RARE DISEASE DAY
Le 29 Février 2016
Laboratoire de Génomique Biomédicale et
Oncogénétiques
Institut Pasteur de Tunis
Les m...
PLAN
 Maladies rares: Définition
 Situation des maladies génétiques en Tunisie:
 Bref rappel historique, propriété démo...
MALADIES RARES: DÉFINITION
 Une maladies est dite rare si elle affecte moins d’une
personne sur 2000 en Europe et moins d...
CARACTÉRISTIQUES DES MALADIES RARES
 Plus de 6000 maladies rares différentes
 Diversité des symptômes d’une maladies à u...
QU’EN EST-IL DE LA TUNISIE ?
PEUPLEMENT DE LA TUNISIE:
LA PRÉHISTOIRE
6
Paléolithique
Civilisation Acheuléenne: Sidi Zin au Nord Ouest, Gaf
Redaief
Civ...
PEUPLEMENT DE LA TUNISIE:
L’HISTOIRE
7
814 Av. JC
146 Av. JC
429-533 après JC
670 après JC
800-909 après JC
909-1048 après...
PROPRIÉTÉS DÉMOGRAPHIQUES
8
• Population: 11 millions habitants:
o 98 % Musulmane
o Minorité ethnique:
o Européens: 15 mil...
LA CONSANGUINITÉ EN TUNISIE
9
Localisation
Géographique
Période
d’étude
Taille de
l’échantillon
>1C , 1C Total
Nord 1983-1...
L’ENDOGAMIE EN TUNISIE
 Règle matrimoniale des unions entre individus de la
même région géographique
 Fréquente en Tunis...
V
2IV 242
III 2 24 2 2
I
II
STRUCTURE FAMILIALE
STUCTURE FAMILIALE
PROPRIÉTÉS GÉNÉTIQUES
 Guerres, invasions, épidémies: effets fondateurs
multiples et locaux
 Les Arabes et les Berbères ...
PROCESSUS D’INTÉGRATION DES
DONNÉES
14
Données
génétiques
Outil d’aide à la
décision
Présentation des données:
tableaux, g...
PAGE D’ACCEUIL DE GDiT
15
15
CLASSIFICATION SELON LE MODE DE
TRANSMISSION
62.5 %
22.9 %
5.4 %
3.7 %
EXPRESSION DIFFÉRENTIELLE DES MALADIES GÉNÉTIQUES
AUTOSOMIQUES RÉCESSIVES SOUS L’EFFET DE LA CONSANGUINITÉ
Disease Consang...
HÉTÉROGÉNÉITÉ GÉNÉTIQUE
CLASSIFICATION SELON LA CIM-10
30.5 %
23 %
17 %
PARTICULARITÉS ÉPIDÉMIOLOGIQUES
 Données épidémiologiques quasi-inexistantes:
 Fréquentes comme le rapporte le nombre de...
PARTICULARITÉS PHÉNOTYPIQUES
Maladies sensorielles
21
1. Découverte de nouveaux gènes:
Maladie Nouveau
locus
Année
LGMD2C ...
PARTICULARITÉS PHÉNOTYPIQUES
2. Modes de transmission particuliers
 Mal de Meleda: Expression de signes cliniques par des...
Classical Mal de Meleda phenotype
2
1 2
1
1
2 3
Famille MdM1
I
II
III
IV
V
155
139
153
149
151
139
151
139
151
139
155
139...
PARTICULARITÉS PHÉNOTYPIQUES
XPA: Hétérozygote composite:
p.R228X / p.V241G fs X245
4. Description de nouveaux phénotypes et entités
pathologiques et report de rares cas de syndromes:
PARTICULARITÉS PHÉNOTY...
SPÈCTRE MUTATIONNELLE DES MALADIES
GÉNÉTIQUES DANS LA POPULATION TUNISIENNE
25.4 %
18.66 %
18. 14 %
Plus de 670 mutations ...
MODE DE TRANSMISSION DES MALADIES
GÉNÉTIQUES À EFFET FONDATEUR ET
DISTRIBUTION GÉOGRAPHIQUE
27
22 maladies génétiques:
Mut...
DISTRIBUTION GÉOGRAPHIQUE DES MUTATIONS
FONDATRICES SPÉCIFIQUES À LA POPULATION TUNISIENNE
28
Limitées à une région:
• Sud...
RÉPARTITION GÉOGRAPHIQUES DANS
LE MONDE ARABE
29
Drépanocytose (HBB; p.E6V)
Mal de Meleda (SLURP1; c.82delT)
Xeroderma pig...
Co-morbidité: La présence d’une ou de plusieurs maladies en
plus de la maladie primaire. Association de plus de 2
maladies...
Etiologie moléculaire: 32 mutations différentes:
o 34 maladies primaires et 12 maladies associées
o 21 mutations fondatric...
CLASSIFICATIONS DES COMORBIDITÉS
Romdhane et al. 2015
COMORBIDITÉ DANS LES POPULATIONS
VOISINES CONSANGUINES
Romdhane et al. 2015
COMORBIDITÉ ALLÉLIQUE, CONSANGUINITÉ ET
SÉVÉRITÉ D’EXPRESSION DE LA MALADIE
Hyperparathyroïdie primitive sévère néonatale:...
COMORBIDITÉ, CONSANGUINITÉ
ET EFFET FONDATEUR
Cherif Ben Abdallah et al., 2014
Syndrome Triple A: AAAS: IVS14 + 1G>A /
IVS...
DÉFI FACE À LA DÉTERMINATION
DU PHÉNOTYPE DU PATIENT
Association inhabituelle XP-Ichthyose-Mélanome
Mélanome: SLC45A2: rs2...
L’APPORT DES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE
SÉQUENÇAGE
 Populations consanguines et génotypage à haut
débit: organisation du g...
PRINCIPALES CONCLUSIONS
Consanguinité
et endogamie
Situation actuelle des maladies génétiques
en Tunisie
Dérive
génétique;
Effets
fondateurs
Facte...
GDiT: Outil d’aide à la décision
au niveau national et régional
Maladies homogènes sur le plan
phénotypique et hétérogènes...
VIVRE AVEC UNE MALADIE RARE….
EN TUNISIE
AUTOPORTRAIT …
 Dystrophie musculaire des ceintures de type 2C:
Myopathie Tunisienne, 521delT
 Parents non apparentés ma...
SACRIFICES DE MA FAMILLE
 Famille FORMIDABLE: Mes parents, frères et
sœurs se réinventent en: chauffeurs, électriciens,
m...
ET L’ÉTAT ?
 Aucune subvention d’invalidité, aucune aide financière
pendant mes études
 Aucune subvention pour aider aux...
ET L’ÉTAT ?
 CNAM: prise en charge pour un fauteuil électrique de 2500
DT tous les 5 ans avec conditions: être élève ou é...
ET L’ÉTAT ?
 Aucun traitement curatif n’existe pour l’instant
 Inégalité dans l’accessibilité aux soins
 Les corticoide...
ET LES ASSOCIATIONS ?
 Association des Myopathes de Tunisie créée en
1991
 Premier fauteuil électrique pour mon frère en...
FINANCEMENT AMÉRICAIN D’UN PROJET
DE L’ESPOIR AILLEURS ?
DE L’ESPOIR AILLEURS ?
J Clin Invest. 2015 Nov 2; 125(11): 4186–4195.
IL EST TEMPS DE BOUGER….
 Assurer l’accéssibilité aux services de conseils avant le
mariage et avant la conception dans l...
AUCUNE MALADIE N'EST TROP RARE
POUR NE PAS MÉRITER ATTENTION
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Les maladies génétiques en Tunisie: entre réalités et défis

587 vues

Publié le

Par le Dr Lilia Romdhane
Maladies rares: Définition
Situation des maladies génétiques en Tunisie:
Bref rappel historique, propriété démographique et structure familiale, consanguinité et endogamie
Méta-analyse des données de la littérature:
Particularités phénotypiques des maladies génétiques en Tunisie
Particularités épidémiologiques des maladies génétiques en Tunisie
Spectre mutationnel des maladies génétiques en Tunisie
Vivre avec une maladie rare

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
587
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
10
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Les maladies génétiques en Tunisie: entre réalités et défis

  1. 1. RARE DISEASE DAY Le 29 Février 2016 Laboratoire de Génomique Biomédicale et Oncogénétiques Institut Pasteur de Tunis Les maladies génétiques en Tunisie: entre réalités et défis Dr Lilia ROMDHANE
  2. 2. PLAN  Maladies rares: Définition  Situation des maladies génétiques en Tunisie:  Bref rappel historique, propriété démographique et structure familiale, consanguinité et endogamie  Méta-analyse des données de la littérature:  Particularités phénotypiques des maladies génétiques en Tunisie  Particularités épidémiologiques des maladies génétiques en Tunisie  Spectre mutationnel des maladies génétiques en Tunisie  Vivre avec une maladie rare
  3. 3. MALADIES RARES: DÉFINITION  Une maladies est dite rare si elle affecte moins d’une personne sur 2000 en Europe et moins d’ une personne sur 200,000 aux USA.  En Europe, environ 30 millions d’individus sont touchés par plus de 6000 maladies rares.  80% de ces maladies rares ont une origine génétique  50% de ces maladies rares touchent les enfants. http://www.rarediseaseday.org/article/what-is-a-rare-disease
  4. 4. CARACTÉRISTIQUES DES MALADIES RARES  Plus de 6000 maladies rares différentes  Diversité des symptômes d’une maladies à une autre mais aussi d’un patient à un autre souffrant de la même pathologie  Souvent mal diagnostiquées, retard du traitement  Qualité de vie du patient est touchée: manque et/ou perte de l’autonomie dûs aux aspets de la maladie: chronicité, progression, dégéneressence.  L’absence de traitement curatif ajoute une couche de douleur aux patients et leurs familles  Manque de connaissances scientifiques engendre un retard dans le diagnostic, érrance diagnostique  Inégalités et difficultés à l’accès aux soins: fardeau social et financier du patient http://www.rarediseaseday.org/article/what-is-a-rare-disease
  5. 5. QU’EN EST-IL DE LA TUNISIE ?
  6. 6. PEUPLEMENT DE LA TUNISIE: LA PRÉHISTOIRE 6 Paléolithique Civilisation Acheuléenne: Sidi Zin au Nord Ouest, Gaf Redaief Civilisation Moustérienne: Homo sapiens archaic Civilisation Atérienne: Homo sapiens sapiens; la côte Méditerranéenne, Cap Bon, Monastir Epi- paléolithique Civilisation Ibéromaurusienne: Mechta el Arbi Civilisation Capsienne: Gafsa, Centre et Sud Néolithique Berbères Histoire 700milleannées–20mille annéesav.JC 23milleannées–10 milleannéesav.JC 8500– 3300av. JC
  7. 7. PEUPLEMENT DE LA TUNISIE: L’HISTOIRE 7 814 Av. JC 146 Av. JC 429-533 après JC 670 après JC 800-909 après JC 909-1048 après JC 1057 après JC 533-553 après JC 1134-1149 après JC 1159-1160 après JC 1230-1574 après JC 15, 16, 17, 18ièmes siècles 19-20 ième siècles Fondation de Carthage: Phéniciens Colonisation Romaine Vandales Fondation de Kairouan: Omeyyades Byzantins Aghlabides Fatimides Banu Hilal Normands et des Siciliens Almohades Hafsides, La Peste Noire Morisques, famines, épidémies, Ottomans Peste, Début et fin du protectorat Français
  8. 8. PROPRIÉTÉS DÉMOGRAPHIQUES 8 • Population: 11 millions habitants: o 98 % Musulmane o Minorité ethnique: o Européens: 15 mille individus à la fin du 19ième siècle o Berbères: 100 mille individus o Juifs: 1500 individus • Amélioration des indicateurs de santé : o Diminution de la mortalité infantile o Amélioration de l’espérance de vie o Diminution des taux de naissances et de mortalités o Diminution de la fertilité o Diminution du taux de croissance : 0.98% • Pays en voie de développement avec contrôle des maladies infectieuses
  9. 9. LA CONSANGUINITÉ EN TUNISIE 9 Localisation Géographique Période d’étude Taille de l’échantillon >1C , 1C Total Nord 1983-1985 5,767 23 26.9 Monastir 1989-1990 1,741 17.4 24.8 Bizerte 2000-2002 4,860 20.8 39.33 [1C,2C,<2C] Monastir 2003-2004 1,016 20.1 Légende: [>1C] = Marriage entre doubles cousins; [1C] = Marriage entre cousins de premier degré; [2C] = Marriage entre cousins de second degré; [<2C] = Marriage entre cousins au-delà du second degré
  10. 10. L’ENDOGAMIE EN TUNISIE  Règle matrimoniale des unions entre individus de la même région géographique  Fréquente en Tunisie:  Nabeul: 87.6 % avec 96.8 % dans les régions rurales  Douiret: 96%  Maintien de la consanguinité et de l’endogamie: facteurs socio-culturels
  11. 11. V 2IV 242 III 2 24 2 2 I II STRUCTURE FAMILIALE
  12. 12. STUCTURE FAMILIALE
  13. 13. PROPRIÉTÉS GÉNÉTIQUES  Guerres, invasions, épidémies: effets fondateurs multiples et locaux  Les Arabes et les Berbères se sont mélangés: Absence de différences génétiques entre Berbères et Arabes  Exception de quelques villages berbères:  Hétérogénéité génétique des groupes Berbères de différentes localités: Sejnane, Takrouna, Ile de Jerba  Hétérogénéité génétique entre des populations arabophones et berbérophones: Zriba, Ile de Jerba • Faible niveau de mélange entre les Juifs de Jerba avec les Arabes et les Berbères 13
  14. 14. PROCESSUS D’INTÉGRATION DES DONNÉES 14 Données génétiques Outil d’aide à la décision Présentation des données: tableaux, graphes, textes…. Structuration et association des données Fouille des données Sélection des données Identification des sources des données Nettoyage des données Standardisation des données Bases de données: PubMed, OMIM, LSDB, NEMDB Web Mining: Google, Google Scholar Littérature grise: thèse, mastère Données cliniques Données moléculaires Mutations germinales: nucléaires et mitochondriales Nomenclature HGVS Modélisation en entités et relations entre elles. Programmation de la base de données: Symphony Classification selon le mode de transmission Classification selon CIM-10 Carte de répartition géographique Données épidémiologiques
  15. 15. PAGE D’ACCEUIL DE GDiT 15 15
  16. 16. CLASSIFICATION SELON LE MODE DE TRANSMISSION 62.5 % 22.9 % 5.4 % 3.7 %
  17. 17. EXPRESSION DIFFÉRENTIELLE DES MALADIES GÉNÉTIQUES AUTOSOMIQUES RÉCESSIVES SOUS L’EFFET DE LA CONSANGUINITÉ Disease Consanguinity rate (%) First cousin union rate (%) OR (p-value) Xeroderma pigmentosum 75.63 55.46 24.41 Dystrophic epidermolysis bullosa 63.64 45.46 15.17 Nonsyndromic retnitis pigmentosa 60.64 47.87 7.5 Gaucher disease 61.29 48.39 5.53 Fanconi anemia 57.89 45.61 5.07 Glycogenosis type I 73.33 56.66 Not significant Ichthyosis 51.28 35.90 Not significant Ben Halim et al., 2015
  18. 18. HÉTÉROGÉNÉITÉ GÉNÉTIQUE
  19. 19. CLASSIFICATION SELON LA CIM-10 30.5 % 23 % 17 %
  20. 20. PARTICULARITÉS ÉPIDÉMIOLOGIQUES  Données épidémiologiques quasi-inexistantes:  Fréquentes comme le rapporte le nombre de patients: 390 patients pour la mucoviscidose  Sous-estimation: inaccessibilité aux soins pour les patients qui ne peuvent plus se déplacer, personnes atteintes mais asymptomatiques  Ne concernent pas toutes les pathologies ou les groupes pathologiques: o Surdité: prévalence de 2% à 8% dans certains isolats o Hémoglobinopathies: thalassémie et drépanocytose: 4.9% avec des différences régionales (10.9% au NO vs 5.3 % au SO) et un foyer à Nefza (13.3%) o Xeroderma pigmentosum: 1/10.000 > 1/300.000 en Europe
  21. 21. PARTICULARITÉS PHÉNOTYPIQUES Maladies sensorielles 21 1. Découverte de nouveaux gènes: Maladie Nouveau locus Année LGMD2C 13q 1992 Ataxie avec déficience en vitamine E 8q 1993 Sclérose latérale amyotrophique 2q33-q35 1994 Neuropathie à axones géants 16q24.1 1997 Maladie de Charcot-Marie-Tooth 11p15 1999 LMG2I 19q13.3 2000 Ataxie cérébelleuse 13q11-12 2000 Charcot-Marie-Tooth type 4 8q21.3 2001 Maladie Gène/Locus Mutation Année DFNB1 GJB2 - 1994 DFNB2 MYO7A - 1997 DFNB32 1q13.3 - 2003 DFNB66 6q21.2-22.3 - 2005 DFNB31 WHRN c.2423delG 2005 DFNB63 11q13.3- q13.4 - 2007 DFNA36 TMC1 p.W588X 2008 DNFB1A GJB2 p.A88G 2009 DFNB3 MYO15A p.C1666X c.9229+1G> A 2009 USH2A GPR98 p.Y6044C 2009 Maladies neuromusculaires
  22. 22. PARTICULARITÉS PHÉNOTYPIQUES 2. Modes de transmission particuliers  Mal de Meleda: Expression de signes cliniques par des femmes hétérozygotes pour différentes mutations du gène ARS Mokni et al., 2004
  23. 23. Classical Mal de Meleda phenotype 2 1 2 1 1 2 3 Famille MdM1 I II III IV V 155 139 153 149 151 139 151 139 151 139 155 139 151 139 153 149 151 139 153 149 149 149 153 149 D8S1836 (143.747 Mb) D8S1751 (143.745 Mb) ARS PARTICULARITÉS PHÉNOTYPIQUES
  24. 24. PARTICULARITÉS PHÉNOTYPIQUES XPA: Hétérozygote composite: p.R228X / p.V241G fs X245
  25. 25. 4. Description de nouveaux phénotypes et entités pathologiques et report de rares cas de syndromes: PARTICULARITÉS PHÉNOTYPIQUES
  26. 26. SPÈCTRE MUTATIONNELLE DES MALADIES GÉNÉTIQUES DANS LA POPULATION TUNISIENNE 25.4 % 18.66 % 18. 14 % Plus de 670 mutations parmi lesquelles au moins 333 sont des mutations potentiellement fondatrices
  27. 27. MODE DE TRANSMISSION DES MALADIES GÉNÉTIQUES À EFFET FONDATEUR ET DISTRIBUTION GÉOGRAPHIQUE 27 22 maladies génétiques: Mutations fondatrices spécifiques à la population Tunisienne 43 maladies génétiques: Mutations fondatrices partagées avec d’autres populations: Afrique du Nord et Moyen Orient 8 maladies génétiques: Mutations fondatrices spécifiques à la population Tunisienne et partagées 86 % Autosomique récessif 11 % Autosomique dominant 3 % lié au chromosome X 73 Maladies génétiques
  28. 28. DISTRIBUTION GÉOGRAPHIQUE DES MUTATIONS FONDATRICES SPÉCIFIQUES À LA POPULATION TUNISIENNE 28 Limitées à une région: • Sud: Dystrophie musculaire congénitale 1C et Paraplégie spastique 15 • Sahel: Mucopolysaccharidose type III • Souassi: Hypercholestérolémie familiale Limitées à un groupe ethnique: Anémie de Fanconi chez les Juifs Tunisiens Limitées à une région et un groupe ethnique: Déficience en facteur V et VIII chez les Juifs Tunisiens de l’Ile de Jerba Distribuées à travers le pays: Mal de Meleda 21 / 34 mutations fondatrices spécifiques à la population Tunisienne prouvées par des analyses haplotypiques
  29. 29. RÉPARTITION GÉOGRAPHIQUES DANS LE MONDE ARABE 29 Drépanocytose (HBB; p.E6V) Mal de Meleda (SLURP1; c.82delT) Xeroderma pigmentosum A (XPA; R228X) Polypose adénomateuse familiale (MUTYH; c.1186_1187insGG) Syndrome de déplétion de l’ADN mitochondrial (DGUOK; c.444-62C>A) Atrophie optique AR type OPA7 (TMEM126A; p.R55X) Syndrome des lymphocytes dénudés type II (RFXANK; 752delG25) Syndrome myasthénique congénital (CHRNE; c.1293insG) Xeroderma pigmentosum groupe C (XPC; p.V548AfsX25) Maladie de Crigler-Najjar type 1 (UGT1A1; p.Q357R) ~ 32 générations: 11ième sicèle : Banu Hilal ~ 700 années 80 générations ~ 2400 années
  30. 30. Co-morbidité: La présence d’une ou de plusieurs maladies en plus de la maladie primaire. Association de plus de 2 maladies génétiques chez une même personne et/ou chez différentes personnes de la même famille o 75 associations comorbides o Comorbité individuelle (au moins 50 individus) o Comorbidité familiale o Comorbidité allélique o Consanguinité notée dans 55.4 % des associations comorbides o Associations de maladies au même groupe pathologique: o Maladies du sang (thalassemie et drépanocytose) o Maladies neuromusculaires (LGMD2C-LGMD2D;LGMD2A-CMD; AVED-FRDA-ARSACS) o Génodermatoses (Xeroderma pigmentosum A-Ichthyosis; Darrier Disease-Ichthyosis) La comorbidité en Tunisie: un phénomène commun ? Romdhane et al. 201
  31. 31. Etiologie moléculaire: 32 mutations différentes: o 34 maladies primaires et 12 maladies associées o 21 mutations fondatrices: o 16 mutations fondatrices partagées avec les populations voisines o 5 mutations fondatrices spécifiques à la populations Tunisiennes o 11 mutations privées La comorbidité en Tunisie: Etiologie moléculaire? Romdhane et al. 2015
  32. 32. CLASSIFICATIONS DES COMORBIDITÉS Romdhane et al. 2015
  33. 33. COMORBIDITÉ DANS LES POPULATIONS VOISINES CONSANGUINES Romdhane et al. 2015
  34. 34. COMORBIDITÉ ALLÉLIQUE, CONSANGUINITÉ ET SÉVÉRITÉ D’EXPRESSION DE LA MALADIE Hyperparathyroïdie primitive sévère néonatale: Autosomique récessive, CASR, période néotale, hypotonie, hypercalcémie, taux élevé d’hormone parathyroidienne Hyperparathyroïdie isolée familiale: Autosomique dominante: CASR, hypercalcémie asymptomatique, taux normal de l’hormone parathyroidienne Nouvelle mutation privée: c.1952_1966del Sfar et al., 2013
  35. 35. COMORBIDITÉ, CONSANGUINITÉ ET EFFET FONDATEUR Cherif Ben Abdallah et al., 2014 Syndrome Triple A: AAAS: IVS14 + 1G>A / IVS14 + 1G>A : mutation fondatrice Hypogonadisme hypogonatrope congénital : c.244 + 128C>T; dbSNP: rs350129: KISS1R
  36. 36. DÉFI FACE À LA DÉTERMINATION DU PHÉNOTYPE DU PATIENT Association inhabituelle XP-Ichthyose-Mélanome Mélanome: SLC45A2: rs254622: C/C : facteur de risque à la prédisposition au mélanome Ichthyose: (CERS3: p.W263X) et (TGM1: p.Glu354_Glu355del) : Absentes XP-A: XPA: p.R228X/p.R228X Naouali et al. Unpublished
  37. 37. L’APPORT DES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE SÉQUENÇAGE  Populations consanguines et génotypage à haut débit: organisation du génome en régions homozygotes: ROH  Application le filtre de l’homozygotie: réduction importante du nombre de variants à analyser  Approche nouvelle pour identifier la cause moléculaire de pathologie d’étiologie inconnue
  38. 38. PRINCIPALES CONCLUSIONS
  39. 39. Consanguinité et endogamie Situation actuelle des maladies génétiques en Tunisie Dérive génétique; Effets fondateurs Facteurs économiques Sélection des hétérozygotes Récurrence des allèles délétères Disponibilité du spectre mutationnel complet -Transposition à la région MENA et la population migrante -Puce de diagnostic 39 Compétences dans les domaines biomédicaux Identification de nouvelles entités pathologiques Identification des gènes morbides responsables Données épidémiologiques inexistantes Augmentation de la fréquence des homozygotes pour les allèles récessifs Sévérité d’expression de certaines pathologies dominantes Comorbidité Dépistage systématique et registres de patients
  40. 40. GDiT: Outil d’aide à la décision au niveau national et régional Maladies homogènes sur le plan phénotypique et hétérogènes sur le plan génétique: LGMD2C Plan de traitement et de prévention Identification de nouveaux loci et gènes Etudes anthropologiques Diagnostic: - Rapide - À moindre coût - Simple - Non invasif Analyse des données épidémiologiques et spectre mutationnel 40 Stratégie de diagnostic par prioritisation de mutations : XPC Déficience des tests biochimiques et prévention des complications: Hypercholestérolémie familiale Tests biochimiques inexistants dans le pays et invasifs: GSDIa
  41. 41. VIVRE AVEC UNE MALADIE RARE…. EN TUNISIE
  42. 42. AUTOPORTRAIT …  Dystrophie musculaire des ceintures de type 2C: Myopathie Tunisienne, 521delT  Parents non apparentés mais issus de la même région géographique  Famille modeste: Mon père (Allah Yarhmou) ouvrier et ma mère sans profession  Histoire familiale de la maladie du côté paternel  Frère atteint, expression intrafamilial variable  Premier fauteuil à l’âge de 20 ans (premier jour à la faculté après 2 années blanches après le Bac)  Perte totale de la marche à l’âge de 26 ans
  43. 43. SACRIFICES DE MA FAMILLE  Famille FORMIDABLE: Mes parents, frères et sœurs se réinventent en: chauffeurs, électriciens, mécaniciens, aides-soignants et auxiliaires de vie  Organisation drastique, sacrifices, fatigue, douleur  Fardeau financier pour la famille:  Absence de moyens de transport en commun pendant les études  Achat et entretien des fauteuils  Soins médicaux à domicile puisque les cabinets des médecins sont inaccessibles
  44. 44. ET L’ÉTAT ?  Aucune subvention d’invalidité, aucune aide financière pendant mes études  Aucune subvention pour aider aux aménagements de la maison, (marches, salle de bain, les portes, ….)
  45. 45. ET L’ÉTAT ?  CNAM: prise en charge pour un fauteuil électrique de 2500 DT tous les 5 ans avec conditions: être élève ou étudiant ou ayant un travail (On n’est plus étudiant au-delà de 25 ans ) !!!!!!  Sachant que les personnes myopathes cessent d’étudier et donc n’ont pas la chance de trouver un travail, elles n’ont pas le droit d’avoir un fauteuil électrique parce qu’il met en danger leur vie (Je n’invente rien, on me l’a dit) !!!! Où est la dignité du malade myopathe ?  Sachant que le prix minimal d’un fauteuil est de 3000 DT et que sa durée de vie est de 6 mois avec la qualité de nos routes, je vous laisse le soin de calculer les dépenses pour l’entretien:  35 x2 DT pour les roues avant, 70 x 2 DT pour les roues arrières, 800 DT la paire de batteries, 900 DT le joystick, 1200 DT le bloc moteur
  46. 46. ET L’ÉTAT ?  Aucun traitement curatif n’existe pour l’instant  Inégalité dans l’accessibilité aux soins  Les corticoides: ralentissent la progression de la maladie  La vitaminotérapie: prévenir les carences, non remboursés par la CNAM  La kinésithérapie: prévenir les malformations  Après 3 demandes consécutives auprès de la CNAM: refus,  Maximum de 18 séances par prise en charge (au dessous de la prescription du médecin)  « Courir » après le kinésithérapeute pour des séances à domicile (frais supplémentaire) et qui se barre avec la prise en charge sans terminer son travail !!!
  47. 47. ET LES ASSOCIATIONS ?  Association des Myopathes de Tunisie créée en 1991  Premier fauteuil électrique pour mon frère en 1993, rampe en bois au lycée en 1994  Premier et dernier téléthon pour collecter des fonds en 1991  Plus aucun soutien depuis….: Mes demandes pour améliorer l’accessibilité des locaux à la FSB et FST ont été ignorées (entre 2000 et 2005).  Dernière visite à domicile d’un staff médical (peunomologues, orthopédistes, neurologues): en 2007  Aucune mise à jour de leurs données épidémiologiques: Une famille reçoit encore des lettres de frais d’inscription pour leur enfant décédé !
  48. 48. FINANCEMENT AMÉRICAIN D’UN PROJET
  49. 49. DE L’ESPOIR AILLEURS ?
  50. 50. DE L’ESPOIR AILLEURS ? J Clin Invest. 2015 Nov 2; 125(11): 4186–4195.
  51. 51. IL EST TEMPS DE BOUGER….  Assurer l’accéssibilité aux services de conseils avant le mariage et avant la conception dans l’attente de la mise en place des programmes de dépistage systématiques des maladies génétiques les plus fréquentes et les plus invalidantes  Etablir un ordre de priorité des maladies à suivre en termes d’incidence, de prévalence, de gravité, de morbidité, de handicap et de mortalité  Poursuivre le développement des registres de patients et de bases de données génétiques spécifiques de populations  Définir des outils de surveillance épidémiologique adaptés, et élaborer, avec les professionnels concernés et les associations de malades, un cahier des charges épidémiologique des centres de référence  Réssusciter les actions comme le téléthon pour aider les patients dans leurs combats quotidiens et améliorer leurs qualités de vie
  52. 52. AUCUNE MALADIE N'EST TROP RARE POUR NE PAS MÉRITER ATTENTION

×