Place du traitement en trois phases, visant à l’activation séquentielle du cortex moteur de la région affectée, dans la pr...
Introduction: Définition <ul><li>Différents noms regroupés en une seule entité en 1993 : SDRC </li></ul><ul><ul><li>Sudeck...
Critères diagnostic <ul><li>Douleur  régionale, distale qui peut s’étendre aux régions proximales, permanente, disproporti...
Epidémiologie/ Etiologie <ul><li>Epidémiologie: </li></ul><ul><ul><li>26,2/100000 pers </li></ul></ul><ul><ul><li>Femmes 3...
Mise en place de notre étude <ul><li>Plusieurs études ont démontré que les patients atteints du SDRC avaient une perturbat...
Mise en place de notre étude Moseley Étude du SDRC de type 1 de la main (2004, 2005) Protocole mis en place: 1- Reconnaiss...
Mise en place notre étude <ul><li>Un des Problème soulevé dans la rééducation proposée par Moseley: </li></ul><ul><li>-> L...
Mise en place de l’étude <ul><li>Hypothèses d’étude -> le traitement permet-il: </li></ul><ul><ul><li>une amélioration des...
Méthode <ul><li>Critères d’inclusions:  </li></ul><ul><ul><li>Patients atteints de SDRC de type 1 </li></ul></ul><ul><ul><...
Méthode + programme d’imagerie motrice
Protocole expérimental <ul><li>Pendant 6 semaines, le groupe expérimental a suivi le programme d’imagerie motrice qui s’es...
Bilans <ul><li>En s’appuyant sur la littérature les bilans validés, effectués ont été: </li></ul><ul><ul><li>Evaluation de...
Résultats
Résultats
Résultats
Résultats
Résultats
Discussion/conclusion <ul><li>A la lumière de la neuroplasticité il est possible d’intervenir et de moduler la plasticité ...
Discussion/conclusion <ul><li>Biais d’étude: </li></ul><ul><ul><li>Échantillon trop petit de la population </li></ul></ul>...
Discussion/conclusion <ul><li>Malgré certains biais le traitement par imagerie motrice est: </li></ul><ul><ul><li>une méth...
Discussion/conclusion
Merci de votre Attention
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

04 Lethiec

1 703 vues

Publié le

JFK2009

1 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Je suis actuellement interne de MPR.
    Je suis interessée par ton travail sur ce sujet voulant mettre la thérapie en mirroir dans mon service.
    Comment faire pour en avoir la connaissance 'intégrale'?
    Je vois que tu as un programme, le quel est-ce? Comment se le procurer?

    Merci

    Fanny
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 703
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
1
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

04 Lethiec

  1. 1. Place du traitement en trois phases, visant à l’activation séquentielle du cortex moteur de la région affectée, dans la prise en charge des patients atteints d’un Syndrome Douloureux Régional Complexe de type 1 chronique de la main. Travail de fin d’étude présenté par LE THIEC Marie Promoteur : Mr Jacques D’HAEYERE Promoteur scientifique : Dr Valérie-Anne DE WILDE
  2. 2. Introduction: Définition <ul><li>Différents noms regroupés en une seule entité en 1993 : SDRC </li></ul><ul><ul><li>Sudeck’s atrophy </li></ul></ul><ul><ul><li>Reflex sympathic dystrophy </li></ul></ul><ul><ul><li>Algodystrophy </li></ul></ul><ul><ul><li>Schoulder Hand syndrome </li></ul></ul><ul><ul><li>Causalgie </li></ul></ul><ul><li>Deux types de SDRC: </li></ul><ul><li>-> Type 1: patients atteints de SDRC sans atteinte nerveuse (80% des cas) </li></ul><ul><li>-> Type 2: patients atteints de SDRC suite à une lésion nerveuse (15% des cas) </li></ul><ul><li>Diagnostic est essentiellement clinique basé sur des signes et des symptômes. </li></ul>
  3. 3. Critères diagnostic <ul><li>Douleur régionale, distale qui peut s’étendre aux régions proximales, permanente, disproportionnée par rapport à un évènement déclenchant </li></ul><ul><li>Troubles sensoriels: allodynie, hyperesthésie </li></ul><ul><li>Troubles vasomoteurs: asymétrie de température, modification couleur cutanée </li></ul><ul><li>Troubles sudomoteurs/ œdème </li></ul><ul><li>Troubles Moteur/ Trophique: réduction d’amplitude articulaire, dysfonction motrice (faiblesse, tremblement, dystonie), modification trophique (poils, peau, ongles) </li></ul><ul><li>Absence d’autre diagnostic pouvant mieux expliquer les signes et symptômes. </li></ul>Harden et al, 2007
  4. 4. Epidémiologie/ Etiologie <ul><li>Epidémiologie: </li></ul><ul><ul><li>26,2/100000 pers </li></ul></ul><ul><ul><li>Femmes 3,4 fois plus atteintes que les hommes </li></ul></ul><ul><ul><li>Entre 36 et 46 ans </li></ul></ul><ul><ul><li>Atteintes aux membres supérieurs sont prédominantes (44-61%) </li></ul></ul><ul><li>Etiologie: </li></ul><ul><ul><li>Affections de l’appareil locomoteur (fracture, entorse, luxation, contusion…) </li></ul></ul><ul><ul><li>Affections viscérales (infarctus du myocarde, pleurésie aigue…) </li></ul></ul><ul><ul><li>Affections du système nerveux périphérique (lésion nerveuse, névralgie cervico brachial…) </li></ul></ul><ul><ul><li>Affections du système nerveux central (hémiplégie, sclérose latérale amyotrophique…) </li></ul></ul><ul><ul><li>Sans étiologie décelable: 2 à 17% des cas </li></ul></ul>Demos et al, 2006
  5. 5. Mise en place de notre étude <ul><li>Plusieurs études ont démontré que les patients atteints du SDRC avaient une perturbation de l’intégration des informations motrices et sensorielles. </li></ul><ul><ul><ul><li>-> un rétrécissement de la région somatosensorielle. (Maihöfner et al, 2003) </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>-> une perturbation de l’intégration des informations visuelles et proprioceptives dans le cortex pariétal postérieur (Maihöfner et al, 2007) </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>-> une perturbation de l’activation des cortex moteurs primaires et secondaires (Maihöfner et al, 2007) </li></ul></ul></ul><ul><li>De nouvelles stratégies de traitement ont donc vu le jour. </li></ul>
  6. 6. Mise en place de notre étude Moseley Étude du SDRC de type 1 de la main (2004, 2005) Protocole mis en place: 1- Reconnaissance de la latéralité 2- imagination du mouvement de la main atteinte 3- rééducation avec miroir Fréquence : 10 minutes par heure pendant 6 semaines (2semaines pour chaque étape) S’appuyant sur le Concept de neuroplasticité. L’idée est de restaurer l’intégration normale des informations sensorielles et motrices en manipulant les informations reçues par le cerveau. ACTIVATION SEQUENTIELLE DU CORTEX MOTEUR <ul><li>EFFET SUR: </li></ul><ul><li>Les douleurs </li></ul><ul><li>Les troubles trophiques </li></ul><ul><li>La fonctionnalité </li></ul>
  7. 7. Mise en place notre étude <ul><li>Un des Problème soulevé dans la rééducation proposée par Moseley: </li></ul><ul><li>-> Le manque de régularité et d’investissement des patients face à un traitement intensif. </li></ul>Notre objectif était donc d ’évaluer l’efficacité de ce programme d’imagerie motrice réadapté, basé sur trois modules chez des patients atteints de SDRC de type 1 chronique de la main.
  8. 8. Mise en place de l’étude <ul><li>Hypothèses d’étude -> le traitement permet-il: </li></ul><ul><ul><li>une amélioration des douleurs? </li></ul></ul><ul><ul><li>une amélioration des troubles trophiques et sensitifs? </li></ul></ul><ul><ul><li>une amélioration de la mobilité articulaire de la main pathologique? </li></ul></ul><ul><ul><li>une amélioration de la fonctionnalité de la main pathologique? </li></ul></ul>
  9. 9. Méthode <ul><li>Critères d’inclusions: </li></ul><ul><ul><li>Patients atteints de SDRC de type 1 </li></ul></ul><ul><ul><li>Le SDRC doit avoir été décelé il y a au moins 3 mois. </li></ul></ul><ul><li>Critères d’exclusions: </li></ul><ul><ul><li>Patients atteints de SDRC de type 2 (qui fait suite à une lésion nerveuse) </li></ul></ul><ul><ul><li>Sympathectomie ou stimulation de la moëlle épinière </li></ul></ul><ul><ul><li>Autres dysfonctions neurologiques </li></ul></ul><ul><ul><li>Psychopathologie </li></ul></ul><ul><ul><li>Désordre moteur ou dyslexie </li></ul></ul><ul><ul><li>Problèmes visuels non traités </li></ul></ul><ul><ul><li>Autres pathologies du membre supérieur. </li></ul></ul>
  10. 10. Méthode + programme d’imagerie motrice
  11. 11. Protocole expérimental <ul><li>Pendant 6 semaines, le groupe expérimental a suivi le programme d’imagerie motrice qui s’est déroulé en trois phases: </li></ul><ul><li>-> La reconnaissance de la latéralité: 2 semaines </li></ul><ul><li>-> L’imagerie mentale: 2 semaines </li></ul><ul><li>-> La rééducation avec miroir: 2 semaines </li></ul><ul><li>Fréquence des exercices: 10 minutes 2 fois par jour. </li></ul><ul><li>Rendez-vous avec le thérapeute 2 fois par semaine. </li></ul><ul><li>Remplissage journalier d’un journal de bord. </li></ul>
  12. 12. Bilans <ul><li>En s’appuyant sur la littérature les bilans validés, effectués ont été: </li></ul><ul><ul><li>Evaluation de la douleur : EVA, QDSA </li></ul></ul><ul><ul><li>Evaluation de la mobilité: mesure flexion palmaire/dorsale, inclinaison radiale/cubitale, distance entre le bout des doigts et la zone palmaire poing serré. </li></ul></ul><ul><ul><li>Evaluation de la fonctionnalité: DASH, sollerman test. </li></ul></ul><ul><ul><li>Evaluation des troubles trophiques et sensitifs: examen clinique. </li></ul></ul>
  13. 13. Résultats
  14. 14. Résultats
  15. 15. Résultats
  16. 16. Résultats
  17. 17. Résultats
  18. 18. Discussion/conclusion <ul><li>A la lumière de la neuroplasticité il est possible d’intervenir et de moduler la plasticité cérébrale </li></ul><ul><li>programme d’imagerie motrice </li></ul><ul><li>Effets sur : </li></ul><ul><li>- les douleurs </li></ul><ul><li>- la mobilité de la main pathologique </li></ul><ul><li>- la fonctionnalité de la main pathologique </li></ul><ul><li>- les troubles sensitifs et trophiques </li></ul>
  19. 19. Discussion/conclusion <ul><li>Biais d’étude: </li></ul><ul><ul><li>Échantillon trop petit de la population </li></ul></ul><ul><ul><li>Manque d’homogénéité dans la population </li></ul></ul><ul><ul><li>Certains bilans étaient subjectifs </li></ul></ul><ul><ul><li>Les bilans auraient dû être effectués par un examinateur aveugle </li></ul></ul><ul><ul><li>Manque d’investissement des patients dans le traitement (moyenne des exercices 1,59 fois par jour) </li></ul></ul><ul><ul><li>Les patients ne bénéficiaient pas tous du même traitement classique de kinésithérapie </li></ul></ul><ul><ul><li>La prise en charge aurait dû être plus longue </li></ul></ul><ul><li>Perspectives d’étude: </li></ul><ul><ul><li>Éviter ces biais </li></ul></ul><ul><ul><li>Élargir la technique à d’autres articulations </li></ul></ul>
  20. 20. Discussion/conclusion <ul><li>Malgré certains biais le traitement par imagerie motrice est: </li></ul><ul><ul><li>une méthode élégante </li></ul></ul><ul><ul><li>peu coûteuse </li></ul></ul><ul><ul><li>non invasive </li></ul></ul><ul><ul><li>améliore la symptomatologie </li></ul></ul><ul><ul><li>nécessite peu de supervision du patient </li></ul></ul><ul><ul><li>permet l’émergence d’un rôle actif des patients dans leur prise en charge </li></ul></ul><ul><li>Ce traitement devrait avoir une place de choix dans la prise en charge pluridisciplinaire des patients atteints de SDRC de type 1 chronique de la main. </li></ul>
  21. 21. Discussion/conclusion
  22. 22. Merci de votre Attention

×