TED(x) : les conférences qui montent
Studyrama Grandes Ecoles : 14/10/2013

par Stéphanie Ouezman
Créées il y a trente ans...
Management », se souvient Pauline, aujourd’hui présidente de l’association TEDxIsèreRiver
parallèlement à ses fonctions de...
(ça reste à voir en prépa !) — et oblige le speaker à avoir minutieusement préparé son exposé,
même s’il doit rester authe...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

[Interview] TEDx : les conférence qui montent

344 vues

Publié le

As part of our PR actions to promote our TEDxIsèreRiver conference (http://www.tedxisereriver.com/), I was interviewed by Stéphanie Ouezman, Chief Editor of a student and education portal: Studyrama Grandes Ecoles.
I shared with readers my experience as an organizer and curator of TEDx conferences. I love being part of this movement!

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
344
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

[Interview] TEDx : les conférence qui montent

  1. 1. TED(x) : les conférences qui montent Studyrama Grandes Ecoles : 14/10/2013 par Stéphanie Ouezman Créées il y a trente ans aux États-Unis, les conférences TED sont arrivées en France il y a trois ans sur la pointe des pieds. Organisées sous le label TEDx — signalant que leur tenue a été approuvée par la maison mère —, elles commencent à se développer dans les Grandes Écoles. Des speakers prennent la parole pendant trois à dix-huit minutes pour présenter leur parcours et développer une « idea worth spreading » : le principe est accrocheur, mais la mise en place reste complexe. Espace Prépas a interrogé deux diplômés de Grenoble École de Management et ESCP Europe, Pauline Vettier et Johannes Bittel, très impliqués dans le développement du concept. Bill Clinton, Bono ou encore Philippe Starck sont quelques-unes des grandes figures intervenues au cours des conférences TED qui se tiennent deux fois par ans dans la Silicon Valley, territoire d’innovation mondial, et lieu évident pour rassembler les acteurs des univers « Technology », « Entertainment » et « Design » (TED). Un grand meeting dont le billet d’entrée s’élève aujourd’hui à 7 500 $, mais qui reste accessible au monde entier via le Web. Ces conférences sont en effet filmées et mises en ligne sur le site de l’organisation à but non lucratif qui réussit à faire vivre plusieurs dizaines de salariés basés à New York et à Vancouver. De belles vidéos qui montrent bien le niveau d’exigence du concept. High standards & high expectations « J’ai visionné plusieurs extraits de ces conférences sans savoir qu’il s’agissait du concept TED dont j’ai d’abord entendu parler par mes professeurs de langue à Grenoble École de
  2. 2. Management », se souvient Pauline, aujourd’hui présidente de l’association TEDxIsèreRiver parallèlement à ses fonctions de responsable marketing et communication au sein d’une PME spécialisée en informatique. « Notre 1er TEDx s’est déroulé sur la thématique “Future learning“ en septembre dernier sur le campus de GEM. Deux mille heures et six mois de travail ont été nécessaires à sa mise en place par une équipe de cinq diplômés de l’École. Nous n’avons pas ménagé nos efforts pour décrocher la fameuse licence TED, gratuite mais difficile à obtenir… ». Le dossier de candidature doit être solidement ficelé avant d’obtenir l’accord de la maison mère qui délivre ensuite des conseils, une série d’outils pour les organisateurs et une charte à respecter. « Malgré tous les efforts accomplis, complète Johannes Bittel, le titulaire d’une telle licence n’a pas l’autorisation de rassembler plus de 100 personnes autour du TEDx en question. Les coûts engendrés par la mise en place du dispositif scénique, par la prise de son et d’image ne sont alors pas toujours remboursés. Pour avoir le droit d’organiser une conférence à plus grande échelle, l’organisateur d’un TEDx doit lui-même avoir assisté à l’une des grandes réunions internationales TED ! » Ce qu’a fait ce diplômé d’ESCP Europe passé par les campus de Paris, Londres et Berlin sur lesquels il a pu constater l’intérêt de ses camarades européens pour le concept : « Aujourd’hui, très peu d’étudiants regardent la télévision, mais ils passent beaucoup de temps sur YouTube et Dailymotion. Avoir accès à de courtes vidéos, réalisées de manière professionnelle, permettant à une personnalité de s’exprimer sur un sujet d’actualité est alors très intéressant. » Et pour éliminer le seul frein (financier) qui ralentit le développement de ces conférences dans le monde étudiant, Johannes Bittel a créé WikiStage, une déclinaison des conférences TED pour les étudiants et par les étudiants. Centrale Paris, l’ESSEC, Dauphine, Lille 1, l’EDHEC, Stanford ou encore l’université de Mannheim sont des établissements qui adhèrent au concept et projettent d’organiser des conférences « WikiStage » prochainement. Stand-up for your ideas Prenez le temps de visionner quelques interventions et vous constaterez rapidement l’important travail de mise en scène. La prise de parole est chronométrée pour ne pas dépasser dix-huit minutes — le temps moyen d’attention continue dont le cerveau humain est capable
  3. 3. (ça reste à voir en prépa !) — et oblige le speaker à avoir minutieusement préparé son exposé, même s’il doit rester authentique. « Les speakers sont sélectionnés parce qu’ils ont une expérience de vie ou professionnelle à partager, des idées à diffuser, un message pertinent à transmettre », poursuit Pauline Vettier. Les fondateurs de TED résument en présentant leurs intervenants comme rien de moins que « the world’s most fascinating thinkers and doers ». À les voir s’adresser au public, moduler leur voix, se déplacer sur scène et donner corps à leurs propos, on les prendrait en tout cas presque pour des comédiens adeptes du stand-up ! Même si ça n’est pas votre vocation, intéressez-vous à cette formule : vous travaillerez votre anglais en enrichissant votre culture générale et apprendrez comment il est possible de captiver un public… Que du bon à prendre dès maintenant pour l’oral des concours ! Lire l’article sur http://www.studyramagrandesecoles.com/home_prepas.php?Id=8791

×