Nouvelles logiques et nouveaux parcours d’achat du client connecté
par Régine Vanheems, Directrice de l’Observatoire du Cr...
smartphone, objets connectés), il est impératif d’être sur la même longueur d’onde et d’être en
phase avec eux. Le commerc...
centre commercial, centre ville). Vous ne vous en rendez peut être pas compte : faites une
petite introspection et cherche...
attentes. A force de passer des heures face à des écrans froids et sans âme, le client, lorsqu’il
quitte son écran, recher...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Publication FrenchWeb juin 2016 Nouvelles logiques et nouveaux parcours

27 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
27
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
12
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Publication FrenchWeb juin 2016 Nouvelles logiques et nouveaux parcours

  1. 1. Nouvelles logiques et nouveaux parcours d’achat du client connecté par Régine Vanheems, Directrice de l’Observatoire du Cross-Canal et Commerce Connecté. Publié dans FRENCHWEB | le 20 juin 2016 -------------------------------------------------------------------------------------------------------- Régine Van Heems est Directrice de l’Observatoire du Cross-Canal et Commerce Connecté. Elle est également professeur agrégé des Universités (Lyon 3, Sorbonne, ESCP – Europe). Elle est auteur d'articles et d'ouvrages dont Réussir sa stratégie cross et omni-canal, pour des marques et des entreprises connectées (paru en octobre 2015). Elle interviendra le 7 juillet au Forum du Cross-Canal d’Adobe. -------------------------------------------------------------------------------------------------------- "Nouvelles logiques et nouveaux parcours d’achat du client connecté" . Des comportements qui ont plus changé en 20 ans qu’en 20 siècles ! Les comportements de vos clients ont plus changé en 20 ans qu'en 20 siècles. Pourquoi ? Souvenez vous, avec l’arrivée d’Internet, on a dit que le commerce physique était mort ! Quelques années plus tard, en 2000, c’était la fin d’Internet qui était annoncée avec l’éclatement de la bulle Internet. Finalement les choses ne se sont pas exactement passées comme cela …Ni le magasin, ni Internet n’a disparu… l’un et l’autre ont continué à vivre l’un à côté de l’autre, puis progressivement l’un avec l’autre. Au début, la cohabitation fut très difficile, chacun accusant l’autre de lui prendre ses clients et d’être à l’origine d’une cannibalisation. Se percevant comme concurrent, les conflits entre les canaux étaient nombreux. Les vendeurs, par exemple, considéraient le site Internet de leur entreprise comme une véritable menace pour leur survie et les visites mystères que nous avons réalisées révèlent le piètre accueil qu’ils réservaient alors à un client venant de leur propre site Internet ! Aujourd’hui les relations au sein du couple magasin/Internet s’apaisent progressivement et chacun est en train de trouver sa place quant au nouveau rôle qu’il a à jouer dans la relation avec le client. Une stratégie incontournable ! Il ne s’agit naturellement plus aujourd’hui de remettre en cause un couple désormais incontournable dans la mesure où les marques et les enseignes doivent être présentes là où sont leurs clients ! Une étude de la Fevad indique que 78 % des consommateurs adoptent un comportement de recherche d’information en ligne avant d’effectuer un achat au sein d’un point de vente. Et puisque les individus pré-sélectionnent on-line les magasins dans lesquels ils vont se rendre off-line et les produits qu’ils vont y acheter, être absent de la sphère virtuelle …. c’est n’avoir aucune chance, pour une enseigne ou une marque, que la rencontre ait lieu au moment stratégique de la transaction. Par ailleurs, à partir du moment où les clients ont pris de nouvelles habitudes d’achat, mobilisant sphère physique et virtuelle au travers de multiples devices (ordinateur, tablette,
  2. 2. smartphone, objets connectés), il est impératif d’être sur la même longueur d’onde et d’être en phase avec eux. Le commerce ATAWADAC (Any Time, AnyWhere, Any Device, Any Content) est une réalité aujourd’hui et le client ubiquitaire souhaite faire ses achats partout et en tout lieu. Un sondage OpinionWay réalisé en avril 2016 pour la Paris Retail Week révèle une incrustation croissante des achats dans les moments de vie des consommateurs : 50% des français veulent pouvoir faire leurs achats à n’importe quel moment, en sortant tard du travail, ou bien le dimanche, ce qui se révèle particulièrement vrai chez les jeunes âgés de 18 à 24 ans (78%). La proposition de plusieurs canaux offre également des avantages incontestables. Elle multiplie les occasions de rencontre avec les clients, crée avec eux une proximité relationnelle inédite tout en leur donnant la possibilité de se procurer les produits et les services de la manière la plus pratique, facile ou plaisante possible. Elle est également et sera dans les années à venir une formidable source d’innovation en matière de services pour les marques et les enseignes. Un couple à réinventer ! S’il ne s’agit pas de remettre en cause le couple physique/virtuel, il s’agit de le réinventer pour créer de la valeur et de la satisfaction client. Aujourd’hui, en raison de la banalisation de cette stratégie, ce n’est plus le fait de proposer plusieurs canaux, mais la qualité de la cohabitation entre les canaux qui est une source d’avantage concurrentiel. Les entreprises doivent réfléchir à la manière dont leurs différents canaux de dialogue, d’échange et de commerce peuvent travailler ensemble pour proposer à leurs clients une expérience de qualité, plaisante, sans « grain de sable » et qui réponde à leur nouvelle logique d’achat. Il convient donc de trouver la place et le rôle de chaque partenaire au sein du couple physique/virtuel et comme tout nouveau couple, cela suppose des réajustements, des apprentissages, des essais et des erreurs et surtout une compréhension de l’autre. Les canaux ne sont pas interchangeables, aux yeux des clients : se connecter à un site Internet ou une application mobile, appeler son conseiller par téléphone ou se rendre au sein d’un point de vente sont des actions résolument différentes chez un client qui est en attente de réponses spécifiques. Par ailleurs, ces actions se succèdent désormais très souvent dans une même expérience d’achat. Un client peut d’abord se rendre sur le site Internet de votre marque ou de votre enseigne avant d’appeler ou de chatter avec un conseiller de vente ou de se rendre en magasin pour finaliser la transaction. Dans tous les cas, de telles trajectoires d’achat sont inédites et c’est bien toute la relation entre la marque et le client et l’art du commerce qu’il convient de réinventer. Cependant l’équilibre d’un couple passe également par la nécessité pour chaque partenaire de comprendre ce que lui apporte l’autre, notamment dans sa relation avec le client : visibilité, création de trafic, attachement à la marque ou à l’enseigne, services inédits ou apporteurs de nouveaux clients ... Cela passe également par la nécessité de cerner la singularité du client connecté et de comprendre ses nouvelles logiques d’achat de manière à identifier ce que chaque canal pourra lui apporter tout au long de sa trajectoire d’achat. Mais quelle est donc la singularité de ce client connecté ? Sa singularité réside notamment dans le fait qu’une connexion à la sphère virtuelle préalablement ou simultanément à un déplacement transforme radicalement le comportement dans la sphère physique (magasin,
  3. 3. centre commercial, centre ville). Vous ne vous en rendez peut être pas compte : faites une petite introspection et cherchez « en vous » comment le fait d’avoir été dans l’espace virtuel transforme votre manière d’agir dans votre vrai vie. Compréhension des trajectoires et de la psychologie des clients C’est la même chose pour votre client. Toute déambulation virtuelle (quel que soir le device mobilisé) est susceptible de transformer la manière dont il se comporte dans la vraie vie. Lorsque le client quitte son ordinateur, sa tablette ou son smartphone, sa rencontre avec la marque et l’enseigne dans l’espace physique s’en trouvera largement modifiée, de même que son état d’esprit au moment où la rencontre a lieu. Les nombreuses études que j’ai menées sur ce sujet révèlent pourquoi et comment le fait d’être allé sur Internet transforme le comportement et les attentes des clients lorsqu’ils se rendent au sein de l’espace physique. Ainsi les comportements et les attentes des clients dans la sphère physique ont évolué de manière inédite. C’est la raison pour laquelle je dis que les clients ont plus changé en 20 ans qu’en 20 siècles ! Ce n’est pas seulement parce que le client s’est mis à rechercher de l’information et à acheter sur Internet, mais c’est aussi parce qu’aller sur Internet transforme sa manière d’agir dans le monde réel. Par exemple, un client qui est allé sur le site d’une enseigne ou d’une marque n’aura ni le même parcours d’achat, en magasin, ni la même sensibilité à son atmosphère qu’un client vierge de toute déambulation virtuelle. L’inverse est d’ailleurs également vrai : se rendre dans un point de vente conditionne le parcours du client lorsqu’il se rend sur le site Internet d’une marque ou d’une enseigne. Un enchevêtrement de plus en plus fort entre sphère réelle et virtuelle On note ainsi un enchevêtrement de plus en plus étroit entre sphère virtuelle et sphère physique. Cette imbrication croissante entre deux mondes s’explique par la multiplication des clefs d’accès vers le monde virtuel (ordinateur, tablette, smartphone, objets connectés, casque virtuel), mais également par l’omni-présence du smartphone tout au long du trajet de vie de l’individu. Ainsi 74 % des français ne sortent jamais de leur maison sans leur portable (étude réalisée par Google/Ipsos). 69 % des français de plus de 15 ans sont équipés d’un smartphone et 80 % des mobinautes (31,6 millions de français) accèdent à Internet quasi-quotidiennement (baromètre du second semestre 2015 réalisé par la Mobile Marketing Association). Le monde virtuel et le monde réel sont de plus en plus liés et c’est aussi cela la révolution digitale ! Les interactions entre ces deux mondes et les transformations qu’elles engendrent invitent les marques et les enseignes à renouveler la relation avec leurs clients et à repenser la manière de les accueillir sur les différents canaux qu’elles mettent à leur disposition. Ce renouvellement passe par une compréhension des trajectoires d’achat des clients et de la psychologie qui leur est sous-jacente. De web-to-store, mobile-to-store, click-and-collect, showrooming et multiples trajectoires d’achat, il convient de comprendre par ou passe le client de manière à l’accueillir le mieux possible en fonction du chemin déjà parcouru, du chemin qu’il lui reste à parcourir, de ses attentes et de la psychologie qui accompagne sa mise en mouvement. Si au sein de ce couple désormais incontournable, chaque canal cherche sa place, les évolutions récentes révèlent le rôle que pourra jouer chacun d’entre eux au sein de celui-ci. Si les clients cherchent à pouvoir acheter partout et en tout lieu et de la manière la plus pratique pour eux, la présence partout, toujours d’Internet fait naître de nouveaux besoins, de nouvelles
  4. 4. attentes. A force de passer des heures face à des écrans froids et sans âme, le client, lorsqu’il quitte son écran, recherche autre chose, une relation non-industrialisable, du vrai, de l’authentique. Ainsi des signaux initialement faibles et de plus en plus forts révèlent l’importance grandissante que revêt pour le client une vraie rencontre avec un représentant de la marque ou de l’enseigne. De manière étonnante, l’utilisation soutenue de la technologie est en train de remettre l’humain au centre de la relation avec le client … Le temps d’un bilan sur la révolution passée pour mieux se projeter dans l’avenir Il devient aujourd’hui possible de faire le bilan de la révolution qu’a entrainé la digitalisation de l’acte d’achat. Après s’être appropriés les « nouvelles » technologies, les individus se sont mis à les utiliser dans leur quotidien et cette utilisation a transformé, à son tour, et de manière progressive, leur manière d’agir dans le monde réel. De telles transformations ont eu lieu « à petit pas », en raison du temps qui était nécessaire à l’adoption, à l’apprentissage et à l’adaptation progressive de leur comportement aux technologies qui leur étaient nouvellement proposées. Ces transformation « à petit pas », de manière incrémentale, les ont rendu à peine perceptibles, brouillant la vision des décideurs. Ce qui rendait particulièrement difficile l’intégration du digital dans la stratégie commerciale des entreprise, et ce, de manière durable et efficace. Ainsi de nombreux termes ont fleuri, « multi-canal », « cross-canal », « omni- canal », pour évoquer la manière dont les entreprises pouvaient tenter d’intégrer le digital dans leur stratégie commerciale. 20 ans après l’arrivée d’Internet, il est possible de faire un bilan, de se retourner pour mieux cerner la logique du consommateur connecté de manière à lui proposer une offre qui soit adaptée à ses nouvelles attentes et ses nouveaux comportements. Bien sûr, des transformations auront encore lieu sous l’impulsion de nouveaux modes de connexion vers le monde virtuel (objets connectés ou casques virtuels, par exemple) ! Mais les évolutions à venir s’intégreront dans la continuité d’un monde dont la mutation est très avancée. Il est donc temps de faire le point et de comprendre les transformations des clients afin de pouvoir s’adapter efficacement à leurs attentes pour mieux les satisfaire et les fidéliser. Il est également temps de démystifier les termes de « multi-canal », « cross-canal » et « omni- canal » . Il s’agir de mieux comprendre les stratégies qu’il est possible de mettre en place dans les années à venir afin d’être les grands gagnants de cette révolution commerciale !

×