Magazine Animalinfos N°35

292 vues

Publié le

Animalinfos, le magazine gratuit pour les propriétaires d'animaux de compagnie réalisé par l'agence Ginkoa.

Publié dans : Mode de vie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
292
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Magazine Animalinfos N°35

  1. 1. Focus avis d’expert LES BESOINS RELATIONNELS DU CHIEN n° 35 LES pRODUITSTENDANCES pOUR L’ExTéRIEUR ET L’INTéRIEUR shopping
  2. 2. Retrouvez sur toutes les activités qui renforcent la cohabitation homme / chien © Une initiative du Le Chien + ZEN, par la voix des équipes vétérinaires, est le miroir des très nombreuses initiatives qui voient le jour, en France, dans les écoles, les villages, les quatiers et les associations.
  3. 3. FOCUS S e p t e m b r e / o c t o b r e 2 0 1 5 Sommaire n°35 Impliquez-vous ! Direction de la Publication : Patrick Puissant : patrick.puissant@animalinfos.fr Olivier Thomé : olivier.thome@animalinfos.fr Rédacteur en Chef : Didier Martin : didier.martin@animalinfos.fr Maquette/prépresse : Carole Giraud Publicité : Patrick Puissant 06 07 39 30 35 Ont collaboré à ce numéro : Docteur Jean-Marc Elbaz, Sonia Kischkewitz Crédits Photos : © Fotolia.com, © fotosearch.fr, © By- who, ©Philippe Nimel, ©Etienne Oisans. Imprimerie IPS (27) Imprimé sur papier 100% recyclé. Diffusion 150 000 exemplaires Animalinfos est édité par Groupe Ginkoa, SARL au capital de 4630 euros, RCS Nanterre 494 587 942. BP 39, 92312 Sèvres Cedex Dépôt légal à parution ISSN : 1957-1127 ©Animalinfos 2015 Toute reproduction et/ou représentation même partielle est interdite sans l’autorisation écrite préalable de l’éditeur. Focus avis d’expert LES BESOINS RELATIONNELS DU CHIEN n° 35 LES pRODUITSTENDANCES pOURL’ExTéRIEUR ET L’INTéRIEUR shopping A C T U S • D’ici et d’ailleurs 04 S H O P P I N G AV I S D ’ e x p e r t 06 • L’obésité, la comprendre pour la combattre • Les besoins relationnels du chien • Les produits tendances pour l’extérieur et l’intérieur 11 14 Encetterentréedeseptembre,larédactionasouhaité vous proposer un numéro spécial axé sur deux des besoins fondamentaux des animaux de compagnie : l’alimentation et les interactions avec nous. Le surpoids est un fléau qui affecte de nombreux chiens et chats, souvent à cause d’une mauvaise adaptation de leur alimentation à leurs besoins quotidiens et à un manque de dépense physique. Votre implication, peut-être avec l’aide de votre vétérinaire,vouspermettrafacilementdeprévenirce problème qui, s’il s’installe, peut mettre la santé de l’animal en danger. Impliquez-vous aussi pour améliorer votre proximité avec votre animal. Vous découvrirez quels sont ses besoins d’affection, de jeux, comment établir une relation équilibrée avec lui… Vous êtes unique et votre animal l’est aussi ! Construire votre relation autour de ce postulat, c’est l’assurance de trouver le juste équilibre et une réelle réponse aux besoins de chacun. Didier Martin, Rédacteur en ChefCOMPORTEMENT
  4. 4. A C T U S L’explosion des salons animaliers Entre les mois de septembre 2015 et de janvier 2016, pas moins de 5 salons animaliers majeurs se dérouleront en France  : Animo Nature à Avignon les 3 et 4 octobre, Animal Expo à Paris les 10 et 11 octobre,AnimoCieàLyonles7et8 novembre, 101 Compagnons à Lille les 12 et 13 décembre, Paris Animal Show à Paris les 16 et 17 janvier. Il faut y ajouter des initiatives plus locales comme la journée de l’Animal en Ville organisée par la Mairie de Boulogne Billancourt le 26 septembre. Il s’agit de répondre à un engouement toujours très important des français pour l’animal de compagnie, d’accompagner les évolutions du marché (moins de chiens, plus de chats…) et de mettre en avant tous les acteurs qui œuvrent pour le bien-être de l’animal. Beaucoup de ces salons ne sont d’ailleurs pas des lieux d’achat d’animaux, mais plutôt des lieux d’informations sur les races, les besoins…, de rencontres avec les professionnels comme les vétérinaires et les comportementalistes. Tout y est fait pour que le futur acheteur d’un animal soit le plus informé possible, conscient de sa responsabilité et des besoins spécifiques de l’animal, tant sur le plan de sa santé, que de son éducation et que de ses besoins affectifs. 4 Le chat poursuit sa progression La nouvelle enquête FACCO/TNS SOFRES conduite à l’automne 2014 confirme la progression du chat dans les foyers français. En deux ans, la population féline a augmenté de plus de 11% passant de 11,4 à 12,7 millions. Parallèlement, le nombre de chiens a diminué de 2% dans l’hexagone, avec toutefois une augmentation de la population des petits chiens de moins de 11kg. Malgré cette baisse de la population canine, l’amour des français pour les animaux ne se dément pas. En témoignent les 63 millions d’animaux familiers actuellement présents dans les foyers français. Avec 12,7 millions de chats, 7,3 millions de chiens, 5,8 millions d’oiseaux, 34,2 millions de poissons et 2,8 millions de petits mammifères, le nombre total d’animaux familiers reste stable par rapport à 2012. Quelques enseignements intéressants : Le chien est plus répandu en milieu rural  : 37,6% des foyers possesseurs de chiens vivent ainsi dans une agglomération de moins de 2 000 habitants. 41,4% des possesseurs de chiens et 38,8% des possesseurs de chats déclarent avoir besoin de leur animal pour leur propre bien-être. L’espérance de vie du chat continue de s’allonger. Sa durée de vie a ainsi augmenté de 18 mois entre 2006 et 2014. www.facco.fr Filalapat, le fil d’Ariane vers votre animal ! Filalapat permet d’être connecté avec ceux qui se mobiliseront pour vous aider si par malheur votre compagnon se perd ! C’est rassurant ! FILALAPAT, lancée par I-CAD (Fichier National des Carnivores Domestiques) est la première application officielle “perdu / trouvé” connectée sur une seule base de données nationale accréditée par l’État. De quoi être parfaitement rassuré. Elle permet de rechercher les propriétaires d’un animal égaré ou de déclarer la perte de son animal et donne aussi accès aux informations de son animal pour les mettre à jour afin qu’il soit toujours identifiable. FILALAPAT est une solution simple, gratuite, efficace et disponible… sur Google Play, Windows Phone et Apple Store.
  5. 5. 5
  6. 6. F O C U S Qu’est-ce que l’obésité ? Les causes de l’obésité Causes non alimentaires de l’obésité  Causes alimentaires de l’obésité A l’instar de ce qui existe chez l’homme, nos amis les bêtes, chiens, chats, NACs, peuvent aussi souffrir de surpoids, voire devenir obèses. Selon certaines études récentes, il semblerait que 25% des chiens et des chats soient affectés par des problèmes de surpoids en France. Quelles sont les causes, les effets sur la santé de l’animal et surtout… comment prévenir et traiter ? Le surpoids du chien est la conséquence d’un excès d’énergie apportée par la nourriture, par rapport à l’énergie dépensée par l’animal. On peut identifier différentes causes à cette prise de poids : des causes sans rapport avec l’alimentation, et bien sûr des causes liées à ce que le chien mange. Il s’agit de tout ce qui fait baisser les besoins énergétiques de l’animal : une baisse d’activité ou de manière générale, le manque d’exercice, la stérilisation ou l’âge (les besoins en calories diminuent quand le chien vieillit). Attention, l’obésité peut être due à une maladie hormonale (diabète, hypothyroïdie), un trouble anxieux (stress), notamment chez le chat, ainsi qu’à certains médicaments qui peuvent favoriser l’appétit et donc la prise de poids du chien (anti-épileptiques, corticoïdes). Il s’agit de tout ce qui fait que l’animal consomme trop de calories : la nourriture à volonté ou une alimentation non équilibrée. On n’y pense pas forcément, mais les friandises, souvent très riches en graisses ou en sucres constituent également une cause d’obésité. Un biscuit donné à un chien de 10kg vaut un hamburger pour nous ! En conclusion, l’obésité résulte d’une mauvaise alimentation ou d’un excès de celle-ci, d’une maladie, ou bien d’un manque d’exercice, chose commune en milieu urbain. En adoptant un mode de vie plus sédentaire, nos compagnons à 4 pattes ont, à leur tour, été rattrapés par l’obésité. La stérilisation favorise-t-elle l’obésité ? D’après l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), l’obésité est une accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle qui peut nuire à la santé. Un animal obèse est un animal dont le poids dépasse d’au moins 15 % son poids idéal. La stérilisation des males et des femelles, de manière générale, va augmenter l’appétit de l’animal, et donc favoriser sa prise de poids si l’on ne fixe pas les quantités d’aliments distribués, ou si l’on ne choisit pas un aliment « régime ». De plus, à apports caloriques identiques, le développement du tissu adipeux est accru par la stérilisation, et la répartition des graisses est différente par rapports aux animaux « entiers » (ventre qui pend chez les chats obèses, «  poignées  » graisseuses de par et d’autres des hanches pour les chiens trop gros, …). F O C U S 6 L’obésité, la comprendre pour la combattre F O C U SF O C U S par Jean-Marc Elbaz Vétérinaire
  7. 7. Pour une meilleure hydratation des animaux Elles exploitent une technologie brevetée assurant un mouvement perpétuel de l’eau qui, riche en oxygène, reste fraîche. Les filtres à charbon éliminent les goûts et odeurs désagréables afin d’inciter l’animal à s’hydrater. Silencieuses et esthétiques, les fontaines à eau Drinkwell® sont disponibles dans les jardineries et magasins spécialisés. Le maintien d’une bonne hydratation est essentiel à la santé des animaux familiers. Or une étude récente révèle que 45 % des propriétaires ne connaissent pas vraiment les quantités d’eau nécessaires à leur animal. Les fontaines à eau Drinkwell® de PetSafe® offrent une solution idéale. www.petsafe.net youtube.com/petsafefr facebook.com/petsafefrance twitter.com/petsafefr
  8. 8. F O C U SF O C U S 8 Espèces et races prédisposées à l’obésité Conséquences de l’obésité sur l’organisme ? Comment savoir si son animal est trop gros ? Critères et mesure du poids régulière ? En réalité, il est assez simple de reconnaître l’obésité chez le chien (le plus dur étant de l’admettre). Les standards de poids de la race peuvent vous aider, mais ils ne constituent pas une règle, certains chiens étant plus grands ou plus petit que ce standard. La technique utilisée par les vétérinaires est d’observer la silhouette de l’animal puis de palper les côtes en faisant glisser les mains, sans appuyer, des 2 cotés : si les côtes et la colonne vertébrale sont difficilement palpables et que la « taille » (creux au niveau du flanc) du chien n’est plus visible, on considère que le chien est en excès de poids, voire obèse. Vous pouvez également noter la fatigue, lors de promenades ou d’efforts que le chien effectuait sans soucis auparavant. Un autre critère est l’intolérance à la chaleur. Même avec une augmentation modérée de la température extérieure, l’animal est essoufflé et risque même un « coup de chaleur » avec œdème aigu du poumon si la chaleur s’accentue. Votre vétérinaire peut enfin vous alerter lors d’une consultation de contrôle ou lors d’un vaccin. Les vétérinaires possèdent généralement une balance à disposition dans la salle d’attente et ce service est gratuit. N’hésitez pas à peser régulièrement votre animal et à demander conseilàvotrevétérinaire. Ce dernier peut aussi vous imprimer une courbe de poids moyenne durant sa croissance. Comme chez l’homme, l’obésité nuit considérablement à la santé de l’animal parce qu’elle diminue l’aisance des déplacements et altère le fonctionnement de nombreux organes réduisant son confort ainsi que son espérance de vie. Les conséquences sont nombreuses : • sur le squelette : apparition de problèmes ostéo-articulaires (ruptures de ligaments croisés, arthrose, …) causés par le surpoids, et aggravation de ceux déjà existants. • sur le métabolisme : augmentation de la fréquence des diabètes sucrés chez les chiens obèses, difficultés de régulation thermique. • sensibilité accrue aux infections cutanées et urinaires. • cœur enrobé de graisse, qui doit « forcer » pour faire circuler le sang dans un organisme trop lourd. Le résultat est un animal qui présente rapidement une intolérance à l’effort. • installation d’une insuffisance respiratoire chronique, aggravation des collapsus trachéaux chez les petits chiens, … Toutes les races sont concernées, mais certaines comme le Labrador (numéro un en ce qui concerne l’obésité) ou le Cavalier King Charles auront encore plus naturellement tendance à prendre du poids de par leur gourmandise. L’obésité est aussi plus visible sur les petites races (chihuahuas), ou dans les races longilignes comme les lévriers, les setters, … Un lévrier n’est pas un bouledogue !!!
  9. 9. Traitement diététique de l’obésité Traitement hygiénique de l’obésité En parallèle de cette nouvelle alimentation, la pratique quotidienne d’exercices physiques est recommandée. Cela sert à augmenter les dépenses énergétiques et éviter que le chien ne perde ses muscles au cours du régime. En général, une marche rapide de 30 minutes ou de deux fois 15 minutes par jour est conseillée, au minimum. Vous pouvez aussi l’emmener nager, surtout si votre chien souffre de douleurs articulaires. Il est souvent difficile de faire perdre du poids à un chien, celui-ci arrivant souvent à faire «craquer» ses propriétaires. Il est tout d’abord important de déterminer le poids idéal de l’animal (poids adulte avant la stérilisation, ou poids avant qu’il ne commence à grossir, poids du standard de la race...). Le traitement diététique peut alors être mis en place, uniquement à base de croquettes car les rations sont ainsi plus faciles à déterminer. Plutôt que de restreindre la quantité de croquettes journalière donnée à l’animal, ce qui l’affamerait, il vaut mieux modifier la nature des aliments. En effet, il existe des croquettes hypocaloriques, dites « régime » et non pas « light » qui ne sont pas suffisamment allégées, dont la concentration en énergie et en lipides est diminuée, tout en couvrant l’ensemble des besoins nutritionnels du chien. Ces croquettes sont disponibles uniquement chez les vétérinaires. Ces aliments sont regroupés sous 2 catégories : les aliments riches en fibres (peu appétents - augmentent la satiété par effet volume avec beaucoup de selles émises) et les aliments hyper protéinés (très appétents - augmentent la satiété sans augmenter le volume, d’où peu de selles émises). Les quantités quotidiennes d’aliment dépendent du poids à atteindre (et non du poids actuel) et de la marque choisie. Il existe un tableau de rationnement qu’il faut absolument suivre sur chaque paquet de croquettes, ainsi qu’un gobelet doseur disponible chez les vétérinaires. Il ne faut pas non plus hésiter à peser la nourriture, car il est difficile d’estimer des surplus de quelques grammes, qui pourtant seront responsables de l’échec du régime. Bien évidemment, le chien ne doit plus recevoir de friandises. Pour réussir le régime de votre chien, pensez à informer toute la famille des règles à suivre mais aussi vos voisins et amis qui vous rendent visite et surveillez régulièrement la silhouette et le poids de votre chien. Il doit maigrir tout au long de son régime (environ 1 à 2% de son poids par semaine). Il ne faut pas se décourager, la perte de poids peut être parfois longue mais les résultats sont souvent impressionnants si les propriétaires sont motivés et suivent strictement le régime. Afin que le chien ou le chat ne soit pas affamé et ne parte pas en diarrhée, il est indispensable de diminuer la ration par paliers tout en introduisant le nouvel aliment très progressivement. On pourra humidifier les croquettes, ajouter des légumes ou bien utiliser une alimentation humide (plus facile sur les petites races) selon le principe : le chien a l’impression d’en avoir plus dans la gamelle et donc dans le ventre. Demême,servirplusieursrepasdanslajournéeserabénéfique:3à4repasc’estl’idéal.Attention,mêmes’ilyaplus de repas la quantité pour la journée entière reste la même! La dernière astuce est de ralentir la prise alimentaire de votre chien. A vous de jouer d’imagination pour le forcer à manger moins vite, un simple verre dans la gamelle peut ralentir un petit chien. Moins il mangera vite, mieux il sera rassasié à la fin de son repas. Il existe aussi pour cela des balles à croquettes et autres pipolinos disponibles chez les vétérinaires et en animalerie ! Astuces pour éviter d’affamer votre animal : 9
  10. 10. Pensez toujours qu’il est plus simple de diminuer préventivement la ration ou de passer à une alimentation allégée, que de faire maigrir un chien obèse. Il faut tout d’abord lui fournir une alimentation stable et adaptée que ce soit en qualité (selon son âge, sa taille, son activité) mais aussi en quantité (selon son poids et l’apport énergétique de l’aliment). Il faut également proscrire toute friandise (hors apprentissage), et ne strictement donner aucun reste de table ni « à-cotés ». Quand on sait qu’un chiot en surpoids a plus de risque de devenir obèse à l’âge adulte et qu’un morceau de fromage pour chiot de 5 kg vaut un fromage entier pour un humain, il est préférable de commencer la prévention dès le plus jeune âge. De même, en cas de stérilisation ou lors d’une baisse d’activité physique, diminuez la ration de votre animal de 20% ou mieux, changez son alimentation pour une alimentation allégée  : aliments « light » ou même aliments « régime ». Enfin, si votre animal ne finit pas sa gamelle, alors que vous respectez les quantités indiquées sur le paquet, pas de panique. Vous avez simplement un animal qui régule très bien son alimentation ! Comment prévenir l’obésité ? Conclusion Et n’hésitez pas à rendre visite régulièrement à votre vétérinaire pour une pesée mensuelle ! L’obésité chez nos compagnons n’est pas une fatalité ! Il existe une multitude de solutions. Consultez votrevétérinaire,ilvousindiquerasivotreanimalestobèse,ladémarcheàsuivreetquellealimentation est la mieux adaptée à son cas. Il est toujours plus simple d’atteindre le poids idéal quand on est suivi et entouré ! Il apportera des réponses aux questions qui vous inquiètent et vous conseillera en cas de difficulté. De même il vous dira que faire quand votre animal aura atteint son poids idéal. Peut-on donner des friandises à son animal ? Hormis pour l’éducation du chien, c’est-à-dire lorsque le maître le décide (et non l’inverse), il ne faut pas donner de friandises aux animaux. Cela évite, non seulement la prise de poids, mais aussi l’apparition de troubles digestifs (diarrhées, constipation, …) ou dermatologiques (démangeaisons). De plus, céder en donnant de temps en temps au chien qui demande à table doit être proscrit car ce comportement renforce la mendicité. Si vous tenez absolument à lui en donner, utilisez des friandises pauvres en calories (disponibles chez les vétérinaires) ou des croquettes piochées dans sa dose journalière de nourriture. F O C U SF O C U S 10 Et après le régime ? Le suivi après le régime est impératif. Il est nécessaire soit de garder les mêmes croquettes mais d’augmenter très progressivement et légèrement les quantités journalières, soit de choisir un aliment un peu plus énergétique tout en conservant la même quantité. Le suivi du poids doit être effectué tous les mois. Si votre chien ne perd pas de poids malgré un régime strict  : Nous vous conseillons alors de consulter votre vétérinaire. En effet, certaines maladies peuvent limiter la perte de poids. Votre vétérinaire pourra réaliser les examens complémentairesappropriésetéventuellement vous prescrire un aliment médicalisé encore plus allégé qu’un aliment light. De plus, il existe maintenant un traitement uniquement sous prescription vétérinaire qui est le premier traitement du surpoids et de l’obésité du chien.
  11. 11. Rappelons que le chien est une espèce sociale (ce terme renvoie à des individus de la même espèce). Ce caractère social, inscrit dans le patrimoine génétique de nos canidés s’exprime par une tendance naturelle à être attiré par des individus conspécifiques. Celui- ci a donc besoin d’interactions sociales pour son équilibre et son bien-être. Beaucoup de chiens ne rencontrent leurs congénères que rapidement au bout d’une laisse. D’autres ne font malheureusement que les voir passer devant le grillage de leur jardin. Notre compagnon a besoin de rencontrer des congénères en liberté afin de pouvoir communiquer de façon appropriée, cela dés le plus jeune âge et de manière régulière afin d’être correctement socialisé. Un chien en liberté peut choisir d’interagir ou éviter un congénère. Souvent au bout de sa laisse, il ne peut éviter un contact non désiré. Pensez à toutes les fois où on lui a dit « Mais voyons Kiki dit bonjour  !  » alors qu’il était réticent. Il est important de le laisser décider s’il a envie d’interagir ou non avec ses congénères (ou les humains) afin d’éviter tout stress ou agressivité. Pour notre ami chien, une bonne relation avec «  son humain » ou sa famille est indispensable à son bien-être. La plupart apprécient les activités, jeux et sorties avec leurs maîtres. A noter également, un chien qui aura été correctement familiarisé sera content de découvrir de nouveaux environnements en notre compagnie. Pour certains chiens côtoyer d’autres espèces peut être un plus (chat, cochon, cheval…) car ces relations interspécifiques amènent des stimulations et peuvent éviter l’ennui ou le stress de la solitude. Pensez aux chiens errants. Ils vivent bien souvent en groupe et ont de longues activités, notamment de recherche de nourriture ; activités qui peuvent les occuper toute la journée. Notre chien de compagnie n’est pourtant pas bien différent de ceux-ci, mais lui reste seul toute la journée à attendre sa sortie ou sa gamelle… Même si beaucoup le supportent, un chien et encore plus un chiot n’est pas fait pour rester seul et s’ennuyer. Si nos absences sont longues il faudra donc compenser par beaucoup de temps consacré à nos compagnons, et ce même lorsqu’on possède un jardin. Que nous projetions d’adopter un chien ou que nous vivions déjà avec cet animal, il est primordial de se demander ce dont il a besoin pour son bien-être. Le chien partage nos vies depuis tellement longtemps que nous oublions parfois qu’il s’agit d’une espèce différente de la nôtre avec des besoins spécifiques. Ces besoins varient également en fonction de la race, de l’âge, de l’état de santé et de l’individu lui même. Tout comme nous, le chien a des besoins physiologiques et de sécurité. Il convient donc de le protéger du froid et du chaud, lui fournir de l’eau fraîche à volonté, une nourriture appropriée, du repos, un lieu de couchage confortable au calme, et des sorties régulières pour qu’il puisse se soulager. (Beaucoup de nos chiens de compagnie doivent malheureusement se retenir d’éliminer bien trop longtemps lors de nos absences). Le besoin de se reproduire est quant à lui souvent contrôlé par les propriétaires voire supprimé par la castration ou stérilisation. Mais est-ce suffisant ? LES BESOINS RELATIONNELS DU CHIEN A vis d ’ e x p e r t par Sonia Kischkewitz Spécialiste du comportement animal 11 Relations intra et interspécifiques COMPORTEMENT
  12. 12. 12 COMPORTEMENT A vis d ’ e x p e r t Les chiots particulièrement mais les chiens de tous âges en général aiment et ont besoin de mastiquer et ronger. Donc si vous ne voulez pas voir vos pantoufles ou vos pieds de tables abîmés, donnez à votre chien des choses à mâcher : friandises, jouets, os, bâtons, boites en cartons, pommes de pins, bouteilles en plastique, etc.. De plus cela lui donnera des activités et évitera l’ennui. Avant d’acquérir un chien, il faut vraiment s’interroger sur le temps et la motivation que nous aurons pour nous occuper de lui et le sortir, suffisamment longtemps, quels que soient les caprices de la météo. Les besoins de notre compagnon diffèrent bien évidemment selon la race, l’âge, la santé et l’individu lui-même. Ils ne sont pas les mêmes pour un Border Collie de travail que pour un Cavalier King Charles Spaniel. De la même façon, les besoins d’un chiot, d’un adulte ou d’un chien âgé sont différents. Un chien vivant dans un jardin dont il connaît les recoins par cœur a besoin également de sorties et d’activités régulières. Le manque de dépense peut engendrer du stress, un état émotionnel négatif, de la frustration, de l’ennui, et de ce fait des comportements gênants chez nos chiens de compagnie  ; tels aboiements et destructions. Les vieux chiens aussi ont besoin d’être stimulés ! Par exemple, un vieux chien qui traine la patte sur son tour de quartier sera plus éveillé dans une prairie avec des congénères. Nos animaux ont besoin de courir en liberté, d’explorer de nouveaux environnements. Même si la ville amène de nombreuses stimulations, votre compagnon citadin appréciera tout particulièrement des promenades en forêt ou à la campagne. Si votre chien n’obéit pas au rappel, ne vous en servez pas comme d’une excuse : promenez le avec une grande longe. Des activités régulières participent au bien être de votre animal  : promenades, jeux, activités sportives avec lui (jogging, vélo, etc.). Un chien qui a suffisamment de dépense sera plus calme à la maison ! Tout comme nous, le chien a également besoin de dépense mentale. Bien entendu il ne s’agit pas de l’inscrire dans un club d’échecs mais de lui permettre d’utiliser et développer ses capacités cognitives. Laissez-le réfléchir par lui-même, trouver des solutions ou stratégies. Permettez lui d’utiliser son flair. Les interactions sociales, activités olfactives de recherche, les exercices d’éducation, le clicker training, les jeux de stratégies pour chien sont source de dépense mentale. Activités masticatoires Dépense physique et mentale
  13. 13. 13 COMPORTEMENT A vis d ’ e x p e r t Plaçons-nous un instant du côté du chien ! Observer son animal en liberté dans un milieu naturel est un excellent moyen pour cerner ses besoins spécifiques. Amenez votre chien à la campagne, laissez le librement vagabonder à sa guise. Que fait- il  ? Il explore, court, se couche ou patauge dans des flaques, se roule dans la terre, l’herbe, les charognes ou excréments d’animaux, en mange parfois. Il est fréquent de voir de tels comportements bannis par les maîtres qui les jugent inacceptables. Pourtant, votre animal exprime simplement des comportements propres à son espèce. Si nous aimons la propreté et l’odeur du frais, nos amis à quatre pattes ont des capacités et des goûts gustatifs et olfactifs radicalement différents. Le chien, dont l’odorat est 80 à 100 fois plus élevé que celui de l’homme, vit dans un monde d’odeurs. Il n’est pas difficile d’imaginer ce qu’il peut ressentir au contact de nos détergents, shampoings ou autres produits ménagers, utilisés parfois avec excès sur des objets qui lui sont intimement liés (panier, jouets, collier etc.) Au-delà des besoins spécifiques propres à l’espèce, il ne faut pas oublier ceux propres à la race. N’oublions pas que certaines races ont été créées pour répondre aux besoins humains. Nous adoptons bien trop souvent des chiens pour leur esthétique sans nous soucier de leurs tendances comportementales. Or, pour son bien-être et son équilibre, un chien doit pouvoir vivre en adéquation avec son environnement. Empêcher un chien d’eau de nager, un chien de chasse de chasser, un chien de troupeau de travailler, pourra nuire à son équilibre. Pour résumé, si nous voulons apporter du bonheur à notre compagnon, nous devons simplement nous préoccuper de son bien-être, qu’il soit physique, physiologique ou mental. Evitons dans la mesure du possible toute douleur, peur ou stress et surtout, offrons-lui la possibilité d’exprimer les comportements propres à son espèce. Réfléchirauxbesoinsspécifiquesd’uneraceetd’unindividu permet de faire le bon choix d’adoption en adéquation avec notre environnement et mode de vie et de procurer équilibre et bien-être à son animal de compagnie…. Renseignez-vous, « Ecoutez » votre chien et vous saurez ce qu’il aime et ce dont il a besoin. Le point de vue du chien Nous imposons beaucoup de choses à nos chiens de compagnie  : les heures, durées et lieux de sorties, à quelle heure et quoi manger, où et quand éliminer, s’ils ont le droit ou non de rencontrer des congénères, de se reproduire ou non, où dormir…. Et si nous laissions un peu plus de liberté à nos compagnons ?
  14. 14. 1 Le confort ultime ! AgroBiothers présente sa nouvelle gamme de couchages Arzano by Aimé, pour chiens et chats. Les tapis plats, coussins et corbeilles de cette ligne de produits sont moelleux à souhait et créent un environnement chaleureux avec ses couleurs flashy, et ses rayures. Facile d’entretien, les couchages sont lavables en machine à 30 °C. De 10€95 à 21€45 selon les produits et les tailles, en animaleries. 2 Caméra embarquée sur chat ! Caméra Cat Videocam : vision nocturne : jusqu’à 2 mètres, détecteur de mouvement pour stopper l’enregistrement pendant que le chat dort, mémoire flash de 4 GB, enregistreur de voix avec micro intégré… Caméra Eyenimal disponible à 99€90 en animalerie/jardinerie et Internet. Plus d’info sur www.eyenimal.fr 3 Harnais technique PetSafe® présente son harnais EasySport™, confortable, entièrement réglable et rembourré il a été conçu pour procurer au chien un confort optimal lors de ses promenades. Disponible au prix public de 19€99 à 29€99 selon la taille, en magasins spécialisés. 4 Stop aux parasites dans la maison Fumistop est un fumigène insecticide pour la maison qui permet de traiter 80 m3 en 3 heures et permettra d’éliminer les puces et autres parasites externes et stoppe la croissance de leurs œufs. Produit insecticide de catégorie TP18 : utilisez les biocides avec précaution. Avant toute utilisation, lisez l’étiquette et les informations concernant le produit. Produit des Laboratoires Phytosoins, disponible en grandes surfaces. 5 Gourmandises craquantes ! CRACKY 3 est une friandise croquante et savoureuse pour le chat. Une vraie fête du goût pour le chat qui en raffolera ! Deux produits disponibles : CRACKY 3 POISSONS avec saumon, truite et crevettes et CRACKY 3 FROMAGES au goût emmental, gouda, cheddar. Disponibles en grandes surfaces. 6 Petit chien pour la ville ! Pour aider le futur maître à choisir le « mini- chien » qui lui correspond, cet ouvrage présente un catalogue des principales races de chiens de petite taille et donne tous les conseils pour s’en occuper au quotidien. Par Christiane Sacaze chez Larousse, 15€95. 7 Le harnais des éducateurs ! C’est le compagnon idéal qui ravit les maîtres et séduit les chiens  ! Le Multi Harnais d’éducation à la marche Animalin® est un bonheur au quotidien, avec ses multiples astuces pratiques, adaptée aux besoins du chien et de son maître, et recommandé par de nombreux éducateurs. 6 coloris, à partir de 25€ selon la taille. Disponible sur www.animalinboutique.fr 4 Stop aux parasites dans la maison 2 Caméra embarquée sur chat ! 3 Harnais technique 1 Le confort ultime ! 6 Petit chien pour la ville ! S H O P P I N G 7 Le harnais des éducateurs ! 14 5 Gourmandises craquantes ! les produits tendances POUR l’extérieur ET L’INTéRIEUR
  15. 15. Dans le cadre du 1er Congrès ASV 2015, participez à ASV LA SOIRÉE, une manifestation professionnelle et conviviale fédérant et valorisant les auxiliaires vétérinaires autour de leur métier notamment à travers une animation majeure: la Cérémonie Nationale des ASV GIPSA (seul titre reconnu par la branche vétérinaire). Pour en savoir plus sur ASV LA SOIRÉE et vous inscrire, rendez-vous sur le site web : WWW.ASV-LA-SOIREE.COM VENDREDI 27 NOVEMBRE 2015 - 19H - LA PLATEFORME À LYON PARTY SOYEZ DE LA ASV LE CONGRÈS est organisé par l’AFVAC, APFORM et l’ASSAV // www.congres-asv.com Grand partenaire ASV LA SOIRÉE Partenaires

×