proposera un large éventail de situations propres à enrichir, diversifier et faireévoluer les réponses.Tout cela pouvant se pratiquer, bien sûr, en ateliers plus ou moins autonomes (compter 4 à 6 élèves par atelier pour une activité maximale dechacun) car chacun sait que, quelque soit la discipline, on apprend en agissant et non pas seulement en écoutant ou en regardant.Périodiquement, on reviendra à la situation de référence et on mesurera les évolutions. On pourra en rester là chez les plus petits, alors que chezles plus grands, il restera à faire des choix, à fixer les " bons gestes " et à mesurer la performance.
  4. 4. 4Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN Marne4. Des jeux pour apprendre et progresserCOURIR PLUS VITE, CEST :- réagir vite au signal- aller droit- ne pas ralentir avant larrivéeDes jeuxpour courir vite...A. Réagir au signalLion gazelles. Chaque joueur de léquipe Aessaie de rattraper son vis à vis de léquipe B.Départ en positions variées, pour les A, les B,ou les 2 : assis, à genoux, dos à dos,allongés…Réagir très vite à des signaux variés, visuels(drapeau, foulard, main…) ou auditif (sifflet,claquoir, voix, mot clé dans une histoireracontée…). Le "starter " peut changer deplace (devant, derrière, à côté des coureurs).Chameaux, chamois. Dos à dos. Selon uncode convenu (un mot dans une histoire ouune comptine par exemple), au signal, les Apoursuivent les B ou linverse. Ils doivent lesrattraper avant quils aient atteint leur camp.
  5. 5. 5Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN MarneB. Ne pas ralentir avant larrivéeAprès avoir franchi la ligne darrivée, chaquecoureur doit, sans ralentir aller toucher la mainde celui qui lui fait face.La fuite : 2 rangées assises face à face piedscontre pieds. Au signal, 1/2 tour et courir pourfranchir le premier la ligne de son camp,distante de 5 ou 10 m.1 par 1 + juge et 1 chronométreur quidécompte les secondes lues, à haute voix(décimales cachées pour les petits). Il sagitde parcourir la plus grande distance possibleen un temps donné (6 s à 9 s) pour parvenirdans la zone qui rapporte le plus de points.
  6. 6. 6Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN MarneLANCER PLUS LOIN, CEST :- orienter sa trajectoire- augmenter lamplitude du geste- sadapter à lenginDes jeuxpour lancer mieux,plus loin et plus fort...A. Les lancers "à bras cassé"Lancer fort.Lancer à bras cassé contre le mur. La balle doitrebondir contre le mur et retomber le plus loinpossible dans des zones matérialisées.Variante : le lanceur recule jusquà ne pluspouvoir atteindre la cible.Modifier la trajectoire et/ou la position dubras pour lancer plus fort.La balle doit passer entre les poteaux avantdatteindre la cible. Selon la distancelanceur/élastique, il devra plus ou moinslever le coude.Le "chamboule tout". Le lanceur recule au furet à mesure des réussites.Lancer fort dans la zone grisée au pied dumur. La balle doit me revenir après unrebond sol – mur. A chaque réussite onrecule le point de lancer (zones numérotéesau sol)
  7. 7. 7Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN MarneLancer fort en adaptant le geste à lintention.Sur cible verticale, par dessus lélastique. Lebut est de lancer le plus bas possible (chercherune trajectoire tendue, coude haut)Lélastique est à hauteur des épaules dulanceur.Lancer fort. Par dessus lélastique pouratteindre des zones numérotées. Variable : laplace du lanceur + ou – loin de lélastique.Adapter le geste au but : choisir sa cible etremplir son contrat.Lancer le plus loin possible dans des zones decouleur ou numérotées (avec ou sans élan). Onpeut le jouer par deux sous forme de défis.Orienter la trajectoire.Lancer sur cibles verticales de formes et dedimensions variées, des balles de tennis, desballes lestées de 100 g, des sacs de graines…
  8. 8. 8Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN MarneB. Les lancers "en poussée"Orienter la trajectoire.Le plus loin possible dans un secteur étroit.Langle souvre avec léloignement. Varier lestypes dobjets.Sadapter à lengin.Lancer en poussant devant soi un ballonvolumineux et lourd. Franchir un obstacle(plinth, élastique…) pour atteindre la zone laplus éloignée.Sadapter à lengin.Idem sur zones verticales. Variables : le pointde lancer.
  9. 9. 9Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN MarneLA COURSE DE HAIES, C’EST :- s’adapter aux obstacles- enchainer course et sauts, sansrupture- courir " en rythme "Des jeux pour courir vitemalgré les obstaclesVers la course de haiesLes problèmes de la course de haiesPour les plus petits : cest sadapter aux obstacles avec lintention daller vite. On privilégiera ladiversité des obstacles (forme, largeur, hauteur…) et lirrégularité de leur espacement sur leparcours. On veillera cependant à ne pas excéder 30 cm de hauteur et on évitera les obstaclespouvant présenter un danger.Pour les plus grands :1. Il sagit de ne pas transformer la course en une suite de sauts en hauteur. La coursede haies doit rester une course avant tout. Pour ce faire, on utilisera des obstaclesnexcédant pas 40 cm (ou 50 cm pour les CM cf p. 20) de hauteur et facilementrenversables (attention au sens de montage des haies scolaires > étant donné quecela arrive régulièrement, une démonstration serait peut-être utile).2. On les répartira régulièrement sur le parcours pour rechercher une course rythméedu type 1, 2, 3, Hop…1, 2, 3, Hop…ou G, D, G, Hop (G=gauche; D= droite).Cela nécessitera de se confronter à différents espacements (4 m, 4,50 m, 5 m pourdes CM) des haies.Cela nécessitera également de rechercher son pied dappel.Pour aller vite, il faut être « en rythme », prendre son appel au bon endroit, ne pas sauter maisau contraire, garder une ligne dépaules la plus horizontale possible au moment du saut (imagedu plafond à ne pas toucher avec la tête)La course de haies des grands ; un parcours type sur 40 m:
  10. 10. 10Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN MarneQuel matériel choisir ?- Chez les plus petits : plots Asco, barils de lessive et lattes, nattes, cordelettes, cartons…- Chez les plus grands : mini haies réglables à partir de 37cm (CAMIF collectivité, SEA,CASAL Sport et kits type maternelle avec barre horizontale clipsée sur 2 montants verticauxASCO, SEA…)Parcours à obstacles variés (forme, volume, taille, matière,espacement) : cordelettes, cerceaux, cartons, cageots, tapisroulés, plinths, bancs, barils lessive, bouteilles plastique +lattes, élastique de saut.Critère de réussite : le moins possible de rupture de courseParcours parallèlesVariante : lun avec obstacles, lautre sans, mais avechandicap au départ : qui arrivera le premier ?Parcours avec courbes.La « zone interdite »Il y a une " rivière " devant lobstacle, il est interdit dy mettrele pied.Objectif : placer lappel en avant de lobstacle pour éviter uneimpulsion verticale qui transformerait la course en unesuccession de sauts. Il sagit de franchir vers lavant et nonvers le haut, en évitant la rupture de course.
  11. 11. 11Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN MarneSAUTER :- En hauteur, avec ou sansengin (perche)- En longueur, en un ouplusieurs bonds (triple bondscolaire).Des jeuxpour sauterplus haut, plus loin...Les problèmes du sautChez les plus petitsC’est d’abord la liaison course d’élan / impulsion. Les courses sont le plus souvent renduesinutiles par une rupture entre l’élan et le saut. C’est ensuite l’appel : passage de l’appel naturel,pieds joints à l’appel d’un pied. C’est enfin la forme du saut.On recherchera la variété de l’orientation des courses d’élan, de la forme des sauts et desréceptions. On sautera de…, on sautera sur…, on sautera pour… franchir, pour toucher un objetsuspendu… Et seulement à la fin du cycle, on pourra aborder « sauter plus loin ou sauter plushaut ». C’est à ce prix qu’on provoquera des transformations motrices et qu’on évitera un« dressage » prématuré à des stéréotypes supposés orientés vers la performance.Chez les plus grandsLes problèmes ne sont guère différents. On orientera cependant plus le travail vers une activitéde performance mesurée.Pour sauter loin :On cherchera à obtenir une course d’élan uniformément accélérée, donc relativement courte (7 à8 m maxi). On cherchera à connaître son pied d’appel par l’expérimentation. On cherchera àaméliorer l’impulsion et la conduite de la trajectoire. Pour sauter loin, il ne faut pas sauter trophaut, mais pas non plus trop bas. Il faut « voler » le plus longtemps possible. On insistera sur larègle qui veut que la mesure s’effectue sur l’empreinte la plus défavorable, laissée par le corpslors de la réception.Pour sauter haut :Idem pour la course d’élan, idem pour la recherche du pied d’appel. On expérimenteradifférentes orientations de la course d’élan : de face, oblique (des 2 côtés), 1 /2 cercle s’achevantdos à l’élastique (« Fosbury »).
  12. 12. 12Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN MarneLe « coupe jarret »Au passage de l’élastique tendu et déplacé par 2 élèvesd’avant en arrière, à 20cm du sol, on saute pour le franchirsans le toucher.Variantes : la vitesse de déplacement de l’élastique, le sensde déplacement, la hauteur…On peut le jouer en cercle avec un point fixe au centre ducercle.Toucher les objets suspendusVariables : élan ou nonAppel et/ou réception dans une zone imposée, selon que l’onveut induire une trajectoire vers le haut ou vers l’avant.Toucher les objets avec différentes parties du corps, main,tête, épaules…NB : on choisira des objets incitatifs type grelots…Idem avec départ surélevé pour augmenter le temps de vol,donc l’amplitude du saut. On apprend à se sentir en l’air.Se joue avec ou sans élan.Franchir successivement des hauteurs croissantes en stylelibre ou imposé.Peut se jouer en équipes en accordant à chaque hauteur despoints que l’on totalise.
  13. 13. 13Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN MarneFranchir de différentes manières. La forme du saut est libre,mais elle est induite par l’orientation de la course d’élanmatérialisée au sol.Travailler des 2 côtés et sur toutes les trajectoires (face,oblique, dos, trajectoire ½ cercle)Idem avec un tremplin de gymnastique (élément à la foisincitatif et inducteur de la prise d’appel)Qui saute le plus loin en trois bonds ?Qui franchit la distance donnée avec le moins de sautspossible.Vers le " triple-bond " et plus tard, le triple saut.Le triple bond scolaire : G ; D ; G ; Jointsou D ; G ; D ; JointsOn mesure l’ensemble des trois sauts.Le « passage à gué »Franchir la rivière en ne posant les pieds que sur les pierresou le moins de pierres possible.Peut se jouer avec des pierres qui obligent au saut en« contre-haut » (briques asco, caisses éducgym…)
  14. 14. 14Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN MarneEnchainer les sauts selon la consigne (travail descoordinations).Ex : droite, droite, gauche, joints…L’escalierAvec élan, d’une marche sur l’autre sans arrêt, puis saut encontre bas .Variables pour augmenter le " temps de vol " : frapper dans ses mains en l’air faire un ½ tour atteindre une zone matérialisée au solEnchainer des sauts d’obstacles rapprochés à pieds joints, enfoulées bondissantes, à cloche-pied…Avec ou sans élan, toucher la marque la plus haute sur lemur.Suivre la trajectoire matérialisée au sol (½ cercle), prendreappui sur les mains pour arriver assis sur le plinth, face à sonpoint de départ.
  15. 15. 15Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN MarneChoisir son point de départ pour sauter en longueurJ’essaie toutes les zones d’appel et je choisis celle qui meconvient le mieux (celle où je ne piétine pas)Saut en longueur en contre-haut avec tremplin d’appelSauter loin par dessus l’élastique tendu50cm20cmLe concours de saut en longueurPour éliminer ou minimiser le « mordu » de la prise d’appel,on totalise les points marqués dans la zone d’appel et ceuxmarqués dans la zone de réception.
  16. 16. 16Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN Marne5. Exemple du Challenge départemental dans la MarneDescriptif des épreuves des C.P. et C.E.1Courses : Course de vitesse :Distance : 25 m en ligne droite (couloir)Départ debout à un signal auditif (sifflet ou claquoir)2 par 22 essais Course de haies :Distance : 25 m en ligne droite (couloir)Départ debout à un signal auditif (sifflet ou claquoir)2 par 22 essaisHauteur des haies 30 cm4 haiesLancer :Balle de tennis - Bras cassé (au dessus de l’épaule) - Sans élan3 essais (meilleure performance retenue)
  17. 17. 17Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN MarneSaut :Pentafoulées : 5 foulées sans arrêt – D – G - D – G – D ou G – D – G - D – GDépart pieds décalés - Sans élan - 2 essaisPrise de performance sur la dernière trace au sol (comme au saut en longueur)Cette activité sera proposée le jour de la rencontre sur des tapis de judo que l’on aurapréalablement fixé au sol.Pieds décalésDescriptif des épreuves des C.E.2Courses : Course de vitesse :Distance : 40 m en ligne droite (couloir)Départ debout à un signal auditif (sifflet ou claquoir)2 par 22 essais
  18. 18. 18Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN Marne Course de haies :Distance : 40 m en ligne droite (couloir)Départ debout à un signal auditif (sifflet ou claquoir)2 par 22 essaisHauteur des haies 40 cm5 haiesLancer :VortexLancer type « javelot »2 essais (meilleure performance retenue)Avec élan
  19. 19. 19Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN MarneEnchaîner course d’élan et lancer sans ruptureArmer le bras lanceur loin derrière soiUtiliser les appuis au sol pour transmettre le maximum d‘énergie à l’enginSaut :Triple bond : D – G – réception deux pieds ou G – D – réception deux piedsDépart pieds décalés - Sans élan - 2 essaisPrise de performance sur la dernière trace au sol (comme au saut en longueur)Pieds décalés Réception 2 piedsDescriptif des épreuves des C.M.1 et C.M.2Courses : Course de vitesse :Distance : 50 m en ligne droite (couloir)Départ debout à un signal auditif (sifflet ou claquoir)2 par 22 essais
  20. 20. 20Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN Marne Course de haies :Distance : 40 m en ligne droite (couloir)Départ debout à un signal auditif (sifflet ou claquoir)2 par 22 essaisHauteur des haies 50 cm5 haiesLancer :VortexLancer type « javelot »2 essais (meilleure performance retenue)Avec élan
  21. 21. 21Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN MarneEnchaîner course d’élan et lancer sans ruptureArmer le bras lanceur loin derrière soiUtiliser les appuis au sol pour transmettre le maximum d‘énergie à l’enginSaut :Triple saut – G – G – D – Réception 2 piedsouD – D – G – Réception 2 piedsAvec élan de 15 m maximum2 essaisPrise de performance sur la dernière trace au sol (comme au saut en longueur)G avant la planche dappel G D Réception 2 piedsG G GD D
  22. 22. 22Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN MarneSources :- L’EPS aux cycles 2 et 3 – Des compétences … aux pratiques – CDDP du Tarn- Dossier Athlétisme d’ Y. RIBAULT( http://educ73.ac-grenoble.fr/nectar/nectar_enseignant/default.php )- Sites de Pascal LOCUTY - http://pascal.locuty.pagesperso-orange.fr/athletisme.htmet http://edeps51.orgListe du matériel nécessaire : Plots (assiettes, coniques …) Sifflet Chronomètre Dossards, foulards Bandes plastifiées (à poser au sol) Balles : de tennis, de mini-hand, de hand, de basket, en mousse Vortex Elastique Poteaux Boîtes en carton vides (chamboule-tout) Craie Cerceaux Bancs Tapis Haies Bouteilles lestées et lattes Ficelle et grelots
  23. 23. 23Pascal LOCUTY – CPD EPS 1erdegré – DSDEN Marne Cible construite avec un cerceau (trépied) Gobelets et bouteilles d’eau

×