France(s), territoire liquide 09/13

1 212 vues

Publié le

Publié dans : Art & Photos
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 212
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
69
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

France(s), territoire liquide 09/13

  1. 1. Une nouvelle mission photographique sur le territoire français France(s) Territoire liquide Septembre 2013
  2. 2. A Jérôme Brézillon 2
  3. 3. France(s), territoire liquide est un projet collectif réunissant environ 40 photographes dans le but de poursuivre ensemble une recherche photographique sur le nouveau paysage français. 3
  4. 4. Les origines du projet Trois grandes missions ont marqué l’histoire de la photographie de paysage : la mission héliographique (1852), la mission américaine de la Farm Security Administration (1935) et la DATAR (1985). Ces trois projets ont, par leur ampleur et leur qualité, mis en mouvement le monde de la photographie et donné naissance à une nouvelle génération de photographes. Fin 2010, quatre photographes ont fait le constat que le projet DATAR de photographier le territoire français n’avait donné lieu qu’à une seule édition. C’est donc dans cette lignée et avec la perspective d’élaborer une culture collective et subjective du paysage pour mieux comprendre ses enjeux et ses transformations que cette nouvelle mission est née. 4
  5. 5. L’envie de partager une vision Le premier défi a donc été de créer un groupe, constitué de photographes ayant déjà une pratique sur le paysage français. Au fur et à mesure, chacun a choisi son territoire, son mode d’exploration, sa technique photographique propre. Pour apporter une cohérence au groupe, un directeur artistique a été invité : Paul Wombell, Directeur de la Photographers’s Gallery pendant 12 ans à Londres et Commissaire d’Exposition dans de nombreux Festival photo. Les rencontres sont régulières entre les photographes et Paul Wombell. Elles assurent une vie de groupe au sein duquel les photographes peuvent échanger et parler du projet. 5
  6. 6. Un laboratoire photographique singulier France(s), Territoire liquide lance le défi de déplacer les enjeux habituels de la photographie et de proposer une expérience nouvelle de la notion de paysage. France(s), Territoire liquide invite la photographie à explorer de nouvelles voies dans ce travail collectif, à dépasser la simple posture de représentation du réel pour apporter un regard artistique original et exigeant sur le monde. La mission a pour but de bâtir une vision inédite du paysage français en rendant compte de la mouvance de ses frontières réelles et virtuelles. 6
  7. 7. Trois années en France(s)… Les membres de la mission ont pris la décision de se donner le temps de produire des images sur la durée pour respecter les contraintes liées aux saisons et à la maturation de chaque projet. Rarement un travail artistique n’a pu être mené ainsi sur le long terme, accompagné par un curateur dirigeant artistiquement le groupe pour produire un travail collectif. 7
  8. 8. Un luxe fondateur : la liberté Les photographes se sont affranchis de toutes contraintes en produisant leurs images à compte d’auteur. Ils s’offrent la liberté de ne laisser la place qu’à une expression personnelle et une vision indépendante du territoire français et l’occasion rare de placer la création artistique comme seule valeur fondamentale. 8
  9. 9. Un panorama des pratiques photographiques De quatre photographes fondateurs : Jérôme Brezillon, Frédéric Delangle, Cédric Delsaux et Patrick Messina, France(s) Territoire Liquide réunit aujourd’hui une quarantaine de photographes à l’âge, à la notoriété, aux pratiques et aux sensibilités aussi variées que possible pour représenter les différents courants qui animent la photographie contemporaine. 9
  10. 10. 10
  11. 11. Guillaume AMAT Brigitte BAUER Emannuelle BLANC Guillaume BONNEL Aglaé BORY Michel BOUSQUET Jérôme BREZILLON Elina BROTHERUS Thibault BRUNET Julien CHAPSAL Jean-Philippe CARRE Florence CHEVALLIER Gilles COULON Raphaël DALLAPORTA Geoffroy DE BOISMENU Yann DEFAREINS François DELADERRIERE Léo DELAFONTAINE Frédéric DELANGLE Floriane DELASSEE Cédric DELSAUX Bertrand DESPREZ FAVRET/MANEZ Olivia FROUDKINE Marion GAMBIN Olivia GAY Sophie HATIER Claudia IMBERT Fred JOURDA Julien MAGRE Guillaume MARTIAL Geoffroy MATHIEU Patrick MESSINA Albin MILLOT Olivier NORD Antoine PICARD Joffrey PLEIGNET Bernard PLOSSU Aude SIRVAIN Marie SOMMER Bertrand STOFLETH Ambroise TEZENAS Patrick TOURNEBOEUF Laure VASCONI Emilie VIALET Beatrix VON CONTA Cyril WEINER Pierre WITT Les photographes cités sont tous impliqués dans les projet. Leur participation défintive sera validée par Paul Wombell au regard des travaux réalisés. Cette liste est donc sujette à modifications. 11
  12. 12. 12
  13. 13. 13
  14. 14. 14
  15. 15. 15
  16. 16. 16
  17. 17. 17
  18. 18. 18
  19. 19. 19
  20. 20. 20
  21. 21. 21
  22. 22. Paul Wombell, un coordinateur artistique expérimenté Il vit et travaille à Londres où il a occupé le poste de Directeur de la Photographer’s Gallery pendant douze ans. Son implication dans le monde de la photographie est vaste. Il conseille des galeries internationales, agit comme commissaire d’exposition pour Photo Espana à Madrid depuis 2007 et pour le Fotografia Festival Internazionale di Roma depuis 2010. Il contribue régulièrement à de grandes revues photographiques et a dirigé six ouvrages sur la photographie. Il est le commissaire d'exposition d'honneur du mois de la photo à Montréal en 2013. Fort de son expérience, il apporte au projet la garantie d’un professionnel reconnu et la force du regard d’une personne étrangère sur le sujet France. Il a donné sa direction à la mission. Il sélectionne les projets, revoit individuellement la teneur de chaque note d’intention et accompagne les photographes dans leurs recherches. Paul Wombell s’intéresse particulièrement à une photographie qui expérimente une nouvelle pratique, capable de se remettre en question. Sa quête est également dans le lien entre les travaux individuels et la construction du puzzle qui donnera sa cohérence au travail collectif. 22
  23. 23. France(s) territoire liquide par Paul Wombell Jusqu’au milieu du XXe siècle, notre vieille civilisation avait assimilé une forme de fixité, voire de permanence de la notion de territoire. Aujourd’hui, la solidité de la nation, la sécurité de l’individu, la pérennité des institutions assurées par les frontières des pays sont remises en cause par la mondialisation et la crise planétaire. Les transports, les télécommunications, la libre circulation des biens et des personnes, les changements climatiques, l’urbanisation, l’agriculture transforment aussi la notion de territoire. La photographie a toujours été en France un témoin majeur des évolutions du paysage. C’est au travers de regards multiples qu’elle traduit le mieux ses mutations. La France n’est donc pas cette nation figée mais un concept revisité par chaque photographe qui expose sa propre conception de la territorialité, entre la ville et la campagne, la fiction et la réalité,… Parallèlement, l’expression de groupe partageant des valeurs communes émerge et donne du sens à chaque individualité en se faisant le porte-voix de chacun. La France n’est pas unique ni lisse mais multiple; sa définition est à géométrie variable. Nous tentons donc de répondre à la question « Que désigne le mot France ? » 23
  24. 24. Nos soutiens Parrain d’honneur, Robert Delpire Marraine et soutien actif, Anne Biroleau Lemagny Conservateur en Chef au département des Estampes et de la Photographie (BNF) Partenariat avec la DATAR dans le cadre de leur cinquantenaire Sous le haut patronage du Ministère de la Culture et de la Communication 24
  25. 25. 2014 : pour le lancement, une grande exposition et un livre Une exposition des travaux Une grande exposition nationale regroupera les travaux de tous les photographes, ce qui représentera un ensemble de 300 à 500 images, le lieu sera révélé officiellement à l’automne. Un livre aux éditions du Seuil, dans la collection Fiction & Cie, créée par Denis Roche et dirigée par Bernard Comment, accompagnera l’exposition, permettant ainsi de montrer avec une plus grande exhaustivité les travaux réalisés et de laisser une trace de la mission. Avant ce lancement, aucune photographie ne sera montrée au grand public et aux professionnels (en dehors des personnes contactées pour participer à l’aventure et du dossier de presse). 25
  26. 26. Et aussi : un film et une tournée Une série de portraits courts des photographes et un documentaire de 52’, réalisés par Sylvain Martin, permettront de revivre hors champ cette expérience inédite et rendront compte du travail des photographes sur le terrain. Une exposition itinérante et des expositions régionales iront à la rencontre des territoires afin de favoriser un partage et une réappropriation des paysages par tous les publics. Projections des images, reportages sur les photographes, exposition donneront à voir un travail ambitieux et d’excellence. A l’instar de la mission de la DATAR, il est fondamental que les œuvres réalisées rencontrent le public le plus large possible. 26
  27. 27. Un projet à fortes valeurs éducatives Son sujet, le panorama des photographes qui y participent, la banque de données photos qu’il constitue, sa durée, font de France(s), Territoire liquide un matériau de travail idéal pour les étudiants. Le projet peut amener des étudiants à comprendre l’impact qu’un travail artistique peut avoir sur la vie des gens. Il pourra également intégrer au cours de son évolution des étudiants impliqués dans la communication, la création d’un site web ou encore le questionnement sur l’homme et le paysage. Partenariat en cours avec Les Gobelins, Ecole de l’Image. Pour les générations futures, il s’agit aussi de proposer une trace du paysage français dans les années 2000 et un historique de la pratique photographique qui servira de base de données aux chercheurs. C’est également un passage de relai pour les futurs photographes animés par une exploration du paysage. 27
  28. 28. Presse et communication autour du projet • Le BAL Le BAL organise une série de 3 rencontres avec FTL en regard de son programme d’exposition 2013/2014. Chaque rencontre mettra en avant 3 photographes de la mission. La première rencontre aura lieu le 16 octobre 2013 autour de l’exposition Marc Cohen. • Fondation Henri Cartier Bresson Un colloque se tiendra fin septembre à la Fondation Henri Cartier Bresson avec 3 photographes de la mission. Ce colloque sera animé par Natacha Wolinski le 26 sept 2013. • Images Magazine Une interview de Patrick Messina et Frédéric Delangle sur FTL paraitra dans Images Magazine à l’automne. • The Eyes The Eyes, nouvelle revue photo bi-média et d’inspiration européenne dont le n 1 paraitra en octobre, consacrera 6 pages à Paul Wombell et FTL. • La Voix du Nord sera partenaire lors des Transphotographiques et l’exposition au Tri Postal 28
  29. 29. Ouvrages autour du projet • La Mission Photographique de la Datar – juillet 2013 Un ouvrage de Raphaële Bertho sur l’histoire la mission photographique de la Datar, ouvrant sur les nouveaux enjeux de la représentation du paysage français. « Territoire vécu, territoire affectif, territoire des flux, territoire artificiel : intimes ou partagés, ancrés dans leur propre temporalité, les territoires du monde contemporain s’enchevêtrent et se superposent dans une perception qui se veut avant tout sensible. Dégagée de son carcan documentaire, la photographie assume ici sa dimension fictionnelle pour devenir le lieu d’une véritable mise en récit poétique. Devenus fluides, argentiques ou numériques, constitués aussi bien de chimie, de pixels ou de pigments, réalisés au téléphone portable comme à la chambre photographique, les clichés du projet France(s) Territoire liquide offrent une vision kaléidoscopique d’un espace contemporain soumis au prisme de l’imaginaire." • Ouvrage Scientifique – automne 2013 • En complément d’un ouvrage grand public sur la Mission photographique, la DATAR travaille sur la réalisation d’une revue scientifique. Celle-ci porte sur l’influence de la Mission photographique dans les différents champs des sciences sociales (géographie, paysagisme, anthropologie, sociologie, histoire de l'art, droit, etc.) ainsi que sur les usages et/ou potentiels de la photographie pour saisir, comprendre, représenter ou transformer les territoires. • Avec un article de Paul Wombell, sur les enjeux d’une mission photographique en auto-commande et la mise en réseau des auteurs autour d’un projet commun de représentation du nouveau paysage français. 29
  30. 30. Une association Loi de 1901 Constituée en association Loi 1901 depuis 2011 sous le nom de code WAF (We Are French), France(s), Territoire liquide est habilité à recevoir des dons et des subventions. 30
  31. 31. Contacts Photographes fondateurs Frédéric Delangle frederic.delangle@free.fr +33 (0) 6 14 41 21 61 Cédric Delsaux cedricdelsaux@yahoo.fr +33 (0) 6 62 88 72 63 Patrick Messina patrickmessina@me.com+33 (0) 6 30 99 18 84 Vidéaste Sylvain Martin martinsylvainperso@gmail.com +33 (0) 6 67 06 40 25 Relation avec les photographes et coordination Elise Legris-Heinrich elise.legrisheinrich@gmail.com +33 (0) 6 81 99 49 96 Laura Bonnefous laura.bonnefous@gmail.com +33 (0) 6 77 09 76 67 Communication & Partenariats Nathalie Lacroix lacroix_nathalie@orange.fr +33 (0) 6 85 81 67 33 Sabrina Ponti sabrina.ponti@free.fr +33 (0) 6 18 04 34 00 Relations lieux d’exposition et organisation Delphine Charon dcharon@labelexpositions.com +33 (0)6 88 65 58 77 31
  32. 32. Annexes • Une petite histoire des missions photographiques • Le mot de Paul Wombell dans son intégralité en anglais 32
  33. 33. La Mission héliographique est une opération commandée en 1851 par la commission des monuments historiques français. En 1851, la photographie est en plein essor et la commission des monuments historiques, dirigée par Prosper Mérimée demande à des photographes de saisir sur plaques une série de monuments remarquables pour lesquels elle prévoit la rénovation, ou dont la rénovation a déjà commencé comme pour Carcassonne avec Viollet-le- Duc. Les photographes missionnés sont : Henri Le Secq, Gustave Le Gray, Auguste Mestral, Édouard Baldus et Hippolyte Bayard. 33
  34. 34. La Farm Security Administration (FSA) est un organisme américain créé par le Ministère de l‘Agriculture en 1937, chargé d'aider les fermiers les plus pauvres touchés par la Grande Dépression. C'est par sa section photographique, dirigée par Roy Stryker de 1935 à 1942, que la FSA marque l'Histoire : le projet consiste à faire un bilan objectif des conditions de vie et de travail des Américains ruraux. Roy Striker recrute des photographes, parmi lesquels on compte : Walker Evans, Dorothea Lange, Jack Delano, Harold Corsini, Sol Libsohn, Arnold Eagle, Russell Lee, Carl, Mydans, Gordon Parks, Sheldon Dick, Theodor Jung, Charlotte Brooks, Arthur Rothstein, Ben Shahn, John Vachon, Martha McMillan Roberts, Marion Post Wolcott, Marjory Collins, Richard Saunders, Edwin Rosskam, Louise Rosskam 34
  35. 35. La mission photographique de la DATAR (Délégation Interministérielle à l‘Aménagement du Territoire et à l‘Attractivité Régionale), est une commande publique passée au départ, en 1984, à douze photographes. L’objectif est de «représenter le paysage français des années 1980». Conçu comme un projet ponctuel d’une année, le projet a pris de l’ampleur et c’est au final vingt-huit photographes, français et étrangers, qui ont parcouru la France pour constituer un fonds de 2 000 images. Celles-ci, ainsi que les planches contacts d'environ 200 000 prises de vues, sont conservées à la Bibliothèque Nationale de France. Ce sont Bernard Latarjet et François Hers qui ont assuré la direction de la mission1. Les photographes : Dominique Auerbacher, Lewis Baltz, Gabriele Basilico, Bernard Birsinger, Alain Ceccaroli, Marc Deneyer, Raymond Depardon, Despatin & Gobeli, Robert Doisneau, Tom Drahos, Philippe Dufour, Gilbert Fastenaekens, Pierre de Fenöyl, Jean-Louis Garnell, Albert Giordan, Frank Gohlke, Yves Guillot, Werner Hannapel, François Hers, Joseph Koudelka, Suzanne Lafont, Christian Meynen, Christian Milovanoff, Vincent Monthiers, Richard Pare, Hervé Rabot, Sophie Ristelhueber, Holger Trülzsch. 35
  36. 36. Le mot de Paul Wombell : en VO et dans son intégralité « Landscapes are never static; they constantly change in response to the climate and human interventions. This changing landscape has recently been recognised as the beginning of a new geological age called Anthropogenic. This age is defined by human impact on the earth with the advent of agriculture, industrial production, electrical generation and mass transportation. We are now realising that every action taken by humans has consequences on the landscape and that this directly affects the human body. However since the 19th century there has been one human intervention that redefined the landscape more decisively, the segmentation of the earth’s surface into parcels of land to form nation states. With this came a territory defined by a dominant state organisation to form a uniform national landmass with its own sovereignty, language and culture. Even with territorial wars, famine and other conflicts and the constant struggle to keep national boundaries secure, today the world has over 200 recognised sovereign states, of which 34 have been formed since 1990. This might give the impression that a nation state is stable and adapting to the desires for independence. But other forces are at work to undermine the territorial integrity of the nation state, ones that might seem benign but are re-configuring the fixed boundaries of the nation in a fundamental way. These forces have been propagated by globalization. Telecommunications, multinational corporations, non-government organisations and international agreements on open markets are widely seen as eroding the economic and political power of nation states, potentially leading to their eventual disappearance. We now live in world where boundaries of the nation state both internal and external are fracturing. The territory of the nation is literally in a state of flux. This is creating uncharted world of conflicting jurisdictions, of unseen boundaries of communications and of changing landscapes due to human interventions. Where boundaries are defined more by electromagnetic waves than by walls or fences, or where decisions move from governments to boardrooms and where boundaries are not fixed but are fluid. This can be called liquid territories. No nation is immune from the implications of liquid territories. France is a nation defined and constructed by a centralised government that since the 18th century has formed the uniformed French identity. And photography has played a central role in defining this identity. Since the invention of photography French photographers have worked collectively on national missions. From 1851 with the Missions Héliographiques that included five photographers who photographed the historical monuments to the more recent Mission photographique de la DATAR of the mid-1980s that included 28 photographers. DATAR involved both French and international, recongnised and unknown photographers who created a photographic archive of French landscapes. One of the photographers involved with this mission was Raymond Depardon who was commissioned ten years ago to tour the country and produce a photographic portrait of the nation, the Mission France. This has been one of the characteristics of French culture that photography has a unique position in France that it can define the national landscape, and that these photographic surveys should be supported with government funds. This has placed photography in an important position within French life, firstly that the medium is central to forming the national identity, and secondly that it as a direct connection to the territory of France. Now nearly thirty years after DATAR, how would a new mission respond to the significant changes that have taken place within culture, politics and technology? With fall of the Berlin Wall and the enlargement of the European Union the borders of national states within the EU have become permeable with the free movement of citizens and goods. New developments in transportation such as high-speed trains and short-haul air flights have made travel easy and cheap. And developments within telecommunications have made receiving and sending information instantaneous, both within the nation state, but also globally. The World Wide Web, home computers and digital technologies have changed the nature of photography, both in the making of images and their distribution. These changes raise questions about how the French landscape has been transfigured, or where does the boundary of the nation starts and finish? And do these changes undermine what it means to a citizen of any nation? The subject matter of the mission is France, and all the photographers live in France, but do they all see themselves as French, and may be more importantly can photography represent these changes? 36
  37. 37. Le mot de Paul Wombell : en VO et dans son intégralité These are some of the themes raised by this new mission that was started in early 2011 by a small group of photographers and is now approaching fifty practising photographers. Original working under the title WAF: The Mission on the New French Landscape, this has changed and the project is now called Liquid Territories: The Mission on the New French Landscape. This mission was started independently at grass roots level without support from any government agency. This was a deliberate decision, so that the mission could develop without institutional direction or waiting for external approval. They have developed their ideas, travelled across France and used their own resources in the making of their work. This mission could not have happened without the personal commitment of each photographer. They have produced work that has tracked the uncharted boundaries within France. They have found a new kind of space that is neither real nor fiction but a space that is malleable. They have charted the contours of the landscape of liquid territories. In a simple way, they are asking what does it mean to be French at the beginning of the 21st century? What does France look like and how might photography represent the territory of the nation? But more importantly they are asking does France exist?” 37

×