Etude de Marche Projet Co&Co

227 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
227
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Etude de Marche Projet Co&Co

  1. 1. ETUDE DE MARCHE Projet Co&Co Membres du groupe projet : Alexis BOST, Laure GARDETTE, Jean-Sébastien GUILLOU, Hélène HUET, Raphaële SEBBAN, Philippe THIBAULT Dans le cadre de la Formation : Master 2 SETE IDD STRAT-RSE, Promotion 2009
  2. 2. 1 Sommaire I. ANALYSE DE L’ENVIRONNEMENT....................................................................................................4 1. Politique .........................................................................................................................4 a. Une politique régionale axée durable et social…...................................................................4 b. La plan français « agriculture biologique »............................................................................5 2. Economique....................................................................................................................5 3. Sociologique ...................................................................................................................6 a. Une inquiétude de sécurité sanitaire.....................................................................................7 b. Un besoin d’information........................................................................................................7 c. Un changement des mentalités.............................................................................................8 4. Technologique.................................................................................................................9 a. Engrais verts...........................................................................................................................9 b. Désherbage..........................................................................................................................10 c. Traitements sur les semences..............................................................................................11 d. Les organismes de veille technologique ..............................................................................12 5. Ecologique ....................................................................................................................13 a. Les risques naturels..............................................................................................................13 b. Météorologie et géologie du territoire................................................................................14 c. Modifications climatiques....................................................................................................15 d. Les ressources naturelles .....................................................................................................15 e. Les sources de pollution liées aux activités industrielles.....................................................17 f. Protection de l’environnement – biodiversité .....................................................................19 6. Législatif .......................................................................................................................19 a. Le droit civil..........................................................................................................................19 b. Le droit du commerce et la vente de biens .........................................................................20 c. Le droit de la consommation...............................................................................................21 d. La réglementation sur les fruits et légumes ........................................................................22 e. Les labels..............................................................................................................................23 II. IDENTIFICATION DES MARCHES ....................................................................................................25 III. ANALYSE DES MARCHES...............................................................................................................26 1. Le marché agricole ........................................................................................................26 a. Dans le monde .....................................................................................................................26 b. En France..............................................................................................................................27 c. En Seine-et-Marne ...............................................................................................................31 2. Le marché de la distribution alimentaire........................................................................33 a. Dans le monde .....................................................................................................................33 > Zoom sur les circuits courts.....................................................................................................34
  3. 3. 2 > Zoom sur les distributeurs "bio"..............................................................................................36 b. En France..............................................................................................................................37 > Zoom sur les circuits courts.....................................................................................................37 > Zoom sur les distributeurs "bio"..............................................................................................39 > Zoom sur les circuits courts de produits biologiques.................................................................41 c. En Seine et Marne................................................................................................................42 > Zoom sur les circuits courts.....................................................................................................43 > Zoom sur les distributeurs "bio"..............................................................................................43 > Zoom sur circuits courts de produits biologiques......................................................................43 3. Le marché des activités extraprofessionnelles................................................................43 a. Dans le monde .....................................................................................................................44 b. En France..............................................................................................................................44 c. En Seine et Marne................................................................................................................49 4. Synthèse et conclusions ................................................................................................49 > Agriculture ................................................................................................................................49 > Distribution alimentaire..............................................................................................................50 > Activités extraprofessionnelles....................................................................................................51 IV. ETUDE DE L’OFFRE .......................................................................................................................52 1. Le marché agricole ........................................................................................................52 a. Répartition géographique des exploitations .......................................................................53 b. Cultures produites sur le territoire ......................................................................................54 c. Les acteurs présents sur le marché......................................................................................55 > Les grands industriels .............................................................................................................55 > Les cultures spécialisées .........................................................................................................56 2. Le marché de la distribution alimentaire........................................................................60 a. Les circuits longs ..................................................................................................................60 > Les Grandes et Moyennes Surfaces..........................................................................................60 > Les épiceries ..........................................................................................................................62 > Les magasins spécialisés « bio » ..............................................................................................64 > La restauration collective........................................................................................................68 b. Les circuits courts et la vente directe...................................................................................68 > Les AMAP ..............................................................................................................................68 > Les points relais .....................................................................................................................73 > Les fermes .............................................................................................................................74 > Les marchés...........................................................................................................................80 > Vente par correspondance (VPC).............................................................................................82 > Magasins collectifs (ou points de vente collectifs).....................................................................85 c. Circuits courts bio ................................................................................................................86 > Les marchés bio .....................................................................................................................86 > La VPC bio .............................................................................................................................86 > « Sur place » : fermes ou exploitations ....................................................................................86 3. Le marché des activités extraprofessionnelles................................................................87
  4. 4. 3 V. ETUDE DE LA DEMANDE...............................................................................................................89 1. Des consommateurs......................................................................................................89 a. En alimentation....................................................................................................................89 > Besoins..................................................................................................................................89 > Évolution de la demande........................................................................................................90 > Motivations ...........................................................................................................................92 > Freins....................................................................................................................................93 > Typologies et profils ...............................................................................................................95 b. En circuits courts..................................................................................................................97 > Évolution de la demande........................................................................................................97 > Motivations ...........................................................................................................................98 > Freins....................................................................................................................................99 > Comportements et attentes....................................................................................................99 > Typologies et profils .............................................................................................................101 c. En produits issus de l’agriculture biologique ou raisonnée...............................................103 > Evolution de la demande......................................................................................................103 > Motivations .........................................................................................................................104 > Freins..................................................................................................................................105 > Comportements et attentes..................................................................................................105 > Typologies et profils .............................................................................................................106 d. En activités extra professionnelles.....................................................................................107 > Evolutions de la demande et profils.......................................................................................107 > Motivations et freins ............................................................................................................109 > Comportements et attentes..................................................................................................110 e. Etude de la population de Seine-et-Marne .......................................................................112 > Structure .............................................................................................................................112 > Analyse ...............................................................................................................................113 2. Des producteurs..........................................................................................................115 a. En France............................................................................................................................115 > Besoins................................................................................................................................115 > Motivations .........................................................................................................................116 > Freins..................................................................................................................................119 > Typologies et profils.............................................................................................................121 b. En IDF et en Seine et Marne ..............................................................................................123 > Besoins................................................................................................................................123 > Freins..................................................................................................................................124 > Typologies et profils .............................................................................................................124 c. Analyse...............................................................................................................................126 VI. SYNTHESE DES OPPORTUNITES ET MENACES ..............................................................................127 BIBLIOGRAPHIE .................................................................................................................................130
  5. 5. 4 I. ANALYSE DE L’ENVIRONNEMENT L’analyse de l’environnement a pour but de déterminer quels sont les éléments du contexte actuel qui peuvent influer sur le projet et la structure à recommander. Pour cela, nous étudierons le PESTEL, c'est-à-dire l’environnement Politique, Economique, Sociologique, Technologique, Ecologique et Législatif. De plus, nous verrons que cette analyse servira également au futur porteur de projets dans de nombreuses dimensions : dialogue avec les collectivités, accompagnement des producteurs, gestion de l’activité et des r essources humaines…. 1. Politique a. Une politique régionale axée durable et social… Depuis 2007, le département de la Seine-et-Marne s’est doté d’un Agenda 21 local. Témoignant de la volonté de ce territoire de se tourner vers le développement durable, cet Agenda 21 s’articule autour de cinq enjeux majeurs. Parmi les différents engagements relatifs à ces enjeux, une action entreprise par le Conseil Général de Seine-et-Marne (CG 77) nous intéresse tout particulièrement : il s’agit de « favoriser une agriculture durable, créatrice de lien social ». Plus précisément, le CG 77 entend par là « favoriser l’émergence d’une agriculture qui renouvelle ses pratiques et ses modes de productions plus respectueux de l’environnement et plus responsables ». En détail, il s’agit de : - soutenir les nouvelles filières et les circuits courts de distribution en complément des actions déjà engagées avec la Chambre d’agriculture - d’inciter à l’installation d’agriculteurs bio sur les terres agricoles des espaces naturels sensibles - de créer un label développement durable Seine-et-Marne pour les agriculteurs et d’aider à la formation des agriculteurs pour la culture des végétaux ordinaires Autant dire que le projet Co&Co s’ancre parfaitement dans cette démarche en faveur d’une agriculture durable. D’autant plus que dans un autre de ses engagements, le CG 77 affirme sa volonté de « soutenir les initiatives d’économies sociale et solidaire », qui constituent « des nouvelles formes d’économie très peu présentes en Ile-de-France et en encore plus faiblement en Seine-et-Marne ». Un projet qui passe notamment par le développement des « structures d’insertion par l’activité économique ». Sur ce terrain aussi, le projet Co&Co peut être en mesure de répondre aux attentes du territoire en
  6. 6. 5 question. b. La plan français « agriculture biologique » De manière plus générale, le plan français « Agriculture biologique : horizon 2012 » pousse progressivement les collectivités locales à tourner vers l’agriculture biologique : d’ici 2012, 6 % de la surface agricole française devra être convertie au biologique, pour atteindre 20 % en 2020. Si nous ajoutons à cela l’obligation d’introduire 20 % de produits issus de l’agriculture biologique dans la restauration collective d’ici 2012, nous pouvons mesurer l’urgence dans laquelle se trouvent les collectivités locales pour répondre à ces attentes. D’autant plus en ce qui concerne la Seine-et-Marne qui constitue, en termes de production agricole et de terres disponibles (58 % du territoire consacré à l’agriculture) le premier département d’une région qui ne possède que 0,78 % de terres cultivées converties au biologique. Et ce alors même que l’Ile-de-France devrait jouer un rôle majeur dans cette conversion puisqu’elle fait partie des trois premières régions agricoles de France. Les environnements politiques national, régional et départemental se révèlent donc parfaitement favorables à l’enracinement du projet Co&Co au sein de la Seine-et-Marne. Les derniers arguments sur la place prépondérante que joue en France ce département en matière d’agriculture nous permettent d’ailleurs de faire la transition avec l’environnement économique. 2. Economique Avec les difficultés économiques rencontrées ces derniers mois, nous pouvons supposer que les circonstances actuelles ont des répercussions sur les modes de consommation des français, de plus en plus méfiants à l’égard des enseignes de la grande distribution, tenues en partie pour responsables de la hausse croissante des prix. Leurs quêtes effrénées du profit et leurs rôles prépondérants dans la société de consommation ont progressivement raison d’individus qui, aujourd’hui plus que jamais, se montrent attentifs à leur manière de consommer. Selon un sondage Ifop paru dans le Journal du Dimanche en février 2009, les trois quarts des Français affirment plutôt « privilégier les produits respectueux de l’environnement, même s’ils coûtent un peu plus cher ». Si, en ces temps de crise, de plus en plus de personnes se déclarent prêts à favoriser des produits responsables même plus chers, il faut bien entendu relativiser cette généralisation dans la mesure où il y a souvent un écart entre intention et comportement. Par
  7. 7. 6 ailleurs, il peut paraître saugrenu de parler de consommation responsable dans un contexte de crise tel que nous le connaissons actuellement. Et pourtant. C’est au contraire une raison de plus de réfléchir au rôle de la consommation dans la société et de questionner le fonctionnement de notre économie. Ce sondage témoigne d’un état d’esprit ambiant qui parcourt la société et semble se développer en réaction à la situation économique du moment : l’heure n’étant plus au gaspillage et à la surconsommation, les français se montrent vigilants au contenu de leur panier et se concentrent sur les achats essentiels. La qualité semble prendre progressivement le pas sur la quantité. En outre, et toujours dans cette optique de rationaliser leurs achats, les français semblent se tourner vers une consommation répondant à des critères humains : achats groupés, covoiturage, partage… Dans ce contexte de crise où la réduction des coûts est devenue une obsession, les consommateurs développent des comportements alternatifs pour payer moins cher. Cette quête permet en outre de faire émerger de nouvelles solidarités entre les individus. L’intérêt individuel a fini par rejoindre l’intérêt collectif dans la lutte contre le gaspillage et les dépenses superflues. Ainsi, la surconsommation ne serait sans doute pas remplacée par une « déconsommation » mais plutôt par une consommation alternative où la valeur de chaque achat est pesée, où le consommateur radicalise ses choix en privilégiant certains produits (la qualité au détriment de la quantité) et en abandonnant certaines habitudes. Devenant un critère déterminant, le prix d’un produit doit pouvoir justifier d’un apport en termes d’environnement, de respect du producteur, d’équité… La crise systémique que nous vivons actuellement pourrait témoigner de l’échec des théories conventionnelles et des modes d’organisation (individuels et collectifs) actuels à assurer le bien- être de tous pour le présent et l’avenir. Mais elle devient une opportunité de redonner du sens à la consommation, comme si l’ère précédente était associée à une orgie consumériste qu’il fallait remplacer par un ascétisme retrouvé. En ce sens, la situation économique donne à chacun l’occasion de changer son regard sur le monde et sur ses propres comportements. 3. Sociologique Geste banal et quotidien par excellence, la consommation s’apparente à une activité comportementale soumise à de nombreuses variables qui influencent fortement les attitudes, les choix, les décisions du consommateur. L’individu vivant en société ne constitue en rien un être isolé basant ses choix et ses préférences sur des critères purement individuels. Au contraire, le
  8. 8. 7 contexte social dans lequel évoluent les individus semble constituer un déterminant puissant dans les habitudes de consommation. Partant de là, nous allons soulever plusieurs hypothèses relatives à un environnement social qui faciliterait l’acceptation du projet Co&Co au sein de la Seine-et- Marne. a. Une inquiétude de sécurité sanitaire Le premier point que nous souhaitons soulever renvoie à la notion de sécurité sanitaire des aliments. Les différents problématiques sanitaires, ayant semé le trouble en France au cours de ces quinze dernières années, faisaient toutes références à des questions de santé et salubrité (vache folle, grippe aviaire). Les inquiétudes vis-à-vis de l’alimentation trouvent aujourd’hui un écho d’autant plus fort avec l’apparition sur la scène publique des débats liés aux OGM et à l’utilisation abusive de pesticides. Le bilan 2007 des résultats des « plans de surveillance et de contrôle des résidus de pesticides dans les productions végétales », publiés le 5 janvier 2009 par la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF), a par ailleurs fourni des chiffres inquiétants. Il souligne en effet une augmentation de la contamination des fruits, légumes et céréales par les résidus de pesticides ainsi qu’une augmentation des dépassements des LMR (Limites Maximales en Résidus). b. Un besoin d’information Ce dernier constat nous permet de faire la transition avec l’hypothèse suivante qui a trait à la volonté grandissante des consommateurs de se sentir mieux informés quant à l’origine et à la qualité des produits consommés au quotidien. Une volonté qui semble aller de pair avec la notion de transparence, une idée forte en ces temps difficiles. Les consommateurs se montreraient actuellement bien plus enclins à prendre leurs distances vis-à-vis d’une mode de consommation dit « de masse » qui les inciterait via un « matraquage publicitaire » à consommer toujours plus de produits dont ils ne connaissent pas les composantes. Non seulement les individus chercheraient à donner du sens à leurs habitudes et à leurs comportements, qui entraînent bien souvent gaspillage et surconsommation, mais ils seraient aussi en quête d’une alimentation plus saine et plus équilibrée leur permettant ainsi de prendre leurs distances vis-à-vis du mode de consommation actuelle.
  9. 9. 8 c. Un changement des mentalités Cette dernière hypothèse, couplée à la première, nous permet enfin de mettre en exergue une troisième dimension liée aux problématiques environnementales et au développement durable. Les pesticides, les OGM, l’agriculture intensive, les modes de consommations qui nous poussent à consommer des produits qui ne sont pas de saison et qui sont importés par avion… Tous ces phénomènes ont un impact indéniable, à long terme sur l’environnement, la biodiversité, la qualité des sols, les ressources en eau potable… De ce fait, en se réorientant vers des produits cultivés localement et selon la saison, les consommateurs auront le sentiment de modifier leurs habitudes dans le bon sens en participant à la réduction des impacts environnementaux engendrés par l’agriculture intensive et les systèmes de distribution actuellement en place. Enfin, ce retour à une consommation et à une agriculture plus respectueuses des cycles de la nature peut permettre d’échapper à la tendance actuelle qui verrait s’instaurer la fin du lien entre agriculture et société civile. Le développement de la grande distribution et du secteur agroalimentaire au cours de ces quarante dernières années a instauré une forte distance entre consommateur et producteur en même temps qu’il a associé l’agriculture à une simple fonction commerciale au détriment de sa fonction nourricière. Par ailleurs, avec la délocalisation des productions et le développement des cultures hors-sol, le consommateur a progressivement perdu de vue l’origine des aliments mais également la notion de saisonnalité. Enfin, selon une enquête BVA menée en 2003, 40 % des Français se sentent « éloignés de l’agriculture ». D’après ce même sondage, 64 % des Français auraient une vision négative de l’agriculture. Au final, ces différentes hypothèses nous permettent de penser que l’environnement social n’a jamais été aussi potentiellement favorable qu’aujourd’hui pour inciter les consommateurs à se tourner vers des solutions alternatives à la grande distribution et à l’agriculture intensive. Proximité, vente sans intermédiaires, préférence pour les producteurs locaux, respect des saisons… Autant de possibilités à envisager pour trouver des compromis pertinents entre la nécessité de rassurer le consommateur en lui proposant des produits dont il connaît la provenance, les modes de culture et de distribution, et la nécessité de soutenir les producteurs pour que ceux-ci s’engagent vers une agriculture plus saine et plus respectueuse de l’environnement, de la nature et des saisons.
  10. 10. 9 4. Technologique De manière générale, l’agriculture biologique demande une grande maîtrise technique de la part des producteurs. Ce besoin se vérifie d’autant plus en maraîchage biologique, avec un suivi des cultures exigent et la connaissance d’itinéraires techniques de production pour chaque variété de produits cultivés. Schéma d’un itinéraire technique « classique » en maraichage biologique Toutes les étapes d’un itinéraire technique de production ne sont pas reprises dans le détail ci- dessous, certaines techniques étant similaires à celles utilisées en agriculture « classique » comme l’irrigation qui techniquement ne varient pas, mise à part d’une meilleure rationalisation de son utilisation. Etudions le détail de certaines pratiques couramment utilisées en agriculture biologique. a. Engrais verts La culture d’engrais verts est une des pratiques de base de l’agriculture biologique. La culture, puis l'incorporation dans le sol d’une couverture végétale permet de maintenir ou d’améliorer la fertilité des sols. En maraîchage, les engrais verts constituent une des réponses aux nombreuses préoccupations rencontrées : protection ou amélioration de la structure du sol, stimulation de l’activité biologique, maîtrise des adventices et éventuellement protection phytosanitaire. Les engrais verts jouent un rôle important dans le maintien ou l’augmentation de la fertilité des sols : ils protègent et améliorent la structure, stimulent l’activité biologique et permettent une meilleure disponibilité des éléments fertilisants pour la culture suivante. Ils nourrissent le sol en participant à l’entretien de la matière organique et en facilitant la disponibilité des éléments nutritifs. Les engrais verts peuvent selon les espèces maîtriser les
  11. 11. 10 adventices (mauvaises herbes), par exemple le sarrasin inhibe très nettement la croissance des adventices. Pour une meilleure efficacité des engrais verts il est recommandé de cultiver une espèce voisine de l’espèce d’adventice présente (Pousset, 2000), par exemple pour limiter le chiendent et la folle avoine il est conseillé de cultiver un engrais vert de type céréales et graminées fourragères. b. Désherbage Le désherbage représente une part importante des coûts et du temps de travail dans la production biologique, notamment en maraichage. L’efficacité du désherbage repose sur une approche globale de la gestion des adventices où prévention et combinaison de techniques donneront les meilleurs résultats. > Mécanique Incontournable en maraichage biologique, le désherbage mécanique supprime les adventices par trois actions : sectionnement des racines, arrachage des plantules et mise à nue des racines (dessiccation) et l’étouffement des plantules par un buttage léger. Les outils utilisés en désherbage mécanique sont la herse, la bineuse, la sarcleuse, la fraise… Avantages Inconvénients - Absences de résidus de pesticides dans le sol - Aération du sol - Amélioration de l’activité biologique du sol - Large choix de matériel couvrant toutes les cultures - Destruction d’une partie des racines si mauvais binage - Multiplication et dissémination des adventices (bouturage) - Peut être couteux en temps et en main d’œuvre Associés à un bon savoir faire du producteur, les outils de désherbage mécaniques permettent un nettoyage performant des parcelles. Cependant un seul appareil ne viendra pas à bout des adventices tout au long du cycle de production. De bons résultats peuvent être obtenus en associant deux ou trois types d’appareils et en favorisant des interventions précoces sur les cultures.
  12. 12. 11 > Solarisation et vapeur La solarisation consiste à élever la température du sol à l’aide d’un polyéthylène après avoir gorgé le sol en eau. L’eau sert de conducteur thermique et la température monte à 40-60°C à 10cm. Cette élévation de température détruit les graines d’adventices dans la couche superficielle du sol. Le désherbage à la vapeur consiste à élever les cinq premiers centimètres du sol à une température létale pour les graines d’adventices. L’injection de vapeur se fait sous bâche ou sous cloche. Cette technique permet de lutter contre les champignons du sol mais elle a des effets secondaires mal maitrisés comme une remonté du pH et une augmentation de l’azote ammoniacale. > Faux semis Les faux semis sont une technique très répandue en agriculture biologique. Cela consiste à préparer le lit de semences à peu près un mois avant la plantation puis, si possible, de l’arroser. Les adventices vont lever et seront régulièrement éliminés par un ou deux désherbages thermiques ou mécaniques. Ceci permet de réduire le stock semencier d’adventices et conditionne un démarrage de la culture sans concurrence d’autres plantes. En agrobiologie cette technique se révèle absolument nécessaire car elle réduit tous les temps de travaux ultérieurs. c. Traitements sur les semences Les problèmes sanitaires constituent la cause principale de pertes de récoltes en maraîchage biologique : certains ravageurs et maladies peuvent largement pénaliser le rendement (insectes du sol, pucerons, araignées rouges, noctuelles, mildiou, pythium, virus...). Or, en agriculture biologique, les moyens de lutte directe autorisés par le cahier des charges européen sont très limités. De plus, leur action est surtout préventive (Soufre et Cuivre) ou à spectre trop large (Pyrèthre et Roténone également toxiques contre les auxiliaires). > Physiques Les traitements physiques ont un rôle contre la progression de certaines maladies sur les cultures en modifiant certaines conditions du milieu comme la température de l’air, les rayonnements lumineux ou encore des couples température et hygrométrie. Exemple en maraichage biologique : l’utilisation d’eau chaude sur des cultures comme la carotte, le chou et la laitue permet d’endiguer des maladies comme la bactériose ou le mildiou.
  13. 13. 12 > Substances naturelles Les substances naturelles utilisées contre les maladies sont l’acide lactique concentré, le vinaigre, les huiles essentielles de plantes… Exemple : l’acide lactique est utilisé sur la carotte pour prévenir le risque d’alternariose ou encore l’huile de thym pour traité le fenouil contre la bactériose. > Biologiques Les traitements biologiques se réalisent à base d’adjonction de bactéries dans le milieu de culture afin d’obtenir une réaction entre les bactéries introduites dans le milieu et les bactéries responsables des maladies. Ces traitements sont pour la plupart encore au stade de validation à grande échelle. Exemple : l’utilisation de souches telles que Streptomyces pour combattre l’alternariose du chou. d. Les organismes de veille technologique Le niveau technique ne cessant de progresser en agriculture biologique, une veille technique est à réaliser périodiquement pour maintenir un niveau de connaissances suffisant. Les acteurs de la recherche en agriculture biologique ayant servis de source pour ce résumé des techniques utilisées : ITAB : l’Institut Technique de l’Agriculture Biologique est le centre français de référence sur les techniques de production biologique. Il diffuse un grand nombre de fiches techniques assurant ainsi une diffusion et un partage des connaissances techniques. http://www.itab.asso.fr INRA : l’Institut National de la Recherche Agronomique français est l’acteur principal dans le domaine de la recherche en agriculture, il réalise certaines études dans le domaine biologique. http://www.inra.fr GRAB : le Groupe de Recherche en Agriculture Biologique est un acteur dans le domaine et participe à beaucoup d’études en coopération avec l’ITAB. http://www.grab.fr CRAAQ : Le Centre de Référence en Agriculture et Agroalimentaire du Québec publie les avancés de travaux réalisés dans le domaine de la recherche et développement sur différents aspects de l’agriculture biologique. http://www.craaq.qc.ca
  14. 14. 13 5. Ecologique D’un point de vu des influences directes et indirectes que « l’écologie » au sens large peut avoir sur notre marché, il convient de préciser quelques éléments d’information à prendre en considération pour la recommandation de notre structure. a. Les risques naturels Plusieurs types de risques naturels peuvent interférer avec notre projet dont l’agriculture est au cœur des préoccupations. Ce sont des risques ou catastrophes qui interviennent de manière inopinée sans avoir été prévues et qui peuvent générer une série de problèmes dans l’activité économique, organisationnelle et humaine… On trouve donc les risques liés aux inondations et à la sécheresse. > Inondations L’IDF est une zone identifiée comme inondable en France soit par des phénomènes comme les débordements de cours d’eau soit par des ruissellements. Il existe plusieurs facteurs1 à prendre en compte pour mesurer l’ampleur d’une inondation. Notamment : - l’intensité et la durée des précipitations et leur répartition spatiale - la surface et la pente du bassin versant - la couverture végétale et la capacité d’absorption du sol - la présence d’obstacles à la circulation des eaux En Seine-et-Marne, ces critères sont partiellement remplis faisant de la zone un espace inondable. En réponse à cela, le Conseil Général de Seine-et-Marne a approuvé 5 Plans de Prévention des Risques d’Inondation (PPRI). Ces PPRI ont pour objectif2 de réduire les risques en fixant les règles relatives à l'occupation des sols et à la construction des futurs biens. Ils peuvent également fixer des prescriptions ou des recommandations applicables aux biens existants. Les 5 PPRI du 77 qui désignent donc les lieux les plus sensibles sont les suivants : - PPRI de la vallée de la Seine de Montereau-fault-Yonne à Thomery 1 Direction Départementale de l’Equipement, DDE 77, disponible sur http://www.seine-et-marne.equipement.gouv.fr 2 Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris, La réponse à vos questions environnement, disponible sur http://www.environnement.ccip.fr/index.htm
  15. 15. 14 - PPRI de la vallée de la Seine de Samoreau à Nandy - PPRI de la vallée du Loing de Château-Landon à Fontainebleau - PPRI du Grand Morin partie aval de Tigeaux à Saint-Germain-sur-Morin - PPRI de la vallée de la Marne de Poincy à Villenoy > Sécheresse Le volume d’eau en Seine-et-Marne, comme ailleurs en France, dépend du volume de pluies efficaces tombées sur une année. En l’occurrence, lors de ces dernières années la Seine-et-Marne a connu des épisodes de sécheresse contraignant les différents acteurs de l'eau (communes, particuliers, agriculteurs et industriels) à limiter périodiquement leur consommation d’eau. L’exemple de la nappe de Champigny En 2006, suite à une augmentation des températures, un arrêté préfectoral « sécheresse » a été mis en place. Il concernait 395 communes. En l’occurrence 44% des communes touchées se situaient sur le territoire de la nappe de Champigny. Depuis quelques années déjà (2002) la pluviométrie en hiver est inférieure à ce qu’elle devrait être, ce qui entraîne des déficits pluviométriques. Par conséquent, le taux de recharge de la nappe phréatique de Champigny se trouve être insuffisant. b. Météorologie et géologie du territoire Concernant la pluviométrie, on compte en 2005 environ 500 litres annuelles par m². La pluviométrie est légèrement plus marquée aux environs de Fontainebleau et dans l'est de la Brie française (soit dans l’ouest du département). La moyenne départementale s’élève à 650 mm, légèrement supérieure au reste de la région Île-de- France (600 mm). Pour comparer au reste de la France, rappelons que la moyenne nationale est d’environ 900 litres annuelles par m². On peut donc observer à la vue de ces mesures3 que la Seine-et-Marne est un département avec une pluviométrie assez faible et donc où le risque de sécheresse est élevé. L'économie d'eau doit y être de rigueur c’est pour cela qu’en 2006 le département met en place des plans d’économie des eaux dans la nappe de Champigny. Par ailleurs il paraît essentiel de 3 Une Eau Pure, l’Eau simplement, disponible sur http://www.une-eau-pure.com
  16. 16. 15 veiller à une efficace récupération des eaux de pluies. La moyenne mensuelle des précipitations (en mm) sur la période 1958 - 2008 Carte de pluviométrie sur la France en 2005 (précipitations en mm par m²) Source : Une Eau Pure, l’Eau simplement, disponible sur http://www.une-eau-pure.com D’un point de vus de la géologie, le sous-sol de la Brie est constituée de marnes (roches sédimentaires) imperméables et de calcaires silicieux. Les plateaux recouverts de lœss (roche) sont fertiles et favorables à la grande culture céréalière, surtout dans sa partie occidentale. La Brie champenoise est toutefois bien moins fertile que la Brie française. c. Modifications climatiques La Seine-et-Marne est un département de plaine, avec un climat tempéré type atlantique. Concernant les températures, on remarque que l’hiver 2008-2009 a été le plus froid en France depuis les 20 dernières années juste derrière celui de 2005-2006 et 1990-1991. En effet la température moyenne était de 1,2°C en dessous de la normale. d. Les ressources naturelles Sur le département les études montrent que les réserves d’eau s’appauvrissent.
  17. 17. 16 Le 77 possède l’une des nappes phréatiques la plus importante de toute l’IDF (Champigny) puisqu’elle alimente en eau potable plus de 500 000 seine-et-marnais. Mais cette nappe est actuellement a son plus bas niveau et c’est ce qui a amené le département a entreprendre des mesures drastiques pour un tiers des communes du 77. Ces mesures ont pu être évaluées vers la mi 2007 démontrant que bien que la population continue d’augmenter, la consommation d’eau a diminué d’environ 1 à 2% en moyenne par an depuis 2006. Pour pallier le manque d’eau dans la nappe et lui laisser le temps de reconstituer son niveau normal (grâces aux pluies), le CG a décidé de prélever une partie de ses besoins dans la Seine, mais le coût de la potabilisation de l’eau est deux fois plus élevé (0,50€/m3 à défaut de 0,25€/m3 pour l’eau de la nappe). L’eau est donc une ressource naturelle en raréfaction dans le département essentiellement liée à l’alimentation en eau potable (AEP). Le schéma4 ci-dessous nous montre bien l’usage des prélèvements opérés dans cette nappe seine- et-marnaise, en 2006. En effet en 2007 et 2008 le seuil de « crise renforcée » a été franchi. Ce seuil qui est le plus restrictif sur un niveau de 3 (seuil d’alerte, seuil de crise et seuil de crise renforcée) intervient dès lors que le niveau de sécheresse est trop important. Cela a donc entrainé la préfecture de Seine-et- Marne à entreprendre des mesure de restrictions sur le territoire de la nappe de Champigny (2008, « crise ») ainsi que sur celui du ru du Réveillon (2008, « crise renforcée »). L’un des autres avantages du département en termes de ressources naturelles semble être la richesse de ses sous-sols. En effet, le 77 représente un quart du pétrole extrait en France. On y retrouve d’ailleurs des raffineries comme celle de TOTAL. On recense 87 carrières de minerais sur le département. Le gypse, l'argile, les graviers et le sable sont notamment très abondants et par conséquents exploités. 4 REYNAUD Anne (2008), Aqui’ Brie
  18. 18. 17 Un point positif pour l’activité qui nous concerne, il s’agit de la présence de sable sur le territoire, c’est un atout pour le maraîchage. e. Les sources de pollution liées aux activités industrielles Le département seine-et-marnais se caractérise par sa diversité de production industrielle, et il nous convient d’étudier la pollution qu’elles peuvent engendrer, lorsque nous prévoyons la distribution de produits issus d’une agriculture raisonnée, avec une utilisation limitée voir même aucun pesticide. Les villes nouvelles de Sénart et Marne-la-Vallée récemment créées y ont fortement contribué. On peut noter que la zone de Sénart est très dynamique sur le secteur de l’aéronautique avec les projets de développement de la SNECMA en collaboration avec les communautés d’agglomération de Melun, Sénart ainsi que le Conseil Général. Marne-la-Vallée se développe davantage sur tout ce qui concerne les nouvelles techniques de l’information et de la communication, et notamment son pôle universitaire. Sénart, Marne-la-Vallée et Roissy sont aussi très actifs sur le secteur des transports et de la logistique, notamment avec le développement des autoroutes et l’activité de l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle. Pour enrichir cette diversité industrielle, on trouve dans le sud du département, vers le canton de Montereau un vivier de grandes entreprises comme5 : - la SAM MONTEREAU qui est spécialisée en industrie sidérurgique. Ce type d’industrie est une potentielle source de pollution atmosphérique en raison des fumées toxiques qui se dégagent des opérations de production - le site de la SILEC CABLE qui produit la totalité des câbles du groupe et qui constitue un centre de recherche de référence dans ce domaine - ELECTROPRECI, une PME spécialisée dans le domaine de l’électronique et des télécoms - FM LOGISTIC, une entreprise de transport et logistique - les entreprises agro-alimentaires telles que IN VIVO à la Grande Paroisse 5 Communauté de Communes des deux fleuves, Ensemble pour le Développement du Pays de Montereau, disponible sur http://www.cc-deuxfleuves.fr
  19. 19. 18 - les entreprises d’extraction telles que VILLEROY & BOCH (fabricant de céramiques), CORNING FRANCE & EUROPE (traitement du verre) ou LAFARGE (ciment) - la raffinerie Grandpuits et l’installation de stockage d’engrais Cette forte implantation d’industriels dans la zone sud provient du fait que le canton de Montereau détient un sous-sol riche en sable, graviers, argile et gypse. Cela attire donc de nombreux entrepreneurs à exploiter les carrières de minerais. Toutes ces implantations industrielles augmentent nettement le risque de pollution de l’environnement, sols (rejets chimiques), air (gaz toxiques), eaux et bruits (aéroport, transports) de part les rejets liés à leurs activités. Par ailleurs, on peut ajouter qu’en 2002, 825 établissements ICPE sont soumis à autorisation en Seine-et-Marne (et contrôlés par la DRIRE, la STIIIC et les DDSV), dont 15 pour le traitement des déchets et 15 pour l’extraction en carrières. Cela démontre bien les risques potentiels d’impacts sur l’environnement qui existent sur le territoire. La nappe de Champigny est facilement polluée6 en raison du nombre élevé d’agriculteurs dans les environs qui utilisent des engrais et pesticides pour les cultures céréalières notamment. Comme cette nappe se situe à un niveau peu profond, elle est donc une cible facile des pollutions agricoles et est exposée aux nitrates et à l’azote. Il est démontré que les seuils réglementaires en matière de résidus de nitrates sont largement dépassés. Il semblerait que près de 15 % de la population est alimentée en permanence avec de l’eau qui excède ce seuil. Cela entraîne d’ailleurs des interdictions de consommation pour les femmes enceintes et les nourrissons notamment, car un taux de nitrates trop élevé représente un danger pour ces personnes. Enfin, il existe un dernier point qui noircit le paysage en termes de pollution de l’environnement, il s’agit de la centrale nucléaire EDF de Nogent sur Seine qui se situe à l’ouest du département de l’Aube, et donc à quelques dizaines de kilomètres de la Seine-et-Marne. Ses deux réacteurs nucléaires produisent un tiers de la consommation annuelle d’électricité de l’IDF. 6 Agoravox.fr (juillet 2007), Restrictions d’eau à venir en Seine-et-Marne
  20. 20. 19 Les rejets de déchets de ces réacteurs même après traitement peuvent contenir des éléments radioactifs et nocifs sur l’environnement, dans l’eau, l’air et les sols. f. Protection de l’environnement – biodiversité Pas d’information disponible sur l’extinction d’une espèce animale ou végétale spécifique, sur ce territoire. 6. Législatif L’environnement législatif nous permet d’appréhender les règles à prendre en compte lors de la création de la structure et du déroulement de son activité et d’avoir un aperçu de la réglementation qui nous concerne. a. Le droit civil > Le droit rural Le code rural est divisé en sept livres et appartient au droit civil. Aménagement de l’espace rural (Livre I) Le titre IV traite des sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural. Ces sociétés permettent d’entretenir les structures foncières rurales par l’installation ou le maintien d’exploitations agricoles, d’accroître la superficie de certaines exploitations agricoles ou forestières, et de remanier ou aménager des parcelles agricoles. Ces sociétés pourraient avoir un rôle important dans l’établissement de notre structure et de son réseau de partenaires. Les associations foncières agricoles (titre III) peuvent jouer elles aussi, un rôle important car elles regroupent des propriétaires fonciers afin d’effectuer des opérations d’entretien du territoire, avec pour objectif le développement durable du territoire concerné. Après autorisation par la chambre d’agriculture, une association foncière agricole peut percevoir des aides de l’Etat. L’exploitation agricole (Livre III) Le livre III traite l’exploitation agricole et de ses différentes formes juridiques existantes. Ces informations seront utiles à l’heure de recommander un statut juridique pour notre structure. Les
  21. 21. 20 statuts juridiques qui y sont décrits sont l’EARL, le GFA, le GAEC, les autres formes d’exploitation agricole. > L’association loi 1901 - version consolidée du 1er janvier 20067 L’association est la convention (orale ou écrite) de deux personnes minimum qui mettent en commun, de manière durable, des connaissances et des activités, sans créer de richesse pour les membres de l’association. Une association peut être créée sans aucune autorisation (caractère facultatif des formalités préalables. Néanmoins, afin de bénéficier des avantages du statut juridique (demande de subvention, soutenir une action en justice, acheter ou vendre en son nom), plusieurs dispositions sont à prendre ; ces dernières sont décrites dans la loi du 1er juillet 1901. La procédure de reconnaissance d’utilité publique ainsi que le statut d’association de défense de l’environnement et du cadre de vie ne sont pas accessibles pour le moment (il y a besoin entre autres, d’avoir une structure nationale). b. Le droit du commerce et la vente de biens Les dispositions générales relatives aux sociétés se trouvent dans le titre Ier du code de commerce. Les différentes sociétés commerciales quant à elles, sont examinées dans le Livre II du code de commerce (droit des sociétés). On a par exemple la législation relative aux sociétés en nom collectif (SNC) dans le chapitre Ier , ou bien celle concernant les entreprises à responsabilité limitée (EARL) dans le chapitre III. Le livre VI, concerne les difficultés des entreprises ; il aborde dans le chapitre II le sujet des personnes morales de droit privé non commerçantes ayant une activité économique (art. L612-1 à L612-5). Cette partie traite du contrôle financier des coopératives agricoles ainsi que de certaines conditions d’obtention d’aide pour les associations. Ce livre VI se finit sur toutes les lois ayant trait au redressement judiciaire, procédure collective permettant d’essayer de sauver une entreprise en situation de cessation de paiement. 7 SAMUEL Laurent, RANCILLAC Serge (2005), Guide pratique des associations loi 1901, Edition d’Organisation Service-public.fr, Création d’une association à but non lucratif, disponible sur http://vosdroits.service- public.fr/F1119.xhtml Légifrance.gouv.fr, loi du 1 er juillet 1901 relative au contrat d’association- version consolidée au 1 er janvier 2006, 01/2009,disponible sur http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006069570&dateTexte=20090118
  22. 22. 21 c. Le droit de la consommation > La protection nécessaire du consommateur (Livre I) Le livre premier du code de la consommation est divisé en quatre titres et concerne l’information des consommateurs et la formation des contrats. Il a pour but d’assurer aux consommateurs la loyauté des offres faite par les vendeurs de produits et de services et la clarté des contrats conclus entre l’acheteur et le vendeur. Le droit à l’information est un des droits fondamentaux du consommateur et assure une concurrence loyale entre les différents vendeurs (titre I du C.conco.). Le professionnel a donc l’obligation d’information au bénéfice du consommateur (art. L.111-1 du C.conso.) Si un consommateur se sent lésé ou trompé par un contrat conclus avec un professionnel, il peut porter plainte à la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes.8 Le chapitre V du titre I traite des appellations d’origine et des autres signes d’identification de l’origine et de la qualité d’un produit. Les articles L.115-21 à L.115-26 définissent le cadre juridique relatif à la protection des signes de qualité des produits agro-alimentaires. Ces signes de qualité sont au nombre de deux : - le label agricole, désignant que le produit possédant ce label est de qualité supérieure (l’exemple du Label rouge pour les produits carnés bovins) - le certificat de conformité, assurant non pas un niveau de qualité minimum du produit mais un procédé de fabrication spécifique, comme pour l’agriculture biologique et sa certification AB Les conditions générales des contrats sont régulées par le Titre III qui inclut la description des clauses habituelles des contrats de vente et la législation protégeant le consommateur des clauses abusives pouvant exister. 8 DGCCRF, Contacter une Direction Régionale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes, disponible sur www.dgccrf.bercy.gouv.fr/dgccrf.htm
  23. 23. 22 > La conformité et la sécurité des produits alimentaires9 La conformité Le livre II du code de la consommation aborde les problèmes de conformité et de sécurité des produits alimentaires pouvant exister. L’article L211-4 du droit de la consommation français responsabilise le vendeur vis-à-vis du produit, alimentaire ou non, qu’il délivre. Un bien conforme est décrit dans la législation comme un bien correspondant à la description du vendeur, d’une qualité suffisante à laquelle s’attend le consommateur. Dans le cas contraire, le produit est dit non conforme. La sécurité des denrées alimentaires La législation s’établit ici au niveau européen : le règlement 178/2002 est le règlement socle de la sécurité sanitaire des aliments. Il s’attache entre autres aux denrées alimentaires en définissant les obligations spécifiques aux professionnels. Les informations contenues dans ce règlement restent cependant d’ordre général, on aura donc besoin d’étudier les textes plus spécifiques tels que le règlement 852/2004 relatif à l’hygiène des produits alimentaires. Ce règlement s’applique, par définition, directement en droit français. Le pack hygiène rappelle les obligations de mise en place de l’HACCP, les obligations de mise en place de la traçabilité des produits vendus. Enfin, il met en avant les guides de bonnes pratiques élaborés par chaque état afin d’aider les professionnels dans leur travail. L’annexe I du règlement 852/2004 rappelle les dispositions générales d’hygiène alimentaire (nécessité de prendre des mesures d’hygiène adaptées et de tenir des registres sur les aliments produits et/ou transformés). d. La réglementation sur les fruits et légumes 10 Depuis 2007, le secteur des fruits et légumes a été réformée afin d’améliorer la compétitivité du secteur et le respect de l’environnement par les exploitants. Ceci est régi par le règlement (CE) n°1182/2007 du 26 septembre 2007, il réglemente les organisations de producteurs et les organisations interprofessionnelles dans ce secteur. Notre projet à priori, n’est pas concerné par ce règlement. 9 Lexinter, disponible sur www.lexinter.net Sterna, Définition du pack hygiène, disponible http://www.sterna.fr/public.sterna.janvier-2006.cescreen 10 SCADPLUS, Organisation commune des marchés dans le secteur des fruits et légumes, disponible sur http://europa.eu/scadplus/leg/fr/lvb/l67000.htm#PRODUCERS
  24. 24. 23 e. Les labels > Le label AB européen11 La marque « AB » peut être utilisée pour l’étiquetage ou la publicité de produits agricoles transformés ou non, sous certaines conditions réglementées en Europe : 1 – Au niveau européen, et donc sur le territoire national français, jusqu’au 31 décembre 2008 inclus, un produit devait être produit ou transformé conformément au règlement (CEE) n°2092/91 du 24 juin 1991 modifié, à la loi du 4 juillet 1980 et à son décret d'application. Depuis le 1er janvier 2009, le règlement (CE) n°834/2007 a remplacé le règlement cité ci-dessus. Ce nouveau règlement est complété par le règlement (CE) n°967/2008 reportant au 1er juillet 2010 la date d’application relative aux nouvelles indications obligatoires pour les produits biologiques, et le règlement (CE) n°889/2008 définissant les principales modalités d’application du règlement. Avec cette nouvelle réglementation, l’utilisation de produits chimiques de synthèse, d’OGM, de traitements ionisants tels qu’ils existent actuellement sont précisés et strictement interdits. Le logo AB fait référence aux règlements européens en vigueur. Ces règlements traduisent des règles rigoureuses : - Liste positive (seuls les produits figurant sur cette liste peuvent être utilisés) de produits fertilisants, de traitements, de transformation… ; - Définition drastique des pratiques par type d’élevage ou de culture ; - Principe de contrôle, de certification, de sanction et d’étiquetage. 2 - Le produit agricole doit avoir été produit et conditionné par un ou des opérateurs soumis au contrôle d'un organisme certificateur agréé par les pouvoirs publics français sur la base de la norme NFEN 45011 ou bénéficier d'une accréditation reconnue par le COFRAC pour la certification des produits de l'agriculture biologique. Organismes certificateurs agréés 12 : ECOCERT, ULASE, AGROCERT… 11 Planetecologie, label AB et agricultutr biologique, disponible sur http://www.planetecologie.org/ENCYCLOPEDIE/EnvironQuotidien/7SOCIBIO/0_AB.htm Agencebio.org, La réglementation en agriculture biologique, disponible sur http://www.agencebio.org/pageEdito.asp?IDPAGE=33 Agencebio.org, Nouveau règlement européen relatif à la production et à l’étiquetage des produits biologiques : principaux changement à compter du 1 er janvier 2009, disponible sur http://www.agencebio.org/upload/pagesEdito/fichiers/synthese_nouvelle_reglementation_2009.pdf
  25. 25. 24 3 - La denrée alimentaire doit être composée d'au moins 95 % d'ingrédients de l'agriculture biologique contrôlée par un organisme certificateur agréé par les pouvoirs publics français comme décrit dans le point précédent. 4 - L'utilisation de la marque "AB" sur l'étiquetage des produits d'origine agricole ou des denrées alimentaires est soumise à une déclaration préalable. Cette déclaration s'effectue au moyen d'un document établi par le ministère de l'agriculture. Le demandeur doit adresser cette déclaration à l'organisme certificateur qui a contrôlé le produit agricole ou la denrée alimentaire sur lequel sera apposée la marque "AB". Le titulaire du droit d'usage est tenu d'informer l'organisme certificateur de toutes modifications des conditions d'utilisation de la marque "AB". > Le label Demeter13 Ce label s’appuie sur les pratiques bio-dynamiques existantes dans un certain nombre d’exploitation agricoles. La bio-dynamie a pour objectif de produire des aliments sains, de qualité et d’assurer aux domaines agricoles une prospérité durable. Ce label est international, contrôlé par des organismes indépendants ; l’organisme qui délivre ce label en France est Ecocert. Par ce label, on reconnaît les fruits et légumes produits selon un cahier des charges précis. La marque Demeter met à disposition des cahiers des charges spécifiques pour les procédés de production, transformation et vinification, afin de fixer les caractéristiques de procédés bio- dynamiques. 12 Agriculture.gouv.fr, Organismes certificateurs agréés en France pour lecontrôle et la certification en agriculture biologique, disponible sur http://agriculture.gouv.fr/spip/IMG/pdf/listeocfr1004.pdf 13 mon-panier-bio.com, Le bio pour la nature, bon pour nous, disponible sur http://www.mon-panier- bio.com/blog/2008/07/
  26. 26. 25 II. IDENTIFICATION DES MARCHES D’après les objectifs du projet, la structure à créer peut être présente sur plusieurs marchés, identifiés du plus global au plus précis : - le marché de l’agroalimentaire l’agriculture (et l’agriculture biologique) - le marché de la distribution le marché de la distribution alimentaire le marché de la distribution alimentaire en circuit court le marché de la distribution d’aliments issus de l’agriculture biologique - le marché des activités extraprofessionnelles le secteur associatif En effet, la structure a pour but de rendre accessible les produits alimentaires locaux, ce qui implique une présence sur le marché de la distribution alimentaire en circuit court, et peut-être biologique. En souhaitant répondre aux besoins des consommateurs et également des agriculteurs, elle se place également sur le marché de l’agriculture, ou tout du moins nous devons l’étudier. Enfin, dans une optique de diversification des services il peut être nécessaire d’analyser les marchés des activités extraprofessionnelles pour connaître les habitudes des français (plus particulièrement dans le domaine de l’environnement et du social) à travers le secteur associatif qui mobilisent de très nombreux bénévoles et adhérents. L’étude de ces secteurs permettra en effet de mieux cibler l’activité de la structure et le contexte dans lequel elle va évoluer. L’analyse des marchés comporte une étude globale de chaque secteur, dans le monde, en France en Ile-de-France et en Seine-et-Marne (lorsque les données sont accessibles), d’abord puisque c’est là qu’est implanté notre commanditaire, mais également car il s’agit d’une région tout à fait singulière en France. Le travail sur l’offre, pour être plus pertinent, se focalisera sur un périmètre départemental, tandis que l’étude de la demande portera sur des zones géographiques différentes, en fonction de l’intérêt des données collectées.
  27. 27. 26 III. ANALYSE DES MARCHES 1. Le marché agricole a. Dans le monde Le secteur agroalimentaire mondial s'est fortement développé grâce à l'accroissement de l'échange de produits et à la mondialisation. Ce secteur se verra de plus en plus confronté au problème démographique puisque la population atteindra 7 milliards de personnes en 2010. La demande va donc sans cesse augmenter et la production n'est pas infinie. On note également une croissance de l'approvisionnement alimentaire par habitant dans les pays en voie de développement. Le secteur agroalimentaire se trouve donc face à des inégalités en termes d'accès à la nourriture, qui ne feront que s'accentuer. Fin 2006, près de 30,5 millions d'hectares étaient cultivés selon le mode biologique par plus de 719 000 exploitations agricoles (source : IFOAM), soit 0,65 % du territoire agricole (des pays étudiés). En termes de surface, l’Australie est en tête, suivie de la Chine, de l’Argentine, des Etats-Unis et de l’Italie. On note donc une répartition inégale dans le monde : l’Océanie constitue 40,7 % des terres biologiques avec seulement 1,1 % des exploitations, l’Europe quant à elle comporte 24 % des terres avec 26 % des exploitations14 . La croissance de la surface « bio » dans le monde est phénoménale, puisqu’elle a triplé en 7 ans. Superficie consacrée à l'agriculture biologiques, pour les principaux pays, dans le monde 0 2 000 000 4 000 000 6 000 000 8 000 000 10 000 000 12 000 000 14 000 000 Suisse ItalieUruguayAllem agneAustralie FranceBelgiqueArgentineCanada Chine USA pays superficie(ha) L’agriculture biologique est pratiquée dans plus de 120 pays dans le monde (cultures labellisées) et correspondent à 31 millions d’hectares pour plus de 623 000 exploitations. Les ventes mondiales de produits biologiques ont atteint 23,5 milliards d’euros en 2006. L’Europe et l’Amérique du Nord 14 Agence Bio (2006), L’agriculture biologique dans le monde en 2006.
  28. 28. 27 sont en tête des ventes avec plus de 96 % du marché15 . L’Australie et la Chine possède les plus grandes surfaces agricoles biologiques du monde. Il faut cependant noter que la Suisse possède l’un des plus fort pourcentage de terres cultivées selon le monde biologique, par rapport à sa SAU (Surface Agricole Utilisée) totale (11,33 %), tout comme le Liechtenstein (26,4 %) et l’Autriche (13,53 %). La France quant à elle possède moins de 2 % de ses terres en agriculture biologique. Côté européen… Les réglementations européennes et le marché commun procurent un environnement favorable au secteur agroalimentaire. Au sein de l’Union Européenne, l’agriculture participe à hauteur de 1,2 % du PIB européen16 , et on compte 171 966 milliers d’hectares utilisés en 2005 (selon l’INSEE). La France représente à elle seule 16 % de cette superficie agricole utilisée (SAU) et est le pays ayant le plus grand nombre de « grandes » exploitations. L’évolution des revenus de l’activité agricole, au sein de l’UE à 27, est positive (5,4 % entre 2006 et 2007 et +16 points entre 2000 et 2007), tout comme en France (7,7 % entre 2006 et 2007 et +5,6 points entre 2000 et 2007). L'élargissement de l'UE segmente le marché et on distingue une UE "ex 15" qui voit son secteur agroalimentaire croître lentement mais se diversifier vers des produits à plus forte valeur ajoutée, tandis que dans les pays "nouveaux entrants" le marché est en très forte croissance. b. En France L’agriculture participe à 1,5 % du PIB en France. Le secteur se trouve aujourd’hui face à un fort déclin des acteurs qui le composent. En effet, le nombre d’exploitations agricoles17 n’a fait que décroître depuis plus d’une dizaine d’années (ce phénomène est accentué pour les petites exploitations aux dépends des plus grandes), avec une diminution de 3 % par an entre 2005 et 2007. Le secteur emploie 770 000 actifs. Point positif, la surface exploitée reste la même (25,2 millions d’hectares), puisque les exploitations récupèrent les terres délaissées par celles qui cessent leur activité. 15 YouthXChange .net, L’Agriculture Biologique dans le monde disponible sur http://www.youthxchange.net/fr/main/b225_global-market-a.asp 16 AGRESTE (juin 2008), L’agriculture dans l’économie, Ministère de l’Agriculture et de la Pêche. 17 AGRESTE (octobre 2008), Enquête sur la structure des exploitations agricoles en 2007, Ministère de l’Agriculture et de la Pêche.
  29. 29. 28 Evolution du nombre d'exploitations agricoles 0 500 1 000 1 500 2 000 2 500 1955 1970 1988 2000 2005 2007 années nombreenmilliers Total des exploitations moins de 20 hectares plus de 50 hectares Les formes juridiques des exploitations évoluent puisque en 2007 seulement 58 % d’entre elles sont individuelles (soit – 30 points par rapport à 1998). On compte également 21,5 % de EARL (Exploitations Agricoles à Responsabilité Limitées, + 21 points) et 12,6 % de GAEC (Groupement Agricoles d’Exploitations en Commun, + 6 points). Les agriculteurs tentent donc de trouver des formes plus adaptées à leur activité, ils essaient de limiter les risques et de s’affirmer sur le marché en se regroupant. Ces exploitations correspondent à diverses activités et on remarque que de nombreux agriculteurs pratiquent plusieurs sortes de culture ou d’élevage au sein d’une même exploitation. La diversité des produits devient un atout concurrentiel. On remarque que le maraîchage et les fruits représentent une petite partie des surfaces agricoles en France (6 %), bien que ces activités mobilisent le plus de ressources parmi le secteur agricole (respectivement 4,8 et 4,6 actifs en 2007). Exploitations agricoles selon l'orientation technico- économique, en France, en 2007 24% 3% 11% 3% 17% 13% 6% 5% 18% Grandes cultures Horticulture, maraîchage Viticulture Fruits Bovins lait Bovins viande Autres herbivores Porcins, volailles Polyculture, polyélevage Les principaux aliments produits chaque année sont (par ordre décroissant, en volume en 2007) les céréales, les betteraves industrielles, les pommes de terre, les pommes, les tomates, les carottes, le
  30. 30. 29 maïs, les choux-fleurs, les pêches et nectarines… Il faut également compter le lait de vache, de brebis et de chèvre, ainsi que le vin. Depuis 1990, certains produits ont cependant vu leur production baisser comme les tomates, les choux-fleurs, les pêches, les poires, les cerises, le vin ainsi que le lait de vache ; tandis que d’autre (pommes de terre, maïs, haricots verts, laits de brebis et de chèvre) ont augmenté. L’envolée des coûts de production (principalement due à la hausse du prix du pétrole) impacte le revenu agricole moyen qui diminue de 15 % en 200818 (avec plus particulièrement – 26 % pour les agriculteurs ayant pour activité les fruits). Il faut noter que l’endettement moyen des exploitations agricoles est alertant puisqu’il ne fait qu’augmenter, pour atteindre 80 000 euros à long terme et 40 000 euros à court terme, soit le double des taux de 1980. Les prêts à l’installation représentant plus de la moitié des emprunts, tandis que ceux servant à la modernisation des exploitations représentent 20 % du total. En France, l’effet de la périurbanisation sur les exploitations agricoles est significatif, puisque plus celles-ci sont près des zones urbaines, plus elles sont petites et intensives. Inversement, en zones rurales, les exploitations sont plus grandes et extensives. De plus, on remarque sans surprise que le prix des terres diminue avec la distance et la taille des villes. En ce qui concerne l’agriculture biologique, après une forte croissance du nombre d’exploitations certifiées entre 1995 et 2002, celle-ci ralentit nettement depuis 2003. La France comporte seulement 2 % d’agriculture biologique, parmi sa SAU totale. Evolution des surfaces bio et en conversion depuis 1995 Importance de l’agriculture biologique Source : Agence Bio (2008), L’agriculture biologique française en 2007. La production biologique concerne : l’élevage bovins (23 %), les grandes cultures (21 %), les légumes (14 %), les fruits (6 %)… Les surfaces fruitières bio sont en forte expansion (5 % des 18 AGRESTE (décembre 2008), Hausse des coûts de production, baisse des revenus, Ministère de l’Agriculture et de la Pêche.
  31. 31. 30 surfaces fruitières totales en 2007 en croissance de 5 % dans un secteur fruitier en décroissance). Cependant l’agriculture biologique est inégalement répartie en France puisqu’on distingue des départements consacrant près de 7 % de leur SAU, tandis que d’autre affichent moins de 1 %, et c’est le cas de l’Ile-de-France (en 2006). En Ile-de-France… L’agriculture francilienne occupe 50 % du territoire régionale19 avec 5 300 exploitations, tandis qu’elle ne représente que 2 % de la SAU et des exploitations françaises. Le nombre d’exploitations diminuent de 3 % par an, bien que leur taille moyenne soit importante (plus de 100 ha pour presque la moitié d’entre elles). Source : AGRESTE (2000), recensement agricole. La localisation des exploitations maraîchères en Ile-de-France peut paraître surprenante, puisqu’elles se concentrent autour de la zone urbaine, au lieu de profiter des espaces ruraux. Cela s’explique par un aspect pratique en termes de transport. Ainsi s’est installée une ceinture d’exploitations à proximité de la capitale et des villes périurbaines. On remarque que l’agriculture francilienne produit surtout des céréales (60 % de la SAU), tandis que le maraîchage, l’horticulture et l’arboriculture fruitière se maintiennent difficilement. Notons tout de même que la production régionale se place 1ère pour le persil et le cresson et 4ème pour la laitue. Avec 86 exploitations certifiées Agriculture Biologique, l’IDF a l’un des plus fort taux de croissance en 2007 (+ 10 %)20 . Cependant, sa surface bio s’élève seulement à 0,8 % de la SAU régionale. 19 AGRESTE (décembre 2008), Mémento de la statistique agricole, Ministère de l’Agriculture et de la Pêche. 20 Agence Bio (2008), L’agriculture biologique française en 2007.
  32. 32. 31 Evolution du prix des terrains agricoles 0 1 000 2 000 3 000 4 000 5 000 6 000 7 000 1980 1990 2000 2004 2005 2006 prix (en €/ha) temps France Terres labourables France Prairies naturelles Ile-de-France Terres labourables Ile-de-France Prairies naturelles Sans surprise, le prix des terres en Ile-de-France est bien plus élevé que la moyenne nationale. Il est important d’ajouter que le revenu agricole dans cette région est supérieur. Le prix élevé peut poser des problèmes en termes d’installation des producteurs, qui demande un apport bien plus important qu’ailleurs. En termes de charges, le prix d’achat des moyens de production subit une hausse significative21 sur un an (+ 13,6 % entre 2007-2008) : + 15,5 % pour l’énergie, +59,9 % pour les engrais, + 5,8 % pour l’entretien et la réparation du matériel… Enfin, en Île-de-France, les « autres formes sociétaires » sont plus développées que le reste de la France, puisqu’elles atteignent 11 % (pour seulement 5 % de GAEC, et 51 % de formes individuelles), avec un nombre important également d’EARL (32 %). c. En Seine-et-Marne La Seine-et-Marne est un département très rural, en particulier faisant partie d’une région comme l’IDF, avec 81 % de terres non construites dont 56 % labourables et cultivables. Il est considéré comme « le grenier à blé d’Ile-de-France »22 avec 60 % des surfaces agricoles de la région. Malgré un fort potentiel, on observe une diminution de la surface de terres cultivables en faveur de l’urbanisation qui affecte les exploitations (nuisances, pérennité difficile, précarité…). Comme en France, le nombre d’exploitations diminue (-2,2 % par an, et - 30 % en 10 ans). Elles étaient 2 778 en 2007, soit 52 % des exploitations de la région. Elles représentent 0,7 % de la population active du département, et 7 % de l’activité économique du pays. La SAU moyenne des exploitations professionnelle est plus élevée que dans les autres départements d’IDF (143, face 131 pour l’IDF et 76 pour la France). 21 INSEE, SSP 22 Conseil Général de Seine-et-Marne (2007), Les chiffres clés de la Seine-et-Marne.
  33. 33. 32 Il est important de signaler que, d’après la Préfecture de Seine-et-Marne, le département dispose de réserves foncières importantes (6,5 millions de m2) destinées au développement d’activités économiques (en particulier pour les villes nouvelles). D’après la carte francilienne de l’AGRESTE, les céréaliers monopolisent la quasi-totalité de l’espace agricole seine-et-marnais, bien que l’on distingue une concentration de maraîchers au sud de Melun. Cela s’explique par le fait que le rendement des exploitations céréalières semble être plus important que pour les autres cultures. Le blé tendre est le produit le plus important en volume, suivi par l’orge et le maïs. En Seine-et-Marne, il se produit également des protéaigineux (pois), des betteraves et des pommes de terre. Comparée aux autres départements, la Seine-et Marne est effectivement pauvre en maraîchage, qui, de plus, correspond à des SAU plus petites que les autres cultures. Il existe donc un contraste entre une production céréalière extensive et exportatrice, face à des cultures spécialisées (maraîchères, biologiques…) qui peinent à se développer23 . Nous constatons cependant que les producteurs de Seine-et-Marne bénéficient de plusieurs avantages dont la proximité de l’agglomération parisienne (plus grand secteur européen de consommation) approvisionnée par le Marché d’Intérêt National de Rungis (MIN) « vers lequel converge une large part des productions spécialisées seine-et-marnaises ». 23 Préfecture de Seine-et-Marne, L’agriculture en Seine-et-Marne, disponible sur http://www.seine-et- marne.pref.gouv.fr/sections/le_departement/chiffres_cles/activite_economique/lagriculture_en_sei5992.
  34. 34. 33 Prix des terres louées de plus d’un hectare en 2007 AGRESTE (décembre 2008), Mémento de la statistique agricole, Ministère de l’Agriculture et de la Pêche Le prix des terres agricoles dans le département est le plus bas de la région. Il faut cependant remarquer que la Seine-et-Marne est composée de zones ayant des tarifs différents (plus on se rapproche de le Paris, plus le prix est élevé). Les exploitations restent très dépendantes de la PAC (110 % de leur revenu). On constate une migration des coopératives et des Industries Agroalimentaires vers les autres départements d’IDF, et donc une perte de valeur ajoutée en Seine-et-Marne. La solution semble être la diversification des exploitations (comme les biocarburants, les gites ruraux). En termes de formes juridiques, le département ne se démarque pas et suit la tendance de la région IDF (forme individuelle, puis EARL, GAEC, autres formes sociétaires). 2. Le marché de la distribution alimentaire a. Dans le monde CA en milliards d’USD, 2004 Rang Distributeur CA 1 Wal-Mart (USA) 200,2 2 Carrefour (France) 90,4 3 The Home Depot (USA) 73,1 4 Metro (Allemagne) 70,1 5 Ahold (Pays Bas) 64,7 6 Tesko (R-U) 62,3 7 The Koger Co (USA) 56,4 8 Sears Holding (USA) 55,8 9 Rewe (Allemagne) 50,7 10 Intermarché (France) 47,3 Classement des distributeurs dans le monde 24 24 Distripedie, Les 30 premiers distributeurs du monde : statistiques et analyses, disponible sur http://www.distripedie.com/distripedie/spip.php?article55
  35. 35. 34 Parmi les plus grands distributeurs du monde (alimentaire et hors alimentaire), on retrouve une majorité d’américains et d’européens, parmi lesquels Carrefour en deuxième place et Intermarché en bas de tableau. Parmi les 30 premiers distributeurs, 15 sont européens, 13 sont américains et 2 japonais. Cependant, en termes de chiffre d’affaires, les américains et l’enseigne phare Wal-Mart sont leaders sur le marché. L’alimentaire domine largement le marché de la distribution (en CA). Côté européen… La distribution alimentaire en Europe est dominée par des géants qui collectionnent hyper et supermarchés. Carrefour est leader en 2007, suivi de Métro et de Tesco25 . > Zoom sur les circuits courts Les circuits courts constituent un moyen de distribution bien spécifique qui permet de réduire le nombre d’intermédiaires entre le producteur et le consommateur : 1 seul intermédiaire pour les circuits dits courts et aucun intermédiaire lors d’une vente directe. Il existe différents circuits courts qui permettent aux producteurs d’entretenir des relations avec leurs clients (qui sont bien souvent les consommateurs) : la vente à l’exploitation, la vente en coopératives, les marchés ou les contrats locaux… (que nous étudierons plus précisément pour la cas de la France). Les contrats locaux entre agriculteurs et consommateurs (appelés Partenariats Locaux Solidaires entre Producteurs et Consommateurs) se développent dans le monde entier sous différentes formes : Community Supported Agriculture (CSA) dans les pays anglo-saxons, Agriculture Soutenue par la Communauté (ASC) au Québec, Teikeis au Japon, Reciproco au Portugal, Associations pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne (AMAP) en France… Le réseau URGENCI26 regroupe ces acteurs au niveau mondial. Pays Japon GB Québec France USA Nombre de PLSPC 1 000 Teikeis 100 CSA 100 ASC 250 AMAP 1 700 CSA Développement des PLSPC dans le monde : les principaux pays 27 Le Japon, précurseur en la matière, est donc très riche en Teikeis (ou formes assimilées), les Etats- Unis ont également fortement développés ce système (ce qui n’est pas étonnant, au prorata de la population). La Grande-Bretagne et le Québec dispose d’un important nombre de structures, en 25 Retail-index.com, Distributeurs de produits alimentaires du monde entier, disponible sur http://www.retail- index.com/HomeSearch/MarchedetailenEuropebasededonn%C3%A9esFrancais/DistributionalimentaireenEurope.aspx 26 URGENCI, Réseau International Urgenci disponible sur http://www.urgenci.net 27 Amap-idf.org, Le réseau des AMAP en Ile-de-France disponible sur http://www.amap-idf.org
  36. 36. 35 prenant en compte leur taille et leur population. La France est donc en retard sur ce point. Les Teikeis ont vu le jour au Japon dans les années 1960, en plein essor économique du pays. La production de masse et la pollution entraine alors une véritable prise de conscience pour une poignée de consommateurs qui modifient leur mode de consommation. Aux côtés de producteurs motivés, ils mettent en place les premiers Teikeis (« partenariats » en japonnais). Il s’agit d’une vente de produits issus de l’agriculture biologique, directement au consommateur, sans intermédiaire, et donc à des prix compétitifs. Ce système est cependant en difficulté face aux nouvelles réglementations concernant l’agriculture biologique (normalisation) qui entrainerait une hausse des prix et un contrôle des producteurs. Le modèle CSA est également basé sur un partenariat entre consommateurs et producteurs locaux pratiquant une agriculture « soutenable ». L’engagement mutuel et l’échange représente la base de la relation : l’agriculteur fournit la population, qui, elle, partage les risques et bénéfices de l’exploitation. L’engagement est mis en place dès le début du partenariat, grâce au paiement des produits pour la saison entière. Selon une fréquence déterminée, les consommateurs reçoivent un panier (« basket ») au contenu variant selon la période de l’année. En France, l’AMAP fonctionne sur le même modèle. La première fut créée en 2001 à Aubagne. La ferme est souvent située en zone périurbaine et il s’agit principalement de maraichers, même s’il existe également des contrats pour des fruits, de la viande ou des produits laitiers (selon l’Urgenci). Les méthodes d’agriculture sont le plus souvent biologiques ou « écologiques ». Une relation de confiance s’installe entre les deux parties grâce à différents moyens : visites, discussions, participation aux travaux, organisation d’évènements…. Le système Reciproco (Relations de Citoyenneté entre Producteurs et Consommateurs lancé en 2003), au Portugal, applique cette forme de distribution mais entre un groupe d’agriculteurs précaires d’une même communauté rurale et des consommateurs urbains. Les Jardins de Cocagne sont nés à Genève, en Suisse (à ne pas confondre avec les associations de réinsertion professionnelle par le maraîchage, en France). Ils fournissent en légumes bio près de 400 ménages habitant la périphérie de Genève. Chaque « coopérateur » paie un abonnement en fonction de son salaire et travaille 4 demi-journées par an au jardin.
  37. 37. 36 Les circuits courts représentent un mode de distribution tout à fait adapté aux produits biologiques. En effet, l’agriculture biologique suppose le changement des modes de production, mais qu’en est-il de la distribution de ces produits ? > Zoom sur les distributeurs "bio" Segmentation de la distribution bio en France, aux Etats-Unis et en Allemagne 28 La comparaison entre pays pour ce secteur est difficile, puisque les données sont difficilement accessibles et que les points de vente diffèrent. Grâce à ce schéma, on remarque cependant que les Grandes et Moyennes Surfaces (GMS) effectuent la plus grande partie des ventes de produits biologiques (35 à 10 %) en Allemagne, en France et aux Etats-Unis. En Angleterre ou dans certains pays nordiques, ce résultat atteint 70 à 85 %. En France, les magasins indépendants sont encore peu développés contrairement aux réseaux, ce qui n’est pas le cas en Allemagne. La vente directe biologique semble bien présente en France et surtout sur le territoire allemand. En termes de produits, les ventes semblent être sensiblement les mêmes en France et aux Etats- Unis. On remarque simplement que les fruits et légumes bio représentent 40 % des parts de marché américaines, face à 15 % en France. Les français achètent d’avantage de viandes, volailles et en épicerie salée, que les américains. Le marché américain est donc en plein essor et représente désormais 2 % du marché alimentaire national avec 18,8 milliards d’euros en 2006 (contre 1,5 pour la France et 4,5 pour l’Allemagne). 28 BioLinéaires, Comparaison de la distribution biologique disponible sur http://www.biolineaires.com/articles/les- chiffres-de-la-bio/131-comparaison-de-la-distribution-biologique.html
  38. 38. 37 b. En France Comme nous le savons, les hyper et supermarchés prédominent sur les ventes de produits alimentaires en France. En 2007, ces deux types de distribution possèdent d’ailleurs le même nombre de parts de marché. Parts de marché selon la forme de vente au détail, pour les produis alimentaires (hors tabac) 0,0 5,0 10,0 15,0 20,0 25,0 30,0 35,0 40,0 Alim entation spécialisée Petites surf.d’alim entation Superm archés M agasins populaires Hyperm archés H ors m agasin (m archés...) Formes de vente au détail ventesen% 1999 2007 Source : INSEE, juin 2008 L’alimentation spécialisée (boulangerie, boucherie…) continue de décroître, tout comme la vente hors magasin, dont fait partie les marchés. > Zoom sur les circuits courts En quelques années, le paysage de la distribution a radicalement changé, désormais les GMS accaparent près de 80 % du marché alimentaire et deviennent de plus en plus puissantes (concentration, centralisation des achats). Mais les circuits courts et la vente directe sont toujours présents et attirent les consommateurs citadins en recherche de contacts avec les producteurs. En opposition avec les circuits dits longs (GMS, grossistes, détaillants, exportations), les circuits courts sont de différents types en France29 : - Vente directe à la ferme ou sur l’unité de production, y compris vente aux touristes - Vente par correspondance - Vente sur Internet - Boutique de producteurs - Livraison à domicile - Vente aux restaurateurs locaux - Vente aux comités d’entreprise 29 Commission Européenne (juillet 2000), “Innovation en milieu rural” Cahier de l’innovation n°7, Observatoire européen LEADER
  39. 39. 38 - Vente dans le cadre de foires, marchés locaux, expositions - Vente par le producteur, sur un stand séparé, dans les grandes surfaces de proximité - Vente aux consommateurs dans le cadre de contrats locaux Mais les circuits courts peuvent revêtir encore d’autres formes, puisque sa définition est relativement large. Selon une étude menée par la Commission Européenne, les circuits courts et longs sont complémentaires et tous deux nécessaires aux agriculteurs. Comme nous l’avons vu au niveau monde, il existe en France une forme de contrat local connue et en pleine expansion : les AMAP. Elles sont au nombre de 250 dans le pays à l’heure actuelle (selon le réseau Alliance Provence). Il existe également les Jardins de Cocagne, regroupés en Réseau Cocagne : ce sont « des jardins maraîchers biologiques à vocation sociale et professionnelle. A travers la production et la distribution de légumes biologiques, sous forme de paniers hebdomadaires, à des adhérents- consommateurs, ces Jardins permettent à des adultes en difficulté de retrouver un emploi et de (re)construire un projet personnel.» 30 On dénombre près de 100 jardins en activités et 15 en projet dans toute la France, qui emploient 2 700 jardiniers, 12 000 familles d’adhérents, 450 encadrants permanents et près de 1 200 bénévoles. En Ile-de-France… Mai 02 Oct 03 Oct 04 Oct 05 Oct 06 Mars 07 Groupes de consom'acteurs en AMAP 0 1 3 14 47 53 Paysans en AMAP dont maraîchers dont éleveurs dont céréaliers dont certifiés AB ou en conversion 1 1 0 0 1 3 2 0 1 2 14 11 2 1 13 32 29 2 1 24 35 30 4 1 27 Groupes de consom'acteurs en projet 1 1 2 17 13 21 Paysans en projet d'AMAP 13 Evolution des AMAP depuis 2002 Source : réseau AMAP idf Les AMAP se développent d’autant plus en Ile-de-France où le besoin est encore insatisfait (longues listes d’attentes). On remarque que le nombre de paysans impliqués est plus faible que le nombre d’AMAP. Un même producteur fournit donc plusieurs AMAP. De plus, les AMAP en projet 30 Réseau Cocagne, Ensemble Cultivons la solidarité disponible sur http://www.reseaucocagne.asso.fr
  40. 40. 39 sont davantage menées par des groupes de consommateurs, même si le tiers semblent être créées par des producteurs. Il existe seulement 2 Jardins de Cocagne en Ile-de-France (contre 23 en Rhône-Alpes par exemple), dans le Val d’Oise et l’Essonne. Ces formes de ventes en circuits courts seront analysées plus en détail lors de l’étude de la forme juridique de la structure à recommander. > Zoom sur les distributeurs "bio" Le bio est encore une niche parmi le marché alimentaire en France, mais sa croissance est fulgurante (15 % par an depuis 2005 une étude Eurostaf). Le circuit mass-market continue sa lancée et regroupe 60 % des ventes grâce au développement des MDD (Marques de Distributeurs) en GMS et aux magasins spécialisés. Evolution du nombre de préparateurs et distributeurs certifiés en agriculture biologique Source : Agence Bio (2008), L’agriculture biologique française en 2007 Le graphique ci-dessus montre que les distributeurs certifiés (détaillants, stockeurs, négociants, grossistes se sont très fortement multipliés en 2 ans. Cette croissance spectaculaire s’explique par différents éléments : un contexte favorable à l’agriculture biologique, la mise en place de certifications de plus en plus convoitées, le développement de la demande et donc le besoin de distribuer ces produits. En 2007, 49 % des distributeurs certifiés avaient une activité 100 % bio, les autres étaient mixtes. Il est important de noter que seulement 62 % des distributeurs bio s’approvisionnent dans la région, contre 80 % s’approvisionnant en France, 50 % dans l’U.E. et 24 % dans les pays tiers. Bien que cela représente plus de la moitié, ce chiffre est tout de même très insatisfaisant, et les résultats concernant les autres pays (hors France) sont alertant. Pourquoi vendre des produits bio provenant d’autres pays, on peut voir ici une certaine forme de contradiction. Ces chiffres doivent
  41. 41. 40 correspondre aux ventes de produits hors saisons qu’il faut donc aller chercher ailleurs… Les produits les plus consommés sont : la crèmerie (produits laitiers et œufs, 21 % de la consommation de produits bio) ; les fruits et légumes (16 %) ; le pain et farines (12 %) ; les vins et autres boissons alcoolisées (12 %) ; la viande et volaille (11 %) ; l’épicerie sucrée (11 %) et salée (9 %). Tout comme nous l’avons vu au niveau monde, en France, les canaux de distribution31 des produits biologiques, sont multiples : - Grandes et Moyennes Surfaces (lait, œufs, café, viande) - Marchés (fruits, légumes, poissons) - Magasins spécialisés en produits bio (épicerie, traiteur) - Commerçants et artisans (viande, pain) - Fermes (vin, fruits et légumes) - Jardins On constate que 3 circuits de distribution prédominent sur le marché bio : Répartition des distributeurs sur le marché alimentaire biologique en 2007 38% 5% 18% 39% Magasins spécialisés GMS Vente directe Commerçants traditionnels Source : Agence Bio (2007), La commercialisation et la consommation des produits biologiques en France La distribution spécialisée représentait un chiffre d’affaires de 661 millions d’euros en 2006. On y vend essentiellement des produits d’épicerie et de traiteur par rapport aux autres circuits. Il s’agit de réseaux de magasins ou d’indépendants, qui se développent fortement chaque année. Les parts de marchés sont quasiment équivalentes entre magasins spécialisés et GMS puisqu’en 2006 ces derniers étaient leaders, contrairement en 2007. Le secteur est donc très compétitif. Les GMS (619 millions d’euros en 2006) proposent principalement des produits peu transformés comme le lait, les œufs, le café et la viande. On observe également un fort développement des 31 Agence Bio (2006), Baromètre de consommation et de perception des produits biologiques en France
  42. 42. 41 gammes bio au sein des GMS (Carrefour Agir par exemple). Le taux de présence des fruits et légumes bio en GMS est en forte augmentation depuis 2003, avec une accélération entre 2006 et 200732 . On note donc la ferme intention de ces distributeurs à s’affirmer dans l’univers bio. La vente directe (285 millions d’euros en 2006) correspond aux ventes sur les marchés et à la ferme pour des produits tels que le vin et les fruits et légumes. Notons que les circuits courts ne sont pas le moyen de distribution le plus important pour les produits bio. La restauration collective de produits biologiques, même si elle reste très minime, fait également partie de moyen de distribution, qui plus est depuis les objectifs fixés par le Grenelle de l’Environnement (20 % de produits bio en 2012 dans les commandes de restauration collective de l’Etat). Cela regroupe trois secteurs : - la santé et le social (hôpitaux, maison de retraite…) qui représentent 43 % des repas servis - l’enseignement (restauration scolaire et universitaire) avec 33 % - le travail (restauration d’entreprise et d’administration) avec 13 % De plus en plus de communes s’engagent pour l’introduction des produits bio dans la restauration collective et pour l’élargissement des gammes consommées. > Zoom sur les circuits courts de produits biologiques En 2007, le 2ème mode de distribution le plus utilisé par les producteurs bio (après l’utilisation d’opérateurs intermédiaires) était la vente directe. En effet 15 % d’entre eux recouraient exclusivement à ce moyen, et 35 % l’utilisait pour la majeure partie de ses ventes. Ainsi plus d’un agriculteur bio sur deux choisissaient la vente directe parmi les canaux de distribution qu’il utilisait. 32 Agence Bio (2007), La commercialisation et la consommation des produits biologiques en France
  43. 43. 42 Source : Agence Bio (2008), L’agriculture biologique française en 2007 Les adeptes des circuits directes sont, selon l’Agence Bio, des viticulteurs, des producteurs de fruits, de légumes, de plantes aromatiques et de miel. La vente directe pratiquée par les agriculteurs bio est de différentes formes : Type de vente directe pratiquée par les producteurs « bio » Source : Agence Bio (2008), L’agriculture biologique française en 2007 Les canaux majoritairement utilisés, comme le montre ce schéma, sont donc la vente sur place (pour des raisons de praticité logistique) et les marchés, foires et salons. La vente de paniers n’est utilisée que par 8 % des producteurs bio, ce moyen est donc fortement sous-utilisé. c. En Seine et Marne Les informations concernant la Seine et Marne, zone géographique la plus précise de cette étude de marché, seront détaillées dans la partie offre et demande. En effet, elles concernent les types de distribution et enseignes se trouvant sur le territoire (offre) ou les habitudes de consommation (demande). Pour éviter une redondance, nous ne ferons ici qu’aborder les données essentielles que nous avons trouvées.
  44. 44. 43 > Zoom sur les circuits courts Les circuits courts en Seine et Marne revêtent les mêmes formes que partout en France : marchés, coopératives, AMAP, Jardins de Cocagne (JDC)… On compte 11 AMAP dans le département mais aucun JDC. Concernant les autres circuits courts ou directs, nous n’avons pas d’informations locales sur l’évolution ou le nombre de marchés, de coopératives de producteurs, de vente à la ferme ou aux restaurants collectifs… Il s’agit de données peu comptabiliser et donc peu accessibles. > Zoom sur les distributeurs "bio" On note une importante concentration des distributeurs bio en IDF, le phénomène étant remarqué autour des grandes villes françaises. Comme dans toute la France, les distributeurs se développent fortement, mais nous n’avons aucune donnée précise pour le 77. > Zoom sur circuits courts de produits biologiques L’IDF, et la Seine-et-Marne sont des zones qui comportent le moins d’agriculteurs biologiques utilisant la vente directe comme moyen de distribution (moins de 20, comparé à la Drôme, L’Ardèche ou le Gard qui comptent plus de 150 agriculteurs bio en vente direct, chacun). Cependant, de manière relative, rapportée au nombre d’agriculteurs bio de Seine-et Marne, plus de 55 % d’entre eux pratiquent la vente directe au consommateur (voir carte ci-dessous). Part des producteurs pratiquant la vente directe Source : Agence Bio (2008), L’agriculture biologique française en 2007 3. Le marché des activités extraprofessionnelles Par « extraprofessionnelles » nous entendons toutes les activités réalisées ou auxquelles participent les individus, en dehors de leur emploi et des tâches consacrées à la gestion de leur foyer. En effet, il nous semblait important d’étudier les modes de vie et les implications principales et émergentes au sein de la société afin d’inscrire la structure au sein de besoins identifiés et de

×