Hôpital Rivière-des-Prairies 
Mercredi le 18 septembre 2013 
8h30 à 16h30
2 
Objectifs généraux du colloque : 
1. Permettre aux participants de procéder au dépistage précoce du TDA/H, de 
pouvoir ...
3
Le TDA/H à travers les âges 
Hôpital Rivière-des-Prairies 
Mercredi le 18 septembre 2013 
Autres conditions pouvant 
se ma...
5 
Vincenzo Di Nicola 
MPhil, MD, PhD, FRCPC, FAPA 
• Chef du Service de pédopsychiatrie et Responsable pour les 
« Soins ...
6 
Vincenzo Di Nicola 
MPhil, MD, PhD, FRCPC, FAPA 
• Aucun conflit d’intérêt 
• Aucune relation avec les compagnies pharm...
7 
Objectifs pédagogiques de la présentation : 
1. Le participant identifiera les autres conditions entraînant une 
altéra...
8
9 
La mission de HMR en psychiatrie et pédopsychiatrie 
La mission du Département de psychiatrie HMR dans le Réseau 
unive...
10 
Partenaires en « Soins partagés » 
• Département de pédiatrie 
HMR 
• Unité de médecine familiale 
HMR 
• CSSS Lucille...
11 
Problèmes/besoins identifiés par les pédiatres HMR 
• Accès rapide à une consultation en pédopsychiatrie pour 
diagnos...
12 
Motifs de consultation des pédiatres
13 
Recommandations 
• Amorcer une réflexion spécifique sur le TDA/H 
• Clarifier les rôles respectifs des équipes de prof...
14
15 
Épidémiologie 
• Autour du monde, environ 1 sur 5 enfants ont un trouble identifiable en 
santé mentale 
• Au Québec c...
16
17 
Épidémiologie : TDA/H 
Prévalence du TDA/H dans la majorité de cultures 
• Environ 5% chez les enfants 
• Environ 2.5%...
18 
Santé mentale chez les jeunes : « une crise publique » 
États-Unis 2001 : 
« Surgeon General’s Report on Children’s Me...
19
20 
Diagnostic du TDA/H selon le DSM-5 
Catégorie : Trouble neurodéveloppemental 
Caractéristiques en commun : 
• Début lo...
21 
« Sous-types » selon le DSM-IV-TR (2000) 
• Déficit de l’attention/hyperactivité, type mixte 
• Déficit de l’attention...
22 
« Présentations actuelles » selon le DSM-5 (2013) 
• Déficit de l’attention/hyperactivité, présentation combinée 
• Dé...
23 
« Comorbidité » versus « Diagnostic différentiel » 
Selon le DSM, le patient peut être atteint de plus qu’une conditio...
24 
« Comorbidité » : Un survol 
Bien établi : 
• Trouble oppositionnel avec provocation 
• Trouble anxieux 
• Trouble des...
25 
« Comorbidité » : Un survol 
Selon le DSM-5 (APA, 2013) : 
• Trouble oppositionnel avec provocation 
• Trouble des con...
26
27 
Normalité versus TDA/H 
« Un enfant, c’est vrai que ça bouge! » - Dr Jacques Leroux, HRDP 
Il est normal pour un enfan...
28 
Dissiper les mythes, démystifier les diagnostics 
• Tout ce qui bouge n’est pas de l’hyperactivité 
• Tout ce qui est ...
29 
« Diagnostic différentiel » : Facteurs à considérer 
• Âge/développement 
• Capacités intellectuelles/Tr spécifiques d...
30 
Concept de « raisonnement clinique » 
Le raisonnement clinique est au coeur du processus diagnostic 
• Connaissances –...
31 
Concept de « faux frères » 
Chaque symptôme clé du TDA/H – 
l’inattention, l’impulsivité, l’hyperactivité – 
a des « f...
32 
L’Inattention 
• C’est la première caractéristique du TDA/H, 
et probablement la plus importante. 
• La difficulté qu’...
33 
L’Inattention 
• Chez l’enfant de quatre à sept ans – 
on remarquera le problème dès qu’il effectuera des tâches, 
tel...
34 
L’Inattention 
• Longtemps les experts ont cru que ces enfants hyperactifs étaient 
non pas inattentifs, mais plutôt f...
35 
« Faux frères » de l’inattention 
• Troubles sensoriels (audition, vision) 
• Troubles spécifiques des apprentissages ...
36 
L’Impulsivité 
• La difficulté à contrôler leur impulsivité constitue le deuxième 
problème majeur des enfants hyperac...
37 
L’Impulsivité 
• Ces enfants éprouvent aussi très souvent une grande difficulté à 
attendre leur tour lors d’une activ...
38 
L’Impulsivité 
• On les verra aussi fréquemment s’immiscer dans les conversations 
des adultes et donner leur point de...
39 
L’Impulsivité 
• En outre, cette impulsivité portera les enfants à prendre des risques 
qui les feront souvent champio...
40 
« Faux frères » de l’impulsivité 
• Trouble oppositional avec provocation 
• Trouble explosif intermittent 
• Syndrome...
41
42 
L’Hyperactivité/agitation 
• Pendant deux semaines, des enfants hyperactifs ont été observé 
jour et nuit pour tenter ...
43 
L’Hyperactivité/agitation 
• Il s’agit de mouvements sans rapport avec le travail en cours. 
Mais cette dépense d’éner...
44 
« Faux frères » de l’hyperactivité/agitation 
• Tics 
• Trouble de mouvements stéreotypés 
• Syndrome de Gilles de la ...
45 
Outils 
• HMA 
• Histoire de la maladie actuelle 
• Antécédents 
• Personnels (développement de l’enfant) 
• Familiaux...
46 
Outils 
• Évaluations 
• Scolaires, médicales, psychologiques et autres 
• Questionnaires 
• SNAP-IV 
• Conners Versio...
47 
Dissiper les mythes 
De nombreux patients viennent pour une évaluation de TDA/H avec de 
fausses informations ou des c...
48 
Dissiper les mythes 
Conseil pratique : 
• Il s'agit d'un diagnostic qui suscite beaucoup d'émotion. Il est très 
impo...
49
50 
Les « Soins collaboratifs » 
« Les soins collaboratifs en santé mentale se réfère à un médecin de 
famille ou autre cl...
51 
Les « Soins collaboratifs » 
• Le médecin de famille ou autre clinicien de première ligne joue un rôle 
clé pour les s...
52 
Les « Soins collaboratifs » 
• Malgré la prévalence élevée des problèmes mentaux et le fardeau 
assumé par la première...
53 
Les « Partenariats collaboratifs » 
• Avec la pénurie de ressources en santé mentale, c’est très important 
d’établir ...
54
55 
Pediatrician-Psychiatrist Partnerships Expand Access to Mental Health 
Care 
BM Kuehn, JAMA, Oct 12, 2011, 306 (14) : ...
56 
Plan d’action en santé mentale - PASM 
Dre Odette Bernazzani – Conférence Scientifique HMR – 12 nov 2009 
Omnipractici...
57 
Rôles de la deuxième ligne en santé mentale - PASM 
Le soutien à la première ligne 
• Soins partagés 
• Médecin spécia...
58 
Sherlock Photo : V Di Nicola
59 
Vers un continuum de « Soins collaboratifs » 
Interfaces de collaboration 
• Consultation-liaison – HMR Pédiatrie 
• S...
60 
Pratiques collaboratives 
« Patient partenaire » 
Le patient 
– et ajoutons sa famille – 
devient une partie intégrant...
61 
Sherlock & Nina Photo : V Di Nicola
62 
Spectre de soins 
Première ligne 
• Soins primaires 
• Principalement soins 
primaires 
Deuxième ligne 
• Soins spécia...
63 
Continuum de « Soins collaboratifs » 
Première ligne Deuxième ligne 
• Pédiatrie Consultation-Liaison Pédopsychiatrie ...
64
65 
CanMEDS : 
l'excellence des normes, 
des médecins et des 
soins
66 
Conclusions : Identifier des « faux frères » des 
symptômes du TDA/H 
• Comment identifier les caractéristiques de cha...
67 
Conclusions : Différencier le TDA/H des autres 
conditions 
• Compréhension des caractéristiques du TDA/H et des autre...
68 
Conclusions: Dissiper les mythes, 
démystifier les diagnostics 
• Tout ce qui bouge n’est pas de l’hyperactivité 
• To...
69 
Conclusions : Valeur ajoutée des soins collaboratifs 
• Enseignement 
• « Patient/famille partenaire » 
• Satisfaction...
70
71 
Remerciements 
Conférenciers 
• Philippe Lageix, MD 
• Jacques Leroux, MD 
• Line Massé, PhD 
• Dominique Panet-Raymon...
72 
Remerciements 
Ce colloque sur le TDA/H a été rendue possible grâce à 
des subventions à l’éducation octroyées sans co...
73 
Après la Coupe mondiale - 2006 Photo : V Di Nicola
74 
Bibliographie 
• Craven M, Bland R. Better practices in collaborative mental health 
care: an analysis of the evidence...
75 
Bibliographie 
• Kates N, Craven M, Bishop J, et al. Shared mental health care in 
Canada: the way ahead. Can J Psychi...
76 
Ressources sur l’internet 
• Canadian Attention-Deficit Hyperactivity Disorder Research Alliance 
(CADDRA) 
www.caddra...
77
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Tout ce qui bouge n'est pas du TDA/H: Autres conditions pouvant se manifester en inattention - Le TDA/H à travers les âges Hôpital Rivière-des-Prairies - 18 septembre 2013

707 vues

Publié le

Présentation/atelier au colloque "Le TDA/H à travers les âges " à l'Hôpital Rivière -des-Prairies Mercredi le 18 septembre 2013

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
707
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
18
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Tout ce qui bouge n'est pas du TDA/H: Autres conditions pouvant se manifester en inattention - Le TDA/H à travers les âges Hôpital Rivière-des-Prairies - 18 septembre 2013

  1. 1. Hôpital Rivière-des-Prairies Mercredi le 18 septembre 2013 8h30 à 16h30
  2. 2. 2 Objectifs généraux du colloque : 1. Permettre aux participants de procéder au dépistage précoce du TDA/H, de pouvoir en reconnaître les symptômes et de recommander les interventions multimodales appropriées pour améliorer la qualité de vie des personnes de 0-12 ans atteintes de ce trouble. 2. Soutenir les médecins omnipraticiens à poser le diagnostic de TDA/H à l’aide d’un outil reconnu. 3. Reconnaître et différencier les conditions s’apparentant au TDA/H et les comorbidités courantes de ce dernier. 4. Optimiser la médication et fournir des outils efficaces de suivi.
  3. 3. 3
  4. 4. Le TDA/H à travers les âges Hôpital Rivière-des-Prairies Mercredi le 18 septembre 2013 Autres conditions pouvant se manifester en inattention TOUT CE QUI BOUGE N’EST PAS DU TDA/H! Vincenzo Di Nicola md
  5. 5. 5 Vincenzo Di Nicola MPhil, MD, PhD, FRCPC, FAPA • Chef du Service de pédopsychiatrie et Responsable pour les « Soins partagés » en pédopsychiatrie – HMR • Président de l’APA, Filiale du Québec et de l’Est du Canada • Professeur titulaire de psychiatrie – Université de Montréal
  6. 6. 6 Vincenzo Di Nicola MPhil, MD, PhD, FRCPC, FAPA • Aucun conflit d’intérêt • Aucune relation avec les compagnies pharmaceutiques à déclarer
  7. 7. 7 Objectifs pédagogiques de la présentation : 1. Le participant identifiera les autres conditions entraînant une altération du potentiel attentionnel chez l’enfant. 2. Le participant identifiera pour chaque symptôme clé du TDA/H – l’inattention, l’impulsivité, l’hyperactivité – les faux frères du TDA/H. 3. Le participant recevra l’information soutenant l’investigation clinique pour différencier le TDA/H des autres conditions.
  8. 8. 8
  9. 9. 9 La mission de HMR en psychiatrie et pédopsychiatrie La mission du Département de psychiatrie HMR dans le Réseau universitaire intégré de santé (RUIS) de l’Université de Montréal • Service de Consultation-liaison • Soins partagés HMR est affilié à l’U de M et dans l’est de Montréal avec HRDP et IUSMM (ancien HLHL et St-Jean-de-Dieu)
  10. 10. 10 Partenaires en « Soins partagés » • Département de pédiatrie HMR • Unité de médecine familiale HMR • CSSS Lucille-Teasdale & CSSS de Saint-Léonard et Saint-Michel • GMF Sélectionnés – dans l’est de Montréal
  11. 11. 11 Problèmes/besoins identifiés par les pédiatres HMR • Accès rapide à une consultation en pédopsychiatrie pour diagnostiquer, investiguer et recommander un traitement • Clarifier les rôles de la première ligne et les soins spécialisés • Expertise en psychopharmacologie • Meilleure compréhension et gestion de « cas complexes » = comorbidité, chronicité, sévérité • Identifier cas difficiles et réfractaires aux traitements
  12. 12. 12 Motifs de consultation des pédiatres
  13. 13. 13 Recommandations • Amorcer une réflexion spécifique sur le TDA/H • Clarifier les rôles respectifs des équipes de professionnels en pédiatrie et en pédopsychiatrie dans le contexte des soins partagés • Développer un formulaire de référence aux « Soins partagés » en pédopsychiatrie • Évaluer cet outil après son utilisation sur une période donnée par les deux programmes • Envisager l’élargissement des principes des soins partagés à l’Hôpital de jour
  14. 14. 14
  15. 15. 15 Épidémiologie • Autour du monde, environ 1 sur 5 enfants ont un trouble identifiable en santé mentale • Au Québec c’est 15% - en Hochelaga-Maisonneuve c’est 60% • Aux États-Unis, 80% d’enfants souffrants d’un trouble mental ne sont pas identifiés ou traités • Suicide - la troisième cause de mortalité chez les jeunes - 10-24 ans
  16. 16. 16
  17. 17. 17 Épidémiologie : TDA/H Prévalence du TDA/H dans la majorité de cultures • Environ 5% chez les enfants • Environ 2.5% chez les adultes Référence : APA. DSM-5. (2013)
  18. 18. 18 Santé mentale chez les jeunes : « une crise publique » États-Unis 2001 : « Surgeon General’s Report on Children’s Mental Health » a indiqué que la santé mentale des jeunes (enfants et adolescents) était une crise de santé publique
  19. 19. 19
  20. 20. 20 Diagnostic du TDA/H selon le DSM-5 Catégorie : Trouble neurodéveloppemental Caractéristiques en commun : • Début lors de la période développementale • Le trajet développemental est impacté de façon négative Référence : APA. DSM-5. (2013)
  21. 21. 21 « Sous-types » selon le DSM-IV-TR (2000) • Déficit de l’attention/hyperactivité, type mixte • Déficit de l’attention/hyperactivité, type inattention prédominante • Déficit de l’attention/hyperactivité, type hyperactivité-impulsivité prédominante Référence : APA. DSM-IV-TR. (2000)
  22. 22. 22 « Présentations actuelles » selon le DSM-5 (2013) • Déficit de l’attention/hyperactivité, présentation combinée • Déficit de l’attention/hyperactivité, présentation inattention prédominante • Déficit de l’attention/hyperactivité, présentation hyperactivité-impulsivité prédominante Référence : APA. DSM-5. (2013)
  23. 23. 23 « Comorbidité » versus « Diagnostic différentiel » Selon le DSM, le patient peut être atteint de plus qu’une condition à la fois (« comorbidité ») – ceci est considéré après le diagnostic du TDA/H Avant d’arriver au diagnostic du TDA/H, il faut considérer d’autres possibilités – ce qu’on appele en médecine le « diagnostic différentiel »
  24. 24. 24 « Comorbidité » : Un survol Bien établi : • Trouble oppositionnel avec provocation • Trouble anxieux • Trouble des conduites • Dépression Controversé : • Trouble bipolaire Référence : Lawrence J Greenhill et Lily I Hechtman (2009)
  25. 25. 25 « Comorbidité » : Un survol Selon le DSM-5 (APA, 2013) : • Trouble oppositionnel avec provocation • Trouble des conduites • Trouble disruptif de la dysrégulation de l’humeur • Troubles spécifiques des apprentissages • Trouble anxieux et Dépression majeure • Troubles liés à une substance • Troubles de personnalité antisocial et autres • TOC, Tics, Tb du spectre de l’autisme (TSA) Référence : APA. DSM-5. (2013)
  26. 26. 26
  27. 27. 27 Normalité versus TDA/H « Un enfant, c’est vrai que ça bouge! » - Dr Jacques Leroux, HRDP Il est normal pour un enfant d’être : – actif, distrait et spontané mais le diagnostique d’un TDAH est posé lorsque : – l’hyperactivité, l’inattention et l’impulsivité entrainent des déficits fonctionnels selon l’âge de l’enfant dans plusieurs milieux Adapté de : Verreault, Martine (2009) par Dr Jacques Leroux, HRDP
  28. 28. 28 Dissiper les mythes, démystifier les diagnostics • Tout ce qui bouge n’est pas de l’hyperactivité • Tout ce qui est distrait n’est pas de l’inattention • Tout ce qui est spontané n’est pas de l’impulsivité
  29. 29. 29 « Diagnostic différentiel » : Facteurs à considérer • Âge/développement • Capacités intellectuelles/Tr spécifiques des apprentissages • Environnement familial, scolaire ou social/Attachement • Tempérament/Personnalité • Autres troubles neurodéveloppementaux • Autres troubles psychiatriques • Consommation de substances • Effets de médicaments prescrits pour d’autres conditions
  30. 30. 30 Concept de « raisonnement clinique » Le raisonnement clinique est au coeur du processus diagnostic • Connaissances – termes, definitions, outils • Habiletés cliniques – créer un lien, questionner, collaborer, guider • Jugement – par un processus de différentiation ou « diagnostic différentiel » , on arrive à un hypothèse de travail ou « le diagnostic »
  31. 31. 31 Concept de « faux frères » Chaque symptôme clé du TDA/H – l’inattention, l’impulsivité, l’hyperactivité – a des « faux frères »
  32. 32. 32 L’Inattention • C’est la première caractéristique du TDA/H, et probablement la plus importante. • La difficulté qu’éprouve un enfant à contrôler son attention au moment où il a une tâche à accomplir, et donc de rester attentif lorsque la situation le demande. • Il semble surtout qu’il soit incapable de se concentrer suffisamment longtemps pour accomplir une tâche un peu longue et particulièrement monotone. Référence : Sandra Garcia. Le TDAH. (2001)
  33. 33. 33 L’Inattention • Chez l’enfant de quatre à sept ans – on remarquera le problème dès qu’il effectuera des tâches, telles que faire un casse-tête ou même regarder une émission de télévision. • Chez l’enfant plus âgé – c’est surtout à l’école que la difficulté à contrôler son attention sera apparente. Les activités ou les tâches qui l’obligent à rester assis seront celles qu’il aura le plus de difficulté à accomplir. Pour un hyperactif la difficulté est de maintenir l’attention alors qu’un déficit d’attention le problème se situera sur le plan de la focalisation, de la mobilisation de l’attention.
  34. 34. 34 L’Inattention • Longtemps les experts ont cru que ces enfants hyperactifs étaient non pas inattentifs, mais plutôt facilement distraits par tous les stimulis qui les entouraient. • Leur problème relevait, selon ces experts, d’une difficulté de concentration. Il était alors recommandé, tant au enseignants qu’aux parents, d’éliminer au maximum les stimuli qui avaient pour effet de détourner ces enfants de leur tâche. • Les résultats ont été très décevants, car souvent le fait de rendre l’environnement plus monotone ne faisait qu’aggraver la situation.
  35. 35. 35 « Faux frères » de l’inattention • Troubles sensoriels (audition, vision) • Troubles spécifiques des apprentissages • Déficience intellectuelle • Troubles du spectre de l’autisme • Troubles anxieux • Troubles dépressifs • Trouble bipolaire • Troubles liés à une substance • Troubles psychotiques • Effets de médicaments prescrits pour d’autres conditions
  36. 36. 36 L’Impulsivité • La difficulté à contrôler leur impulsivité constitue le deuxième problème majeur des enfants hyperactifs, problème qui peut se traduire de différentes façons. • La première est marquée par une incapacité de penser avant d’agir, ce qui les amène à adresser des paroles blessantes aux autres ; paroles qu’ils oublient vite, mais qui sont mal accueillies, surtout par les adultes en position d’autorité, comme leurs parents ou professeurs et leurs directeurs d’école. Référence : Sandra Garcia. Le TDAH. (2001)
  37. 37. 37 L’Impulsivité • Ces enfants éprouvent aussi très souvent une grande difficulté à attendre leur tour lors d’une activité de groupe, difficulté qui se traduira par de l’agitation ou par un refus de participer, ou encore par des tentatives grossières de prendre la place de ceux dont c’est le tour.
  38. 38. 38 L’Impulsivité • On les verra aussi fréquemment s’immiscer dans les conversations des adultes et donner leur point de vue sans qu’on le leur demande. • Non pas dans le but d’attirer l’attention ou parce qu’ils attachent une grande importance à ce qu'ils ont à dire, mais simplement parce qu’ils ne peuvent s’en empêcher. • Il est souvent difficile de faire la distinction entre un enfant qui agit par impulsivité et celui que veut attirer l’attention.
  39. 39. 39 L’Impulsivité • En outre, cette impulsivité portera les enfants à prendre des risques qui les feront souvent champions toutes catégories des accidents. • Et ils n’ont pas ces accidents parce qu’ils veulent attirer l’attention ou par goût du risque, mais simplement parce qu’ils éprouvent énormément de difficulté à réfléchir avant d’agir. La plupart d’entre eux ne parviennent pas à penser de manière séquentielle (c’est à dire par petites étapes) ni à distinguer l’essentiel de l’accessoires. • D’après certains chercheurs, l’impulsivité est la conséquence d’un tout petit défaut dans la partie du cerveau dont le rôle est de freiner, d’amortir (« inhiber ») les activités.
  40. 40. 40 « Faux frères » de l’impulsivité • Trouble oppositional avec provocation • Trouble explosif intermittent • Syndrome de Gilles de la Tourette • Déficience intellectuelle • Troubles du spectre de l’autisme • Trouble réactionnel de l’attachement • Trouble bipolaire • Troubles liés à une substance • Troubles de la personnalité • Effets de médicaments prescrits pour d’autres conditions
  41. 41. 41
  42. 42. 42 L’Hyperactivité/agitation • Pendant deux semaines, des enfants hyperactifs ont été observé jour et nuit pour tenter de comprendre pourquoi ils sont si agités. • Il a été remarqué que même si cette agitation varie énormément d’un hyperactif à l’autre, ils sont plus actifs que les autres enfants dans toutes leurs activités, et même, dans la plupart des cas durant leur sommeil. • Leur agitation est presque toujours gratuite. Ils bougent, changent de position, jouent avec leur crayon, etc. Référence : Sandra Garcia. Le TDAH. (2001)
  43. 43. 43 L’Hyperactivité/agitation • Il s’agit de mouvements sans rapport avec le travail en cours. Mais cette dépense d’énergie n’est pas dirigée vers l’accomplissement d’une tâche. • Imaginez un jeune enfant de deux/trois ans qui ouvre l’armoire de la cuisine, en sort tout ce qu’elle contient et qui se met à défaire tout ce qui est devant lui en l’espace de quelques minutes seulement. • On pourrait penser qu’il est hyperactif, mais son énergie, il la dépense pour réussir dans sa tâche, qui consiste à découvrir le monde et à savoir comment les choses sont faites. C’est l’agitation motrice normale d’un jeune enfant qui n’a rien à voir avec celle des enfants hyperactifs, qui est plutôt gratuite et due à un manque de contrôle.
  44. 44. 44 « Faux frères » de l’hyperactivité/agitation • Tics • Trouble de mouvements stéreotypés • Syndrome de Gilles de la Tourette • Déficience intellectuelle • Trouble réactionnel de l’attachement • Trouble bipolaire • Troubles liés à une substance • Troubles de la personnalité • Effets de médicaments prescrits pour d’autres conditions
  45. 45. 45 Outils • HMA • Histoire de la maladie actuelle • Antécédents • Personnels (développement de l’enfant) • Familiaux • Observations en plusieurs contextes • En famille – parent-enfant, fratrie • En classe • Dans la communauté, surtout en groupe (Cf. US-UK Study)
  46. 46. 46 Outils • Évaluations • Scolaires, médicales, psychologiques et autres • Questionnaires • SNAP-IV • Conners Versional Parentale • Évolution • Amélioration versus detérioration • Optimiser le traitement • Cibler le fonctionnement global de la personne
  47. 47. 47 Dissiper les mythes De nombreux patients viennent pour une évaluation de TDA/H avec de fausses informations ou des croyances. Par exemple : • Ils ne sont que paresseux, se cherchant une excuse • Je ne veux pas prendre un médicament qui pourrait changer ma personnalité • Ce n’est pas moi qui ai un problème, c’est plutôt mon conjoint/employeur/parent/enseignant/école qui a le problème • J’en souffrais quand j’étais petit, mais c’est disparu • Je n’ai pas tous les symptômes cliniques • Le TDAH est juste ce qui est à la mode présentement Référence : CADDRA. Lignes Directrices Canadiennes sur le TDAH. 3e édition (2011)
  48. 48. 48 Dissiper les mythes Conseil pratique : • Il s'agit d'un diagnostic qui suscite beaucoup d'émotion. Il est très important de s'assurer que les préoccupations du patients et de sa famille soient entendues et non pas rejetées. Il s'agit d'un processus de collaboration. • C'est encore plus vrai quand il y a des divergences entre le patient et la personne qui a initié la référence. Quand il y a des conflits, il est utile de se concentrer sur les points forts de la personne et éviter de la blâmer. Souvent, l'émotion négative émane de la peur et de la perte de contrôle. Se responsabiliser aide au rétablissement.
  49. 49. 49
  50. 50. 50 Les « Soins collaboratifs » « Les soins collaboratifs en santé mentale se réfère à un médecin de famille ou autre clinicien de première ligne travaillant ensemble avec un psychiatre ou autre clinicien en santé mentale dans un partenariat mutuellement soutenant. Les responsabilités de soins sont partagées et apportionnées selon les habiletés respectives des cliniciens et les besoins de soins (changeants) du patient. » - Nick Kates (2009)
  51. 51. 51 Les « Soins collaboratifs » • Le médecin de famille ou autre clinicien de première ligne joue un rôle clé pour les soins en santé mentale • 25% des individus vus par la première ligne ont un trouble psychiatrique identifiable (mais pas toujours identifié)—souvent la dépression et l’anxiété • La majorité des cas sont traités par la première ligne et pas référés aux services de santé mentale Nick Kates (2009) •
  52. 52. 52 Les « Soins collaboratifs » • Malgré la prévalence élevée des problèmes mentaux et le fardeau assumé par la première ligne, l’interface entre la première ligne and les services de santé mentale est caractérisée par la mauvaise communication, un manque de compréhension mutuelle et une collaboration limitée. Nick Kates (2009)
  53. 53. 53 Les « Partenariats collaboratifs » • Avec la pénurie de ressources en santé mentale, c’est très important d’établir des partenariats collaboratifs entre la santé mentale et les services de première ligne • Dont les psychiatres fonctionnent comme consultants, aidant les médecins de famille à élargir la gamme de problèmes qu’ils peuvent gérer • Aidé par accès rapide aux services de santé mentale au besoin Nick Kates (2009)
  54. 54. 54
  55. 55. 55 Pediatrician-Psychiatrist Partnerships Expand Access to Mental Health Care BM Kuehn, JAMA, Oct 12, 2011, 306 (14) : 1531-1533 Partenariats pédiatre-psychiatre augmentent l’accès aux soins en santé mentale • avec une combinaison de consultations indirecte, directe et prise en charge pour les cas plus sévères • l’ « effet multiplicateur » (Leverette, Froese & Di Nicola, 1996)
  56. 56. 56 Plan d’action en santé mentale - PASM Dre Odette Bernazzani – Conférence Scientifique HMR – 12 nov 2009 Omnipracticiens et PASM • Défi majeur • Acteurs essentiels pour la réussite du PASM La deuxième ligne en santé mentale comporte deux volets: • Le soutien à la première ligne • Le traitement spécialisé dans les situations complexes
  57. 57. 57 Rôles de la deuxième ligne en santé mentale - PASM Le soutien à la première ligne • Soins partagés • Médecin spécialiste répondant en psychiatrie – MSRP
  58. 58. 58 Sherlock Photo : V Di Nicola
  59. 59. 59 Vers un continuum de « Soins collaboratifs » Interfaces de collaboration • Consultation-liaison – HMR Pédiatrie • Soins partagés – HMR/communauté • Médecin spécialiste répondant en pédopsychiatrie – CSSS • Cliniques externes – HMR/HRDP • Urgences en pédopsychiatrie – HMR-HRDP
  60. 60. 60 Pratiques collaboratives « Patient partenaire » Le patient – et ajoutons sa famille – devient une partie intégrante de l’équipe. —Dr Jacque Bernier, ex-directeur de l’enseignement, HMR
  61. 61. 61 Sherlock & Nina Photo : V Di Nicola
  62. 62. 62 Spectre de soins Première ligne • Soins primaires • Principalement soins primaires Deuxième ligne • Soins spécialisés • Principalement soins psychiatriques
  63. 63. 63 Continuum de « Soins collaboratifs » Première ligne Deuxième ligne • Pédiatrie Consultation-Liaison Pédopsychiatrie • Pédiatrie, UMF, GMF Soins partagés • CSSS • Enfance-Famille •SMJ Médecin spécialiste répondant en pédopsychiatrie
  64. 64. 64
  65. 65. 65 CanMEDS : l'excellence des normes, des médecins et des soins
  66. 66. 66 Conclusions : Identifier des « faux frères » des symptômes du TDA/H • Comment identifier les caractéristiques de chaque symptôme clé du TDA/H – l’inattention, l’hyperactivité/agitation, l’impulsivité • Comment identifier les faux frères de chaque symptôme
  67. 67. 67 Conclusions : Différencier le TDA/H des autres conditions • Compréhension des caractéristiques du TDA/H et des autres conditions • Différencier l’un des autres est un processus de « raisonnement clinique »
  68. 68. 68 Conclusions: Dissiper les mythes, démystifier les diagnostics • Tout ce qui bouge n’est pas de l’hyperactivité • Tout ce qui est distrait n’est pas de l’inattention • Tout ce qui est spontané n’est pas de l’impulsivité
  69. 69. 69 Conclusions : Valeur ajoutée des soins collaboratifs • Enseignement • « Patient/famille partenaire » • Satisfaction de la clientèle ciblée: patients, familles, médecins référents • « L’effet multiplicateur » • Continuum de « soins collaboratifs » • Recherche qualitative • Identifier problèmes ensemble • Mieux planifier les services • Possibilité de prévention
  70. 70. 70
  71. 71. 71 Remerciements Conférenciers • Philippe Lageix, MD • Jacques Leroux, MD • Line Massé, PhD • Dominique Panet-Raymond, MD PANDA • Mme Francine Demers • Mme Eliane Goffoy Hôpital Maisonneuve-Rosemont • Mme Sylvie Giard Hôpital Rivière-des-Prairies
  72. 72. 72 Remerciements Ce colloque sur le TDA/H a été rendue possible grâce à des subventions à l’éducation octroyées sans condition par : • Jannsen • Purdue • Shire
  73. 73. 73 Après la Coupe mondiale - 2006 Photo : V Di Nicola
  74. 74. 74 Bibliographie • Craven M, Bland R. Better practices in collaborative mental health care: an analysis of the evidence base. Can J Psychiatry. 2006; 51(6) : S7-S72. • Greenhill, LJ, Hechtman, LI. Attention-Deficit Hyperactivity Disorder. Comprehensive Textbook of Psychiatry, 9th ed. 2009, pp. 3560-3572. • Kates N. Shared/collaborative mental health care. In JS Leverette, GS Hnatko & E Persad, eds., Approaches to Postgraduate Education in Psychiatry in Canada: What Educators and Residents Need to Know. Ottawa: Canadian Psychiatric Association, 2009, pp. 183-197.
  75. 75. 75 Bibliographie • Kates N, Craven M, Bishop J, et al. Shared mental health care in Canada: the way ahead. Can J Psychiatry. 1997; 42(8) : 809-812. • Kates N, McPherson-Doe C, George L. Integrating mental health care services within primary care settings: The Hamilton Family Health Team. J Ambulatory Care Manage. 34(2) : 174-182. • Kuehn BM. Pediatrician-psychiatrist partnerships expand access to mental health care. JAMA. 2011, 306(14) : 1531-1533. • Leverette J, Froese A, Di Nicola V. Building curriculum for training in community child psychiatry. Can J Psychiatry. 1996, 41(6) : 400‑405.
  76. 76. 76 Ressources sur l’internet • Canadian Attention-Deficit Hyperactivity Disorder Research Alliance (CADDRA) www.caddra.ca • National Center for Complementary and Alternative Medicine (NCCAM) http://nccam.nih.gov/ • Regroupement des associations de parents PANDA du Québec http://www.associationpanda.qc.ca/liens.htm
  77. 77. 77

×