Intérêt de la courbe
      débit volume
EN KINESITHERAPIE RESPIRATOIRE


 Congrès Kinésithérapie, 2009
         Kinésithér...
La courbe débit volume
Enregistrement
E     it         t
simultané des variations
de débits et de volume
au cours d’un cyc...
Cette courbe renseigne sur:

La CVF: physiologiquement
plus faible que la CVL


Le DEP


Les DEF mesurés à 75 50
         ...
Quels liens entre les DEF
    et le système bronchique?
Chaque division donne naissance à une
génération bronchique
• Carè...
Quels liens entre les DEF
  et le système bronchique?
Les mesures fractionnées à différents
niveaux de la CVF permettent d...
Intérêt médical
Quatre objectifs
• Participer à l’élaboration d’un
               l élaboration d un
  diagnostic médical ...
Intérêt pour le kinésithérapeute
Pour le kinésithérapeute, elle permet
P    l ki é ithé      t    ll       t
d’évaluer:
 •...
La modulation du flux expiratoire
• Définition
    Expiration active ou passive à plus ou moins haut
       p at o act e  ...
La modulation du flux expiratoire
              vs
       Expiration lente
 La modulation du flux expiratoire est sous
 te...
Fonction ventilatoire normale

                   Volumes et
                   débits
                   débi sont
      ...
Obstruction légère
          Légère inflexion avec une
          concavité vers le haut qui
          indique une augmenta...
Obstruction modérément sévère
              Modulation de l’intensité du flux
              expiratoire adaptée afin de
  ...
Le Flutter
                                                Pression expiratoire
                                          ...
Obstruction sévère 1

         Volumes mobilisables
         fortement diminués et débits
         expiratoires effondrés....
Obstruction sévère 2
          Dispositif de type Flutter non
             p           yp
          indiqué: volumes mobil...
Limitation des débits expiratoires
   Pas d’augmentation des débits expiratoires malgré
   P   d’          i   d   débi   ...
Détection d’une limitation du flux
expiratoire par une pression manuelle
   i ti                  i           ll
         ...
Conclusion
L’évaluation des volumes mobilisables, du
  é
comportement dynamique des bronches à
l expiration
l’expiration e...
Bibliographie
Antonello M., Delplanque D., Selleron B. Démarche diagnostique
           M                 D            B  ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Atelier Delplanque Fouré JFK2009

1 156 vues

Publié le

Atelier Delplanque Fouré JFK2009
Pour en savoir plus, allez sur le site de la SFP:
http://sfk.kinemedia.fr/Pages/JFK2009.html

Publié dans : Technologie, Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 156
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
51
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Atelier Delplanque Fouré JFK2009

  1. 1. Intérêt de la courbe débit volume EN KINESITHERAPIE RESPIRATOIRE Congrès Kinésithérapie, 2009 Kinésithérapie Dominique DELPLANQUE D ii www.delplanque-formation.com
  2. 2. La courbe débit volume Enregistrement E it t simultané des variations de débits et de volume au cours d’un cycle respiratoire où l’on demande à l personne, d d la après une inspiration lente et maximale, une expiration forcée et complète suivie d’une réinspiration jusqu’à l éi i ti j ’à la CPT.
  3. 3. Cette courbe renseigne sur: La CVF: physiologiquement plus faible que la CVL Le DEP Les DEF mesurés à 75 50 75, et 25% de la CVF Le DEF 25-75
  4. 4. Quels liens entre les DEF et le système bronchique? Chaque division donne naissance à une génération bronchique • Carène 1ère génération • Division lobaire 2ème génération • Etc.. jusqu’à 24, 25 générations Jusqu’à la 3è génération (trachée et à éé é ème bronches principales) armature d’anneaux cartilagineux g De la 3ème à la 6ème génération, îlots cartilagineux reliés p g par des fibres musculaires Au- Au-delà de la 7- 8ème génération, paroi 7- musculaire avec fibres circulaires et spiralées.
  5. 5. Quels liens entre les DEF et le système bronchique? Les mesures fractionnées à différents niveaux de la CVF permettent de mieux localiser le niveau d’obstruction. Au-delà du Au- à DEM 75, les débits sont considérés indépendants de l effort car correspondent l’effort anatomiquement aux débits dans les voies aériennes dépourvues de la protection cartilagineuse, donc susceptibles de til i d tibl d s’affaisser en fonction de la pression transpariétale. p
  6. 6. Intérêt médical Quatre objectifs • Participer à l’élaboration d’un l élaboration d un diagnostic médical (réversibilité d’une obst uct o ) d u e obstruction) • Évaluer la sévérité du trouble ventilatoire • Évaluer le pronostic • Permettre le suivi de l’évolution de la P tt l i i d l’é l ti dl maladie
  7. 7. Intérêt pour le kinésithérapeute Pour le kinésithérapeute, elle permet P l ki é ithé t ll t d’évaluer: • Les volumes mobilisables • Le comportement dynamique des bronches • La plage de volume dans laquelle on peut obtenir des débits efficaces en terme de mobilisation des sécrétions par l’utilisation de l utilisation la modulation du flux expiratoire (AFE) • Suivre l’évolution de la fonction Si l’é l ti dlf ti ventilatoire
  8. 8. La modulation du flux expiratoire • Définition Expiration active ou passive à plus ou moins haut p at o act e pass e p us o s aut volume pulmonaire dont la vitesse , la force et la longueur peuvent varier pour trouver le débit optimal nécessaire au désencombrement bronchique (J. Wils)Wils) L AFE L’AFE lente et prolongée et l’AFE rapide et courte sont l AFE les deux extrêmes entre lesquelles il existe une infinité de possibilité de variation du débit. De même, au cours d’une même AFE, il est possible de faire varier le débit. • Conditions de bonne réalisation du geste Bénéficier d’un grand volume pré expiratoire Disposer d’une lumière bronchique suffisante pour Di d’ l iè b hi ffi t laisser passer le flux expiratoire et les sécrétions Supposer que les sécrétions sont suffisamment fluides pour permettre leur mobilisation • Indicateurs du bon geste Expiration sonore avec variation de la tonalité du grave p at o so o e a ec a at o a to a té ga e vers l’aigue Dépression thoracique
  9. 9. La modulation du flux expiratoire vs Expiration lente La modulation du flux expiratoire est sous tendu t d par l’obtention de la compression l’ bt ti dl i dynamique bronchique permettant une augmentation de vitesse générant des flux turbulents avec augmentation de l’énergie cinétique. L’écueil est le collapsus. q p Lors d’instabilité bronchique importante avec collapsus précoce la pratique précoce, d’expirations lentes permet alors de générer des débits avec un risque de collapsus q p moindre.
  10. 10. Fonction ventilatoire normale Volumes et débits débi sont normaux, la p pratique q d’exercices ventilatoires et de la modulation du flux expiratoire ne pose t e posent en règle èg e générale que peu de problème. problème.
  11. 11. Obstruction légère Légère inflexion avec une concavité vers le haut qui indique une augmentation des résistances à l’écoulement du flux gazeux générant une obstruction. Les obstruction volumes mobilisables restent importants et la Modulation de l intensité l’intensité du flux expiratoire doit permettre de générer des débits ffi débit efficaces en terme t de mobilisation de sécrétions. Un dispositif de type Flutter peut être proposé
  12. 12. Obstruction modérément sévère Modulation de l’intensité du flux expiratoire adaptée afin de générer des débits efficaces en terme de mobilisation de sécrétions sans entraîner de collapsus trop précoce ou pratique d’expirations lentes Choix d’un volume pré expiratoire majoré permettant d’augmenter le calibre bronchique par l’augmentation de la Pel. Évaluer les interactions débit- Él l it ti débit- volumes pour une certaine durée d’expiration. L’utilisation d un dispositif L utilisation d’un comme le Flutter peut être un adjuvant fort utile
  13. 13. Le Flutter Pression expiratoire positive vibrée transmise de la bouche à l’arbre bronchique pour augmenter la p g pression endobronchique, retardant le collapsus bronchique et augmenter le volume expiré autorisant ainsi un débit expiratoire plus important. p Différence de pente expiratoire, p p , plus favorable avec Flutter D’après : Althaus P. Flutter VRP1 : principes pour optimiser la d’action des systèmes oscillants. Rapport des mobilisation des communications d’experts, JIKRI, Lyon, sécrétions bronchiques bronchiques. novembre 2000
  14. 14. Obstruction sévère 1 Volumes mobilisables fortement diminués et débits expiratoires effondrés. Plage de volume où le patient Pl d l ùl ti t peut générer et maintenir des débits expiratoires relativement « efficaces » en terme de mobilisation des sécrétions est de 0,9 litre (zone a)). Les exercices d’augmentation du flux expiratoire risquent fort de générer davantage de fatigue que d « sécrétions » f ti de é éti », compte tenu de l’importance des collapsus provoqués lors de l’expiration forcée (limitation l expiration du flux expiratoire).
  15. 15. Obstruction sévère 2 Dispositif de type Flutter non p yp indiqué: volumes mobilisables trop faibles; coût énergétique trop important pour le faible bénéfice attendu. Privilégier les expirations lentes Nécessité d’augmenter artificiellement l tifi i ll t les volumes afin l fi de pouvoir générer des débits expiratoires plus efficaces : VNI. VNI Préconiser une ventilation mécanique en pression positive intermittente et des pressions thoraciques.
  16. 16. Limitation des débits expiratoires Pas d’augmentation des débits expiratoires malgré P d’ i d débi i i lé l’augmentation de la pression motrice: pression expiratoire négative / pression abdominale Detection of Expiratory Flow Limitation by Manual Compression of the Abdominal Wall N.G. Koulouris, P. Valta, A. Lavoie, C. Corbeil, M. VINCENT NINANE, DMITRI LEDUC, SOPHIA Chassé,J. Braidy, J. Milic-Emili. A simple method to ABDEL KAFI, MARWAN NASSER, MYRIAM KAFI NASSER detect expiratory flow limitation during HOUA, and ROGER SERGYSELS. Am J Respir Crit Care spontaneous breathing. Eur Respir J, 1995, 8, Med Vol 163. pp 1326–1330, 2001 306–313
  17. 17. Détection d’une limitation du flux expiratoire par une pression manuelle i ti i ll abdominale Mesure simple à effectuer avec un spiromètre, spiromètre corrélée aux mesures de NEP NEP. Au tout début de l’expiration de repos faire repos, un appui abdominal Incidences kinésithérapiques si limitation du flux expiratoire: • Majoration des volumes pré expiratoires • Pas de pressions abdominales (et thoraciques)
  18. 18. Conclusion L’évaluation des volumes mobilisables, du é comportement dynamique des bronches à l expiration l’expiration et de la plage de volume dans laquelle le patient peut générer et maintenir des débits expiratoires efficaces à p p partir de la courbe débit volume permet donc de réaliser et d’adapter les soins de kinésithérapie respiratoire. ki é i hé i i i
  19. 19. Bibliographie Antonello M., Delplanque D., Selleron B. Démarche diagnostique M D B diagnostique, techniques d’évaluation, techniques kinésithérapiques. EMC rééducation 26-500-C-10 Kinésithérapie respiratoire Antonello M., Delplanque D. et coll. Comprendre la kinésithérapie , p q p p respiratoire. Ed Masson 2005 Vandevenne A. Rééducation respiratoire, bases cliniques, physiopathologie et résultats., collection Bois-Larris; Ed Masson 1999. 1999 Perez T. Entraînement spécifique des muscles inspiratoires. Kinéréa 2002, n°35. p 91-93 Recommandations d’expert pour la pratique clinique, journées internationales en ki é i hé i i l kinésithérapie respiratoire i i i i instrumentale. L l Lyon 16 et 17 novembre 2000. Fouré H. Arguments pour une kinésithérapie de désencombrement guidée par la courbe débit volume. Kinésithér. Rev., 2007, 46-51 46 51 McIlwaine PM. Can physiological parameters determine the optimal method of airway clearance for the individual patient with cystic fibrosis? Journal of Cystic Fibrosis, 6, p.S62, Jun 2007

×