Enquête  sur les Métiers du Web et de l'Internet
Prochain SlideShare
Loading in...5
×

Vous aimez ? Partagez donc ce contenu avec votre réseau

Partager

Enquête sur les Métiers du Web et de l'Internet

  • 20,238 vues
Uploaded on

L’objectif de cette enquête réalisée durant l'été 2012 est de présenter une photographie instantanée des professionnels qui se reconnaissent dans les métiers de l’Internet, lesquels se......

L’objectif de cette enquête réalisée durant l'été 2012 est de présenter une photographie instantanée des professionnels qui se reconnaissent dans les métiers de l’Internet, lesquels se différencient largement des métiers des TIC, par leur spectre thématique, par leurs lieux d’exercice, par leurs profils.
Qui sont ces professionnels de l’Internet? D’où viennent-ils? Que font-ils? Quelles sont leurs perspectives? Voici quelques questions auxquelles nous tentons d’apporter une réponse.
Cette étude a été réalisée dans le cadre du projet européen Interreg IV A France-Wallonie-Flandre COMPETIC, observatoire des profils et compétences des métiers émergents du Web et de l’Internet, dont l’objectif est de contribuer à la reconnaissance de ces métiers. Ses parties les plus visibles en sont le réseau www.tribuduweb.com et le portail www.metiers-du-web.com.

Plus dans : Technologies
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Êtes-vous sûr de vouloir
    Votre message apparaîtra ici
  • Hello dearest,

    I'm a female,Lusee by name.
    Please for a very important issue
    contact me direct in this my private box for further knowing
    (lusee1johnson@yahoo.co.uk),Thanks hoping to see your mail soon.
    Êtes-vous sûr de vouloir
    Votre message apparaîtra ici
No Downloads

Vues

Total des vues
20,238
Sur Slideshare
2,937
From Embeds
17,301
Nombre d'ajouts
26

Actions

Partages
Téléchargements
130
Commentaires
1
J'aime
14

Ajouts 17,301

http://www.scoop.it 8,078
http://frenchweb.fr 5,516
http://michaeltartar.com 807
http://www.metiers-du-web.com 720
http://henrikaufman.typepad.com 632
http://www.marketingonthebeach.com 541
http://www.metiers.internet.gouv.fr 535
http://metiers.internet.gouv.fr 180
http://www.technofuturtic.be 155
http://www.wsi-franchise.fr 44
http://test.technofuturtic.be 28
http://www.lyc-moulin-pezenas.ac-montpellier.fr 27
http://www.twylah.com 10
http://translate.googleusercontent.com 4
http://www.digimind-evolution.com 4
http://webcache.googleusercontent.com 4
http://kbc081.kbplatform.com 4
http://fdebailleul.tumblr.com 3
http://qatools.netratings.com 2
http://apps.synaptive.net 1
http://localhost 1
http://feeds.feedburner.com 1
http://webmail-1y.bbox.bouyguestelecom.fr 1
http://ltpjar.tumblr.com 1
http://hootsuite.scoop.it 1
http://www.linkedin.com 1

Signaler un contenu

Signalé comme inapproprié Signaler comme inapproprié
Signaler comme inapproprié

Indiquez la raison pour laquelle vous avez signalé cette présentation comme n'étant pas appropriée.

Annuler
    No notes for slide

Transcript

  • 1. DÉCEMBRE 2012 RÉSULTATS DE L’ENQUÊTE  MÉTIERS ET PARCOURS DU WEB Qui sont les professionnels de l’Internet?  D’où viennent‐ils? Que font‐ils? Quelles sont leurs satisfactions?  Leurs envies? Où vont‐ils? Quel avenir voient‐ils? 1
  • 2. Une initiative deUne initiative de Dans le cadre de Dans le cadre de FinancementsAvec des financements de 
  • 3. SOMMAIRE  Introduction 4  Profil des répondants 9 Vie professionnelle antérieure 23CŒUR DE L’ÉTUDE Formations et compétences 30 Emploi actuel 49 Conditions de travail 73 Rémunérations & avantages 103 Mobilité professionnelle 126 Perspectives professionnelles 139  Conclusions 153 3
  • 4. # 1# 1IntroductionENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB 4
  • 5. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBCONTEXTE L’objectif de la présente étude est de présenter une photographie instantanée  des professionnels qui se reconnaissent dans les métiers de l’Internet, lesquels se  différencient largement des métiers des TIC, par leur spectre thématique, par leurs  lieux d’exercice, par leurs profils. Qui sont ces professionnels de l’Internet?  D’où viennent‐ils? Que font‐ils? Quelles  sont leurs perspectives? Voici quelques questions auxquelles nous tentons  d’apporter une réponse et espérons compléter l’excellent Portail des métiers de  l’Internet, initié en France par La Délégations aux Usages de l’Internet. Cette étude a été réalisée dans le cadre du projet européen Interreg IV A France‐ Wallonie‐Flandre COMPETIC, observatoire des profils et compétences  des métiers  émergents du Web et de l’Internet, dont l’objectif est de contribuer à la  reconnaissance de ces métiers.  Ses parties les plus visibles en sont le réseau  www.tribuduweb.com et le portail www.metiers‐du‐web.com.  5
  • 6. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBMÉTHODOLOGIE DE L’ENQUÊTE L’enquête a été construite et écrite sur base d’échanges lors de panels  d’entrepreneurs franco‐belges. Elle s’inspire aussi partiellement d’enquêtes  similaires,  menées dans l’IT, comme l’étude MéTIC réalisée en 2005 par la  Fondation Travail‐Université, ou dans d’autres secteurs.  L’enquête comporte une cinquantaine de questions. Elle a été administrée exclusivement en ligne, du 15 juin 2012 au 20 août 2012.  La promotion en a été assurée par les canaux numériques des partenaires: e‐ mailings, médias sociaux, blogs d’influenceurs… 6
  • 7. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB RÉPONSES L’enquête en ligne a été complétée par 1131 répondants. Ces répondants se répartissent géographiquement comme suit:   481 issus de Belgique  Dont 352 en Wallonie et 122 à Bruxelles  606 issus de France  Dont 204 en Nord‐Pas‐de‐Calais  195 issus de Paris et de la Région parisienne  44 issus d’autres pays  Principalement installés en Europe et au Canada 7
  • 8. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBREPRÉSENTATIVITÉ ET VALIDITÉ SCIENTIFIQUE Le champ de COMPETIC s’étend intrinsèquement à la Wallonie et au Nord‐Pas‐de‐Calais.  C’est cette photographie que nous avons voulu dresser. La principale difficulté rencontrée est méthodologique et tient à la complexité de déterminer la  population de référence qui nous est inconnue quantitativement comme qualitativement. Il existe en  effet un vaste flou au niveau de la définition des métiers, filières et compétences. Si bien qu’un  cadrage et un dénombrement se révèlent un exercice délicat, à l’inverse par exemple de la filière TIC  au sens strict (voir sa définition dans le Baromètre de la filière TIC par l’AWT). En outre, la dispersion d’activité dans les différents secteurs de l’économie est extrêmement forte:  prestataires TIC au sens strict, agences web, agences de communication, pure players, e‐ commerçants et VADistes, services publics,… Par conséquent, les analyses fondées sur les secteurs  d’activités (cfr codes NACE) sont  inopérantes. Dans le traitement des réponses,  nous recouperons, croiserons et filtrerons les données  régulièrement en sens divers,  traquant les variables qui donnent du sens, les écarts  asymptomatiques, les variations directement liées aux profils des répondants. Par exemple, un  moindre représentativité des répondants de France et notamment du Nord‐Pas‐de‐Calais (NPDC) où  l’économie numérique est pourtant davantage développée qu’en Wallonie. C’est pourquoi nous  préférons évoquer une « photographie » de ces métiers. 8
  • 9. # 2Profil des répondantsENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB 9
  • 10. Avons‐nous un  niveau féminin  similaire à celui  des TIC?ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBGENRE 10
  • 11. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB65% des répondants sont des hommes, pour 35% de femmes. Avec un écart constaté  supérieur en Belgique (70% ‐ 30%) qu’en France (60% ‐ 40%). C’est certes nettement moins que la part des femmes dans la population active générale qui  s’élève à environ 46 % (selon l’INSEE pour la France). Toutefois, les enquêtes menées depuis plus de 10 ans révèlent qu’en France comme en  Belgique, la part des femmes dans le secteur des TIC (au sens strict) ne dépasse pas 16 à 18%  et diminue même par rapport aux années 90.  Cela tient principalement  au faible attrait pour les formations initiales technologiques,  que la formation continue, même en requalification, ne peut compenser. Le pourcentage  d’étudiantes est aujourd’hui  très faible dans les TIC : moins de 10% dans les universités et  moins de 7.5% dans les hautes écoles (source FTU).  La situation est similaire en Belgique et France, au même niveau que les Pays‐Bas ou  l’Autriche. Nettement moins bien qu’en Allemagne et en Grande‐Bretagne où  pourcentage est voisin de 25%. Et franchement catastrophique par rapport à l’Italie,  l’Espagne, le Portugal ou la Finlande, où il y a environ 40% de femmes parmi les diplômés  en informatique.  11
  • 12. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB Les métiers du Web se situeraient donc à mi‐chemin entre les TIC et l’économie générale.  L’enquête éclairera par la suite certains facteurs explicatifs:  Davantage  de femmes actives dans les métiers de la communication, de la gestion de  contenu;  Davantage de jeunes femmes diplômées;  Davantage de jeunes femmes entrepreneuses. Peut‐on expliquer l’écart constaté entre la France et Belgique dans la proportion Hommes‐ Femmes ? OUI..  Nous avons en France davantage de femmes actives dans les métiers de la  communication, du contenu, du marketing en France qu’en Belgique.  Nous y rencontrons une population féminine plus jeune (50% < 35 ans), davantage  diplômée de filières non technologiques.  Il existe une diversification plus forte de formations diplômantes en France également.  Enfin, la VAD et surtout l’e‐commerce sont des secteurs à haute intensité de main‐ d’oeuvre qualifiée féminine.  12
  • 13. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBSelon notre enquête, les femmes:  Sont plus jeunes que les hommes (50% entre 25 et 35 ans),  Sont plus diplômées , avec 42% de bac+5 (master) au lieu de 40% chez les hommes. 13
  • 14. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBL’ÂGE 14
  • 15. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB Une population active plus jeune que dans les autres secteurs de l’économie 15
  • 16. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB La population des répondants présente un profil globalement beaucoup plus  jeune que la pyramide générale des âges de la population active dans les autres  secteurs.  Faut‐il le rappeler? Internet a moins de 20 ans dans son développement.  Entre la France et la Belgique, une différence  existe:  les < 25 ans sont trois fois  plus représentés en France  (23% contre 8%), de même que chez les 25‐35 (50 %  contre 41%), avec une représentation de 73% pour les < 35 ans, contre 49 % en  Belgique.  Signalons que les > 45 ans représentent 14,5%, un niveau non négligeable de  personnes qui ont toutes eu une autre vie avant Internet et furent souvent des  pionniers. La répartition selon le genre est équilibrée et ne présente pas de différences  notables, sauf  une présence féminine  légèrement  plus forte chez les < 25 ans et 25‐35 ans.  pour les > 55 ans, un niveau d’activité féminine moitié moindre que chez les  hommes: 2,5% contre 5,4%, mais ce phénomène n’est pas spécifique à l’Internet. 16
  • 17. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBPLUS JEUNE QUE DANS LES TIC AU SENS STRICT?  Nos données ont été croisées avec celles de l’enquête démographique, publiée  en 2012 par la  FTU sur les métiers informatiques (hors Telecom).  La comparaison avec les seuls profils belges présente une pyramides des âges  sensiblement  similaire. Ce résultat, à priori surprenant dans une filière jeune, peut s’expliquer par deux  facteurs: une plus grande perméabilité avec les métiers de l’IT, rôle de la formation continue  (de requalification).  A l’inverse, la France présente un profil beaucoup  plus jeune, lié pour partie aux régimes de  formation professionnelle et d’alternance (chez les < 25 ans), mais au‐delà, la tranche d’âge 25‐ 35 est également davantage représentée. Effet d’une économie numérique que les  17 benchmarks internationaux décrivent comme plus largement développée? Effet startup? Effet  de la formation?
  • 18. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBLE STATUT ACTUEL 18
  • 19. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBUn niveau relativement faible de salariés: environ 65% 19
  • 20. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBPar rapport à la population active générale, notre panel présente une série de caractéristiques significatives: Le salariat (CDD et CDI) ne représente pas plus de 64 % de la population observée, alors qu’il  dépasse les 90 % de la population active employée. Les travailleurs précaires  (CDD, interim, stagiaires,…) sont surreprésentés dans la population  active, avec plus de 20%. 25% sont indépendants (12,4%) ou dirigent une entreprise (12.7%),.  Soit un taux particulièrement élevé par rapport à la population générale où le taux  d’activités indépendante est de 8 à 10%.  Par contre, nous nous retrouvons dans des valeurs qui corroborent d’autres  études  proches, comme celle de l’AWT en 2009 établissant que  plus de 35% des travailleurs des  TIC sont des indépendants (et même 58% si on intègre les indépendants à titre  complémentaire).  Le dispositif des auto‐entrepreneurs le favorise aussi en France. 10,4% d’étudiants stagiaires ou en alternance, qui dissimule un écart très fort entre la France  (15,5%) et la Belgique (1,9%) où les stages sont extrêmement limités et où l’alternance est quasi  absente.  Ce fort taux de stagiaires peut être perçu comme une précarisation de l’emploi, et une  variable d’ajustement économique,  mais aussi comme une opportunité de  20 professionnalisation des jeunes et de mise à l’emploi.
  • 21. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB QU’EN EST‐IL  DU GENRE? 73 % des femmes sont salariées vs 60% d’hommes. Le statut d’indépendant séduit moins les femmes, mais demeure élevé (10,3% vs 13,5%). Par contre, le nombre de femmes chefs d’entreprise ne dépasse pas 2,3%, soit environ une chef d’entreprise pour neuf hommes. A l’inverse, elles sont nettement plus nombreuses comme stagiaires, étudiants en alternance,  etc. et représentent en valeur absolue le même nombre que les hommes (environ 50%), ce qui  21 s’expliquera par la suite en fonction des métiers exercés.
  • 22. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB FRANCE BELGIQUE Un moindre niveau de salariat en Belgique, au profit du statut d’indépendant, confirme d’autres  études proches en Belgique (AWT) et en Europe (cfr supra). Les deux autres éléments significatifs sont:  La part élevée de stagiaires et étudiants en alternance en France;  Un niveau plus élevé de demandeurs d’emploi en Belgique que l’on peut expliquer pour partie par  le métier de base de Technofutur TIC (biais de l’étude), mais qui reflète aussi les autres rapports  22 et études démontrant les écarts importants sur le marché du travail et les qualifications de  demandeurs d’emploi. Cfr les études Evoliris à Bruxelles.
  • 23. # 3Y a‐t‐il une vie avant le Web?ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB 23
  • 24. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB Près de 60% des salariés du Web ont exercé préalablement un  autre métier hors du Web. On monte jusqu’à 75 % parmi les  dirigeants d’entreprises. En Belgique et en  France, L’exercice  d’un  métier autre  préalable  suit la  courbe des âges.  Il n’y a pas d’écart  significatif entre  France et Belgique,  ainsi qu’entre  hommes et femmes. Même les <25 ans  sont environ 40% à  avoir exercé un  métier ou une  fonction  tierce. 24
  • 25. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBMoins une famille de métiers exige une maîtrise avancée de compétences technologiques (comme pour le marketing, la communication, la gestion de contenu) plus le niveau de reconversion professionnelle y est élevé. Ce  qui corrobore d’autres études liées aux TIC. 25
  • 26. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBLe phénomène de reconversion est directement lié à l’âge des répondants.  Toutefois, même la moitié des <25 ans a pratiqué un métier autre que  directement lié à Internet. 26
  • 27. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBNOMBRE D’EMPLOIS DÉJÀ EXERCÉS 27
  • 28. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBLa mobilité professionnelle supérieure en Belgique tient en large partie à la  pyramide des âges plus élevée. 28
  • 29. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBLa mobilité professionnelle est similaire en France et en Belgique. 29
  • 30. #4# 3Formation et mode d’acquisition des compétencesENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB 30
  • 31. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBEn Belgique, en France, comme dans d’autres pays proches, environ la moitié des travailleurs qualifiés dans les TIC ont une qualification initiale autre que dans l’informatique et ont acquis leurs compétences par des voies diverses. Qu’en est‐il dans le Web, secteur encore jeune et aux contours mal définis, où les premières formations initiales spécialisées apparaissent aux environs des années 2000? 31
  • 32. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBQUEL EST VOTRE NIVEAU D’ÉTUDES? 32
  • 33. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBAlors que 40% des travailleurs belges ont le plus souvent l’équivalent d’un  bachelier (Bac+3, les Français poussent leurs études jusqu’au master  (Bac+5) à hauteur de 50%.  33
  • 34. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBComme dans d’autres secteurs d’activités, les femmes se forment plus longtemps et sont donc intrinsèquement davantage qualifiées, en France comme en Belgique. 34
  • 35. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBDOMAINE DE VOTRE FORMATION INITIALE? 35
  • 36. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBLes TIC et sciences technologiques représentent moins de 30 % des  formations initiales des répondants, laissant la place à une très  grande variété. 36
  • 37. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB Au‐delà même des réponses suggérées, 20% des répondants ont proposé  d’autres filières de formation et diplômes. C’est dire l’étendue très large du  spectre professionnel initial. Les TIC et sciences technologiques représentent moins de 30 % des formations  initiales (22% chez les femmes). Les formations à finalité graphique représentent moins de 8% des cursus. 1/3 des nouveaux bataillons du Web sont issus:  Du marketing  De la communication  Du management Aves une prédilection plus forte des femmes pour les métiers de la  communication et la littérature. L’écart principal entre France et Belgique tient en une représentativité quasi  37 double des métiers du webdesign et de la communication chez la seconde.
  • 38. Le succès des  Ecoles privées  de l’Internet…ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBBIEN FORMÉ OU PRÉPARÉ À INTERNET? 38
  • 39. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB Au terme de votre formation initiale (principale et/ou complémentaire),  vous estimiez‐vous bien formé aux métiers de lInternet? 54 % des Français pensent qu’ils n’étaient pas du tout ou très mal préparés aux  métiers de l’Internet. Et plus de 75% des Belges. Ce qui s’explique par les difficultés de la formation initiale à intégrer les TIC  39 dans ses cursus existants et à imaginer de nouveaux diplômes.
  • 40. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBCOMMENT AVEZ‐VOUS ALORS ACQUIS VOS  40COMPÉTENCES?
  • 41. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB C’est l’art de la débrouille (auto‐formation, veille), bien loin devant les formations  initiales complémentaires ou la formation en entreprise, qui prédomine. Différence notable France‐Belgique: les politiques publiques d’insertion  professionnelle: stages, contrats pro,.. vs requalification. 41
  • 42. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBALTERNANCE, PROFESSIONNALISATION,… 42
  • 43. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBLa Belgique ne rate‐t‐elle pas une opportunité, au moment où le rapport Gallois en  France invite à renforcer les contrats de professsionnalisation, à l’instar de  l’Allemagne? 43
  • 44. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBAlternance, stages de longue durée, professionnalisation… jusqu’à 40%  des jeunes Français passent par la case Entreprise au cours de leur  formation initiale.100%90%80%70%60%50% Non40% Oui30%20% 10% 0% 44 < 25 25 < 35 35 < 45
  • 45. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBFORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE EN  45ENTREPRISE
  • 46. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBUn salarié sur deux n’a suivi aucune journée de formation en France en  2011. Contre seulement un tiers des Belges.  La courbe belge suit celle d’autres enquêtes dans l’IT (DataNews) à  l’exception de la surreprésentation des >10 jours. 46
  • 47. Une greffe qui  tarde à prendre.ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBFORMATION À DISTANCE 47
  • 48. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB Sans commentaire ! L’avance de la Belgique est cependant relative et doit être elle‐ même comparée aux pays européens les plus avancés, comme la Grande‐Bretagne.Le niveau de non‐usage en France est équivalent à celui des autres secteurs d’activité. 48
  • 49. # 4 #5 Votre emploi actuelSALARIÉS UNIQUEMENTENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB 49
  • 50. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBSTRUCTURE DANS LAQUELLE VOUS TRAVAILLEZ 50
  • 51. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBDifficile de tirer des conclusions claires et définitives sur l’activité des  structures au sein desquelles travaillent les salariés de l’Internet. 51
  • 52. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBDifficile de tirer des conclusions claires et définitives sur l’activité des structures au sein desquelles travaillent les salariés de l’Internet:  Un tiers seulement travaille dans une société de service Internet, ce qui est relativement  peu.  Les SSII se « webisent », non seulement dans leurs activités, mais aussi dans la  perception de leurs collaborateurs.  En se référant à des études TIC, on pouvait s’attendre à davantage de professionnels en  fonction auprès des clients (soit environ 50%).  Il existe un spécialisation supérieure des agences Web en France, du moins par le  volume d’emploi.  La dynamique de l’entreprenariat numérique (pure players) est plus élevé en France, ce  qui se traduit directement dans l’emploi. Les femmes…  sont davantage présentes (F comme B) dans les entreprises clientes (34% vs 22%  d’hommes);  sont peu actives dans les SSII (fonctions plus techniques);  Ont le même positionnement que les hommes pour le reste. 52
  • 53. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB Côté clients…  Mais qui sont les clients qui emploient eux‐mêmes des personnels qualifiés? Notre sondage  indique que la moitié des travailleurs relèveraient du public, du non‐marchand et de la  culture.  Avec une prédominance plus forte en Belgique, notamment sur des fonctions de  communication, gestion de contenu, etc. Secteur public et assimilé Commerce 6% 5% Non‐marchand et associatif 6% 5% 26% Culture, médias, loisirs 7% Autre 15% 15% 15% Banque, assurance Industrie, transport, BTP,… Tourisme, hôtellerie, restauration Produits de grande 53 consommation
  • 54. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBBelgique France 54
  • 55. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBTAILLE DES ENTREPRISES 55
  • 56. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBTravailleurs auprès des prestataires de services (offre) Presque un travailleur sur deux en Belgique travaille dans une structure de moins de  5 personnes. Et près de 60% dans des TPE de <10 personnes. Pour moins de 40% en France. La taille des marchés influe sur cette taille, mais cette moindre envergure implique  de réelles conséquences de positionnement, de qualification, de compétence. 56
  • 57. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBTravailleurs engagés par les clients (demande)/ Le constat est le même (B< F) 57
  • 58. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBTravailleurs de la Net‐Economie (120 répondants) : startups, pure players… Même constat: les tailles d’entreprises sont plus petites. En termes de compétitivité internationale, n’y a‐t‐il pas là une faiblesse structurelle,  voire une menace? 58
  • 59. Le Web  n’appartient  pas aux ITENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBQUEL TYPE DE FONCTION EXERCEZ‐VOUS? 59
  • 60. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB 60
  • 61. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB De nombreux référentiels métiers existent et on en identifie jusqu’à près de 80, voire plus.  Nous‐mêmes avons posé la question de l’emploi exercé. Vu le risque d’éclatement important,  nous avons également posé la question de la « famille » de métiers, nous inspirant des travaux  de la DUI en France. Un constat principal de cette étude est que les travailleurs qui s’identifient aux métiers du  Web sont essentiellement des professionnels du marketing, de la communication, de la  stratégie, de la gestion de projet. Loin devant les fonctions techniques, pourtant plus  nombreuses que l’enquête ne le laisse apparaître. Et cette focalisation sur ces fonctions est encore plus forte en France, alors que les répondants  « techniques » sont près de 50% en plus en Belgique. Reflet de deux économies différentes? En termes d’âge,   La moitié des professionnels entre 25 et 55 ans se trouvent dans la communication et le  marketing.   Les plus de 55 ans se positionnent dans la production et gestion de contenu (40%) et dans  la gestion de projet (30%). 61
  • 62. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB Moins une fonction est technologique, plus elle se féminise, quitte même à ce que les  femmes y soient quasi à égalité avec les hommes (cfr marketing et communication).  L’enquête conforte d’autres études sur ce point. A l’inverse, elles sont quasi absentes de tout ce qui est programmation et réseaux. 62
  • 63. Une armée  mexicaine?ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBNIVEAU DE RESPONSABILITÉ 63
  • 64. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBUne armée mexicaine? Mais aussi des organisations plates, une  responsabilisation forte,… 64
  • 65. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB 64% des répondants se déclarent sur des fonctions à responsabilités:  Les experts seniors  et consultants représentent environ 30%,   les managers de projets, d’équipes, de département 34%. Dans une population professionnelle jeune, l’accès aux responsabilités est rapide. Près d’une personne sur deux peut être assimilée à un cadre. Les femmes subissent le phénomène du plafond de verre:  Elles sont surreprésentées parmi les stagiaires (+3%) et les experts juniors (+8%)  Elles font jeu égal avec les hommes sur la fonction de chef de projet  Elles sont quasi moitié moins dans les fonctions de direction (11% contre 19%) La distribution entre France et Belgique est similaire sur les types de fonctions,   à l’exception des fonctions senior d’expert ou de chef de projet: 42% des Belges se  déclarent sur ces fonctions, contre 24% en France. Effet de taille de plus petites entreprises  mais aussi reflet organisationnel. 65
  • 66. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBANCIENNETÉ DANS LA STRUCTURE 66
  • 67. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB 67
  • 68. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB Plus de 65 % des salariés – hors stagiaires (70% avec ceux‐ci) ‐ sont dans la  même structure depuis moins de 3 ans, soit un niveau de rotation élevé  par rapport à tous les autres secteurs.  Le même constat est porté, du côté de l’offre et des startups comme du  côté de la demande. Le phénomène est nettement plus élevé en France avec 72%, contre 58%  en Belgique. Effet de croissance plus rapide et/ou  de politique RH?  Forme d’agilité organisationnelle? Forme d’instabilité? Faiblesse dès  lors? Les femmes seraient étonnement plus mobiles que les hommes,  puisqu’elles sont 43%, contre 37% à être depuis moins d’un an dans  l’entreprise. 68
  • 69. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBMieux vaut employer un IT qu’un communicant ! En effet, les salariés attachés à des fonctions plus techniques liées au  développement ou aux interfaces se révèlent plus stables. A l’inverse des fonctions liées au marketing ou à la communication. 69
  • 70. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBCANAUX DE RECRUTEMENT 70
  • 71. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB Petite annonce dans la presse Blog perso, CV numérique,… Candidature spontanée Twitter Service public de lemploi Stage, contrat pro Série1 Cabinet de recrutement Promotion interne Linkedin, Viadeo, autres réseaux pro Bouche‐à‐oreille Site doffres (job board)Cooptation ou contact direct avec l’employeur 0% 5% 10% 15% 20% 25% 30% 71
  • 72. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBSi chaque pays conserve certaines particularités, des constantes se détachent et les modes de recrutement sont similaires:  Le rôle du contact direct, de la cooptation  avec l’employeur (n°1), ainsi que du buzz,  La place toujours importante de job boards,  Le rôle émergent des réseaux sociaux pro comme Linkedin ou Viadeo qui reste  incontournable en France;  La stage, ici relativisé (5%) mais, qui occupe la 2e place quand il s’agit du premier  emploi en France (24%). 72
  • 73. # 4 #6 Conditions de travailSALARIÉS UNIQUEMENTENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB 73
  • 74. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBTYPE DE CONTRAT DE TRAVAIL 74
  • 75. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB Les niveaux de CDD et CDI sont quasi semblables en Belgique et en France. Les CDD sont supérieurs d’environ 50% à la moyenne régionale wallonne,  avec 13,5% de CDD chez les hommes (vs 8%) et 18,1% chez les femmes (vs 12%). 75 http://www.ftu.be/documents/ep/2011_Etude_qualite_emploi_travail_femmes.pdf
  • 76. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBDURÉE DU CONTRAT DE TRAVAIL 76
  • 77. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB Le temps plein représente l’écrasante  majorité des statuts en France comme en  Belgique. En Belgique, le régime du temps partiel  est davantage développé, tant auprès  des hommes que des femmes. (1) Néanmoins, ce niveau de 16% (France) est  largement inférieur à la moyenne belge  de 44%. 77 (1) http://www.ftu.be/documents/ep/2011_Etude_qualite_emploi_travail_femmes.pdf
  • 78. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBFLEXIBILITÉ DES HORAIRES 78
  • 79. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB En Belgique comme en France, environ la moitié des travailleurs salariés  a des horaires flexibles. 20 % des travailleurs ont même une grande latitude dans leur fixation. 79
  • 80. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBMOBILITÉ DE LA FONCTION 80
  • 81. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB En termes de mobilité de fonction (fixe, mobile, nomade), de grands écarts se  manifestent entre France et Belgique:On circule plus souvent en Belgique (plus de 50%), moins en France.Et les femmes en Belgique sont quasi aussi mobiles que les hommes (2% d’écart).Par contre en France, elles seraient nettement plus sédentaires : 67% à exercer une fonction fixe, contre 54% pour les hommes. 81
  • 82. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBAUTONOMIE DE TRAVAIL 82
  • 83. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB L’organisation du travail des salariés ne dépend ni de la nature de la structure ni du  pays. Elle n’est guère en adéquation avec les discours ambiants sur les nouveaux modes  de gestion. Même les chefs de projets répondent à 50% travaillent selon des canevas classiques  d’organisation.  Les plus autonomes sont les producteurs et gestionnaires de contenu. 83
  • 84. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBLES EXTRA DE LA FONCTION…. 84
  • 85. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB 85
  • 86. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB 90% des employés effectuent des heures supplémentaire fréquemment  ou parfois, hommes et femmes étant sur le même bateau. 60% ramènent du travail chez eux, le soir ou le weekend, les femmes le  faisant un peu moins, à hauteur de 55%. 70% adaptent peuvent adapter leurs horaires à des contraintes  personnelles. 60% doivent adapter leur vie de famille à des contraintes  professionnelles. Le télétravail organisé demeure limité (10%), même si des formes  de  tolérance existent (20%). Les Belges font un peu moins d’heures supplémentaires au bureau (14%  vs 6% des Français) et ramènent moins de travail à domicile (56% vs  66%)… avec une durée de travail hebdomadaire plus longue (38 heures  86 vs 35).
  • 87. Mon travail,  c’est ma vie.ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBJUSTIFICATION DES HEURES SUPPLÉMENTAIRES 87
  • 88. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB La raison première invoquée est – sans surprise – le besoin clientèle: urgence, pic d’activité. Les femmes seraient un peu moins enclines à leur faire par plaisir, satisfaction (48% contre 54%). Des entreprises belges mieux organisées? Seuls 66% invoquent cette cause contre 77% en  France. Ils sont aussi plusieurs points sous la moyenne française sur l’argument du manque de  personnel. 88
  • 89. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBETES‐VOUS SATISFAIT? 89
  • 90. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB  Indice de satisfaction des horaires de travail :  94% Belgique  89% France  Vos horaires de travail 6% Insatisfait 11% 52% Satisfait Belgique 58% France 42%Très satisfait 31% 90 0% 20% 40% 60% 80%
  • 91. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB  Indice de satisfaction du volume de travail confié :  82% Belgique  86% France Volume de travail Insatisfait 18% 14% Satisfait 54% Belgique 64% France Très satisfait 28% 22% 0% 20% 40% 60% 80% 91
  • 92. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB  Indice de satisfaction quant aux responsabilités :  83% Belgique  79% France Niveau de responsabilité 17% Insatisfait 21% 58% Satisfait Belgique 58% France 25%Très satisfait 21% 0% 20% 40% 60% 80% 92
  • 93. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB   Indice de satisfaction quant à la reconnaissance  de leur travail :  73% Belgique  72% France Reconnaissance du travail accompli 27% Insatisfait 28% 50% Satisfait Belgique 49% France 23%Très satisfait 22% 93 0% 20% 40% 60%
  • 94. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB  Indice de satisfaction sur les perspectives de carrière :  64% Belgique  69% France Perspectives de carrière 36% Insatisfait 31% 50% Satisfait Belgique 51% France 13%Très satisfait 18% 94 0% 20% 40% 60%
  • 95. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB   Indice de satisfaction des salaires et revenus :  65% Belgique  62% France Revenus 35% Insatisfait 38% 58% Satisfait Belgique 54% France 7%Très satisfait 8% 0% 20% 40% 60% 80% 95
  • 96. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB  Indice de satisfaction sur la politique de formation :  65% Belgique (similaire à l’étude 2011 de DataNews)  61% France Politique de formation  Insatisfait 35% 39% Satisfait 41% Belgique 48% FranceTrès satisfait 24% 13% 0% 20% 40% 60% 96
  • 97. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB  Les relations avec les collègues…  95% Belgique  95% France Relations avec les collègues 5% Insatisfait 5% 47% Belgique Satisfait 47% France 48%Très satisfait 48% 97 0% 20% 40% 60%
  • 98. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB • Les relations avec leurs supérieurs… • 87% Belgique • 85% France Relations avec les supérieurs Insatisfait Satisfait Belgique FranceTrès satisfait 0% 20% 40% 60% 98
  • 99. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBETES‐VOUS D’ACCORD AVEC LES AFFIRMATIONS  99SUIVANTES?
  • 100. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB95% de travailleurs satisfaits de leur travail – quel que soit le niveau de responsabilités !Mais s’il y avait un peu plus de temps, moins d’urgence, plus d’organisation… 100
  • 101. Sont‐ils jamais  fatigués?ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBACTIVITÉS COMPLÉMENTAIRES 101
  • 102. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB1/3 des salariés exercent une activité complémentaire…  Avec des hommes davantage workaholics (40%) que les femmes (20%). L’activité complémentaire est liée au web pour 64% des hommes contre  37% des femmes. 102
  • 103. # 4 #7 Rémunérations et avantagesSALARIÉS UNIQUEMENTENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB 103
  • 104. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBRÉMUNÉRATIONS SALARIALES BRUTES 104
  • 105. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBEn France comme en Belgique, la moitié des salariés gagnent moins de  2500 € brut. Et 85 % des salariés gagnent moins de 3500 € brut. 105
  • 106. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB Le salaire nominal brut médian – tous métiers et niveaux de responsabilités confondus ‐ est de:  2250 > 2350 € en Wallonie  2600 > 2700 € à Bruxelles  2300 > 2400 € en NPDC  2750 > 2850 € à Paris Une estimation sur base du salaire moyen place le NPDC, la Wallonie et Bruxelles aux  environs de 2650 €. Soit pour le NPDC, moins que le salaire brut moyen français qui sélève  à 2 764 € (cfr JDN). Mais avec un population beaucoup plus jeune. Les hautes rémunérations (>4500 €) concernent moins de 5% des salariés. la dispersion des salaires sexplique principalement par la taille des entreprises. Plus  lentreprise est importantes, plus les salaires y sont élevés. Avec un écart pouvant  atteindre 30% entre les plus petites et les plus grandes (cfr JDN). La volumétrie de répondants ne permet pas d’affiner les variations de pays à pays ou de  région à région, néanmoins:  De plus hautes rémunérations à Bruxelles et Paris s’expliquent avec le coût de la vie  des régions capitales. 106  La bonne tenue du NPDC s’explique aussi par une histoire et un capital intellectuel  associé au commerce, à la VAD, à l’e‐commerce. Nos données recoupent globalement d’autres enquêtes.
  • 107. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBL’égalité hommes‐femmes n’existe pas, principalement sur les fonctions à responsabilités.  66 % des salariées gagnent moins de 2500 €/mois, pour 44% d’hommes.  Les hautes rémunérations à plus de € 4,500 sont quasi exclusivement masculines. 107
  • 108. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB Le top 3 des métiers les mieux payés?  1° chef de projet, 2° marketing‐communication, 3° technique. Les moins bien payés? Les métiers du graphisme, de la gestion de contenu et de la formation. 108
  • 109. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBDans un secteur disposant de peu de formations initiales et où l’expérience est importante, il subsiste une corrélation forte et directe entre les salaires  et le niveau d’études. Et une césure entre les titulaires de Bac+3 et de  Masters (Bac+5). 109
  • 110. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB EVOLUTION DES REMUNERATIONS  SELON LE NIVEAU DE RESPONSABILITÉ45%40%35%30% Expert junior25% Expert senior & consultant20% Chef de projet15% Responsable d’unité, de  département10% 5% 0% < 2000 € 2000 <  2500 <  3000 <  3500 <  4000 <  4500 <   > 5000 € 110 2500 € 3000 € 3500 € 4000 € 4500 € 5000 €
  • 111. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB EVOLUTION DES REMUNERATIONS SELON LE SECTEUR EN FRANCELa motivation de travailler en agence ou chez un pure player est loin d’être financière. Respectivement 62% et 51% des salariés y gagnent moins de 2500  € par mois, pour moins de 30% en SSII et 40% chez les clients.35%30%25% Agence20% SSII15% Pure Player Entreprise ou structure cliente de10% services web 5% 111 0% < 2000 € 2000 <  2500 <  3000 <  3500 <  4000 <  4500 <   > 5000 € 2500 € 3000 € 3500 € 4000 € 4500 € 5000 €
  • 112. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBPART VARIABLE DE RÉMUNÉRATION 112
  • 113. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBLa part variable de rémunération est une pratique nettement plus  courante en France qu’en Belgique : 41% contre 19%. En Belgique, 12% des femmes en bénéficient pour 23% des hommes. En France, 33% de femmes en bénéficient pour 47% des hommes. 113
  • 114. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBEn BELGIQUE, la part variable de rémunération demeure exceptionnelle et ne répond  pas à des schémas systématiques. 114
  • 115. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBEn FRANCE, la part variable de rémunération relève d’une politique davantage  systématique et est directement associée au niveau de responsabilité. 115
  • 116. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBEn France, la part variable de rémunération dépend directement de la taille de l’entreprise:  27% 0 – 5 collaborateurs  36% 6 – 10 collaborateurs  27% 11 – 20 collaborateurs  38% 21 – 50 collaborateurs  39% 51 – 100 collaborateurs 116
  • 117. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBVALEUR DE LA PART VARIABLE 117
  • 118. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBMoins fréquente en Belgique, la part variable de rémunération y est aussi moins haute et représente dans presque la moitié des cas moins de 1000€ par an, alors  qu’elle s’élève principalement entre 1000 et 3000 € en France. 118
  • 119. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBEn France, la valeur de la part variable se révèle plus favorable  aux fonctions supérieures. 119
  • 120. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBAVANTAGES COMPLÉMENTAIRES 120
  • 121. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB A chaque pays son ingénierie fiscale et sociale.La fameuse voiture de société à disposition d’un salarié belge sur quatre! Mais avec un  important écart: 16% chez les femmes, pour 31% des hommes. L’intéressement au capital concerne 3 salariés français sur 10.  121
  • 122. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBBELGQIUE – à la recherche de l’ingénierie fiscale, avec un TREL BEL AVANTAGE:  la  voiture de fonction bénéficiant à 25% des salariés. 122
  • 123. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBFRANCE – plus sociale? Les assurances complémentaires en tête, devant les titres‐ repas et la participation au capital (4e). 123
  • 124. La crise fait  sentir ses  effetsENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBL’ÉVOLUTION DES RÉMUNÉRATIONS 124
  • 125. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB Depuis un an, les rémunérations sont restées stables pour 49% des salariés. On observe une tendance semblable pour 40% des indépendants et 46% des  chefs d’entreprise. 125
  • 126. # 7 #8 Mobilité transfrontalièreENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB 126
  • 127. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBMOBILITÉ DES ÉTUDES 127
  • 128. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB20% de travailleurs ont étudié en tout ou partie dans un autre pays. Les programmes européens  d’échange constituent le premier facteur de mobilité, juste devant la nationalité d’origine. Ils démontrent leur utilité dans des secteurs innovants. Notons également que les femmes un peu  plus mobiles que les hommes pour leurs études (25,1% contre 21,7%).  128
  • 129. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB  Les pays de référence se révèlent  absolument différents en France et en  Belgique.   Les pays d’étude reflètent pour partie la  nationalité d’origine, pour partie le rôle des  programmes d’échange, pour partie des  choix délibérés.  Il importe également de signaler une  présence française non négligeable en  Belgique.  La Grande‐Bretagne, les USA et le Canada  (pays exemplaires pour le numérique)   exercent un attrait puissant en F, alors que  leur classement est nettement moins bon en  Belgique. FranceDANS QUEL(S) PAYS AVEZ‐VOUS  RÉALISÉ TOUT OU PARTIE DE  CETTE SCOLARISATION? 129 Belgique
  • 130. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBMOBILITÉ PROFESSIONNELLE 130
  • 131. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBAlors que e nombre de citoyens qui vivent et travaillent dans l’Union dans un Etat autre  que le leur plafonne à 2 %, un chiffre stagnant en dépit des politiques volontaristes de  l’Union européenne,  ce taux est de 6 à 10 fois supérieur dans l’Internet.  131
  • 132. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB  Les pays de travail reflètent pour partie  la nationalité d’origine des travailleurs,  pour partie des choix délibérés.  On constate une forte attraction en  France de la Grande‐Bretagne, mais peu  ont exercé en Belgique, les Belges ont  souvent une étape en France.  Une part significative de Français, formés  en France, exercent en Belgique.  Le passage par le GD de Luxembourg  n’étonne guère en Belgique. FranceDANS QUEL(S) AUTRE(S) PAYS  AVEZ‐VOUS TRAVAILLÉ? 132 Belgique
  • 133. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBMOBILITÉ PROFESSIONNELLE FUTURE 133
  • 134. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB Environ 70% des répondants sont prêts à travailler à l’étranger. 74% des hommes y sont prêts, pour seulement 66% des femmes.La perspective de mobilité transnationale diminue avec l’âge, ce qui s’explique  aisément. 134
  • 135. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB  Ici, de nouveau, les pays anglo‐ saxons exercent une forte  attractivité en France.  En Belgique, la France apparaît  comme le premier pays de  référence, ce qui peut s’expliquer  (taille du marché, attractivité de la  langue, modèle culturel,..). France DANS QUEL(S) AUTRE(S) PAYS SERIEZ‐VOUS DISPOSÉ À TRAVAILLER? 135 Belgique
  • 136. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBINCITANTS & FREINS  136À LA MOBILITÉ PROFESSIONNELLE
  • 137. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB Belges comme Français invoquent les mêmes motivations, l’écart sur la raison multiculturelle (17%) s’explique  en partie par la différence de pyramide d’âges, mais pas seulement. Des Belges plus pragmatiques et moins rêveurs? Un paradoxe pour un petit  pays accueillant la capitale de l’Europe. 137
  • 138. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB A l’exception de la maîtrise des langues, certainement sous‐estimée par les répondants, les raisons personnelles (habitation, famille, amis) sont des freins communs en Belgique  et en France, avec – de nouveau – des Belges un peu plus frileux, quelles que soient les  autres variables (dont l’âge). 138
  • 139. # 8 #9 Perspectives d’avenir & esprit d’entrepriseENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB 139
  • 140. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBCHANGER D’EMPLOYEUR ? 140
  • 141. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB43% l’envisagent clairement, 34% si les circonstances  y sont favorables, soit 7 travailleurs sur 10 ! 141
  • 142. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBENVISAGEZ‐VOUS DE CHANGER D’EMPLOYEUR DANS LES 2 ANS? La mobilité professionnelle et la « bougeotte » saisissent toutes les catégories de travailleurs:  jeunes et moins jeunes, hommes et femmes, qualifiés et moins qualifiés, précaires et stables.  43% l’envisagent clairement,  34% si les circonstances y sont favorables. La principale variable tient à l’âge:  61 % des <25 ans le pensent (certainement ou probablement), ce qui peut s’expliquer pour  partie par des statuts plus précaires, mais pas seulement.  42% des 25‐35 ans l’affirment aussi.  38% des 35‐45 ans l’envisagent toujours. Par contre, on dit les femmes moins mobiles? 46 % se déclarent prêtes au départ, contre  seulement 36% des hommes. Les écarts France‐Belgique tiennent principalement à la différence d’âge. 142
  • 143. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBPOUR QUELLES RAISONS? 143
  • 144. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBVOS MOTIVATIONS à CHANGER D’EMPLOYEUR? Unanimement, en France comme en Belgique, hommes comme femmes, moins qualifiés ou  pas, tous s’accordent sur les mêmes motivations, où les raisons qualitatives (challenge, cadre  de travail) s’imposent sur les seules questions salariales. 144
  • 145. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBESPRIT D’ENTREPRISE, ES‐TU LÀ? 145
  • 146. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB 146
  • 147. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB24 % envisagent de créer leur entreprise dans les trois ans et 32% attendent l’opportunité ou le moment favorable. Soit près de 60% des salariés. L’esprit d’entreprise prédomine parmi les travailleurs du Web, où le  salariat n’apparaît pas comme le statut majoritairement souhaité, à  l’inverse du reste de la population. Effet d’une culture partagée et d’une symbolique forte du starter ?  Médiatisation aussi des réussites. Effet des réseaux, etc. Au‐delà des  difficultés et de la réalité des chiffres. Une opportunité à saisir pour les  autorités publiques. Rappelons aussi que 22 % des répondants sont eux‐mêmes  entrepreneurs, alors que ceux‐ci ne dépassent pas 12% de la population en  Belgique et 10% en France selon les études européennes. 147
  • 148. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBCreusons un peu les données…. Les salariés sont d’abord attentistes face à la création d’entreprise  (pourquoi pas?, si j’en ai la possibilité) . Mais 29 % l’envisagent clairement. Les travailleurs en CDI, en premier, sont disposés à prendre le risque de la  création. Les femmes moins entrepreneuses: seulement 17 % de candidates  ouvertement déclarées. Au‐delà du cliché, une réalité que les contraintes  des métiers de l’Internet peuvent expliquer: durée du travail, horaires,  souplesse, risque,…. Seuls 36% des hommes ne veulent pas entendre  parler d’entreprenariat. Par contre, 58% des femmes y sont opposées. Les moins de 25 ans sont les plus ouverts à l’idée de création d’entreprise  (63%), même s’ils ne savent pas comment s’y prendre ou quoi créer. Les  25‐35 ans suivent de près, talonnés par les 36‐45 ans qui gardent une forte  flamme entreprenariale. L’opposition à l’idée même d’entreprendre ne  148 devient majoritaire que chez les > 55 ans.
  • 149. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBDes Belges plus entrepreneurs ?!?!? Au contraire, les Wallons davantage enclins à entreprendre. Or, selon les benchmarks européens:  62% des Belges préfèrent être employés  pour 30% être indépendants,  55 % des Français préfèrent  être employés pour 41 %  être indépendants. Plus qu’un écart insolite,  on peut y déceler l’impact  d’une politique incitative,  d’un maillage territorial  par de nombreux acteurs,  l’influence des réseaux  formels ou non. 149
  • 150. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEBQUE FEREZ‐VOUS DANS L’AVENIR? 150
  • 151. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB 151
  • 152. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB Des travailleurs épanouis, dans un secteur en croissance, malgré les  incertitudes liées aux évolutions technologiques. Quels que soient le genre, l’âge, le métier, le statut,  etc. les écarts sont  non significatifs et 74% des travailleurs du Web s’imaginent toujours bien  dans l’Internet à l’horizon de 5 ans. Moins de 10% pensent qu’ils intégreront des fonctions avec plus d’off‐line.  Ce qui soulève une interrogation de fond sur la perception de la montée  en puissance du « cross‐channel ». Seuls 2% pensent qu’ils auront quitté la sphère du Web, hors question de  retraite. 152
  • 153. # 8  #10 QUELQUES CONCLUSIONSENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB 153
  • 154. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB Les professionnels qui se reconnaissent dans l’Internet sont relativement éloignés  des profils TIC conventionnels. Ce sont des communicants, des pros du marketing,  des gestionnaires de contenus, etc., davantage que des techniciens.  La formation, initiale et continue, doit approfondir sa mue, intégrer le numérique  dans ses cursus existants, en ouvrir de nouveaux, préparer à  l’entreprenariat. On  arrive encore très (trop) souvent par l’Internet indirectement. Les travailleurs sont largement dispersés dans le tissu économique, leur  dénombrement et leur identification soulèvent les questions de toute fonction  transversale. Ils sont jeunes, généreux, volontaires, dynamiques, à la recherche de challenges,  mobiles dans leurs études et emplois, acceptant un haut niveau de précarité. La rémunération est loin d’être le premier facteur d’engagement : le secteur a une  notoriété positive et les travailleurs y recherchent une satisfaction personnelle  forte. Mais ils sont hautement volages. Travailleurs autonomes et atypique (CDD, stagiaires, contrats pro)  représenteraient près de 30% de l’emploi : une forte variable d’ajustement. Les femmes y sont plus nombreuses (1/3) que dans les TIC, mieux qualifiées que les  hommes, y disposent de réelles perspectives d’avenir, mais les discriminations de  genre existent toujours. 154
  • 155. ENQUÊTE SUR LES MÉTIERS & PARCOURS DU WEB Stages et contrats pro devraient être davantage généralisés comme leviers pour  intégrer la filière, qui manque de professionnels spécifiquement formés. Twitter, Linkedin et Viadeo émergent, mais les job boards maintiennent leur part  de marché en matière de recrutement. Les possibilités de progression professionnelle y sont rapides et l’organisation  favorise une responsabilisation des collaborateurs. Le régime légal horaire de travail… on ne connaît pas. On ne compte pas ses  heures, intuitivement on est conscient d’un nouvel univers à découvrir et d’un  plaisir intellectuel, d’une satisfaction à le défricher. Les limites vie privée – vie  professionnelle sont largement estompées. Ce n’est pas ici qu’on est le mieux payé, mais on y trouve d’autres satisfactions. Les Belges rêvent de la France, les Français de la Grande‐Bretagne ?!?!? Il existe une profonde volonté d’entreprendre, à soutenir et accompagner. 155
  • 156. MENTIONS LÉGALESEditeur responsable – 2012Technofutur TIC18 avenue J. Mermoz ‐ AéropôleB‐6041 GosseliesTél. +32 71 25 49 65GSM +32 497 54 26 11Fax +32 71 25 49 88Cette création est mise à disposition selon le Contrat Paternité ‐ Pas d’Utilisation Commerciale ‐ Partage des Conditions initiales à l’Identique 2.0 France disponible en ligne http://creativecommons.org/licenses/by‐nc‐sa/2.0/fr/ ou par courrier postal à Creative Commons, 171 Second Street, Suite 300, San Francisco, California 94105, USA. 156