Utilisation d’un instrumentd’évaluation ducomportementagressif pouraméliorer la sécurité despatients.Baba, N.1,2 ;Goulet,M...
Utilisation d’un instrument d’évaluation duUn leadership clinique fort                                                    ...
Utilisation d’un instrumentd’évaluation du                                                                                ...
Utilisation d’un instrumentd’évaluation du                                                                                ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Utilisation d’un instrument d’évaluation du comportement agressif pour améliorer la sécurité des patients

1 229 vues

Publié le

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 229
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7
Actions
Partages
0
Téléchargements
12
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Utilisation d’un instrument d’évaluation du comportement agressif pour améliorer la sécurité des patients

  1. 1. Utilisation d’un instrumentd’évaluation ducomportementagressif pouraméliorer la sécurité despatients.Baba, N.1,2 ;Goulet,M-H. 1,2;Larue,C. 1,2 ;Dumais,A. 1,3Michaud,C.1,2(2012) 1.Centre de recherche Fernand-Seguin 2. Université de Montréal 3. Institut Philippe-Pinel de Montréal
  2. 2. Utilisation d’un instrument d’évaluation duUn leadership clinique fort Baba, N; Goulet, M-H; Larue, C; Dumais, A ; Michaud, C (2012). comportementagressif pour améliorer la sécurité des patients. 1 Problématique Approche collaborative : Le projet DASA, d’abord un projet cliniqueLe sens accordé à l’agressivité ne fait pas toujoursconsensus entre les soignants Il existe peu doutils permettant de prédire •Rapport du Initiativelapparition des comportements agressifs chez unusager présentant un problème aigu de santé mentale Le contexte Protecteur du citoyen d’amélioration de la qualité de 3 Objectifs soins autour deÀ notre connaissance, aucun outil structuré •Volonté sociale l’isolementsoutenant lévaluation et la prédiction des Adapter et implanter un instrument decomportements agressifs à très court terme (24 heures) détection précoce du comportementnest utilisé au Québec agressif (DynamicApraisal ofLes rapports du Protecteur du citoyen indiquent que Proposition d’outils Situational Agression- DASA) dans unel’isolement est parfois utilisé pour une durée excessive Un leadership de détection précoce unité de soins intensifs à l’hôpital clinique fort de comportementsou sans motif de dangerosité agressifs Louis-H.-Lafontaine.Il y a une volonté sociale et politique de réduire lerecours à l’isolement avec ou sans contentions. Un comité d’experts cliniques Valider la DASAfr. et de recherche 2 Contexte : Approchecollaborative Choix de la Explorer l’utilité de la DASAfr. Une équipe DASAFormation d’un comité de prévention et de gestion des soignante soulève unecomportements agressifs afin d’améliorer la qualité des problématiquesoins infirmiers. •Collaboration entre intervenants (n=3), chercheurs •Fréquence élevée de Adaptation de (n=2), gestionnaires (n=2)et psychiatre (n=1). comportements la DASA agressifs •Volonté d’intervenirBesoin identifié: un outil qui permettrait un suivi plus précocementquotidien du risque, par l’utilisation d’une grille dedétection précoce du comportement agressif encomplément au jugement clinique des intervenants. Élargissement des collaborations vers un projetLa DynamicAppraisal Of SituationalAgression (DASA) de rechercheest retenue (Ogloff&Daffern, 2006).La grille DASA est traduite et adaptée à l’aide des « Les hommes construisent trop de murs mais pas assez de ponts »commentaires des membres de l’équipe soignante. Isaac Newton (1642-1727), mathématicien
  3. 3. Utilisation d’un instrumentd’évaluation du Baba, N; Goulet, M-H; Larue, C; Dumais, A ; Michaud, C (2012).comportementagressif pouraméliorer la sécurité des patients. Évolutionde la durée des IC : Participants Nombre Phase 1 (n=44) Phase 2 (n=49) Phase 3 (n= 37) Échantillon 1 : Intervenants (n=27) Patients ayant 28 24 26  18 infirmières et 9 préposés subi une mesure d’isolement4 Méthode : Intervention Échantillon 2 : Patients admis (n=77) Durée moyenne 35 55 43.4  Âge moyen : 36.5 ans de l’isolementDevis  60% d’hommes (heures)recherche participative  Temps d’hospitalisation médian : 26 jours Durée moyenne 6.5 4.8 3.7  Diagnostics : schizophrénie (n=20); de la contentiondonnées quantitatives et qualitatives schizo-affectif (n=18); bipolaire (n=20); (heures) autre psychose (n=4); dépression majeure (n=5) . Temps 2 Temps 3 Il n’y a pas de différence significative quant à la Temps 1 et trouble de la personnalité (n=5) fréquence d’isolement, la durée de l’isolement et la durée Nov/mars Mars/juin Août/Nov 2010 2010-2011 2010-2011 de la contention pour les trois phases de l’étude •Formation •Appropriation •préimplantation •Intégration 5 Résultats Mesures qualitativesPopulation et milieu Mesuresquantitatives  Perception du comportement agressif dépend : Validitiéprédictive de la DASAfr. (n=3798)  De la cible (contre des personnes versus contreMembres de l’équipe soignante qui travaillent à l’unité de des objets) :soins intensifs d’un grand hôpital psychiatrique pour adulte au Type d’agression Version 7 items Version 8 items Jugement deQuébec. dans les 24 (facteurs de risque) (ajout de l’estimation l’infirmière en 3 « Quelqu’un qui cogne dans un mur, ce n’est pas la même finale) prochaines heures AUC (95% CI) catégories chose que quelqu’un qui frappe son voisin ou unPatients admis et hospitalisés sur une unité de soins AUC (95% CI) AUC (95% CI) intervenant. »T1intensifs. Agression envers 0.66 (0.61 - 0.71) 0.66 (0.62 - 0.71) 0.65 (0.61 - 0.70) les objets  Du diagnostic (trouble de la personnalité versusCollecte de données Agression envers 0.71 (0.61 – 0.81) 0.70 (0.60 – 0.81) 0.63 (0.51 – 0.75) trouble psychotique) : d’autres personnes « Acceptabilité plus grande de l’agressivité si le patient estUn questionnaire administré aux intervenants constitué de Agression envers 0.70 (0.61 – 0.78) 0.71 (0.63 – 0.80) 0.70 (0.62 – 0.79) psychotique plutôt que TPL, mais aussi plus insécurisant, car le personnel imprévisible. » T12 sous-échelles (la perception du comportement agressif et soignantl’utilité de la grille) et un focus group de 60 minutes à la phase  Des antécédents de la personne1 et 3 de l’étude. « Le regard, la façon de circuler, la démarche anxieuse, leLes données sur la fréquence et la durée moyenne En somme, la DASA a des propriétés significatives timbre de voix, le regard, le geste brusque. »d’isolement-contentions (IC) pour chacune des phases sont pour prédire l’agression envers d’autres personnesrecueillies à partir des protocoles d’IC. et envers le personnel soignant.
  4. 4. Utilisation d’un instrumentd’évaluation du Baba, N; Goulet, M-H; Larue, C; Dumais, A ; Michaud, C (2012).comportementagressif pouraméliorer la sécurité des patients. 7 Contribution à la sécurité des patients et àl’amélioration de la qualité « une certaine documentation et une prise de conscience…. à plus consulter les autres » T1 Les facteurs tels qu’un un environnement •« Après ça, on a les résultats de la grille de la sécuritaire (Foster &al, 2007), la cohésion des  Perception de l’utilité de la grille veille, le soir et précédent, et on peut juger si intervenants entre eux (Silver, 2007) et le Permet une le client présente le même comportement, la leadership des gestionnaires (Paterson meilleure même attitude non verbale. Ça nous permet &Duxbury, 2007) sont déterminants dans communication de jauger nos interventions. » T3 l’évaluation du risque. Plus cette évaluation est « Aussi important que la grille du risque suicidaire. » T1 basée sur des indicateurs fiables, plus la sécurité « C’est un outil damélioration qui nous a été donné, et la qualité des interventions seront améliorées. c’est un cadeau. » T3 « C’est comme du vocabulaire, c’est un cadeau que les La DASAfr. est un Pour des raisons éthiques et cliniques, il est outil essentil et chercheurs nous font alors … on ne peut pas dire non. » T3 • « Avant, on y allait au pif. Maintenant, c’est plus objectif indispensable de poursuivre des recherches pour intégré avec cette grille-là qu’autrefois. (Avant) Chacun se étudier la compréhension des comportements servait de son jugement et on a tous une éducation, des valeurs différentes. Il y en a qui sont plus tolérants que agressifs qui justifient l’utilisation des procédures dautres. Par exemple, autrefois, un client qui va hausser d’IC. le ton, qui va insulter, cétait tout de suite lisolement et les contentions. Même encore aujourd’hui, ça peut être comme ça, mais si on a une grille, on est capable de • « …élargir notre vision, pour être en mesure de faire des Permet un jugement juger que ce n’est pas dans tous les cas que le client agit interventions beaucoup plus élargies pour aider et éviter plus objectif comme ça ou on ne prend pas la remarque personnel, 8 References des acting out » T1 alors on a un autre type dintervention qui peut être plus • « Ce qui ne serait pas normal, c’est que tu cotes « élevé » approprié avec la grille. » T3 et tu fais rien.....Alors, là, il y aurait un problème, pas de  Dumais, A., Larue, C., Michaud, C., Goulet, M.H. (2012). Prévient l’escalade continuité. Moi, je trouve que ça tamène à penser que… Predictive validity and psychiatric nursing staff’s perceptions of agressive Il va falloir que tu fasses quelque chose. » T3 the clinical usefulness of the French version of the Dynamic Appraisal of Situational Aggression (DASAfr). Issues in Mental Health Nursing, 33 (10), 670-675. 6 Leçons retenues Foster, C., Bowers, L. &Nijman, H. (2007). Agressivebehavior on acute psychiatric wards : prevalence, severity and management. Journal of advanced Nursing, 58, 140-149.  Montre qu’une grille de détection du comportement agressif Monahan, J., Steadman, H. J., Robbins, P. C., Appelbaum, P., • « voir l’impact des interventions, parce que les interventions sont basées là-dessus. » T1 implantée dans un milieu psychiatrique présentant un haut Banks, S., Grisso, T., Heilbrun, K., Mulvey, E. P., Roth, L. & • « je trouve que ça m’aide à voir comme il était dans degré de risque d’agression: Silver, E. (2005) An actuarial model of violence risk les jours précédents en un coup d’œil sans  est un indicateur pertinent pour soutenir le jugement assessment for persons with mental disorders. Psychiatric nécessairement avoir à lire les 7 derniers 24 heures. clinique des professionnels Services, 56, 810-5. Fournit un portrait Si je vois qu’il a coché des « 0 » tout le temps dans  représente un levier pour discuter entre intervenants de Paterson, B., & Duxbury, J. (2007). Restraint and the question synthétique sur le les derniers 5 jours, ça m’aide à voir un peu comment leurs attitudes, pour anticiper un risque d’agression et pour of validity. Nursing Ethics, 14(4), 535-545. risque de violence et mon client est au niveau de l’agressivité. Pour moi, à envisager des interventions préventives. sur les interventions ce niveau-là, ça devient comme un outil qui est rapide Ogloff, J.R., &Daffern, M. (2006). The Dynamic Appraisalof effectuées parce que je regarde et là c’est ça. » T3 Situational Aggression: An Instrument to Assess Risk for Avantage d’un devis participatif : les intervenants se sont Imminent Aggression in Psychiatric Inpatients. Behavioral appropriés la grille et continuent de l’utiliser et d’en discuter Sciences and the Law, 24, 799-813. alors que le projet est terminé.

×