JEUNESSE RURALE ET LA TERRE.

232 vues

Publié le

Ce document apporte des éléments analytiques ainsi que des aspects clés pour une approche à la thématique de la « Jeunesse rurale et l’accès à la terre ». Il a été structuré en se basant sur l’expérience de travail de la Corporation Procasur en Amérique latine, laquelle a permis des recherches et d’espaces d’échanges afin d’approfondir les stratégies, problèmes et défis rencontrés par la jeunesse rurale. Le but est de lui assurer l’accès à la terre, ressource fondamentale pour préparer ses stratégies de vie et de développement en milieu rural.

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
232
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

JEUNESSE RURALE ET LA TERRE.

  1. 1. JEUNESSE RURALE ET LATERRE: Mécanismes d’accès, difficultés et défis en Amérique latine
  2. 2. JEUNESSE RURALE ET LATERRE: 2 JEUNESSE RURALE ET LATERRE: Les opinions exprimées dans cette publication sont celles des auteurs et ne représentent pas nécessairement celles de Corporación Procasur, de ses bailleurs de fonds ou ses programmes. Les désignations employées et la présentation adoptée dans ce rapport ne sauraient être interprétées comme exprimant une prise de position de la part de Procasur concernant le statut légal de tels ou tels pays, zones ou territoires, ou de ses autorités, ni quant au tracé de ces frontières. Le contenu de cette publication, qui inclut les figures, tableaux, et dessins, sont de propriété intellectuelle de Corporación Procasur. Tous droits réservés. Le retrait ou l’altération des droits d’auteur ou des marques commerciales n’est pas permis. La transmission ou la reproduction de cette publication en entier ou en partie à usage commercial n’est pas permise sans le consentement explicite et l’autorisation écrite de Procasur. Tous les noms de programmes ou services de Procasur utilisés dans cette publication de même que tous les logos sont des marques commerciales ou des marques commerciales déposées de Corporación Procasur au Chili et dans d’autres pays. Procasur ne peut garantir que l’information de même que ce qui a trait au texte, graphiques, liens et autres éléments de cette publication ne sont ni exacts ni complets. Cette publication est produite sans garantie que ce soit implicite ou explicite. Cela est valide en partie, mais pas exclusivement, en ce qui concerne la garantie potentielle de mise en marché et d’aptitude pour un objectif particulier de même que la garantie de non-violation de lois applicables.
  3. 3. JEUNESSE RURALE ET LATERRE: 3 JEUNESSE RURALE ET LATERRE: Ce document apporte des éléments analytiques ainsi que des aspects clés pour une approche à la thématique de la « Jeunesse rurale et l’accès à la terre ». Il a été structuré en se basant sur l’expérience de travail de la Corporation Procasur en Amérique latine, laquelle a permis des recherches et d’espaces d’échanges afin d’approfondir les stratégies, problèmes et défis rencontrés par la jeunesse rurale. Le but est de lui assurer l’accès à la terre, ressource fondamentale pour préparer ses stratégies de vie et de développement en milieu rural.
  4. 4. JEUNESSE RURALE ET LATERRE: 4 JEUNESSE RURALE ET LATERRE: 1. Jeunesse rurale, stratégies de vie et régime foncier. Actuellement, le concept de la « jeunesse rurale » comporte plusieurs sens ; tant « jeunesse » comme « ruralité » sont des concepts complexes et dynamiques dont la construction dépend des facteurs tant socio- culturaux, qu’économiques et territoriaux. On peut définir la « jeunesse » autour de trois aspects : c’est une étape de transition entre le monde d’enfant et celui d’adulte, un concept relationnel (jeunesse – vie d’adulte) et qui dépend du contexte. A cet égard, il convient de reconnaître la pluralité des expériences juvéniles comme une succession de cycles aux contextes spécifiques, caractérisés par la condition de semi-indépendance et la progressive prise en charge des rôles et des responsabilités ; à savoir, l’indépendance résidentielle, l’insertion au marché du travail, le mariage, et la paternité. De l’autre côté, le concept de la « ruralité » est devenu analytiquement complexe à cause des changements survenus au secteur rural en temps de globalisation où la dichotomie rural-urbain s’est écroulée. On observe ces changements par l’approche de la « nouvelle ruralité » qui, en Amérique latine, se caractérise par quatre transformations principales : la diversification des activités rurales en dehors de la ferme, la croissante flexibilisation et féminisation du travail rural, la création des interactions entre le rural et l’urbain, et l’importance grandissante de la migration internationale et les transferts de fonds qui y découlent. Ainsi, on entend par jeunesse une étape de transition entre l’enfance et la vie d’adulte, où a lieu une interaction permanente entre le choix personnel et les possibilités à disposition dans un contexte rural marqué par une importance grandissante des activités non agricoles, la flexibilisation du travail, une gamme étendue d’activités et de métiers de plus en plus liés au milieu urbain, notamment.
  5. 5. JEUNESSE RURALE ET LATERRE: 5 JEUNESSE RURALE ET LATERRE: Par conséquent, le concept des « stratégies de vie » évoque la façon dont les individus à la campagne organisent leur vie dans un scénario complexe et dynamique, en faisant attention à tirer profit de leur patrimoine. Ainsi, les stratégies de vie sont les choix que les individus ou les familles effectuent afin de mieux utiliser leurs ressources et impacter leur trajectoires de vie. L’accès des individus ou des familles au patrimoine est régi par : 1. Les relations sociales – celles-ci déterminent leur position dans la société conformément aux facteurs comme la classe sociale, le sexe, l’appartenance ethnique, l’âge, la religion, etc. 2. Les institutions – celles-ci construisent les règles formelles, les conventions ou les codes de conduit qui normalisent et structurent les interactions. 3. Les organisations – ce sont des groupes d’individus qui se réunissent pour un objectif commun afin d’agir de façon organisée. Appliquer cette approche à la jeunesse rurale nous permet de mieux connaître la façon dont les jeunes ruraux prennent des décisions par rapport à leurs ressources pour réaliser leur mode de vie ; et comment ils préfigurent leur avenir en accord avec les alternatives du contexte et les attentes selon leurs origines et trajectoires. A son tour, le « régime foncier » est le rapport, défini par la loi ou la coutume, qui existe entre des personnes - individus ou des groupes - relativement aux terres. C’est à dire, les systèmes de régime foncier sont des institutions qui établissent les règles pour accéder, utiliser, maintenir et transférer les terres. On peut définir le régime foncier et les droits de propriété à travers les institutions formelles et informelles. Les premières sont reconnues légalement par les entités de l’Etat, dont les droits sont protégés par le système juridique. En revanche, les informelles se prévalent des us et coutumes ; cependant, informel n’est pas à confondre avec insécurité et illégalité. Le régime foncier attribue des droits sur la terre à certaines personnes, physiques ou morales, individus ou en groupes. Il est souvent classé en 4 catégories : privé, communautaire, de accès libre et public. La sécurité du régime foncier signifie que les droits d’une personne ou d’un groupe de personnes sur la terre sont reconnus par les tiers, et qu’elle dispose des mécanismes pour la protéger. Les droits fonciers comprennent diverses actions que l’on peut exercer sur la terre ; notamment, le droit à son utilisation, à la transférer, à la vendre, à contrôler son utilisation, à la protéger de l’expropriation, et à transférer les droits à ses successeurs. Actuellement, le régime foncier – tant par le biais des institutions formelles qu’informelles – désavantage les femmes et les jeunes dans un contexte de concentration croissante et de fragmentation des ressources. En particulier, les jeunes femmes sont lésées à cause des facteurs comme la préférence de transmettre aux garçons lors de la succession, les privilèges de l’homme dans le mariage, la tendance à favoriser les hommes dans les programmes de distribution des terres et les préjugés sexistes du marché foncier.
  6. 6. JEUNESSE RURALE ET LATERRE: 6 JEUNESSE RURALE ET LATERRE: 2. Mécanismes principaux d’accès à la terre et les difficultés. L’accès garanti à la terre est un facteur de production fondamental pour les stratégies de vie des familles et des individus qui possèdent ou cherchent à avoir des modes de vie basés sur les ressources naturelles. Il est particulièrement pertinent pour générer des stratégies de vie durables, puisque le régime foncier permet la diversification des activités, la souveraineté alimentaire et une plus grande résilience. Dans ce sens, il est possible d’identifier une série de mécanismes qui promeuvent l’accès à la terre de la jeunesse rurale en Amérique latine et qui concernent la famille, la communauté, les organisations et le marché, en jouant un rôle stratégique dans les projets de vie. 1. Héritage L’héritage reste la principale voie d’accès à la terre des jeunes ruraux. Cependant, il survient toujours de manière tardive, comme la relève des générations entre des personnes très âgées et des personnes d’âge mûr. Cette situation prolonge la dépendance économique des enfants, même quand ils ont déjà leur propre famille, ce qui est une source potentielle de conflit. Le chef de famille décide les conditions d’héritage. En cas de pénurie de terres et de grande dépendance du travail familiale, il est probable que les familles retardent la décision de transmettre le patrimoine à leurs enfants de leur vivant. 2. Droits d’utiliser la parcelle familiale Chez les familles qui possèdent assez de terres, on peut observer la relève des générations avec l’accès à la terre. Des divisions clairement délimitées dans la ferme familiale permettent au jeune de décider de façon plus autonome l’utilisation de la propriété et en même temps d’accroître des formes de capitalisation telle que l’épargne.
  7. 7. JEUNESSE RURALE ET LATERRE: 7 JEUNESSE RURALE ET LATERRE: 3. Héritage partagé et copropriété L’une des stratégies utilisées pour accéder à la terre sans fragmenter et subdiviser, c’est l’arrangement entre les héritiers pour la copropriété. Des accords familiaux clairs sont nécessaires pour que la transmission soit faite au moment optimal du cycle de vie des enfants. D’un point de vue économique, la copropriété permettrait aux familles de s’associer pour entreprendre conjointement, ce qui représente une opportunité de production sans avoir recours à la division. 4. Donner de son vivant et la donation-partage La donation-partage est un processus de donner de son vivant ; les parents désignent les limites des parcelles que leurs enfants vont hériter de façon anticipée. La donation-partage est la pratique entre vifs la plus répandue, elle s’actualise puisqu’elle était d’usage en cas de dotation de mariage. De la même manière, une autre pratique s’actualise au niveau communautaire, il s’agit de la séparation de la fonction sociale qui accompagne le régime foncier. Ainsi, les parents peuvent transférer les droits ou inclure leurs enfants dans les titres tout en continuant à jouer le rôle communautaire en représentation de la famille. 5.Acquisition au marché foncier La fragmentation des parcelles limite de plus en plus la possibilité d’hériter, les jeunes sont ramenés à l’acquisition pour accéder à la terre. L’accès par le biais du marché des terres dépend des caractéristiques locales du marché et du crédit, mais en général, les jeunes rencontrent des difficultés pour accéder aux mécanismes financiers formels pour l’achat. Ainsi, les jeunes doivent déployer une stratégie basant sur la migration temporaire afin d’économiser avec du travail salarié et revenir avec le capital nécessaire afin d’acheter des terres. Maintenant, il est possible d’identifier une série de facteurs qui entravent ou limitent les jeunes à l’accès et la possession de la terre en Amérique latine, facteurs relatifs aux aspects juridiques, structuraux, familiaux et de sexe.
  8. 8. JEUNESSE RURALE ET LATERRE: 8 JEUNESSE RURALE ET LATERRE: 1.Absence de registre et régularisation foncière L’une des difficultés la plus généralisée pour garantir l’accès à la terre s’avère être le manque de clarté en ce qui concerne les limites et les droits fonciers, le manque de registre et de régularisation. Le registre public et la régularisation foncière sont les instruments essentiels pour la possession sûre de la terre et des ressources naturelles. La régularisation foncière est fondamentale afin d’exercer, entre autres, les droits fonciers tels que la vente, le gage et la transmission des droits aux enfants – fils et filles. De la même manière, le manque de régularisation foncière finit par empêcher l’investissement productif dans les terres. Le processus de régularisation des titres est complexe et onéreux, ce qui rend sa mise en œuvre encore plus difficile. Le cadastre et le registre public sont un outil fondamental pour éviter les conflits territoriaux entre les habitants d’un territoire, comme les communautés, les familles, les entreprises, ou des tiers. 2. Concentration et fragmentation de la terre L’augmentation de pression sur la terre et sa fragmentation est un phénomène généralisé de manière transversale et qui pose un problème pour avancer l’héritage. Les pays latino- américains ont une structure de possession concentrée et bifurquée, c.-à-d., l’acquisition de terre tend à la concentration et l’héritage la fragmentation. Les familles paysannes de divers territoires se trouvent face à la pénurie de terres destinées à leurs successeurs et fragmentent leurs parcelles jusqu’à l’improductivité, réduisant ainsi la principale voie d’accès que disposent les jeunes ruraux aujourd’hui : l’héritage. 3.Absence de planification familiale et l’insécurité de l’accès La transmission du patrimoine d’une famille rurale est souvent une source de conflit, l’héritage est encore un sujet tabou puisqu’il y a peu de dialogue et de planification au sein de la famille sur ce processus. Traditionnellement, la décision sur qui hérite et quand il hérite incombe historiquement aux hommes de la famille. Cependant, il est constaté que cette situation est en train d’évoluer, que davantage de femmes et même d’enfants prennent part dans la décision. 4. Obstacles d’accès selon le sexe D’habitude, les institutions qui régulent le régime foncier, qu’elles soient formelles ou informelles, désavantagent les jeunes et les femmes, qui ont un accès inéquitable à la terre et aux droits sur celle-ci. Les institutions coutumières, tel l’héritage, ont la tendance à être conservatrices et patriarcales, pratiquant généralement le droit d’aînesse : le fils aîné a des bien meilleures chances d’accès à la terre, les femmes étant exclues. En outre, il existe une série d’interactions qui influencent les stratégies de vie des jeunes, relatives à leur position au sein de la famille, des organisations et la communauté. Le lien établi avec ces structures déterminera leurs conditions d’accès ou les difficultés qu’ils rencontreront lors de la recherche des ressources comme la terre.
  9. 9. JEUNESSE RURALE ET LATERRE: 9 JEUNESSE RURALE ET LATERRE: Au niveau de la famille, il est constaté le rôle clé que les jeunes jouent dans les stratégies de vie familiales et comment celles-ci influencent leurs futurs projets. Les stratégies familiales sont le contexte le plus remarquable où s’ouvre ou se ferme l’accès à des capitaux ; ayant une incidence sur les jeunes dans leurs possibilités de choix et ainsi leurs trajectoires de vie. En même temps, deux caractéristiques persistent découlant de l’unité familiale rurale et demeurant jusqu’à présent : ce sont les liens de réciprocité et les relations de interdépendance. Lors de l’étape de transition à la vie d’adulte, les jeunes ont besoin de divers soutiens, matériels ou immatériels, comme la transmission de connaissances et du patrimoine pour la production. Pour ce faire, les parents jouent le rôle fondamental dans les stratégies de vie des jeunes, apportant de l’appui dans la planification de la migration, le financement des études, et encourageant le travail. Ils reçoivent en échange la contribution des jeunes à l’économie familiale. A cet égard, la relève des générations s’avère plus globale, elle commence par la façon dont les parents impliquent les jeunes dans la production, en passant par la transmission de connaissances jusqu’au soutien de la capitalisation initiale et le transfert de patrimoine. Pourtant, un autre facteur exerce une influence sur les stratégies de vie des jeunes, il s’agit de l’expérience personnelle des parents avec l’agriculture et la façon dont ils impliquent leurs enfants dans l’activité agricole. En général, les parents ont une perception négative de l’activité agricole liée aux sacrifices et faibles rémunérations, et conseillent leurs enfants de chercher d’autres stratégies de vie en dehors des parcelles. Tout cela mène aux étapes de tension entre l’autonomie et le contrôle, qui arrivent au niveau tant familial, sur les décisions de production et l’accès au patrimoine, que communautaire, sur la participation des jeunes dans la prise des décisions au sein de ses organisations communautaires, qui, à son tour, détermine les possibilités d’accès aux ressources contrôlées par la communauté. Dans les structures communautaires, une brèche négative continue à se reproduire pour les femmes et les jeunes, lesquels ne participent pas dans les instances communautaires ou de production, puisque ils ne sont pas représentés dans les systèmes de postes de responsabilité ni dans les espaces de prise de décisions. Cette situation compromet les chances des jeunes et des femmes d’accéder aux ressources en main de la communauté, de participer dans les organisations et projeter leurs stratégies de vie. A cet égard, les organisations communautaires ont un défi à relever ; elles doivent évoluer et déployer des stratégies pour impliquer les femmes et les jeunes dans leurs dynamiques organisationnelles afin qu’ils puissent disposer d’accès aux informations pertinentes concernant la production, accéder aux ressources comme la terre, l’eau ainsi que d’autres soutiens que ces instances contrôlent ; en plus d’encourager les sentiments d’enracinement et d’appartenance, essentiels pour l’auto-identification.
  10. 10. JEUNESSE RURALE ET LATERRE: 10 JEUNESSE RURALE ET LATERRE: 3. Expériences de l’Amérique latine: Programmes et études de cas. L’accès des jeunes ruraux au patrimoine comme la terre est une condition préalable pour assurer des impacts positifs dans les processus du développement rural et l’agriculture familiale. Afin de comprendre les leçons tirées des principaux projets qui ont traité cette thématique en Amérique latine, la Corporation Procasur a effectué une analyse comparée de quatre programmes identifiés. Des recommandations qui y découlent sont énoncées ci-après. En outre, en vue d’identifier et d’analyser les expériences locales et les mécanismes formels et informels d’accès à la terre pour la jeunesse rurale, les principaux résultats de six études de cas entreprises par la Corporation Procasur conjointement avec la Coalition internationale pour l’accès à la terre sont aussi présentés. 1. Programmes pour l’accès des jeunes ruraux à la terre Inclure les jeunes ruraux comme population cible et encourager son accès à la terre par le biais des programmes de développement rural implique aborder les aspects centraux liés à l’avenir de la ruralité et la durabilité économique et sociale des milieux ruraux. Quatre programmes ont été analysés avec le but de tirer quelques leçons des projets qui ont cherché à faciliter l’accès des jeunes ruraux à la ressource terre en Amérique latine. Ce sont le « Programme national de Crédit foncier notre première terre » du Brésil, qui fait partie de la Réforme agraire brésilienne, fortement subsidiée et participative ; le projet « Modèles innovateurs – jeunes producteurs de café » de la Fédération nationale de cultivateurs de café (FNC), un projet public-privé avec de nombreux soutiens et garanties de rentabilité en Colombie ; le « Programme de Fonds foncier et d’installation du jeune entrepreneur rural » du Mexique, qui conjointement avec la
  11. 11. JEUNESSE RURALE ET LATERRE: 11 JEUNESSE RURALE ET LATERRE: Banque mondiale met l’accent sur la viabilité économique des entreprises ; et les projets de « Jeunes des Unions des coopératives agricoles » de Nicaragua, issus de la même préoccupation et imagination des organisations des paysans et de leurs enfants face aux opportunités et menaces futures. Certaines leçons tirées des programmes, à savoir : • Encouragement à la « donation de son vivant » de la terre, en facilitant les accords privés sur l’usufruit actuel des legs futurs, grâce aux crédits pour l’achat des terres aux parents, ou d’autres mécanismes qui émergent d’un dialogue intergénérationnel. Ces mécanismes doivent toujours s’accompagner d’autres qui concrétisent l’augmentation des terres pour les jeunes plus démunis. • Formation des jeunes pour qu’ils puissent identifier leurs meilleures options d’installation, acquérir des capacités comme entrepreneurs et établir des partenariats stratégiques. La formation doit être certifiée et avec contrôles de qualité. La certification des formations pourra être d’utilité pour le jeune dans son avenir. • Soutien aux jeunes dans l’analyse et la décision relatives à la propriété et au travail, qu’ils soient collectifs, privés, ou en coopération. Les programmes de soutien à l’accès à la terre pour les jeunes ruraux doivent avoir des règles de fonctionnement flexibles, de sorte que les mécanismes d’accès à la terre, de financement et la forme d’organisation des bénéficiaires puissent s’adapter aux différents projets agro-entrepreneuriaux qui émergent de l’apprentissage dans la pratique. • Allocation des ressources humaines et financières exceptionnelles pour un soutien adéquat aux jeunes entrepreneurs. On a besoin de professionnels spécialisés sur les jeunes et les projets de la production, hautement flexibles et adaptables aux conditions locales et à leurs changements. • Octroie de soutien maximal dans l’étape de la commercialisation des produits de la terre, grâce à l’associativité et la connexion aux chaines de production existantes. Il faut créer des mécanismes de facilitation d’accès à la vente de la production dans des conditions adéquates. Par manque d’expérience personnelle, les jeunes sont particulièrement vulnérables au moment d’arriver sur le marché. • Présence des jeunes ruraux dans l’élaboration et le réexamen en cours des programmes de terres pour les jeunes ruraux. D’un autre côté, la participation des organisations communautaires et paysannes crée plus de transparence dans les processus, légitimant les mesures et donnant un cadre de développement social. • Installation d’une approche d’équité de sexe et de travail avec un appui préférentiel aux jeunes couples propriétaires de terre. Il faut veiller à rendre visible la participation féminine quand on travaille avec des jeunes couples, et ce avec des actions qui reconnaissent le couple comme principal sujet bénéficiaire. Cependant, lorsqu’il y a des peuples autochtones dans les communautés cibles, il est probable qu’un diagnostic participatif découvre des besoins spécifiques aux jeunes autochtones. Avec un tel diagnostic, il serait possible d’élaborer des instruments spécifiques tenant compte des besoins et points forts des jeunes de chaque peuple autochtone.
  12. 12. JEUNESSE RURALE ET LATERRE: 12 JEUNESSE RURALE ET LATERRE: 2. Etudes de cas: mécanismes d’accès à la terre pour la jeunesse rurale Etudes de cas Concours régional de recherche - Corporation Procasur et ILC - Pays Nom de l’étude But de l’étude Points clés 1. Le Pérou “Héritiers de la Réforme agraire de la Vallée de Chancay” Analyser à partir d’une perspective historique le système de terres et la différentiation sociale qui a lieu dans la Vallée de Chancay, département de Lima. • L’axe d’analyse est la réforme agraire vers la fin des années 1960 afin d’étudier le rapport que les héritiers, les jeunes d’aujourd’hui, entretiennent avec la terre pour comprendre si la différentiation sociale générée par le systèmes d’haciendas persiste. • Actuellement, les terres sont louées sous la modalité de location par campagne ; l’activité principale des familles n’est pas l’agriculture, elles perçoivent directe ou indirectement le loyer qui en découle. • Une perception négative du travail agricole s’est installée chez les adultes à cause des mauvaises conditions de travail et la faible rémunération. • Des préjugés négatifs sur le fait d’être paysan se sont produits chez les jeunes, ainsi leurs projets de vie s’éloignent du travail agricole et de la vie à Chancay. • Au sujet de leur perception de eux-mêmes, les jeunes ne se considèrent pas comme des ruraux en partie à cause de leur mobilité constante vers les zones urbaines. • Les jeunes femmes ne participent plus aux tâches agricoles mais se consacrent principalement au secteur services ou aux études. • Pour certains jeunes, la terre est une stratégie de capitalisation des ressources.
  13. 13. JEUNESSE RURALE ET LATERRE: 13 JEUNESSE RURALE ET LATERRE: 2. La Colombie « Les incertitudes semées en terre. Pratiques et attentes des jeunes dans la perspective intergénérationnelle et sexospécifique dans le contexte de la guerre ». Le cas de la Région oriental d’Antioquia. Corporation environnementale Rio Verde, COAM. Approfondir dans le rapport, les attentes et perceptions des jeunes de la terre et le territoire dans un contexte marqué par les conflits armés. • Les catégories relatives aux projets de vie des familles par rapport à la terre sont identifiées : « il vaut mieux rester à la campagne », « il vaut mieux quitter la ville », « s’instruire pour retourner à la campagne », « construire des familles » et « les femmes à la campagne ». • L’importance de la stratégie familiale pour les projets de vie des jeunes est soulignée. • Entre les stratégies familiales, on identifie les bonnes pratiques de relève de générations gérée par les parents grâce à l’épargne – en bétail ou des profits tirés des cultures ; l’autonomie et la capitalisation des jeunes en dépendent. • Trois sources qui permettent la subsistance des familles sont identifiées : la terre, l’emploi rural et la production animale. • On réaffirme l’existence de différentiations fondées sur le sexe en termes de l’invisibilité du travail des femmes, la double journée des femmes et la préférence qui ont les hommes dans l’accès à l’héritage. • Les conditions du travail agricole dissuadent les jeunes de formuler les stratégies de vie associées à la terre, ce qui affecte en particulier les femmes par la non-existence d’emplois non-agricoles. • Actuellement, les jeunes soulignent les possibilités limitées de choix et d’accès à la terre.
  14. 14. JEUNESSE RURALE ET LATERRE: 14 JEUNESSE RURALE ET LATERRE: 3. La Bolivie “L’accès des jeunes femmes à la terre dans les hauts plateaux de la Bolivie.” Fondation TIERRA. Analyser la participation des jeunes femmes dans la gestion communautaire des droits fonciers au sein de deux communautés des hauts plateaux boliviens : Pujsani et Uricachi Grande. • Le contexte est la mise en œuvre de la politique de régularisation foncière, dont le but est le processus d’actualisation des droits fonciers sur l’ensemble du territoire national. • Les habitants de ces deux communautés recréent les stratégies de vie en se basant sur la double résidence ; ils continuent de régir par les us et coutumes et le régime foncier est mixte mais essentiellement individuel. • Les deux communautés effectuent un processus de régularisation foncière interne sur la base de consensus collectifs lesquels seront validés ultérieurement par l’Institut national de la réforme agraire (INRA), bénéficiant ainsi d’un fondement légal. • Deux outils ont été crées pour le registre et le contrôle communautaire des droits fonciers : le statut communal (qui reflète les accords de la communauté) et le registre communautaire des droits (pour mettre à jour les droits). • Le rôle des outils formels (Loi INRA 1996 et la Constitution politique) est reconnu, la participation de la femme dans les processus de régularisation foncière et la distribution de terres y est garantie.
  15. 15. JEUNESSE RURALE ET LATERRE: 15 JEUNESSE RURALE ET LATERRE: • Il en sort du processus de régularisation foncière trois formes de titres (uniquement homme, uniquement femme, homme et femme), la copropriété étant la forme la plus répandue pour la titularisation, les enfants pouvant obtenir les droits fonciers sans subdiviser la terre. • Une autre stratégie qui donne plus d’accès aux jeunes est la donation-partage, une forme d’héritage de son vivant, où on désigne les limites des parcelles que les enfants héritent de façon anticipée. C’est la pratique de donation entre vifs la plus répandue. • Une autre pratique innovatrice pour faciliter le transfert des terres aux jeunes était la séparation de la fonction sociale qui accompagne le propriétaire foncier, les parents peuvent continuer à assumer le système de postes et responsabilités au sein de la communauté au nom des enfants. • En général, on observe des bonnes pratiques associées à la mise à jour des institutions traditionnelles pour qu’elles soient plus appropriées dans les contextes actuels. • Entre les aspirations des jeunes par rapport à la terre, on trouve le souhait de continuer à être liés à la communauté sans s’y installer de façon permanente.
  16. 16. JEUNESSE RURALE ET LATERRE: 16 JEUNESSE RURALE ET LATERRE: 4. Le Guatemala « Adieux à la terre: trajectoire et projets de vie des jeunes en communautés rurales du Guatemala ». AVANCSO Comprendre les trajectoires et les projets de vie des jeunes ruraux – filles et garçons - à partir de cinq aspects significatifs : famille, instruction, participation dans l’organisation communautaire et projets futurs. • Le régime foncier est analysé en fonction d’une perspective historique, depuis l’héritage colonial, la réforme agraire, le modèle néolibéral et la libéralisation économique où persistent la concentration de la terre et l’accès inégal à celle-ci. • Dans la communauté d’Ixcan, la distribution initiale de la terre s’est organisée autour de la Coopérative la Resistencia, dont les titres d’origine sont maintenus. • La fragmentation de la terre pour héritage est faite en faveur des fils. • L’acquisition ou l’héritage sont plus viables pour les jeunes pour accéder à la terre, mais désormais en dehors de leurs communautés. • Bien que la Coopérative soit une référence d’enracinement, on constate que les jeunes prennent leurs distances par rapport à la terre, au travail et à la vie agricole. • En général, un effort existe pour combiner les attentes d’études et de vie au sein de la communauté, la terre jouant le rôle complémentaire de sécurité dans leur vie.
  17. 17. JEUNESSE RURALE ET LATERRE: 17 JEUNESSE RURALE ET LATERRE: 5. L’Argentine « Titularisation de la terre et son impact chez les jeunes paysans. Deux études de cas à Chaco en Argentine » –FUNDAPAZ. Analyser l’absence et l’irrégularité des titres fonciers et le registre limité de terres dans le système de régime foncier, comme source de conflits territoriaux dans la région de Chaco en Argentine. • L’absence de titres affecte les possibilités économiques des familles paysannes et les projets futurs des jeunes. • Un partenariat est organisé entre les organisations territoriales avec le soutien des ONG visant à obtenir la reconnaissance légale des droits de propriété. • On constate qu’un changement institutionnel sur le régime foncier s’impose par suite de pressions, ce qui nécessite un nouveau processus de régularisation foncière légale afin d’éviter l’escalade des conflits territoriaux. • L e p a r t e n a r i a t e n t r e l e s organisations territoriales et le soutien des ONG ont permis la redéfinition des cadres normatifs visant à reconnaître les droits du propriétaire sous un angle juridique, qui, bien que sans titre, a des droits à l’autodéfense de sa possession, aux réclamations devant la justice et à l’acquisition des terres. • Des accords de coexistence sont créés, et l’aménagement du territoire a été travaillé par le biais de la cartographie participative. • En même temps, des groupes de travail politiques ont été créés.
  18. 18. JEUNESSE RURALE ET LATERRE: 18 JEUNESSE RURALE ET LATERRE: 6. Le Nicaragua « Processus de redistribution de terres à travers l’héritage aux jeunes ruraux dans les municipalités de Somotillo, Rio Blanco» Analyser les processus d’héritage de la terre dans les municipalités de Somotillo et Rio Blanco sur la base d’une approche de stratégies de vie. • Les stratégies de vie des jeunes sont catégorisées selon le degré d’autonomie : stratégies intégrées (sans autonomie propre et liées à leur famille), stratégies avec intervention des parents (parents comme facilitateurs de ressources), stratégies avec davantage d’autonomie (cimentent leurs propres voies de développement). • L’importance des contextes territoriaux et socioéconomiques des familles est manifeste par rapport aux possibilités d’héritage et son impact sur les trajectoires des jeunes. • Les stratégies des jeunes sont définies selon les stratégies de vie familiale et leur situation par rapport à la terre. • L e s p o s s i b l e s v o i e s d e développement des jeunes sont identifiées : la voie d’élevage de bétail (quand la possibilité d’héritage existe), la voie de l’économie familiale intensive (les enfants font partie du projet familial), la voie de la paupérisation (stratégie mixte de travail agricole et salarié).
  19. 19. JEUNESSE RURALE ET LATERRE: 19 JEUNESSE RURALE ET LATERRE: 4. Recommandations. L’analyse sur la situation des jeunes ruraux et leur accès à la terre lié aux stratégies de vie témoigne des obstacles et limitations qu’ils rencontrent ; notamment, la non- transmission intrafamiliale du patrimoine, la dépendance économique jusqu’à l’âge adulte, la non-participation dans les instances communautaires et les conditions subjectives et objectives autour de l’agriculture. A cet égard, il est possible de signaler certaines orientations ou points clés à adopter afin de faciliter l’accès à la terre de la jeunesse rurale et d’accroître ses projections de vie et en même temps assurer la durabilité de ses stratégies en milieu rural. 1. La relève des générations comme stratégie familiale Le contexte familial du jeune est la clé pour déterminer sa trajectoire de vie, la stratégie familiale et l’espace à donner à la stratégie elle- même du jeune peuvent limiter ou augmenter ses chances. La famille joue un rôle clé dans la détermination des stratégies de vie puisque quand un jeune commence à prendre des décisions stratégiques, il vit souvent encore chez ses parents, lesquels représentent la principale source de soutien pour qu’il puisse accéder aux ressources, continuer ses études et recevoir de soutien immatériel. Il existe des facteurs économiques, mais aussi des facteurs culturaux, qui inhibent les pratiques de la relève des générations, puisque des mesures comme davantage d’autonomie à travailler la terre ou l’accroissement de l’épargne ne mettent pas forcément en jeu la stratégie familiale. Un changement culturel s’impose chez les parents face aux contextes ruraux changeants. A cet égard, des processus de relève des générations peuvent être entrepris à travers la sensibilisation, en favorisant les espaces de dialogue pour l’identification et la planification des stratégies de relève et de transmission intrafamiliale du patrimoine. Dans ce sens, des incitations financières pourraient être envisagées pour la transmission intrafamiliale du patrimoine.
  20. 20. JEUNESSE RURALE ET LATERRE: 20 JEUNESSE RURALE ET LATERRE: 2. Renforcement et inclusion des jeunes dans les organisations communautaires L’un des obstacles pour l’inclusion des jeunes dans les organisations communautaires s’avère être le fait que la jeunesse n’est que peu reconnue comme étant un secteur clé. Les jeunes de la génération actuelle reportent leur participation dans les structures communautaires afin de prioriser les études et la carrière qui leur assurent davantage d’autonomie. Dans ce contexte, les organisations communautaires doivent adapter leurs institutions afin de mieux inclure les jeunes. L’organisation collective est primordiale pour les jeunes puisqu’elle facilite l’accès aux ressources. 3.Améliorer l’accès à la terre des jeunes ruraux : arrangements familiaux et initiatives d’acquisitions Il est généralement constaté que la jeunesse rurale valorise stratégiquement l’accès à la terre dès lors que celle-ci lui donne la sécurité à ses stratégies de vie. Les jeunes ont certaines connaissances pour la travailler et elle représente une ressource qui leur permet de capitaliser et investir ou d’avoir un revenu par le biais de la location. Alors, les projets de développement rural, en plus de promouvoir la sensibilisation quant à la relève des générations, l’importance de planifier et de favoriser les accords familiaux, doivent fournir les appuis juridiques nécessaires afin de faciliter la transmission et assurer l’accès. Pour ce faire, pour permettre aux jeunes ruraux d’acquérir, il faut des politiques publiques avec des mécanismes financiers adaptés à leur réalité, telle que la création d’un fonds de terres ou de crédit spécifiques à cette fin. L’Etat doit étudier les possibilités d’une politique qui facilite l’accès à la terre des jeunes, en tant qu’incitation pour que ceux-ci retournent à leurs territoires et prennent en charge le processus de développement rural.
  21. 21. América Latina y el Caribe Heriberto Covarrubias 21 Of. 705 Ñuñoa, casilla 599. Santiago, Chile. Tel: +56 2 23416367 http://americalatina.procasur.org África Shelter Afrique Building, 2nd Floor, Mamlaka Road, off Nyerere Road. P.O. Box 25965 - 00100 Nairobi, Kenia. Tel: +254 20 2716036 http://africa.procasur.org Asia y Pacífico 209/34 Moo 10, Chiang Mai-Hangdong Road, T. Padad, A.Muang, Chiang Mai 50000 Tailandia. Tel: +66 53272362 http://asia.procasur.org La Corporation Procasur est une organisation internationale spécialisée dans la mise en valeur des innovations locales et leur expansion à plus grande échelle. Sa mission est de promouvoir le partage des savoirs locaux pour mettre fin à la pauvreté rurale. En partageant ces innovations à travers des outils et méthodologies de gestion des connaissances locales, l´organisation connecte les institutions internationales avec des talents locaux,en fournissant des plateformes d’apprentissage structurées nécessaires à la dissémination des innovations.Procasur a facilité des opportunités d’apprentissage dans plus de 30 pays en Afrique,en Asie et en Amérique Latine et les Caraïbes,influençant ainsi la vie et les moyens de subsistance de milliers de talents ruraux à travers le monde.Pour plus d’informations, veuillez visiter www.procasur.org.

×