Sommaire
Introduction 1
Matériels et Méthodes 3
Espèces étudiées 3
Zone d’étude 3
Traitement en laboratoire 4
Analyse des ...
Table des figures et tableaux
Figure.1 : Localisation des stations d'échantillonnage au sein des deux zones
d'études (Mer ...
Figure.8 : Évolution de la proportion de chaque catégorie de proie (en termes
de biomasse) en fonction de l'augmentation d...
Introduction
Les Elasmobranches ont un rôle écologique majeur au sein des écosystèmes marins en tant
que top prédateurs vi...
Les raies, de par leur importance chez les Elasmobranches (25% des espèces) ainsi que par
leur abondance, pourraient jouer...
Matériels et Méthodes
1) Espèces étudiées
Les trois espèces étudiées (Scyliorhinus canicula, Leucoraja naevus et Mustelus ...
sables ainsi que de grandes dunes de sable entourées par des sédiments sablo-vaseux se rencontrent
entre 100 et 170m. De m...
4) Analyse des données
Les données ont été utilisées pour établir une analyse quantitative précise du régime alimentaire d...
prédateurs et de son importance pour ces derniers.
Afin de fournir une meilleure description du régime alimentaire et de f...
l'une des espèces est similaire au régime alimentaire de l'autre espèce et donc à quel point il peut y
avoir compétition e...
la biomasse des proies renseigne principalement sur les transferts de biomasse au sein du réseau
trophique (Hyslop, 1980)....
9
Figure 3 : Courbes de proies cumulées pour les trois espèces de Chondrichtyens de l'étude  : S. canicula
(a), L. naevus ...
Gascogne (%IVGdG = 6,93% ; %IVMC = 0%).
Chez la raie fleurie, Leucoraja neavus, 134 individus ont été récoltés lors de la ...
11
Figure 6 : Indice d'importance relative (%IRI) de chacune des
catégories de proies pour les trois espèces de Sélaciens ...
de chacune des proies identifiées dans l'alimentation à la fois des Roussettes et des Raies. En
revanche, en considérant l...
13
Figure 7 : Modèles d'Amundsen représentants l'abondance proie-spécifique en fonction de la
fréquence d'apparition pour ...
dans le Golfe de Gascogne qu'en Mer Celtique (42 contre 34%) mais avec une abondance
équivalente (77 et 79%). La compositi...
Scyliorhinus canicula possède une alimentation de type malacophage, ce qui est concordant avec les
observations faites pré...
limitées dans le milieu.
Les analyses ont également démontré que les variations de zones, de longueur totale des
individus...
proies peu mobiles. Cette différence entre les petits et les grands individus peut aussi être due à une
composante physiol...
ont été établies entre certains prédateurs et leurs proies, mais l’avancement de la digestion n’a
permis de mesurer que pe...
feeding strategy from stomach contents data—modification of the Costello (1990) method. Journal
of Fish Biology 48, 607–61...
reproduction. Stage d'initiation à la recherche-Station de biologie marine de Concarneau.
Glémarec.M, 1969. Les peuplement...
ANNEXES
Annexe 1 : Présentation détaillée des espèces de proies présentent dans le régime alimentaire de
S.canicula dans l...
Annexe 2 : Proportion détaillée des espèces de proies présentent dans le régime alimentaire de
S.canicula en Mer Celtique,...
Annexe 3 : Espèces de proies présentent dans le régime alimentaire de L.naevus en Mer Celtique et
indices d'analyses qui l...
Annexe 4 : Espèces de proies présentent dans le régime alimentaire de L.naevus dans le Golfe de
Gascogne et indices qui le...
Annexe 6 : Courbe de corrélation entre le poids total (g) et la longueur totale (cm) des individus de
S.canicula. Coeffici...
Fonction Mission Activités
Fonction
(en deux lignes à quoi servait
le poste)
(exprimées en verbe d'actions)
Technicien de
...
Ressources propres (internes)
Ressources externesSavoirs, connaissances
Savoir-faire techniques Savoir-faire relationnels
...
Au niveau des écosystèmes marins, les requins et les raies sont des top prédateurs occupant
le sommet du réseau trophique....
Rapport de Stage de M1 SBM
Rapport de Stage de M1 SBM
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Rapport de Stage de M1 SBM

317 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
317
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
9
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Rapport de Stage de M1 SBM

  1. 1. Sommaire Introduction 1 Matériels et Méthodes 3 Espèces étudiées 3 Zone d’étude 3 Traitement en laboratoire 4 Analyse des données 5 Résultats8 Composition du régime alimentaire 8 Variations du régime alimentaire 10 Discussion 14 Bibliographie 18 Annexes Annexe 1 : Présentation détaillée des espèces de proies présentent dans le régime alimentaire de S.canicula dans le Golfe de Gascogne et indices d'analyse de ce régime. Annexe 2 : Proportion détaillée des espèces de proies présentent dans le régime alimentaire de S.canicula en Mer Celtique, et indices d'analyse de ce régime. Annexe 3 : Espèces de proies présentent dans le régime alimentaire de L.naevus en Mer Celtique et indices d'analyses qui les caractérisent. Annexe 4 : Espèces de proies présentent dans le régime alimentaire de L.naevus dans le Golfe de Gascogne et indices qui les caractérisent. Annexe 5 : Espèces de proies présentent dans le régime alimentaire de M.asterias et indices associés. Annexe 6 : Courbe de corrélation entre le poids total (g) et la longueur totale (cm) des individus de S.canicula. Coefficient de corrélation = 0,94 ; p-value < 0,001 (***).
  2. 2. Table des figures et tableaux Figure.1 : Localisation des stations d'échantillonnage au sein des deux zones d'études (Mer Celtique et Golfe de Gascogne) lors de la campagne EVHOE 2014. Figure.2 : Modèle de Costello. (1989) modifié par Amundsen et al. (1996) qui représente l'abondance proie-spécifique en fonction de la fréquence d'apparition dans le régime alimentaire. Indique aussi la caractéristique de la proie (abondante ou rare) et la stratégie alimentaire du prédateur (généraliste ou spécialiste). Figure.3 : Courbes de proies cumulées pour les trois espèces de Chondrichtyens de l'étude : S.canicula (a), L.naevus (b) et M.asterias (c). Présentent l'augmentation de la richesse spécifique en proies du régime alimentaire en fonction de l'augmentation du nombre de contenus stomacaux traités. Figure.4 : Gamme de taille des individus de S.canicula (1), L.naevus (2) et M.asterias (3) suivant les deux zones d'étude : Golfe de Gascogne (bleu) et Mer Celtique (orange). Figure.5 : Nombre d'individus par classes de taille pour S.canicula et L.naevus dans les deux zones d'étude : Golfe de Gascogne (GdG) et Mer Celtique (MC). Figure.6 : Indice d'importance relative (%IRI) de chacune des catégories de proies pour les trois espèces de Sélaciens étudiées. Figure.7 : Modèles d'Amundsen représentants l'abondance proie-spécifique en fonction de la fréquence d'apparition pour chacune des catégories de proies identifiées chez S.canicula et L.naevus. Modèles pour chacune des variations (hors ontogénie) expliquant les évolutions du régime alimentaire des Sélaciens : (a) S.canicula en Golfe de Gascogne, (b) S.canicula en Mer Celtique, (c) L.naevus en Golfe de Gascogne, (d) L.naevus en Mer Celtique, (e) petits individus de L.naevus, (f) individus moyens de L.naevus et (g) grands individus de L.naevus.
  3. 3. Figure.8 : Évolution de la proportion de chaque catégorie de proie (en termes de biomasse) en fonction de l'augmentation de taille des individus de S.canicula. Tableau.1 : Paramètres trophiques de S.canicula et L.naevus sur l'ensemble de l'étude. Tableau.2 : Valeurs de corrélation entre la longueur totale des individus de S.canicula, L.naevus et M.asterias et la taille de chacune des catégories de proies. Tableau.3 : Résultats de la db-RDA pour S. canicula et L. naevus. Paramètres expliquant au mieux les variations du régime alimentaire de ces deux espèces en termes d'abondance de proies et de biomasse de proies.
  4. 4. Introduction Les Elasmobranches ont un rôle écologique majeur au sein des écosystèmes marins en tant que top prédateurs vis-à-vis des populations à la fois de poissons et d’invertébrés de faibles niveaux trophiques (Ellis et al., 1996). En effet, en tant que top prédateurs, ils régulent les communautés auxquelles ils sont associés. Ainsi les Sélaciens, et plus particulièrement les requins, influencent fortement la communauté dans laquelle ils se trouvent (Cortés, 1999). La description et la compréhension des interactions entre prédateurs et proies via les relations trophiques sont primordiales pour comprendre le fonctionnement des communautés et des écosystèmes (Akadje et al., 2013) puisqu’elles sont impliquées dans les transferts de biomasse entre organismes et dans la régulation des populations. Des études précédentes sur la Petite roussette (Scyliorhinus canicula) ont montré que ce requin possède un comportement opportuniste (Henderson et Dunne, 1999) en se nourrissant de toutes les proies disponibles sans effectuer de choix alimentaire (organismes démersaux, benthiques ou pélagiques) (Lyle, 1983). Il a également été démontré que les décapodes épibenthiques (crabes, crevettes…) représentent une part importante du régime alimentaire de ce requin (Lyle, 1983). Les rejets de pêches, notamment de Merlan bleu (Micromesistius poutassou), fournissent également un apport ponctuel conséquent de nourriture à S.canicula, notamment chez les individus matures (Olaso et al., 2002). De plus, comme de nombreuses espèces de prédateurs (raies, merlu), les Petites roussettes se déplacent rapidement vers des zones ayant subit un chalutage récent et donc avec un nombre important d’organismes morts ou endommagés et de nécrophages, notamment des poissons et invertébrés (Kaiser et Spencer, 1994). Ceci appui l’hypothèse d’un comportement opportuniste et d’une influence des rejets sur le niveau trophique de ces prédateurs. Cependant, une étude plus récente a montré que S.canicula est en fait un prédateur généraliste plutôt qu’opportuniste en se nourrissant d’une large gamme de proies de façon non aléatoire, c’est-à-dire en choisissant ces mêmes proies (Domi et al., 2005). Ces auteurs ont également établit que l’Émissole tachetée (Mustelus asterias) possède un comportement alimentaire purement spécialiste en se nourrissant presque exclusivement de crustacés (Domi et al., 2005). Cette spécialisation peut être morphologique (capacité à détecter et capturer qu’un seul type de proies) ou comportementale (choix de cette proie ou comportements ne permettant pas de choisir un autre type de proie). Pour ce dernier type, l’augmentation dans le milieu d’une catégorie de proies amène le prédateur à orienter son alimentation vers ces proies afin de diminuer au maximum le temps de recherche alimentaire (Ferry-Graham et al., 2002). 1
  5. 5. Les raies, de par leur importance chez les Elasmobranches (25% des espèces) ainsi que par leur abondance, pourraient jouer un rôle majeur dans la dynamique des communautés démersales (Ebert et al., 2007). La Raie fleurie (Leucoraja naevus) est une espèce eurybathe (Chavance, 2001) et peut ainsi se nourrir non seulement sur le fond mais aussi en pleine eau chez les individus de plus de 60 cm (Gautier, 2001). Cette espèce se nourrit principalement de téléostéens, de crustacés et de polychètes (Ellis et al., 1996) et il a été montré que L.naevus possède une variation qualitative de son régime alimentaire durant l’ontogenèse (Du Buit, 1972). En effet, la diversité de son régime alimentaire augmente avec sa taille (Holden et Tucker., 1974), avec une modification de la composition en espèces : dépendance des juvéniles aux crustacés, augmentation du nombre de poissons et diminution de la diversité en crustacés avec l’augmentation de taille des raies (Holden et Tucker, 1974). Ce switch alimentaire peut être lié au fait que les individus les plus grands (et donc les plus matures) sont des prédateurs plus actifs avec une capacité de nage qui leur permet de capturer des proies plus rapides (poissons, grands crustacés) et de prospecter dans la colonne d’eau ; mais aussi peut être expliqué par des besoins physiologiques plus importants (Farias et al., 2006). Cependant, cette espèce ne présente pas de variations des proies capturées que ce soit en fonction de la saison étudiée ou encore en fonction du sexe des individus (Du Buit, 1972). L’étude suivante avait pour objectif d’analyser le régime alimentaire de trois espèces de Chondrichtyens (S.canicula, L.naevus et M.asterias) dans le cadre de la DCSSM et de la campagne EVHOE 2014. Il s’agissait dans un premier temps de déterminer les espèces de proies présentes dans le contenu stomacal des trois espèces dans deux zones d’étude : la Mer Celtique et le Golfe de Gascogne. La répartition des espèces de proies a été analysée en fonction de ces deux zones géographiques, mais aussi en fonction de la taille (longueur totale) des individus des trois espèces étudiées. Il a été supposé qu’un changement de régime alimentaire survient avec l’augmentation de taille des prédateurs, faisant appel à des besoins énergétiques différents suivant l’âge ou en fonction de la maturation sexuelle. L’hypothèse suivant laquelle la composition du régime alimentaire varie en fonction de la zone d’étude a également été proposée, en supposant que la composition biotique du fond et les influences abiotiques qui y règnent sont différentes du nord au sud. Contrairement à de nombreuses études, une approche supplémentaire a été réalisée dans cette étude, à savoir la mise en évidence d’une relation entre la taille des prédateurs et la taille des proies capturées par ces mêmes prédateurs afin de déterminer si l’augmentation de taille des individus leur permet effectivement de capturer des proies plus grandes et donc plus volumineuses. 2
  6. 6. Matériels et Méthodes 1) Espèces étudiées Les trois espèces étudiées (Scyliorhinus canicula, Leucoraja naevus et Mustelus asterias) présentent des aires de répartitions plus ou moins restreintes et chevauchantes. La Petite roussette (Scyliorhinus canicula) se distribue de la Norvège au Sénégal et en Méditerranée à des profondeurs s'étendant des eaux peu profondes à plus de 300 m (Ellis et al., 2005). C'est l'un des élasmobranches les plus répandus et les plus abondants dans l'Atlantique Nord-Est et en Méditerranée (Gibson et al., 2006). Ce requin peut avoir une longueur totale d’un mètre mais dépasse rarement les 80 cm. La Raie fleurie (Leucoraja naevus) se répartie du sud de la Norvège au nord du Maroc ainsi qu'en Méditerranée à des profondeurs de 50 à 500 m mais son abondance maximale se trouve entre 100 et 200 m (Chavance, 2001). Cette espèce eurybathe peut mesurer jusqu'à 75cm de long. L'Émissole tachetée (Mustelus asterias) est une espèce côtière distribuée du Nord de l'Europe à L'Afrique du Nord-Ouest à des profondeurs allant jusqu'à environ 200 m (Ellis et al., 2005). Elle a une longueur totale d'environ un mètre. 2) Zone d'étude Les échantillons de S.canicula, de L.naevus et de M.asterias ont été récoltés lors de la campagne EVHOE dans deux zones d'études pré-définies : la partie nord du Golfe de Gascogne et la Mer Celtique. La campagne EVHOE 2014 a été menée à bord du navire océanographique Thalassa 2 entre le 30 octobre et le 30 novembre 2014 et les échantillonnages ont été réalisés uniquement de jour via deux types de chaluts de fonds à panneaux ovales et à grande ouverture verticale GV50 et GV100 à des profondeurs allant de 19 à 488 mètres. Sur l'ensemble des stations échantillonnées lors de cette campagne, trente concernent cette étude dont la localisation est présentée ci-dessous (Fig. 1). Les individus de S.canicula ont été directement conservés au congélateur alors que les individus de M.asterias et de L.naevus ont été mesurés, puis disséqués afin de prélever leur estomac qui a ensuite été conservé au congélateur à -20°C. Le nord du Golfe de Gascogne se caractérise par des fonds particulièrement vaseux comprenant une vasière principale appelée la Grande Vasière et la présence de sédiments sablo-vaseux et de sables fins dans sa partie externe (Glémarec, 1969). Au niveau de l'hydrodynamisme, le Golfe voit des mouvements de masses d'eau très lents, avec une dominance de l'effet des courants au large et de la marée et du vent près des côtes. De plus, 3 fleuves importants s'y déversent (Loire, Gironde et Vilaine) avec des variations importantes de salinité et la mise en place d'un front océanique thermohalin vers 100 m de profondeur en hiver (Kacher, 2004). La Mer Celtique présente un plateau largement ouvert avec des fonds sableux sous influence de la marée. D'importants bancs de 3
  7. 7. sables ainsi que de grandes dunes de sable entourées par des sédiments sablo-vaseux se rencontrent entre 100 et 170m. De manière générale, son hydrodynamisme est très influencé par l'action de la marée avec un rôle négligeable du vent, mais les différents mécanismes s'y ajoutant sont encore peu connus et compris (Kacher, 2004). 3) Traitement en laboratoire Une fois au laboratoire, après décongélation, chaque individu de S.canicula a été pesé au gramme près, mesuré au centimètre le plus proche et son sexe a été déterminé lorsque la taille le permettait. Dans un deuxième temps, les estomacs ont été prélevés en coupant le tractus digestif au niveau de l’œsophage et en arrière du pylore afin d'éviter toute perte de matériel stomacal. Le poids frais de l'ensemble du contenu stomacal a ensuite été déterminé et les restes du bol alimentaire conservés dans de l'alcool à 70% jusqu'à l'identification des proies. En ce qui concerne L.naevus et M.asterias, les estomacs ont été décongelés et le traitement du contenu stomacal a été le même que pour S. canicula. Les différentes proies de chaque contenu stomacal ont ensuite été identifiées sous loupe binoculaire à l'aide de différentes clés de détermination. Pour l'ensemble des groupes de proies, la détermination a été réalisée jusqu'au plus bas niveau taxonomique possible. Lorsque l'état de digestion le permettait, les individus identifiés ont été mesurés tels que (i) pour les crabes, la longueur totale de la carapace et du dactyle de la première patte, (ii) pour les crevettes, la longueur de la carapace (iii) pour les poissons, la longueur totale ou la longueur des otolithes. De plus, tous les individus ont été dénombrés et le poids sec de chaque espèce de proie a été déterminé. Pour ce faire, les proies ont été placées à l'étuve à 60°C durant 48 heures minimum afin d'obtenir leur poids sec. L'ensemble des données concernant l'abondance, la taille et la biomasse des proies a permis de réaliser la base de données « régime alimentaire ». Une seconde base de données a été établit en prenant en compte les caractéristiques phénotypiques des individus prédateurs (sexe, poids total, longueur totale), les références des prélèvements (numéro d'individu et trait de chalut) ainsi que les résultats des manipulations (abondance et biomasse des proies, indice de vacuité). 4 Figure 1  : Localisation des stations d'échantillonnage au sein des deux zones d'études (Mer Celtique et Golfe de Gascogne) lors de la campagne EVHOE 2014.
  8. 8. 4) Analyse des données Les données ont été utilisées pour établir une analyse quantitative précise du régime alimentaire de chaque population de Sélaciens afin de déterminer les facteurs expliquant une variation du régime alimentaire de ces espèces. Pour ce faire, plusieurs méthodes d'analyses ont été utilisées. Une analyse préliminaire généralement recommandée dans une étude d’écologie trophique est l'utilisation de courbes de proies cumulées (Ferry et Cailliet, 1996). Cette technique permet de vérifier si le nombre total d'échantillons récoltés (d’estomacs) est suffisant pour pouvoir décrire précisément le régime alimentaire des prédateurs et pour pouvoir effectuer des comparaisons fiables (Ferry et Cailliet, 1996). Ces auteurs ont montré que de telles courbes étaient basées sur le fait qu'avec l'augmentation du nombre d'échantillons, la richesse spécifique cumulée diminue et la courbe atteint une asymptote. Dans un premier temps, les méthodes classiques utilisées dans de nombreuses études sur le régime alimentaire des Elasmobranches ou des Téléostéens ont été utilisées. Tout d’abord, l'indice de vacuité (%IV) correspond au pourcentage d'estomacs ne contenant pas de la nourriture par rapport au nombre total d'estomacs examinés (Du Buit, 1972), soit : (%IV) = nombre d'estomacs vides/nombre total d'estomacs x 100 Ensuite, le régime alimentaire des prédateurs a été analysé via les méthodes numériques, gravimétriques et d’occurrence (Hyslop, 1980). La méthode d'occurrence (%F) correspond au pourcentage d'estomacs contenant un type de proie sur l'ensemble des estomacs considérés dans l'analyse (ceux qui contiennent au moins des restes du bol alimentaire) : (%F) = Nie/Net x 100 où Nie correspond au nombre d'estomacs contenant un type de proie i et Net le nombre total d'estomacs examinés (Rosecchi et Nouaze, 1987). Cette méthode a été définie comme un indicateur de la compétition interspécifique puisque si un taxon est présent à plus de 25% chez deux prédateurs au moins, une compétition peut exister (Hyslop, 1980). La méthode numérique (%N) est le pourcentage en nombre qu'occupe un type de proie sur l'ensemble des proies répertoriées chez tous les individus (Costello, 1989) : (%N) = Ni/Nt x 100 où Ni est le nombre total d'individus d'une espèce de proie i et où Nt est le nombre total de proies. Enfin, la méthode gravimétrique (%W) tient compte du poids sec de chaque type de proie (qualifié de biomasse, Hyslop, 1980). Il s'agit en fait d'un pourcentage représenté par le poids sec d'un taxon sur l'ensemble du poids sec de tous les taxons identifiés : (%W) = Wi/Wt x 100 où Wi correspond à la biomasse de l'espèce i et Wt la biomasse totale de tous les types de proies. Ces trois méthodes rendent compte de la place occupée par une proie dans le régime alimentaire des 5
  9. 9. prédateurs et de son importance pour ces derniers. Afin de fournir une meilleure description du régime alimentaire et de faciliter des études comparatives en combinant les trois méthodes citées, l'index d'importance relative (IRI) a été utilisé. Il est calculé par la multiplication de la fréquence d'apparition de chaque type de proie par la somme du pourcentage du poids et de l'abondance (Cortés, 1997) : IRI = %F x (%N + %W) Afin de résumer ces différents indices (%F, %N, %W, et IRI) et d'obtenir les informations de façon plus visuelle, une représentation graphique a été proposée. Une modification de la méthode de Costello (1989) par Amundsen et al. (1996) a été mise en place (Fig.2) avec l'utilisation de l'abondance proie-spécifique (Pi ) en fonction de la fréquence d'occurrence de chaque type de proie : Pi = (∑Si/∑Sti) x 100 où Si représente la biomasse totale de la proie i et Sti la biomasse totale des estomacs contenant cette même proie i sur l'ensemble des estomacs étudiés pour une même espèce (Amundsen et al., 1996). Ce modèle permet de représenter le régime alimentaire de l'espèce considérée en termes d'importance des proies (rares ou abondantes) et de représenter la stratégie alimentaire du poisson (généraliste ou spécialiste, Farias et al., 2006). Chaque point proche de 100% pour chaque indice indique une proie abondante alors que les points proches de l'origine de chaque axe indiquent des proies rares. Un point proche de 100% pour la fréquence d’occurrence F et de l'origine de l’axe Pi correspond à un régime généraliste (la proie est souvent retrouvée mais en faibles proportions) alors qu'un point proche de 100% F et de 100% Pi indique un régime spécialiste (la proie est souvent retrouvée en grandes proportions). La taille de la niche trophique a également été estimée via l'indice de Levin Bj qui prend en compte la proportion de chacune des catégories de proies pij : Bj = 1/ ∑ pij² Cet indice tend vers 0 lorsque l'espèce possède une niche trophique étroite (se nourrit de peu d'espèces) et augmente avec l'augmentation des types de proies consommées (Ellis et al., 1996). L'indice de MacArthur-Levin a été utilisé afin de déterminer à quel point le régime alimentaire de 6 Figure 2 : Modèle de Costello. (1989) modifié par Amundsen et al. (1996) qui représente l'abondance proie- spécifique en fonction de la fréquence d'apparition dans le régime alimentaire. Indique aussi la caractéristique de la proie (abondante ou rare) et la stratégie alimentaire du prédateur (généraliste ou spécialiste).
  10. 10. l'une des espèces est similaire au régime alimentaire de l'autre espèce et donc à quel point il peut y avoir compétition entre les deux espèces : Mjk = où Mjk et Mkj sont le taux de chevauchement de l'espèce k sur l'espèce j et vice versa, pij et pik les proportions de la proie i dans le régime alimentaire de l'espèce j et de l'espèce k respectivement (Ellis et al., 1996). Enfin, le niveau trophique des trois espèces considérées (TLk) peut être obtenu via l'utilisation du niveau trophique de chacune des proies (www.seaarroundus.org) : TLk = 1+(∑Pj x Tlj) où TLj est le niveau trophique d'une proie j et Pj la proportion que représente cette même proie dans le régime alimentaire du prédateur (Cortés, 1999). Enfin, une relation entre la longueur totale des prédateurs et la taille des proies ingérées a été testée par corrélation afin de déterminer si l'augmentation de taille des prédateurs leur permet de capturer des proies plus grandes de façon effective (avec un aspect comportemental par exemple). Dans un deuxième temps, une « distance-based Redundancy Analysis » ou db-RDA a été réalisée (Legendre et Anderson, 1999). Cette technique est considérée comme le meilleur équivalent d'une RDA lorsque les données obtenues imposent l'utilisation de la distance de Bray-Curtis notamment les données d'abondance des communautés ou de proies dans les contenus stomacaux (Cachera, 2013). Elle repose sur une analyse en coordonnées principales (PcoA) puis sur une analyse de redondances (RDA) où une matrice A de variables indépendantes (les paramètres de la population) placées sous une ANOVA est liée à une matrice B de variables dépendantes (ici le régime alimentaire) représentant la majeure partie des données (Legendre et Anderson, 1999). Le but de notre analyse est de déterminer si les variations du régime alimentaire peuvent être expliquées par les variations des paramètres de la population (zone géographique, classe de taille à savoir petits- moyens-grands individus et longueur totale des individus) : Régime alimentaire ~ zone + classe de taille + longueur totale des individus. Cette technique présente de nombreux avantages par rapport aux autres méthodes multivariées toujours selon Legendre et Anderson. (1999) : utilisation avec des distances non-euclidiennes, test des interactions sous une ANOVA ou encore utilisation de permutations non-paramétriques ne nécessitant pas de normalité multivariée. L'effet des paramètres de la population sur le régime alimentaire a été testé d'une part pour l'abondance en proies et d'autre part pour la biomasse de chacune des proies afin de déterminer si elles sont influencées de la même manière. En effet, l'abondance des proies en nombre renseigne en général sur le comportement des individus alors que Mkj = 7 ∑p²ij ∑p²ik 11 j=1 ∑pijxpik ∑pijxpik
  11. 11. la biomasse des proies renseigne principalement sur les transferts de biomasse au sein du réseau trophique (Hyslop, 1980). Une sélection de variables de type « stepwise », basée sur des tests de permutations, a été utilisée afin de sélectionner les variables explicatives significatives pour chaque db-rda (i.e. pour chaque prédateur). Ces statistiques ont été réalisées via le logiciel R et le package « vegan ». Lorsque des variables ont été détectées comme significatives dans les modèles de db- RDA, les individus de chaque espèce ont été séparés pour former des groupes correspondants (par classe de taille ou par zone). Une nouvelles fois, la représentativité du nombre d’estomacs pour le régime alimentaire a été vérifiée, pour chaque groupe, par les courbes de proies cumulées, puis des modèles d'Amundsen ont été établis afin d’en décrire le régime alimentaire. Quand la longueur totale des individus est apparue significative dans les modèles, les variations du poids de chaque catégorie de proies le long de l’augmentation de la taille ont également été représentées. Résultats Sur la totalité de l'étude, 43 espèces de proies ont été identifiées ainsi que 15 familles (quand il était impossible de déterminer jusqu'à l'espèce). Sur l'ensemble des contenus stomacaux (n= 347), huit grandes catégories de proies ont été déterminées : les Crustacés, qui sont majoritaires, les Poissons, les Céphalopodes, les Polychètes et en abondance moindre les Échinodermes, les Ascidies et les Anthozoaires. Les courbes de proies cumulées ont été établies pour chacune des trois espèces de l'étude (Fig.3) afin de déterminer si le nombre d’estomacs était suffisant pour estimer le régime alimentaire des prédateurs. Dans le cas de S.canicula, la courbe se rapproche sans atteindre l'asymptote requise dans ce modèle pour que le nombre d'individus récoltés soit suffisant. Le nombre d'individus de S.canicula n’est donc pas suffisant pour décrire correctement le régime alimentaire, mais sera tout de même utilisé comme estimateur. Pour l'ensemble de la population de L.naevus, la courbe atteint l’asymptote, indiquant que l'échantillonnage est suffisant pour établir une description et une analyse du régime alimentaire fiable et robuste. Enfin pour M.asterias, le nombre d'individus récoltés (n=11) n'est pas suffisant pour déterminer son alimentation de manière rigoureuse et cette espèce a été exclue du reste des analyses. 1) Composition du régime alimentaire Les petites Roussettes (S.canicula) récoltées mesuraient de 21 à 63 cm en longueur totale et 202 individus ont été prélevés dont 101 dans chacune des deux zones d'étude (Fig.4). Les individus ont été classés en classes de taille en fonction de leur longueur totale dans le Golfe de Gascogne et en Mer Celtique (Fig.5). Sur l'ensemble des estomacs, 7 étaient vides, tous dans le Golfe de 8
  12. 12. 9 Figure 3 : Courbes de proies cumulées pour les trois espèces de Chondrichtyens de l'étude  : S. canicula (a), L. naevus (b) et M. asterias (c). Présentent l'augmentation de la richesse spécifique en proies du régime alimentaire en fonction de l'augmentation du nombre de contenus stomacaux traités. Figure 4 : Gamme de taille des individus de S.canicula (1), L.naevus (2) et M.asterias (3) suivant les deux zones d'étude : Golfe de Gascogne (bleu) et Mer Celtique (orange). Figure 5 : Nombre d'individus par classes de taille pour S.canicula et L.naevus dans les deux zones d'étude : Golfe de Gascogne (GdG) et Mer Celtique (MC).
  13. 13. Gascogne (%IVGdG = 6,93% ; %IVMC = 0%). Chez la raie fleurie, Leucoraja neavus, 134 individus ont été récoltés lors de la campagne, dont 36 dans le Golfe de Gascogne et 98 en Mer Celtique. Leur gamme de taille s'étendait de 21,5 à 66 cm (Fig.4) et l'indice de vacuité (%IV) est de 0% sur les deux zones. Un classement par taille et par zones géographiques a été effectué comme pour les Petites roussettes (Fig.5). La figure 6 représente l'indice d'importance relative (% IRI) pour chacune des catégories de proies du régime alimentaire de Scyliorhinus canicula. Sur l'ensemble de la population, les Crustacés représentent 75% du régime alimentaire et les Poissons 15% des proies. Les Céphalopodes et les Polychètes se retrouvaient dans les mêmes proportions (5%) alors que les quatre autres catégories de proies n’étaient presque pas représentées avec des proportions inférieures à 0,2% et seulement un seul individu d'une seule espèce retrouvé pour les Échinodermes, Ascidies et Anthozoaires. Chez la raie fleurie, quatre des huit catégories de proies retrouvées chez S.canicula ont été identifiées. Les Crustacés dominaient très largement le régime alimentaire du Sélacien ainsi que les Poissons (respectivement 68,79% et 28,31% de l'IRI). Les deux autres types de proies, i.e. les Céphalopodes et les Polychètes, étaient très peu présents dans les contenus stomacaux de L.naevus (Fig.6). Enfin, chez M.asterias, les crustacés composent exclusivement son régime alimentaire (100% IRI), les autres catégories de proies n'étant pas présentes. Le tableau 1 montre les différents paramètres trophiques relevés sur les deux populations de S.canicula et de L.naevus. La largueur de la niche trophique a une valeur plus importante chez la Petite roussette que chez la Raie fleurie (3,08 contre 2,09). Il en est de même si l'on considère le chevauchement des régimes alimentaires : celui de L.naevus empiète plus sur celui de S.canicula que ne le fait le régime alimentaire du requin sur celui de la raie (1,09 contre 0,74). Enfin, l'estimation du niveau trophique de la raie est supérieure de plus d'un point à celle du requin avec des valeurs respectivement de 4,4 et 3,35. Le tableau 2 présente l'indice de corrélation et la p-value pour chacune des catégories de proies chez les trois espèces d'Elasmobranches. La taille des céphalopodes identifiés montre une très forte corrélation avec la taille des individus de S.canicula (0,93 et p-value <0,001). La taille des crustacés est elle faiblement corrélée avec la taille des Émissoles tachetées (0,2 et p-value <0,05). Les autres catégories de proies ne montrent pas de corrélation significative avec la taille des prédateurs, que ce soit pour S.canicula, L.naevus et M.asterias (Tableau 2). 2) Variations du régime alimentaire Le tableau 3 présente les résultats obtenus pour chacune des db-RDA effectuées. Les trois paramètres explicatifs du régime alimentaire (zones géographiques, classes de taille et longueur totale des individus) ne sont pas apparus significatifs pour expliquer les variations de l'abondance 10 10
  14. 14. 11 Figure 6 : Indice d'importance relative (%IRI) de chacune des catégories de proies pour les trois espèces de Sélaciens étudiées Tableau 1 : Paramètres trophiques de S. canicula et L. naevus sur l'ensemble de l'étude. Tableau 2 : Valeurs de corrélation entre la longueur totale des individus de S.canicula, L.naevus et M.asterias et la taille de chacune des catégories de proies. NA : pas assez de proies mesurées et absence de proies mesurables. (P- value<0,05* ; P-value<0,01** ; P-value<0,001***). Tableau 3 : Résultats de la db-RDA pour S. canicula et L. naevus. Paramètres expliquant au mieux les variations du régime alimentaire de ces deux espèces en termes d'abondance de proies et de biomasse de proies. Modèles non significatif (ns) lorsque les P-values sont supérieures à 0,05. Lorsque le modèle est significatif, la variable et sa P-value sont indiquées (P-value < 0,05*  ; P-value < 0,01**  ; P-value < 0,001***).
  15. 15. de chacune des proies identifiées dans l'alimentation à la fois des Roussettes et des Raies. En revanche, en considérant la biomasse de chaque proie répertoriée, certains de ces paramètres permettent d'expliquer sa variation dans le régime alimentaire : la zone géographique et la longueur totale des individus pour les Petites roussettes, et la zone géographique et les classes de taille chez la Raie fleurie. Les courbes de proies cumulées pour S.canicula pour chaque zone et chaque classe de taille se rapprochant (mer Celtique) ou atteignant (Golf de Gascogne) l’asymptote, le nombre d’estomac dans chacun des groupes a été considéré comme un relativement bon estimateur du régime alimentaire (Fig.7). La longueur totale individuelle étant le deuxième facteur explicatif des variations du régime alimentaire, une représentation de la biomasse pour chaque catégorie de proies le long de l’accroissement de la taille a été réalisée (Fig.8). La biomasse des céphalopodes augmente de façon exponentielle chez les requins de plus de 45 cm de long, de même que celle des poissons qui suit quasiment une exponentielle à partir des individus de 40 cm de long. Les crustacés ont une biomasse dont la courbe, le long de la longueur totale des prédateurs, tend vers la parabole avec un maximum chez les requins de 47cm puis une diminution progressive jusqu'à 0 chez les roussettes de plus de 60cm (Fig.8). Les cinq autres catégories de proies n'ont pas de patrons marqués dans la variation de leur biomasse sur toute la gamme de taille de S.canicula et se maintiennent à de faibles valeurs. Des modèles d'Amundsen ont par la suite été obtenus, basés sur la biomasse des catégories de proies, pour les 2 zones chez la petite roussette (Fig.7). Les crustacés représentent la grande majorité des types de proies retrouvées avec 55% d'occurrence pour le Golfe de Gascogne et 49% en Mer Celtique (Fig.7). En Mer Celtique cependant, l'abondance proie- spécifique de crustacés diminue par rapport au Golfe de Gascogne en passant de 68 à 42% (Fig.7). Les poissons ont une abondance constante de l'ordre de 70% et une occurrence allant de 15 à un peu plus de 20% entre le Golfe de Gascogne et la Mer Celtique. En ce qui concerne les céphalopodes, il y a une différence très marquée entre le Golfe de Gascogne avec une abondance de 14% et la Mer Celtique avec une abondance de 73%. Il y a donc une inversion du type de proie qui sera consommé en priorité entre les deux zones géographiques, du nord au sud (Fig.7.a et Fig.7.b). Les courbes de proies cumulées, dans le cas de L.naevus, atteignent l’asymptote pour les 2 zones et pour 2 des catégories de tailles (petites et grandes). Seules les raies fleuries moyennes ne comptent pas assez d’échantillons pour être représentatives du régime alimentaire (Fig.7). Des modèles d'Amundsen ont ici aussi été obtenus, basés sur la biomasse des catégories de proies, pour la zone géographique et les classes de taille. Chez L.naevus, des différences marquées sont également visibles en fonction de la zone d' étude. Les crustacés représentent encore l'essentiel des proies consommées, mais leur occurrence et leur proportion varient de manière claire : respectivement 57 et 85% en Golfe de Gascogne contre 47 et 52% en Mer Celtique. Les poissons sont plus fréquents 12
  16. 16. 13 Figure 7 : Modèles d'Amundsen représentants l'abondance proie-spécifique en fonction de la fréquence d'apparition pour chacune des catégories de proies identifiées chez S.canicula et L.naevus. Modèles pour chacune des variations (hors ontogénie) expliquant les évolutions du régime alimentaire des Sélaciens : (a) S.canicula en Golfe de Gascogne, (b) S.canicula en Mer Celtique, (c) L.naevus en Golfe de Gascogne, (d) L.naevus en Mer Celtique, (e) petits individus de L.naevus, (f) individus moyens de L.naevus et (g) grands individus de L.naevus.
  17. 17. dans le Golfe de Gascogne qu'en Mer Celtique (42 contre 34%) mais avec une abondance équivalente (77 et 79%). La composition du régime alimentaire est cependant différente entre les deux zones : les poissons dominent autant que les crustacés en Mer Celtique, alors que dans le Golfe de Gascogne les crustacés sont plus fréquents. De plus, les céphalopodes et polychètes sont présents chez les individus de Mer Celtique, même faiblement, alors qu'ils sont absents du Golfe de Gascogne (Fig.7.c,d). Enfin, toujours chez L.naevus mais en prenant en compte les classes de taille, une variation du régime alimentaire apparaît. Les crustacés très abondants chez les petites raies de 21,5 à 44cm (70%) voient leur abondance diminuer avec l'augmentation en taille des prédateurs (59 puis 54%) alors que leur occurrence passe de 41% à 30% pour les individus plus grands. Les poissons dominent à la fois en termes d'abondance et d'occurrence sur toutes les classes de taille avec une légère augmentation en fonction de l'augmentation de taille des raies (de 74 à 82% d'abondance et de 42 à 50% d'occurrence). En revanche, à l'opposer de ces deux types de proies, les céphalopodes voient leur abondance fortement augmenter (de 3 à 77%) entre les petites et les grandes raies (supérieures à 55cm) avec une occurrence maximale de 5,7%. Chez ces raies, les céphalopodes deviennent plus abondants que les crustacés et presque autant que les poissons (Fig.7.e,f,g). Discussion L’objectif de ce travail était d’analyser le régime alimentaire de trois espèces de Sélaciens dont une a été retirée ultérieurement par manque d’échantillons (Mustelus asterias). Cette étude a montré une différence de régime alimentaire entre les roussettes et les raies en fonction d’une part de la zone géographique (Mer Celtique ou Golfe de Gascogne) et d’autre part en fonction de la taille des individus (de manière progressive ou plus marquée). 14 Figure 8 : Évolution de la proportion de chaque catégorie de proie (en termes de biomasse) en fonction de l'augmentation de taille des individus de S.canicula.
  18. 18. Scyliorhinus canicula possède une alimentation de type malacophage, ce qui est concordant avec les observations faites précédemment (Lyle, 1983, Ellis et al., 1996, Henderson et Dunne., 1999). Les crustacés composants son régime alimentaire sont en très grande majorité les Caridae et les Paguridae, ainsi qu’une forte proportion d’Amphipodes. Les Poissons, qui représentent le deuxième groupe en termes de proportions, sont majoritairement des M.poutassou, même si la plupart des poissons-proies présents n’ont pu être déterminés. Il a donc été extrapolé que la plupart de ces poissons indéterminés étaient des Merlans bleus, compte tenu du fait que cette espèce est rejetée en grandes quantités par les pêcheries (Guérineau et al., 2010) et que ces apports occasionnels de particules alimentaires sont bénéfiques directement et indirectement pour S.canicula (Olaso et al., 1998). Enfin, chez les polychètes, les Eunicidae et Lumbrineridae sont largement majoritaires en comparaison des autres familles. S.canicula est donc un prédateur à tendance malacophage qui possède une large niche trophique comprenant des proies à la fois benthiques et demersales. Leucoraja naevus a elle aussi un régime alimentaire malacophage. En revanche, les Amphipodes sont dominants pour les raies de Mer Celtique alors que les Caridae dominent le régime alimentaire dans le Golfe de Gascogne. Les téléostéens sont également une composante importante de l’alimentation de cette espèce, et dans des proportions plus importantes que chez S.canicula. Chez la raie fleurie, le Merlan bleu et le Dragonnet (Callionymus lyra) sont les deux espèces présentes dans les contenus stomacaux. Ici encore, la plupart des poissons étaient dans un état de digestion qui ne permettait pas de les identifier. Compte tenu des mêmes facteurs évoqués pour la Petite roussette, il a été supposé que la plupart des poissons indéterminés étaient des Merlan bleu. Il est important de remarquer ici que, dans cette étude, les crustacés sont largement majoritaires dans le régime alimentaire comparés aux poissons, en désaccord avec une précédente étude ayant montré que la Raie fleurie se nourrissait à proportions égales de ces deux types de proies au niveau de l’Atlantique Nord-Est (Ellis et al., 1996). Concernant les Polychètes et les Céphalopodes, ils sont respectivement en faible quantités dans le régime alimentaire et à l’état indéterminés. La raie fleurie est donc aussi un prédateur à tendance malacophage benthique ou dermersale avec une niche trophique plus étroite que celle de la petite roussette. L’ensemble de ces observations confirment bien le caractère benthique et démersal de S.canicula et de L.naevus, la plupart des proies étant épibenthiques. Cela confirme aussi le caractère généraliste de ces deux espèces avec de nombreux types de proies mais dans des proportions différentes (choix des proies ingérées). L’alimentation de Mustelus asterias est exclusivement portée sur les crustacés, avec une domination nette des brachyoures (96% de l’IRI), les autres groupes n’étant que très peu représentés. La Petite roussette et la raie fleurie sont donc des espèces s’alimentant de proies similaires, une compétition inter-spécifique peut donc être à l’œuvre entre elles, si les proies sont 15
  19. 19. limitées dans le milieu. Les analyses ont également démontré que les variations de zones, de longueur totale des individus ou encore de catégories de taille n’influencent que la biomasse des proies capturées, et non leur abondance. Ceci signifie que le comportement de prédation des petites roussettes et des raies fleuries de cette étude, i.e. le type de proies qu’ils choisissent, n’est pas affecté par les facteurs décrit ci-dessus. En revanche, les transferts de biomasse au sein du réseau trophique seront affectés par ses différents paramètres puisque une influence sur la biomasse des proies dans l’alimentation a été mise en lumière. Pour Scyliorhinus canicula, les variations de zone et de longueur totale des individus sont significativement impliquées dans les variations de la biomasse des différentes proies. Premièrement, une diminution de la biomasse des crustacés capturés entre le Golfe de Gascogne et la Mer Celtique, et une augmentation de la biomasse des céphalopodes sont observées. Cela traduirait une préférence alimentaire des Petites roussettes pour les céphalopodes de grande taille au sein de la Mer Celtique et potentiellement une différence de la structure de la communauté de crustacés ; mais aussi, peut-être, de la communauté benthique dans son ensemble puisque les deux espèces de prédateurs montrent des tendances alimentaires similaires entre les zones. Ensuite, une forte présence de téléostéens dans le régime alimentaire de la petite roussette est observée. En effet, leur occurrence est comprise entre 15 et 23% sur les deux zones, ce qui contraste avec les valeurs plus faibles trouvées dans une autre étude (Olaso et al., 1998), si on tient compte du fait que la plupart des poissons identifiés sont des Merlan bleu. S.canicula, dans le Golfe de Gascogne et en Mer Celtique, comme en Mer Cantabrique, peut tirer profit de façon directe ou indirecte des rejets de M.poutassou par les pêcheurs exerçants dans ces eaux. En effet, ces rejets se font à des taux très élevés dans certaines zones (Guérineau et al., 2010), et les valeurs retrouvées dans le régime alimentaire du squale ne peuvent être expliquées uniquement par une prédation (Olaso et al., 2002). Il y a donc une influence de ces rejets sur l’alimentation du requin. Cependant, cet apport de ressource n’est généralement que ponctuel avec une incorporation des particules jusqu’à deux jours (Olaso et al., 2002) après le rejet, puisque la matière organique en décomposition est rapidement consommée dans ce milieu. Deuxièmement, un changement ontogénique est observé dans le régime alimentaire du requin. Les crustacés, poissons et céphalopodes augmentent progressivement jusqu’aux individus de 50 cm, puis les céphalopodes et les poissons augmentent de façon exponentielle chez les individus de grande taille alors que les crustacés diminuent lentement. Cela traduirait le fait que les individus les plus grands possèdent des capacités de nage et de prise alimentaire qui leur permet de capturer des proies plus rapides et de plus grand volume, de plus grande taille (Farias et al., 2006), alors que les juvéniles ne serait capables de capturer que des 16
  20. 20. proies peu mobiles. Cette différence entre les petits et les grands individus peut aussi être due à une composante physiologique. En effet, au moment de la maturation sexuelle qui se produit en été et en automne, les adultes constituent des réserves pour répondre aux besoins énergétiques durant la période de reproduction (production des gamètes), ce qui pourrait expliquer l’apparition de proies de plus haut niveau trophique comme les céphalopodes et les poissons (Lyle, 1983). Leucoraja naevus, montre des variations de son régime alimentaire en fonction de la zone et de la catégorie de taille dans laquelle les individus se trouvent. La diminution de la biomasse des crustacés entre le Golfe de Gascogne et la Mer Celtique pourrait traduire le fait que ces crustacés seraient plus petits dans cette dernière zone. De plus, l’apparition des céphalopodes et des polychètes en Mer Celtique confirme bien une différence de structure des communautés benthiques entre la Mer Celtique et le Golfe de Gascogne, comme l’a évoqué Lyle (1983) au niveau de l’Île de Man. Une compétition inter-spécifique avec d’autres espèces prédatrices en présence peut également amener les raies fleuries et les petites roussettes de Mer Celtique à se nourrir de crustacés plus petits et d’autres types de proies (céphalopodes, ascidies). Une préférence alimentaire des deux espèces pour les céphalopodes en Mer Celtique pourrait également entrer en compte du fait peut- être de la plus grande concentration de ces derniers dans la zone ou de leur meilleure accessibilité. Les Raies fleuries montrent également une modification de leur régime alimentaire suivant leur catégorie de taille. Une diminution de la taille et de l’occurrence des crustacés est observée confirmant le fait que les individus de plus grande taille délaissent les crustacés. Les céphalopodes sont eux très présents uniquement chez les grands individus. Ce switch (changement brusque) alimentaire traduirait donc une capacité des grands individus à capturer des proies rapides mais aussi leurs besoins en proies de plus haut niveau trophique. Enfin, le niveau trophique de L.naevus est supérieur à celui de S.canicula, ce qui signifie que les raies fleuries consomment des proies plus hautes dans le réseau trophique que les petites roussettes et donc qu’un transfert de biomasse plus important est réalisé entre niveaux trophiques dans les réseaux trophiques dominés par la raie fleurie. A l’inverse, S.canicula se nourrit d’une gamme de proies plus importante que L.naevus, ce qui explique la plus forte diversité retrouvée dans leurs estomacs. Pour finir, il été montré que le régime alimentaire de la raie fleurie est plus similaire à celui de S.canicula qu’inversement. Des phénomènes d’exclusion compétitive peuvent alors intervenir entre ces deux espèces. En effet Hardin. (1960) explique que ce phénomène concerne deux espèces qui partagent une même alimentation et une même zone géographique, et dont l’une possède une croissance plus rapide que l’autre, pouvant entraîner l’exclusion de la seconde espèce. Ici, l’une des deux espèces pourrait exclure l’autre espèce ; ou bien les différentes proies sont en abondances suffisantes pour prévenir tout risque de compétition et permettre leur coexistence. Chez la plupart des poissons, la taille des proies consommées augmente avec la taille des prédateurs (Scharf et al., 2000). Ici des corrélations 17
  21. 21. ont été établies entre certains prédateurs et leurs proies, mais l’avancement de la digestion n’a permis de mesurer que peu de proies et une corrélation n’a pu être montrée. Les différentes méthodes illustrées dans cette étude ne peuvent être appliquées qu’à des contenus stomacaux dont l’avancement de la digestion permet de déterminer et de quantifier les espèces de proies de manière fiable. De plus, les observations faites dans cette étude sur M.asterias ne peuvent concerner ni l’espèce, ni même la population d’Émissoles. Il s’agit seulement d’orientations sur son régime alimentaire. En conclusion, ces travaux ont montré que S.canicula et L.naevus sont des prédateurs malacophages demersaux avec des tendances piscivores et à la prédation de céphalopodes. Cette étude a aussi mis en lumière l’éventuel caractère généraliste de la roussette et de la raie qui possèdent une large gamme de proies. Une hypothèse forte était également l’apport de particules alimentaires par les rejets de pêches pouvant avoir un impact sur le régime alimentaire des Elasmobranches qui pourront en tirer bénéfice durant un certain temps. Cette étude a également mis en lumière l’existence de différences significatives dans le régime alimentaire de Scyliorhinus canicula et de Leucoraja naevus suivant la zone géographique d’une part et de manière ontogénique d’autre part. Différents aspects peuvent être à l’origine de cette variabilité alimentaire : écologique, avec une différence à la base de la structure des communautés benthiques ou avec une compétition inter-spécifique ; morphologique avec une amélioration des performances de prédation chez les grands individus ; physiologique avec une demande énergétique plus importante lors de la maturation sexuelle des individus ; et comportemental avec une préférence alimentaire pour un type de proie suivant son abondance, sa disponibilité et les besoins énergétiques du prédateur. Cependant, aucun de ces aspects de peut expliquer à lui seul les variations observées dans cette étude. Une combinaison de paramètres en est sûrement la cause, et la réponse des organismes et des communautés dépendra du type de combinaison présente dans un écosystème. Bibliographie Akadje.C., Diaby.M., Le Loc’h.F., Konan.J & N’Da.K., 2013. Diet of the barracuda Sphyraena guachancho in Côte d’Ivoire (Equatorial Eastern Atlantic Ocean). Cybium 37(4) : 285-293. Amundsen.P.A., Gabler.H.M., & Staldvik.F.J., 1996. A new approach to graphical analysis of 18
  22. 22. feeding strategy from stomach contents data—modification of the Costello (1990) method. Journal of Fish Biology 48, 607–614. Cachera.M, 2013. Implications of morphological and functional traits for trophic relationships within fish communities and marine trophic network architecture. Thèse de doctorat, 225. Chavance.P, 2001. Analyse de l'exploitation et évaluation du stock de raie fleurie (Raja naevus) en Mer Celtique et dans le Golfe de Gascogne. Mémoire de fin d'études ENSA Rennes. Cortés.E, 1997. A critical review of methods of studying fish feeding based on analysis of stomach contents : application to elasmobranch fishes. Can.J.Fish.Aquat.Sci 54 : 726-738. Cortés.E, 1999. Standardized diet composition and trophic levels of sharks. ICES Journal of Marine Science 56 : 707-717. Costello.M.J, 1989. Predator feeding strategy and prey importance : a new graphical analysis. J.Fish.Biol 36 : 261-263. Domi.N., Bouquegneau.J.M & Das.K., 2005. Feeding ecology of five commercial shark species of the Celtic Sea through stable isotope and trace metal analysis. Marine Environmental Research 60 : 551–569. Du Buit.M.H, 1972. Rôles des facteurs géographiques et saisonniers dans l'alimentation de R.naevus et R.fullonica. Trav. Labo. Biol. Halieutique Université de Rennes 6. Ebert.D & Bizzarro.J., 2007. Standardized diet compositions and trophic levels of skates (Chondrichthyes: Rajiformes: Rajoidei). Environ Biol Fish 80 : 221–237. Ellis.J.R., Pawson.M.G., & Shackley.S.E., 1996. The comparative feeding ecology of six species of shark and four species of ray (Elasmobranchii) in the North-East Atlantic. J.mar.biol.Ass.U.K 76 : 89-106. Ellis.J.R., Cruz-Martínez.A., Rackhman.B.D., & Rogers.S.I., 2005. The Distribution of Chondrichthyan Fishes Around the British Isles and Implications for Conservation. J. Northw. Atl. Fish. Sci. 35: 195-213. Farias.I., Figueiredo.I., Moura.T., Serrano Gordo.L., Neves.A., & Serra-Pereira.B., 2006. Diet comparison of four ray species (Raja clavata, Raja brachyura, Raja montagui and Leucoraja naevus) caught along the Portuguese continental shelf. Aquat. Living Ressour 19 : 105-114. Ferry.L.A., & Cailliet.G.M., 1996. Sample size and data analysis : Are we characterizing and comparing diet properly ?. In : McKinlay.D & Shearer.K. (eds) Feeding ecology and nutrition in fish symposium proceedings, American Fisheries Sociey 71-80. Ferry-Graham.L.A., Bolnick.D & Wainwright.P., 2002. Using Functional Morphology to Examine the Ecology and Evolution of Specialization. INTEG. AND COMP. BIOL 42:265–277. Gautier.M, 2001. Biologie de la raie fleurie (Raja naevus) en Mer Celtique : alimentation et 19
  23. 23. reproduction. Stage d'initiation à la recherche-Station de biologie marine de Concarneau. Glémarec.M, 1969. Les peuplements benthiques du plateau continental Nord-Gascogne. Thèse de doctorat, Paris, 167. Gibson.C., Valenti.S.V., Fowler.S.L., & Fordham.S.V., 2006. The Conservation Status of Northeast Atlantic Chondrichthyans : Report of the IUCN Shark Specialist Group Northeast Atlantic Regional Red List Workshop. IUCN Species Survival Commission Shark Specialist Group, 84p. Guérineau.L., Rochet.M-J & Peronnet.I., 2010. Panorama des rejets dans les pêcheries françaises. Document technique Ifremer, http://archimer.ifremer.fr/doc/00001/11232/7753.pdf. Hardin.G, 1960. The Competitive Exclusion Principle. Science 3409 : 1292-1297. Henderson.C.A., & Dunne.J.J., 1999. Food of the lesser-spotted dogfish Scyliorhinus canicula (L.), in Galway Bay. Ir.Nat.J 5 : 191-194. Holden.J.M & TuckerN.R., 1974. The food of Raja clavata Linnaeus 1758, Raja montagui Fowler 1910, Raja naevus Muller and Henle 1841 and Raja brachyura Lafont 1873 in British waters. J.Cons.int.Explor.Mer 35(2) 189-193. Hyslop.E.J, 1980. Stomach contents analysis – a review of methods and their application. J.Fish.Biol 17 : 411-429. Kacher.M, 2004. Le Merlu du Golfe de Gascogne et de la Mer Celtique : Croissance, Répartition spatiale et bathymétrique, Écologie alimentaire et Assemblages. Thèse de doctorat. Kaiser.J.M & SpencerE.B., 1994. Fish scavenging behaviour in recently tawled area. Mar.Ecol.Prog.Ser. 112 : 41-49. Legendre.P., & Anderson.M.J., 1999. Distance-based Redundancy Analysis : testing multispecies responses in multifactorial ecological experiments. Ecological Monographs 69(l) : 1-24. Lyle.M.J, 1983. Food and feeding habits of the lesser spotted dogfish, Scyliorhinus canicula (L.) in Isle of Man waters. J.Fish.Biol. 23 : 725-737. Olaso.I., Velasco.F & Pérez.N., 1998. Importance of discarded blue whiting (Micromesistius poutassou) in the diet of lesser spotted dogfish (Scyliorhinus canicula) in the Cantabrian Sea. ICES Journal of Marine Science 55 : 331-341. Olaso.I., Sánchez.F., Rodrígez-Cabello.C & Velasco.F., 2002. The feeding behaviour of some demersal fish species in response to artificial discarding. SCI.MAR. 66(3) : 301-311. Rosecchi.E., & Nouaze.Y., 1987. Comparaison de cinq indices alimentaires utilisés dans l’analyse des contenus stomacaux. Rev. Trau. Inst. Pêches marit 49: 111-123. Scharf.S.F., Juanes.F & Rountree.A.R., 2000. Predator size-prey size relationships of marine fish predators : interspecific variation and effects of ontogeny and body size on trophic-niche breadth. Mar.Ecol.Prog.Ser. 208 : 229-248. 20
  24. 24. ANNEXES Annexe 1 : Présentation détaillée des espèces de proies présentent dans le régime alimentaire de S.canicula dans le Golfe de Gascogne et indices d'analyse de ce régime. 20<Taille<35 cm PROIES %N %W %F IRI %N %W %F IRI CRUSTACEA 60,1 71,97 110,8 14633,356 58,25 54,72 160,77 18162,1869 Indéterminés 12,5 17,5 32,72 981,6 17,26 12,65 41,3 1235,283 1,13 3,3 1,81 8,0183 0,59 1,8 2,17 5,1863 0,56 0,1 1,81 1,1946 Crabes indéterminés 1,13 2,92 3,63 14,7015 1,78 0,12 6,52 12,388 1,13 0,38 3,63 5,4813 2,38 0,5 8,69 25,0272 1,7 0,9 5,45 14,17 0,59 0,09 2,17 1,4756 0,56 1,98 1,81 4,5974 0,59 0,71 2,17 2,821 0,56 0,06 1,81 1,1222 0,59 0,02 2,17 1,3237 0,56 0,03 1,81 1,0679 1,7 3,93 5,45 30,6835 1,19 0,23 4,34 6,1628 0,59 1,52 2,17 4,5787 Crevettes indéterminées 9,65 7,44 27,27 466,0443 4,16 1,07 8,69 45,4487 0,59 0,04 2,17 1,3671 Isopodes indéterminés 0,56 0,03 1,81 1,0679 0,59 0,04 2,17 1,3671 0,56 0,1 1,81 1,1946 0,59 0,04 2,17 1,3671 1,13 0,13 3,63 4,5738 0,59 0,04 2,17 1,3671 1,7 0,06 5,45 9,592 3,57 0,11 10,86 39,9648 Amphipodes indéterminés 3,4 0,2 7,27 26,172 7,73 0,02 10,86 84,165 13,06 21,64 21,81 756,807 10,11 32,96 36,95 1591,4365 2,84 10,02 7,27 93,4922 0,59 1,06 2,17 3,5805 5,11 1,18 5,45 34,2805 3,57 1,66 8,69 45,4487 0,56 0,069 1,81 1,13849 0,59 0,04 2,17 1,3671 POISSONS 11,89 38,04 41,29 2061,6097 0,59 2,44 2,17 6,5751 1,19 16,6 4,34 77,2086 Indéterminés 9,65 21,22 30,9 953,883 10,11 19 34,78 1012,4458 CEPHALOPODA 7,36 0,37 16,34 126,3082 5,35 4,75 17,37 175,437 1,7 0,034 5,45 9,4503 0,56 0,034 1,81 1,07514 0,59 0,11 2,17 1,519 1,19 0,04 4,34 5,3382 0,56 0,069 1,81 1,13849 Indéterminés 4,54 0,24 7,27 34,7506 3,57 4,6 10,86 88,7262 POLYCHETES 20,42 2,84 37,96 882,9496 21,38 1,39 54,33 1237,0941 0,56 0,034 1,81 1,07514 2,84 0,1 1,81 5,3214 0,59 0,22 2,17 1,7577 0,59 0,01 2,17 1,302 0,56 0,1 1,81 1,1946 2,84 1 9 34,56 8,32 0,88 30,43 279,956 3,97 0,27 7,27 30,8248 1,78 0,14 6,52 12,5184 0,56 0,034 1,81 1,07514 6,25 0,24 5,45 35,3705 7,73 0,028 6,52 50,58216 Indéterminés 2,84 1,07 9 35,19 1,78 0,12 6,52 12,388 SIPUNCULIENS 2,26 3,85 7,26 44,3586 3,56 1,19 13,04 61,94 1,13 2,57 3,63 13,431 1,78 1,03 6,52 18,3212 Indéterminés 1,13 1,28 3,63 8,7483 1,78 0,16 6,52 12,6488 Total 19311,0603 sur 168 proies sur 46 estomacs 26390,68086 GdG Scyliorhinus canicula Taille≥35 cm Macropipus tuberculaus Liocarcinus marmoreus Crangon allmanni Processa canaliculata Alpheus glaber Philocheras sculptus Caridion gordoni Crangonidae Solenocera membranacea Eurydice pulchra Ichnopus spinicornis Hippomedon denticulatus Ampelisca sp Paguridae indéterminés Pagurus prideaux Galatheidae Galatheidae indéterminés Mysidacea Micromesistius poutassou Engraulis encrasicolus Loligo forbesii Sepietta oweniana Sepiola atlantica Sepia elegans Loligo reynaudii Glyceridae Maldanidae Cirratulidae Terebellidae Orbiniidae Eunicidae Lumbrineridae Sigalionidae Sigalion mathildae Onuphidae Aponuphis bilineata Golfingiidae Sipunculus nudus sur 176 proies sur 55 estomacs GdG Scyliorhinus canicula 20<Taille<35 cm PROIES %N %W %F IRI %N %W %F IRI CRUSTACES 60,1 71,97 110,8 (54,51) 14633 (87,94) 58,25 54,72 160,77 (56,05) 18162 (83,7) POISSONS 9,65 21,22 30,9 (15,2) 953 (5,72) 11,89 38,04 41,29 (14,39) 2061 (9,49) CEPHALOPODES 7,36 0,37 16,34 (8,03) 126 (0,75) 5,35 4,75 17,37 (6,05) 175 (0,8) POLYCHETES 20,42 2,84 37,96 (18,67) 882 (5,3) 21,38 1,39 54,33 (18,94) 1237 (5,7) SIPUNCULIENS 2,26 3,85 7,26 (3,57) 44 (0,26) 3,56 1,19 13,04 (4,54) 61,94 (0,28) Taille≥35 cm
  25. 25. Annexe 2 : Proportion détaillée des espèces de proies présentent dans le régime alimentaire de S.canicula en Mer Celtique, et indices d'analyse de ce régime. MC Scyliorhinus canicula 35<Taille<45 cm Taille ≥45 cm PROIES %N %W %F IRI %N %W %F IRI %N %W %F IRI CRUSTACEA 66,99 50,04 161,9 18947,157 63,41 28,42 148,5 13636,755 44,52 13,53 91 5282,55 Indéterminés 5,59 13,64 22,8 438,444 7,69 9,63 21,9 379,308 2,17 0,85 8,7 26,274 Macropipus tuberculaus 0,69 0,24 2,8 2,604 Crabes indéterminés 1,28 0,23 4,9 7,399 Crangon allmanni 2,79 2,92 11,4 65,094 5,12 1,23 12,2 77,47 1,08 0,02 4,3 4,73 Processa canaliculata 1,39 5,93 5,7 41,724 1,92 0,43 7,3 17,155 8,69 2,82 4,3 49,493 Pasiphea sivado 0,64 0,49 2,4 2,712 Philocheras sculptus 1,39 1,34 5,7 15,561 Caridion gordoni Crangonidae 4,19 0,9 14,2 72,278 1,28 0,09 4,9 6,713 Callianassa subterranea 0,69 0,19 2,8 2,464 Pestarella tyrrhena 0,69 0,04 2,8 2,044 Crevettes indéterminées 27,27 17,52 31,4 1406,406 29,48 12,23 39 1626,69 22,82 2,16 34,8 869,304 Eurydice pulchra 0,69 0,04 2,8 2,044 0,64 0,03 2,4 1,608 1,08 0,07 4,3 4,945 Isopodes indéterminés 0,69 0,04 2,8 2,044 1,08 0,01 4,3 4,687 Ichnopus spinicornis 1,39 0,19 2,8 4,424 0,64 0,17 2,4 1,944 Hippomedon denticulatus 1,39 0,24 2,8 4,564 1,28 0,03 4,9 6,419 Ampelisca sp 4,19 0,28 11,4 50,958 Amphipodes indéterminés 2,09 0,14 8,5 18,955 3,84 0,12 14,6 57,816 Paguridae indéterminés 3,49 4,78 14,2 117,434 3,84 1,9 12,2 70,028 6,52 3,53 26 261,3 Pagurus prideaux 1,92 1,59 7,3 25,623 1,08 4,07 4,3 22,145 Galatheidae Galathea intermedia 0,64 0,04 2,4 1,632 Galatheidae indéterminés 0,69 0,57 2,8 3,528 Mysidacea 6,99 1 11,4 91,086 3,2 0,21 9,7 33,077 Astracilla longicornis 0,69 0,04 2,8 2,044 POISSONS 16,07 47,08 54,2 3422,73 19,22 53,3 63,37 4595,5924 18,47 30,34 65,2 3182,412 Micromesistius poutassou 8,39 25,5 22,8 772,692 10,89 38,8 31,7 1575,173 5,43 13,46 21,7 409,913 Merluccius merluccius 0,69 1,62 2,8 6,468 0,64 0,04 2,4 1,632 Indéterminés 6,99 19,96 28,6 770,77 7,69 14,46 29,27 648,3305 13,04 16,88 43,5 1301,52 CEPHALOPODA 4,87 1,94 17 115,77 7,04 15,32 26,7 597,012 13,02 49,79 39 2449,59 Loligo forbesii 1,39 1,19 2,8 7,224 2,56 10,56 9,7 127,264 4,34 12,64 13 220,74 Sepiola atlantica 0,69 0,04 2,8 2,044 Rossia macrosoma 0,64 4,76 2,4 12,96 2,17 27,77 4,3 128,742 Sepia elegans 2,17 6,26 8,7 73,341 Indéterminés 2,79 0,71 11,4 39,9 3,84 2,34 14,6 90,228 4,34 3,12 13 96,98 POLYCHETES 10,4 0,63 37 408,11 7,68 0,43 21,7 175,987 19,53 0,49 60,5 1211,21 Acrocirridae 0,69 0,04 2,8 2,044 Maldanidae 0,69 0,04 2,8 2,044 0,64 0,04 2,4 1,632 1,08 0,03 4,3 4,773 Cirratulidae 2,17 0,18 8,7 20,445 Orbiniidae 1,39 0,14 5,7 8,721 Glyceridae 0,64 0,04 2,4 1,632 Aphroditoidea 0,64 0,02 2,4 1,584 Chaetopteridae 0,64 0,02 2,4 1,584 Eunicidae 1,39 0,09 5,7 8,436 0,64 0,12 2,4 1,824 2,17 0,04 8,7 19,227 Lumbrineridae 2,09 0,09 5,7 12,426 4,48 0,19 9,7 45,299 9,77 0,18 21,7 215,915 Sigalionidae Sigalion mathildae 2,79 0,14 8,6 25,198 1,08 0,01 4,3 4,687 Indéterminés 1,39 0,09 5,7 8,436 3,26 0,05 13 43,03 SIPUNCULIENS 2,16 0,08 8,6 19,264 Golfingia vulgaris 0,69 0,04 2,8 2,044 Sipunculus nudus 1,08 0,06 4,3 4,902 Indéterminés 2,56 1 7,3 25,988 1,08 0,2 4,3 5,504 ECHINODERMES Amphipholis squamata 0,69 0,14 2,8 2,324 ASCIDIES 1,08 4,38 4,3 23,478 ANTHOZOAIRES Actinauge richardi 1,08 1,13 4,3 9,503 Total sur 143 proies sur 35 estomacs sur 156 proies sur 41 estomacs sur 92 proies sur 23 estomacs 20<Taille≤35 cm MC Scyliorhinus canicula 35<Taille<45 cm Taille ≥45 cm PROIES %N %W %F IRI %N %W %F IRI %N %W %F IRI CRUSTACES 66,99 50,04 161,9 (58,72) 18947 (82,74) 63,41 28,42 148,5 (55,5) 13636 (71,65) 44,52 13,53 91 (33,34) 5282 (43,38) POISSONS 16,07 47,08 54,2 (19,65) 3422 (14,94) 19,22 53,3 63,37 (23,7) 4595 (24,14) 18,47 30,34 65,2 (23,9) 3182 (26,13) CEPHALOPODES 4,87 1,94 17 (6,16) 115,77 (0,5) 7,04 15,32 26,7 (9,98) 597 (3,13) 13,02 49,79 39 (14,3) 2449 (20,11) POLYCHETES 10,4 0,63 37 (13,42) 408 (1,78) 7,68 0,43 21,7 (8,11) 175 (0,92) 19,53 0,49 60,5 (22,17) 1211 (9,94) SIPUNCULIENS 0,69 0,04 2,8 (1,01) 2,044 (0,009) 2,56 1 7,3 (2,73) 26 (0,13) 2,16 0,08 8,6 (3,15) 19,26 (0,16) ECHINODERMES 0,69 0,14 2,8 (1,01) 2,324 (0,01) ASCIDIES 1,08 4,38 4,3 (1,57) 23,48 (0,19) ANTHOZOAIRES 1,08 1,13 4,3 (1,57) 9,5 (0,08) 20<Taille≤35 cm
  26. 26. Annexe 3 : Espèces de proies présentent dans le régime alimentaire de L.naevus en Mer Celtique et indices d'analyses qui les caractérisent. MC PROIES %N %W %F IRI %N %W %F IRI %N %W %F IRI CRUSTACEA 72 38,37 125,67 13870,1979 69,64 45,23 137,7 15817,599 52,69 16,59 73,3 5078,224 Indéterminés 6,21 5,91 20,5 248,46 5,88 2,44 20,7 172,224 9,88 5,74 23,33 364,4146 Crabes indéterminés 0,62 2,21 2,6 7,358 1,09 0,05 3,33 3,7962 1,86 1,47 5,1 16,983 6,86 11,88 17,2 322,328 2,19 0,76 3,33 9,8235 11,76 10,13 13,8 302,082 29,67 6,39 16,66 600,7596 0,98 0,7 3,4 5,712 2,48 0,73 5,1 16,371 0,62 0,49 2,6 2,886 1,09 2,62 3,33 12,3543 Crevettes indéterminées 3,1 6,15 7,7 71,225 3,92 4,37 10,3 85,387 5,49 0,71 13,33 82,646 5,58 6,64 15,35 187,577 3,72 6,4 10,25 103,73 3,92 1,57 13,8 75,762 2,19 0,27 6,66 16,3836 Isopodes indéterminés 1,86 0,24 5,1 10,71 50,91 14,76 64,12 4210,7604 31,36 9,77 51,7 2126,421 8,7 2,21 15,4 168,014 5,88 0,87 13,8 93,15 4,96 3,2 7,7 62,832 4,9 2,79 13,8 106,122 2,48 1,72 10,25 43,05 7,45 1,23 7,7 66,836 4,9 0,17 3,4 17,238 1,96 1,92 6,9 26,772 27,32 6,4 23,07 777,9204 13,72 4,02 13,8 244,812 1,09 0,05 3,33 3,7962 0,98 0,35 3,4 4,522 3,98 4,02 3,4 27,2 0,62 0,01 2,6 1,638 POISSONS 18,01 29,55 74,4 3538,464 22,54 16,95 79,34 3133,1366 31,84 53,18 86,65 7366,983 0,62 2,21 2,6 7,358 2,94 6,95 10,34 102,2626 2,19 20 6,66 147,7854 0,62 17 2,6 45,812 1,09 19,4 3,33 68,2317 1,09 9,03 3,33 33,6996 Indéterminés 16,77 10,34 69,2 1876,012 19,6 10 69 2042,4 27,47 4,75 73,33 2362,6926 CEPHALOPODA 2,18 23,93 6,66 173,8926 1,09 23,01 3,33 80,253 Indéterminés 3,1 29,3 12,8 414,72 0,98 31,46 3,4 110,296 1,09 0,92 3,33 6,6933 POLYCHETES 6,82 2,7 25,7 244,664 6,86 4,7 24,04 277,9024 13,15 7,68 49,97 1040,8751 3,29 3,28 10 65,7 0,62 0,73 2,6 3,51 4,39 0,32 10 47,1 0,98 0,52 3,4 5,1 0,98 0,52 3,4 5,1 0,62 1,23 2,6 4,81 4,38 1,47 13,32 77,922 0,62 0,73 2,6 3,51 1,96 2,79 6,9 32,775 2,19 0,71 6,66 19,314 2,19 0,76 6,66 19,647 Indéterminés 4,96 0,01 17,9 88,963 2,94 0,87 10,34 39,3954 1,09 1,14 3,33 7,4259 Leucoraja naevus 25 ≤Taille<45 cm 45 ≤Taille <55 cm Taille ≥ 55 cm Crangon allmanni Processa canaliculata Philocheras sculptus Caridion gordoni Crangonidae Solenocera membranacea Isopoda Eurydice pulchra Amphipoda Ichnopus spinicornis Hippomedon denticulatus Ampelisca sp Lysiannassidae Tmetonyx cicada Amphipodes indéteminés Paguridae indéterminés Munida sp Mysidacea Micromesistius poutassou Callionymus lyra Microchirus variegatus Loligo forbesii Labioleanira yhleni Acrocirridae Palmyridae Terebellidae Eunicidae Sigalionidae Sigalion mathildae Sigalion squamosus MC Leucoraja naevus PROIES %N %W %F IRI %N %W %F IRI %N %W %F IRI CRUSTACES 72 38,37 125,67(52,67) 13870 (76,77) 69,64 45,23 137,7 (56,32) 15817(81,79) 52,69 16,59 73,3 (33,84) 5078(37,18) POISSONS 18,01 29,55 74,4(31,18) 3538(19,58) 22,54 16,95 79,34 (32,45) 3133 (16,2) 31,84 53,18 86,65(40) 7366(53,93) CEPHALOPODES 3,1 29,3 12,8(5,36) 414 (2,29) 0,98 31,46 3,4(1,39) 110(0,56) 2,18 23,93 6,66(3,07) 173(1,26) POLYCHETES 6,82 2,7 25,7(10,77) 244 (1,35) 6,86 4,7 24,04 (9,83) 277(1,43) 13,15 7,68 49,97(23,07) 1040 (7,61) 25≤Taille<45cm 45≤Taille <55 cm Taille ≥ 55 cm
  27. 27. Annexe 4 : Espèces de proies présentent dans le régime alimentaire de L.naevus dans le Golfe de Gascogne et indices qui les caractérisent. Annexe 5 : Espèces de proies présentent dans le régime alimentaire de M.asterias et indices associés. GdG Leucoraja naevus 20<Taille<50 cm PROIES %N %W %F IRI %N %W %F IRI CRUSTACEA 89,17 83,43 110,5 19072,3 66,66 76,5 47,1 6742,836 Indéterminés 4,05 0,67 15,8 74,576 3,03 3,5 5,9 38,527 Caridea 72,96 78,74 78,9 11969,13 Crangon allmanni 63,5 73,6 57,9 7938,09 Processa canaliculata 9,46 5,14 21 306,6 45,45 47 23,5 2172,575 Crevettes indéterminées 10,81 3,58 10,5 151,095 15,15 1 11,8 190,57 Isopoda Eurydice pulchra 3,03 1 5,9 23,777 Amphipoda Ichnopus spinicornis 1,35 0,44 5,3 9,487 POISSONS 10,8 27,77 42,2 1627,654 Micromesistius poutassou 1,35 11,2 5,3 66,515 Callionymus lyra 1,35 11,2 5,3 66,515 Indéterminés 8,1 5,37 31,6 425,652 33,33 48,5 64,7 5294,401 Total Sur 74 proies Sur 19 estomacs Sur 33 proies Sur 17 estomacs Taille >50 cm Mustelus asterias PROIES %N %W %F % IRI CRUSTACES 100 100 100 100 Indéterminés 0,53 0,009 2,93 0,02 Brachyura 86,66 96,21 58,95 96,64 M.tuberculatus 64,36 81,6 32,57 83,62 A.rotundatus 17,55 13,28 23,45 12,71 Indéterminés 4,78 1,33 2,93 0,31 Caridea C.allmanni 5,85 0,55 14,65 1,64 Anomoures 6,37 3,21 20,52 1,63 Paguridae 2,12 0,98 11,72 0,63 P.prideaux 4,25 2,23 8,79 1 Amphipodes 0,53 0,009 2,93 0,02
  28. 28. Annexe 6 : Courbe de corrélation entre le poids total (g) et la longueur totale (cm) des individus de S.canicula. Coefficient de corrélation = 0,94 ; p-value < 0,001 (***).
  29. 29. Fonction Mission Activités Fonction (en deux lignes à quoi servait le poste) (exprimées en verbe d'actions) Technicien de laboratoire stagiaire Analyse du contenu stomacal, du régime alimentaire de la raie fleurie et de la Petite roussette en Mer Celtique et dans la Golfe de Gascogne -Préparer les échantillons -Disséquer les requins et estomacs de raies -Conserver les proies -Trier les espèces de proies et les identifier -Peser les espèces de proies -Analyser les résultats obtenus Vos points forts pour assumer cette fonction Vos points faibles -Expérience générale en écologie -Passion pour l'écologie, la biologie et le comportement des requins -Habitude de tout types de travaux pratiques -Formation en taxonomie -Lacunes sur les proies rencontrées et le vocabulaire scientifique du fait de ma formation de Licence basée sur l'écologie continentale. Ce qui vous a plu Ce qui vous a déplu Le fait de travailler sur des Elamobranches, l'immersion dans le monde de la recherche et des projets scientifique, l'observation d'espèces peu vues jusqu'à présent. La répétition des mêmes gestes, surtout en fin de journée.
  30. 30. Ressources propres (internes) Ressources externesSavoirs, connaissances Savoir-faire techniques Savoir-faire relationnels -Notions en taxonomie -Connaissance personnelle sur les requins -Connaissance des méthodes de manipulation, expérimentales -Habitude des cadences élevées -Stage dans une association d'éducation au développement durable -Les connaissances et le savoir-faire de mon maître de stage et du personnel du LEMAR -Les informations de différents sites scientifi
  31. 31. Au niveau des écosystèmes marins, les requins et les raies sont des top prédateurs occupant le sommet du réseau trophique. C’est pourquoi il est important d'étudier le régime alimentaire des Sélaciens, afin d'avoir une idée précise de la composition spécifique de l'écosystème dans lequel ils évoluent, et de comprendre le fonctionnement dans lequel se trouvent ces mêmes écosystèmes. Le régime alimentaire de trois espèces a été étudié (Raie fleurie, Petite roussette et Émissole tachetée) en Mer Celtique et dans le Golfe de Gascogne. Les proies de chacun de ces régimes ont été identifiées jusqu'au plus bas niveau taxonomique possible, dénombrées et pesées afin de déterminer la biomasse et l'abondance de chacun des types de proies. Une analyse quantitative puis statistique a été réalisée via l'utilisation classique d'indices alimentaires et l'utilisation d'une Analyse Redondante de distances (db-RDA). La raie fleurie et la petite roussette ont montrés un régime alimentaire similaire, généraliste à tendance malacophage benthique ou demersal, et pourraient donc être 2 espèces en compétition trophique. Des variations significatives de la biomasse des catégories de proies ont été observées entre les zones pour les 2 espèces, le long de la croissance chez les roussettes et entre catégories de taille pour les raies. Ces observations peuvent être le résultat d’une structure différente des communautés benthiques, des interactions compétitives entre différentes espèces ou d'une préférence alimentaire pour un type de proies ou encore d’un changement des besoins physiologiques chez les individus matures. In marine ecosystems, sharks and skates are on the top position of food webs as top- predators. It is thus important to study the diet of these organisms in order to learn about the faunistic composition and the functioning of the ecosystem. In this study, individual stomach contents of three Elasmobranch (cuckoo ray, lesser-spotted dogfish and starry smouth-hound) was analysed in two area, i.e. the Celtic Sea and the Bay of Biscay. Prey composition of each species diet was determined to the lowest taxonomic level, and each prey category were counted and weighted in order to obtain its abundance and its biomass in each stomach. Then, a quantitative analysis of the diet was performed with calculations of classical dietary indices and a statistical analysis of individual dietary variations was also performed with a distance-based redundancy analysis (db-RDA). Finally, several Amundsen's models were plotted for each species to estimates diet characteristics. The Cuckoo Ray as well and the lesser-spotted catshark exhibited similar diets, generalists with an important proportion of benthic or demersal crustacean. These 2 species may experience a strong trophic competition within their foraging area. Significant variations of prey categories biomass were firstly found between the two area for the two species; and secondly along the growth for S.canicula and between size categories for L.naevus. These results may demonstrate a strong difference between communities of the Celtic Sea and the Bay of Biscay; a behavioural food preference for one kind of prey in the predator species; or a difference of physiological needs.

×