Course a pied et physiologie

3 758 vues

Publié le

Comprendre la course à pied au point de vue physiologique et chimique

Publié dans : Sports, Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 758
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
205
Actions
Partages
0
Téléchargements
33
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Les filiéres énergétiques 1 - Introduction Pour fonctionner, le muscle a besoin d’énergie. Pour produire cette énergie, le coureur utilise 3 types de filières qui agissent en synergie, s’influencent, s’autorégulent et sont donc étroitement liées. Elles sont activées à des niveaux différents selon la durée et l’intensité de l’effort   2 - Les filières anaérobies Elles fonctionnent sans apport d’oxygène.  Elles permettent de fournir une très grande quantité d’énergie sur un temps très court. Elles interviennent lors d’efforts intenses et de courtes durées. On distingue 2 types de filières anaérobies: - La filiére anaérobie alactique sans apport d''oxygène et sans production d'acide lactique - La filière anaérobie lactique sans apport d''oxygène et avec production d'acide lactique Le fonctionnement de la filière anaérobie lactique induit la production d'acide lactique. L'acidité au niveau musculaire augmente. Or un niveau d'acidité trop élevé a des effets néfastes sur l'activité du muscle. Le muscle a de plus en plus de mal à fonctionner, les jambes deviennent ’’lourdes’’. la vitesse doit être réduite ou la course doit s’arrêter. Les filières anaérobies peuvent intervenir immédiatement en cas de besoins énergétiques. Elles ne peuvent fonctionner longtemps à plein régime: 15" pour la filière anaérobie alactique (effort type sprint) et de 1'30'' à 2' au maximum pour la filière anaérobie lactique (effort type 400m-800m) Voir aussi chapitre  les données physiologiques en demi fond court   3 - La filière aérobie Elle fonctionne avec apport d’oxygène. Moins efficace pour fournir une très grande quantité d’énergie sur une courte durée, mais théoriquement illimitée dans le temps (plusieurs heures selon le type d’effort). Le système aérobie est celui qui prédomine dans nos activités quotidiennes. Il n’est alors sollicité qu’à un faible pourcentage de son potentiel. En cas d’une augmentation de l’activité, il n’est pas toujours en mesure de s’adapter immédiatement. Le système anaérobie est alors sollicité dans une proportion plus importante pour satisfaire les besoins. Ce temps de latence est nécessaire au système aérobie pour qu’il puisse agir sur différents paramètres de l’organisme, afin d’augmenter la quantité d’oxygène disponible au niveau musculaire. La variation des pulsations cardiaques est une manifestation concrète de cette adaptation du système à l’effort. Avec l’augmentation de la fréquence cardiaque, la quantité de sang (donc d’oxygène), allant vers les muscles est plus grande. Mais si un effort est trop intense et dure dans le temps, même à plein régime, le système aérobie ne peut suffire à produire toute l’énergie nécessaire à la poursuite de l’effort. Alors le système anaérobie reste ’’enclencher’’ avec les conséquences évoquées précédemment. A chacun de trouver la bonne’’carburation’’. Le niveau d’intervention du système anaérobie et du système aérobie dépend du type d’effort imposé à l’organisme. Des études ont permis d’estimer dans quelle proportion interviennent les deux filières en fonction du type de course.   800m1500m3000m5000m10kmSemiMarathonAérobie40508590959798Anaérobie60501510532
  • Les filiéres énergétiques 1 - Introduction Pour fonctionner, le muscle a besoin d’énergie. Pour produire cette énergie, le coureur utilise 3 types de filières qui agissent en synergie, s’influencent, s’autorégulent et sont donc étroitement liées. Elles sont activées à des niveaux différents selon la durée et l’intensité de l’effort   2 - Les filières anaérobies Elles fonctionnent sans apport d’oxygène.  Elles permettent de fournir une très grande quantité d’énergie sur un temps très court. Elles interviennent lors d’efforts intenses et de courtes durées. On distingue 2 types de filières anaérobies: - La filiére anaérobie alactique sans apport d''oxygène et sans production d'acide lactique - La filière anaérobie lactique sans apport d''oxygène et avec production d'acide lactique Le fonctionnement de la filière anaérobie lactique induit la production d'acide lactique. L'acidité au niveau musculaire augmente. Or un niveau d'acidité trop élevé a des effets néfastes sur l'activité du muscle. Le muscle a de plus en plus de mal à fonctionner, les jambes deviennent ’’lourdes’’. la vitesse doit être réduite ou la course doit s’arrêter. Les filières anaérobies peuvent intervenir immédiatement en cas de besoins énergétiques. Elles ne peuvent fonctionner longtemps à plein régime: 15" pour la filière anaérobie alactique (effort type sprint) et de 1'30'' à 2' au maximum pour la filière anaérobie lactique (effort type 400m-800m) Voir aussi chapitre  les données physiologiques en demi fond court   3 - La filière aérobie Elle fonctionne avec apport d’oxygène. Moins efficace pour fournir une très grande quantité d’énergie sur une courte durée, mais théoriquement illimitée dans le temps (plusieurs heures selon le type d’effort). Le système aérobie est celui qui prédomine dans nos activités quotidiennes. Il n’est alors sollicité qu’à un faible pourcentage de son potentiel. En cas d’une augmentation de l’activité, il n’est pas toujours en mesure de s’adapter immédiatement. Le système anaérobie est alors sollicité dans une proportion plus importante pour satisfaire les besoins. Ce temps de latence est nécessaire au système aérobie pour qu’il puisse agir sur différents paramètres de l’organisme, afin d’augmenter la quantité d’oxygène disponible au niveau musculaire. La variation des pulsations cardiaques est une manifestation concrète de cette adaptation du système à l’effort. Avec l’augmentation de la fréquence cardiaque, la quantité de sang (donc d’oxygène), allant vers les muscles est plus grande. Mais si un effort est trop intense et dure dans le temps, même à plein régime, le système aérobie ne peut suffire à produire toute l’énergie nécessaire à la poursuite de l’effort. Alors le système anaérobie reste ’’enclencher’’ avec les conséquences évoquées précédemment. A chacun de trouver la bonne’’carburation’’. Le niveau d’intervention du système anaérobie et du système aérobie dépend du type d’effort imposé à l’organisme. Des études ont permis d’estimer dans quelle proportion interviennent les deux filières en fonction du type de course.   800m1500m3000m5000m10kmSemiMarathonAérobie40508590959798Anaérobie60501510532
  • Les filiéres énergétiques 1 - Introduction Pour fonctionner, le muscle a besoin d’énergie. Pour produire cette énergie, le coureur utilise 3 types de filières qui agissent en synergie, s’influencent, s’autorégulent et sont donc étroitement liées. Elles sont activées à des niveaux différents selon la durée et l’intensité de l’effort   2 - Les filières anaérobies Elles fonctionnent sans apport d’oxygène.  Elles permettent de fournir une très grande quantité d’énergie sur un temps très court. Elles interviennent lors d’efforts intenses et de courtes durées. On distingue 2 types de filières anaérobies: - La filiére anaérobie alactique sans apport d''oxygène et sans production d'acide lactique - La filière anaérobie lactique sans apport d''oxygène et avec production d'acide lactique Le fonctionnement de la filière anaérobie lactique induit la production d'acide lactique. L'acidité au niveau musculaire augmente. Or un niveau d'acidité trop élevé a des effets néfastes sur l'activité du muscle. Le muscle a de plus en plus de mal à fonctionner, les jambes deviennent ’’lourdes’’. la vitesse doit être réduite ou la course doit s’arrêter. Les filières anaérobies peuvent intervenir immédiatement en cas de besoins énergétiques. Elles ne peuvent fonctionner longtemps à plein régime: 15" pour la filière anaérobie alactique (effort type sprint) et de 1'30'' à 2' au maximum pour la filière anaérobie lactique (effort type 400m-800m) Voir aussi chapitre  les données physiologiques en demi fond court   3 - La filière aérobie Elle fonctionne avec apport d’oxygène. Moins efficace pour fournir une très grande quantité d’énergie sur une courte durée, mais théoriquement illimitée dans le temps (plusieurs heures selon le type d’effort). Le système aérobie est celui qui prédomine dans nos activités quotidiennes. Il n’est alors sollicité qu’à un faible pourcentage de son potentiel. En cas d’une augmentation de l’activité, il n’est pas toujours en mesure de s’adapter immédiatement. Le système anaérobie est alors sollicité dans une proportion plus importante pour satisfaire les besoins. Ce temps de latence est nécessaire au système aérobie pour qu’il puisse agir sur différents paramètres de l’organisme, afin d’augmenter la quantité d’oxygène disponible au niveau musculaire. La variation des pulsations cardiaques est une manifestation concrète de cette adaptation du système à l’effort. Avec l’augmentation de la fréquence cardiaque, la quantité de sang (donc d’oxygène), allant vers les muscles est plus grande. Mais si un effort est trop intense et dure dans le temps, même à plein régime, le système aérobie ne peut suffire à produire toute l’énergie nécessaire à la poursuite de l’effort. Alors le système anaérobie reste ’’enclencher’’ avec les conséquences évoquées précédemment. A chacun de trouver la bonne’’carburation’’. Le niveau d’intervention du système anaérobie et du système aérobie dépend du type d’effort imposé à l’organisme. Des études ont permis d’estimer dans quelle proportion interviennent les deux filières en fonction du type de course.   800m1500m3000m5000m10kmSemiMarathonAérobie40508590959798Anaérobie60501510532
  • Les filiéres énergétiques 1 - Introduction Pour fonctionner, le muscle a besoin d’énergie. Pour produire cette énergie, le coureur utilise 3 types de filières qui agissent en synergie, s’influencent, s’autorégulent et sont donc étroitement liées. Elles sont activées à des niveaux différents selon la durée et l’intensité de l’effort   2 - Les filières anaérobies Elles fonctionnent sans apport d’oxygène.  Elles permettent de fournir une très grande quantité d’énergie sur un temps très court. Elles interviennent lors d’efforts intenses et de courtes durées. On distingue 2 types de filières anaérobies: - La filiére anaérobie alactique sans apport d''oxygène et sans production d'acide lactique - La filière anaérobie lactique sans apport d''oxygène et avec production d'acide lactique Le fonctionnement de la filière anaérobie lactique induit la production d'acide lactique. L'acidité au niveau musculaire augmente. Or un niveau d'acidité trop élevé a des effets néfastes sur l'activité du muscle. Le muscle a de plus en plus de mal à fonctionner, les jambes deviennent ’’lourdes’’. la vitesse doit être réduite ou la course doit s’arrêter. Les filières anaérobies peuvent intervenir immédiatement en cas de besoins énergétiques. Elles ne peuvent fonctionner longtemps à plein régime: 15" pour la filière anaérobie alactique (effort type sprint) et de 1'30'' à 2' au maximum pour la filière anaérobie lactique (effort type 400m-800m) Voir aussi chapitre  les données physiologiques en demi fond court   3 - La filière aérobie Elle fonctionne avec apport d’oxygène. Moins efficace pour fournir une très grande quantité d’énergie sur une courte durée, mais théoriquement illimitée dans le temps (plusieurs heures selon le type d’effort). Le système aérobie est celui qui prédomine dans nos activités quotidiennes. Il n’est alors sollicité qu’à un faible pourcentage de son potentiel. En cas d’une augmentation de l’activité, il n’est pas toujours en mesure de s’adapter immédiatement. Le système anaérobie est alors sollicité dans une proportion plus importante pour satisfaire les besoins. Ce temps de latence est nécessaire au système aérobie pour qu’il puisse agir sur différents paramètres de l’organisme, afin d’augmenter la quantité d’oxygène disponible au niveau musculaire. La variation des pulsations cardiaques est une manifestation concrète de cette adaptation du système à l’effort. Avec l’augmentation de la fréquence cardiaque, la quantité de sang (donc d’oxygène), allant vers les muscles est plus grande. Mais si un effort est trop intense et dure dans le temps, même à plein régime, le système aérobie ne peut suffire à produire toute l’énergie nécessaire à la poursuite de l’effort. Alors le système anaérobie reste ’’enclencher’’ avec les conséquences évoquées précédemment. A chacun de trouver la bonne’’carburation’’. Le niveau d’intervention du système anaérobie et du système aérobie dépend du type d’effort imposé à l’organisme. Des études ont permis d’estimer dans quelle proportion interviennent les deux filières en fonction du type de course.   800m1500m3000m5000m10kmSemiMarathonAérobie40508590959798Anaérobie60501510532
  • Les filiéres énergétiques 1 - Introduction Pour fonctionner, le muscle a besoin d’énergie. Pour produire cette énergie, le coureur utilise 3 types de filières qui agissent en synergie, s’influencent, s’autorégulent et sont donc étroitement liées. Elles sont activées à des niveaux différents selon la durée et l’intensité de l’effort   2 - Les filières anaérobies Elles fonctionnent sans apport d’oxygène.  Elles permettent de fournir une très grande quantité d’énergie sur un temps très court. Elles interviennent lors d’efforts intenses et de courtes durées. On distingue 2 types de filières anaérobies: - La filiére anaérobie alactique sans apport d''oxygène et sans production d'acide lactique - La filière anaérobie lactique sans apport d''oxygène et avec production d'acide lactique Le fonctionnement de la filière anaérobie lactique induit la production d'acide lactique. L'acidité au niveau musculaire augmente. Or un niveau d'acidité trop élevé a des effets néfastes sur l'activité du muscle. Le muscle a de plus en plus de mal à fonctionner, les jambes deviennent ’’lourdes’’. la vitesse doit être réduite ou la course doit s’arrêter. Les filières anaérobies peuvent intervenir immédiatement en cas de besoins énergétiques. Elles ne peuvent fonctionner longtemps à plein régime: 15" pour la filière anaérobie alactique (effort type sprint) et de 1'30'' à 2' au maximum pour la filière anaérobie lactique (effort type 400m-800m) Voir aussi chapitre  les données physiologiques en demi fond court   3 - La filière aérobie Elle fonctionne avec apport d’oxygène. Moins efficace pour fournir une très grande quantité d’énergie sur une courte durée, mais théoriquement illimitée dans le temps (plusieurs heures selon le type d’effort). Le système aérobie est celui qui prédomine dans nos activités quotidiennes. Il n’est alors sollicité qu’à un faible pourcentage de son potentiel. En cas d’une augmentation de l’activité, il n’est pas toujours en mesure de s’adapter immédiatement. Le système anaérobie est alors sollicité dans une proportion plus importante pour satisfaire les besoins. Ce temps de latence est nécessaire au système aérobie pour qu’il puisse agir sur différents paramètres de l’organisme, afin d’augmenter la quantité d’oxygène disponible au niveau musculaire. La variation des pulsations cardiaques est une manifestation concrète de cette adaptation du système à l’effort. Avec l’augmentation de la fréquence cardiaque, la quantité de sang (donc d’oxygène), allant vers les muscles est plus grande. Mais si un effort est trop intense et dure dans le temps, même à plein régime, le système aérobie ne peut suffire à produire toute l’énergie nécessaire à la poursuite de l’effort. Alors le système anaérobie reste ’’enclencher’’ avec les conséquences évoquées précédemment. A chacun de trouver la bonne’’carburation’’. Le niveau d’intervention du système anaérobie et du système aérobie dépend du type d’effort imposé à l’organisme. Des études ont permis d’estimer dans quelle proportion interviennent les deux filières en fonction du type de course.   800m1500m3000m5000m10kmSemiMarathonAérobie40508590959798Anaérobie60501510532
  • Le  glycogène  est un  glucide  complexe  polymère  du  glucose . Il consiste en une chaîne de glucose lié en α (1-4) et est branché α (1-6) à tous les 8 à 12 résidus. Il est utilisé par les  animaux  pour stocker de l' énergie  et permet de libérer rapidement du glucose (principalement dans le  foie  et dans les  cellules   musculaires ) au même titre que l' amidon  chez les  végétaux . Rôle biologique Le  foie  réalise la  glycogénolyse  (hydrolyse du glycogène) pour « reformer » du  glucose  à partir de ses réserves de glycogène. Si celles-ci viennent à s'épuiser (au bout de 12 heures de jeûne chez l' être humain ), le foie utilise alors des  protéines , du  lactate  (issus des  muscles , entre autres) ou du  glycérol  (issu des lipides) pour reformer du  glucose , par  néoglucogenèse . On trouve du glycogène également dans les  muscles  où il est stocké puis dégradé en glucose lors d'efforts musculaires. Contrairement au cas du foie, le glucose ainsi produit par la cellule musculaire ne peut être utilisé que par cette même cellule. Le stockage du sucre est réalisé grâce à une  enzyme  : la  glycogénosynthétase . Ce glucose est libéré grâce à des petites enzymes qui découpent le glycogène pour le libérer dans le sang. La production de glycogène dans l'organisme est stimulée par l' insuline , seule  hormone  hypoglycémiante et la dégradation du glycogène en glucose est stimulée par le  glucagon  et l' adrénaline . Historique C'est à  Claude Bernard  qu'on doit d'abord l'idée de la fonction glycogénique du foie puis dans un deuxième temps l'isolement du glycogène. Cette découverte marque une rupture importante avec les conceptions antérieures sur la nutrition. On pensait que seules les plantes pouvaient fabriquer les sucres, ensuite dégradés par les animaux dans un lieu qui restait à déterminer, et dont Lavoisier pensait qu'il était le poumon. C'est en cherchant le lieu de cette dégradation que Claude Bernard constata la présence de sucre à la sortie du foie (dans la veine sus hépatique) et son absence à l'entrée (dans la veine porte). Chez des animaux nourris exclusivement de viande, la présence de sucre persistait à la sortie du foie. Les méthodes de dosages qu'il employait ne lui permettaient pas de retrouver le sucre au-dessous de 0,8 à 1 g par litre, et donc dans la veine porte, ce qui le conduisit à donner une interprétation excessive de ses expériences. On crut longtemps qu'il s'était trompé, et que le foie ne faisait que stocker le sucre sous forme de glycogène, avant de découvrir que la néoglycogénèse était bien le facteur essentiel de la formation du glycogène hépatique 3 .
  • Le  glycogène  est un  glucide  complexe  polymère  du  glucose . Il consiste en une chaîne de glucose lié en α (1-4) et est branché α (1-6) à tous les 8 à 12 résidus. Il est utilisé par les  animaux  pour stocker de l' énergie  et permet de libérer rapidement du glucose (principalement dans le  foie  et dans les  cellules   musculaires ) au même titre que l' amidon  chez les  végétaux . Rôle biologique Le  foie  réalise la  glycogénolyse  (hydrolyse du glycogène) pour « reformer » du  glucose  à partir de ses réserves de glycogène. Si celles-ci viennent à s'épuiser (au bout de 12 heures de jeûne chez l' être humain ), le foie utilise alors des  protéines , du  lactate  (issus des  muscles , entre autres) ou du  glycérol  (issu des lipides) pour reformer du  glucose , par  néoglucogenèse . On trouve du glycogène également dans les  muscles  où il est stocké puis dégradé en glucose lors d'efforts musculaires. Contrairement au cas du foie, le glucose ainsi produit par la cellule musculaire ne peut être utilisé que par cette même cellule. Le stockage du sucre est réalisé grâce à une  enzyme  : la  glycogénosynthétase . Ce glucose est libéré grâce à des petites enzymes qui découpent le glycogène pour le libérer dans le sang. La production de glycogène dans l'organisme est stimulée par l' insuline , seule  hormone  hypoglycémiante et la dégradation du glycogène en glucose est stimulée par le  glucagon  et l' adrénaline . Historique C'est à  Claude Bernard  qu'on doit d'abord l'idée de la fonction glycogénique du foie puis dans un deuxième temps l'isolement du glycogène. Cette découverte marque une rupture importante avec les conceptions antérieures sur la nutrition. On pensait que seules les plantes pouvaient fabriquer les sucres, ensuite dégradés par les animaux dans un lieu qui restait à déterminer, et dont Lavoisier pensait qu'il était le poumon. C'est en cherchant le lieu de cette dégradation que Claude Bernard constata la présence de sucre à la sortie du foie (dans la veine sus hépatique) et son absence à l'entrée (dans la veine porte). Chez des animaux nourris exclusivement de viande, la présence de sucre persistait à la sortie du foie. Les méthodes de dosages qu'il employait ne lui permettaient pas de retrouver le sucre au-dessous de 0,8 à 1 g par litre, et donc dans la veine porte, ce qui le conduisit à donner une interprétation excessive de ses expériences. On crut longtemps qu'il s'était trompé, et que le foie ne faisait que stocker le sucre sous forme de glycogène, avant de découvrir que la néoglycogénèse était bien le facteur essentiel de la formation du glycogène hépatique 3 .
  • Le  glycogène  est un  glucide  complexe  polymère  du  glucose . Il consiste en une chaîne de glucose lié en α (1-4) et est branché α (1-6) à tous les 8 à 12 résidus. Il est utilisé par les  animaux  pour stocker de l' énergie  et permet de libérer rapidement du glucose (principalement dans le  foie  et dans les  cellules   musculaires ) au même titre que l' amidon  chez les  végétaux . Rôle biologique Le  foie  réalise la  glycogénolyse  (hydrolyse du glycogène) pour « reformer » du  glucose  à partir de ses réserves de glycogène. Si celles-ci viennent à s'épuiser (au bout de 12 heures de jeûne chez l' être humain ), le foie utilise alors des  protéines , du  lactate  (issus des  muscles , entre autres) ou du  glycérol  (issu des lipides) pour reformer du  glucose , par  néoglucogenèse . On trouve du glycogène également dans les  muscles  où il est stocké puis dégradé en glucose lors d'efforts musculaires. Contrairement au cas du foie, le glucose ainsi produit par la cellule musculaire ne peut être utilisé que par cette même cellule. Le stockage du sucre est réalisé grâce à une  enzyme  : la  glycogénosynthétase . Ce glucose est libéré grâce à des petites enzymes qui découpent le glycogène pour le libérer dans le sang. La production de glycogène dans l'organisme est stimulée par l' insuline , seule  hormone  hypoglycémiante et la dégradation du glycogène en glucose est stimulée par le  glucagon  et l' adrénaline . Historique C'est à  Claude Bernard  qu'on doit d'abord l'idée de la fonction glycogénique du foie puis dans un deuxième temps l'isolement du glycogène. Cette découverte marque une rupture importante avec les conceptions antérieures sur la nutrition. On pensait que seules les plantes pouvaient fabriquer les sucres, ensuite dégradés par les animaux dans un lieu qui restait à déterminer, et dont Lavoisier pensait qu'il était le poumon. C'est en cherchant le lieu de cette dégradation que Claude Bernard constata la présence de sucre à la sortie du foie (dans la veine sus hépatique) et son absence à l'entrée (dans la veine porte). Chez des animaux nourris exclusivement de viande, la présence de sucre persistait à la sortie du foie. Les méthodes de dosages qu'il employait ne lui permettaient pas de retrouver le sucre au-dessous de 0,8 à 1 g par litre, et donc dans la veine porte, ce qui le conduisit à donner une interprétation excessive de ses expériences. On crut longtemps qu'il s'était trompé, et que le foie ne faisait que stocker le sucre sous forme de glycogène, avant de découvrir que la néoglycogénèse était bien le facteur essentiel de la formation du glycogène hépatique 3 .
  • 3 - Les lipides (huile, graisses,….) Avant toutes choses, les lipides occupent un rôle prépondérant dans la constitution des cellules. Ils sont aussi d’excellents isolants électriques, mécaniques et thermiques. Parmi les variétés de lipides, seuls les triglycérides servent véritablement de source d’énergie pour les muscles. La filière qui permet de transformer et de amener les lipides à une forme utilisable par le muscle est plus lente et son intervention est moins rapide que celle des glucides. Ils ont un pouvoir énergétique moindre, en terme de quantité de carburant mis à la disposition du muscle. De plus son coût énergétique de fabrication est supérieur. En effet pour fonctionner, la filière a besoin d’apport d’oxygène et de glycogène .Cette quantité d’oxygène et de glycogène utilisée n’est plus alors disponible en cas d’une demande élevée d’énergie lors d’effort intense. Les lipides forment, en termes quantitatif, la réserve de carburant la plus importante de l’organisme. La durée des efforts semble illimitée. Par exemple, un marathonien de 70 kg réalisant entre 3 et 4 heures sur la distance, utilise environ 300g de lipides, alors que ses réserves sont de l’ordre de 10 kg ! Plus l’intensité de l’effort est réduite et plus la proportion d’énergie produite à partir des lipides est grande .Dans les footing lents ,90% de l’énergie peut être produite à partir des lipides. La dégradation des graisses intervient dés les premières minutes et ne cessent de croître avec la durée de l’effort. Elle vient compenser la diminution progressive du stock de glycogène. En s’entraînant de façon pertinente, le coureur habitue son organisme à utiliser davantage les lipides à des vitesses de course plus élevées, ménageant ainsi son stock de glycogène.
  • 3 - Les lipides (huile, graisses,….) Avant toutes choses, les lipides occupent un rôle prépondérant dans la constitution des cellules. Ils sont aussi d’excellents isolants électriques, mécaniques et thermiques. Parmi les variétés de lipides, seuls les triglycérides servent véritablement de source d’énergie pour les muscles. La filière qui permet de transformer et de amener les lipides à une forme utilisable par le muscle est plus lente et son intervention est moins rapide que celle des glucides. Ils ont un pouvoir énergétique moindre, en terme de quantité de carburant mis à la disposition du muscle. De plus son coût énergétique de fabrication est supérieur. En effet pour fonctionner, la filière a besoin d’apport d’oxygène et de glycogène .Cette quantité d’oxygène et de glycogène utilisée n’est plus alors disponible en cas d’une demande élevée d’énergie lors d’effort intense. Les lipides forment, en termes quantitatif, la réserve de carburant la plus importante de l’organisme. La durée des efforts semble illimitée. Par exemple, un marathonien de 70 kg réalisant entre 3 et 4 heures sur la distance, utilise environ 300g de lipides, alors que ses réserves sont de l’ordre de 10 kg ! Plus l’intensité de l’effort est réduite et plus la proportion d’énergie produite à partir des lipides est grande .Dans les footing lents ,90% de l’énergie peut être produite à partir des lipides. La dégradation des graisses intervient dés les premières minutes et ne cessent de croître avec la durée de l’effort. Elle vient compenser la diminution progressive du stock de glycogène. En s’entraînant de façon pertinente, le coureur habitue son organisme à utiliser davantage les lipides à des vitesses de course plus élevées, ménageant ainsi son stock de glycogène.
  •  Les protéines (viandes, poissons,…) Les protéines sont les briques de notre organisme .Ces briques sont composées entre autres d’acides aminés. Ces acides aminés peuvent rentrer pour 10% dans la couverture énergétique de l’exercice. Il faut absolument éviter d’arriver dans des cas d’extrême maigreur. L’organisme ne disposant plus de réserve lipidique sollicite davantage la filière des protéines. Comme la réserve de protéine dans le sang est faible, pour faire face aux besoins, l’organisme est alors obliger d’aller puiser dans sa propre structure pour poursuivre l’effort. En poussant le raisonnement à l’extrême, le coureur se trouve alors à dégrader ses propres muscles pour pouvoir les faire fonctionner....
  • Un marathon, c’est 50 000 foulées et autant de raisons de porter une attention toute particulière à la préparation du pied et au choix de la chaussure. De plus, avant cette course, le marathonien doit s’imposer plusieurs mois de sorties pluri-hebdomadaires qui doivent permettre de déterminer quels doivent être la préparation du pied et le choix de la chaussure. Le pied, le meilleur ami du marathonien. Le pied, de par sa fonction, va subir pendant un marathon des contraintes importantes, recevant à chaque foulée jusqu’à 5 fois le poids du corps de l’athlète, ce qui va provoquer, si l’on n’y prête pas attention, l’apparition de pathologies qui peuvent se situer à trois niveaux : - Atteintes cutanées : les plus fréquentes (phlyctènes, hématomes, pathologies unguales, …) - Atteintes musculo-tendineuses : elles peuvent être intrinsèques au pied, mais peuvent aussi atteindre tout l’appareil locomoteur (entorses, tendinites…) - Atteintes osseuses : luxations , fractures de fatigue, périostites tibiales…
  • Course a pied et physiologie

    1. 1. Course à pied et physiologie
    2. 2. Filières énergétiques <ul><li>Le coureur a besoin d'énergie pour produire son effort, la contraction musculaire. </li></ul>
    3. 3. Filières énergétiques <ul><li>Trois sources d'énergie du muscle : </li></ul><ul><ul><li>Filière anaérobie alactique </li></ul></ul><ul><ul><li>Filière anaérobie lactique </li></ul></ul><ul><ul><li>Filière aérobie </li></ul></ul>
    4. 4. Filières énergétiques <ul><li>Filières anaérobie alactique </li></ul><ul><ul><ul><li>Sans apport d'O2 et sans production d'acide lactique (durée de l'effort 1'30'' à 2') </li></ul></ul></ul>USAIN BOLT
    5. 5. Filières énergétiques <ul><li>Filières anaérobie lactique : sans apport d'O2 et avec production d'acide lactique (durée de l'effort 3' à 15') </li></ul>Bouabdellah &quot;BOB&quot; TAHRI
    6. 6. Filières énergétiques <ul><li>Filière aérobie : Avec apport d'oxygène favorisée par une augmentation de la fréquence cardiaque (durée au-delà de 15') </li></ul>HAILE GEBRESELASSIE
    7. 7. Carburant musculaire <ul><li>Equation de la course à pied : </li></ul><ul><li>O2 + carburant  Contraction musculaire </li></ul><ul><li>Trois types de nutriments : </li></ul><ul><ul><li>Les glucides (sucres, féculents) </li></ul></ul><ul><ul><li>Les lipides </li></ul></ul><ul><ul><li>Les protéines </li></ul></ul>
    8. 8. Carburant musculaire <ul><li>Les glucides (sucres, féculents) </li></ul><ul><ul><ul><li>Plus facilement accessibles et utilisables </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Les glucides sont transformés en glycogène </li></ul></ul></ul>
    9. 9. Carburant musculaire <ul><li>Les glucides (sucres, féculents) </li></ul><ul><ul><ul><li>Réserve limitée : 1 heure d'autonomie de l'organisme </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Le glycogène permet une activité musculaire élevée. </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Attention au &quot;mur du glycogène&quot; </li></ul></ul></ul>
    10. 10. Carburant musculaire <ul><li>Les lipides (huile, graisses) </li></ul><ul><ul><li>Pouvoir énergétique moindre que les glucides </li></ul></ul><ul><ul><li>Réserve de carburant la plus importante : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Marathon = 300 grammes sur 10 kg pour un coureur de 70 kg </li></ul></ul></ul>
    11. 11. Carburant musculaire <ul><li>Les lipides (huile, graisses) </li></ul><ul><ul><li>Intensité réduite = proportion d'énergie produite par les lipides plus grande </li></ul></ul><ul><ul><li> Entraînement adéquat pour utiliser des lipides à des vitesses de course plus élevées </li></ul></ul>
    12. 12. Carburant musculaire <ul><li>Les protéines </li></ul><ul><ul><li>Briques de l'organisme dont les acides aminées </li></ul></ul><ul><ul><li>10% de la couverture énergétique de l'exercice </li></ul></ul><ul><ul><li>Attention extrême maigreur = dégradation du muscle </li></ul></ul>
    13. 13. L'oxygène <ul><li>De l'atmosphère aux poumons : 1/3 O2, 2/3 CO2 </li></ul><ul><li>Des poumons au sang : </li></ul><ul><ul><li>trachée, bronches, </li></ul></ul><ul><ul><li>alvéoles pulmonaires, </li></ul></ul><ul><ul><li>fines membranes </li></ul></ul><ul><li>Du sang aux muscles : par dissolution ou par le transporteur hémoglobine </li></ul>
    14. 14. La fréquence cardiaque <ul><li>Pour augmenter la quantité d'O2 apportée, il faut augmenter la FC. </li></ul><ul><li>Une fois la FCMax atteinte, quantité d'O2 stable </li></ul><ul><li>Dans une séance l'intensité est indiquée en % FCM </li></ul>
    15. 15. 1 marathon = 50.000 foulées <ul><li>Le pied reçoit à chaque foulée 5 fois le poids du corps </li></ul><ul><li>Pathologies : </li></ul><ul><ul><li>Atteintes cutanées : hématomes </li></ul></ul><ul><ul><li>Atteintes musculo-tendineuses ( tendinites, entorses </li></ul></ul><ul><ul><li>Atteintes osseuses : fractures de fatigue, périostites </li></ul></ul>
    16. 16. Bienfaits de la course à pied <ul><li>Augmente l'efficacité du cœur </li></ul><ul><ul><li>abaisse le rythme cardiaque au repos </li></ul></ul><ul><li>Améliore les paramètres biochimiques vitaux </li></ul><ul><ul><li>plus grande résistance à la maladie </li></ul></ul>
    17. 17. Bienfaits de la course à pied <ul><li>Muscle et affûte le corps : </li></ul><ul><ul><li>réduction de la masse graisseuse, </li></ul></ul><ul><ul><li>muscles toniques, </li></ul></ul><ul><ul><li>os renforcés </li></ul></ul><ul><li>Stimule les capacités nerveuses et morales : </li></ul><ul><ul><li>antistress, angoisse réduite </li></ul></ul><ul><ul><li>production d'endorphine </li></ul></ul>
    18. 18. Les compétitions 1 000 Marathon des Sables 250 km 2 250 UTMB Ultra-trail du Mont Blanc 163 km 1 600 100 km de Millau 37 000 Marathon de Paris 42.195 km 30 000 Semi-marathon de Paris 21.1 km   10 km Participants Courses
    19. 19. Serge Girard <ul><li>25.000 km parcourus </li></ul><ul><li>600 marathons </li></ul><ul><li>365 jours </li></ul><ul><li>Moyenne quotidienne : 70 km </li></ul><ul><li>Jour de repos : 0 </li></ul><ul><li>Nombre de pays traversés : 25 </li></ul><ul><li>France, Espagne, Portugal, Italie, Grèce, Bulgarie, Roumanie, Hongrie, Slovénie, Autriche, Slovaquie, République Tchèque, Pologne, Lituanie, Lettonie, Estonie, Finlande, Suède, Danemark, Allemagne, Pays-Bas, Luxembourg, Belgique, Grande-Bretagne, l’Irlande, France. </li></ul><ul><li>Perte de poids : 10kg (poids de départ 64kg - poids à l'arrivée 54kg) </li></ul><ul><li>Nombre de paires de chaussures usées : 50 </li></ul><ul><li>8000 calories jour </li></ul><ul><li>10 litres d'eau par jour </li></ul><ul><li>5000 points de ravitaillement </li></ul><ul><li>9 heures de sommeil chaque nuit </li></ul><ul><li>Températures extrêmes : -20°C en Finlande, +30°C </li></ul><ul><li>20 personnes se sont relayées pour assister Serge pendant toute cette traversée </li></ul>
    20. 20. L'Extra-terrestre &quot;La route est longue pour celui qui ne va pas au bout de ses rêves&quot; SERGE GIRARD

    ×