Barette jfk2011

2 211 vues

Publié le

Atelier barette jfk2011

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 211
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
478
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Relaxation post-isométrique [modifier] * On effectue un étirement passif après une contraction active isométrique, en profitant de la phase de relaxation post-isométrique; l'explication est l'utilisation du réflexe myotatique inverse qui permet l'inhibition de la contraction musculaire quand la tension du muscle augmente trop : à partir des organes tendineux de golgi, les fibres Ib vont inhiber le motoneurone alpha. * technique : 1. fixation des extrémités osseuses en étirement maxima 2. contraction musculaire isométrique 3 à 6 secondes. 3. relâchement de la contraction 2 à 3 secondes. 4. allongement jusqu'à la nouvelle barrière motrice 6 à 10 secondes. On effectue 3 à 5 manoeuvres Inhibition réciproque Il s'agit d'un étirement passif après une contraction active isométrique de l'antagoniste; la contraction se fait donc dans le sens de la restriction; on utilise le phénomène d' innervation réciproque de Sherrington : une action sur le muscle antagoniste s'accompagne de l'effet opposé sur l'agoniste, grâce à un interneurone inhibiteur; cette technique est utile si le muscle atteint est trop douloureux dans sa contraction.
  • Barette jfk2011

    1. 1. Techniques d’inhibition musculaire Une alternative aux techniques myotensives
    2. 2. Présentation <ul><li>Point de départ </li></ul><ul><ul><li>Une réflexion sur le traitement des tensions musculaires </li></ul></ul><ul><ul><li>Les techniques directes dites techniques myotensives soulagent le patient </li></ul></ul><ul><ul><li>Mais,….. </li></ul></ul><ul><ul><li>Dans certains cas, la technique ne donne pas le résultat espéré voire même entraîne une augmentation de la sensibilité </li></ul></ul><ul><ul><li>Pourquoi ? </li></ul></ul><ul><ul><li>Existe – il d ’autres moyens d’aborder ces problèmes? </li></ul></ul>Congrès SFP Février 2011 G.Barette
    3. 3. REFLEXION <ul><li>Il existe entre autres, une technique </li></ul><ul><ul><li>Dite Technique fonctionnelle de type strain-counter-strain modifiée allant dans le sens de la position de confort </li></ul></ul><ul><ul><li>Peut elle être une alternative de la technique myotensive lorsque celle-ci ne donne pas les résultats voulus ? </li></ul></ul>Congrès SFP Février 2011 G.Barette
    4. 4. REFLEXION <ul><li>Notion de tension ou de contracture musculaire </li></ul><ul><ul><li>Elles sont deux types </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Tension ou contracture d ’origine myoélectrique (Korr) </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Tension ou contracture d ’origine myométabolique (Péninou et coll.) </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>La notion de différence entre les deux contractures peut reposer (peut-être) sur une notion de: </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Dysfonctionnement aigu </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Dysfonctionnement chronique </li></ul></ul></ul>Congrès SFP Février 2011 G.Barette
    5. 5. CONTRACTURE MUSCULAIRE <ul><li>ORIGINE MYOMETABOLIQUE </li></ul><ul><ul><li>Accrochage des ponts d’actine-myosine </li></ul></ul><ul><ul><li>hypo-extensibilité du tissu conjonctif </li></ul></ul><ul><li>ORIGINE MYOELECTRIQUE </li></ul><ul><ul><ul><li>Hyper-activité du fuseau neuro-musculaire </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Pas de problème au niveau du tissu conjonctif </li></ul></ul></ul>Congrès SFP Février 2011 G.Barette
    6. 6. Présentation <ul><li>Les techniques myotensives sont sur un mode d'étirement musculaire </li></ul><ul><li>la relaxation post-isométrique est le plus souvent utilisée, </li></ul><ul><li>l'inhibition réciproque plus rarement. </li></ul>Congrès SFP Février 2011 G.Barette
    7. 7. Techniques dérivées du strain-counterstrain Congrès SFP Février 2011 G.Barette
    8. 8. Réflexions sur le strain <ul><li>Pour Jones ®, la découverte se fait de manière accidentelle ou providentielle </li></ul><ul><li>Puis il affine sa technique en découvrant les tender-points </li></ul><ul><li>Antérieurs puis postérieurs </li></ul><ul><li>Néanmoins les tentatives d ’explication viendront ensuite et progressivement </li></ul>Congrès SFP Février 2011 G.Barette
    9. 9. Explication de la contracture <ul><li>Théorie de Korr </li></ul><ul><ul><li>reposerait sur les fuseaux neuro-musculaires: </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Importance de la diminution de l ’amplitude articulaire, </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Fonction du muscle en tant que frein pour résister au mouvement de l ’articulation, </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Pose le concept de : </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><ul><li>Mouvement d ’aise </li></ul></ul></ul></ul>Congrès SFP Février 2011 G.Barette
    10. 10. Définition <ul><li>Une technique qui, par le positionnement passif du corps en position de confort optimal, provoque la diminution des phénomènes douloureux et la correction de la dysfonction en réduisant ou en stoppant l ’activité proprioceptive inadaptée maintenant la dysfonction somatique </li></ul>Congrès SFP Février 2011 G.Barette
    11. 11. Définition <ul><li>Une technique douce d ’étirement appliquée dans la direction opposée (counterstrain) à celle qu’indiquent les messages d’étirements (strain) déclenchés par l’activité permanente et erronée des récepteurs proprioceptifs. </li></ul>Congrès SFP Février 2011 G.Barette
    12. 12. Technique Congrès SFP Février 2011 G.Barette
    13. 13. Inhibition para-vertébraux Congrès SFP Février 2011 G.Barette
    14. 14. Rachis cervical Congrès SFP Février 2011 G.Barette
    15. 15. Charnière cervico-dorsale Congrès SFP Février 2011 G.Barette
    16. 16. Réflexions <ul><li>Deux techniques (myotensive et inhibition) qui cherchent le même résultat mais </li></ul><ul><li>N ’utilise pas les mêmes moyens </li></ul><ul><ul><li>Une privilégie la mise en course externe maximale supportée avec une contration maximale possible et un étirement </li></ul></ul><ul><ul><li>L ’autre raccourcit le muscle concerné, évalue la diminution de la douleur par le TP, et ne travaille que sur un retour passif </li></ul></ul>Congrès SFP Février 2011 G.Barette
    17. 17. REFLEXIONS <ul><li>La technique d’inhibition est une technique douce, peu contraignante pour les tissus musculaires mais surtout conjonctifs </li></ul><ul><li>Elle est utilisable chez les patients douloureux ce qui ne sera pas toujours le cas en myotensif </li></ul><ul><li>Elle est donc une alternative </li></ul><ul><li>Mais elle n ’a pas non plus un taux de réussite complet </li></ul>Congrès SFP Février 2011 G.Barette
    18. 18. REFLEXIONS <ul><li>Notions de résultats </li></ul><ul><ul><li>Pour l ’équipe de J.Burnotte, </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Technique Energie musculaire supprime les TrP ou TP dans 2/3 des cas, </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Techniques HVLA dans 3/4 des cas </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Technique de Jones dans 2/3 des cas </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Pour Debroux, il existe une amélioration dans 65% des cas </li></ul></ul>Congrès SFP Février 2011 G.Barette
    19. 19. Réflexions <ul><li>Que faire en cas d ’échec par l’une ou l’autre des techniques </li></ul><ul><li>Associer une technique fonctionnelle avec une technique structurelle </li></ul><ul><li>Car la fonctionnalité n ’est pas la même dans ces deux techniques </li></ul><ul><ul><li>Fonctionnelle interviennent sur les composantes neurophysiologiques </li></ul></ul><ul><ul><li>Structurelles interviennent sur les composantes biomécaniques </li></ul></ul>Congrès SFP Février 2011 G.Barette
    20. 20. Conclusion <ul><li>Alternative: </li></ul><ul><ul><li>Oui pour son coté peu agressif et son action neuro-musculaire </li></ul></ul><ul><ul><li>Non car ne joue pas sur l ’aspect biomécanique </li></ul></ul><ul><li>Le choix dépend donc de la qualité du bilan du patient qui permettra de faciliter le choix technique </li></ul>Congrès SFP Février 2011 G.Barette
    21. 21. Association Congrès SFP Février 2011 G.Barette
    22. 22. références <ul><li>Clinical application of counterstrain, Harmon L. Myers, Osteopathic Press, 2006 </li></ul><ul><li>Strain Counterstrain, L.H. Jones, éditions Goering </li></ul><ul><li>Relâchement myofascial spontané, J.J. Debroux, éditions de Parry, 2005 </li></ul><ul><li>Positional release therapy, D ’Ambrogio K.J., Roth G. B., Mosby, 1997 </li></ul><ul><li>Proprioceptors and somatic dysfunction, Korr IM, J Am osteopath assoc 1975 </li></ul><ul><li>Prise en charge des cervicalgies aiguës et chroniques, Bogduk N., McGuirk B., Elsevier Masson, 2007 </li></ul><ul><li>Prise en charge kinésithérapique du lombalgique (conférence de consensus), ANAES, 1998 </li></ul><ul><li>Modern Neuromuscular Techniques. Léon Chaitow. Churchill Livingstone 2010 </li></ul><ul><li>Positional Release Techniques. Léon Chaitow. Churchill Livingstone 2007 </li></ul><ul><li>Muscle Energy Techniques. Léon Chaitow. Churchill Livingstone 2006 </li></ul>Congrès SFP Février 2011 G.Barette

    ×