1
La réalité présente dumystère de Jésus-Christ
Jean-Marie Hyacinthe QUENUM1
,S.J.
Le dogme christologique enseigne que le...
2
La questionchristologique« Pourvous,qui suis-je ?» initiéeparJésus à unmomentdécisif de son
ministère publicdemeure touj...
3
Avecl’incarnationduverbe de Dieu dansle monde enJésus –Christ,Dieu qui transcende le monde n’est
plusisolé de celui-ci.D...
4
A partirde 315, un prêtre d’Alexandrie,Ariusvaaffirmerque le Verbedivinn’estpaséternelcomme le
Père8
.Le Verbe divinn’es...
5
Elle estplusattentive àl’humainenJésus-Christ.
Les grandsreprésentantsde cette école sont THEODORETde Cyr, Théodore de M...
6
En Jésus-Christse rencontrentune nature divine etune nature humaine.Cesdeux naturesde Jésus-
Christne se mélangentpas.El...
7
« Aprèsavoir,à maintesreprisesetsousmaintesformes,parlé jadisaux Pèresparlesprophètes,
Dieu,encestempsqui sont lesdernie...
8
L’engendrement de l’unique comme Verbe de Dieu estune confessionde foi inspirée parl’Esprit
Saint.
Le Verbe de Dieuestl’...
9
En reconnaissantle caractère fragmentaire de laperceptiondumystère de Jésus-Christdansles
traditionsecclésiales,une occa...
10
fondde connaissancesfragmentaires,limitéesetrelativesautempsetà la culture. Mais,seul le
christianisme affirmeque Jésus...
11
L’homme-Dieucrucifiéetexaltéestlarévélationdumystère de Dieu.Il estl’uniquechemindusaluten
vertude sa résurrectionqui o...
12
En donnantsa vie pourune multitude de frères,le Verbe incarné révèlel’amourde Dieu pour
l’humanité souffranteetblessée ...
13
Personnage controversédontl’autorité ne s’aligne suraucune institutionduJudaïsme conventionnel,
Jésusfutdénoncé aux aut...
14
L’émergence d’unechristologienarrative metenvaleurle liende Jésusavecl’Église.Jésusn’estconnu
que par le témoignage de ...
15
La christologieprésupposelafoi enJésus-Christ.Elleestliéeàune expérience de relationavecJésus.La
christologie s’élabore...
16
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La réalité présente du mystère de Jésus

285 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
285
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La réalité présente du mystère de Jésus

  1. 1. 1 La réalité présente dumystère de Jésus-Christ Jean-Marie Hyacinthe QUENUM1 ,S.J. Le dogme christologique enseigne que le Verbe divin,préexistant,danssarelationauPère età l’Esprit Saintà travers le mystère de l’incarnationestdevenuhomme enJésus-Christ. JésusChrist,Dieufaithomme,apleinementvécul’existence humaine comme unJuif de Galilée dontla vie, le ministère publicetle mystère pascal révèlent saplace unique de rédempteur dansl’histoire du salut. A la lumière de l’Écriture,Jésus-Christestle serviteurparexcellence de Dieu,le fils de l’hommeet l’unique-engendréduPère. Commentlessièclesde méditationsetd’investigationsrationnellesde l’Église ont-ilsabouti àun langage précisetconcissur l’identité de Jésus-Christ comme Dieufaithomme? Quellessontlesdifficultésd’ordre sémantique,exégétique etanthropologiquequi entourentla définitionde l’identitéde Jésus-Christcomme Dieufaithomme ? Quelle estlaréalité présentedumystère de Jésus-Christdansle contexteduXXIème siècledominépar la pluralité religieuse etlatroisième quête duJésushistorique2 ? Dans notre explorationchristologique,nouspartirons dansunpremiertemps, de laméditation etde la pratique liturgique descommunautéschrétiennesdansleureffortpour réfléchirsur le mystère de l’homme Dieurévélé dansl’Écritureetobjetd’une analyse consciente danslessymbolesetlesactes des Conciles Œcuméniquesde l’Église3 . Dans un secondtemps, nousconfronteronsl’interprétation de l’unique-engendré duPère dansl’Église aux erreurssur l’identité de Jésus,vrai Dieuetvrai homme. Enfin,dansun troisième temps,nousréfléchironssurlaréalité présentede Jésus-Christdansla perspective d’une christologie d’enhautetd’une christologie d’enbas dansunmonde marqué parla pluralité religieuse enélargissantnotre enquêteàlachristologie narrative. 1. Le mystère du Christ révélé dansl’Écriture,dans lespratiquesliturgiquesetdans lesActes des ConcilesŒcuméniques de l’Église 1 Jean-Marie HyacintheQUENUM est Docteur en théologie et Maître des novices Jésuites à Bafoussamau Cameroun. 2 La troisièmequête du Jésus historiquecommence avec ERNST KÃSEMANN « Le problème du Jésus historique » dans Essais exégétiques, Neuchâtel, 1972, p.145-173. 3 Christian DUQUOC, Christianisme. Mémoire pour l’avenir, Paris,Cerf 2000.
  2. 2. 2 La questionchristologique« Pourvous,qui suis-je ?» initiéeparJésus à unmomentdécisif de son ministère publicdemeure toujoursd’actualité pour chaque générationde disciplesclarifiantleur rapport au prophète de GaliléeetauprédicateuritinérantduRoyaume de Dieu qui parle passage mystérieuxde lamortà lavie devient objetde foi pourlespremièrescommunautéschrétiennes (Marc 8, 29 ; ActesdesApôtres2, 24). Chaque foisqu’undisciplede Jésusrépondàcette question, « pourvous,qui suis-je ?», ce disciple fait de lachristologie. La christologieestlaréflexioncritiquesurl’identitéde Jésuscomme l’ointde Dieu,comme sauveuret comme Seigneurressuscité (ActesdesApôtres2,36; Première Épître de Pierre1,18-19). La christologiecomme réflexioncritiquesurl’identitéde Jésusdéfinitle rapportde cethomme étonnant et particulier dupremiersiècle,àDieuetà toute l’humanité. La réponse àla questionchristologiqueauneffetsurla vie personnelle etcommunautaire dudisciple de Jésus-Christ dansl’Église,danslasociété etdansle monde. La réponse christologique s’inscritdansdeux perspectivesdistinctesde réflexion :lachristologied’en haut etla christologie d’enbas. La christologied’enhaut apour pointde départle Verbe divin duprologue de saintJean qui devient pleinementhomme enJésusChrist. Le Verbe divinincarnéestcelui enqui demeure corporellement toute la plénitude de ladivinité (Épître aux Colossiens2,9). La christologied’enbaspartde la figure humaine ethistorique de Jésusunie àDieudanslaprière et dotée d’une autorité etd’une mystérieuse destinée extraordinaires qui lui donnent une place singulière etunique dansl’histoire dusalut. Les premiersdisciplesde Jésus aupremiersièclede l’ère chrétienne, étaientdesJuifspieuxqui ont continué àfréquenterle temple de Jérusalem (Actes2,46 ; Actes3, 1). Ilsprofessaientle monothéisme Juif toutenconfessantJésus-Christcomme celuiqui accomplitlesÉcritures. Dansleursprièresd’action de grâces, ilsmentionnaientlesœuvresde Dieuense servantdespsaumes,cantiquesethymnes inspirésde laBible Juive(Colossiens3,16). Mais peuà peu,lesdisciplesde Jésus –Christmanifesteront la nouveauté de leurfoi enle reconnaissant comme,Médiateuret Seigneurressuscité parleurculte eucharistiquecélébré dansleursmaisonsle premierjourde lasemaine. 4 Aucoursdesassemblées dominicales, lesprières adresséesàJésussontde résonance eschatologiqueetreconnaissentl’autorité de Jésussur l’Église etsurl’univers (PHILIPPIENS 2,9-10 ; Romains10, 9 ; 1 Corinthiens12,3; Hébreux 1, 10). Les formulesde baptême etlesprofessionsde foi traitentJésus-Christàl’égal duPère etde l’Esprit Saint(Matthieu28, 19 ; DIDACHÈ).L’Églisenée dumystère pascal est profondémentenracinée dansle mystère de l’incarnation rédemptrice. 4 L’épitre de Barnabé(entre 70 et 138) atteste cette pratique.
  3. 3. 3 Avecl’incarnationduverbe de Dieu dansle monde enJésus –Christ,Dieu qui transcende le monde n’est plusisolé de celui-ci.Dieuapris saplace dans l’histoirehumaineenune personne distincte duPère qui estsa parole révélatrice etde même essence que lesdeux autrespersonnesde laSainte Trinité,le Père et l’EspritSaint. Face à la révélationdumystère de l’incarnationdeuxerreursontvule jourau deuxième sièclede l’ère chrétienne :le docétismeetl’adoptianisme. Le docétisme estune conceptionthéologiquequi nie lavéritablehumanité duverbe divindevenuchair. En attribuantà Jésus,une apparence de corps,le docétisme nie lasouffrance etla mortdu Verbe divin impassibleetimmortel5 . L’Église réagiracontre le docétisme enaffirmantlapleine humanité duVerbe divindevenuhomme souffrantetmourantpour le salutde l’humanité (1Jean4,2-3 ; 1 Corinthiens15,1-8 ; Éphésiens1,7). L’adoptianismenie ladivinité de Jésus-Christenaffirmantque ce n’estqu’àpartirde sonbaptême,que le prophète de Galiléefuthabité parl’Espritde Dieuenvue de samission. Les Ebionites6 comme CERINTHEontrépanducette erreurense fondantsurl’argument que Jésus n’avaitpasopéré de miracles avantson baptême.Cette ligne de pensée futdéveloppée pard’autres adoptianistes Romains7 . Dans la première moitié du3ème siècle de l’ère chrétienne,Origène etTertullienréfléchiront en profondeur surle mystère duVerbe incarné. PourOrigène, Le verbe divinaune générationéternelle.Il n’yeutpasuntempsoù il n’existaitpas.Le verbe estlasplendeurde lalumière éternelle etlasagesse duPère engendré de lasubstance divineelle- même.Envertude l’incarnationduVerbe divin,Jésus-Christestl’homme-Dieuavecl’attribution réciproque desqualités humainesetdivines. PourTertullien,le Verbe divin estde lamême substance que le Père,immanentenDieude toute éternité etproféré aumomentde lacréationdumonde. Par son incarnation,le Verbe divinadeux naturesdistinctes,une divine etune humaine. Cesdeux théologiens toutens’inscrivantdansle courantqui subordonne le verbedivinauPère, confirmentlapratique de l’Église qui consistaitàvénérerJésus-Christcomme le Seigneurde l’universà côté de Dieuavecqui il a une relationontologique de même nature.Qui plusest, l’Église administraitle sacrementde baptême aunomdu Père,duFilsetde l’EspritSaint. Le culte eucharistique donnaitune place centrale à Jésus-ChristSeigneurressuscité etmédiateurde lanouvelle alliance. 5 Le docétisme est liéau mouvement gnostique dont lesystème d’explication dela réalitédonne peu de placeà la matière corporelle. 6 Les Ebionites sontdes partisans d’un monothéisme strictau sein du Judaïsme. Les Ebionites ne donnent à Jésus que la placed’un homme dans l’histoiredu salut. 7Pour eux Jésus n’est qu’un homme, certes saint,qui reçut l’Espritde Dieu au baptême devenant ainsi un fils adoptif de Dieu. Jésus n’est donc pas pour les adoptianistes unepersonne divine.
  4. 4. 4 A partirde 315, un prêtre d’Alexandrie,Ariusvaaffirmerque le Verbedivinn’estpaséternelcomme le Père8 .Le Verbe divinn’estDieuque parparticipation. SaintAthanase réagiraenmontrantque si le Verbe divinn’estpaspleinementdivin,il ne peutnous sauver. Sur convocationimpériale,le Concilede Nicée finiraparaffirmer lapleine divinité duVerbeenexcluant toute subordinationduVerbe auPère. Ainsi le Verbe estné éternellementduPère,« Dieude Dieu,lumière de lumière,vrai Dieude vrai Dieu, engendré,nonpascréé,consubstantiel auPère » La foi de Nicée seradéfendue parSaintHilaire de Poitiers,SaintAmbroise,le pape Damase,Saint Athanase etlestroisgrandsCappadociens,SaintBasile,SaintGrégoire de NAZIANZEetSaintGrégoire de NYSSE. A partirde lafoi de Nicée surl’identitédivine duVerbe se poserale problèmede l’âme humaine de Jésusau quatrième siècle de l’ère chrétienne9 . Apollinaire de Laodicée10 etThéodore de MOPSUESTEtenterontdessolutionspeusatisfaisantes. Au cinquièmesiècle de l’ère chrétienne,lesécolesd’Alexandrie etd’Antioche dansleursperspectives respectivestenterontd’approfondirle mystère de l’Incarnation dansdeux directionsdifférentes. L’école d’Alexandrieestplusthéologique,plusplatonicienne etplusallégorique danssesméthodesqui contemplentl’unitéduVerbe incarné sousle prismedescendantduVerbe qui assumelachair11 . Cette école théologique conduiraàla solutionséduisantedumonophysismequi croitàla divinisation totale de l’homme Jésusenenseignant,qu’aprèsl’incarnation,lanature divine atotalementabsorbé la nature humaine de Jésus-Christ. Eutychès12 etNestorius13 sont de grands défenseursde l’uniquenature de Jésus-Christ. L’école d’Antiocheestplushistoriqueetplusanalytique partantdu filsné de lafemme aufilsde Dieu14 . 8 Arius affirmaitqueDieu ne fut pas toujours Père ; il eut un temps où le Verbe divin n’existaitpas.Le verbe divin procède du Père comme une créature parfaite. 9 L’intégrité de la nature humainede Jésus est visée. Jésus a un corps et une âme raisonnable.Jésus est pareil à tous les humains au niveau de l’intégrité de sa naturehumaine. 10 ApollinairedeLaodicée remplaçaitl’âmehumaine de Jésus par le Verbe. Selon lui,Jésus auraitun corps,une âme animaleet le Verbe remplaçantson âme humaine. Apollinairefut condamné par le Concilegénéral de Constantinopleen 381. 11 Les principaux représentants de l’écoled’Alexandrie sont : Clément, Origène, Athanase et Cyrille. 12 Eutychès est un moine influent de Constantinopleradicalement opposéà l’écoled’Antioche. 13 Nestorius,évêque de Constantinopleau Vème siècle, prônaitla dualitédes sujets dans leChrist,l’homme Christ et le Verbe divin. 14 Les principaux représentants de l’écoled’Antioche sont : Lucien, DIODORE de Tarseet Théodore de MOPSUESTE.
  5. 5. 5 Elle estplusattentive àl’humainenJésus-Christ. Les grandsreprésentantsde cette école sont THEODORETde Cyr, Théodore de MOPSUESTE et IBAS d’Edesse condamnésparle cinquième Concile œcuménique de Constantinople(553). Le concile d’Ephèse (431) malgré latragédie lamentable d’une divergence de vues entre Nestorius, Cyrille etJean d’Antioche approfondirale mystère de Jésus-Christenaffirmantl’unitépersonnelle de l’homme-Dieu. DepuisCyrilled’Alexandrie,latradition ecclésiale amontré de manière convaincanteque le Verbede Dieune s’estpas uni extérieurementà Jésus-Christ.Le Verbe de Dieuaplutôtfaitexister historiquement enJésus-Christunêtre de chair dans l’unionintime de lanature divineetde lanature humaine. Ainsi Jésus-Christn’estpashabité parle verbe de Dieu comme le seraient lessaints etlesprophètes maisil estuni de manière unique etabsolue auVerbe divin.Cette unionhypostatique estlaréalité humaine assumée parle Verbe de Dieuqui communique àtoute l’humanité,l’amourde Dieuetle salut. Il appartiendraauconcile de Chalcédoine (451) de définirlesdeuxnaturesenune uniquepersonne de Jésus-Christcontre EutychèsetNestorius. Le Concile de Chalcédoine avaitété uncompromisentrelaformulationde foi selonCyrille d’Alexandrie plusexposée aumonophysisme etl’expressioncommunede lafoi du pape saintLéonI dans sontome à Flavien,patriarche de Constantinople. Ni le monothélisme15 nilestentativespolitiquesde se rallierles partisansdumonophysisme n’aurontraisonde lafoi commune desdeux naturesenune personne unique. Jésus-Christestselonlafoi commune,l’unique engendré de Dieudevenuhomme pourle salutde l’humanité. Il estadoré comme le Père etl’EspritSaint(Concile de Constantinople I).Lafoi commune exclut que l’unionde lanature divine aveclanature humaine soitfaiteparconfusion,combinaisonou mélange (contre Eutychès).Lafoi commune exclutlaconjonctiondesdeuxnaturesdansunétat d’absorption (Contre Nestorius). Les deux natures,divine ethumainese rencontrentenune personne unique. Cette unionhypostatique du Verbe divinaveclanature humaine estune réalité mystérieuseetincompréhensibleenelle-même. Le Verbe incarné estle Tout-Autre insaisissablequi n’estpasàla portée de l’intelligence humaine. L’intelligence humaine peutsaisiranalogiquementcette réalité divinequi dépassetoute explication rationnelleenutilisantde manière approximativele langage de l’unionde l’âme d’avecle corps.En effet,l’unionhypostatique duVerbe divinaveclanature humaine est uncasunique,indicible qui surpasse l’intelligence humaine. « Ce qui estenDieu,personne ne le connaît,sinonl’Espritde Dieu » (1Corinthiens2,11).C’estle caséminentde l’unionhypostatiqueduVerbe divinaveclanature humaine. 15 Le monothélisme enseigne qu’en Jésus-Christne s’exerce que la seulevolonté du Verbe
  6. 6. 6 En Jésus-Christse rencontrentune nature divine etune nature humaine.Cesdeux naturesde Jésus- Christne se mélangentpas.Ellesne se tiennentpasà distance l’une de l’autre comme une chose etune autre chose.De nature divine etde nature humaine,Jésus-Christestle Verbe divinincarné qui subsiste indivisiblementdansl’une etl’autre nature.Telle estlachristologie classique née de lalecture de l’Écriture,despratiquesliturgiques,desinvestigationsrationnellesetdesactesde compromisdes premiersConcilesŒcuméniquesde l’Églisesousunfondde conflitspolitiquesetreligieux. 2. L’engendrementdivin de Jésus-Christdansl’Église etlesdifficultéssémantiques,exégétiques anthropologiques qui entourentle mystère de l’homme-Dieu. Le Concile de Constantinople III(553) dansl’unde sescanons,le canon10, affirme :« Si quelqu’un ne confesse pasque celui qui aété crucifié dansla chair,notre SeigneurJésusChrist,estvrai Dieu, Seigneurde lagloire etunde la Trinité,qu’il soitanathème » Ce canon du Concile de ConstantinopleIII résume lachristologieclassique de lafoi commune de l’Église.Jésus-Christ,l’homme-Dieuestvrai Dieuetvrai homme. Dans la christologieclassique,lagrandeuréminente de Jésus-Christestsoulignéedansdes textes d’allure solennelle de l’Écriture: « Et le Verbe s’estfaitchairetil a campé parmi nous etnousavonscontemplé sagloire,gloire qu’il tientduPère comme Unique-engendré,pleinde grâce etde vérité » (Jean1, 14). « Nul n’ajamaisvu Dieu,le FilsUnique-Engendré qui estdansle seinduPère,lui l’afaitconnaître (Jean1,18). « Qui me voit,voitle Père » (Jean14,9). « Moi,je suisle Chemin,laVéritéetlaVie.Nul ne vientauPère sinonparmoi » (Jean14,6). « Père,l’heure estvenue ;glorifie tonFils,afinque tonFilste glorifie etque,selonle pouvoirque tu lui as donné surtoute chair, il donne lavie éternelleàtousceux que tu lui as donnés » (Jean17, 1- 2). «Or, la vie éternelle,c’estqu’ilste connaissent,toi,le seulvéritableDieu etcelui que tuasenvoyé, Jésus-Christ» (Jean17, 3). « Car Dieuestunique,uniqueaussi le médiateurentre Dieuetleshommes,le ChristJésus,homme lui-même» (Première épître àTimothée 2,5). « Car il n’y a pas sousle ciel d’autre nomdonné aux hommes,parlequel nousdevionsêtre sauvés » (ActesdesApôtres4,12). « Tout pouvoirm’aété donné auciel etsur la terre (Mathieu28, 18).
  7. 7. 7 « Aprèsavoir,à maintesreprisesetsousmaintesformes,parlé jadisaux Pèresparlesprophètes, Dieu,encestempsqui sont lesderniers,nousaparlé parun Fils,qu’il aétabli héritierde toutes choses,par qui aussi il a faitlesmondes » (Épître aux Hébreux 1,1-2). « Resplendissementde sagloire,effigiede sasubstance,lui qui soutientl’universparsa parole puissante,ayantaccompli lapurificationdespéchés,s’estassisàladroite de laMajesté dans les hauteurs,devenud’autantplussupérieuraux angesque le nomqu’il areçuenhéritage est incomparable au leur» (Épître aux Hébreux 1,3-4). « C’estpourquoi Dieul’asouverainement élevé etlui aconféré le nomqui estau-dessusde tout nom,afinqu’aunom de Jésus toutgenoufléchissedanslescieux,surlaterre et sousla terre,etque toute langue proclame que le Seigneurc’estJésusChrist,àlagloire de Dieule Père » (Épître aux PHILIPPIENS2,9-11). « Car Dieua tant aimé le monde,qu’il adonné sonFils,l’Unique-engendré,afinque quiconque croit enlui ne se perde pasmaisait la vie éternelle » (Jean3,16). Jésus-ChristdanslessaintesÉcrituresestélevéau-dessusdescréaturesangéliquesethumaines.Il surpasse lesprophètes,lesprêtres, lesrois etlessages de l’AncienTestament(Mathieu12,41 ; Luc 11,31Mathieu 17,3). Tout baptisé instruitparle NouveauTestament confesse que Jésus-ChristestSeigneuretDieufait homme. Cette parole de foi dubaptisé inspiré parl’EspritSaintestune doxologie,une parolede glorificationetde louange qui peutse convertirenunenseignementsurl’identité de Jésus-Christ unique ettotale révélationde Dieu etpromoteurdusalutde l’humanité dans sonunionàl’humanité, dans sa vie de témoignage auPère dansl’Espritetdansson mystère pascal. Jésus-ChristestDieuse présentantenunhomme pourdévoilersonmystère (Éphésiens1,9-10). En lui, le Dieuinvisible etinaccessibledestraditionsreligieusesde l’humanitése révèle gratuitement(DEI VERBUM VI,2116 ). Jésus-Christestle porte-parole parexcellence duPère.Il estenvoyé àtoute l’humanitépourparleret agir au nomde Dieu.Salettre de créance estsa divinité contenue dansleslimitesd’unhomme du premiersiècle de l’ère chrétienne. Jésus-Christestl’ultime dévoilementduPère dansl’EspritSaint(Épître aux Hébreux1,1-2). Jésus–Christdansla doxologie estaussi reconnudanssaréalité divine comme le premieretle dernier, le commencementetlafin.L’uniqueengendré duPère qui aœuvré pourle salutde l’humanité estainsi reconnudansla doxologie comme l’égal de Dieuparticipantparsonêtre d’unique engendré duPère au mystère absolu de Dieu. 16 « Dans les Saints livres, le Père qui aux cieux vient avec tendresse au-devant der ses fils et entre en conversation avec eux »
  8. 8. 8 L’engendrement de l’unique comme Verbe de Dieu estune confessionde foi inspirée parl’Esprit Saint. Le Verbe de Dieuestl’unique engendré duPère selonl’Écriture,lespratiquesliturgiquesetla réflexionthéologiquede l’Église. Cette confessionde foi pose desdifficultéssémantiques,exégétiquesetanthropologiquesdansle contexte de lapluralité religieuse de notre XXIème siècle. Jésus –ChristestDieuparce qu’il estl’engendréunique duPère oule Verbe de Dieu oul’expression parfaite de celui qui està l’origine de toute réalité. Une relationd’amourliele Père éternelavecle Verbe qui estl’uniqueengendré duPère (Jean1,18). L’unique engendréestl’uniqueaimé tirantson être d’unique engendré duPère qui estsonorigine.Il reçoitsonêtre divindu Père.A l’égal duPère, l’unique engendré entretientune relationde communion,d’échange etde dialoguemarquée parla mutualité, l’égalité, laréciprocité etle dontotal de soi. L’unique engendré,le Verbede Dieu devienthomme pourcommuniqueraux hommeslanouvellenaissance d’en-haut,le salutetla réconciliationavecle Père entantque plénitudede laprésence divine.De nature divine,le Verbe devienthomme pourrendre participantsde lanature divine ceuxqui croientenlui (Épître aux Galates6, 15, Jean20,22 ; Deuxième Épître de Pierre1,4). Le Verbe de Dieuestlasource d’une nouvelle naissance qui faitparticiperàlanature divine. L’unique engendré le Verbe devenul’homme-Dieu estaussi le médiateurentre Dieuetlacréation. Il estcomme le « premierné de toute créature » etcomme « le premier-né d’entre lesmorts » (Colossiens1,13-18.22). Le Verbe incarné estainsi le vivantparexcellence qui enfinde parcours terrestre estaussi le vivantressuscitéqui conduitsesfrèresenhumanité àlaplénitudede lavie divine (Jean10,10). Le Verbe incarné estcelui qui communique lavie divineparlasingularité de son office de médiateurouvrantl’accèsàDieu(La lettre aux Hébreux 9).Enmourant dansun acte d’offrande,le Verbe incarné,l’homme-Dieuse donne auPère etaux hommes paramour. Jésus- Christestaussi le filsde l’homme glorifié parl’acte de trahisonetde livraison d’unde sesdisciples. Il est celui qui révèlejusqu’aubout l’amourde Dieuenpardonnantàsesbourreaux etenpriant pour sesdisciplesafinqu’ilssoientun (Jean17). Jésus-Christestcelui qui donne l’EspritSaintpourtransformerlescœurs humains en deslieux de présence trinitaire (Jérémie 31,31-34 ; Jean20,22). Ce langage de foi est-il pertinentdansunmonde marqué parla pluralité religieuse ? Jésus-Christdanslatraditionchrétienne estl’uniqueincomparablequi estcommuniqué àtous en dépitdesambiguïtéshistoriques. Il est l’unique qui metenrelationenétantàla foisducôté du mystère absolude Dieu etducôté de l’humanité comme Frère de tous. Jésus-Christdansle langage complexe etdiversifiéde laconfessionchrétienneestcelui qui fondela relationàDieu.
  9. 9. 9 En reconnaissantle caractère fragmentaire de laperceptiondumystère de Jésus-Christdansles traditionsecclésiales,une occasionestdonnée dansle cadre dupluralisme religieux àd’autres religions d’explorerdansleurscontextesce qui encethomme incomparable et étonnantinterpelle ou provoque laréceptionde sonmessage de révélationetde salut. En effet,l’uniqueengendré duPère estaussi le premierengendré de lamortdontle mystère est accessible àtous17 . Toute personne humaine ens’exposantàlaprédicationchrétienne peutparl’actionde l’EspritSaint rencontrerle premierengendré de lamort,vivantpourtoujoursdansle témoignage apostoliqueet ecclésial. Cependantlachristologie contemporaine ne peutse contenterdudogme christologiquetel qu’ilest énoncé dansl’Église pourl’usage ADINTRA descroyants. A l’heure de lapluralité religieuse,uneffortdoitêtre fait pour expliciterle mystèrede l’unique engendré duPère qui estaussi le premierengendréde lamort dans sesmanifestationsaucœurdes autresreligionsde l’humanité. L’explicitationADEXTRA du mystère de l’unique engendré duPère peutse faire àl’aide des catégoriesanthropologiquescomme l’identité,le dialogue,larencontre desreligions, les compréhensionsculturelle dutemps, lesenjeux éthiques, le sacrifice, etle rapportàla mort. Desthéologiensdupluralisme religieux s’efforcentaujourd’huide comprendre le mystère de Jésus- Christense référantàla manifestationvisibleetpublique duVerbedivindanslesautresreligionsde l’humanité.18 Poureux,le mystère de Jésus-Christdéborde le cadre conceptuel dulieud’incarnationduVerbe divinaupremiersiècle de l’ère chrétienne. Selonlesthéologiensdupluralismereligieux,ce mystère estaussi accessible de manière implicite dans lesexpériencesreligieusesd’autresairesgéographiquesetculturelle qui n’ontpasconnule Verbe divindanslaparticularité limitée ethistorique de samanifestationoriginelle dansle Judaïsme du premiersièclede l’ère chrétienne. Les saintesÉcrituresetladogmatique chrétiennen’épuisentpas lesrichessesde laréalité de ce grand mystère de lafoi au-delàdesfrontièresvisiblesde l’Église. En explorantladimensioncosmologique dumystèrede Jésus-Christsurl’arrière-plan desquêtes multiformesdusalutdansl’histoiredesreligions,ondécouvre que toute personnehumaine quelle que soitsa culture estun chercheur enquête dusensde la réalité ultime.Chaque chercheur emprunte unchemin religieux qui le conduitàexplorerdanssaculture le mystère absolude l’existence humaine. L’explorationdumystèreabsoluproduitdescheminsmultiplesetvariés sur 17 GAUDIUM ET SPES N° 22,5 18 RAIMUNDO PANIKKAR, Une CHRISTOPHANIE pour notre temps, Arles, Actes Sud, 2001,p. 11-47.
  10. 10. 10 fondde connaissancesfragmentaires,limitéesetrelativesautempsetà la culture. Mais,seul le christianisme affirmeque Jésus-Christestcelui qui apporte le salut eschatologique de façon définitiveetindépassable enétantl’uniquemédiateurentre Dieuetleshommes. Karl Rahner19 opère une distinctionentre lesvoiesdusalutetlavoie unique dusalutenJésus-Christ endistinguantles multiples figuresdusalutet lasagesse incarnée de Dieuinvitantlesmembresde l’humanité àdevenirfilsetfillesd’unmême Pèrequi se révèleàsesenfantsdispersésdansle monde afinde lesréunirensonFilsengendré avantle temps etenqui ilsontlavie éternelle etles promesses d’une nouvelle création. La confessionde foi duchristianismeaffirme que le mystère absolucaché qui estobjetde recherches de toutesreligions estrévélé enJésus-Christqui est« le Chemin,laVérité etlaVie (Jean 14,6 ; Épître aux Éphésiens3,9 ; Première Épître à Timothée 3,6). Quiconque empruntele Cheminqu’estJésus-Christs’unitauVerbe divinincarné etdevient semblable àlui qui estle lienqui unitune multitudede frères aumystère absolude l’existence humaine.Une fraternité àl’échelleducosmosne peutêtre qu’undonduPère,duFilsetde l’Esprit Saint. Ce don se manifeste dansle mystèrede Jésus-Christ,le Filsde Dieuqui areçule nomqui est au- dessusde toutnomet qui invite toutmembre de l’humanitéàaccueillirle donmerveilleuxde la filiationdivine,parce qu’il estl’homme-Dieuqui révèle dansleslimitesd’unhomme dupremier siècle de l’ère chrétienne lagrandeurd’unDieud’amourqui s’anéantitenlui pourunirlesmembres de l’humanité entre euxetleslibérerde toutce qui empêche lesêtreshumainsd’aimer. 3. La réalité présente de Jésus-Christdansun XXIème siècle dominé par la situationde la pluralité religieuse etl’émergence d’une christologie narrative Quelle estlaréalité présentede Jésus-Christdansle contexte de lapluralité religieuse etde l’émergence d’une christologienarrative? La christologieclassique présenteJésus-Christ,l’homme-Dieucomme l’unique sauveurdumonde. L’œuvre rédemptricede Jésus-Christs’estopérée une foispourtoutesaupremiersièclede l’ère chrétienne enunseul individuincomparable etéminent qui surpasse touslesmédiateursdusalut,rois, prêtres,prophètes etsages.20 Le Dieurévélé parJésus-ChristestunDieuPère,originede toutce qui existe (Jean14,28). Le Filséternel devenuhomme enJésus-Christestl’expressionparfaite de sonêtre etle frère de tousles membresde l’humanité passée,présenteetàvenir (Luc10, 22). 19 Karl Rahner, Traité fondamental de la foi. Introduction au concept du christianisme, Paris,Centurion,1983,p. 358-359. 20 STANLEY SARMATHA, Un Christ, plusieurs religions, New York, ORBIS Book, 1991.
  11. 11. 11 L’homme-Dieucrucifiéetexaltéestlarévélationdumystère de Dieu.Il estl’uniquechemindusaluten vertude sa résurrectionqui ouvre lavoie àla parole ultime de Dieuàl’humanité entière. Dans la chaircrucifiée etexaltée duVerbe incarné,Dieuse révèle entièrementetrendparticipantsde sa divinité touslesêtreshumainsqui parviennentdansl’EspritSaintàla confessionchrétienne21 . La confessionchrétienne de l’unicité de Jésus-Christne s’oppose pasàl’universalité du desseinde salut de Dieu. Dieua parlé de façon définitiveàtraversle Verbe incarné crucifié etexalté. L’EspritSaintpoursuitl’œuvre d’approfondissement etd’explicitation de la révélation plénièreen Jésus-Christ enfaisantreconnaître lessemencesduVerbe enfouiesdanslescœurséprisde vérité,de justice etd’amour. L’EspritSaintconduitde manière mystérieuse etdiscrète leshommesayantune conscience droite àlaconfessionchrétienne. En reconnaissantlessemencesduVerbe danstoutesmanièresde vivre qui incarnent l’amour, lajustice et le respectde ladignité humaine, lesdisciplesde Jésus-Christentrentendialogue etpartagentle don de Dieurévélé encelui qui estle frère de tousaveclesdestinataires de cette Parole révélatrice,ultime et définitive duPère. Cette Parole révélatrice,ultimeetirrévocablementdéfinitiveestcellequi invite gracieusementàdevenir desenfantsdu Dieuunique ettrine danslasingularité etlaparticularité dessituationsculturelles, religieusesetexistentielles. Le Verbe incarné,l’homme-Dieu,Jésus-Christ,participantàl’unicitéduDieurévélé,Père,FilsetEsprit Saintestl’incomparable,le singulier,l’excellent,l’éminentqui communiqueàl’humanité l’amourde Dieuqui estle propre despersonnesdivinesde la Sainte Trinité. Les personnesdivinesdansleursrelationsintra-trinitairesse donnentl’uneàl’autre sansrepli sursoi dans une réciprocité qui engendre lagratuité démesuréede l’amourqui estdon,communion et échange infini. C’estcetamourdivinque Jésus-Christincarne dansune vie humainecomplètement consacrée au Père etdonnée aux hommesenministèresde guérison,de libérationetde transformation de l’humanité. Le Verbe incarné amanifesté de façonexcellente une capacité extraordinaire de compassionactive en se rendantproche de l’humanitésouffrante etblesséeaupointde s’exposeràlaviolence qui le défigure,le crucifie etle transfigure danslamanifestationde sonamourpoursesfrèresenhumanité dans lamort et dansla résurrection. Le Verbe incarné parsonexistence poursesfrèresenhumanité estle grainde blé tombé enterre qui meurtpour qu’il yaitbeaucoupd’épis (Jean12,24). 21 DEI VERBUM N° 2.
  12. 12. 12 En donnantsa vie pourune multitude de frères,le Verbe incarné révèlel’amourde Dieu pour l’humanité souffranteetblessée enoffrantune foispourtoutes parsa mort et sa résurrection l’espérance d’unmonderéconcilié,fraternel,juste oùsontpossiblesl’harmonie sociale etlarévérence de la création duDieuPère,FilsetEspritSaint. Cette christologied’enhaut qui estlachristologie communede l’Église estfondée surlaconfessionde foi à partir de laprédicationprimitive descommunautéschrétiennes dontlestracesse trouventdansle NouveauTestament etdans ladogmatique ecclésiastique. L’introduction au christianisme de JosephRatzingeren1968, le Catéchismedel’Église Catholique en 1994 et DOMINUSJESUS du5 septembre 2000 reprennent ànouveaux frais lesthématiquesde la christologie d’enhaut. En affirmantque Jésus-Christestvrai Dieuetvrai homme,lachristologied’en-haut,celleduVerbe divin devenupleinementhomme duprologue de l’évangéliste Jean,metl’accentsurladivinité etle caractère unique de l’envoyé duPère qui auterme de sonpassage de la mortà la vie rendpossible laréception de l’Espritpourcontinuerl’approfondissement de l’auto-communicationde Dieuensapersonne. Mais un grand mystère comme celui dumystère de Jésus-Christne peutêtre exploré etformulé exclusivementpar lachristologie d’enhaut du prologue de l’évangéliste Jeanoulesépîtresde la captivité de saintPaul. La christologiepeutetdoits’élaborer àtraverslesautresvoix duNouveauTestamentetlesdiverses quêtesduJésushistorique. Les autresvoix duNouveau TestamentprésententJésus-Christ comme une figure historique en solidarité avecl’humanité. 22 La christologied’en-basestplussensible àcetaspecthumain du mystère de Jésus-Christ. Jésus-Christestalorsperçucomme unhomme du premiersièclede l’ère chrétienne,semblable àses contemporainsentouteschoses,excepté le péché (Épître aux Hébreux4,15). Jésus-Christ futéduqué comme unJuif pieuxetil participade façonactive aumouvementde réinterprétation etd’actualisation duJudaïsme du SecondTemple. PrédicateuritinérantduRoyaume de Dieu,il fitune profondeimpressionsursescontemporainsparses pouvoirssurlesespritsmauvais,lamaladie etlanature. Par son enseignement,Jésus-Christétaitlaparabole duRoyaume de Dieu. L’enseignement de Jésus-Christéloignéduritualisme, dulégalisme etde l’interprétationde l’Écriture du Judaïsme contemporain desPharisiens, desScribesetdes Sadducéenssuscital’envie etlajalousie de ceux-ci. 22 GAUDIUM ET SPES, n°22
  13. 13. 13 Personnage controversédontl’autorité ne s’aligne suraucune institutionduJudaïsme conventionnel, Jésusfutdénoncé aux autoritésRomainescomme une menace àl’ordre public. Il futjugé,condamné, torturé et crucifié.Maiscethomme condamné àune mortinfâme devintdanslaprédication des communautéschrétiennes,l’ointde Dieu,celuidontlarésurrectiond’entre lesmorts,valide etconfirme son rôle unique dansl’histoiredumonde comme le Sauveuretl’uniqueengendré duDieudu monothéismechrétien. Dans la christologied’enbas, Jésus-Christestévalué parsesdisciplescomme unhomme compatissant, entièrementdévoué aubien-êtrede ceux qui souffrent.Il estle beauetbonpasteur qui estau service despauvres etdesmarginalisés.Il estle sage dontlaparole etlesparabolesduRoyaume de Dieu suscitent l’espérance d’unmonde meilleur,fraterneletjuste. La christologied’enbasmetenévidence, Jésus-Christqui, dansle message de foi duNouveau Testament n’estqu’amourde Dieuetduprochain. Jésus-Christ estl’Emmanuel,Dieuavecleshommes et pourleshommes. Il estl’homme pourDieuetl’homme pourlesautres. L’Espritde Dieurepose surJésus-Christqui ne faitqu’unavecle Père dontil estle Fils.L’EspritSaint présentetagissantdepuislacréationetassistantrois,prêtres,prophètesetsages dansleurmission est enplénitude surl’hommeJésus comme laprésence de Dieu unie de manière absolue àsonhumanité. Cette présence de l’EspritSaint enJésus-Christdanslachristologied’enbasfait de lui le modèlede l’homme orientéversle biencommunetle souci duprochain.Eneffet,l’EspritSaintuni de manière absolue àl’humanité de Jésus-Christ,l’inspire,le guide,l’encourage,le console etl’ouvre àl’avenirdu Royaume qu’il proclame danssesparolesetactes. La foi encethomme sur qui repose enplénitude l’EspritSaint donne accèsauDieuincarné dontla sollicitude faitadvenirle meilleur dansunmonde marqué parla souffrance dontleshommess’infligent lesunsaux autres.C’est à ce titre qu’il estFilsde Dieu qui rendDieuproche et trace l’avenirabsolude l’humanité aucœurde la création rachetée. Dans le XXIème siècle marqué parlesthèsespluralistesenthéologieetle dialogueinterreligieux,la christologie d’enbas peutconcilierl’affirmationde lapleinehumanitéde Jésus-Christavecce qui est vrai et saintdans lesautresreligions23 . En effet,le défi dupluralismereligieuxoblige àrepenserle mystère de Jésus-Christentenant compte desautresfiguresreligieusesde l’humanité qui ontmarqué desairesgéographiquesetculturelles par leurattention àl’œuvre de l’EspritSainteneux.Cesfiguresreligieuses dontla mémoire estencore vivante danslesrites,lespratiquessocialesetlescomportementséthiquesde leursadeptespeuvent entrerendialogue avecle Jésusde lachristologied’enbaspleinementhumainetdocile àl’EspritSaint. En tenantcompte desautresfiguresreligieusesde l’humanité,l’Église pourraitreformulerle mystère de Jésus-Christde manière àintégrerdanssadoctrine lesenjeux de lapluralitédestraditionsreligieuses. 23 NOSTRA AETATE du ConcileVatican II affirmeque l’Églisene rejette ce qui est vrai et saintdans les autres religions.
  14. 14. 14 L’émergence d’unechristologienarrative metenvaleurle liende Jésusavecl’Église.Jésusn’estconnu que par le témoignage de foi de l’Église. Dans la christologienarrative, l’Église raconte lavie de Jésuspourannoncerlanouvelle créationet l’espérance suscitéeparsonmystère pascal. La christologienarrative duNouveauTestament raconte Jésuscomme unhomme étonnantet incomparable enqui le dondusalutestoffertà l’humanité. La christologie narrativeestle récitsurJésusentantque cet homme étonnantet incomparable opère une transformationenses disciplesdéfaillantsqui fontl’expérience d’être pardonnésparle crucifié ressuscité etvivant de l’évangile24 . Les témoinsde l’évangile sontceux qui ontreçule dondu salutà traversleurtransformationintérieure envivantlesévénementsliésàlavie publiquede Jésus. Adhérantau Jésus terrestre,lesdisciplespardonnés duNouveauTestament sontdestémoins qui ont faitl’expérience dusalut.A traversleursrelationsàJésus,ilsontassisté àl’engendrementde lanouvelle humanité de Jésus,ressuscité d’entre lesmorts,donnantl’Espritpourlarémissiondespéchés(Jean 20,23). Ainsi l’Églisetémoignede lanouvelle humanité d’unhommecruetprêché malgré lesdoutescomme l’unique hommesauvé de lamortpar l’Esprit vivifiantduPère. Le Père rendtémoignage àsonunique engendré parlesvoix humainesdesdisciplespardonnés qui proclamentlanouveauté radicale de l’humanité souffranteet glorieuse de Jésus. L’humanité souffranteetglorieuse de Jésus-Christestdésormaisprésente dansl’Eucharistie oùles membresrégénérésde l’humanitéparticipentàlavie Trinitaire endevenantle Corpsde celui qui s’offre pour le salutde tous. Pourla christologie narrative, Jésus-Christestl’unique engendréduPère qui devientunhomme pourle salutde l’humanité.Sapassionpourl’humanité le conduitàlamort infâme de lacroix.Sauvé de la mort par l’EspritvivifiantduPère,l’humanitésouffrante etglorieuse de Jésus-Christestprésente dans l’Eucharistie pourlesmembresrégénérésde l’humanitéqui poursuiventsonœuvre grâce audon de l’EspritduPère etdu Fils. Conclusion: 24 Étienne TROCMÉ, Jésus de Nazareth vu par les témoins de sa vie, Neuchâtel, 1972.
  15. 15. 15 La christologieprésupposelafoi enJésus-Christ.Elleestliéeàune expérience de relationavecJésus.La christologie s’élabore àtraversl’étude etlaméditationde l’Écriture qui relatel’expérience de ceux qui ont cru enJésus-Christ.Lavisée desÉcrituresestde susciterlafoi enJésus-Christ. Jésus-Christestle Verbe incarné,l’uniqueengendré qui fonde larelationde l’humanité àDieu. Il estle sauveurde l’humanité etlarévélationplénière de Dieu. En s’unissantàla chair de l’humanité,le Verbede Dieudonne l’EspritduPère etduFilsqui estle liende communionqui donne une connaissanceimmédiate de Dieuaux cœursqui confessentJésus-Christ, comme l’envoyé duPère qui réunitlesmembresde l’humanitéenfrèresetenenfantsde Dieu. L’incarnationduVerbe divin aune portée universelle.Touthomme peutparticiperpargrâce à la gloire de l’homme-Dieurévéléedansle mystère de savie cachée couronnée parle mystère de savie publique rayonnanten mystère pascal avecl’espérance de sonretourglorieux pourétablirle règne de Dieu. Le grand mystère de DieudévoiléparJésus-Christestarticulé enchristologiesd’enhautet en christologie d’enbas. La christologied’enhauts’appuiesurl’Écriture etsurl’enseignementdogmatique de l’Église eninsistant sur l’unicité de Jésus-Christetle caractère définitif de sarévélationde Dieu. Jésus-Christyestévalué comme le médiateurunique etuniversel dusalutde toute l’humanité. La christologie d’enbasprendencompte lesquêtesduJésushistoriqueetreconstruitle caractère humainde sa personne etsasolidarité avecl’humanitésouffrante etblessée eninsistantsurle rôle de l’EspritSaintdanssa vie cachée,publiqueetpascale. Par la christologie d’enbas,Jésusestle modèle parexcellence de l’existence humaine parsa compassionetsa passionpourle Royaume de Dieu.Enlui Dieuse révèle comme celuiqui sauve l’humanité de l’idolâtrie, de l’injustice, de l’enfermementsursoi etde laviolence. C’estencombinantlesdeux méthodesde christologie25 que laréalité présente dumystère de Jésus- Christpeutéviterlestendancesaumonophysisme,àl’adoptianisme,audocétismeetàl’ébionisme. La troisièmequête duJésushistorique peutélaborerune christologie narrativequi vaau-delàde la christologie d’enhautetde la christologie d’enbasenprivilégiantle témoignage desdisciplesdéfaillants de la vie terrestre de leurmaître humilié qui de manière inattendue fontl’expérience dupardonpar celui qui estvivifié parl’EspritSaintetqui expliquedansl’Écriture ce qui le concerne etreste présent dans lafractiondu pain pour laformationde sonCorps dansl’histoire humaine. La réalité présente dumystèrede Jésus-Christdansle contexte de lapluralité religieuse etde l’émergence d’une christologienarrative estcelle de l’uniqueengendré de Dieuqui metenrelationune multitude de frèresavecle mystèreabsolude l’existence humaine. 25 Karl RAHNER, Les fondements du pluralisme religieux, 1974.
  16. 16. 16

×