L
e gouvernement a peu de
temps à laisser au temps.
Suite aux premiers
contacts ayant réuni le Premier
ministre auxchefsde...
NATION2
LE MATIN • MERCREDI 19 MARS 2008
SUITE DE LA P AGE 1
Or, réunis dans un cadre isolé,
à l’abri des indiscrétions so...
NATION 3
LE MATIN • MERCREDI 19 MARS 2008
MOSTAFA BENTAK
L
e gouvernement s’ac-
tive et multiplie les ren-
contres dans la...
NATION4
LE MATIN • MERCREDI 19 MARS 2008
TAHAR ABOU EL FARAH
L
e dialogue social avance,
la situation se précise de
plus e...
NATION 5
LE MATIN • MERCREDI 19 MARS 2008
EXPRESS
PARLEMENT
LedossierdesretraitesatterritàlacommissiondesFinances
Les dépu...
BOURSE6LE MATIN • MERCREDI 19 MARS 2008
Bourse de Casablanca(18 mars 2008)
1 EURO 11,44100 11,50900 11,43100 11,50000
1 DO...
ÉCONOMIE 7
LE MATIN • MERCREDI 19 MARS 2008
NADIA BENYOUREF
I
l ne fait plus de doute,
aujourd’hui,qu’une nouvelle
vision ...
MONDE8
LE MATIN • MERCREDI 19 MARS 2008
L
e chef des négociateurs
palestiniens, Ahmed
Qoreï, aexprimésacolère
après sa ren...
Le Matin - 19 mars 2008
Le Matin - 19 mars 2008
Le Matin - 19 mars 2008
Le Matin - 19 mars 2008
Le Matin - 19 mars 2008
Le Matin - 19 mars 2008
Le Matin - 19 mars 2008
Le Matin - 19 mars 2008
Le Matin - 19 mars 2008
Le Matin - 19 mars 2008
Le Matin - 19 mars 2008
Le Matin - 19 mars 2008
Le Matin - 19 mars 2008
Le Matin - 19 mars 2008
Le Matin - 19 mars 2008
Le Matin - 19 mars 2008
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Le Matin - 19 mars 2008

1 841 vues

Publié le

Le Matin, parution du 19 mars 2008
SM le ROi Mohammed VI regagne le Royaume
Le processus de Manhasset menacé par les manoeuvres dilatoires algéro-polisariennes
Le pouvoir de sanction se renforce
Les contours du dossier se précisent
Implantation d'une unité de coiffes pour sièges automobiles
SM le Roi adresse un message de remerciements et de reconnaissance au Président sénégalais
Une dizaine de proposition de lois soumises à la session d'avril
Le dossier des retraites atteint la commission des finances
Naissance de EurAfric Information
Un code pour gestion optimisée
Les négociations avec Israël piétinent

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 841
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le Matin - 19 mars 2008

  1. 1. L e gouvernement a peu de temps à laisser au temps. Suite aux premiers contacts ayant réuni le Premier ministre auxchefsde file syn- dicaux, rendez-vous a été pris courant mars pour que l’Exé- cutif rende ses réponses aux attentes des syndicats.Depuis, c’est la tension qui traverse bien dessecteurs de la fonction publique. Or, à ce niveau-là, force est de consatter que l’im- pression qui se dégage est que les centrales syndicales ne lachent pas prise en faisant de la pression tous azimuts. Une posture bien surprenante lorsqu’on sait que le débrayage intervient en dernier lieu quand toutes les voies de dés- amorçage sont essayées. Rien de cela n’a été constaté. Atten- due pour la mi-mars, la réponse du Premier ministre aux partenaires sociaux enga- gés dans le dialogue social a finalement été reportée à la fin de ce mois. Avant le 31 mars si tout va bien. Pour l’heure, les commissions chargées du suivi des négociations ont terminé leurs travaux. Le département de Jamal Rhmani a déjà remis sa copie à la Primature au milieu de la semaine dernière. Le ministère délégué chargé de la Modernisation des secteurs publics apportait encore les dernières retouches à son rap- port lundi en fin de matinée. Si rien ne filtre sur le contenu des deux rapports, l’on sait néanmoins, de sourcesproches du ministèrede l’Emploi, que la commission créée au sein de ce dernier a exploré toutes les voies possibles. Trois scéna- rii se déga gent du travail de ladite commission, affi rme un proche collaborateur de M. Rhmani. Le département de l’Emploi a évalué l’impact financier de chacune de options soumises au Premier ministre. Globale- ment, le travail de la com- mission a été axé sur deux volets, le premier financier et l’autre d’ordre législatif. Ainsi et pour ce qui est du côté maté- riel, trois propositions ont été soumises à la Primature. Il s’agit d’une augmentation générale des salaires dans le secteur privé. Le deuxième scénario consiste en une revalorisa- tion du SMIG et la troisième option explore la possibilité d’une revue à la hausse des allocations familiales.Il revien- dra donc, au vu des premiers contacts avec les centrales syn- dicales et les représentants du patronat, au chef du gou- vernement, Abbas El Fassi, de choisir entre ces proposi- tions, voire d’adopter une solu- tion "composite" qui prenne en compte certains aspects des trois scénarii. Le deuxième volet du rapport du ministère de l’Emploi comporte des pro- positions d’ordre législatif qui ont trait principalement au Code du travail. La mise en œuvre nécessite avant tout une décision politique. Quant à la commission créée au sein du département dirigé par Mohamed Abbou, elle a abordé principalement la pos- sibilité d’une augmentation des salaires, une revalorisation du SMIG et une éventuelle réforme du statut de la fonc- tion publique. ■ Tahar Abou El Farah NATION, PAGE 4 NATION 2 À 5 MONDE 8 SOCIÉTÉ 9 SANTÉ 10 ARTS 11 CASABLANCA 14 SERVICES 20 & 21 TÉLÉVISION 23 & 24 E T A U S S I L e CDVM qui intervient, au moyen de sa législation, pour réprimer certaines manoeuvresanti-déontologiques etmoraliserlestransactionsbour- sières, n’estque de bon augure pour le marché boursier maro- cain.En effet, commelasécurité offerte par une place financière constituel'undesprincipauxélé- ments de sa compétitivité vis-à- visdesautresplaces,encequ'elle fonde la confiance des investis- seurs, le gendarme du marché semble jouer le jeu. Au fur et à mesure que le marché se déve- loppe, cet organe adapte le dis- positifréglementaire.Et,sidurant des années, cette institution a mené de nombreuses investiga- tions,sansdébouchersuraucune sanction ;aujourd’hui, elle sem- bleraitentamerunenouvelleère. En effet, même si sa réaction a été tardive par rapportaux dos- siersrelatifsauxopérationsd’in- troduction en Bourse de la GSI et de CGI, elle est louable du moment qu’elle verse dans l’in- térêt des épargnants. D’ailleurs, c’estce type d’incidents,attribués essentiellementà un vide juridi- que,qui aprofitéàcertainsinter- venants sur le marché, qui lui permet de peaufiner ce disposi- tifréglementaire pour une meil- leureprotectiondesinvestisseurs. Il est à préciser que le principal outil desurveillancedestransac- tionsboursièresest l’application dite«SVM»quipermetlecontrôle endifférédestransactions.Cette application fournit des alertes, qui constituent une plate-forme pourladétection desfraudessur lemarché,etce,enparallèleavec lasurveillance enligne.Lesdon- néesconcernant lestransactions sont recoupéesaveclesinforma- tionsrelativesauxdonneursd’or- dre, lesquelles sont transmises par les sociétés de bourse et par les réseaux bancaires. D’ail- leurs, une base de données relatives aux donneurs d’ordre du réseau bancaire a été consti- tuée et les données y sontchar- gées à partir de janvier 2005. Pour les sociétés de bourse, un module a été finalisé en 2005. Il vise à automatiser le contrôle decohérencedesdonnées avant le chargement desfichiers.Pour compléter ces outils, deux nou- velles bases de données ont été constituées. La première, bapti- sée «Personnes sensibles», contient la liste des personnes dont le comportement sur le marché boursier doit faire l’ob- jet d’une attention particulière, compte tenu de lafonction occu- pée ou de l’historique. La seconde, nommée «Suivi des recommandations», permet le rapprochement entrele compor- tement d’une valeur sur le marché boursier et les recom- mandationseffectuéessurladite valeur. ■ Nadia Benyouref CDVM Le pouvoir de sanction se renforce Le gendarme du marché plus exigeant DIALOGUE SOCIAL Les contours du dossier se précisent La réponse du Premier ministre attendue vers fin mars LE MATIN • MERCREDI 19 MARS 2008 • 11 Rabii I 1429 - 12 Adar II 5768 N° 13 493 • PRIX : 3,00 DH - 1,00 EURO GOUVERNEMENT Le tableau de bord de Abbas El Fassi Pour la rentrée parlementaire, le Premier ministre annonceune dizaine deprojets de textes deloi.Pour l’action de son équipe, il entend diriger par objec- tifs. P.3 ÉCONOMIE Naissance de EurAfric Information La stratégie de gestion des systèmes d’information de BMCE Bank et RMA Watanya se renforce avec l’appui du groupe Crédit mutuel CIC. Précisions. P.7 LIGUE ARABE DES CHAMPIONS Le WAC joue pour... le plaisir Le match contre l’USM d’Alger n’est qu’une simple formailité. Les Wydadis ont assuré leur qualifica- tion pour les demi-finales. P.24 SANTÉ Le mal de la pigmentation analysé PAGE 10 Prévenir les affections sur le plan physique etpsychologique. Mustapha Kasri, l’intellectuel sauvé de l’oubli par la sortie de sonoeuvre. ARTS Celui qui a habillé Baudelaire en arabe se confie PAGE 11 www.lematin.ma Lire notreéditorial Le Maroc ne donnera jamais plus ! PAGE 2 Implantation d’une unité de coiffes pour sièges automobiles Le projet, situé à Kénitra, mobilisera 110 millions de dirhams et emploiera 650 personnes U n contrat d'investisse- ment portant sur la réa- lisation d'une unité industrielle de confection de coiffes pour sièges automobi- les à Kénitra vient d'être signé entre le gouvernement maro- cain et la société Faurecia Equi- pement Automobile, lundi dernier à Rabat. Ce contrat d'investissement d'un montant de 110 millions de DH prévoit donc la création de 650 emplois directs et sta- bles. Il a été signé par Ahmed Réda Chami et Jamal Rhmani, respectivement ministre de l'In- dustrie, du Commerce et des Nouvelles technologies, et ministrede l'Emploi et de la Formation professionnelle, et par Patrick Koller, vice-prési- dent du groupe produits sièges d'automobiles. Selon le vice président de la société, l'entreprise prévoit de réaliser 40 millions d'eu- ros de chiffre d'affaires en 2010. "Nous avons l'intention de renforcer notre implanta- tion au Maroc. Eneffet, cet accord sera suivi bientôt par un autre contrat surtout que nousavons été bien soutenue par les autorités marocaines qui nous ont pro- posé tout l'appui nécessaire à la concrétisation des projets envisagés" souligne Patrick Koller. Une intervention appuyée par le minist re de l'Indust rie, du Commerce et des Nouvelles technologies qui a exprimé la volonté du gouvernement marocain à accompagner l'im- plantation de Faurecia sur le plan foncier. "Cet investisse- ment est très important dans la mesure où il permettra la création de nouveaux postes d'emploi et contribueraà atti- rer de nouveaux investissement dans la région de Rabat" indi- que Réda Chami. Ceprojet vient doncs’inscrire dans la dynamique que connaît la région de Rabat enclenchée depuis quelques années. En e ffet, la capitale et sa région figurent aujourd’hui parmi les 4 sites dédiés aux délocalisa- tions d'activités,à l'offshoring, aux nouvelles technologies et à la recherche développement, premiers piliers du plan Emer- gence. Un positionnement qui a valu à la capitale une nouvelle image de la ville indus- trielle.■ Yousra Amrani S.M. le Roi Mohammed VI regagne le Royaume Le Souverain adresse une lettre de remerciements au Président sénégalais FIN DES NÉGOCIATIONS DU 4E ROUND Le processus de Manhasset menacé par les manœuvres dilatoires algéro-polisariennes Le Maroc souligne sa détermination à œuvrer pour parvenir à la solution politique au Sahara NEW YORK - DE NOTRE ENVOYÉ SPÉCIAL HASSAN ALAOUI L es discussions inscrites dansle cadre du 4e round de Manhasset pour une solution politique au Sahara se sont achevées hier mardi. Sans grande surprise,ellesont misen exergue, d’un côté, la sincérité, la bonne foi, la disponibilité du Marocàrespecterlesrecomman- dations du Conseil de sécurité et, de l’autre, la mauvaise foi, la volonté d’obstruction et d’en- trave, les manœuvres dilatoi- res du polisario et de l’Algérie, résolus à ramener le dossier en arrière.Entredimanche 16mars ausoiretmardi18en fin de jour- née, qu’a-t-il pu se passer entre les délégations du Maroc, du polisario, d’Algérie et de Mau- ri tanie réunies en conclave à Manhasset avec Peter van Walsum, représentant du secré- taire général de l’ONU au Sahara ?Laquestion ne taraude passeulement lesespritsde tous ceuxqui,ici présentsàNewYork ou ailleurs à travers le monde, ne manquentpasde s’interroger sur la teneurdeséchangesentre lesprotagonisteset surlesrésul- tatsquipourraient en être issus! La question a valeur de test, car à voir l’opacitéorganisée, tenace et inviolable, autour de ce quatrième round, elle conti- nue d’être constamment posée avecune obsession que toutjus- tifie. Le quatrième round, commequelquesmauvaisesprits n’en ontpascessé d’entonner et d’agiterl’antienne,serait-ille der- nier d’une série, disons d’une première série ? Mauvais augu- res ? Prophètes de mauvais aloi ou encore propagandistes avérésàlamauvaise foi plusque vérifiée ? Ils sont dans le sil- lagedu PrésidentBouteflikaqui, chantage ou calcul, a proféré la menace ily a quelquessemai- nes et que les négociateurs du polisario, de M’Hamed Khadad àMohamed Ould Salek et Mah- foud Ali Beiba, ont repris à leur compte. SUITE EN PAGE 2 Sa Majesté le Roi Mohammed VI, accompagné de S.A.R. le Prince Moulay Rachid, a regagné, mardi soir, le Royaume, en provenance du Sénégal où le Souverain avait pris part aux travaux du 11e Sommet de l'Organisation de la Conférence islamique (OCI). A son arrivée à l'aéroportFès- Saiss, S.M. le Roi, accompagné de S.A.R. le Prince Moulay Rachid, a passé en revue un détachement de la Garde royale qui rendait les honneurs, avant d'être salué par le Pre- mier ministre, Abbas El Fassi, le général Abdelaziz Bennani, inspecteur général des Forces Armées Royales, le général Hosni Benslimane, comman- dant de la Gendarmerie royale, le général Hamidou Laanigri, inspecteur général des Forces auxiliaires, Charki Draiss,direc- teur général de la Sûreté natio- nale, Mohamed Rharrabi, wali de la région Fès-Boulmane et Moulay Mamoun Boufarès, wali au ministère de l'Intérieur. Le Souverain a également été salué par le président du conseil de la région, les gou- verneurs des provinces de la région, le commandant de la Place d'armes, le président du conseil de la ville, les élus, les représentants des autorités locales et par d'autres per- sonnalités. Sa Majesté le Roi avait quitté en milieu d'après-midi la capi- tale sénégalaise, où le Sou- ve rain avait été salué par le Président Abdoulaye Wade. Accompagné de S.A.R. le Prince Moulay Rachid, le Sou- verain avait également été salué par le Premier ministre sénégalais, le président de l'As- semblée nationale, les mem- bres du gouvernement, le président de l'Agence natio- nale de l'Organisation de la Conférence islamique, l'am- bassadeur du Sénégal à Rabat, l'ambassadeur du Maroc à Dakar et par les membres de la mission diplomatique maro- caine au Sénégal. En marge du sommet islamique, S.M. le Roi a eu une série d'entretiens et de rencontres avec des chefs d'Etat et de délégations, ainsi qu'avec le secrétaire général des Nations unies, Ban ki-Moon. S.M. le Roi a tenu des séan- ces de travail avec le Prési- dent sénégalais, Me Abdoulaye Wade, hôte du sommet, le Pré- sident bissau-guinéen, Joao Bernado Nino Vieira, et le Président burkinabé, Blaise Compaoré. Le Souverain a eu égale- ment des entretiens en tête-à- tête avec le chef de l'Etat mauritanien, Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi, et reçu en audience le secrétairegéné- ral de l'ONU. S.M. le Roi a, en outre, reçu Abdelkrim Rahal Soulami, pré- sident du Groupe Rahal, que le Souverain a décoré du Wissam Al Arch de l'ordre d'officier. SUITE EN PAGE 2 LIRE ÉGALEMENT EN PAGE 2
  2. 2. NATION2 LE MATIN • MERCREDI 19 MARS 2008 SUITE DE LA P AGE 1 Or, réunis dans un cadre isolé, à l’abri des indiscrétions sous l’auspice d’un Peter van Walsum déterminé à aboutir à un accord,représentantsdu Maroc, du polisario, d’Algérie et de Mauritanie ne devaient en prin- cipe quitter mardi la résidence de Greentree qu’après s’être mis d’accord sur une position auto- risant un minimum d’optimisme sur la suite à donner au proces- sus de négociations. Jusqu’à mardi en fin de journée, cepen- dant, rien ne filtrait encore de ce laborieux bras de fer, de cet échange manifestement dif- ficile de quarante-huit heures, ponctué, semble-t-il, de rares pauses. La conférence de presse orga- niséeparladélégationmarocaine mardi soir dans la résidence de l’ambassadeur, représentant du MarocauxNationsunies,devait apporter, on le souhaitait vive- ment, l’éclairage nécessaire sur ce quatrième round. Celui-ci marqueàl’évidenceuntournant, une étape dans le renforcement –disons-le cabrement- des posi- tions de chacun des protagonis- tes.Ilauradémontrédenouveau la mauvaise foi du polisario et d’une Algériequin’ajamaisaussi bien érigé le cynisme et l’ambi- guïté. La mauvaise foi du «polisario» La matinée du lundi 17 mars a été marquée par l’allocution introductive de Peter van Walsum,l’interventionduMaroc et celle du polisario. On croit savoir qu’aussitôt le débat s’est viteengagé,aveccetteconstante que les représentants du polisa- rio,M’HamedKhadadetsescom- pagnons, n’avaient d’autre objectifque de lefiger,delesub- vertir, alors que le Maroc s’ef- fo rçait d’avancer dans le sens d’une démarche constructive, méthodique et conséquente. Dans son intervention, Chakib Benmoussa a affirmé que “le Maroc participe à ce 4e round des négociations, partageant en cela la ferme volonté de la communauté internationale de veilleràcequecenouveauround marque le point de départ pour des négociations réelles et subs- tantielles”. Il ne pouvait si bien confirmer que, en somme, les troisprécédentsroundsn’avaient pas atteint, loin s’en faut, leur objectif.Etpour cause!Non seu- lement il met le doigt sur une plaie quiestcelledel’obstruction du processus par l’Algérie et le polisario,maisiln’hésitepasàen désigner le responsable: “ Nous sommes,dit-il,désolésdeconsta- ter que l’une des parties per- siste obstinément à entraver le processus onusien visant la recherche d’une solution politi- que”. Il s’agit naturellement, on l’aura compris, de l’Algérie pour ne pas la nommer qui est au conflitdu Saharacequele tison- nier, le souffleur est au brasier. Et d’ajouter encore “que le chemin vers cette solution demeure d’autant plus ardu que les autres parties (polisarioetAlgérie)nesouhai- tent paslesuccèsdecesnégocia- tions, poussant en revanche à plus de radicalisme dans le vain espoird’enterrerl’initiativemaro- caine (d’autonomie) et de faire perdurer la situation actuelle”. Aussi péremptoire, ne sacrifiant à aucune équivoque, le constat est sans appel. Qu’il ait été annoncé,alorsmêmeque lesdis- cussions venaient de commen- cer,n’estpasunhasard.LeMaroc auraainsiprévenu,attiré l’atten- tion des responsables de l’ONU sur une dérive du processus de règlementd’autantplusflagrante quesesadversairesontdécidéde parler de tout et de rien, sauf du projet d’autonomie qui, en principe, constitue tout l’objet même de ce cycle des négocia- tionsappelé“roundsdeManhas- set” ! Or, le Maroc également neselaissepaspourautantpren- dre au jeu et au piège d’une rupture unilatérale et de l’obs- t ruction systématique. Il pro- clame sa résolution à toujours s’inscriredanslalignedeconduite qu’il s’est tracée, consistant à mettreenoeuvresonprojetd’au- tonomie, à œuvrer dans le sens desrecommandationsduConseil desécurité,àallerconstamment de l’avant pour parvenir à une solution politiquemutuellement acceptable et démocratique. En le répétant, en le soulignant à chaque fois, en proclamant son irréductible volonté à s’y tenir, ilnesacrifieàaucunerhétorique. D’où cette proclamation sans la moindretergiversationdeChakib Benmoussa, lundi, devant le représentant des Nations unies quiadû enprendrenoteetselon laquelle “le Maroc est plus que déterminé à œuvrer et à négo- cier pour parvenir à ladite solu- tion politique mutuellement acceptable”. Le projetd’autonomie, seule solution Pourtant,ilestobligédeconsta- terquelamauvaisefoidesespro- tagonistes est toujours de mise. A telle enseigne que la question seposedesavoir pourquoi,fina- lement, le polisario et l’Algérie participent ou croient partici- peràcesroundsdenégociations sans jamais y croire? Quelques semaines avant cette rencontre de 48 heures, quelques jours avant, la veille même, les diri- geants du polisario, à quelque niveauquecesoit,sesont répan- dus en déclarations fulminan- tes où se croisent la menace, le chantageetlamauvaisefoicarac- térisée.On pouvaitd’oresetdéjà avoirl’avant-goûtdecequeserait leur position lors des négocia- tions et préjuger plus ou moins decequiseraitdanslafouléeleur comportementobstructionniste. Ni le ton ni la manière et encore moins l’argumentairene sont nouveaux pour nous, trop habi- tués que nous sommes à leur langue de bois répétitive. Ce qui est inédit en revanche, c’est le contexte politique régional marqué par une série d’événe- ments et de situations surgis entre-temps. De la lettreque le Président Bouteflika a adressée à Mohamed Abdelaziz “al-Mar- rakachi” où il annonce que “les négociations de mars doivent déboucher surunaccordouêtre les dernières”, aux menaces de reprendre des armes contre le Marocproféréesparlepolisario, aux propos endurcisd’un M’Ha- med Khadad qui, sans amba- ges, dit espérer qu'au 4e round “ceseralelieuetlemomentpour que les Nations unies concluent qu'il est impossible de conti- nuer sur cette voie”. Le même négociateur n’a pas hésité à annoncer que “le Maroc fait perdre à la communauté inter- nationaledutempsetdesmoyens et qu’il est temps de faire impo- serle pointdevue de lacommu- nautéinternationale,c'est-à-dire la tenue d'un référendum d'au- todétermination pour le peuple du Sahara occidental dans les meilleursdélais”,“seulesolution, selon lui, à même de garantir la paix et la stabilité dans la région”. Nous sommes en face d’une position inédite, à tout le moins aussi machiavélique et ouverte- ment annoncée. D’une part, le polisario n’a jamais caché son hostilité au règlement de paix initié par lesNationsunieset ille proclame toutdegoaujourd’hui ensuggérantd’ymettrefin.D’au- trepart,noncontentdeprogram- mer et de proclamer l’échec du processus de règlement, il s’em- ploie avec la mauvaise foi des grands jours à en imputer la responsabilitéauMarocetàfaire de ce dernier le bouc émissaire. Cependant, les propos des diri- geants du Polisario, qu’on se le disebien,sont lacopieconforme des déclarations du Président Bouteflika. Iln’est guèredifficile d’imaginer à travers cet enche- vêtrementdeproclamationslefil conducteur algérien, le vrai fil noir qui inspire toute une stra- tégiededestructionméthodique. Maintenant, à bien regarder, àbien peserleparagrapheimpli- citeduproposdunégociateurdu polisario qui dit que “le référen- dum d’autodétermination pour le peuple du Sahara occidental est la seule solution à même de garantirlapaixetlastabilitédans la région”, l’on comprend que lorsqu’il annonce que “c’est la seule solution”, il exclutd’office, rejette de toutes ses forces tout autre solution et donc s’oppose comme prévu au projet d’auto- nomie quiest àl’autodétermina- tion, faut-il le répéter, ce que la libertéestàladémocratie,unpan constitutif. On a vu se dessiner ainsiunenetteoppositionauplan d’autonomie marocain dès l’ou- verture des discussions, tradui- sant ainsi une prise de position arrêtée avantmêmequeladélé- gationdupolisarion’arriveàNew York, faite d’hostilité affichée et marquéedusceaudelamanoeu- vre.MahfoudAliBeiba,négocia- teur en chef, lâchera enfin le morceau sur un ton qui confine à l’arrogance: “Comme l'ont fait tous les plans de paix pré- cédents, dit-il, endossés par le Conseil de sécurité de l'ONU, le Front polisario considère que la tenue du référendum d'autodé- termination est possible et qu'il doit inclure au moins deux options, dont celle de l'indé- pendance”. Là n’est pas l’inédit. En fait, la divinesurprise,illadéclineraaus- sitôt après en affirmant que la délégationduFrontpolisario“est fermement convaincue que le processusde référendumpeutet doit être réactivé, suivant les directions et les phases claire- ment détaillées dans le Plan de règlement (de l'ONU de 1990), des Accords de Houston (1997) et du Plan Baker" (2003)”. Voici doncaffichéeà laface même du représentant des Nations unies unedesdiaboliquesmanoeuvres poursaper le processusde Man- hasset et revenir à la case de départ, à ces nombreuses ten- tativesderèglementqu’aussibien lesNationsuniesquelacommu- nauté mondiale avaient ferme- mentetvigoureusementrécusées etrejetéesetqu’ellesconsidèrent depuis longtemps comme révo- lues. Ce retour aux prétendus Accords de Houston, à ce Plan Baker,tousmisdanslatrappede l’histoire, est proprement révol- tant et incommodant. C’est peu dire que les Nations unies, MM. BanKi-moon etWalsumen tête, devraient s’en inquiéter grave- ment, car il y va de leur enga- gementetdeleurcrédibilité.Sauf miracle de dernière heure, les négociations préliminairesde Manhasset sont déviées de leur sens pour ne pas dire sapées parle polisarioetl’Algérie,venus à coup sûr à New York avec le seul objectif d’y mettre fin, de diluerle dialoguedansunfatras de contradictions et, en défini- tive, d’essayerdésespérémentde renve rser le cours des choses. Ilsportentainsilalourderespon- sabilité du blocage des négocia- tionsdevantlesNationsuniesqui nedevraientainsi,pourleurpart, accepter ce tour de passe-passe inacceptable et mettre un terme à la surenchère et aux menaces injustifiées.■ Notre envoyé spécial à New York, Hassan Alaoui FIN DES NÉGOCIATIONS DU 4e ROUND Le processus de Manhasset menacé par les manœuvres dilatoires algéro-polisariennes Le Maroc souligne sa détermination à œuvrer pour parvenir à la solution politique au Sahara www.lematin.ma Une publication du Groupe Maroc Soir G.M.S. Quotidien d’information 17, rue Othman Ben Affane - Casablanca Tél. : 022 48 91 00 (L.G.) FONDATEUR : Moulay Ahmed ALAOUI DIRECTION DIRECTEUR GÉNÉRAL ET DE LA PUBLICATION : MohamedJOUAHRI DIRECTEUR DÉLÉGUÉ : HassanALAOUI KACIMI REDACTION REDACTEUR EN CHEF : AbdelhadiGADI SECRETAIRES DE REDACTION : Fatim-ZohraHASSANI ALAOUI, El Mahjoub ROUANE JOURNALISTES: Mustapha ABOUIBADALLAH, MohamedAKISRA, KenzaALAOUI, Mohamed BADRANE, M u staphaBENTAK,Nadia BENYOUREF, Imane BERRADI, Abdelali BOUKHALEF,LatifaCHERKAOUI, NadiaDREF, Abdelhakim HAMDANE, Fatim-Zo h ra HASSANI ALAOUI,Ali HASSOUNI, Abderrahmane ICHI, Hayat Kamal IDRISSI, RajaaKANTAOUI, Mohamed MELLOUK, Khalid MOUAFIK IDRISSI, AbdelazizMOURIDE, Dounia Z.MSEFFER, Lahcen OUDOUD, NadiaOUIDDAR, Rachid TARIK, El Mahjoub ROUANE, Khadija SMIRI REDACTION TÉL. 022 489100 - Fax : 20 30 48 BUREAU DE RABAT RESPONSABLE PAR INTERIM : Jihane GATTIOUI JOURNALISTES: YousraAMRANI, OuafaaBENNANI,Abdelouahed RMICHE REDACTION TÉL. 03777 0737 - Fax : 079 89 42 92 PHOTOGRAPHES Mohsine KARTOUCH, A i ssa SAOURI, Ahmed MECHOUARY TECHNIQUE AbdelazizBAKKAR, Souad AFGHANI DIRECTION COMMERCIALE ET MARKETING DIRECTEUR COMMERCIAL & MARKETING : Sabr ABOU-IBRAHIMI ASSISTANTE COMMERCIALE : Karima ROUINBI, CONSEILLERS COMMERCIAUX : G. LAHRIZI, M. EL BAZ,M.EZZINE Tél. : 022 48 91 03 à 09 PAO TECHNIQUE PUB A. BENCHAABOUNE Fax : 022 20 29 98 - 17, rue Othman Ben Affane - Casablanca AGENCE COMMERCIALE CASABLANCA PETITESANNONCES Lundi auvendredi 8h 00 - 18 h 30- Samedi 9 h 00 - 11 h 30 88, Bouleva rd Mohammed V - Casablanca- Tél. : 022 26 88 60 ABONNEMENTS Fatim Za h raMGHARI - Tél. : 022 48 91 08 Lundi au vendredi de 9h à 16h30 AGENCE COMMERCIALE RA BAT N° 3, appartment 5, avenue de France,Agdal Tél. : 037 77 02 98 - 037 77 03 06 - Fax : 037 76 48 80 DIRECTION DE PRODUCTION ET DIFFUSION DIRECTEUR TECHNIQUE ET DIFFUSION : Kamal EL ALAMI RESPONSABLE PRODUCTION : Youssef EL AKHDA R RESPONSABLE QUALITÉ : Mostafa NACHAT Tél. : 022 34 01 71 Routesecondaire110, Km 9,3, Aïn Se baâ, Casablanca IMPRESSION: MAROC SOIR S.A. DISTRIBUTION : SAPRESS RC 31427 - Pate nte 33 103870 - IF 0103 03384 - CNSS 1492264 Commission Paritaire de la Presse écrite QF/010-05 D OSSIER PRESSE Au t. n° 309 ISSN 1114- 9205 - Dépôt Légal1971/0015 L e processus de Manhasset qui abrite, sur recommandation des Nations unies, les négociations sur le Sahara pourrait-il déboucher sur une impasse ? Et si oui, quel pourrait en être le responsable ? Les mêmes Nations uniespourraient-elles situer avec équité la responsabilité de chacun des protagonistes, c’est-à-dire fairela part des choses entre le Maroc, le polisarioet l’Algérie. Dans cette affaire, on oublie souvent que, la Mauri tanie mise à part compte tenu de sa neutralité, notre pays fait face à deux adversaires. Il est seul contre deux protagonistes à une table de négociations sur laquelle sont posés, en vrac, tous les problèmes sauf le plus important et le plus u rgent, celui d’une solution politique contenue expressément dans le plan d’autonomie que le Maroc propose. Le Maroca pris l’initiative de présenter et de soumettre aux Nations unies un plan audacieux, celui de l’autonomie. Il a suivi en cela les recommandations de la communauté inte rnationale, incarnée par l’ONU qui, tout au long de 2005 et 2006, n’acessé de réclamer une initiative nouvelle, rompant avec les plans précédents qui avaient abouti non seulement à une impasse mais figé le problème duSahara dans une sorte de goulot d’étranglement régional. Le Maroc a pris donc l’initiative en 2007, et tous doivent en prendre la mesure, pour proposer un plan démocratique que les pays amis et neutres ont soutenu avec force. Le Conseil de sécurité, dans ses deux résolutions pertinentes 1754 et 1783 adoptées en 2007, a prescrit des «négociations directes et sincères » aux protagonistes et, par la suite, a demandé à tous les Etats voisins, amis ou autres de souscrire à la nouvelle dynamique et d’apporter leur soutien pour rapprocher les protagonistes. Mieux : il a validé la proposition marocaine, forte de plusieurs chapitres, ri che de plusieurs volets et dispositifs. Il a estimé qu’elle représentait un cadre encourageant. Algériens et polisario n’ont trouvé mieux, enrevanche, que de soumettre une contre-proposition brinquebalante et rédigée à la hâte, parce qu’ils étaient pris de court par la valeur politique que le projet marocain implique. Cela n’a pas empêché le Maroc de s’inscrire dans la démarche du Conseil de sécurité, de continuer à travailler pour la mise en oeuvre du projet démocratique. Comment un pays comme le Maroc, qui a montré sa sincère coopération avec des adversaires résolus et ave l’ONU, peut-il faire l’objet d’un chantage aussi scandaleux de la part de deux protagonistes plus que jamais complices qui ont décidé de piétiner l’esprit de la Charte de l’ONU et ce qui en ressort de ses résolutions?Le Maroc ne peut que continuerà s’inscrire dans la logique de règlement recommandée par les Nations unies, mais se doit d’interpeller ces dernières sur le non- respect et la violation du processus en cours par ses adversaires. En proposant un ambitieux et démocratique projet d’autonomie élargie au Sahara, le Maroc est allé aussi loin que la lune. Il ne peut plus rien donner encore qui puisse mettre en danger sa souveraineté, sa cohésion et la stabilité régionale. Le Maroc ne donnera jamais plus ! LE MATIN EDITORIAL Assises du tourisme à Tétouan ● Les 8e assises du tourisme se dérouleront le 14 juin à Tétouan. Placée sous le Haut Patronage de S.M. le Roi, cette grand-messe sera l’occasion pour, Mohamed Boussaid, d’établir le bilan des réalisations du secteur sur la période 2001-2007 et d’exposer les avancées significatives dans le cadre de la «Vision 2010», dont l’objectif est d’atteindre 10 millions de touristes. Par ailleurs, l’accent sera mis sur les chantiers prioritaires à dresser sur les prochaines années pour faire de la destination Maroc une destination de qualité. Ressources humaines, professionnalisation des métiers & qualité et tourisme durable seront à l’honneur et feront l’objet d’échanges et débats donnant de la visibilité sur les actions à initier. Seront également présentés, les projets futurs du secteur du tourisme au Maroc pour les différents acteurs publics, privés, nationaux et internationaux. Conférence sur la politique de la conservation foncière ● "La politique de la conservation foncière : présent et avenir", est le thème central d'une conférence prévue, les 18 et 19 avril prochain à Marrakech, à l'initiative du laboratoire des études juridiques, civiles et foncières de la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales. Cette rencontre, qui verra la participation d'un parterre de chercheurs et d'acteurs concernés par ce domaine, a pour objectif de contribuer à l'adaptation du régime de la conservation foncière au Maroc aux contraintes posées par la réalité actuelle de ce secteur ainsi qu'aux exigences futures. Contrat pour la réalisation d’une décharge contrôlée à Casablanca ● La commune urbaine de Casablanca et Ecomed Gebore international signent, ce mercredi, un contrat pour la réalisation d’une décharge contrôlée à Casablanca. Après Fès, Ecomed a remporté l'appel d'offres international pour la réalisation de la nouvelle décharge de Casablanca. Celle-ci sera créée sur un terrain domanial de 90 ha situé en face de la décharge actuelle. L'adjudicataire devra procéder à la réhabilitation de l'ancien site qui sera fermé d'ici un an. Forum de l’investissement à Bruxelles ● Le premier Forum de l’investissement des pays signataires de l’Accord d’Agadir (Egypte, Jordanie, Maroc et Tunisie) se tiendra le 8 et 9 avril prochain à Bruxelles. Des ministres représentant ces 4 pays et des personnalités du monde économique prendront part à cet événement d’une grande envergure. Il y aura également la présence de Peter Mandelson, commissaire européen chargé du commerce extérieur. Tous les pays arabes riverains de la Méditerranée et liés à l’Union européenne par un accord de libre-échange peuvent adhérer à cet accord, soutenu par la Commission européenne. L’accord d’Agadir étant un prélude à la future zone euro-méditerranée. Visite d’une délégation d’hommes d’affaires indiens au Maroc ● Une délégation d’hommes d’affaires, sponsorisée par le Conseil indien de promotion de l’exportation des produits électroniques et logiciels (ESC), établi par le ministère du Commerce du gouvernement de l’Inde sera en visite à Casablanca, du 31 mars au 3 avril prochain. De grandes sociétés indiennes fabricantes et exportatrices représentant des produits électroniques de consommation et des composantes électroniques participeront, le 1er avril, à des mises en relations à l’hôtel Ramada les Almohades. Atelier technique de préparation du rapport genre 2009 ● Dans le cadre de la composante Maroc du programme «budgétisation sensible au genre, Phase II», la direction des études et des prévisions financières organise, du 24 au 27 mars à l’hôtel Rabat de la capitale, avec le support de l’UNIFEM, un atelier technique de préparation du rapport genre 2009. FLA SH.. . FL ASH. .. FL ASH... S.M. le Roi regagne le Royaume SUITE DE LA P AGE 1 Lors de son séjour au Séné- gal, S.M. le Roi Mohammed VI, Amir Al-Mouminine, a mis en place la Fondation Alaouite pour le développement humain durable et procédé à la posede la première pierre pour la construction d'un pôle d'oph- talmologie à Dakar, qui est la premièreaction de la Fonda- tion en Afrique, et ce en concré- tisation des valeurs de solida- rité que perpétue le Souve- rain entre le Royaume du Marocet lespays africains amis. Cette clinique est le premier projet auquel contribue la Fon- dation alaouite, présidée par S.M. le Roi, et dont le champ d'action couvrira plusieurs sec- teurs du développement humain durable dans les pays frères et amis d'Afrique.■ MAP S.M. le Roi adresse un message de remerciements et de reconnaissance au Président sénégalais À l'issue de la participation du Souverain au 11e Sommet de l'OCI Sa Majesté le Roi Mohammed VI a adresséun message de remerciements et de recon- naissance au Président de la République du Sénégal, Me Abdoulaye Wade, à l'issue de la participation du Souverain au 11e Sommet de l'Organisation de laConférence islamique, tenu à Dakar les 13 et 14 mars. "En quittant le territoire séné- galais, à l'issue de ma partici- pation aux travaux de la XIe session de la Conférence au Sommet de l'Organisation de la Conférence islamique, il m'est particulièrement agréable d'adresser à Votre Excellence, et à travers vous au gouverne- ment et au peuple sénégalais frère,l'expressionsincèrede mes remerciementslesplus vifsetde toute ma reconnaissance pour l'accueil chaleureux et l'hospi- talitégénéreuse quevousm'avez réservés, ainsi qu'aux membres de la délégation m'accompa- gnant, tout au long de notre séjourdansvotrebeaupays",sou- ligne S.M. le Roi, dans ce mes- sage. Le Souverain a rendu un vibrant hommage àl'actionsage et déterminée duPrésidentséné- galaisen faveurdu renforcement de la solidarité et de l'entraide islamiques, de la rénovation constructive et consensuelle des mécanismes et de la charte de l'OCI,ainsi que de lanécessitéde faire prévaloir les règles de concertation et d'échange de pointsdevue, aumieuxdesinté- rêts suprêmes des peuples de la Oumma islamique et pour la grandeur de l'Islam tolérant. "Il devrait en être ainsi pour assu- rer à nos jeunes générations un avenir prometteur de paix, de sécurité,de stabilité, deprogrès, de développementet de prospé- rité",a dit S.M.leRoi,saluantles grands efforts déployés par le Sénégal, sous la conduite éclai- réedeMe Abdoulaye Wade,pour assurer à ce Sommet toutes les conditions de réussite. "Je suis persuadé que sous la présidenceéclairéequevousallez assurer de l'Organisation dansla nouvelle configuration de son système, et grâce à votre enga- gement, vous allez imprimer à l'action de notre organisationune forte impulsion", a indiqué le Souverain,assurant le Président sénégalais qu'il trouvera auprès de SaMajesté et duRoyaume du Maroc tout le soutien et l'appui quionttoujoursétédemise,pour s'acquitter de la noble mission qui est lasienne.S.M.le Roi adit mesurer le travail qui a été accompliet leseffortsquiontété consentis pour que le Sommet de Dakar puisse atteindre les objectifsmajeurs qu'il s'est assi- gnés, ajoutantque"c'estdansun esprit de confiance et de séré- nité, de dialogue constructif, de lucidité et de consensus, qu'il a, ainsi, été couronné par l'adoption de la Déclaration de Dakar,àla hauteur desdéfispré- sentset futursde la Oummaisla- mique". S.M. le Roi s'est, par ailleurs, félicité des entretiens "cordiaux et enrichissants que nous avons eus, ainsi que de la parfaite concordance de nos points de vues concernant nos relations bilatérales, notamment le déve- loppement tousazimuts du par- tenariat exemplaire qui lie nos deuxpaysfrères,dontnousavons fait du développement durable la clé de voûte, et auquel nous nous attachons constamment à conférer un contenu concret, à travers la réalisation de projets constructifset l'application de mécanismes novateurs" tout en se réjouissantde"l'identité de nos vues à propos des questions régionalesetinternationalesd'in- térêt commun".■ MAP
  3. 3. NATION 3 LE MATIN • MERCREDI 19 MARS 2008 MOSTAFA BENTAK L e gouvernement s’ac- tive et multiplie les ren- contres dans la perspective de la prochaine ses- sion parlementaire qui sera ouverte le deuxième vendredi du mois d’avril pro chain. Pas plus loin que lundi, les groupes de la majorité des deux Cham- bres du Parlement se sont réunisavec les ministres concer- nés pour débattre des priorités et des actions à mener. L’objectifest d’agir dans le sens de rendre la prochaine rentrée parlementaireau moins aussi f ructueuse que la précédente. Contactépar Le Matin, le Pre- mier ministre Abbas El Fassi a indiqué que les quatre projets de lois qui seront prêts à être confiés aux parlementaires sont insuffisants pour que la pro- chaine session soit produc- tive. Afin de remédier à cette pénurie de lois et donner du travail au Parlement, le chef de l’Exécutif entend agir sur deux points essentiels. Le premier consiste à débloquer tous les projets de lois et décrets restés dans les tiroirs du Secrétariat général du gouvernement (SGG). Il s’agit d’activer lespro- cédures et de pousser cette ins- titution, souvent qualifiée de grain de sable en matière de législation, à accélérer sa cadence. Le deuxième point, nous apprend Abbas El Fassi, concernerales propositions de lois qui émanent des parlemen- taires et, différenciera les projets de lois qui provien- nent du gouvernement. Il a indiqué, dans ce sens, qu’une dizaine de propositions seront présentées à la prochaine ses- sion d’avril. Le Premier minis- tre inscrit sa démarche, rappelons-le, dans l’esprit de la déclaration gouvernementale qui s’est engagée à encoura- ger les propositions de lois. Il fallait bien contenir le mécon- tentement des parlementaires qui ne cessaient de critiquer la mainmise du gouvernement en matière de législation. A titre d’illustration, lors de la dernière session d’octobre, deux pro- positions de lois seulement sur 21 textes ont été adoptées. Et encore, elles n’ont porté que sur deux amendements d’articles. Le premier concernant le code des assurances et le deuxième portant sur l’Institut supé- rieur de la magistrature. Outre la vie parlementaire, le gouvernement, proprement dit, n’est pas en reste. Le Premier ministre nous confie qu’une réunion informelle aura lieu entre les membres de l’Exécu- tif, mardi prochain. Ce sera une rencontre à bâtons rompus, sans ordre du jour préétabli. Mais elle se penchera sur le bilan des six premiers mois de travail du gouvernement et les pistes d’action pour les six mois pro chains. L’accent sera principalement mis sur le thème brûlant du développe- ment social et les moyens de moderniser et d’harmoniser les interventions. Une première à l’actif du gouvernement El Fassi, cette rencontreservira, également, à discuter des plans d’actions que le Premier minis- tre a demandés à ses ministres. Nous l’avions, justement, annoncé dans notre édition du 6 février dernier, en soulignant que Abbas ElFassi a sommé ses ministres de lui préparer pour chaque département un plan stratégique au titre de l’année 2008 et un autre sur les cinq ans à venir. Il s’agit là d’une revendication que le Parlement n’a cessé de mettre en avant, sauf que la formule que les députés ont défendue, diffère un peu de celle adoptée par El Fassi. En effet, les parlemen- taires avaient exigé que l’octroi des budgets ministériels soit proportionnellement lié aux réalisations. Un procédé qui res- semble beaucoup au principe de management par objectif en usage dans le privé. Aujourd’hui, plusieurs minis- tres ont déjà présenté leurs plans d’actions à l’occasion des différents conseils de gouver- nement. On compte ceux des départements comme la Santé, le Tourisme, l’Artisanat et l’In- dustrie et Commerce. D’au- tres ministres attendent leur tour. Ils doivent patienter, précise-t-on, jusqu’à ce que les résultats d’un certain nombre d’études, financées par le Fonds Hassan II, soient prêts. Sur la base de ces résultats, les départements de l’Ener- gie, de l’Eau, de la Formation professionnelle, de l’Agriculture et de l’Education peuvent passer à l’acte pour préparer leurs copies avant de les présenter. Selon le Premier ministre, ces plans stratégiques seront soumis, au fur et à mesure, lors des prochains Conseils des ministres, présidés par le Sou- verain. n PÈLERINAGE L'opération d'inscription des pèlerins du 24 mars au 9 avril La Commission royale chargée du pèlerinage a annoncé que l'opération d'inscription des pèlerins, dans les différentes préfectu res et provincesdu Royaume, débutera le 24 mars courant et prendrafin le 9 avril prochain, a indiqué lundi un communiqué du ministère des Habous et des Affairesislamiques. La commission a, en outre, décidé de réserver un quota de 15% de sièges aux personnesâgées ava nt même l'organisation du tirage au so rt. Ce dernier procédé se raappliqué au niveau de chaque caidat ou arrondissement, concernantles inscritsdans le cadre de l'organisation officielle et au niveau des préfectu res et provinces pour les inscritssur les listes des agences de voyages. Le tarif du billet de voyage a été fixé à 10.500,00 DH TTC, précise la commission, insistant sur le caractèreobligatoire de la vaccination quadrivalentepour tous les futu rs pèlerins. La commission a, également, décidé l'interdiction de voyagesdes pèlerins par voie terrest re à destination des Lieux Saints de l'Islam comme ce fut le cas au cours des dernières années. Les laissez- passer seront généralisés à tous les pèlerins, y compris ceux encadrés par les agences de voyages.La commission a enfin décidé de fixer le séjour des pèlerins dans les Lieux Saints à 28 jours, au minimum, et à 30 jours au maximum. CAMPS DE TINDOUF Le CSDDH appelle le HCR de s'acquitter de son mandat Le Collectif sahraoui de défense des droits humains (CSDDH) a lancé, à pa rtir du Palais des Nations à Genève, un appel au Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), pour qu'il s'acquitte de son mandat "en aidant mais surtout enrecensantde façon exa c teles populations séquestréesdans les camps de Tindouf, et cela afin de mettre fin aux détournements qui profi tent aux dirigeants du polisario". Le Collectif, attire également l 'atte ntion du HCR sur "l'hémorragie que connaît la population des camps de Tindouf qui se vident de plus en plus de leurs habita nts. Cette situation nécessite que le HCR procède à l'actualisation des listes des bénéficiaires des aides en procédantà un recensementexact, dans les plus brefs délais, des habita nts des camps", a-t-il soutenu. "Nous appelons le HCR à exercer un contrôle direct sur la distribution des aides humanitaires, au lieu de les remettre au polisario qui s'enrichit par le biais de détournementdes aides" . EXPRESS PARLEMENT Une dizaine de propositions de lois soumises à la session d’avril El Fassi veut lutter contre la pénurie de textes et dépoussiérer ceux restés chez le SGG El Fassi sur deux fronts Avant Abbas El Fassi et sa nouvelle manière d’avoir ses ministres à l’?il à travers des plans d’actions, dits également plans stratégiques, l’ex-Premier ministre Driss Jettou se réunis- sait régulièrement avec ses ministres. Souvent ce techno- crate se débrouillait pour avoir des séances de travail pres- que quotidiennes avecau menu des problèmes d’urgence. Cette dynamique étant installée dans les m?urs, l’actuel chef de l’Exé- cutif y ajoute sa touche politi- que en tant qu’istiqlalien. El Fassi, contrairement à son pré- décesseur, est sur deux fronts: gouvernemental et partisan. C’est pour cette raison que l’ob- jectif principal de sa nouvelle philosophie en matière de coor- dination gouvernementale est de provoquer une dyna- mique créatrice d’emploi. A la fois cheval de bataille de l’actuelle équipe El Fassi et souci majeur, la question de l’emploi reste au cœur de toutes les politiques ministérielles. Selon une source à la Prima- ture, le gouvernement ambi- tionne d’arriver à un taux moyen de croissance de 6% sur les cinq années à venir. Et d’ajouter qu’un point de crois- sance correspond à 300.000 emplois. La prochaine sessionparlementairesera ouve rte le deuxième vendredi du mois d’avril. Le Premier ministre nous confie qu’une réu- nion informelle aura lieu entre les membres de l’Exé- cutif, mardi pro- chain.” “
  4. 4. NATION4 LE MATIN • MERCREDI 19 MARS 2008 TAHAR ABOU EL FARAH L e dialogue social avance, la situation se précise de plus en plus. En élève stu- dieux, Jamal Rhmani a déjà remis sa copie à la Primature. C’étaiteneffet,jeudidernier,que le département de l’Emploi a remis le rapport de la commis- sion du suividu dialogue social. Etsi,enattented’êtrevalidéepar le Premier ministre, la proposi- tion du ministère de l’Emploi n’estpasencoreconnueendétail, il semble néanmoins qu’il a exploré touteslessituationspos- sibles. Ainsi, confie-t-on auprès del’entouragede M.Rhmani,les différents scénarii ont été étu- diés et leur impact financier évalué. En gros, et sur le plan matériel, trois propositions ont été soumises à la Primature. Il s’agit d’uneaugmentation géné- rale dessalaires,unerevalorisa- tion du SMIG et une revue à la hausse des allocations familia- les. Et c’est à Abbas El Fassi de choisirentrecespropositionsou d’adopter une solution compo- site. Le rapport du ministère del’Emploicomporteégalement d’autres propositions d’ordre législatif, dontlamise enœuvre nécessite unedécision politique. Ducôtédudépartementchargé delaModernisation dessecteurs publics,leschosesavancentavec une cadence un peu plus lente. Lundi dernierenfindematinée, le ministre Mohamed Abbou, le secrétaire général du minis- tère et leurs proches collabora- teurs se penchaient encore sur leurcopieetapportaientlesder- nièresretouchesaurapportqu’ils devraient, pour leur tour, sou- mettre au Premier ministre. La décision de ce dernier est atten- due pour les jours à venir. La déclarationdeAbbasElFassiest prévueauplustarddanslesdeux semaines à venir, affirme une sourceprochedudossier.Cesera vraisemblablement le 31 mars, confie-t-on. Ledialoguesocialavancedonc, mais sur une toile de fond faite de grèves, protestations et sit- inàn’en plusfinir. Nilediscours plutôt rassurant du gouverne- ment, ni les actions qu’il dit en passe d’initier pour endiguer le malaisesocialnesemblentbrider les ardeurs des centrales syndi- cales. Ces dernières sont même passées à la vitesse supérieure. Aprèslesgrèvesd’avertissement, l’heureestauxchosesplussérieu- ses. Même la CDT, qui s’est faite plutôt discrète, s’est jointe au chœur protestataire. Après unarrêtdetravailobservéàtitre d’avertissementle29févrierdans lesagences urbaines,lacentrale deNoubirAmaouiaannoncéun autrepointd’ordredanslemême secteur, à l’échelle nationale, pourmardidernier.En parallèle, une autregrèvede 48heuresest annoncéepar le même syndicat pour hier et devrait se poursui- vreaujourd’hui dansl’enseigne- ment.Le pointd’ordre concerne tous les fonctionnaires de l’en- seignementetunsit-in estprévu devant les locaux du départe- mentque dirigeLatifaLabidaau quartier Hassan. Ce n’est pas le seul acte protestataire quivise le super ministère d’Ahmed Akh- chichine.L’ODT, affidéeau Parti socialistedeAbdelmajidBouzou- baâ, vient de boucler une semaine decontestation dansle secteur de l’enseignement. Action qui a duré du 10 au 15 mars, et dont le point d’orgue a été un débrayage observé à l’échelle nationale en fin de semaine dernière, accompagné d’unsit-indevantledépartement de l’Enseignement. Ceci, pour commencer. La semaine prochaine, c’estau tour du SNE Sup de s’essayer à une démonstration de force. Le rendez-vous est pris pour les 26 et 27 mars et le point d’or- dre s’étendra à tous les établis- sements de l’enseignement supérieur. Pour sa part, l’Union nationale du travail au Maroc (UNTM),qui vientd’institution- naliser des liens avec le PJD, ne compte pas rester sur la marge. Comptant sur un appui logisti- queethumainsansfailleduParti de la lampe, son aile syndicale programme sa sortie pour dimancheprochain.Lesamisde Mohamed Yatim annoncent un sit-in devant le Parlement. Les militants attendus en masse de la syndicale islamistes’égosille- ront devant l’institution repré- sentative pour dénoncer, pêle-mêle, la dépendance éner- gétiqueduMarocvis-à-visdel’ex- térieur,l’absenced’équité fiscale, la spéculation qui rampe et l’incapacité du gouvernement à y faire face, le non-respect du code du travail…et la liste est longue.Entre-temps,lasérie des grèves du trio syndical UMT- FDT-ODTse poursuit dans les collectivitéslocales. Le prochain épisode de ce rendez-vous bimensuel est prévu pour les 27et28mars.Ce quifaitsurtout lebonheurdesemployésdescol- lectivités locales puisque leur solde en jours fériés esten train d’atteindredesdimensionspour le moins extravagantes. En conséquence,ce sont lesintérêts des citoyens qui en pâtissent sérieusement. Pourtant, le gou- vernement, à travers le minis- tèrede l’Intérieur,adéjàfaitacte de bonne foi pour inciter à enrayer l’élan de leur contesta- tion. Ledépartement de Chakib Benmoussaa,eneffet,affirment certainessources,lancéune opé- rationderecensementdesagents descollectivitéslocalestitulaires dediplômesdelicencesou équi- valent envuede leur intégration dans les grades et échelles qui leur échoient. Ainsi, en appli- cation de l’accord du 19 janvier 2007,unecirculaireauraitatterri sur les bureauxde tousleswalis et gouverneurs, expliquant les modalités de recensement des agents et fonctionnaires statu- tairesdescollectivitéslocalestitu- lairesdesditstitresuniversitaires. Et sous peu, la situation de ces derniers sera régularisée.■ MAROC-VIETNAM La coopération multisectorielle en commission mixte Les moyens de jeter les ba ses d'une coopération multisectorielle ent re le Maroc et le Vi etnam ont été au cent rede la 1re session de la commission mixtebilatérale,clôturée lundi après-midi sous la présidence de la secrétaire d'Etat auprès du ministre des Affairesétrangèreset de la Coopération, Latifa Akharbach, et du vice- ministre vietnamien des Affairesétrangères, Dao VietTrung. Relevant l'absence d'une coopération sectorielle fructueuse, les deux parties ont co nvenu de multiplier les actions et les initiatives de nature àrenforcer le pa rtenariat, notamment dans les domaines économique,commercial, culturel et scientifique. Cette première session t raduit la ferme volonté des deux pays non seulementde donner un souffle nouveau à leur coopération bilatérale, mais également de construire un partenariat fructueux et solide dans les différents domaines. Les deux délégations participantà cette session se sont félicitées de l'évolution positive des relations ent reles deux pays et ont réaffirmé la détermination du Maroc et du Vi etnam à intensifier les efforts visant à promouvoir la coopération bilatérale et en élargir les domaines d'intervention, au vu des grandes pote ntialités dont ils dispose nt. JUSTICE La Cour d'appel à Salé réduit et confirme des peines La Chambre criminelle du 2e degré de la Cour d'appel à Salé a décidé lundi soir de réduire et de confirmer des peines prononcées le 22 juin dernier contrehuit personnes poursuiviesdans une affaire de vente et de falsification de documents d'un terrain à Ra bat, appartenant à trois co-propriétaires algériens (les frères Naîmi). La Cour a ainsi réduit les peines de prison de 10 à 8 ans pour l'entrepreneur Aziz El Aâlouaoui, a ccusé principal, et de Hicham Mourad, commerçant, tous les deux condamnés pour les faits qui leur sont reprochés. La Chambre criminelle a prononcé également l'annulation de l 'action publique tout en se déclara nt incompétentepour les actions civiles contre Idriss Zaghloul, un accusé décédé, qui a été condamné en premièreinstance à une peine de deux ans de prison. En outre, la Cour a confirmé l'acquittement de cinq prévenus,dont deux femmes. Les accusés étaient poursuivis pour "falsification des sceaux de l'Etat, faux et usage de faux et destruction d'un bien foncier appartenantà autrui". EXPRESS Les contoursdu dossier se précisent La déclaration du Premier ministre est attendue pour fin mars DIALOGUE SOCIAL Des sous-commissions Après les premières rencon- tres avec les centrales syndica- les, le gouvernement a mis en place deux commissionschar- gées de l’examen de leurs pro- positions et les moyens d’y répondre. L’une a été créée au sein du département chargé de la Modernisation des sec- teurspublics et l’autre de celui de l’Emploi. Cette dernière a été scindée en quatre sous-com- missions, chacune se charge d’un aspect particulier du dos- sier. Il s’agit de quatre axes prio- ritaires que sont la législation et les libertés syndicales, la pro- tection sociale, les salaires et les indemnités et, enfin, les modalités d’élection du person- nel de l’entreprise. Pour le département de la Modernisa- tion des secteurs publics, la situation est moins complexe. L’action de la commission mise en placepar ce département se résume à la question de l’aug- mentation des salaires, de la valorisation du SMIG dans le secteur public et de la réforme du statut de de la fonction publique. Le dialogue social avance mais sur une toile de fond faite de grèves, protestations et sit-in à n’en plus finir.” “ Après les grèves d’avertissement, l’heure est aux choses plus sérieuses.
  5. 5. NATION 5 LE MATIN • MERCREDI 19 MARS 2008 EXPRESS PARLEMENT LedossierdesretraitesatterritàlacommissiondesFinances Les députés veulent en savoir plus sur les scénarii de réformes ABDELWAHED RMICHE L asituation des Caisses de retraites a été au centre d'une réunion de la com- mission des Finances de la Chambre des représentants hier à Rabat. Convoquée à la demande du groupe haraki, cette commissionaconnulapré- sence du ministre de l'Economie et des Finances, Salaheddine Mezouar, et des directeurs des principales caisses de retraites (CMR, CIMR, RCAR et CNSS). Les députés ont jugé nécessaire d'interpeller le gouvernement au sujetdesdysfonctionnements éventuels qui entachent la ges- tion de certaines caisses et dont la presse nationale s'est fait l'écho ces derniers temps, comme l'a souligné M. Benra- beh, député MP. "Il s'agit pour nous de comprendre ce qui se passe pour y voir plus clair et pourtrouverlesmeilleures solu- tions àcedossier à forte conno- tationsociale. Faut-ilaugmenter l'âge de mise à la retraite? Faut- il augmenter la contribution des affiliés ou encore réduire les pensions ve rsées pour sauve- garder l'équilibrefinancier des différents régimes", s'interroge le même député. Intervenant à cette occasion, Salaheddine Mezouar arappelé les étapes du processus de réforme enclenchée depuis le début des années 1990, préci- sant que la réunion avec les députés était de nature à enri- chir le débat en courspourchoi- sir les scénarii les plus à même de sortir le système de l'impasse à moyenne et longue échéan- ces. De son côté, le directeur des assurances au ministère de l'Economie et des Finances, M. El Barki, a souligné que le processus était entré dans ses phases finales. Il a indiqué, à ce titre, que l'adoption d'un cahier des charges relatif à la réalisa- tion d'une étude sur la réforme des régimes de retraites a eu lieu, mettant l'accent sur la nécessité d'exonérer la CIMR de l'application des dispositions du nouveau code des assurances. "Le ministère de l'Economie et desFinances se penche surl'éla- boration d'un projet de loi qui fixera les modalités du contrôle que l'Etat doit exercer sur la CIMR", a-t-il précisé. Le même responsable a fait savoir par ail- leursque l'appel d'offres inter- national lancé en octobre 2007 a permis de choisir deux cabi- nets français d'expertise en décembrede la même année. Le coût de la transaction atteint 8.6 millions de DH. "L'étude qui sera menée sur une période de 12 mois permettra d'élabo- rer un projet de réforme des retraites qui sera soumis à la commission nationale chargée du dossier de laréforme du sys- tème de retraites ainsi qu'à la commission technique qui en relève". Rappelant toujoursles étapes ayant conduit à la sélec- tion du cabinet d'étude interna- tional, M. El Barki amis l'accent sur les différents rapports éla- borés. Il a ainsi précisé qu'un premier rapport a été préparé en 2000 permettant, à la lumière desétudesactuarielles, de mettre à nu les problèmes quimenacent laviabilité du sys- tème. Le deuxième rapport a été élaboré en 2002.Il a permis, selonlemêmeresponsable, d'ex- plorer les différentes pistes de réforme ainsi que les scénarios envisageables. "L'une des principales recom- mandations de ce rapport consiste à introduire la question de la réforme des régimes de retraitesdansle dialogue social, a-t-ilaffirmé, ajoutant que lecol- loque qui a eu lieu en 2003 a conclu à la nécessité de pour- suivrele débat dans un cadre tripartite: gouvernement, par- tenaires sociaux et économi- ques". La première réunion de la commission nationale (novembre 2006) a adopté un rapport technique établissant le diagnostic de la situation: fai- blessedu tauxde couverturedes régimes de retraites (21% de la population active), la préca- rité des équilibresfinancières et démographiques ainsi que le volume importantdesdettesdes régimes envers les affiliés. "Sur la base de ce diagnostic, la commission technique a éla- boré trois scénarios: garder la statut quo en introduisant des réformes, créer deuxrégimesde retraites groupés en deux pôles (publicset privé)et grouper l'en- semble des caissesen un et seul régime", explique M. El Barki.■ Commissions Au début de la réunion de la commission des Finances de la Chambre des représentants, plusieurs groupes parlementai- res ont tenu à manifester leurs griefs auprès du président de la commission. C'est ainsi que le président du groupe socia- liste Ahmed Zaydi a fait savoir que les demandes de son groupe de convoquer la com- mission desfinances pour "exa- miner des dossier sensibles et importants" tels que l'ONEn'ont pas été pris en compte. Il a insisté pour que la com- mission transmette cette remar- que au gouvernement. Même son de cloche côté PJD. M. Boulif a attiré l'attention de la commission "au fait que les demandes de son parti de convoquer la commission pour examiner des dossiers tels que l'augmentation des prix ou encoreles projets de la CDG n'ont pas eu un écho favo ra- ble". Se voulant rassurant, le président de la commission a indiqué que "compte tenu de la sensibilité et de l'importance de certains dossiers, certains ministres préfèrent avoir plus de temps pour mener leur consultations avec les autres membres de l'Exécutif". CHAMBRE DES CONSEILLERS Un an de prison avec sursis pour deux membres La Cour d'appel de Beni Mellal a condamné, lundi, à un an de prison avec sursis assorti d'une amende de 70.000 DH, deux membres de la Chambredes conseillerspoursuivis dans le cadre des irrégularités ayant émaillé les élections pour lerenouvellementdu tiers de la Chambre, le 8 septembre2006. La Cour a également décidé de priver les deux mis en causeAbdellah Mekkaoui (Pa rti de l'Istiqlal) et Abdelaziz Chraibi (Mouvement Populaire), du droit d'éligibilité pour deux mandats successifs. La Cour a affirmé avoir basé ses jugements sur les résultats "irréfutables" d'une expertisetechnique ordonnée sur les éco u tes téléphoniques des deux conseillers.Sontimpliqués dans la même affaire, le président de la commune rurale d'Afourer, Hassan Ansar et trois autres individus qui ont écopé de la même peine. L'ensemble des accusés ont été poursuivis pour "obtention ou tentative d'o btention de voix en contrepartie de dons, de promesses de dons en espèces ou en nature, ou d'autresavantages en vue d'influencer directementou indirectement le vote des électeurs". URBANISME Ouverture officielle de l'Agence urbaine d'Essaouira L'ouverture officielle de l'Agence urbaine d'Essaouira a eu lieu lundi, lors d'une cérémonie présidée par le gouverneur de la province,Abdeslem Bekrat.Cet établissement est chargé, entre autres, de réaliser les études nécessaires à l'établissement des schémas directeurs d'aménagements urbains et suivre l'exécution des orientations qui y so nt définies, et de pro g rammer les projets d'aménagement inhérentsà la réalisation des objectifs des schémas directeurs. Il a pour mission également de prépa rer les projets de documents d'urbanisme réglementaire, notammentles plans de zonage, les plans d'aménagementet les plans de développement, et de promouvoir et réaliser des opérations de réhabilitation urbaine, de rénovation immobilière et de restructuration des quartiersdépourvus d'équipements d'infrastructureet à cette fin, réaliser les études et acquérir les immeubles nécessairesà ces opérations.L'Agence doit de même fournir son assistancetechnique aux collectivités locales en matière d'urbanisme et d'aménagement ainsi qu'aux opérateurspublics et privés qui en feraient la demande, dans leurs actions d'aménagement, en plus de la collecteet la diffusion de toutes les informations relativesau développement urbanistique des zones relevantde son ressort territorial. La province d'Essaouira est composée de cinq communesurbaineset 52 communes ruraleset compte quelque 452.279habita nts (RGPH-2004). Ph.Saouri
  6. 6. BOURSE6LE MATIN • MERCREDI 19 MARS 2008 Bourse de Casablanca(18 mars 2008) 1 EURO 11,44100 11,50900 11,43100 11,50000 1 DOLLAR U.S.A. 7,29530 7,33920 7,32780 7,37180 1 DOLLAR CANADIEN 7,39590 7,44030 7,46440 7,50930 1 LIVRE STERLING 14,87000 14,95900 14,91900 15,00900 1 FRANC SUISSE 7,29790 7,34170 7,27290 7,31660 100 COURONNES DANOISES 153,37000 154,29000 153,28000 154,20000 100 COURONNES SUEDOISES 121,02000 121,75000 121,00000 121,73000 100 COURONNESNORVEGIENNES 142,80000 143,66000 144,26000 145,13000 1 RIYAL SAOUDIEN 1,94930 1,96100 1,95790 1,96970 1 DINAR KOWEITIEN 27,16600 27,32900 27,23500 27,39800 1 DIRHAM E.A.U. 1,98720 1,99920 1,99550 2,00750 100 YENS JAPONAIS 7,32310 7,36720 7,32080 7,36480 10 DINARS ALGERIENS 1,11340 1,12010 1,11790 1,12460 1 DINAR TUNISIEN 6,25350 6,29110 6,27270 6,31040 1 DINAR LIBYEN 6,14340 6,18030 6,17080 6,20790 100 OUGUIYAS MAURITANIENNES 2,97550 2,99340 2,98870 3,00670 DEVISES COURS VIREMENT BILLETS DE BANQUE TAUX DE BASE BANCAIRE 3 à 6 mois 3,29% 6 à 12 mois 3,47% Plus 12 mois 3,63% Compte sur carnet 2,49% CNE 1,9% TAUX CRÉDITEURS Indices sectoriels JOURNÉE DU 18 MARS 2008 Cours des devises Taux MASI 14 704,83 - 0,64 % MADEX 12 171,62 - 0,67 % CAC 40 4 582,59 + 3,42 % EURO- STOX 50 3 558,66 + 3,70 % DOW JONES 12 252,71 + 2,34 % NASDAQ 2 233,36 + 2,59 % FOOTSIE 5 605,80 + 3,54 % NIKKEI 11 964,16 + 1,50 % TELEX BOURSE ● 17/03/2008 : Avis N°26/08 : Suspension de cotation de la valeur FERTIMA à pa rtir du lundi 17 Mars2008 ● 13/03/2008 : Le dossier de présentation du NSCV900. ● 07/03/2008 : Augmentation du capital de la société AUTO HALL parinco r p o ration de rése r ves et attribution d'actions gratuites ● 07/03/2008 : Avis n°25/08 : Pu rge du carnet d'ordres à l'o ccasion du détachementdes droits d 'attribution de la société AUTO HALL ● 05/03/2008 : Publication de l'annonce relative à la révision du facteur fl ottant de la société LESIEUR CRISTAL ● 04/03/2008 : Déclaration du franchissementà la baisse du seuil de 5% de la participation de AXA ASS U RANCE dans le capital de LESIEUR CRISTAL ● 28/02/2008 : Publication de l'avis n°24/08 relatif aux ord res entrantdans le cadredes programmesde rachat en Bourse ● 28/02/2008 : Publication de l'avis n°23/08 relatif aux ord res entrantdans le cadre d'opérations à dénouement triangulaire MAROC MAROC FRANCE EUROPE ETATS-UNIS ETATS-UNIS LONDRES JAPON Emballage 4 951,73 -5,99 % 24,66 % Services aux collectivites 1 337,50 -5,37 % 3,55 % Mines 8 641,92 -1,73 % 7,95 % Transport 1 427,20 -1,56 % -0,56 % Materiels,Logiciels & Services Informatiques 1 087,33 -1,45 % -11,46 % Assurances 3 997,89 -1,34 % -6,74 % Immobilier 72 517,34 -0,99 % 18,99 % Loisirs et Hotels 1 691,67 -0,98 % -6,67 % Sociétés de Financement & Autre Activités Financières 11 071,38 -0,92 % -6,42 % Bâtiment & Matériaux de Construction 24 252,91 -0,71 % 15,65 % Banques 13 141,57 -0,64 % 10,53 % Sociétés de Portefeuille-Holding 8 541,13 -0,64 % 16,63 % Agroalimentaires/Production 9 527,11 -0,59 % 13,06 % Télécommunications 2 873,43 -0,51 % 33,79 % Distributeurs 30 341,32 -0,20 % 12,56 % Boissons 10 308,62 0,00 % 2,97 % Industrie pharmaceutique 1 406,15 0,00 % -4,44 % Sylviculture & Papiers 233,11 0,00 % -3,85 % Chimie 6 156,09 0,01 % 2,96 % Equipements Electroniques & Electriques 11 900,00 0,12 % 1,59 % Pétrole & Gaz 13 918,90 2,31 % 5,74 % LA VALEUR DU JOUR Lydec : le climat d’incertitude pèse sur les résultats Légère progression du chiffre d’affaires établi à 4,88 MMDH Court terme 7,00% Moyen terme 7,25% Long terme 7,50% Crédit export 7,00% Crédit à la construction 8,25% Taux maximum des intérêts conventionnels 14,17% NADIA BENYOUREFCOMMENTAIRE La BVC en territoire négatif L a Bourse des Valeurs de Casablanca a clôturé sa deuxième séance consécutive en territoire négatif comme en atteste l’évolution défavorable de ses deux indicateurs phares. En effet, l’indice de toutes les valeurs cotées aperdu 0,64% à14.704,83 points, alors que le baromètre du continu a régressé de 0,67% à 12.171,62 points. Leur performance annuelle est ressortie, ainsi, à+15,83% pour le Masi età +16,32% pour le Madex. Dans ce sillage, la capitalisation boursière s’est contractée pour se situer à680,94 MMDH. Le Marché central (actions) continue d’abriter la totalité duflux transactionnel qui s’esthissé à 729,63 MDH. BMCE Bank a brassé àelle seule 39,97% dunégoce quotidien avec 291,68 MDH. Les échanges sur les valeurs Addoha et IAM ontgénéré conjointement 35,16% du chiffre d’affaires avec des volumes respectifs de 186,68 MDH et 69,85 MDH. Auchapitre des plus fortes hausses, Taslif s’est adjugé 5,24% à803 DH, Samir apris 3,51% à 797 DH,BMCE s’est bonifiée de 1,64% à 1.179 DHet Ciment du Maroc aprogressé de 1,61% à 2.580 DH. Al’opposé, Le Carton a chuté de 5,99% à 276,05 DH, SMI a accusé un recul de 5,91% à478 DH, Lyed a reculé de 5,37% etRebab a régressé de 5,19% à365 DH. La séance précédente, capitalisant sur l’annonce de ses résultats annuels reluisants, Centrale Laitière agagné 5,73% à7.560 DH, élevantsa performance year-to-date à +20%. Pour un échange portant sur deux titres seulement, Sothema s’est appréciée de 4,83% à933 DH. A ce niveaude cours, l’opérateur pharmaceutique traite à14,4x et à 13,7x ses bénéfices prévisionnels en 2007 eten 2008 et offre un rendement de dividende estimé à4,0% en 2007. A585 DH, Managem a recouvertune partie de ses pertes des deux dernières séances ets’est hissée de 3,36%, portant ses bénéfices cumulés depuis le début de l’année à +16,53%. A contrario, SMI s’estaffaissée de 5,93% à 508 DH, creusant sa contre-performance annuelle à -14,04%. Dans une moindre proportion, Sofac s’est dépréciée de 3,97% à 460 DH. De son côté, Samir s’est effritée de 3,75% à 770 DH,fixantses pertes annuelles à -4,11%. Auniveau international, la plupart des places financières ont terminé la séance de mardi au vert. La Bourse de Paris afini en forte hausse, l'indice CAC 40 regagnant 3,42%, au lendemain d'une forte baisse où l'indice parisien avait cédé 3,51%. L'indice parisien a grimpé de 151,55 points à4.582,59 points, dans un volume de transactions de 7,2 milliards d'euros. Quant àla Bourse de Londres, elle aterminé en fort rebond mardi,l'indice Footsie-100 des principales valeurs de la place grimpantde 191,40 points, soit 3,54% par rapportà la clôture de lundi, à 5.605,80 points. Par ailleurs, l'euro s'inscriten hausse de 0,3% par rapportaudollar, à1,578 dollar pour un euro. Quant aux cours pétroliers, ils ontaccentué leur rebond mardi en fin d'après-midi, le marché espérant que la baisse attendue des taux d'intérêt aux Etats-Unis fera reculer le dollar et soutiendra la demande de brut. SECTEUR VALEUR VAR % VAR % - 31/12 TICKER PRÉCEDENT ACTUEL VAR VOLUME NBR TITRES TASLIF 763,00 803,00 5,24 1 606,00 1 SAMIR 770,00 797,00 3,51 819 902,00 521 BMCI 1 160,00 1 179,00 1,64 3 166 194,00 1 350 CIMENTS DU MAROC 2 539,00 2 580,00 1,61 2 096 280,00 408 CIH 640,00 650,00 1,56 12 397 532,00 9 518 DARI COUSPATE 515,00 522,00 1,36 11 384,00 11 CDM 931,00 938,00 0,75 43 148,00 23 CHERIFIENNE D'ENGRAIS 329,00 330,05 0,32 660,10 1 IB MAROC.COM 375,00 376,00 0,27 385 752,00 501 NEXANS MAROC 416,00 416,50 0,12 21 658,00 26 AGMA LAHLOU-TAZI 3 149,00 3 149,00 0,00 787 250,00 125 MAGHREB OXYGENE 230,00 230,00 0,00 460,00 1 MEDIACO MAROC 656,00 656,00 0,00 1 312,00 1 COLORADO 830,00 830,00 0,00 159 360,00 96 PROMOPHARM S.A. 730,00 730,00 0,00 87 600,00 60 CENTRALE LAITIERE 7 560,00 7 560,00 0,00 1 575 600,00 105 DIAC SALAF 200,00 200,00 0,00 449 936,00 1 124 SOFAC 460,00 460,00 0,00 61 640,00 67 AUTO HALL (100) 1 481,00 1 481,00 0,00 2 911 812,00 982 SNEP 1 356,00 1 356,00 0,00 2 550 964,00 939 MICRODATA 653,00 653,00 0,00 1 494 114,00 1 132 ONA 1 880,00 1 878,00 -0,11 11 049 060,00 2 973 FENIE BROSSETTE 601,00 600,00 -0,17 803 330,00 671 TIMAR 440,10 438,60 -0,34 877,20 1 AFRIQUIA GAZ 1 396,00 1 390,00 -0,43 3 782 374,00 1 354 ITISSALAT AL-MAGHRIB 197,00 196,00 -0,51 69 856 003,30 177 888 ATTIJARIWAFA BANK 3 420,00 3 400,00 -0,58 14 988 786,00 2 204 STOKVIS NORD AFRIQUE 705,00 700,00 -0,71 1 307 402,00 930 MANAGEM 585,00 580,00 -0,85 17 631 964,00 15 269 BCP 2 460,00 2 438,00 -0,89 4 570 010,00 943 COSUMAR 989,00 980,00 -0,91 2 979 200,00 1 500 RISMA 410,00 406,00 -0,98 576 552,00 713 ADDOHA 4 439,00 4 395,00 -0,99 186 684 614,00 21 175 CGI 2 326,00 2 303,00 -0,99 9 932 940,00 2 144 WAFA ASSURANCES 2 780,00 2 750,00 -1,08 17 473 500,00 3 175 EQDOM 1 600,00 1 581,00 -1,19 847 416,00 268 CARTIER SAADA 201,40 199,00 -1,19 77 690,00 195 MATEL 415,00 410,00 -1,20 2 169 430,00 2 650 LAFARGE CIMENTS 2 359,00 2 330,00 -1,23 20 257 412,00 4 333 HPS 1 267,00 1 249,00 -1,42 9 077 518,00 3 761 LESIEUR CRISTAL 832,00 820,00 -1,44 1 347 042,00 819 BMCE BANK 3 300,00 3 250,00 -1,52 291 684 688,00 44 464 INVOLYS 264,00 260,00 -1,52 87 074,00 167 DISTRISOFT MAROC 590,00 580,00 -1,69 45 770,00 39 ATLANTA 1 343,00 1 320,00 -1,71 7 096 592,00 2 655 Nombre de transactions de la séance : 1 542 Nombre de transactions de la séance : 1 467 Nombre de titres échangés durant la séance : 330 662 Volume global de la séance (en MAD) : 782 974 211,78 Volume marché central - Actions - (en MAD) : 729 634 387,70 Volume marché central - Obligations - (en MAD) : 189 359,04 Volume marché central - Droits - (en MAD) : 4 950,00 Volume marché de blocs (en MAD) : 52 263 095,04 Volume apport de titres - (en MAD) : 882 420,00 Capitalisation (en MAD) : 680 974 908 898,75 Liste des valeurs reservées à la hausse : NEANT Liste des valeurs reservées à la baisse :NEANT Liste des valeurs suspendues : SONASID - FERTIMA (100) Nbr de Sociétés cotées : 73 Nbr de valeurs total (Action) : 76 Moyenne des variations de cours : -0,88% Nbr de valeurs traitées : 59 (77,63%) W.E.M L e dénouement pacifique dubrasde ferquiaopposé cesderniersmoisleconseil de lavillede CasablancaàLydec n’a pas empêché la valeur du concessionnaire de poursuivre son trend baissier. L’action se rapproche ainsi du niveau de valorisation par lequel elle a entamé l’année boursière 2008, situé aux alentours de 315 DH. Le repli de la valeur trouve son explication dans le détail des résultats annuelsau titre de l’exercice 2007. D’un côté, on note une légère progression du chiffre d’affaires de l’entreprise, en ligne d’ail- leurs avec les prévisions du management, établi à environ 4,88 MMDH. Contrairement à la capacité bénéficiaire qui s’inscrit en baisse de 12,8% à82 MDH, due essentiellement à l’enregistre- ment d’une dotation aux pro- visions pour risques et charges adossée au traitement du dos- sier du personnel en régie ainsi qu’au risque relatif au contrôle fiscal dont la société a fait l’ob- jet au titre des exercices allant de 2001 à 2005. Ceci dit, malgré le repli des bénéfices, Lydec compte proposer aux actionnaires un dividende de 12,5 dirhams par action. ■ Les courspétroliers ont acce ntué leur rebond mardi en fin d'après-midi, le marché espérant que la baisse attendue des taux d'intérêt aux Etats-Unis fe rare culer le dollar et soutiendra la demande de brut.
  7. 7. ÉCONOMIE 7 LE MATIN • MERCREDI 19 MARS 2008 NADIA BENYOUREF I l ne fait plus de doute, aujourd’hui,qu’une nouvelle vision nourrit la gestion des synergiesmétiersentrelesdiffé- rentes entités du groupe Finan- ceCom. Après la validation du schéma directeur informatique (SDI)dejuillet 2007, lastratégie de ge stion des systèmes d’in- formation des deux institu- tionsBMCEBank etRMAWata- nya se renforce par la création de la joint-venture, EurAfric Information. Un mémoran- dumd’ententea été signé, lundi dernier, à 18h au 10e étage de la Tour BMCE, entre Othman Benjelloun, président directeur général du groupe BMCEBank, et Michel Lucas, président du CM-CIC. Il s’agit donc d’un par- tenariat technologique qui permet de bâtir un socle commun informatiqueavecl’ap- puidugroupeCréditmutuelCIC. Cettejoint-ventureestégalement prévue dereprésenter unCentre de développement commu- nautairedestiné aux besoins de la partie française, de même que de développer, au sein de deux entités dédiées, les activi- tés de gestion électronique de documents (GED) et les cen- tres d’appels.«L’enjeu de ce par- tenariat technologiqueest de développerdessynergiesmétiers parce que collaborer entre la Banque et l’Assurance, indiffé- remment française ou maro- caine,c’estcollaborerenpremier et en dernier ressorts, dans le domainedelaformationdesRH et élargir alors la communauté d’informaticiens et d’organisa- teurs auxdeux rives de laMédi- terranée», a indiqué Othman Benjelloun.Ainsi,l’indépendance de chacune des deux parties est établie. Car, d’une part, il est question de mettre à la dis- position de BMCEBank et RMA Watanya,un système d’informa- tion commun Banque et Assu- rance, etde l’autre de permettre au groupe français d’avoir, à Casablanca, un centre de déve- loppement informatique à l’image de ceux dont il dispose à travers la France. A signaler à ce titre,qu’EurAfricInformation, filiale de BMCE Bank, en même temps que filiale de RMA Wata- nya et du CM-CIC-ACM, sera abrité dans le siège qui se construit juste derrière la Tour BMCE Bank. Pour l’heure, pour mettre à profit le SDI consolidé (piècesmaîtressesdupuzzle),le gisement des synergies Banque et Assurance, le socle des réfé- rentielsestàdéfinir. «Le premier challenge d’EurAfriqueInforma- tion est d’opérer finement et intelligemment les arbitrages entre SDI et besoins urgents de BMCE Bank et de RMA Wata- nya», souligne Brahim Benjel- loun Touimi, administrateur directeurgénéraldeBMCEBank. Les besoins pressants et ponc- tuelsde laBanqueetl’Assurance au Maroc, ceux liés aux projets réglementaires et ceux liés à la pression concurrentielleen sont pour beaucoup. Pour mener à bien ce projet stratégique pour le groupe, les ressources humaines seront significativement renforcéesen qualité et en quantité.■ COMMUNICATION Atcom, filiale de Finance.Com, dans le capital de Mosaïk Africa Teldis and Communication SA (ATCOM), nouvelle filiale du groupe Finance.Com, se donne les moyens de ses ambitions. Créée, il y a quelques mois au sein du groupe présidé par Othman Benjelloun pour opérer, à l’échelle africaine, dans le domaine de l’investissement et de la gestion opérationnelle des activités de télécommunications,de distribution et des médias, Atcom se rapproche de l’agence de communication Mosaïk pour donner un élan à son activité. La filiale du groupe Finance.Comentrera en fait dans le capital de l’agence. Pour ce faire, les deux partenaires sont en train de préparer un protocole d’accord pour opérer une augmentation du capital de l’agence. Selon les responsablesde Mosaïk, cette opération ne s’accompagnerapas de mutations au sein de l’Agence. Les actionnairesfondateurset les managers garderont leurs positions et leurs responsabilités, nous affirme-t-on. De même, ajoute-t-on, l’agence restera totalementindépendante, aussi bien en ce qui concerne son organisation que son portefeuille. «Elle ne se ra pas l’agence de communication de BMCE», conclut-on. L .O. TOURISME Le CRT de Marrakech organise desroadshows en France Le Conseil régional du tourisme (CRT) de Marrakech organise une série de roadshopssur l'ensemble du territoire français pour faire connaître les atouts touristiquesdont recèle la cité ocre et sa région, a souligné le directeurgénéral adjointdu Conseil, Abdelhamid El Hajji. Ces actions, menées avec tous les partenaires, dontl'Offi cenational marocain du tourisme (ONMT), ambitionnent de conforter la position de Marrakech en tantque premier pôle touristique du Royaume, a déclaré M. El Hajji à la MAP, lors du Salon «Le Monde à Paris»(MAP) tenu du 15 au 17 mars dans la capitalefrançaiseet auquel le Royaume était représenté par l'ONMT et les CRT de Marrakech et de Fès. Après avoir relevé que chaque roadshop sera suivi d'un workshop «be to be» entre lesprofessionnels de Marra kech et leurs homologuesfrançais, il a indiqué que la «MAP» a été l'opportunité pour présenter tant aux professionnels qu'au grand public les énormes potentiels et les importantes infrastructures hôtelières, dont dispose la cité ocre. Le CRT de Marrakech, qui dispose d'un plan d'action «ambitieux», œuvre désormais à promouvoir et à développer notammentle «MICE» (le tourisme des congrès), le tourisme golfique et l'écotourisme, a-t- il ajouté. M. El Hajji a également fait savoir que selon un sondage réalisé par le Conseil auprès d'un échantillon de 1.000 visiteurs du stand marocain au Salon, quelque 80 % ont prévu des voyages dans le Royaume durant les trois prochains mois. PORTS Visite au Maroc d'une délégation syrienne Une délégation de responsablesdu port syrien de Lattaquié (350 km au Nord-ouestde Damas) entamera, à partir du 27 mars, une visite au M a rocpour s'informer sur l'expériencedu Royaume en matière d'administration et de gestion des ports. Lors de cette visite, initiée par la représentation du Programme des Nations uniespour le développement (PNUD) à Damas, la délégation, composée de Souleimane Belouch, directeur du port de Lattaquié, Oussama Bouchiche, directeur du plan au port et Ahmed Nasser, chef du service d'équipement, aura également l'occasion de s'enquérir de l'état d'avancement des travaux de construction du port Tanger-Med. Lors de cette visite, la délégation syrienne aura également des entretiens consacrés à l'examen des moyens de coopération ent re la société générale du port de Lattaquié et son homologue marocaine.Situé à l'ouest du ba ssin méditerranéen, le port de Lattaquié est le principal port syrien. EXPRESS Naissance de EurAfric Information Un socle commun informatique avec l’appui du groupe Crédit mutuel CIC FINANCECOM L’ existence d'un système de gouvernement d'en- treprise efficace contri- bue fortement au bon fonctionnementd'une économie de marché. Le Maroc a enfin, à l’instar des autres écono- mies, étofféson «CodeMarocain de bonnespratiquesde gouver- nance de l'entreprise». Un code d’où résulteront sans soute,dansle casdeson respect, une diminutionducoût du capi- tal et un encouragement pour les entreprises à employer plus efficacementleursressourceset, ce faisant, à alimenter la crois- sance, comme l’aconstamment recommandé l’OCDE. Présenté le lundi 18 mars à Casablanca, le Code Marocain de bonnes pratiques de gouvernance de l'entreprise, a indiqué, Nizar Baraka, le ministre délégué chargédesAffaireséconomiques et générales,«est fruit d'un par- tenariat public/privé». Ajoutant que ce code est de nature àpromouvoir lesperfor- mances et la compétitivité des entreprises, à optimiser l'accès au financement et le coût du capitaletàrenforcerlaconfiance des investisseurset desbailleurs de fonds tant nationaux qu'in- ternationaux. En effet, le contexte actuel de mondialisation et de concur- rence exacerbée exige plus que jamais une convergence entrele concept degouvernance dansla sphère privée aveccelui désormais essentiel dans la sphère publique. «L’adoptiondu codemarocainpermettraenpar- ticulieraux entreprisesd’accroî- tre leur valeur à long terme par la qualité et la valeur ajou- tée de leurs organes de gou- vernance», a signalé Moulay Hafid El Alamy le Président de laCGEMlors de larencontre de lancement du code. Offrant plus de crédibilité aux informationsfinancièresprésen- tées par les entreprises, le res- pectdu nouveau codepermettra d’instaurer des relations de confiance avec les bailleurs de fonds. Pour le patron des patrons, le code de bonnes pratiques de gouvernance peut êtreun énormemoyen pourfaci- literl’accèsaufinancement ban- caireet à l’épargne boursière et au respect des droits des actionnaires. Aligné sur les benchmarks internationaux, et largement inspiré des princi- pes de gouvernement d’entre- prise de l’OCDE, le Code Marocain de Bonnes Pratiques de Gouvernance d’Entreprise a été soutenu et accompagné durant la phasede son élabora- tion par l’OCDE, la SFI et le Global Corporate Governance Forum (GCGF). Il a fait l’objet d’une large consultation publi- que, à la fois au niveau national et international, en vue de l’adapter au contexte localetaux spécificitésdutissu économique marocain. Le qualifiant d’un acteur clé de la coopération régionale, le directeur du pro- gramme Mena-OCDE pour l'in- vestissement, Rainer Geiger a, lui, salué l'effort considérable accompliet le partenariat dyna- mique et efficace public/privé aboutissant à l'élaboration du code marocain. Ce code sera complété par desdispositions et des normes spécifiques pour tenir compte du particularisme des petites et moyennes entre- priseset desentreprises familia- les,desétablissementsfinanciers et desentreprisespubliques.En fin, les enjeux de la bonne gou- vernance de l’entreprise, il faut le rappeler,ne tiennent pas seulement au respect du code et desrègles, mais à la diffusion d'une véritable culture de pilo- tage commune aux actionnai- res, à la direction générale et aux cadres dirigeants de l'entreprise.■ I.B. GOUVERNANCE D’ENTREPRISE Un code pour gestion optimisée Les managers marocains se mettent aux bonnes pratiques Synergies FinanceCom a pris de nom- breusesinitiativesmajeuresdans le domaine des NTI et de l’offs- horing. Dans les NTI, il a pro- cédé à la constitution de Finatech Groupe qui fédèreune vingtaine d’entreprises spécia- lisées dans le secteur des NTI, aux métiers complémentaires et articulés autour des techno- logies d’infrastructure de réseaux, des technologies de digitalisation et des technolo- gies interactives. Ilaégalement étécréé,ausein duGroupe,AfricaTeldis&Com- munication, AtCom, qui a pour mission d’opérer,à l’échelle afri- caine, dans le domaine de l’in- vestissement et de la gestion opérationnelle des activités de télécommunications, de distri- bution et des médias. AtCom devrait représenter, ainsi, un intégrateur-facilitateur priori- tairement entre la Banque et les opérateurs télécoms dans les domaines du Mobile Banking et du Mobile Payment en géné- ral, au Maroc et à travers le continent. Dans l’offshoring, il a créé Magshore. C’est dans le cadre de cette même straté- gie que BMCE Bank capitalise sur l’expérience probante en matière de systèmesd’informa- tion des actionnaires étran- gers de référence de BMCE Bank etdeRMA Watanyaqu’est le Groupe CM-CIC-ACM Un partenariattechnologique pour développer dessynergies métiers. Le gouverne- ment est décidé à soutenir l'implé- mentation de ce code à travers la pérennisation de la Commission natio- nale «gouvernance d'entreprise».” “
  8. 8. MONDE8 LE MATIN • MERCREDI 19 MARS 2008 L e chef des négociateurs palestiniens, Ahmed Qoreï, aexprimésacolère après sa rencontrelundi à Al- Qods avec son homologue, la ministre israélienne des Affai- res étrangères, Tzipi Livni, la première depuis la décision palestinienne de suspendre le dialogue le 2 mars. «Nous étions sensésreprendre despourparlers, et il y a bien eu une rencontre, mais on ne peut pas reprendredes pourparlers après ce que le Premier minis- tre israélien (Ehud Olmert) a dit au sujetdes colonies, et donc ma rencontren'était pas offi- cielle», a affirmé M. Qoreï dans un communiqué. «J'ai exprimé ma grande colère et notre rejet total desaposition»,a-t-ilajouté. «Je confirme que nous refusons toute construction de colo- nies, quelles qu'elles soient, en Cisjordanie et dans la partie orientale de la Ville Sainte. Il est clair qu'il s'agit d'une viola- tion des engagements pris par Israël dans la Feuille de route», a-t-il encore dit. Ce plan international de paix lancé en 2003 prévoit notamment la fin des violences et le gel de la colonisation israélienne. «Il y a des lieux auxquels nous ne renoncerons pas dans le cadred'un accord définitif et c'estpourquoi il n'y a aucune raison que nous cessions d'y construire», a déclaré lundi M. Olmert en allusion aux blocs de colonies qu'Israël veut aussi conserver dans le cadre d'un accord permanent de paix. M. Qoreï s'est aussi élevé contre la poursuite des raids et desopérationsdeliquidations de l'armée israélienne lancées contre des activistes palesti- niens, qui contreviennent selon lui au processus de paix relancé en novembre lors de la conférence internationale d'Annapolis (Etats-Unis). Interrogé par l'AFP sur la ren- contre de lundi, le porte-parole du ministère israélien des Affai- res étrangères, Arye Mekel, s'est contenté de déclarer sans autre détail: «Mme Livni et M. Abou Alaa (Qoreï) ont renoué le dialogue et se sont entretenuspendant deux heures en tête-à-tête». La rencontre avait été annon- cée par un responsable pales- tinien pour 17h00 (15h00 GMT). La dernièreséance de négo- ciations, présidée par le prési- dent palestinien Mahmoud Abbas et le Premier ministre israélien Ehud Olmert, s'était tenue le 19 février à Al-Qods. M. Abbas avait ensuite sus- pendu le dialogue avecIsraël le 2 mars après une série d'atta- ques de l'armée israélienne dansle bande de Gaza en repré- sailles aux tirs de roquettes palestiniennes. Ces attaques menées durant cinq jours à partir du 27 février avaient coûté la vie à plus de 130Palestiniens, tandisquecinq Israéliens, quatre soldats et un civil, avaient été tués. Israël et l'Autorité palesti- nienne ont reprisofficiellement leurs contacts sous l'égide des Etats-Unis lors d'une rencon- tre vendredi entre l'émissaire américainWilliamFraser, lePre- mier ministre palestinien Salam Fayyad et Amos Gilad, un haut conseiller du ministre israé- lien de la Défense Ehud Barak. Durant la rencontre, la délé- gation américaine a critiqué la poursuite de la colonisation israélienne en Cisjordanie occupée. Les pourparlers de paix israélo-palestiniens, censéstou- cher auxquestions de fond, pié- tinent depuis leur relance en novembre à la conférence d'Annapolis, après sept ans d'impasse. ■ AFP ALGÉRIE Assassinats dans une mosquée Deux personnesont été assassinées, dimanche soir après la prière d'El Icha, par un groupe armé, dans une mosquée à Magrane,dans la wilaya d'El Oued ( 651 km à l'est d'Alger), rapportentmardi des quotidiens algériens. Selon des témoins oculaires, le groupe armé, composé de cinq personnes, a fait irruption dans la mosquée, muni de Kalachnikov, et enlevéles deux personnes, Ahmed Haroune,35 ans et son cousin, Abdeldjebbar Haroune, 32 ans. Les deux victimes ont été isoléespuis assassinéesà bout portant par le groupe qui a pris la fuite laissant les victimes gisantau sol dans une marre de sang, souligne-t-on de même source. MAP OTAGES AUTRICHIENS Les ravisseurs d’Al Qaïda au Maghreb prolonge leur ultimatum Vienne a confirmé lundi soir le report de l'ultimatum du groupe terroriste islamiste Al-Qaïda au Maghreb, qui détient en otages deux Autrichiens,jusqu'au dimanche de Pâques 23 mars à minuit, alors que le délai fixé initialement par les ravisseurs expirait le 16 mars à minuit. Selon le porte-parole du ministère autrichien des Affaires étrangères, Peter Launsky-Tieffenthal, dans une déclaration à l'agencede presse autrichienne APA, le communiqué annonçant le reportde l'ultimatum et mis en ligne lundi sur un siteInternethabituellementutilisé par Al-Qaïda est «conforme aux informations que nous avons reçues». Dès dimanche soir, le gouvernementautrichien avait annoncé qu'il avait obtenu un reportde l'ultimatum. Dans leur communiqué, les ravisseurs d'Andrea Kloiber, âgée de 44 ans, et de Wolfgang Ebner, 51 ans, «Les moujahidine ont décidé de donner à l'Autriche un délai supplémentaire d'une semaine,à compter de dimanche à minuit» et cela «répond à une demande du négociateur», a ajouté la branche d'Al-Qaïda au Maghreb, sans donner de précisions sur ce «négociateur». IRAK Conférence de réconciliation en l'absence d'un groupe sunnite Une conférencede réconciliation des factions irakienness'est ouverte mardi à Bagdad sous la présidencedu Premier ministre Nouri al-Maliki, au lendemain d'un attentat meurtrier dans la ville de Kerbala, selon un journaliste de l'AFP. Le principal groupe parlementaire sunnite, le Frontde la Concorde, a annoncé qu'il ne participerait pas à cette conférence de deux jours, qui réunit des centaines de délégués. "Le Front de la Concorde ne va pas participer en tantque groupe à cette conférenceparce que les invitations ont été envoyées aux membres eux-mêmeset non pas au groupe", a expliqué le porte-parole du Front, Salim Abdallah. Les députés sunnites ont également critiqué récemmentl'acquittementet la libération de deux responsableschiites, jugés pour avoir organisé des escadrons de la mort. AFP PAKISTAN Le parti de Bhutto désigne une femme pour diriger l'assemblée Le Parti du peuple pakistanais (PPP) de l'ancienne Premier ministre Benazir Bhutto, assassinée en décembre, qui a remportéles élections législatives, a désigné mardi une femme comme candidate à la présidencede l'Assemblée nationale, a-t-on appris auprès du mouvement. Fahmida Mirza, âgée de 52 ans, est assurée de l'emporter lors de l'élection mercredi, à la suite d'un accord entre le PPP et la Ligue musulmane du Pakistan-Nawaz (PML-N), qui ontrespectivementobtenu 121 et 91 des 342 siègesde l'Assemblée et vont former un gouvernementde coalition. Mme Mirza, une femme politique expérimentée qui a été réélue députée lors des élections du 18 février pour un troisième mandat, vient de la provinceméridionale du Sindh, comme Mme Bhutto. AFP FRANCE Le trader Jérôme Kerviel remis en liberté Le trader français Jérôme Kerviel, soupçonné de falsifications à l'origine de la plus grande perte frauduleusede l'histoire de la finance, a été remis en liberté après plus d'un mois de prison, ontindiqué mardi des sources judiciaires. M. Kerviel, 31 ans, qui n'était pas présent à l'audiencemardi matin devant la Cour d'appel de Paris,ne sera effectivementlibéré qu'après avoir signé sa levée d'écrou à la maison d'arrêt de la Sa ntéà Paris où il est détenu depuis le 8 février. Sa remise en liberté est assortie d'un contrôle judiciaire "extrêmement strict" qui prévoit l'interdiction de quitter la région parisienne sans autorisation, a indiqué le parquetgénéral. M. Kerviel devra également "se présenter une fois par semaine auprès des services de police" et devra "chaque mois justifier de sa résidence" à ces mêmes services. AFP EXPRESS PALESTINE Les négociations avec Israël piétinent Olmert s’obstine à poursuivre la colonisation d’Al-Qods OLP et Hamas Une délégationde l'OLPetune autre du Hamas doivent se rendre à Sanaa pour des entre- tiens séparés sur une initiative yéménite deréconciliationinter- palestinienne,ont indiqué lundi des sources officielles. La délégation de l'Organisa- tion de libération de la Pales- tine, la centrale palestinienne dirigée par le président Mah- moud Abbas, également chef du mouvement Fatah, est atten- due lundi soir à Sanaa. La délé- gation palestinienne est composée de Azzam Al-Ahmad, chef du groupe parlementaire du Fatah,SalehRaafat,membre du Comité exécutif de l'OLP et Qais Abdelkarim, un dirigeant du Front démocratique (FDLP) de Libération de la Palestine. Celle du Hamas,attendue mer- credi dans la capitale yéménite, seradirigée par le numéro deux du bureau politique du mouve- ment, Moussa Abou Marzouk, basé àDamas,aprécisé le porte- parole du Hamas à Gaza, Sami Abou Zouhri. Fête d’un côté, prison de l’autre... Ehud Barak a ordonné le bouclage total desterritoires palestiniens, à compterde mardi soir et jusqu'à dimanche, lors de la fête juive de Pourim. Ph. AFP Nouvelles discussions sur Gaza Un haut responsable israélien, AmosGilad, est arrivé mardi au Caire pour s'entretenir avec le chef des services de rensei- gnementségyptiens de la situa- tion dans la bande de Gaza, a indiqué à l'AFP une source israélienne sous couvert de l'anonymat. Le général Gilad, conseiller politique au ministère israélien de la Défense, discutera éga- lement avecOmar Souleimane du terminal de Rafah, à la fron- tière entre l'Egypte et la bande de Gaza, a affi rmé cette source. Le terminal, où Israël dispo- sait de caméras de surveillance, est fermé quasiment en perma- nence depuisjuin 2006. La clô- ture frontalière avait étéouverte à l'explosif le 23 janvier par des hommes armés palestiniens, pour briser le blocus qu'Israël imposeà Gaza depuisle 17 jan- vier, en riposte aux tirs de roquettes sur son territoire. Le passage avait finalement été refermé unedizaine de jours plus tard par l'Egypte et le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza depuis juin 2007. M. Gilad s'était déjà entretenu le 9 mars avec M. Souleimane au Caire de la situation dans le petit territoire palestinien. Le général Souleimane a pour sa part de nouveau reporté une visite prévue cette semaine en Israël en raison de "la poursuite des agressions israéliennes" dans les territoires palestiniens, indique mardi le quotidien Asharq al-Awsat. Cette décision a été motivée par "le non-respect d'Israël de la trêve àlaquelle il s'est engagé auprès de l'Egypte lors de la (précédente) visite d'Amos Gilad", selon le journal. Un haut responsable égyptien cité par Asharq al-Awsat a men- tionné la liquidation mercredi à Bethléem (Cisjordanie) d'ac- tivistes du Jihad islamique par Israël, affi rmant qu'elle avait fait voler la trêve en éclats. Ce responsable a dit s'atten- dre à ce que la visite du géné- ral Souleimane en Israël ait lieu dans trois semaines. M. Souleimane, dont les acti- vités sont en général entourées du plus grand secret, avait déjà reporté une visite en Israël il y a deux semaines, arguant de "l'escalade israélienne" dans la bande de Gaza. Il y a des lieux auxquels nous ne renoncerons pas dans le cadre d'un accord définitif et c'est pourquoi il n'y a aucune raison que nous cessions d'y construire...” EHUD OLMERT “

×